Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Dossier thématique: Mémoires dans...Cristóbal Nonato de Carlos Fuente...

Dossier thématique: Mémoires dans la Caraïbe et l’Amérique latine : entre tradition, modernité et post-modernité. 1920-2020 : un siècle de capitalisme

Cristóbal Nonato de Carlos Fuentes : Une esthétique du chaos au service du Mexique profond

Gérald Désert

Résumés

Il s’agira de montrer, au travers de quelques échantillons narratologiques significatifs tirés du roman Cristóbal Nonato de Carlos Fuentes, comment l’auteur, par le biais de l’écriture, de sa poétique du chaos, resacralise l’homme hypermoderne mexicain dans l’implexité diplomatique des sociétés postmodernes, occidentales, occidentalisées, éclatées, fractales et le triptyque des convulsions historiques : colonisation, industrialisation, globalisation. À cet effet, il sera intéressant de voir comment il arrive à susciter chez le lectorat le trésor d’images que le Mexicain porte en lui pour mieux le contempler dans sa virginité et assimiler son message vital. Comment l’imaginaire romanesque de l’auteur est au service de la reconstruction identitaire nationale profonde et est vecteur d’une conscience des masses en rupture avec les fondements de la modernité, de plus en plus ochlocratique, de plus en plus en quête d’authenticité, de liberté, d’autodétermination et de transmodernité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.
  • 2 L'herméneutique (du grec hermeneutikè, ἑρμηνευτική τέχνη, art d'interpréter, hermeneuein signifie d (...)
  • 3 Antonio Benítez Rojo, La isla que se repite: el Caribe y la perspectiva postmoderna, Madrid: Editor (...)

1 L’originalité des auteurs du Nouveau roman hispano-américain ou du Boom, réside dans leurs positionnements théoriques hybrides évolutifs et variés (pensée universaliste, culturaliste et critique1) au sujet de l’idem, leurs perceptions, oscillant entre la culture occidentale imposée, dominante, importée, se voulant culture racinaire, et la culture ancestrale, dominée, oubliée, occultée et confondue avec la notion glissantienne de culture composite. Ce qui traduit bien la difficulté d’une cohérence philosophique proprement latino-américaine. Le péril de la colonialité du pouvoir (exercée en éducation, à l’église ou dans les milieux sociétaux) consista, méthodiquement, à effacer le logiciel des mémoires, des hiérophanies, des mythes et symboles des grandes cultures d’Amérique, pour le remplacer par le software de la modernité ― positivisme, libéralisme anglo-saxon, la laïcité, les métarécits gréco-latins, le christianisme, la Renaissance, le Siècle des Lumières, Dialectique de l’Esprit, Herméneutique2 du Sens, l'émancipation de l'homme par le moyen de la Raison, l'idéal communiste d'une société sans classe ― cultures découvertes par les colons, certes, que le missionnaire dominicain, Bartolomé de las Casas, comme par acquit de conscience, décrivit, lors de la fameuse Controverse de Valladolid, comme cultures vidées d’elles-mêmes, piétinées, assassinées… La relation des intellectuels latino-américains vis-à-vis de l’Espagne, est alors à considérer comme implexe et curieuse, car, on peut constater qu’ils ne renient pas la perspective du projet civilisateur européen mais plutôt, l’intègre comme un choix obligé en absorbant les éléments culturels imposés de manière syncrétique ou supersyncrétique3, en se les réappropriant, pour les retraduire en objet nouveau dans leurs réalités implexes.

  • 4 Revisite La Tempête de Shakespeare au travers des personnages comme Caliban (ignoble esclave de l’u (...)
  • 5 Prône la défense des civilisations amérindiennes et propose de manière utopique un panaméricanisme (...)
  • 6 Une nation multiraciale en mettant en lumière le pluralisme culturel, et surtout l’intégration du p (...)

2 Le champ littéraire en est la preuve de cet avatar avec le modernisme. Tout d’abord, l’idearium des penseurs s’articule autour de concepts tels que celui de la « race latine »4 de l’Uruguayen José Enrique Rodó dans le sillage de la pensée du Libertador vénézuélien Simón Bolívar, le concept de « race cosmique »5 (1920) du Mexicain José Vasconcelos et celui de « race métisse »6 du Cubain José Martí. Dans le domaine des arts, de la photographie, de l'architecture, de la musique et de la littérature, le modernisme se présente comme un mouvement culturel dans les sociétés occidentales de la fin du XIXème siècle. Les signes avant-coureurs du modernisme apparaissent autour de 1850 avec le romantisme baudelairien ; il atteint son apogée dans les premières décennies du XXème siècle. Les traits catégoriels du modernisme sont la rupture par rapport aux traditions, la crise du sens, l’accent sur le présent, le nouveau et le sujet, la non-unité de l’unité (collage/montage, le rapport avec la ville, l’industrie et la technologie). Le récit moderne est présenté comme jamais fini, à la limite interminable, il rejette toute explication de la réalité. Les textes modernistes comme ceux de Gide, de Proust, de Joyce et de Virginia Woolf, représentaient des mondes possibles, concevables dans la réalité, rejetaient d'emblée l'esthétique de la période qui les précédait, à savoir le réalisme et le naturalisme. Le modernisme représente ce qu'on pourrait appeler les derniers avatars du moi conçu comme sujet psychologique individuel.

  • 7 François Rochon, Notes pour une archéologie du postmodernisme. Horizons philosophiques, 5 (1), 1994 (...)
  • 8 Source Wikipedia.
  • 9 Edgar Morin, La Méthode, coffret des 6 volumes en 2 tomes, Paris, Le Seuil, 2008 / La Voie : pour l (...)
  • 10 Claude Tapia, Modernité, Postmodernité, Hypermodernité, In Connexions, 2012/1 n°97, pages 15 à 25. (...)
  • 11 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.
  • 12 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.
  • 13 Angel Estéban, Introduction à la littérature hispano-américaine, p. 37.
  • 14 Ecrivain, critique littéraire péruvien.

