Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Opinions/VariaMexique, épisode 1 : La curieuse ...

Opinions/Varia

Mexique, épisode 1 : La curieuse obstination des zapatistes

Anouck Linck

Texte intégral

1Pourquoi les zapatistes sont-ils si obstinément réfractaires au gouvernement du charismatique Andrés Manuel López Obrador (AMLO) ? Un an après sa prise de fonctions, son indice de popularité se maintenait à un taux très élevé, puisqu’il avait le soutien de 70 % de la population1, du jamais vu jusqu’à présent dans l’histoire du Mexique. Le moment n’est-il pas venu pour ces zapatistes minoritaires et intransigeants de s’incliner devant cette belle et grande victoire de la gauche, et de participer activement au renforcement et à l’unification de celle-ci, plutôt que de la fragiliser et de la diviser par des réticences aujourd’hui peut-être largement périmées ? AMLO, lors de son discours d’investiture le 1 décembre 2018, a réitéré sa volonté de prendre des mesures pour le bien de tous, et « en priorité celui des pauvres ». Il a réaffirmé que la stratégie militaire contre le narcotrafic était erronée et prôné une politique « d’accolades plutôt que de balles » (« abrazos y no balazos »). Il a réitéré sa détermination à s’attaquer à la corruption « source de tout le mal » et se dit résolu à « balayer l’escalier de haut en bas » (« barrer la escalera de arriba abajo2 »). Le président est lui-même un exemple de probité. Il a refusé de s’installer aux Pinos, la maison présidentielle, a baissé son propre salaire de 27 % et ne voyage pas, comme ses deux prédécesseurs, dans un luxueux Boeing 787 mais en classe touriste, pour traiter les affaires du pays. Il a déclaré la guerre au néolibéralisme, qui sévit dans le pays depuis trente-six ans3 et promet, pour canaliser les flux migratoires, un État fort et redistributif : « la création d’emplois dignes, le développement régional, la mise en place d’un État-Providence et le lancement de processus pour reconstruire la paix4. » A ce titre, il a créé une police militarisée, la Garde nationale5 qui est « l’équivalent des Casques bleus de l’ONU : elle a pour mission de garantir la sécurité nationale par un usage régulé de la force dans le respect des droits humains6. » On peut suivre sur le site officiel du gouvernement son historique et constater à quel point elle est active dans la lutte contre la criminalité7. En matière de justice sociale, AMLO n’a pas oublié les plus pauvres, puisqu’il a augmenté de 16 % le salaire journalier minimal, qui est passé, le 1 janvier 2019, à 102,68 pesos, à savoir presque cinq euros8 ! Ce qui permet d’acheter, par exemple : un litre d’huile, un kilo de riz, un kilo de haricots rouges et un kilo de bananes (reliquat : 68 centimes)9. Il a distribué, comme il l’avait promis lors de sa campagne électorale, des bourses aux jeunes, aux handicapés et aux personnes âgées. Quant à son aversion viscérale pour le néolibéralisme, on peut difficilement la mettre en doute : le mot « néolibéralisme » et ses dérivés figurent au top sept des phrases les plus mentionnées lors de ses conférences de presse matinales10. Le Plan national de Développement 2019-2024 contient, du reste, une critique lucide des politiques néolibérales antérieures qui ont provoqué « l’annihilation de l’industrie nationale, la désertification des campagnes, l’augmentation de la pauvreté, du chômage et de la marginalité, l’élimination des mécanismes redistributifs et de mobilité sociale, la recrudescence de l’insécurité et de la violence11. »

  • 12 Le PRD (Parti de la révolution démocratique) était, avant la création de Morena par López Obrador (...)
  • 13 « Programa de Morena » : https://lopezobrador.org.mx/programa-del-movimiento-regenarcion-nacional/
  • 14 Voir sur ce sujet l’essai de l’historien Federico Navarrete, Alfabeto del racismo mexicano (2017). (...)
  • 15 Cesar Arellano García, « En 10 años se triplicaron los feminicidios en México: Inmujeres », La Jor (...)
  • 16 Voir à ce propos le livre de la journaliste Lydia Cacho, #Ellos hablan: Testimonios de hombres, la (...)
  • 17 A ce titre, le CIG (Conseil Indigène de Gouvernement, émanation du Congrès National Indigène (CNI) (...)

