Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier: Imaginaires de la LimiteLimites, sociétés et politique(Re)définir, (re)conceptualiser, ...

Dossier: Imaginaires de la Limite
Limites, sociétés et politique

(Re)définir, (re)conceptualiser, (re)délimiter les frontières dans les Amériques et ailleurs. Approches transdisciplinaires1

(Re)defining, (re)conceptualising, (re)delimiting borders in North America and elsewhere. Transdisciplinary approaches.
Yves Laberge

Résumés

Conceptualiser la frontière implique plus qu’une définition rudimentaire se réduisant à une simple démarcation internationale ou interétatique. Au-delà de la volonté de proposer une définition opératoire de la frontière, le but de cet article est de montrer comment l’idée même de la frontière a considérablement changé depuis quatre décennies. Quatre événements ont scandé ce processus irréversible : la fin du rideau de fer, l’avènement de l’Europe sans frontières, les grandes vagues migratoires du Sud vers les pays du Nord et enfin la virtualisation des cultures et des appartenances qui achève le mouvement de mondialisation amorcé au siècle dernier. Cet article se subdivise en quatre parties : 1) une conceptualisation de la frontière, 2) un bilan des mutations récentes quant au statut des frontières, 3) une étude de cas sur de la frontière Canado-étatsunienne, et 4) une tentative d’établir quelques remarques plus théoriques autour de l’idée même de la frontière. On conclura sur la nécessité de considérer les effets de la mondialisation et l’impact des nouvelles technologies sur les nouvelles frontières, plus virtuelles et imperceptibles, qui dénotent de nouvelles formes d’appartenance. Désormais le citoyen n’appartient plus forcément à l’endroit où il réside, et la frontière géographique ne délimite plus ses appartenances, ses zones d’influence et ses attaches : on peut désormais résider dans un pays et vivre virtuellement dans une autre culture, au-delà de la frontière physique qui sépare traditionnellement les pays et isole les cultures. En ce sens, la frontière au sens traditionnel ne représente plus un rempart, une séparation, une distinction, et encore moins un filtre contre les influences étrangères.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par transdisciplinaire, il faut entendre l’abolition des traditions et des cadres propres à une seu (...)

« La liberté politique consiste dans la sûreté, ou du moins dans l'opinion que l'on a de sa sûreté ».

  • 2 Montesquieu, De l'esprit des lois, cité par Raymond Aron, Liberté et égalité : cours au Collège de (...)

Montesquieu, L'esprit des lois2.

Introduction

  • 3 Le cas de la Crimée, région « arrachée » à l’Ukraine par la Russie en 2014, représente un exemple d (...)
  • 4 C’est le point de vue, éloquemment exposé et largement partagé, du géographe Michel Foucher, « Les (...)
  • 5 Bien qu’il ne traite pas de frontières mais plutôt de zones d’influences culturelles — autre concep (...)

1Plus que jamais, les frontières sont en pleine mutation3 : non seulement les lignes frontalières « bougent » au fil des guerres, des invasions et des bouleversements géopolitiques ; mais le concept même de frontière, tel qu’on l’a toujours entendu, doit être reconsidéré, réévalué, redéfini et élargi4. Ce vaste exercice de conceptualisation reste à faire et cet article veut y contribuer, modestement. Aujourd’hui, en 2021, comment pourrait-on définir, conceptualiser, délimiter rigoureusement l’idée même d’une frontière, que ce soit dans les Amériques, en Europe ou ailleurs ? Et avant tout, qu’est-ce que l’on considérerait encore de nos jours comme étant une véritable frontière ? Et que signifient-elles encore, ces frontières, compte tenu de la perméabilité de certaines de celles-ci ? Dans cette optique, doit-on uniquement inclure dans cette définition stricte les frontières entre les pays, ou si l’on devrait en outre considérer les délimitations entre les régions, entre les zones linguistiques, voire les frontières telles que reconçues dans les têtes des individus ?5. L’idée ancienne d’une délimitation pouvant autrefois séparer le familier de ce qui semblait étranger ne s’applique plus systématiquement ; avec la mondialisation et l’accès illimité aux médias de toutes provenances, bien des choses venues d’ailleurs nous paraissent aujourd’hui familières et par ailleurs bien des particularités régionales d’un autre coin de pays nous sembleront insolites, inconnues, inaccessibles ou très éloignées de nous. Ainsi, l’américanisation a rendu reconnaissables partout dans le monde l’urbanité newyorkaise et les grands espaces filmés pour les westerns dans le désert magnifié des célèbres « Monument Valley Studios » ; inversement, la découverte des cultures régionales constituera parfois un dépaysement total dans beaucoup de pays.

  • 6 Sur le concept de l’attachement aux lieux pour chaque individu, voir la nouvelle édition du livre d (...)
  • 7 Michael Serazio et Brooke Erin Duffy, « Social Media Marketing », chapitre dans Jean Burgess, Alice (...)

2Le point de départ de cet article sera la nécessité de considérer comment l’individu appréhende la frontière en des termes autres que géographiques (délimitation physique), politiques (l’idée impalpable de la nation et, par extension, de l'Autre) ou sinon en des termes purement juridiques (identité légale, citoyenneté, passeport). Ce n’est pas tant la frontière en tant que telle qui nous intéresse comme notre rapport à celle-ci, et la représentation sociale qui en est faite. Or, les dimensions sociologiques, et notamment symboliques ne devraient pas être négligées dans cette réflexion, afin de pouvoir (re)considérer le sentiment d’appartenance, l’attachement au lieu où l’on habite, mais aussi la reconnaissance de l’autorité exercée par le gouvernement national6. Tous ces éléments fondamentaux participent de la souveraineté d’un état. De plus en plus, des frontières invisibles ou intangibles se sont ajoutées à celles déjà existantes, qui sont marquées sur le sol et officiellement bornées. L’Internet et la virtualisation des espaces et des appartenances ont fait en sorte que les individus n’ont plus toujours le sentiment d’appartenir, entièrement ou prioritairement, à l’endroit délimité par leur zone de résidence ou par leurs frontières nationales. En raison des possibilités offertes par Internet, diverses zones d’influences externes se sont ajoutées à notre environnement immédiat. Il existe de nouvelles proximités, et celles-ci peuvent être physiquement — géographiquement — très éloignées, mais avec néanmoins un impact immense, considéré par certains experts comme étant devenu « hors de contrôle »7. Nous verrons comment dans la quatrième partie de cet article.