3 Cependant, ce concept n’est pas à confondre avec le concept de modernité comme l’a signalé Jean-François Lyotard, mais renvoie à un projet d'émancipation de l'humanité dans les sphères des sciences et des arts, mais également dans celles du progrès technique, de la richesse et du bonheur des individus7. Lié aux idées d'émancipation, de croissance, d'évolution, de progrès et d'innovation, le concept de modernité constitue l’opposé non seulement des idées d'immobilisme et de stagnation, mais des idées d'attachement au passé (tradition, conservatisme...) : « être moderne », c'est d'abord « être tourné vers l'avenir »8. Edgar Morin dans ses nombreuses publications9 y voit l’anémie de la mémoire par défaut d’alimentation et du fait du foisonnement des objets techniques à fonction mémorisante10… A la faveur de ces percepts, on peut dire que le modernisme entre en résonance avec le concept de modernité (au fondement de la pensée humaniste) et fait écho à la période de l’industrialisation en Europe (1820), à la vision humaniste du positivisme comtien (1830-1910) où les notions de progrès et de technique font désormais loi et guident les pas de la bourgeoisie libérale et de l’intelligentsia. L’Amérique du XIXème siècle est une Amérique dont la structure repose sur une société semi-féodale dominée par le pouvoir des grands propriétaires terriens, minoritaires, face à une immense population pluriethnique au fonctionnement complexe11. Le développement du libéralisme et du positivisme (instruction, santé, industrialisation progressive…), vont favoriser une plus grande prise de conscience des populations déshéritées, mais n’auront pas réglé l’idée d’une homogénéisation nationale, l’analphabétisme et la misère. Les fondements d’une philosophie politique basée sur le rationalisme philosophique, le pragmatisme, l’utilitarisme, l’anticléricalisme et la défense de la technologie et de l’industrialisation seront assumés par des libéraux argentins tels que Juan Bautista Alberdi et Domingo Faustino Sarmiento12.  Selon l’analyse que porte Angel Estéban13 à l’aune des travaux d’Oviedo José Miguel14, le modernisme apparut d’abord en Amérique, et ensuite, en Espagne sous forme d’essai, avant les œuvres de création. On peut citer les précurseurs comme Güiraldes (Don Segundo Sombra, 1926), Sarmiento (Facundo, 1845, nationalisme), Octavio Paz (El Laberinto de la soledad, 1950), José Hernández (Martín Fierro, 1872), Andrés Bello (universalisme), Juan Montalvo (transition entre néo-classicisme et l’apogée du romantisme), Eugenio María Hostos (époque positiviste), José Martí (début du modernisme), Manuel González Prada, José Victorino Lastarria, Rubén Darío, Justo Sierra, Enrique José Varona, Baldomero Samín Cano.

4 Il va de soi que le modernisme représente pour l’Amérique Latine, le pinacle ou la maturation culturellement et littérairement parlant ; ce qui la met sur le même piédestal que l’Europe en influençant même cette dernière. L’on peut dire que le modernisme fut l’apport le plus important à la culture hispano-américaine, laquelle n’a pas élaboré un tronc commun doctrinal. Il est donc, après les Indépendances, ce point de référence à partir duquel se fortifient une pensée, un sentiment latino-américain, une esthétique, une poétique, lesquels éléments renvoient à la sphère de l’identitaire. Le modernisme est en fait la gestation des esthétiques et des genres ayant à leur tour fécondé d’autres approches poïétiques comme le roman régionaliste (où il s’agit d’approfondir les racines américaines à partir des dichotomies Ville/Campagne, Civilisation/Barbarie), le roman de la révolution mexicaine, roman de la terre, l’indigénisme, le roman gauchesco, celui de la culture llanera, ranchera…, le roman anti-impérialiste, le roman de la frontière, des mouvements littéraires tels que le réel merveilleux, le réalisme magique et surtout le Nouveau roman hispano-américain, qui arrive dans les années 60, période du Boom15 et du postmodernisme avec Lyotard16, auquel participe un de ses plus grands contributeurs, Carlos Fuentes.

  • 17 Jean-Claude Villegas, Paris, Capitale littéraire de l’Amérique Latine, Dijon : Éditions de l’Univer (...)

5 Dans La Nueva Novela Hispanoamericana (1969) Carlos Fuentes affirme un déni des canons régionalistes. Selon Villegas, « privés de leurs modèles nationaux et surtout conscients des limites que suppose le fait de se circonscrire à une aire culturelle limitée, la génération du boom se pose à la fois en parricides et en orphelins ». Leur objectif est de toucher à des univers étrangers. Ils adoptent donc une vision cosmopolite, excentrée, beaucoup plus éclectique. Comme le montre Jean-Claude Villegas, « La génération du boom ne se limite pas à une imitation restrictive d’un seul univers littéraire. Elle prône ouvertement l’internationalisme et sa quête de modèle ne se limite pas à la France. Les États-Unis, les pays saxons, l’Italie leur apportent tout autant. Fuentes fait fi de toute géographie politique […] Il se situe à un niveau international, ses références sont anglo-saxonnes davantage que françaises ou espagnoles ; rejetant les modèles espagnols et hispano-américains des générations antérieures, il fonde cette écriture nouvelle sur trois piliers qui sont pour lui, l’utilisation du mythe, l’exploration du langage, la structure du récit en une dialectique permanente entre modernité et tradition ; c’est là pour lui, la seule voie possible pour dépasser le dilemme initial de l’écrivain hispano-américain, celui du choix obligé de la civilisation contre la barbarie »17.

  • 18 Georges Balandier, El Desorden. La teoría del caos y las ciencias sociales. q, Barcelona: Editorial (...)
  • 19 Gilles Lipovetsky, L'Ere du Vide - Essais sur l'Individualisme Contemporain, Paris: Gallimard, 1983
  • 20 Claude Tapia, Modernité, Postmodernité, Hypermodernité, In Connexions, 2012/1 n°97, pages 15 à 25. (...)