2Le premier des dix points que comporte le programme de Morena (Mouvement de régénération nationale, fondé en 2011 par López Obrador, qui avait antérieurement présidé le PRD12) souligne le caractère vertueux et désintéressé de ce nouveau parti : « Nous n’acceptons pas la prédominance de l’argent, du mensonge et de la corruption, sur la dignité, la morale et le bien commun. » Morena revendique une déontologie fondée, entre autres, sur « l’amour du prochain et le respect de l’environnement13 ». Mais on peut se demander s’il n’y a pas, chez Morena, des potentialités régénératrices qui vont au-delà de ces dispositions déjà fort louables. « Moreno » est un adjectif qui signifie en espagnol « brun, hâlé » : il peut, à ce titre, être perçu comme un terme péjoratif et méprisant, car il renvoie aux origines indigènes, dans le cadre d’une société majoritairement métisse et profondément raciste (« le métis mexicain veut être le plus blanc possible14 »). La violence exercée envers les femmes, d’autre part, est en constante augmentation dans le pays. Le nombre de féminicides a triplé en 10 ans15. Cette violence trouve ses racines dans une culture éducative basée sur le machisme, le patriarcat et le sexisme16. Ainsi le choix de l’acronyme « Morena », avec sa désinence féminine, remet résolument au centre les indigènes et les femmes – les humbles, les oubliées – marque notoire, s’il en faut, du progressisme du parti.17

  • 18 On trouve sur le web, entre autres, un appel international contre le PIM daté du 24 février 2019, (...)
  • 19 Juan Carlos Cruz Vargas, « Previo a consulta, AMLO advierte: sin termoeléctrica en Morelos se tend (...)
  • 20 Fonds National de Promotion du Tourisme, institution chargée de développer les investissements tou (...)
  • 21 Claudia Ramos, « Tren Maya: el beneficio social compensa el impacto ambiental, justifica FONATUR » (...)
  • 22 Rappelons que le gros des bataillons de migrants vers les Etats-Unis, ce ne sont pas les Mexicains, (...)
  • 23 Plan national de Développement 2019-2024, p. 54. « On créera des zones franches pour attirer les i (...)
  • 24 Depuis sa campagne électorale, AMLO emploie cette expression de façon récurrente dans ses discours (...)

3Dans sa conférence de presse du 31 juillet 2019, AMLO spécifie que le développement lui importe plus que la croissance économique. Par « développement » il entend essentiellement la création d’emplois, gages de sécurité économique. Le gouvernement soutient le PIM (Projet Intégral Morelos) qui consiste en la construction de deux centrales thermiques et d’un aqueduc dans l’État de Morelos, ainsi que d’un gazoduc traversant les États de Puebla, Tlaxcala et Morelos. C’est un projet polémique18, mais AMLO est déterminé à le mener à bien, car il crée des emplois, développe le tourisme et industrialise la région. De plus, comme il l’a dit clairement : si la thermoélectrique n’est pas mise en fonctionnement, « on va gâcher 20 milliards de pesos, c’est l’argent du peuple. Et ce n’est pas tout, il faudrait continuer à acheter l’énergie aux entreprises particulières », autrement dit étrangères19. Autre priorité du gouvernement : développer le Sud et le Sud-Est du pays – région riche en biodiversité, ressources minières et au potentiel touristique encore largement sous-exploité – qui concentre les plus forts indices de pauvreté. Deux mégaprojets sont en chantier. Au Sud-Est, le « train maya », destiné à relier les cinq états de la Péninsule et à transporter des touristes, des travailleurs et des marchandises ; et au niveau de l’isthme de Tehuantepec, le « couloir intermodal transocéanique », voué à faciliter et intensifier les flux de marchandises destinées à l’exportation. Tout comme le PIM, ces projets font polémique, pour des questions environnementales et territoriales. Mais les positions extrêmes sont contre-productives. Comme l’a fait remarquer, sans mâcher ses propos, Rogelio Jiménez Pons, directeur du FONATUR20, pour faire entendre raison à des écologistes et autres activistes ultra-conservateurs opposés au train maya : « un pays n’a rien à gagner, avec de gros jaguars et des enfants faméliques21. » Grâce à ces deux mégaprojets, des « emplois et des conditions de vie dignes » seront enfin à la portée non seulement des populations locales – communautés paysannes à forte concentration indigène – mais également des migrants centre-américains22 qui traversent en flux continu le pays. Les emplois ne manqueront pas, il y en aura pour tous, car la création de zones franches, partie intégrante de ces projets, attirera de forts investissements étrangers23. « La quatrième transformation24 » promise par AMLO est en bonne voie !