  • 8 La transdisciplinarité abolit les cadres disciplinaires pour privilégier les concepts hybrides, alo (...)
  • 9 Priscilla Alvarez, “How the current US-Mexico border crisis compares with the peak of the Trump era (...)
  • 10 C’est le discours théorique dans plusieurs des derniers livres de Dominique Wolton, Internet et apr (...)

3Une approche transdisciplinaire semble ici indispensable afin de bien saisir toutes les dimensions des questions frontalières, sans se borner aux habituels cadres disciplinaires (géographie, histoire, relations internationales) pris au sens strict8. En préconisant de mettre en évidence les dimensions culturelles, symboliques, imaginaires et virtuelles des frontières dans les Amériques, notre étude de cas examinera sommairement des aspects peu usités mais néanmoins essentiels dans de telles études. Dans le cas particulier des frontières dans les Amériques, on assiste au sein d’une frange des populations frontalières à des formes d'attachement et de préoccupation face à l'intégrité des frontières nationales, et par extension des identités nationales. Pour beaucoup de gens, la question des frontières dans les Amériques est intimement liée à l’idée de souveraineté des états, mais aussi à la question de la protection collective, voire de la sécurité nationale. Les éléments qui seront apportés afin de définir, conceptualiser, délimiter les frontières dans les Amériques seront à la fois théoriques et interdisciplinaires ; en guise d'illustrations, nous tiendrons compte des représentations collectives des frontières, par exemple la construction imaginaire de la frontière USA-Mexique faite pendant quatre années par le Président Trump, ou encore des enjeux liés à la frontière Canada-USA9. Le rôle des médias, et surtout des médias sociaux sera également considéré pour deux cas précis. Alors que certains usagers croient que les médias sociaux sont des révélateurs d’une vérité cachée, beaucoup d’observateurs comme les sociologues et les anthropologues y voient au contraire un symptôme des dérives et des croyances, pouvant être à la fois infondées mais néanmoins influentes et largement répandues10.

4Contrairement à l'Europe, les frontières en Amérique du Nord sembleront beaucoup moins nombreuses (un pays comme le Canada ne semble avoir qu'une seule véritable frontière terrestre, en l'occurrence avec les États-Unis) ; de plus, les frontières sur le continent nord-américain sont plus longues et moins bien surveillées, sauf dans les zones urbaines, relativement peu nombreuses le long des frontières. Nous avancerons qu'il existe une frontière physique et une autre, imperceptible et beaucoup plus symbolique, mais pas pour autant moins importante. En somme, la dynamique si particulière des frontières dans les Amériques permettra de mieux comprendre la frontière comme un élément qui contribue significativement à définir une nation, une société, et pas uniquement un territoire.

5Cet article se subdivise en quatre parties. D’abord, il convient de réfléchir sur les manières selon lesquelles nous concevons les frontières, car celles-ci sont conçues conjointement par des États et semblent immuables pour le commun des mortels ; mais celles-ci sont également imaginées et représentées dans les médias ou dans des œuvres imaginaires, et ces représentations inexactes, amplifiées ou idéalisées influencent néanmoins sur les manières de les considérer, de les viser, de les franchir, de les transgresser. Deuxièmement, les frontières doivent être conceptualisées pour ce qu’elles représentent, mais également pour ce qu’elles sont réellement : des zones de transition mais aussi des remparts qui garantissent l’intégralité d’un territoire et la souveraineté des états, et par conséquent des peuples. Pour tout État, pas de souveraineté véritable sans un contrôle absolu de ses frontières, de son tracé, de qui la franchit, de qui ne la franchira pas : c’est une garantie d’intégrité. Se rapprochant de l’étude de cas, la troisième partie veut décrire une des grandes frontières d’Amérique du Nord, sans prétendre à l’exhaustivité, mais uniquement pour utiliser les spécificités nord-américaines afin d’alimenter la présente réflexion conceptuelle et théorique. Qu’ont en commun les frontières d’Amérique du Nord ? Comparativement à l’Europe, celles-ci sont relativement peu nombreuses, apparemment infinies, et pourtant si différentes les unes des autres. Enfin, la quatrième et dernière partie tirera profit des trois étapes précédentes pour tenter de théoriser, ou du moins d’établir quelques jalons théoriques autour du concept de la frontière, de sa fonction, de ses représentations et de ses mutations depuis 1989. Puisque les frontières sont à la fois dissemblables (par exemple pour le géographe) et du même coup semblent similaires (en tant que système et structure structurante, selon les termes du sociologue), on peut établir quelques points communs et de démarcation (ou de distinction) sans risquer de généraliser abusivement.

  • 11 La diversité des frontières internationales semble infinie, souvent surprenante et quelquefois inso (...)

6Ces descriptions élémentaires nous rappelleront à quel point les frontières peuvent constituer un lieu à la fois concret et abstrait, prosaïque et mythifié, nettement délimité et en même temps relativement flou11. Nous comprendrons comment et pourquoi dans les pages qui suivent. Beaucoup de frontières (comme certaines frontières naturelles, et notamment maritimes) sont invisibles et n’existent que sur papier ; on les franchirait sans s’en apercevoir. Sans vouloir généraliser abusivement, la frontière serait comme une manière de délimiter mais aussi d’appréhender un territoire, un environnement, un lieu ou même une nation ; une frontière internationale en serait l’illustration la plus éloquente et la plus absolue. Mais cette définition ne peut être que provisoire et demanderait à être étayée.

Définir, visualiser, imaginer la frontière

  • 12 Stephen Dinan, “Yale study: Illegal immigrant population likely double, possibly triple previous es (...)

7Avant d’être établies, tracées, cartographiées et franchies, les frontières ont souvent été imaginées, convoitées, négociées, contournées. Politiquement et juridiquement, pour chaque état et chaque territoire, la frontière constitue l’expression tangible de sa légitimité, de sa souveraineté ; un pays n’est véritablement souverain que s’il peut vraiment contrôler sa frontière : avoir le pouvoir absolu de déterminer qui entrera et qui circulera, mais aussi qui sera refoulé ou exclu. Pouvoir traverser une frontière n’est pas un droit acquis, mais un privilège qui nous sera accordé ou non par un agent de douane. On le sait : détenir un passeport ne suffit pas pour être admis sans condition de l’autre côté de la frontière. Inversement, des milliers de sans-papiers réussissent à franchir une frontière internationale de différents pays sans montrer de passeport à la douane, ce qui contribue à invalider le caractère indispensable de ce document officiel et à créer un système d’exception qui pourrait devenir la règle12.

  • 13 D’après le Dictionnaire Cordial du site de l’Encyclopædia Universalis, Paris. https://www.universal (...)
  • 14 Lucius Caflisch, cité par Michel Foucher, « Les frontières », Op. cit., p. 3.