6 L’on peut considérer, plus que la postmodernité, à l’instar de Georges Balandier18 et de Gilles Lipovetsky19, que l’univers romanesque décrit par Carlos Fuentes est celui d’une société occidentalisée prise dans un système occidental en pleine évolution, qui débouche sur l’hypermodernité, soit l’éclosion d’une culture de la jouissance (hyperhédonisme), la culture du narcissisme, la libération des forces libidinales, le délire pornographique sous toutes ses formes, non sans lien avec le désir de maximisation des avantages matériels, concrets ; ce sont des logiques d’excès (hybris) liées à l’hyperconsommation, baromètre économique des sociétés libérales, capitalistes, voire néolibérales. A cet effet, comme le fait remarquer Claude Tapia, l’hypersexualité comme l’hyperindividualisme ou l’extrême narcissisme font partie de la configuration culturelle et psychologique hypermoderne20. Il est à observer la désertion de la sphère du sacré, la crise spirituelle. L’individualisme contemporain ne cesse de saper les fondements du divin, mais paradoxalement, on observe le succès des sagesses et religions orientales, des ésotérismes et traditions européennes (kabbale, pythagoricisme, théosophie, alchimie), étude intensive du Talmud et de la Torah dans les Yéchivot (centres d’étude de la Torah), multiplication des sectes…

  • 21 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Rena (...)
  • 22 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Préface de Michel Aucouturier. Paris : Gallimard, (...)

7 Ce tableau du réel se traduit sur le plan littéraire par la disparition des facteurs de fonction narrative : le grand héros, les grands périls, les grands périples et le grand but. La littérature prend pour thème privilégié la folie, les immondices, la dégradation morale et sexuelle, le développement généralisé du code humoristique. Le schème carnavalesque (hiérarchies à l’envers, rabaissements grotesques des rites et symboles religieux, travestissements parodiques des cultes officiels, de couronnements et détrônements bouffons…)21 comme le montre Michel Aucouturier, devient le modèle à suivre. Ainsi affirme-t-il dans L’esthétique et théorie du roman de Mikhaïl Bakhtine, ce n’est pas …le discours idéologique prêté à tel ou tel personnage, même favori, ou qu’il se prononce lui-même à l’occasion, mais au contraire, le refus de tout discours achevé, fermé sur lui-même, qui emprisonne la vérité dans le monologue, c’est-à-dire, dans le monde clos d’une conscience. La vérité […] ne peut être qu’entre des consciences, dans le mouvement, l’échange, le dialogue, toujours ouvert, toujours inachevé, qui est la seule forme d’existence authentique des idées. Et l’expression adéquate de cette vérité ne peut être que romanesque. La vérité est dans ce rire même, par la bouche d’un de ses personnages22.

  • 23 Antonio Benítez Rojo, La isla que se repite: el Caribe y la perspectiva postmoderna, p. 21.

8 Face à cette décadence postmoderniste occidentale, les intellectuels du Mexique jouent la carte non pas du chaos apocalyptique comme le présente le Cubain Antonio Benítez Rojo, mais du chaos refondateur : Caos mira hacia todo lo que se repite, reproduce, crece, decae, despliega, fluye, gira, vibra, bulle… Se interesa tanto en la evolución del sistema solar como en las caídas de la Bolsa, tanto en la arritmia cardíaca como en las relaciones entre el mito y la novela […] Se trata de hallar procesos, dinámicas y ritmos que se manifiestan dentro de lo marginal, lo residual, lo incoherente, lo heterogéneo, lo imprescindible que coexiste con nosotros en el mundo de cada día23.

  • 24 Carlos Monsivais, Los rituales del caos, México: Ediciones Era, 2001.
  • 25 Brigitte Adriaensen, El Acapulcalipsis en Cacapulco: humor grotesco y apocalipsis en Cristóbal Nona (...)

9Carlos Monsivais, l’écrivain-essayiste mexicain,  dans son ouvrage Los Rituales del Caos24 nous propose la notion de chaos postapocalyptique : Es una fase de la narrativa mexicana en la cual el caos, la misma destrucción ya no se considera como un factor que nos lleva a la aporía sino como un nuevo punto de partida que permite el nacimiento de nuevas estructuras, nuevas fuerzas, nuevas creaciones […] Para Monsiváis, México es una ruina circular una ciudad que se renueva en su incesante proceso de destrucción. El caos es una fuerza de fragmentación y desorden una manera de fomentar la diversidad y la diferencia […]25.

10La littérature, en tant qu’expression parmi les plus exhibitionnistes du monde est particulière pour l’écrivain d’Amérique Latine puisque le langage et la tradition littéraire de l’Occident sont insuffisants pour narrer le contexte carnavalesque qui l’entoure. Le carnaval est la meilleure stratégie des peuples. Il s’agit d’observer le Mexique comme un système turbulent sous le désordre duquel il y a des régularités qui se répètent.

Poétique du chaos et dimension mythique

  • 26 Carlos Fuentes, Cristóbal Nonato, México: Alfaguara, 2008 [1987].
  • 27 Nanon Gardin, Robert Olorenshaw, Jean Gardin, Olivier Klein, Petit Larousse des Symboles, Paris : L (...)
  • 28 Ibid., pp. 451-452.
  • 29 Autre nom, Ixcuina
  • 30 Marcel Nérée, Langue, culture et société dans la littérature contemporaine au Mexique : Le cas d’Oc (...)