  • 25 Conférence à la UNAM, le 20 juin 2019. Intervenants : Carlos González et María de Jesús Patricio M (...)

4Comment expliquer alors, devant un scénario aussi prometteur, l’opiniâtre hostilité des zapatistes envers López Obrador ? Carlos González, avocat nahua spécialiste en droit agraire, membre du CNI-CIG, nous donne la réponse. Cette hostilité trouve son origine dans une vieille rancune – elle remonte aux Accords de San Andrés, approuvés le 16 février 1996 par l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) et des représentants mandatés par le gouvernement d’Ernesto Zedillo (1994-2000). C’est l’histoire d’une trahison. Lui non plus « n’a pas oublié ». Il en fait le récit à des étudiants de sociologie de la UNAM le 20 juin 201925. Nous restituons ici son discours dans les grandes lignes.

  • 26 Nombre de ces droits fondamentaux étaient reconnus par la Convention (numéro 169) relative aux peu (...)

5Carlos González explique que les accords de San Andrés impliquaient, ni plus, ni moins, une réforme constitutionnelle profonde, qui octroyait aux communautés indigènes le statut d’entités de droit public et était fondée sur la reconnaissance du droit des populations autochtones à disposer de leurs territoires et de leurs ressources naturelles de manière collective26. Avec la réforme, les communautés indigènes devenaient parties intégrantes des structures de l’Etat mexicain. Elles avaient la faculté de se gouverner elles-mêmes, de déterminer elles-mêmes leur politique fiscale et étaient libres d’articuler entre eux les différents municipes où elles seraient majoritaires. Cette réforme établissait institutionnellement leur autonomie. Dans la foulée des accords de San Andrés, le CNI, l’EZLN et une part importante de la société civile (des organisations et des intellectuels supposément de gauche, dont le PRD et son chef López Obrador) ont exercé de diverses manières une forte pression sur le gouvernement pour que l’initiative de loi indigène de la COCOPA (Commission de la Concorde et la Pacification, composée par des députés et des sénateurs de différents partis politiques), qui était la version rédigée en termes légaux des accords de San Andrés, soit intégrée à la Constitution. Finalement, le 28 avril 2001, la réforme constitutionnelle est votée, avec l’approbation unanime de tous les partis politiques, mais elle n’a plus grand-chose à voir avec ce qui avait été pacté avec les organes représentatifs des peuples autochtones : les partis politiques, et en premier lieu la gauche, ont trahi.

  • 27 La réforme politico-électorale de 1996 marque les débuts de la partitocratie (caractéristique du ré (...)
  • 28 Patrick Bèle, « Mexique, le PRI favori de la Présidentielle », Le Figaro international, 27/06/12.

6Carlos González se rappelle avoir entendu Luis Hernández, journaliste à La Jornada, affirmer à plusieurs occasions que López Obrador avait troqué les accords de San Andrés contre la réforme politico-électorale27 – celle qui marque les débuts de la « partitocratie28 » du régime mexicain – qui a permis par la suite au PRD de prendre le contrôle de la ville de México (et donc à lui-même d’être élu chef du gouvernement de cette même ville et plus tard Président de la République).

  • 29 La résistance indigène continue, mais très affaiblie.