8D’après le Dictionnaire Cordial du site de l’Encyclopædia Universalis, la frontière désignerait habituellement la « limite qui sépare deux États » ou, au figuré et plus largement, signifierait la « limite entre deux choses différentes »13. Correspondant à l’idée généralisée de ce qui sépare distinctement deux pays, cette définition a l’avantage d’être claire. Mais à cette première définition pourrait s’ajouter celle, beaucoup plus politique, du professeur Lucius Caflisch : la frontière serait une « ligne ou un espace séparant des territoires terrestres sur lesquels deux États exercent la plénitude de leur puissance, c’est-à-dire la souveraineté territoriale »14. Nous retiendrons ici un concept propre à la science politique, aux relations internationales, mais aussi à l’éducation à la citoyenneté : la frontière serait garante de la souveraineté territoriale.

  • 15 Gaston Bachelard, La poétique de l'espace. Paris, Presses universitaires de France, 1957.

9Mais la frontière ne saurait être réduite à une réalité physique, marquée et mesurée, systématiquement gardée et surveillée, et souvent inaccessible au promeneur. À moins d’habiter une zone frontalière, la frontière constitue le plus souvent une abstraction, un lieu peu fréquenté, et par conséquent, un endroit dont on parle, que l’on évoque, mais sans le fréquenter ; c’est pourquoi on peut affirmer que la frontière fait partie de l’imaginaire, tout simplement parce que celle-ci est plus souvent imaginée que vécue. Mais un état des lieux de l’imaginaire de la frontière reste encore à être fait, et on aurait souhaité qu’un érudit comme Gaston Bachelard, l’auteur de La poétique de l'espace, l’ait un jour défini15.

  • 16 Ces considérations cadrent avec le propos du plus grand spécialiste canadien des frontières, Henri (...)
  • 17 Marie-Claire Subtil, « Accords de Schengen : l'Europe sans frontières en pointillé », Le Monde, 20 (...)

10Symboliquement, on peut affirmer que la frontière constitue en soi un point de rupture, le lieu par excellence de la transition, du passage du « Nous » vers « l’ailleurs » (ou l’inverse), ou parfois d’un « ailleurs » vers un autre « ailleurs »16. L’ultime limite ; la limite au-delà de laquelle les lois nationales ne s’appliquent plus. Pour analyser les dynamiques propres à la frontière, il faut d’abord rappeler que celle-ci recèle d’un pouvoir symbolique très puissant, qui peut sembler indéfinissable. Mais notre définition même de la frontière a considérablement changé au cours des dernières décennies. Pour les Européens de l’Est ayant connu les affres du Rideau de fer et l’implacable Mur de Berlin durant plusieurs décennies, la frontière vers l’Ouest apparaissait alors comme un lieu inaccessible, infranchissable. Inversement, avec la création de l’Europe unifiée en janvier 1993, l’abolition de la frontière entre les douze pays membres de l’Union Européenne pouvait d’abord sembler inimaginable avant de devenir une réalité, qui allait par la suite être reconfirmée et élargie17.

Conceptualiser la frontière

11« Conceptualiser la frontière » signifie simplement de montrer trois choses : ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas, et ce que l’on croit qu’elle est (ou comment celle-ci est perçue, représentée, imaginée).

12Les frontières sont juridiques, politiques, mais aussi symboliques et culturelles. Lorsqu’on dit qu’une frontière est internationale, ceci implique — étymologiquement — qu’elle sépare les nations ; en outre, la frontière serait tout autant interculturelle, dans la mesure où celle-ci sépare et distingue les cultures pour mettre en évidence chacune d’entre elles. C’est ce qui explique que les régions frontalières sont souvent des zones de bilinguisme, de biculturalisme affirmé, par la nécessité des choses. Mais pas systématiquement, et pas partout. Dès que l’on franchit les contours immédiats d’une ville limitrophe qui sert de lieu de passage ou de transition entre deux états, on s’étonne de rencontrer des gens qui ne comprennent pas la langue de la région voisine, alors qu’on s’y attendrait, et ceci est perçu comme une lacune ; c’est un constat que font beaucoup de Francophones en visite en Forêt noire, le long de la frontière alsacienne, ou encore dans certains secteurs de la Belgique ; c’est également vrai pour beaucoup de Québécois qui traversent la frontière interprovinciale pour se rendre à Ottawa, située dans la province de l’Ontario, où la population est majoritairement anglophone, et généralement réfractaire à parler en français, même avec les touristes. Les zones de proximité ne sont pas forcément multiculturelles, ni adeptes du bilinguisme, ni interculturelles : on peut comprendre qu’au seuil des frontières, les zones d’influence culturelle n’ont pas toutes la même force, le même attrait, la même réciprocité, le même rayonnement de l’autre côté de la ligne démarcative.

  • 18 Sheila McManus, « The Borderlands of the U.S. West », dans Gordon Morris Bakken (dir.), The World o (...)

13Un exemple nous permettra de saisir la symbolique d’une frontière qui n’existe pas, du moins, pas du point de vue du droit international. Décrivant la frontière symbolique de l’Ouest américain, qui dans les imaginaires semblerait intégrer à la fois des parties des États-Unis et du Canada dans un ensemble recomposé et confondu sous le vocable de « l’Ouest », Sheila McManus reconnaît à la fois une dimension humaine mais également une part de subjectivité qui s’ajouteraient aux limitations interétatiques, tout à fait réelles et reconnues : « Les états érigent des frontières car celles-ci définissent les états-nations, mais les frontières sont établies par la relation des peuples à leur frontière »18. Et c’est pourquoi la frontière américaine a tant fait rêver ; celle-ci constitue, déjà, un morceau d’une Amérique rêvée et idéalisée. C’est le propre de l’imaginaire.

La frontière Canado-étatsunienne

14Entre la nécessité de définir puis de conceptualiser, d’une part, l’idée même de la frontière (deuxième partie de cet article), et d’autre part la volonté de théoriser la frontière (dernière étape de cet article), afin de la saisir comme un mécanisme et un système interactif, il conviendrait entre ces deux moments d’illustrer, ne serait-ce que provisoirement et imparfaitement, un exemple de frontière internationale. Une fois admis ce paradoxe que les frontières sont toutes différentes et en même temps toutes assez semblables, on peut examiner un cas qui fera ressortir ces points communs et quelques particularités jugées exceptionnelles. Cet exemple sera la frontière largement tracée sur des milliers de kilomètres, le long du 49e parallèle.