11Le roman Cristóbal Nonato26 (1987) est justement roman de questionnement eschatologique renvoyant au chaos, dans sa symbologie du désordre, de confusion, de destruction, de confusion générale des éléments de la nature avant la formation du monde, qui dans son principe mythologique universel convoque la pensée du commencement, mais aussi fait écho à la théorie scientifique du chaos (chaos moléculaire) ; cette configuration du chaos renvoie à l’état primordial de la matière qui est un enchevêtrement de molécules de gaz dont la position et les vitesses sont imprévisibles, c’est-à-dire, qui ne se conforme pas à des lois27. De même, la symbolique de l’œuf28 convoquée par l’auteur est pertinente dans le schéma actantiel du roman, puisqu’il constitue cet organisme parfait et autosuffisant, symbole de vie, origine du monde, de réveil de la nature, fécondité, origine et résurrection, symbole d’immortalité et de renaissance. Ces deux éléments évoqués illustrent bien ce que je nomme la Poétique du Chaos chez Fuentes. Le narrateur omniscient du roman, Cristóbal Nonato, est un être qui n’est pas encore né et pourtant il a cette intuition, cette prescience du monde ; ce fœtus auto-décrit le processus de sa propre gestation (CN Prólogo : Yo soy creado), à l’état de spermatozoïde, dans l’œuf de sa mère, offre des réflexions à la fois comiques et sérieuses sur l’identité mexicaine. L’incipit de ce roman met en scène, le coït mythologique des parents du narrateur, Cristóbal Nonato, sur une des plages d’Acapulco, en face de l’océan, origine des dieux. La scène du coït est amusante et provoque le rire, car Fuentes use de métaphores, « …expulsarme de la península, eyaculado… » (CN, p. 20), en utilisant des images se référant à l’histoire (métaphore chronotopique du continent américain, cf. ouvrage), CN p. 20 : “Ahí voy yo, acompañado de la invencible jajá armada de mis mil millones de hermanos y hermanas Cristobalitos y Isabelitas…”. On peut noter la dimensión naturaliste dans les descriptions. Ce coït est interrompu par une pluie d’excréments provenant du ciel (sphère des divinités). En réalité, c’est l’oncle du père de CN, Homero Fagoaga (2. Patria, tu mutilado territorio, CN, p. 28) (priiste et membre de l’Académie espagnole de la Langue) qui survolait la zone en avion qui leur aurait déféqué dessus de manière inopinée. Le hasard fait que les excréments leur tombent dessus. On peut estimer symboliquement que CN est conçu sous l’égide de la déesse aztèque Tlazoltéotl29, et que Marcel Nérée décrit dans sa thèse30, comme la Déesse des immondices et de la fécondité qui présidait aux naissances, aux confessions, à l’attribution des noms aux nouveaux nés. Entrant en communication télépathico-génétique avec son père, il lui dit dès le premier chapitre intitulé La Suave Patria: Yo necesito decirte que te quiero, papá, que a pesar de todo yo te adoro y que desde ahora vivo en la complicidad de la imaginación contigo y que de ti dependo para que me digas, de dónde vengo, y cuál es, habiendo conocido ya mi nombre, mi tiempo dicen, esto es mi tiempo, ahora mi espacio, ¿qué país es éste? ¿Dónde estamos? Dónde acaban de gestarme, ¿dónde me destinan a nacer?, es cierto todo lo que me informa mi cadena genética? (CN, p. 26) … ce qui donne un caractère imaginaire, fictif, très invraisemblable à son récit si on se place dans une position rationnelle. Mais ce type de communication (narration intérieure) schématise bien l’intrication filiale et la conception fuentésienne de la vie puisée aux sources de l’ancestralité mexicaine (cycle de la nature, imbrication, cosmogonie humaine…). De même, on peut lire toujours dans ce premier chapitre, l’ironie, le sarcasme, l’humour noir : que como este país, no hay dos?, y es una bendición o una maldición que no haya dos? ¿Es cierto que a ninguna nación le hizo alguien algo semejante? Que ahora nuestro problema es administrar la riqueza?, que todavía no estamos maduros para la democracia?, que la culpa de todo la tienen los tlaxcaltecas? que al indio hay que darle la razón aunque no la tenga? […] que no crecemos en las crisis? Que Dios nos negó genio para el periodismo y el cine pero en cambio nos hizo geniales para sobrevivir?

12Il convient de dire à l’aune de la théorie de Bakhtine, que la vérité est dans le rire (le burlesque) vision du monde (Rabalais, Cervantes). Cette carnavalisation se retrouve dans la polyphonie, à travers le langage. La conscience du personnage focal à l’intérieur du ventre de sa mère passe par le fluide magnétique, astral et nerveux qui le connecte à ses parents par l’image d’un langage qui circule entre auteur- lecteur- personnage focal. Par circuit informagénétique (CN p. 83) l’auteur les fait intervenir de manière plus ou moins directe au sein de la narration globale. Il pense, analyse le monde, l’anticipe..., connaît tout des personnages et peut voir tous leurs faits et gestes. Il connaît leur passé, leur futur, leurs sentiments, leurs émotions, leurs envies, etc. Il est spectateur de toutes les scènes et des personnages. Et cette technique de l’auteur permet de mieux ancrer le chaos mexicain dans le cycle cosmogonique, Fuentes divinise le personnage, il le sacralise puisque dans les sociétés amérindiennes mexicaines, le vivant, le biologique n’est pas muet, inanimé, il n’est pas objet, il est sujet, (animisme), il est sacré, il comprend, il communique, il est langage. Si nous prenons en compte notre vie de manière cartésienne, rationnelle, chronologique (et les différents stades de la vie humaine : enfance-adolescence-âge- adulte- vieillesse), ce roman risque de ne pas représenter un grand intérêt pour le lecteur non averti; mais si nous l’analysons avec un regard autre, puisant aux sources artésiennes de l’ancestralité amérindienne, il demeure alors la notion d’un temps mythologique, d’un temps halluciné, un temps sans borne, un temps discontinu, spiralé, « irrué » (Cf. Edouard Glissant), ouvert. Nous avions dit plus haut que le récit moderne est présenté comme jamais fini, à la limite interminable. Cristóbal Nonato est la création d’un langage, récit de la farce qui oscille entre humour et tragédie. Il y a donc une double lecture en simultané, à avoir de l’œuvre.