7A partir de là, la position de l’EZLN se durcit. Il prend ses distances avec le PRD et cesse de croire que le monde peut être transformé par la voie électorale. Il décide d’appliquer unilatéralement les accords de San Andrés sur les territoires occupés. Son positionnement clairement anticapitaliste et son refus de faire alliance avec le PRD du très populaire López Obrador lui coûtent le soutien d’une partie de la gauche29.

8Revenons sur la réforme, ou plutôt la contre-réforme que les députés, ce 28 avril 2001, ont votée à la Chambre. Contrairement à celui produit par la COCOPA, le nouveau texte ne reconnaissait pas les droits territoriaux indigènes. Carlos González insiste sur le fait que le « droit territorial » est un concept juridique assez précis dans la législation internationale. Les députés – tous partis confondus, PRD inclus – ont troqué le terme de « territoires » contre celui de « lieux », vide de tout contenu juridique. Ils n’ont pas non plus défini les communautés indigènes comme des entités « de droit public », statut qui était la pierre angulaire de leur autonomie, mais comme des entités « d’intérêt public », donc sujettes à la tutelle de l’État. Et pour finir, ils ont divisé l’article 2 de la Constitution, censé reprendre les accords de San Andrés, en deux alinéas : le premier parle de droits et le second aborde des aspects relatifs au développement qui n’ont pas leur place dans un texte destiné à exposer et garantir des droits humains. La superficialité et l’ignorance grossière de la classe politique avaient déjà été finement analysées par le sous-commandant Marcos, aujourd’hui Galeano, dans sa lettre ouverte adressée le 2 décembre 2000 au président Vicente Fox : les politiciens s’imaginent que les indigènes, transformés en « mini-micro-entrepreneurs » ou « employés » d’entreprises, vont se tenir tranquilles. Comment faire confiance, comment discuter avec des personnes persuadées, comme Fox à l’époque, que les problèmes des Mexicains se résoudront avec « une bagnole, une télé et un petit commerce » (« vocho, tele y changarro30 ») ? Pour les zapatistes et le CNI, la réforme constitutionnelle de 2001 s’inscrit dans la droite ligne des politiques développementalistes et assimilationnistes jusqu’alors mises en œuvre par l’État.

9Est-ce étonnant ? Pas vraiment, quand on lit le communiqué suivant de l’EZLN :

  • 31 « Un continent comme arrière-cour, un pays comme cimetière, une pensée unique comme programme de g (...)

Pour le système, le destin des indigènes est dans les musées, dans l’anthropologie spécialisée, dans les marchés artisanaux et dans l’image de la main tendue qui attend l’aumône. Les théoriciens et les avocats de la machine doivent le trouver bien désespérant, cet analphabétisme qui ne comprend rien aux mots : « consommation », « profit », « progrès », « ordre », « modernité », « conformisme », « achat et vente », « reddition », « capitulation ». Ce qu’il faut, pour alphabétiser ces réfractaires à la civilisation, ce sont les programmes d’aide qui divisent et qui confrontent, les barreaux des prisons, du plomb et la disparition. Bien sûr, il y a ceux qui se vendent et livrent les leurs au bourreau ; mais il y a des communautés qui demeurent rebelles parce qu’elles savent qu’elles sont nées pour la vie, et que les promesses du « progrès » cachent la pire mort : celle de l’oubli31. 

  • 32 Camacho, Zósimo, « La lucha indígena de hoy, puede ser la última : Carlos González », Contralínea, (...)
  • 33 Julio Moguel, « La 4T, por una democraca pluricultural », Aristeguí noticias, 22/12/19.