  • 19 Une Commission internationale et conjointe se charge de gérer la frontière Canado-étatsunienne. htt (...)
  • 20 Michelle Ye Hee Lee, “Fact Checker Trump’s claim that 2 million or 3 million criminal aliens are ‘h (...)

15La frontière internationale séparant les États-Unis et le Canada n’échappe pas à la volonté de montrer le caractère à la fois unique et généralisable, réel et symbolique de cette ligne de démarcation séparant des secteurs pour la plupart forestiers ou ruraux, et rarement urbanisés. Si on ne manque jamais de rappeler que la ligne délimitant le Canada et les États-Unis est la plus longue frontière non-protégée au monde19, on doit néanmoins reconnaître que celle-ci est moins souvent évoquée que celle qui se situe entre les États-Unis et le Mexique. Longtemps discréditée par le futur Président Donald Trump durant sa première campagne électorale de 201620, la frontière mexicaine avait d’abord été mythifiée dans l’imaginaire de beaucoup de Latino-Américains durant des siècles.

  • 21 Robert King Merton, cité par Lawrence R. Samuel, The American Dream: A Cultural History, Syracuse, (...)

16Pour beaucoup de citoyens des États-Unis, la frontière entourant leur pays n’est pas qu’une ligne tracée sur le sol ; elle fait partie intégrante et intime du Rêve américain, de cette idéalisation de la patrie et de la magnification des origines (« American Dream »). Dans son livre entièrement consacré au Rêve américain (et intitulé American Dream), le professeur Lawrence Samuel élabore une argumentation comparative à propos d’une centaine de définitions du Rêve américain ; retenons celle du sociologue Robert King Merton qui y voyait « un rêve qui s’étire infiniment et pour toujours vers l’horizon », ajoutant « qu’il n’y a pas de point final »21.

  • 22 Sheila McManus, « The Borderlands of the U.S. West », dans Gordon Morris Bakken (dir.), The World o (...)

17Dans un pays qui s’est construit en faisant reculer les limites frontalières et en considérant chaque invasion comme un acte juste et justifié, obéissant simplement à l’idéologie de la destinée manifeste (« manifest destiny ») de la nation américaine, toute invasion du sol effectuée par des étrangers sera au contraire perçue par une partie patriotique de la population comme étant une menace contre l’intégrité du peuple américains22.

  • 23 Lisa Maria Garza, « 'Armed patriots': the private citizens out to secure the U.S. border », Reuters(...)

18Aux États-Unis, beaucoup de citoyens vont prendre à cœur « leur » zone frontalière et ressentir le besoin de la défendre, de la protéger, au quotidien, comme s’il s’agissait d’un emploi à plein temps, voire d’une vocation qui donnera un sens à leur vie. Beaucoup de médias étrangers se sont étonnés de voir apparaître au cours des dernières années des vigiles armés, bénévoles et désintéressés, qui parcouraient dans leur jeep la frontière séparant les États-Unis du Mexique en tentant d’assurer l’intégrité du territoire des zones frontalières au Texas et, dans une moindre mesure, au Nouveau-Mexique. Comment expliquer cette vocation ? Élan de patriotisme ? Ou simplement, un moyen de répéter à qui veut l’entendre qu’au-delà de cette zone frontalière qui pourrait ressembler à un No Man’s Land, ne passe pas qui veut. Or, si on prend la peine d’écouter leur témoignage lorsqu’ils sont questionnés, ces hommes (car il ne semble pas y avoir de femmes) affirment qu’ils protègent leur patrie des « invasions », et qu’ils le font car ils ont l’impression que les employés fédéraux, dont ce serait au départ la mission, auraient failli à leur devoir23. Si les médias se plaisent à représenter ces gardes-frontière comme des illuminés soumis à une idéologie d’extrême-droite ; ceux-ci se présentent au contraire comme des patriotes voulant protéger leurs terres, dans la plus pure tradition des westerns et de l’imaginaire de l’Ouest américain. Comment pourrait-il en être autrement pour eux ?

19Nous assistons cependant à un paradoxe, et non le moindre à propos des zones frontalières nord-américaines. Si la frontière États-Unis—Mexique semble chaudement disputée et jalousement gardée, celle entre les États-Unis et le Canada obéit à d’autres dynamiques et ne fait pas l’objet de telles mobilisations citoyennes.

20Cette autre frontière, cette frontière du Nord, a moins fait les manchettes, bien que plusieurs épisodes de contournement de la frontière par des immigrants ou des sans-papiers aient eu un certain retentissement ; en raison de plusieurs cas d’expulsion largement médiatisés en 2019. Certains Canadiens avaient l’impression que les autorités des États-Unis se débarrassaient de leurs immigrants en les « rejetant » au Canada. Deux types de réactions ont eu lieu au Canada : d’abord ceux qui prônaient la sollicitude et voulaient accorder l’asile à ces milliers d’immigrants, tandis que d’autres, y compris des immigrants déjà installés au Canada et en attente de la normalisation de leur statut, protestaient au contraire en invoquant le fait que certaines personnes tentaient de contourner « la file d’attente » de la machine officielle du Ministère de l’Immigration canadien. Et dans une partie de l’opinion publique, ces personnes en situation irrégulière semblaient être « récompensées » d’avoir contourné les règles.

  • 24 Catherine Kovacs, « De plus en plus de migrants choisissent la voie irrégulière pour entrer au Cana (...)

21La frontière internationale séparant les États-Unis et le Canada devenait alors le lieu de ce conflit, et sans la couverture médiatique effectuée par la journaliste Catherine Kovacs de Radio-Canada24, très peu de Canadiens auraient été au fait de cette situation exceptionnelle qui est devenue pour beaucoup d’immigrants une sorte de mode d’emploi organisé : avec un parcours cartographié sur des cartes routières, des trajets connus des chauffeurs de taxi de l’État de New York qui savaient où conduire des familles expulsées avec leurs bagages, avec un mode d’emploi et un scénario des étapes à suivre pour obtenir le sésame.

22Mais si l’opinion publique canadienne s’est intéressée à ce phénomène, les médias des États-Unis n’ont pas fait écho à cette « fuite » de migrants vers le Canada, et contrairement à la frontière mexicaine, aucune milice frontalière n’a été vue autour de la ligne canadienne. Que nous a appris cette crise frontalière de 2019 entre les États-Unis et le Canada ? On peut retenir que peu importe le pays, une majorité de citoyens se préoccupent de la sécurité de leurs frontières internationales et comptent sur les autorités pour maintenir un contrôle cohérent des entrées à la douane et entre les postes douaniers.

