Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23MélangesLa description de la nature nord-...

Mélanges

La description de la nature nord-américaine : une technique au service de la colonisation ?

Naouel Khleifi 

Résumés

La description dans les écrits de Lahontan n’est nullement neutre ; elle est plutôt orientée pour faire valoir le regard explorateur d’un Français porté sur la nature et les habitudes des habitants locaux. Elle est surtout étayée par des illustrations servant à mieux mettre le lecteur-spectateur dans un monde pour le moins étrange et enchanté. Derrière de ce projet descriptif apparaissent des messages « idéologiques » lourds de signification. Ainsi le regard de Lahontan sur la nature, les individus et les habitudes des Amérindiens ne reflète pas « les rêveries d’un promeneur solitaire » ; il se fonde plutôt sur un projet colonial cherchant à tirer profit d’une nature vierge et des terres inoccupés. On peut dire donc que la description est utilisée pour attirer l’attention des Français sur les richesses dont regorgent ces contrées lointaines et pour mettre en valeur les valeurs européennes présentées comme universelles par rapport à des pratiques locales avancées comme primitives et sauvages.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, les éditions Textuel, Paris, 2001. p. 14.
  • 2 Ibid. p. 13.

1Le terme « paysage » est lourd de significations. Chaque détail propose une définition particulière et précise les fondements d’un domaine quelconque. Il est aussi un terme dont l’interprétation est polyvalente où le géographe, le voyageur, le philosophe, l’écrivain, l’agent de pouvoir fournissent, à travers lui, leur propre perception de la nature. Alain Corbin affirme dans ce sens : « il faut, en outre, tenir compte de l’irruption de l’autre : soldat, marchand, savant, agent du pouvoir central ou simple voyageur, qui intervient avec ses propres systèmes d’images, qui élabore de nouveaux paysages, de nouvelle figures de l’aventure spatiale »1. En effet, pour les philosophes et les écrivains romantiques par exemple, les paysages se présentent comme un lieu favori pour s’inspirer et pour se nourrir intellectuellement. Les géographes munis d’un regard plus scientifique cherchent, quant à eux, à prouver que la nature est ressortie « à la morphologie et à l'écologie »2. C’est pour cette raison qu’ils s’intéressent à la faune, à la flore, à la qualité du sol, à l'évolution des milieux naturels et aux moyens servant à la protection de la nature.

  • 3 Ibid. p. 85.

2Les colonisateurs usent de ce deuxième regard moins enchanté porté sur la nature pour mettre sur pied tout un projet colonial. Alain Corbin constate que le paysage « s’apprécie selon son utilité éventuelle, la qualité de son aménagement et de son exploitation »3. Il s’agit par exemple de se focaliser sur la beauté des paysages pour mettre en avant les richesses qui en émanent. En ce sens, les motifs essentiels qui dirigent le regard colonial sur ces terres vierges seront le gain et le profit.

  • 4 Aline Côté-Lachapelle, Le Discours du récit et ses effets chez Lahontan, Sur la Nouvelle-France : (...)

3Pour ainsi dire, nous constatons que ces diverses logiques qui déterminent la manière d'apprécier la nature nord-américaine, les références culturelles, les croyances religieuses, les visées économiques, les projets coloniaux etc. concourent à l’élaboration d’idéologies variées en rapport avec une nature qui s’offre en matière à exploiter. Face à de tels paysages encombrés de symboles implicites et de significations à creuser, la description est loin d’être un outil neutre au service d’un artiste qui rêve ; elle est plutôt déployée pour mettre en exergue les profits qu’on peut tirer d’un monde inexploré. C’est dans cette même veine d’analyse qu’Aline Côté-Lachapelle affirme dans son ouvrage Le Discours du récit et ses effets chez Lahontan que le Baron se sert de la description pour prouver que la nature est chargée de sens tacites conformes à « la demande idéologique de l’époque ».4

  • 5 Les œuvres de Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan (*Nouveaux voyages de Mr le Baron de L (...)

4Pour mener à bon terme notre analyse de la description dans les écrits de Lahontan, nous choisissons, dans une première partie, de mettre l’accent sur la présence d’une description dirigée de la nature canadienne dans La relation de voyage.5 Dans une deuxième partie, nous étudierons les commentaires élaborés sur la cuisine autochtone et son utilisation par l’observateur français comme un moyen de colonisation symbolique de la nature nord-américaine. Dans la dernière partie, nous nous intéresserons aux outils de la mise en relief de la richesse de la nature nord-américaine à savoir les illustrations et les gravures accompagnant les passages descriptifs.