10En juin 2019, López Obrador lance une consultation nationale portant sur une réforme constitutionnelle qui prétend intégrer les accords de San Andrés. Les zapatistes et le CNI ont-ils eu raison de refuser la main tendue ? « Les politiciens ont peut-être la mémoire courte, mais pas nous, affirme Carlos González. On n’oublie pas de quelle façon ils ont pactisé, ni ce qu’ils ont fait ». Face à ceux qui, tels l’écrivain et économiste de gauche Julio Moguel, partisan de première heure des zapatistes, incitent l’EZLN à laisser de côté les vieilles rancunes et à « faire confiance » au nouveau gouvernement, à lui « laisser sa chance », Carlos González se montre intransigeant. Pour lui, le « supposé développement » porté par López Obrador devrait au contraire alarmer très fortement l’ensemble de la population mexicaine, car dans les faits, il constitue un ethnocide. Ce qui est en jeu, pour lui, c’est la survivance des communautés autochtones et la préservation de ce qu’elles nomment « la Madre Tierra32 » autrement dit la persistance du Mexique en tant que nation. Sans aller aussi loin, Julio Moguel lui-même reconnaît que le « développement » promu par le gouvernement d’AMLO reste pour l’instant prisonnier d’un cadre assez classique, pour ne pas dire raciste et intégrationniste33.

11Un doute sinistre s’insinue dans notre cœur. Quelle cruelle déconvenue, quelle douloureuse désillusion, si les paroles d’AMLO, si la belle éthique de Morena, n’étaient que du vent. Si lui était, comme tant d’autres, un as de la désinformation, un vulgaire tartuffe.

12Pour lever ce pénible doute, une enquête scrupuleuse reste à mener, sur les formes concrètes que prend le « développement intégral » préconisé par AMLO. Ses conséquences sur le plan humain, environnemental et territorial doivent être analysés. Nous verrons alors si la façon qu’a le CNI de qualifier le train maya, le couloir transisthmique et le projet intégral Morelos de « projets de mort » est justifiée, ou bien outrancièrement alarmiste. Pour ce faire, nous pouvons compter sur la collaboration de notre ami l’avocat nahua Carlos Gonzalez. De nouvelles voix mériteraient aussi de se faire entendre : le collectif GeoComunes (collectif de cartographie participative en défense des biens communs), le poète Javier Sicilia (porte-parole du Mouvement pour la paix dans la Justice et la Dignité), le spécialiste du crime organisé Edgardo Buscaglia et le collectif Todxs Somos Presxs du Chiapas (collectif de soutien aux prisonniers politiques). La suite, donc, au deuxième épisode !

Haut de page

Notes

1 José Gil Olmos, « Y pese a todo, la popularidad de AMLO se mantiene », Proceso, 02/12/2019. https://www.proceso.com.mx/reportajes/2019/12/2/pese-todo-la-popularidad-de-amlo-se-mantiene-235159.html Une enquête de la société nord-américaine Morning Consult, publiée le 15/10/2021 dans le Financial Times, estime à 65% son taux actuel de popularité. https://www.proceso.com.mx/nacional/2021/10/25/el-financial-times-publica-encuesta-que-ubica-amlo-como-el-segundo-presidente-mejor-evaluado-de-13-274544.html

2 Discours complet : https://www.youtube.com/watch?v=lnmcZEZaJGU&ab_channel=C%C3%A1maradeDiputados

3 Les 36 ans de néolibéralisme débutent avec le sexennat de Miguel de la Madrid (1982-1988) et se poursuivent férocement sous Salinas de Gortari (1988-1994). Sous le sexennat de ce dernier ont eu lieu les privatisations les plus emblématiques : celles de la banque (Banca de México), la téléphonie (Telmex) et la télévision (Imevisión). Salinas de Gortari a également amorcé la privatisation du secteur énergétique qui sera poursuivie par Enrique Peña Nieto (2012-2018). La réforme de l’article 27 de la Constitution visant à permettre la mise sur le marché des terres ejidales (de propriété collective) a lieu aussi sous le gouvernement Salinas de Gortari.