Théoriser la frontière ?

  • 25 Peggy Levitt, God Needs No Passport: Immigrants and the Changing American Religious Landscape, New (...)
  • 26 Heidi A. Campbell (Ed.), Digital Religion: Understanding Religious Practice in New Media Worlds, Lo (...)

23Les frontières telles que nous les connaissions naguère ne constituent plus les seules zones de délimitation et/ou de transition entre les nations, les cultures et les différents modes de vie25. S’il existe désormais des démarcations imperceptibles qui séparent des zones culturellement différentes, comme les frontières linguistiques à l’intérieur d’un même pays, on constate par ailleurs qu’il est apparu de nouvelles manières de marquer la transition entre des régions, des zones culturelles ou entre d’autres formes de délimitations qui sont symboliques, linguistiques, religieuses ou civilisationnelles, et qui peuvent exister au-delà des frontières conventionnelles. Certes, les frontières nationales « traditionnelles » existent toujours, dans bien des cas ; mais à cela s’ajoutent de nouvelles réalités mais aussi de liens entre des individus, et ces liens parfois invisibles à l’œil nu. Afin de les détecter, il faut convoquer d’autres approches disciplinaires comme la sociologie des médias et l’anthropologie du religieux, les combiner et les appliquer à ces phénomènes émergents26.

  • 27 Heidi A. Campbell, Exploring Religious Community Online: We are One in the Network, New York: Peter (...)

24L’avènement d’Internet et des réseaux sociaux a fait en sorte que les individus, où qu’ils soient, puissent communiquer instantanément entre eux, peu importe la distance. Nous le savions déjà. Or, les implications de ce rapprochement virtuel, qui abolit les distances et les frontières, permet de réorganiser les relations entre les groupes sans que la distance géographique, l’éloignement ou toute autre forme de barrière symbolique puisse exercer une distanciation, une défamiliarisation. Ceci est particulièrement vrai si l’on observe certaines pratiques religieuses des communautés immigrantes et leurs descendants, et ce disloquement devient particulièrement évident si on observe des cas où les frontières internationales deviennent abolies, contournées ou surmontées27.

  • 28 Yves Laberge, « Renewed Virtual Spiritualities: How Religious Discourses Are Actualised and Rejuven (...)

25On le sait, de nos jours, le pratiquant d’une religion peut recevoir des enseignements, des conseils, des avis religieux sur une infinité de considérations et ainsi orienter sa vie en conséquence. Ceci n’est pas très nouveau en soi, car de tout temps, les croyants ont reçu des règles de vie de la part de leurs guides spirituels. Cependant, deux choses ont changé : les influences extérieures sur une partie significative des croyants vivant en exil ou à l’extérieur des frontières, et par ailleurs l’Internet permet aux idéologies religieuses de circuler instantanément au-delà des frontières, sans aucune forme de contrôle, de filtre ou de validation28. Et beaucoup d’influenceurs de toutes sortes peuvent s’emparer de « la parole de dieu » sur les médias sociaux.

  • 29 Heidi A. Campbell et Stephen Garner, Networked Theology: Negotiating Faith in Digital Culture, Gran (...)

26Ces reconfigurations quant à la réorganisation des réseaux religieux par le truchement du virtuel ont des conséquences non seulement pour les individus et les communautés auxquelles ils appartiennent, mais aussi pour les nations, la vie publique et la Cité. On constate que les modèles sur lesquels les sociétés occidentales sont fondées sont contestés, dévalorisés ou tout simplement ignorés par certaines organisations religieuses29. À ce titre, le cas de la France est éloquent et symptomatique.

  • 30 Aurélien Marq, « Al-Sissi / Macron : loi de Dieu, loi des hommes La recherche de ce qui est bon et (...)

27Comme bien des pays, et la France n’est pas seule, le principe à l’origine de la République et la séparation entre l’État et la religion ont été longtemps considérés comme des acquis ; même la Constitution française rappelle ses fondements. Entre autres choses, on réaffirme que la « loi de Dieu » n’est pas supérieure à celle de la démocratie et aux Droits de l’Homme30. Cette évidence pour les régimes démocratiques n’existe pas dans les systèmes autoritaires ou totalitaires, ni dans les pays se réclamant d’une loi religieuse. Le nœud du problème réside précisément dans cette contradiction apparente.

28Quelques notions de base en éducation à la citoyenneté — et en éducation républicaine — mériteraient d’être rappelées. Au départ, le principe fondateur de la citoyenneté veut que le citoyen, où qu’il soit à l’intérieur de ses frontières, se sente lié, et même partie prenante avec l’endroit où il réside, avec son entourage (le « vivre ensemble »), et avec la culture partagée avec ses concitoyens. Ces considérations sont variables et doivent cependant être nuancées.

  • 31 « Chief rabbis refuse to okay COVID-19 vaccinations on Shabbat” — The Times of Israel. 24 December (...)

29La réflexion sur les zones d’influence nous incite à réfléchir sur un élément essentiel de l’éducation à la citoyenneté : l’autorité. Pour être légitime, l’autorité doit être acceptée de tous, mais aussi partagée. Pour les uns, ce sera l’État, pour les autres, la société dans son ensemble par l’entremise de ses représentants, tandis que pour d’autres encore, ce sera Dieu, par l’entremise d’une religion ou de ses représentants. Ainsi, selon The Times of Israel, certains rabbins invoquent la primauté des lois religieuses pour contester les mesures sanitaires du gouvernement israélien visant à combattre le Covid-1931. On assiste à une querelle ou à une rivalité entre deux formes d’autorité.

  • 32 Yves Laberge, « Renewed Virtual Spiritualities », Op. cit.

30Un article théorique de la European Journal of Communication32consacré à la virtualisation des spiritualités montre éloquemment comment les réseaux sociaux servent désormais de relais pour répercuter dans les pays européens des discours religieux émanant de pays comme la Turquie, le Maroc et l’Algérie. Les réseaux sociaux supportent désormais des réseaux religieux. La France n’est d’ailleurs pas le seul pays à subir ces influences virtuelles. Or, au-delà de ces considérations spirituelles se trouvent des valeurs, des règles de conduite et une attitude civique dictée en fonction de critères religieux qui se positionnent au-delà des frontières, mais aussi au-dessus des lois et des valeurs sociétales des pays concernés. Il faut alors parler des réseaux sociaux en tant que vecteurs d’idéologies, religieuses et politiques, voire de propagande, religieuse et politique.