Une description dirigée de la nature nord-américaine 

  • 6 Lahontan, Nouveaux voyages dans l’Amérique septentrionale, op.cit. pages: 265/267/395/396.
  • 7 Ibid. p.395.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid. p.396.

5La relation de voyage de Lahontan regorge de termes faisant référence à la nature tels que « champs », « prairies », « plaines » et « prés6 ». L’omniprésence d’un champ lexical de la nature n’est pas dénuée de sens ; elle traduit plutôt la volonté de l’écrivain d’attirer l’attention de ses compatriotes sur la fertilité de ces terres et le potentiel qu’elle offre à une culture prospère organisée par des colonisateurs munis de projets fiables et d’outils performants. Ce regard investigateur examinant méticuleusement la qualité du sol a discerné des recoins éloignés à travers lesquels les colonisateurs peuvent tirer profit. Ainsi, des phrases comme : « plus haut ses bords (de la rivière Longue) n’étoient que des bois ou des prairies »7, « nous vîmes quelques prairies d’espace en espace »8 et « sur les deux heures après-midi nous découvrîmes de grandes prairies sur la gauche »,9 laissent découvrir la vraie intention de l’auteur qui ne décrit ces lieux que pour mieux se pencher sur leurs propriétés économiquement rentables. Partout, dans ces endroits, le Baron a vu des pâturages verdâtres, des herbages, une terre large, abondante, productive et surtout vide.

6Tacitement, Lahontan fait remarquer aux colonisateurs les aspects de ces terres favorables à une exploitation agraire. Son projet consiste à y édifier de nouvelles villes habitées par les futurs colons français, à construire des maisons, des fermes et des champs. Il s’agit d’informer les Français que dans ce pays, les terres les attendent pour être semées et cultivées. Manifestement, ces éléments agraires représentent des motifs intéressants pour convaincre les Français de se déménager dans des lieux fertiles et accueillants.

7Le Baron considère l’appropriation de ces terres comme une affaire tout à fait légitime et autorisée, étant donné qu’elles sont présentées comme des lieus vides ou quasi vides. Subséquemment, ces endroits négligés par leurs habitants d’origine s’offrent aux Français pour les cultiver et les civiliser. Alice Bairoch de Sainte-Marie signale dans son article, « Les Colonies françaises et le droit », qu’à cette époque, les colonisateurs recourent souvent à cet argument de la culture d’une terre abandonnée pour légitimer et autoriser la colonisation. Elle affirme à ce propos :

  • 10 Alice Bairoch de Sainte-Marie, «Les colonies françaises et le droit : une approche globale, 1600-1 (...)

Pour les membres du cabinet du roi, la culture de la terre est l’un des éléments faisant la différence entre les autochtones et les Français. Pour eux, cette pratique est le signe d’une nation avancée.10

8En ce sens, le Baron retrace un lien étroit entre agriculture et civilisation car, pour lui, l’exercice du métier civilisateur d’agriculteur devient le synonyme d’un progrès souhaité et d’une prospérité à venir. En ce sens, l’insertion des colonisateurs en ces lieux abandonnés forme un projet noble contribuant à l’apport de la civilisation à une population primitive et sauvage. La mission des Français est résumée aux tâches de l’édification des fermes, des maisons et des magasins et la remise en état des pâturages dégradés de Canada. Les habitants autochtones qui préfèrent la chasse à l’agriculture, et qui refusent de planter, labourer et cultiver leur terre ont besoin des Français pour changer leur habitude et leurs rapports à la nature. Le colon se présente donc selon un tel point de vue comme un individu armé d’un programme de changement. Sa mission consiste à apprendre aux populations locales de transformer ces terres délaissées en des terres prospères truffées de blé, de maïs, de fruits, de légumes et de toute sorte de denrée précieuse. Son objectif principal est de rééduquer les Indigènes et à leur apprendre à aimer la terre et à travailler à la développer.

  • 11 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p. 395.
  • 12 Ibid. p. 402.