Structure du récit

13Nous notons qu’à travers les quatre étapes du schéma narratif (à savoir situation initiale, élément perturbateur, péripéties, résolution/situation finale), la structure du récit est circulaire, enferment le roman dans des symboliques mythologiques permettant de mieux l’interpréter. Il va de soi que ce roman ne suit pas une linéarité dans le récit des événements racontés, il relève d’une dimension cyclique, comme la rotondité de l’imagerie du ventre qui enfante dans son liquide amniotique ; dimension que l’auteur soumet au lecteur, Electeur, permettant le bornage du récit ; c’est-à-dire que la narration fait une boucle de l’incipit à l’excipit (explicit). Le roman s’ouvre sur la plage d’Acapulco et finit aussi du côté pacifique par un appel à tourner le dos à cinq siècles d’héritage occidental et envisage par le truchement de deux personnages qui invitent la famille du narrateur à s’embarquer sur les navires de la Chine pour rejoindre le paradis technologique « El nuevo Mundo del Nuevo Mundo ». Ce que Cristóbal Nonato va refuser en lançant cette phrase redoutable : “América está en los cojones de mi padre de donde yo salí” et l’océan originelle dans le liquide amniotique de la mère CN p. 552. L’auteur va puiser dans l’épigénétique, dans le biologique, à la manière des naturalistes, jusqu’aux tréfonds du mystère de la vie, ce qui peut le raccrocher, mais surtout ses lecteurs, ou plutôt le narrataire (El Elector) à la filiation unique de la source de la patrie mexicaine. Si la situation finale du roman apparaît stable par rapport à l’ensemble de la diégèse, il n’en demeure pas moins que le personnage focal en ressort de son parcours initiatique non apaisé. D’ores et déjà, à la faveur de ces éléments allégués, nous pouvons postuler l’idée d’une esthétique ou poétique du chaos par une quête consubstantielle à l’identité.

  • 31 Récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre.
  • 32 Parti conservateur resté 60 ans dans l’ombre, allié objectif du PRI.
  • 33 Maman Simone », Simone Ovide, fut Première dame d'Haïti de 1957 à 1971, en tant qu'épouse du dictat (...)
  • 34 Baptiste Campion, Vers l’actualisation d’un « récit fantôme » ? Paris :, Communication, Vol. 26/2 | (...)

14 Notons par ailleurs, un élément redondant qui jalonne le récit de Cristóbal Nonato ; il s’agit de la phrase singulière « México es un país de hombres tristes y de niños alegres ». Cette technique du ressassement sert à entretenir le lecteur dans une lecture active et d’éveiller sa curiosité diégétique. Les chiasmes hommes/enfants, triste/joyeux, qui peuvent paraître anodins, sont en fait très importants pour comprendre la notion de cycle, de cosmogonie très essentielle pour entrer dans l’univers du chaos mexicain. Le roman s’articule autour de 9 grands chapitres symbolisant les 9 mois de gestation de l’embryon, chapitres répartis autour de 92 sous-chapitres de manière inégale, si on prend en compte le Prologue et l’Epilogue. L’ouvrage est commencé en 1981 et publié en 1987. A cette époque, Miguel de La Madrid Hurtado est président et enfonce le pays dans la dette (Grave crise économique-politique d’austérité). En septembre 1985, se produit aussi dans le District Fédéral de Mexico un terrible tremblement de terre (avec ses pluies acides), évoqué dans la première partie du roman, d’une intensité de 7.8 sur l’échelle de Richter provoquant un grand nombre de morts, transformant México City, en dystopie31, en perpétuelle dégénérescence. De 1988 à 1994, Carlos Salinas de Gortari est président et renégocie la dette du pays en entraînant le Mexique dans la spirale de la libéralisation, (1995, ALENA-TLC avec les Etats Unis et le canada), de la spéculation immobilière, la corruption sclérosante, l’urbanisme anarchique que l’on retrouve d’ailleurs, dans plusieurs romans de Fuentes tels que La Región más transparente, la Frontera de Cristal ou encore La Silla del Águila, en guise de continuité de cette grande fresque citadine de la désolation humaine où la crapule est sanctifiée. La situation s’aggrave et le peso est dévalué, la ville est polluée. C’est à cette époque que les indigènes de Chiapas forment EZLN et se révoltent. Carlos Fuentes construit son roman dans un univers romanesque de la catastrophe, en connaissance de cause de la situation chaotique de son pays, situation dans laquelle le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) l’a sérieusement enfoncé. Il fait alterner dans son roman des chefs d’entreprises, des politiciens corrompus mais aussi des convaincus de la Révolution mexicaine en marge des réalités du pays (utopistes), situation dichotomique ayant cours dans les réalités politiques du pays. L’histoire de ce roman est particulière ainsi que sa construction et se situe dans le Mexique des années 1992. Pour calquer à la réalité, Fuentes crée le personnage du président, Jesús María y José Paredes (CN p. 33-48) qui est membre du PAN (Partido de Acción Nacional32). Les espaces référentiels sont le D.F. de Mexico (hoyo infernal) et Acapulco (Capitale de l’état de Guerrero). Dans cette ambiance chaotique, l’auteur imagine que le gouvernement mexicain entreprend une politique de concours nationaux pour distraire le peuple sous l’égide de Mamadoc, clin d’œil à la Mamadoc d’Haïti33, chargée de proclamer le fils de la République. Une manière de tourner en dérision la politique exécrable menée par le PRI au Mexique. D’ailleurs, sa devise est l’illustration de cette médiocrité politique, tant elle est absurde : « Union et oubli ». C’est bien la carnavalisation dont parle Bakhtine qui est à relever ici. Il est dit que l’enfant de sexe masculin qui naîtra exactement à minuit le 12 octobre 1992, sera proclamé Fils prodigue de la Patrie, période du 5e centenaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Un des protagonistes du roman, Ángel Palomar Fagoaga (22 ans), jouvenceau issu d’une famille bourgeoise mexicaine, décide avec sa future femme Angeles de concevoir un enfant, rejeton du peuple qui, chemin faisant, est censé résoudre les problèmes économiques et moraux du pays. La particularité de ce roman est qu’il est polyphonique puisqu’il superpose plusieurs voix. Le narrateur intègre au sein de son récit les paroles du personnage focal, Cristóbal Nonato, un embryon conçu par Angel et Angeles, capable de comprendre et d’interpréter le monde extérieur depuis le ventre de sa mère, et en dialogue perpétuel avec ses parents. Cette technique permet, dans cet ouvrage de 544 pages, d’offrir une dynamique à la lecture. Empressons-nous de dire, qu’il y a dans la structuration du récit, une non-linéarité des séquences que l’auteur embranche en élaborant son propre assaisonnement et en enchaînant des évènements provoqués par les éléments perturbateurs, formant ainsi le nœud de l’action jusqu’à impulser, par le jeu d’analepses et de prolepses et de digressions temporelles, l’illusion du récit voire le récit fantôme34.