Conclusion

31En principe, une conclusion sert à reformuler les idées principales de son exposé, mais sans avoir à les démontrer ou à les justifier de nouveau. Pour la définir, la conclusion n’est pas une redite, mais davantage une reformulation et peut-être même un raccourci vers un propos plus épuré. Retenons seulement deux avancées significatives apportées dans les pages précédentes.

32Dans la sphère publique et particulièrement dans les médias, la perception même de la frontière a considérablement changé en l’espace d’une génération, surtout après la chute du Mur de Berlin (et du Rideau de fer) et avec la création de l’Europe sans frontières : nous sommes passés d’une représentation de la frontière comme étant une barrière infranchissable à celle, plus récente, d’un obstacle à éviter, d’une injustice à abolir au nom de la solidarité, de la justice sociale, voire de la survie de populations désespérées et déracinées. Cette nouvelle représentation de la frontière au 21e siècle résulte d’une nouvelle configuration amenée par les médias, dans leur manière de mettre en récit, de raconter les conflits frontaliers, pour les mettre en scène selon un dispositif où des populations vulnérables et désespérées doivent, comme dans un film épique, anéantir une barrière artificielle qui les empêche d’accéder au-delà de la frontière, à l’endroit où ils veulent aller. Les reportages sur les crises de migrants reprennent ce scénario qui, sans être toujours faux, devient généralisé et presque caricatural en raison de sa répétition d’un cas à l’autre, le plus souvent en montrant des mouvements migratoires de pays du Sud vers des pays du Nord (de l’Amérique latine vers les États-Unis ; de l’Afrique vers l’Europe). On oublie trop souvent que le fait de franchir une frontière n’est pas un droit automatique, mais un privilège qui nous est accordé par un état, par l’entremise d’un douanier, et ce, à certaines conditions.

33Que certaines frontières (pas toutes !) soient un jour modifiées ou « mouvantes » : rien de plus normal à long terme (mais pas à court terme) puisque ces délimitations constituent des points de tension et de rupture : c’est à la frontière que tout peut basculer. L’Histoire nous l’a bien montré et rares sont les pays dont les frontières internationales n’ont jamais bougé au fil des siècles (sauf peut-être les pays insulaires comme Cuba et le Japon). Mais dans ces cas, on peut alors parler de leurs zones d’influence qui ont été modifiées : l’exemple de l’Alsace qui s’est germanisée de force après 1870 puis refrancisée en 1918 montre bien les conséquences culturelles et notamment linguistiques d’un phénomène considéré au départ comme étant politique, militaire et juridique. En conséquence, le mouvement des frontières a des répercutions à différents niveaux, d’où la pertinence d’appréhender ces situations selon des approches transdisciplinaires.

34La nécessité de (re)questionner le concept de la frontière nous amène à interroger les nouvelles formes d’appartenance, ou plutôt la double appartenance, qui fait apparaître une réalité que l’on avait oublié : la rivalité face aux deux formes d’autorité devenues opposées, parfois en concurrence, qui font oscillant le citoyen croyant entre le pouvoir religieux et l’exigence républicaine de placer l’État et la nation au sommet de toutes les décisions morales et éthiques.

35La réflexion théorique proposée ici est indispensable afin de ne pas se limiter à considérer une succession de faits dissemblables et datés, de cas épars sans lien apparent ou logique, de situations particulières — sans lien direct. Si les frontières conventionnelles ne semblent plus exister, si de nouvelles délimitations sont apparues, on doit pouvoir observer le fonctionnement de ces catégories émergentes et mesurer l’impact de ces changements sur nos appartenances, sur notre attachement au lieu. Traditionnellement, les citoyens étaient attachés à un lieu, l’endroit où ils étaient nés et où ils vivaient ; mais de nos jours, en raison de la mondialisation, des vagues migratoires, du multiculturalisme, le cheminement linéaire d’une vie vécue dans un lieu unique — de la naissance à la mort au même endroit — constitue au 21e siècle un parcours relativement rare ; ce modèle est devenu en fait l’exception, et non plus la règle. Les parcours atypiques, l’émigration, la multiplication de nombre de passeports pour un seul individu semblent être devenus la nouvelle norme.

Haut de page

Bibliographie

Priscilla Alvarez, “How the current US-Mexico border crisis compares with the peak of the Trump era in 2019”, CNN, Updated 8 :30 AM ET, Wed March 24, 2021.

https://www.cnn.com/2021/03/23/politics/border-crisis-2021-2019-trump-biden-explainer/index.html [Consulté le 14 avril 2021].

(Anonyme), « Chief rabbis refuse to okay COVID-19 vaccinations on Shabbat” — The Times of Israel. 24 December 2020.

https://www.timesofisrael.com/liveblog_entry/chief-rabbis-refuse-to-okay-covid-19-vaccinations-on-shabbat-report/

[Consulté le 14 avril 2021].

John H. Aldrich (dir.)., Interdisciplinarity : Its Role in a Discipline-based Academy. Oxford, Oxford University Press, 2014.

Raymond Aron, Liberté et égalité : cours au Collège de France, Paris, Éditions ÉHÉSS, 2013 [1978].

Gaston Bachelard, La poétique de l'espace. Paris, Presses universitaires de France, 1957.

Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, La Production de l'idéologie dominante, Paris, Demopolis/Raisons d'agir, 2008.

Jean Burgess, Alice Marwick, Thomas Poell (dirs.), The SAGE Handbook of Social Media, Londres, SAGE, 2019.

Heidi A. Campbell (Ed.), Digital Religion : Understanding Religious Practice in New Media Worlds, London, Routledge, 2012.

Heidi A. Campbell, Exploring Religious Community Online : We are One in the Network, New York, Peter Lang, 2005.

Heidi A. Campbell et Stephen Garner, Networked Theology : Negotiating Faith in Digital Culture, Grand Rapids, Baker Academic, 2016.

(Collectif), Dictionnaire Cordial du site de l’Encyclopædia Universalis, Paris. https://www.universalis.fr/dictionnaire/frontiere/ [Consulté le 14 avril 2021].

Commission internationale et conjointe de la frontière Canado-étatsunienne. http://www.internationalboundarycommission.org/fr/ [Consulté le 14 avril 2021].

Alexis de Tocqueville, La frontière, Paris, Magellan & Cie et Géo, n° 80, 2012.

Fabrice Deprez, « À la frontière ukrainienne, la longue montée en puissance de l’armée russe », La Croix, 7 avril 2021.

https://www.la-croix.com/Monde/A-frontiere-ukrainienne-longue-montee-puissance-larmee-russe-2021-04-07-1201149758

[Consulté le 14 avril 2021].