9En effet, le Baron revient d’une manière récurrente sur l’idée de la virginité de ces terres inoccupées. Il rapporte que parfois, l’on passe des jours entiers sans croiser des tribus sauvages, des maisons, des guerriers ou des chasseurs. Le mot « vierge », abondamment employé par Lahontan, est hautement significatif ; il est surtout employé pour mettre en avant des idées comme la dépopulation de ces terres et la nécessité de les occuper par des habitants habiles et technologiquement plus avancés afin de procéder à leur prospérité. C’est en ce sens qu’il écrit : « nous n’y trouvâmes ni hommes, ni bêtes ».11 Il ajoute plus loin qu’il a observé une île complètement inhabitée à l’embouchure du Mississippi : « nous mîmes pieds à terre dans une Isle couverte de pierres et de gravier ».12 Indirectement, Lahontan sensibilise ses compatriotes au fait que la possession de ces lacs, de ces rivières et de ces îles abandonnées constitue un projet tolérable.

10Ces milieux naturels sont regardés comme des terres sans propriétaires ; l’absence de maisons et d’hommes en ces recoins signifie que le premier qui y mettra les pieds en sera le propriétaire légitime. Selon une telle logique, l’appropriation des Français de ces terres est aussi bien bénéfique pour les « colonisateurs » que pour les « colonisés ». Ces endroits vierges et inhabités seront occupés et habités, ces terres autrefois non cultivées seront exploitées et enfanteront richesse et prospérité pour tout le monde. L’auteur prévoit l’édification des villages modernes et développés qui changeront l’image et l’identité de ces lieux.

  • 13 Véronique Damier, « Politiques indigènes en France et en Grande-Bretagne dans les années 1930 : au (...)

11Le Français représenté comme un sujet civilisé, rationnel et armé d’une technologie avancée en comparaison avec un Indien nonchalant et incompétent, s’approprie la mission de rendre ces terres productives et rentables. Il est arrivé en ces lieux avec un projet colonial comportant tous les outils nécessaires pour façonner le visage d’une Amérique primitive. C’est ainsi que l’exploitation de ces terres par un autre peuple plus doué et plus expérimenté est avancée comme une entreprise aussi légitime que nécessaire. Ceci dit, ces Indiens incapables de développer leur pays, d’exploiter ses richesses et de les partager avec d’autres peuples, sont en passe d’être dépossédés d’un territoire qu’ils ont mal géré. C’est pratiquement en ce sens que ce pays riche de ressources minières, végétales et fauniques forme aux yeux du Baron une propriété commune à toute l’humanité. L’Europe qui souffre d’une carence en matière de bois, de fourrures, de poissons et d’autres produits rares, a le droit et le devoir d’exploiter des richesses abandonnées afin de concourir à la bonne gestion de matières premières inexploitées. Véronique Damier souligne que les richesses des Amérindiens « font partie du patrimoine de l’humanité »,13 il revient ainsi aux Français de les exploiter raisonnablement afin d’en faire jouir toutes les races et toutes les populations. C’est de cette façon que le projet colonial s’approprie un visage humain et a fortiori légitime.

  • 14 Ibid.

(Ces richesses) sont indispensables aux industries européennes, dans la mesure où ces peuples « indigènes » sont incapables par eux-mêmes de les mettre en valeur et de les faire circuler, il revient aux nations techniquement avancées de le faire à leur place. Cela au nom de l’humanité à améliorer son sort.14

  • 15 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p.430.
  • 16 Lahontan, les Mémoires de l’Amérique septentrionale, op.cit. p.546.
  • 17 Op.cit. p. 546.
  • 18 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p. 361.

12En effet, un lexique appréciatif, accompagné du champ lexical de la beauté des paysages canadiens intervient répétitivement afin de mettre en relief cette beauté exceptionnelle de ce pays. Au début, le Canada est aux yeux de Lahontan, « un Pais trop beau »,15 marqué par la chaleur, le soleil, les paysages agréables et les montagnes magnifiques. Le lac Erié est connu par « la bonté de son climat »16, et par « deux belles Rivières »17 fécondes écrit-il dans ses Mémoires. En attirant l’attention de l’observateur sur ce décor agréable qui appelle à la vie et au bonheur et en soulignant cette beauté paradisiaque, l’auteur éprouve les sentiments du destinataire pour le convaincre du bien-fondé de son projet. Il s’adresse ainsi au lecteur sur un ton lyrique exaltant ses sentiments, ses passions et ses fantasmes. « Vous ne sçauriez imaginez la beauté de ce détroit et de ce petit lac par la quantité d’arbres fruitiers sauvages qu’on voit de toutes les espèces sur les bords ».18

  • 19 Francine Adam, Des noms et des lieux, la médiation toponymique d Québec en Acadie du Nouveau-Bruns (...)