  • 35 Ils meurent d’indigestion, victime de leur invention, le Taco inconsommable qui se régénère perpétu (...)
  • 36 Intertextualité fuentésienne servant à lier l’histoire de la révolution par le roman de Juan Rulfo (...)

15 Ángel Palomar Fagoaga, jeune rebelle conservateur, né le 14 juillet 1969 (CN, p. 63) est orphelin de Diego et d’Isabelle Fagoaga de Palomar. En conséquence, il est l’héritier d’une somme de 40 millions de pesos en or. Ses parents sont connus pour être les Pierre et Marie Curie de Tlalpan (ancien village situé au sud de la capitale du Mexique), puisqu’ils étaient 2 scientifiques inventifs et audacieux, à l’époque où le Mexique imaginait qu’il pouvait être indépendant technologiquement parlant. Leur objectif était de changer la superstition en science (positivisme). (CN, P. 63-65) … Après la mort surréelle de ses parents35, il est recueilli par les horribles sœurs de sa mère, deux bigotes, tartuffes, sainte-nitouches et hypocrites, Capitolina et Farnesia Fagoaga, qui veulent absolument se charger de son éducation. Le génie de Fuentes par le choix de ses personnages évolutifs est d’introduire des archétypes de la société mexicaine, des stéréotypes humains, (personnage religieux, le monde politique, le monde intellectuel, les enfants abandonnés de la rue, le bourgeois, les nostalgiques de la Révolution, les investisseurs..), de les mettre en interaction comme dans la réalité, tout en créant un microsystème qui se révèle au final macrocosmique. Ainsi, son texte est vraisemblable, dotant les personnages de caractère, offrant un assaisonnement, un rythme, une mélodie, des noms rares ou inventés, des métaphores offrant à l’action de son récit, unité et cohérence. A cause du comportement étrange et saugrenu des tantes, il finira par fuguer chez son grand-père paternel, le Général Rigoberto Palomar, un anticlérical, laïque, zélateur de la Révolution mexicaine (sous Venustiano Carranza), marié à doña Susana Rentería, 20 ans plus jeune que lui, fille d’un Lieutenant Cristero de Jalisco appelé Pedro Páramo36, qui avant sa mort sur le champ de bataille lui demanda d’éduquer sa fille de 5 ans, et de l’épouser quand elle aurait 16 ans. Chez son grand-père, 2 péripéties vont survenir : la rencontre avec l’écrivain frustré Matamoros Moreno parce qu’il refuse de commenter ses écrits et son inimitié avec son oncle Homero Fagoaga, politique priiste qui lui fera avoir l’usufruit de son héritage à 22 ans et non à 18 ans, comme initialement prévu. Il fuit cette fois Matamoros et cherchera un moyen de se venger de son oncle. Pour arriver intègre à la date du concours, Angel devra compter sur un autre oncle Fernando Benítez, défenseur de la cause indienne, et les Four Jodiditos, groupe de musique intégré par des enfants de la rue récupéré par l’oncle Benitez. Il faut noter que les personnages centraux comme secondaires du roman devront défendre leur vie (Sálvese quien pueda/jodido pero contento) dans ce maelstrom révolutionnaire qu’est devenue la nation mexicaine.

Langage et carnavalisation 

16Dans Cristóbal Nonato, Carlos Fuentes met en résonnance dans une dynamique interlinguistique l’espagnol, les langues amérindiennes, l’anglais, le français ; ce qui nous permet de comprendre la dynamique internationalisante que poursuit l’auteur dans son élaboration esthétique. L’auteur, dans la pure tradition aristotélicienne a recours à des mots littéraires, des régionalismes, des innovations sémantiques ou faux-amis qu’il associe au gré de la lecture, permettant un jeu de brouillage opéré par l’indianisation de termes espagnols, l'habillage amérindien de termes français, des emprunts mettant en œuvre une véritable stratégie d’écriture pour fonder son œuvre. Tous ces éléments témoignent des possibilités d’écriture de la langue mexicaine, de stratégie d’émergence d’une identité propre aux réalités mexicaines.

17Fuentes opère un travail linguistique de démembrement et de recomposition toponymique :

    • 37 Florence Olivier, Carlos Fuentes ou l’imagination de l’autre, Editions Aden, p. 134.

    El lago Texcoconut que cada Makesicka guardaba en medio del lodazal de sus tripas y junto a los tesoros de Whatamock (Cuahetemoc) padre de la patria o sea tostadas de pato para las tostadas de patria… (p. 87). Rockaztec : Ainsi que l’affirme Florence Olivier, « la langue de l’indianité intérieure se métisse avec celle de la nation voisine, en une intense ‘créolisation ‘ ou cristallisation des rhizomes de l’espagnol du Mexique »37.

  • Habillage de termes amérindiens (náhuatl) de termes espagnols ou anglais.