Stephen Dinan, “Yale study : Illegal immigrant population likely double, possibly triple previous estimates”, The Washington Times - Monday, September 24, 2018.

https://www.washingtontimes.com/news/2018/sep/24/yale-study-finds-us-illegal-immigrant-population-s/ [Consulté le 14 avril 2021].

Henri Dorion, Éloge de la frontière, Montréal, Fides, 2006.

Michel Foucher, « Les frontières ». La Documentation photographique, n° 8133, Paris, CNRS Éditions, 2020, p. 2.

Robert Frodeman, Julie Thompson Klein et Carl Mitcham (dirs.), The Oxford Handbook of Interdisciplinarity, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Lisa Maria Garza, « 'Armed patriots' : the private citizens out to secure the U.S. border », Reuters, September 10, 2014, 6 :10 www.reuters.com

https://www.reuters.com/article/us-usa-immigration-militia-idUSKBN0H50VA20140910

[Consulté le 14 avril 2021].

Catherine Kovacs, « De plus en plus de migrants choisissent la voie irrégulière pour entrer au Canada », Radio-Canada, 2016-12-14 | Mis à jour le 25 avril 2018.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1004723/refugies-migrants-asile-voie-irreguliere-frontiere-entree-canada

[Consulté le 14 avril 2021].

Yves Laberge, « Renewed Virtual Spiritualities : How Religious Discourses Are Actualised and Rejuvenated by the Internet, New Technologies and Digital Humanities », European Journal of Communication, SAGE, June 2019, pp. 323-328.

Denis Lacorne (et al.), L’Amérique dans les têtes : un siècle de fascinations et d'aversions. Paris, Hachette littérature, 1986.

Nathalie Lempereur et Michel Foucher, « Les frontières ». La Documentation photographique, n° 8133, Paris, CNRS Éditions, 2020.

Peggy Levitt, God Needs No Passport : Immigrants and the Changing American Religious Landscape, New York and London : The New Press, 2007.

Lynne Manzo, Patrick Devine-Wright, Place Attachment : Advances in Theory, Methods and Applications. Abingdon, Routledge, 2020.

Aurélien Marq, « Al-Sissi / Macron : loi de Dieu, loi des hommes La recherche de ce qui est bon et juste en soi ne dépend ni de l’arbitraire politique ni de l’arbitraire divin », Le Causeur, Paris, 10 décembre 2020. https://www.causeur.fr/al-sissi-macron-loi-de-dieu-loi-des-hommes-188419

[Consulté le 14 avril 2021].

Sheila McManus, « The Borderlands of the U.S. West », dans Gordon Morris Bakken (dir.), The World of the American West. New York, Routledge, 2011, p. 201 et sq.

Daniel R. Montello et Paul C Sutton, An Introduction to Scientific Research Methods in Geography and Environmental Studies, London, Sage, 2013.

Lawrence R. Samuel, The American Dream : A Cultural History, Syracuse, Syracuse University Press, 2012.

Michael Serazio et Brooke Erin Duffy, « Social Media Marketing », dans Jean Burgess, Alice Marwick et Thomas Poell (dirs.), The Sage Handbook of Social Media. London, Sage, 2019.

Marie-Claire Subtil, « Accords de Schengen : l'Europe sans frontières en pointillé », Le Monde, 20 juin 1990, https://www.lemonde.fr/archives/article/1990/06/20/l-europe-sans-frontieres-en-pointille_3992523_1819218.html

[Consulté le 14 avril 2021].

Dominique Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias. Paris, Flammarion, 1999.

Michelle Ye Hee Lee, “Fact Checker Trump’s claim that 2 million or 3 million criminal aliens are ‘here illegally’ ”. November 15, 2016 at 3 :00 a.m. EST. https://www.washingtonpost.com/news/fact-checker/wp/2016/11/15/trumps-claim-that-two-million-or-three-million-criminal-aliens-are-here-illegally/

[Consulté le 14 avril 2021].

Haut de page

Notes

1 Par transdisciplinaire, il faut entendre l’abolition des traditions et des cadres propres à une seule discipline prise isolément, comme l’histoire, la géographie ou la sociologie. Déjà, l’interdisciplinarité préconisait d’appréhender un problème de recherche à partir de deux disciplines conjointes, par exemple par la géopolitique. La transdisciplinarité adopte une approche différente, en partant non pas d’un cadre disciplinaire déjà établi qui orienterait la réflexion et l’exploration en fonction de ses limites, de ses frontières disciplinaires ; mais en privilégiant plutôt de se centrer uniquement sur un objet ou une problématique de recherche (comme « la frontière ») pour ensuite convoquer — au besoin — différents cadres de référence et une série de concepts pertinents et sous-jacents, sans se soucier des appartenances disciplinaires ou de leurs traditions respectives. Ainsi, au lieu de l’appréhender et de l’explorer selon la géographie ou la science politique, on étudiera l’idée de « la frontière » sans trop se soucier qu’il s’agisse d’un concept strictement politique, juridique, notarial, militaire ou de droit international. Le chercheur acquis à l’approche transdisciplinaire gagnera en découvrant plusieurs niveaux de significations et d’interprétations possibles, un peu comme l’esthète qui observe une statue selon divers points de vue au lieu de demeurer immobile en se cantonnant à une seule perspective. En revanche, les opposants — résolus et très nombreux — à l’approche transdisciplinaire n’y verront au contraire que confusion, amateurisme et incohérences.

2 Montesquieu, De l'esprit des lois, cité par Raymond Aron, Liberté et égalité : cours au Collège de France, Paris, Éditions ÉHÉSS, 2013 [1978], p. 31.

3 Le cas de la Crimée, région « arrachée » à l’Ukraine par la Russie en 2014, représente un exemple de changement de frontière. Dans ce cas, le changement frontalier est à l’évidence forcé, et non consenti par le peuple concerné. Voir entre autres l’article-bilan de Fabrice Deprez dans le quotidien La Croix, « À la frontière ukrainienne, la longue montée en puissance de l’armée russe », le 7 avril 2021.

https://www.la-croix.com/Monde/A-frontiere-ukrainienne-longue-montee-puissance-larmee-russe-2021-04-07-1201149758

[Consulté le 14 avril 2021].

4 C’est le point de vue, éloquemment exposé et largement partagé, du géographe Michel Foucher, « Les frontières ». La Documentation photographique, n° 8133, Paris, CNRS Éditions, 2020, p. 2.

5 Bien qu’il ne traite pas de frontières mais plutôt de zones d’influences culturelles — autre concept fondamental — et de représentations sociales, je pense ici au titre d’un collectif publié sous la direction de Denis Lacorne (et al.), L’Amérique dans les têtes : un siècle de fascinations et d'aversions. Paris, Hachette littérature, 1986.