13L’Acadie, Plaisance, Québec, Montréal, le Mississipi, la rivière Longue et d’autres recoins sont présentés comme de véritables paradis terrestres ; ce sont des endroits enviables, distingués par une vue rare et d’un décor formidable et insolite. En fait, ces images fournies par l’auteur forment selon Francine Adam un « hymne à la beauté des forêts ».19

14Cette description mêlée d’indices distinctifs reflète les réactions d’un explorateur enchanté par une nature saine. Ces endroits célèbres par le soleil, l’air, les fruits, la verdure forment un décor paradisiaque une échappatoire pour potentiel arrivant français affligé par les problèmes sociaux, persécutés par les codes religieux et politiques de son pays natal. La description euphorique créera donc un impact psychologique très important sur un Français cherchant le bonheur et fuyant les crises qui traversent son pays. Il s’agit, à vrai dire, d’une invitation camouflée faite aux Français pour quitter un pays « triste » et s’aventurer dans une nature vierge et apaisante.

15Dans la même veine d’analyse, le Baron s’intéresse aussi aux spécificités ethnologiques et culturelles des peuples autochtones. En effet, la population indigène semble indifférente aux conflits économiques qui se font sur leur territoire et qui affrontent les grandes puissances coloniales de l’époque. À ce propos, la description évoque deux populations culturellement différentes. D’un côté, il y a les Indigènes passifs, indifférents et incompétents, de l’autre côté, il y a les Français, puissants, adroits et armés d’un projet colonial systématique. Si le Canada est engouffré depuis des siècles dans un retard technique flagrant à cause de ses habitants, les Français se présentent sous la plume de Lahontan comme les sauveteurs et à plus forte raison comme les seuls agents capables de contribuer au développement économique, social et matériel de ce pays.

  • 20 Alice Bairoch de Sainte-Marie, op.cit. p. 91

16Pour accorder plus de crédibilité au projet colonial et pour justifier la conquête, l’auteur recourt également à un argument juridique, c’est « la doctrine du droit de découverte ».20 Il signale que ce sol étranger n’a pas de propriétaires et que la colonisation est un droit international. Les Français pourront ainsi explorer de nouveaux territoires, les coloniser afin de les développer et pour garantir une vie meilleure pour tous les habitants, peu importe leurs origines ethniques. Il faut faire remarquer également que le lexique juridique est omniprésent dans La relation de voyage où des termes comme « traités », « signer », « accords », « contrats » reviennent d’une manière récursive. En réalité, ces mots, relevant du domaine de la loi, cachent des idées intéressantes en rapport avec la légitimité de s’approprier des terres relativement vides et mal gérés par leurs habitants d’origine. Dans ce contexte, le Baron affirme que les Français ont signé des traités commerciaux et militaires avec la population indigène, ce qui leur garantit l’exploitation de la production.

17La signature de ces traités et de ces contrats signifie tacitement que la population indigène accepte cette colonisation ; d’autant plus, elle demande de l’appuyer par des coopérations militaires. En effet, à travers la signature des contrats, ces terres sont devenues officiellement et juridiquement une propriété française. Alice Bairoch de Sainte-Marie a noté à ce propos que :

  • 21 Ibid.

Dans la plupart des cas, la conquête ou la cession de terre par les autochtones permettent de conférer un titre de propriété juridiquement valable, au regard du droit des gens, sur ces terres.21

18Nous posons donc que le droit juridique de posséder ces terres constitue un argument supplémentaire auquel recourt l’auteur pour justifier la colonisation de la Nouvelle-France. Par conséquent ni les Indigènes dissidents ni les autres puissances européennes n’ont désormais le droit de s’opposer au projet expansionniste de la France en ce pays.

19La description est donc utilisée pour mettre l’accent sur des richesses inexploitées, sur les mœurs des indigènes considérés comme des individus inactifs et imprégnés d’une culture primitive. Elle est ainsi déployée pour souligner les différences culturelles entre les Français et les peuples autochtones. Tout cela est mis sur pied pour légitimer un projet de colonisation présenté sous un angle plutôt humaniste voire altruiste.