  • Chitacam = Chiapas/Tabasco/Campeche CN p. 28) langage disloqué, contaminé, néologismes, contrepèterie, calembours pour mieux se jouer de l’histoire et mieux affirmer et refléter le système complexe que vit le Mexique ; Generación Opepsycola p. 63

  • Déformation volontaire des noms : Modernidad (p.104) : Mothernidad/Modorridad

  • L’anglat Nahuatl/Anglais

  • Xénismes (usage du français, de l’anglais « pussy », expressway)

  • Paronomases, métaphores, canulars, qui sont des signes de bonne santé d’une langue espagnole mexicaine en pleine mutation.

  • De nombreux néologismes, innovations formelles et sémantiques, mots d’auteur inventés à partir du français standard formés par dérivation, composition ou analogie, (Sanfazones CN p. 146) ponctuent l’œuvre, mêlant l'oralité et l'écrit dans le but de créer une connivence avec le lecteur.

CONCLUSION

  • 38 Carlos Fuentes, Ibid., p. 134.

18 Voilà donc un ouvrage dense qui subvertit les règles traditionnelles de l’écriture du roman, qui pousse l’imaginaire des lecteurs à leur paroxysme et qui à tous les niveaux (mythe/langage/structure) travaille à élever une conscience identitaire, des réalités chaotiques mexicaines. Le projet narratif de carnavalisation, que l’on entend souvent dans le langage mexicain par la phrase « Jodido pero contento » traduit bien cette ambivalence. Cela constitue un atout indéniable qui impose une lecture double du roman (Temps/ espace/figures) et de la réalité qu’il pose. Le chaos chez Fuentes n’est pas une aporie, la lecture peut redonner naissance à Cristóbal Nonato, il y a une ontique (étant). Destruction/création, Humour/violence, l’union des contraires, sont intimement liés. La littérature de Fuentes apparaît vraiment comme un élément mythomoteur dans la ventilation de la tradition, de la mémoire mexicaine… A cet effet, je citerai la vision d’Ángel, père de Cristóbal Nonato, dans son parcours initiatique de retour à México après avoir fui Matamoros, à la recherche de sa légende personnelle : « Busqué a un país idéntico a sí mismo. Busqué a un país hecho para durar. Los constructores indios y españoles que hicieron cosas para durar, piedras duraderas, países fieles: sólo el pasado de México fue serio…»38

Haut de page

Bibliographie

Adriaensen Brigitte, El Acapulcalipsis en Cacapulco: humor grotesco y apocalipsis en Cristóbal Nonato de Carlos Fuentes, Caravelle [En línea], 104|2015, Publicado el 06 de octubre de 2015, consultado el 18 de julio 2017.

Balandier Georges, El Desorden. La teoría del caos y las ciencias sociales. Elogio de la fecundidad en movimiento, Barcelona: Editorial Gedisa, 1990.

Bakhtine Mikhaïl, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris : Gallimard, 1970.

Bakhtine Mikhaïl, Esthétique et théorie du roman. Préface de Michel Aucouturier. Paris : Gallimard, 1975.

Benítez Rojo Antonio, La isla que se repite: el Caribe y la perspectiva postmoderna, Madrid: Editorial Plaza Mayor, 2010.

Campion Baptiste, Vers l’actualisation d’un « récit fantôme » ?, Communication, Vol. 26/2 |, Paris :  2008.

Estéban Ángel, Introduction à la littérature hispano-américaine, Paris : Ellipses, 2000.

Florence Olivier, Carlos Fuentes ou l’imagination de l’autre, Paris : Editions Aden, 2007.

Fuentes Carlos, Cristóbal Nonato, México: Alfaguara, 2008 [1987].

Gardin Nanon, Olorenshaw Robert, Gardin Jean, Klein Olivier, Petit Larousse des Symboles, Paris : Larousse, 2011.

Lemogodeuc ,Jean-Marie, Bareiro Saguier Rubén, Delprat François, Franco Jean, Ponce Néstor, Paris : PUF, 1997.

Lipovetsky Gilles, L'Ere du Vide - Essais sur l'Individualisme Contemporain, Paris: Gallimard, 1983.

Lyotard Jean-François, La Condition Post-moderne, Rapport sur le Savoir, Paris : Éditions de Minuit, Collection « critique »1979.

Monsivais Carlos, Los rituales del caos: México, Ediciones Era, 2001.

Morin, Edgar, La Méthode, coffret des 6 volumes en 2 tomes, Paris : Seuil, 2008.

______, La Voie : pour l'avenir de l'humanité, Paris : Fayard, 2011.

Nérée, Marcel, Langue, culture et société dans la littérature contemporaine au Mexique : Le cas d’Octavio Paz, Paris : Septentrion Presses Universitaires, octobre 1998.

Rochon ,François, Notes pour une archéologie du postmodernisme. Horizons philosophiques, 5 (1), Paris : 1994, p. 59 https://doi.org/10.7202/800965ar.

Tapia Claude, Modernité, Postmodernité, Hypermodernité, In Connexions, 2012/1 n°97, pages 15 à 25. https://www.cairn.info/revue-connexions-2012-1-page-15.htm.

Villegas, Jean-Claude, Paris, Capitale littéraire de l’Amérique Latine, Dijon : Editions de l’Université de Dijon, 2007.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.

2 L'herméneutique (du grec hermeneutikè, ἑρμηνευτική τέχνη, art d'interpréter, hermeneuein signifie d'abord « parler », « s'exprimer »1 et du nom du dieu grec Hermès, messager des dieux et interprète de leurs ordres) est la théorie de la lecture, de l'explication et de l'interprétation des textes. L'herméneutique ancienne est formée de deux approches complètement différentes : la logique d'origine aristotélicienne (à partir du Peri hermeneia ou De l'interprétation d'Aristote) d'une part, l'interprétation des textes religieux (orphisme ou exégèse biblique par exemple) et l'hermétisme d'autre part.