4 Plan national de Développement 2019-2024, p. 32. https://lopezobrador.org.mx/wp-content/uploads/2019/05/PLAN-NACIONAL-DE-DESARROLLO-2019-2024.pdf

5 Les effectifs de la Garde nationale (Guardia Nacional) s’élèvent à 80.000, selon les propres déclarations du Président lors de sa conférence matinale du 9 août 2019. Un garde national est rémunéré à hauteur de 19.000 pesos nets par mois (environ 900€). https://www.youtube.com/watch?v=wOASlcTQ6fo

6 AMLO en direct : https://www.youtube.com/watch?time_continue=11&v=W9wAlv-CCx0&feature=emb_logo

7 https://www.gob.mx/guardianacional

Fait insolite : la Garde nationale se déploie également en territoire zapatiste, alors que leurs territoires ne sont pas affectés par les cartels ni la criminalité. Voir Zósimo Camacho, « La guardia nacional y los territorios zapatistas », Contralínea, 26/05/19.

https://www.contralinea.com.mx/archivo-revista/2019/05/26/la-guardia-nacional-y-los-territorios-zapatistas/

8 Comparativement, le salaire d’AMLO (5163,30€ par mois) est à peine 30 fois plus élevé ; l’écart est raisonnable, compte tenu de ses responsabilités et du rôle historique qu’il est amené à jouer dans la transformation du pays. Dans les zones franches, le salaire minimal est porté à 176,72 pesos par jour (environ 8,40€).

9 https://www.occ.com.mx/blog/salario-minimo-2019-en-mexico/ Petit désappointement : ce budget ne permet pas d’acheter la totalité des produits cités chez Walmart.

10 Donnée du SPIN-TCP, atelier de communication politique analysant les conférences de presse matinales du Président. Infographie 16 du 29 novembre 2019.

http://www.spintcp.com/conferenciapresidente/infografia-16/

11 Plan national de Développement 2019-2024, p. 31.

https://lopezobrador.org.mx/wp-content/uploads/2019/05/PLAN-NACIONAL-DE-DESARROLLO-2019-2024.pdf

12 Le PRD (Parti de la révolution démocratique) était, avant la création de Morena par López Obrador pour promouvoir sa candidature aux élections présidentielles de 2012, un des trois partis majeurs du Mexique (avec le PRI et le PAN) traditionnellement considéré à gauche.

13 « Programa de Morena » : https://lopezobrador.org.mx/programa-del-movimiento-regenarcion-nacional/

14 Voir sur ce sujet l’essai de l’historien Federico Navarrete, Alfabeto del racismo mexicano (2017). La population mexicaine est très majoritairement métisse. Le nombre d’autochtones est estimé par l’INEGI (Institut national de Statistiques et Géographie) en 2015 à 25.964.928 (soit 21,5% de la population totale). Il existe au Mexique encore 68 langues nationales officielles, en plus de l’espagnol, et 364 variantes (le Mexique est un des dix pays du monde comportant la plus grande diversité linguistique). La langue autochtone la plus parlée est le náhuatl. Source : Columba Vértiz de la Fuente, « México ante el Año Internacional de las Lenguas Indígenas », Proceso, 19/01/19.

15 Cesar Arellano García, « En 10 años se triplicaron los feminicidios en México: Inmujeres », La Jornada, 25/11/19. https://www.jornada.com.mx/ultimas/politica/2019/11/25/en-10-anos-se-triplicaron-los-feminicidios-en-mexico-inmujeres-3567.html

16 Voir à ce propos le livre de la journaliste Lydia Cacho, #Ellos hablan: Testimonios de hombres, la relación con sus padres, el machismo y la violencia (2018). Selon l’ONU, 14 des 25 pays où l’on compte le plus de féminicides sont des pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Pour Lydia Cacho, les hommes politiques sont les principaux responsables de cette situation. Selon elle, jamais la gauche latino-américaine au pouvoir (pas plus que la droite) n’a cherché à remettre fondamentalement en question le machisme : ni la révolution sandiniste, ni la mexicaine, ni la cubaine.