20Dans la deuxième partie de cet article, nous nous focaliserons sur les commentaires descriptifs élaborés par Lahontan sur la cuisine et l’art culinaire local. Nous remarquerons que le regard porté par l’auteur sur la gastronomie amérindienne est massivement négatif. Ceci dit, la supériorité de la cuisine française est utilisée comme un argument correspondant à ce que nous avons appelé une sorte de « colonisation symbolique ».

La chère (nourriture) comme un moyen de colonisation symbolique

21Dans ce pays marqué par une domination huronne, le Baron est obligé à cause de l’absence d’aliments français, de goûter à la cuisine autochtone. Malgré lui, il doit s’adapter, mais non sans répugnance, aux produits alimentaires locaux car les stocks d’aliments français comme le pain, le maïs, la farine et d’autres repas se sont épuisés. Dans ces conditions critiques et pour ne pas mourir de faim, le riz sauvage, la farine de maïs, les fruits rustiques, les viandes de castors, de loups et les poissons de rivières lui furent d'un grand secours. Ce sont les indigènes qui apportent ces aliments jusqu’aux entrepôts français en échange d’articles européens tels que le savon, les habits, les couteaux et les miroirs

22Toutefois, l’attitude de Lahontan sur cette cuisine est négative. Pour cette raison, les colons devront œuvrer pour imposer la cuisine française et pousser les Indigènes à manger les mets européens. La mission attribuée à ces colonisateurs est d’influencer gastronomiquement la population autochtone en lui imposant de nouveaux canons alimentaires et en procédant systématiquement à gommer ses habitudes culinaires ancestrales. En ce sens nous pouvons affirmer que déposséder les Amérindiens de leurs coutumes gastronomiques jugées inférieures signifie la suppression de leur identité et leur prescription dans une identité alternative.

23C’est ainsi que Lahontan cherche à « formater » les Amérindiens pour faire d’eux des citoyens français qui partagent ses habitudes et ses mets. Il s’agit à proprement dire de déshabiller l’Indien de son costume millénaire pour lui imposer de nouvelles règles qui se veulent universelles. Dans ce même contexte, Laurier Turgeon parle d’une « reconfiguration culturelle » qui participe à la transformation de cette société jadis barbare et à présent moderne et civilisée.

  • 22 Laurier Turgeon, Une Histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVI siècle, Belin (...)

Cette appropriation se constate également pour les objets échangés qui, une fois qu’ils ont changé de mains, sont culturellement recontextualisés : ils prennent d’autres formes, acquièrent de nouvelles fonctions et subissent des changements de sens. Lorsqu’un objet est transformé, le processus modifie également ceux et celles qui en font usage. La prise de possession de nouveaux objets entraîne non seulement la reconfiguration culturelle, mais aussi la reproduction sociale et la régénération des individus et des groupes. Le monde matériel et social sont continuellement recrées par l’hybridité créative de l’échange.22

  • 23 Lahontan, Mémoires de l’Amérique septentrionale, op.cit. p. 640.

24C’est dans l’objectif de distinguer des pratiques barbares d’avec des pratiques policées que Lahontan propose à son lecteur une panoplie d’informations sur les habitudes gastronomiques sauvages. Il s’attarde par exemple sur les Esquimaux qui les a vus manger des phoques, des poissons et des loups marins sans les cuire. Les Outaouais, les Hurons, les « Sauvages » de la rivière Longue, ceux des Lacs mangent la chair des loups, des ours, des castors, des loutres, des renards et des bœufs sauvages, sans aucun aménagement.23 Nous estimons que la description est utilisée à ce niveau pour transmettre un message idéologique qui fait valoir une cuisine policée par rapport une cuisine sauvage.

25Le fait de manger de la viande crue est présenté comme un geste exprimant la barbarie d’un peuple plus proche par ses pratiques culinaires au règne animal qu’à la société des hommes. Si l’on pousse l’analyse à ses fins, on n’est pas loin d’un cannibalisme qui se tisse au fil des mots. La rééducation d’un tel peuple même sur le plan de ses pratiques gastronomiques devient in facto l’un des devoirs du peuple français plus civilisé.

26Il s’agit en fait d’un regard ethnocentrique symbolisant l’opinion de l’Européen civilisé, fier de sa cuisine et de sa culture qui se donne le droit de prendre ses habitudes culinaires pour des universaux. À ce niveau, nous assistons à un décalage culturel évident qui se perçoit à travers une description orientée. La mission d’une « colonisation symbolique » s’accomplit en effet à travers l’expansion des pratiques alimentaires françaises qui ne tardent pas à exclure totalement celles des peuples sauvages. Ces nouvelles pratiques se substituent à la cuisine indigène, étant donné qu’elle est jugée comme primitive et répugnante.