3 Antonio Benítez Rojo, La isla que se repite: el Caribe y la perspectiva postmoderna, Madrid: Editorial Plaza Mayor, 2010, p. 31.

4 Revisite La Tempête de Shakespeare au travers des personnages comme Caliban (ignoble esclave de l’utilitarisme américain symbolisant la force brutale) et Ariel (incarnant l’intelligence, la beauté, la grâce et les mystères de l’infini) lesquels symbolisent respectivement l’industrialisation et la culture.

5 Prône la défense des civilisations amérindiennes et propose de manière utopique un panaméricanisme racial et culturel, une identité latine plurielle s’opposant à une identité anglo-saxonne monolithique. Vasconcelos suppose que la race hispano-américaine constitue une sorte de réconciliation finale avec l’esprit absolu, le résumé et la sublimation de toutes les races antérieures se fondant dans un creuset nouveau pour ne plus constituer désormais des races, mais ce qu’il appelle la race cosmique. Ángel Estéban, Introduction à la littérature hispano-américaine, Paris : Ellipses, 2000.

6 Une nation multiraciale en mettant en lumière le pluralisme culturel, et surtout l’intégration du peuple autochtone à la nation tout en démystifiant les modèles impérialistes imposés.

7 François Rochon, Notes pour une archéologie du postmodernisme. Horizons philosophiques, 5 (1), 1994, p. 59 https://doi.org/10.7202/800965ar.

8 Source Wikipedia.

9 Edgar Morin, La Méthode, coffret des 6 volumes en 2 tomes, Paris, Le Seuil, 2008 / La Voie : pour l'avenir de l'humanité, Paris, Fayard, 2011.

10 Claude Tapia, Modernité, Postmodernité, Hypermodernité, In Connexions, 2012/1 n°97, pages 15 à 25. https://www.cairn.info/revue-connexions-2012-1-page-15.htm.

11 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.

12 Jean-Marie Lemogodeuc, Rubén Bareiro Saguier, François Delprat, Jean Franco, Néstor Ponce, pp. 3-4.

13 Angel Estéban, Introduction à la littérature hispano-américaine, p. 37.

14 Ecrivain, critique littéraire péruvien.

15 Mouvement littéraire des années 1960 et 1970 apparu lorsque les travaux d'un groupe de relativement jeunes romanciers d'Amérique latine ont été largement diffusés en Europe et dans le monde.

16 Jean-François Lyotard, La Condition Post-moderne, Rapport sur le Savoir, Les Editions de Minuit, Collection « critique », Paris, 1979.

17 Jean-Claude Villegas, Paris, Capitale littéraire de l’Amérique Latine, Dijon : Éditions de l’Université de Dijon, pp. 139-141.

18 Georges Balandier, El Desorden. La teoría del caos y las ciencias sociales. q, Barcelona: Editorial Gedisa,, 1990.

19 Gilles Lipovetsky, L'Ere du Vide - Essais sur l'Individualisme Contemporain, Paris: Gallimard, 1983.

20 Claude Tapia, Modernité, Postmodernité, Hypermodernité, In Connexions, 2012/1 n°97, pages 15 à 25. https://www.cairn.info/revue-connexions-2012-1-page-15.htm.

21 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris : Gallimard, 1970.

22 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Préface de Michel Aucouturier. Paris : Gallimard, 1975, p. 15.

23 Antonio Benítez Rojo, La isla que se repite: el Caribe y la perspectiva postmoderna, p. 21.

24 Carlos Monsivais, Los rituales del caos, México: Ediciones Era, 2001.

25 Brigitte Adriaensen, El Acapulcalipsis en Cacapulco: humor grotesco y apocalipsis en Cristóbal Nonato de Carlos Fuentes, Caravelle [En línea], 104|2015, Publicado el 06 de octubre de 2015, consultado el 18 de julio 2017.

26 Carlos Fuentes, Cristóbal Nonato, México: Alfaguara, 2008 [1987].

27 Nanon Gardin, Robert Olorenshaw, Jean Gardin, Olivier Klein, Petit Larousse des Symboles, Paris : Larousse, 2011, pp. 135-136.

28 Ibid., pp. 451-452.

29 Autre nom, Ixcuina

30 Marcel Nérée, Langue, culture et société dans la littérature contemporaine au Mexique : Le cas d’Octavio Paz, Paris : Septentrion Presses Universitaires, 1998.

Tlazolteotl, chez les Toltèques, était la mère de la terre. Cette déesse représente les régions profondes de notre être qui nous font peur par leurs forces et leur absurdité ou étrangeté. Tlazolteotl est un genre de preuve que ce qui nous fait le plus peur et nous détruit en tant qu'humain possède la force et la puissance de devenir aussi le pardon, la compréhension et la guérison. Ce qui est donc mal en nous peut devenir sain. Source Wikipedia.

31 Récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre.

32 Parti conservateur resté 60 ans dans l’ombre, allié objectif du PRI.

33 Maman Simone », Simone Ovide, fut Première dame d'Haïti de 1957 à 1971, en tant qu'épouse du dictateur et

Président à vie François Duvalier dit « Papa Doc ».

34 Baptiste Campion, Vers l’actualisation d’un « récit fantôme » ? Paris :, Communication, Vol. 26/2 | 2008, 129-138

35 Ils meurent d’indigestion, victime de leur invention, le Taco inconsommable qui se régénère perpétuellement.

36 Intertextualité fuentésienne servant à lier l’histoire de la révolution par le roman de Juan Rulfo et à donner plus

de sens à son roman.

37 Florence Olivier, Carlos Fuentes ou l’imagination de l’autre, Editions Aden, p. 134.

38 Carlos Fuentes, Ibid., p. 134.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Désert, « Cristóbal Nonato de Carlos Fuentes : Une esthétique du chaos au service du Mexique profond »Amerika [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/14060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.14060

Haut de page

Auteur

Gérald Désert

Université des Antilles, Pôle Martinique /Université de Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search