17 A ce titre, le CIG (Conseil Indigène de Gouvernement, émanation du Congrès National Indigène (CNI) fondé en 1996) eût pu s’épargner la peine de désigner María de Jesús Patricio Martínez, alias « Marichuy », guérisseuse et herboriste nahuatl, membre fondatrice du CNI, comme candidate indépendante à l’élection présidentielle. Plutôt que de faire de l’ombre à AMLO, le CNI-CIG et sa candidate eussent été plus avisés de se reposer, en toute confiance, sur un expert en politique et communication tel que lui. D’autant plus qu’il a souvent à la bouche un des principes majeurs figurant dans les statuts du CNI : « commander en obéissant » (mandar obedeciendo), preuve – s’il en faut – de son absence d’autolâtrie et de son attachement réel à la démocratie et au « bon gouvernement ».

- Pour en savoir plus sur Marichuy, les femmes en résistance du Chiapas, et leur propre conception du développement, voir le blog d’Ophélie Parent, doctorante en anthropologie sociale (EHESS, CéSor) : « Femmes en Terres indiennes » : https://www.femmesterresindiennes.wordpress.com/2018/04/01/maria-de-jesus-patricio-martinez-aspirante-a-la-presidence-du-mexique-histoire-et-perspective-dune-lutte-pour-la-dignite-indigene/

- Le CNI regroupe une grande diversité de peuples, nations et tribus autochtones : Amuzgo, Binnizá, Chichimeca, Chinanteco, Chol, Chontal de Oaxaca, Chontal de Tabasco, Coca,  Comcac, Cuicateco, Cucapá, Guarijío, Ikoots, Kumiai, Lacandón, Mam, Matlazinca, Maya, Mayo, Mazahua, Mazateco, Mixe, Mixteco, Nahua, Ñahñu/Ñajtho/Ñuhu, Náyeri, Popoluca, Purépecha, Rarámuri, Sayulteco, Tepehua, Tepehuano, Tlapaneco, Tohono Oódham, Tojolabal, Totonaco, Triqui, Tzeltal, Tzotzil, Wixárika,  Yaqui, Zoque, Afro-métisse et Métisse. Pour en savoir plus sur le CNI, voir le site du « Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte » : http://cspcl.ouvaton.org/spip.php?rubrique25 ou (en espagnol) consulter le site du CNI.

18 On trouve sur le web, entre autres, un appel international contre le PIM daté du 24 février 2019, le taxant de « projet de mort » car il menacerait les réserves en eau de la région (nappes phréatiques, fleuves, puits) et le gazoduc traverserait une zone volcanique à risque. Le site en question est néanmoins d’une fiabilité douteuse. L’enseigne, « Tritons crété-e-s contre béton armé », donne à penser qu’il est tenu par une bande de loufoques.

https://zad.nadir.org/spip.php?article6399

19 Juan Carlos Cruz Vargas, « Previo a consulta, AMLO advierte: sin termoeléctrica en Morelos se tendría que comprar energía a particulares », Proceso, 08/02/19.

https://www.proceso.com.mx/nacional/2019/2/8/previo-consulta-amlo-advierte-sin-termoelectrica-en-morelos-se-tendria-que-comprar-energia-particulares-219975.html

20 Fonds National de Promotion du Tourisme, institution chargée de développer les investissements touristiques au Mexique. C’est le FONATUR qui, par exemple, a organisé le développement touristique de Cancún.

21 Claudia Ramos, « Tren Maya: el beneficio social compensa el impacto ambiental, justifica FONATUR », Animal político, 05/02/19.

https://www.animalpolitico.com/2019/02/tren-maya-proyecto-construccion-comunidades-indigenas/

22 Rappelons que le gros des bataillons de migrants vers les Etats-Unis, ce ne sont pas les Mexicains, ce sont les Centraméricains, en provenance majoritairement du Guatemala, du Honduras et de El Salvador. On estime leur nombre à 400 000 ou 500 000, qui traversent chaque année le Mexique dans des conditions effroyables pour tenter d’atteindre les Etats-Unis. Cela ne sera plus nécessaire. Le Plan national de développement spécifie (p. 34) : « il est attendu que les projets régionaux de développement agissent comme des « rideaux » pour capter le flux migratoire dans son transit vers le Nord. » Le Mexique d’AMLO perpétue ainsi la grande tradition de solidarité internationale du pays…

23 Plan national de Développement 2019-2024, p. 54. « On créera des zones franches pour attirer les investissements du secteur privé ». https://lopezobrador.org.mx/wp-content/uploads/2019/05/PLAN-NACIONAL-DE-DESARROLLO-2019-2024.pdf Toute ressemblance avec l’idéologie néolibérale est purement fortuite. Si cette pensée a traversé votre esprit, méfiez-vous : vous êtes sans doute contaminé par la propagande réactionnaire des ennemis du progrès.