  • 24 Gilles Havard, « les forcer à devenir citoyens », Etat, sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (...)

27Pour accorder à ce projet de substitution un visage plus humain, Lahontan s’attribue le rôle du conseiller qui se soucie de la santé et du bien-être des Amérindiens. Graduellement, ces peuples doivent manger une alimentation saine, s’habituer à utiliser des ingrédients européens comme le sucre, le poivre et le sel. L’objectif du Baron consiste ainsi à intégrer ces peuples dans un projet colonial plus gros qui consiste à les acculturer et à leur accorder de nouvelles normes à suivre et une nouvelle identité à endosser. Gilles Havard note en ce sens que : « l’espoir était que les Amérindiens soient pleinement intégrés dans la communauté française ».24 A travers cette rééducation systématique, l’auteur espère civiliser le « Sauvage » afin de le sédentariser et le lier à marcher.

28Nous posons ici que la tendance majeure dans les écrits de Lahontan est celle de privilégier l’exemple occidental considéré comme une référence et de désavantager l’exemple indigène taxé de répugnance. Cette tendance est surtout perceptible à travers ses impressions de dépréciation envers quelques types d’aliments locaux comme les graisses des ours, les poissons de rivières qui s’immergent dans le vase, et les liqueurs acerbes considérés comme dégoûtants.

  • 25 Lahontan, Op.cit. p.298.

29Pour mieux étayer son point de vue, il cite l’exemple de certains mets qui provoquent des « maladies terribles » et des « affectations funestes ». Il se rappelle dans ce sens l’exemple du gouverneur de La Barre qui était sur le point de mourir lors d’une excursion militaire chez les Iroquois. Le médecin a attribué sa maladie « aux mauvaises qualitez de l’air et des aliments ».25

30La description des aliments indigènes n’est pas neutre. Par la comparaison de la cuisine indigène à la cuisine française, l’auteur s’efforce de mettre en avant la supériorité de la culture française par rapport à celle des habitants locaux. Partant du principe de l’universalité des valeurs et des pratiques européennes, l’auteur est arrivé très vite à la conclusion qu’il faut rééduquer, même sur le plan culinaire, un indigène vivant encore dans état primitif. La supériorité de la gastronomie française fonctionne donc, comme nous l’avons signalé auparavant, comme une sorte de « colonisation symbolique ».

31Dans la troisième partie de cet article, nous nous intéresserons aux illustrations et aux gravures qui accompagnent les passages descriptifs dans les écrits de Lahontan.

Les outils de la mise en relief de la richesse de la nature nord-américaine : les gravures et les illustrations 

32Dans La relation de voyage de Lahontan, la description est appuyée par des illustrations fauniques et botaniques : il y a des gravures d’animaux sauvages, d’oiseaux aquatiques, de chasseurs, de plantes et de fruits comestibles. Néanmoins, la majorité de ces illustrations est consacrée essentiellement aux gibiers à poil tels que le castor, la loutre et le cerf. Autrement, motivé par ses projets lucratifs et profitables, le Baron a reproduit sur des planches les gibiers à fourrures et les animaux recherchés par les colonisateurs. Son dessein tacite consiste ainsi à se servir de cet instrument pour transmettre au lecteur ses partis-pris idéologiques.

33Le Baron, conscient du rôle important du dessin, use de cette technique pour donner plus de vivacité à sa description et lui accorder un plus grand potentiel persuasif. Toutefois, l’utilisation de gravures, si elle rend plus parlante la description, elle permet aussi de dévoiler la conception profitable et utilitaire de la nature qu’élabore l’auteur. Le choix de peindre ces animaux n’est pas innocent et l’option de l’auteur pour les illustrations est généralement guidée par les critères de l’utilité et du gain. Ainsi, si l’animal se spécifie par une belle fourrure qui détermine sa valeur lucrative, la description qu’on lui dédie se prolonge sur des pages entières et elle est surtout appuyée par une ou plusieurs illustrations. Ceci dit, l’ajout de la peinture à la description n’est pas gratuit ; il joue un rôle argumentatif de premier ordre.