6 Sur le concept de l’attachement aux lieux pour chaque individu, voir la nouvelle édition du livre de Lynne Manzo, Patrick Devine-Wright, Place Attachment : Advances in Theory, Methods and Applications. Abingdon, Routledge, 2020.

7 Michael Serazio et Brooke Erin Duffy, « Social Media Marketing », chapitre dans Jean Burgess, Alice Marwick et Thomas Poell (dirs.), The Sage Handbook of Social Media. London, Sage, 2019, p. 481.

8 La transdisciplinarité abolit les cadres disciplinaires pour privilégier les concepts hybrides, alors que les approches multidisciplinaire et interdisciplinaire convenaient d’intégrer (ou non) « des concepts communs, un vocabulaire partagé, et des méthodes hybridées ». Voir Daniel R. Montello et Paul C Sutton, An Introduction to Scientific Research Methods in Geography and Environmental Studies, London, Sage, 2013, p. 18.

9 Priscilla Alvarez, “How the current US-Mexico border crisis compares with the peak of the Trump era in 2019”, CNN, Updated 8:30 AM ET, Wed March 24, 2021.

https://www.cnn.com/2021/03/23/politics/border-crisis-2021-2019-trump-biden-explainer/index.html [Consulté le 14 avril 2021].

10 C’est le discours théorique dans plusieurs des derniers livres de Dominique Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias. Paris, Flammarion, 1999.

11 La diversité des frontières internationales semble infinie, souvent surprenante et quelquefois insolite ; on reste impressionné par l’abondante iconographie sur les frontières à travers le monde réunie par Nathalie Lempereur et Michel Foucher, « Les frontières ». La Documentation photographique, n° 8133, Paris, CNRS Éditions, 2020.

12 Stephen Dinan, “Yale study: Illegal immigrant population likely double, possibly triple previous estimates”, The Washington Times - Monday, September 24, 2018.

https://www.washingtontimes.com/news/2018/sep/24/yale-study-finds-us-illegal-immigrant-population-s/ [Consulté le 14 avril 2021].

13 D’après le Dictionnaire Cordial du site de l’Encyclopædia Universalis, Paris. https://www.universalis.fr/dictionnaire/frontiere/ [Consulté le 14 avril 2021].

14 Lucius Caflisch, cité par Michel Foucher, « Les frontières », Op. cit., p. 3.

15 Gaston Bachelard, La poétique de l'espace. Paris, Presses universitaires de France, 1957.

16 Ces considérations cadrent avec le propos du plus grand spécialiste canadien des frontières, Henri Dorion. Voir, entre autres : Henri Dorion, Éloge de la frontière, Montréal, Fides, 2006.

17 Marie-Claire Subtil, « Accords de Schengen : l'Europe sans frontières en pointillé », Le Monde, 20 juin 1990, https://www.lemonde.fr/archives/article/1990/06/20/l-europe-sans-frontieres-en-pointille_3992523_1819218.html

[Consulté le 14 avril 2021].

18 Sheila McManus, « The Borderlands of the U.S. West », dans Gordon Morris Bakken (dir.), The World of the American West. New York, Routledge, 2011, p. 201.

19 Une Commission internationale et conjointe se charge de gérer la frontière Canado-étatsunienne. http://www.internationalboundarycommission.org/fr/ [Consulté le 14 avril 2021].

20 Michelle Ye Hee Lee, “Fact Checker Trump’s claim that 2 million or 3 million criminal aliens are ‘here illegally’ ”. November 15, 2016 at 3 :00 a.m. EST. https://www.washingtonpost.com/news/fact-checker/wp/2016/11/15/trumps-claim-that-two-million-or-three-million-criminal-aliens-are-here-illegally/

[Consulté le 14 avril 2021].

21 Robert King Merton, cité par Lawrence R. Samuel, The American Dream: A Cultural History, Syracuse, Syracuse University Press, 2012, p. 15.

22 Sheila McManus, « The Borderlands of the U.S. West », dans Gordon Morris Bakken (dir.), The World of the American West. New York, Routledge, 2011, p. 208.

23 Lisa Maria Garza, « 'Armed patriots': the private citizens out to secure the U.S. border », Reuters, September 10, 2014, 6:10 www.reuters.com

https://www.reuters.com/article/us-usa-immigration-militia-idUSKBN0H50VA20140910

[Consulté le 14 avril 2021].

24 Catherine Kovacs, « De plus en plus de migrants choisissent la voie irrégulière pour entrer au Canada », Radio-Canada, 2016-12-14 | Mis à jour le 25 avril 2018.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1004723/refugies-migrants-asile-voie-irreguliere-frontiere-entree-canada

[Consulté le 14 avril 2021].

25 Peggy Levitt, God Needs No Passport: Immigrants and the Changing American Religious Landscape, New York and London: The New Press, 2007.

26 Heidi A. Campbell (Ed.), Digital Religion: Understanding Religious Practice in New Media Worlds, London: Routledge, 2012.

27 Heidi A. Campbell, Exploring Religious Community Online: We are One in the Network, New York: Peter Lang, 2005.

28 Yves Laberge, « Renewed Virtual Spiritualities: How Religious Discourses Are Actualised and Rejuvenated by the Internet, New Technologies and Digital Humanities », European Journal of Communication, SAGE, June 2019, pp. 323-328.

29 Heidi A. Campbell et Stephen Garner, Networked Theology: Negotiating Faith in Digital Culture, Grand Rapids, Baker Academic, 2016.

30 Aurélien Marq, « Al-Sissi / Macron : loi de Dieu, loi des hommes La recherche de ce qui est bon et juste en soi ne dépend ni de l’arbitraire politique ni de l’arbitraire divin », Le Causeur, Paris, 10 décembre 2020. https://www.causeur.fr/al-sissi-macron-loi-de-dieu-loi-des-hommes-188419

[Consulté le 14 avril 2021].

31 « Chief rabbis refuse to okay COVID-19 vaccinations on Shabbat” — The Times of Israel. 24 December 2020.

https://www.timesofisrael.com/liveblog_entry/chief-rabbis-refuse-to-okay-covid-19-vaccinations-on-shabbat-report/

[Consulté le 14 avril 2021].

32 Yves Laberge, « Renewed Virtual Spiritualities », Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « (Re)définir, (re)conceptualiser, (re)délimiter les frontières dans les Amériques et ailleurs. Approches transdisciplinaires »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 06 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/14917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.14917

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search