24 Depuis sa campagne électorale, AMLO emploie cette expression de façon récurrente dans ses discours : après l’Indépendance (1810), la Réforme (1857) et la Révolution (1910), son gouvernement amorcera « la quatrième transformation » de l’histoire du pays. Saluons la détermination, la force de caractère, et le dévouement extrême d’un homme qui porte sur ses épaules le poids d’une telle responsabilité historique. Il est regrettable que certains esprits malintentionnés (ils pullulent sur le net) voient en lui un « mégalomane », tel Israel Ramos, citoyen libre et indépendant, avocat de profession, partisan de l’égalité et défenseur des droits humains, conseiller juridique et activiste social. https://los21revista.net/renuncia-de-urzua-demuestra-que-amlo-es-un-megalomano/

25 Conférence à la UNAM, le 20 juin 2019. Intervenants : Carlos González et María de Jesús Patricio Martínez. https://www.youtube.com/watch?v=Tl78Y83rSaA

26 Nombre de ces droits fondamentaux étaient reconnus par la Convention (numéro 169) relative aux peuples indigènes et tribaux, elle-même approuvée par le gouvernement mexicain et ratifiée par le Sénat en 1990, mais ils étaient restés jusque-là lettre morte.

27 La réforme politico-électorale de 1996 marque les débuts de la partitocratie (caractéristique du régime mexicain, selon le chercheur Gilles Bataillon). Elle retire « au président sortant l’une de ses prérogatives les plus importantes : celle de pouvoir désigner son successeur ». « C’est l’une des raisons pour lesquelles, en 1997, pour la première fois dans l’histoire récente du pays, le PRI a perdu la majorité à la Chambre des députés et que, la même année, la ville de Mexico est passée sous le contrôle du PRD. » Source : Ilán Bizberg, « La transformation politique du Mexique : fin de l'ancien régime et apparition du nouveau ? », Critique internationale, vol. no 19, no. 2, 2003, pp. 117-135https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-2-page-117.htm

28 Patrick Bèle, « Mexique, le PRI favori de la Présidentielle », Le Figaro international, 27/06/12.

https://www.lefigaro.fr/international/2012/06/27/01003-20120627ARTFIG00667-mexique-le-pri-favori-de-la-presidentielle.php

29 La résistance indigène continue, mais très affaiblie.

30 La Jornada, 03/12/2000 https://www.jornada.com.mx/2000/12/03/004n1pol.html

31 « Un continent comme arrière-cour, un pays comme cimetière, une pensée unique comme programme de gouvernement, et une petite, très petite, minuscule, rébellion », Enlace zapatista, 27/11/18.

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2018/11/27/300-deuxieme-partie-un-continent-comme-arriere-cour-un-pays-comme-cimetiere-une-pensee-unique-comme-programme-de-gouvernement-et-une-petite-tres-petite-minuscule-rebellion/

32 Camacho, Zósimo, « La lucha indígena de hoy, puede ser la última : Carlos González », Contralínea, 16/05/19. https://www.contralinea.com.mx/archivo-revista/2019/05/16/la-lucha-indigena-de-hoy-puede-ser-la-ultima-carlos-gonzalez/

33 Julio Moguel, « La 4T, por una democraca pluricultural », Aristeguí noticias, 22/12/19.

https://aristeguinoticias.com/1706/opinion/la-4a-t-por-una-democracia-pluricultural-articulo/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouck Linck, « Mexique, épisode 1 : La curieuse obstination des zapatistes »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 06 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/14825 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.14825

Haut de page

Auteur

Anouck Linck

MCF, Université de Caen Basse-Normandie (UCBN)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search