34Parmi les illustrations les plus intéressantes dans les Nouveaux voyages figure celle de sa onzième lettre décrivant la participation du Baron avec les Amérindiens à la chasse des animaux sauvages. Il s’agit d’un tableau récapitulatif qui reproduit les différents animaux observés et chassés au cours de cette excursion.

35L’auteur use d’un luxe de détails pour décrire les rats musqués, les castors, les ours, les lapins, les renards, les cerfs, les élans, les volailles, les poissons etc. Ils sont tous des animaux dotés soit d’une chair délicieuse, soit d’une belle fourrure ou d’un plumage curieux. Le Baron tâche ainsi, à travers une description étayée de gravures, à focaliser le regard de son lecteur sur les bénéfices économiques qu’on peut tirer de tels animaux. Dans la Crise de la conscience européenne, Paul Hazard souligne la complémentarité entretenue entre la description et l’illustration. Il s’agit d’une technique qui œuvre à accorder plus de profondeur au projet persuasif consubstantiel à une description orientée.

  • 26 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, un document en version numérique par Pierre Pal (...)

Elles sont pleines de charme ces gravures qui viennent du lointain, de l’inconnu, on dirait que leur nouveauté rend aux artistes la fraicheur qu’ils avaient perdue à force de copier les modèles antiques. Quelquefois, le voyageur lui-même, sachant bien qu’il touchera plus surement les esprits par la représentation directe des formes que par les mots et les phrases, se fait dessinateur.26

  • 27 Denys Reynaud, « Pour une théorie de la description au 18 siècle », in Dix-huitième Siècle, N. 22, (...)

36Le recours à l’illustration reflète donc une intention de séduire le lecteur, de captiver son attention et de provoquer en lui un sentiment de curiosité, d’admiration et d’appréciation pour ces animaux rares et ces lieux inconnus. Denys Reynaud a affirmé en ce sens que Lahontan s’est servi des gravures « comme un moyen de séduction »27 pour créer un impact aussi bien psychologique qu’intellectuel sur ses lecteurs. Ainsi, un lecteur qui pourrait être ennuyé par de longs passages narratifs et descriptifs, trouvera refuge dans ses éléments illustratifs pour embarquer dans un monde enchanteur.

  • 28 Réal Ouellet, La Relation de voyage en Amérique (XVI-XVII siècles) au carrefour des genres, Les co (...)
  • 29 Avec la montée de la bourgeoisie, les fourrures étaient en vogue en Europe, car elles sont utilisé (...)

37A ce propos, Réal Ouellet note que l’auteur cherche à « garder son lecteur en éveil et piquer sa curiosité »28 en permanence à travers le recours à des illustrations ouvertement significatives. Le motif commercial est à peine caché car il s’agit, en réalité, de nourrir le marché intérieur français par des fourrures de bonne qualité.29 En l’occurrence, le Baron consacre à cet animal de multiples passages descriptifs dans la totalité de ses écrits. Il le décrit dans ses Nouveaux voyages notamment dans ses dixième, onzième et seizième lettres. Il fait la reprise de ces descriptions dans ses Mémoires et aussi dans ses Dialogues avec un Sauvage. Le retour de la description dans des endroits multiples dévoile l’intérêt spécifique qu’accorde l’écrivain à cet animal distingué par une valeur sûre.

  • 30 Lahontan, les Nouveaux voyages, op.cit. p. 387.

38Ainsi par exemple, par le biais de la gravure titrée « Castor de 26 pouces de longueur entre teste et queue »,30 ainsi représentée dans les Nouveau Voyages.

  • 31 François-Marc Gagnon, Images du castor canadien, XVI, XVIII siècles, édition du Septentrion, en co (...)

39Nous remarquons le souci du détail dont use l’écrivain pour reproduire fidèlement la figure de cet animal. Manifestement, il s’est servi des outils de dessin indispensables comme la règle et la campas pour le dessiner. Les dents, les pattes, les yeux, les oreilles, le nez, la fourrure sont tellement bien dessinées que nous éprouvons la sensation de pouvoir les palper et les toucher réellement par la main. De ce fait, cet intérêt aux mesures géométriques relatives à la société classique, est d’après François-Marc Gagnon, « la preuve de l’importance que les mesures ont prise dans la description du castor ».31

40Sur cette gravure, les paysages sont intentionnellement supprimés. Dans l’arrière-plan, il n’y a ni soleil, ni arbre, ni couleurs, comme si par une telle technique, l’on cherche à focaliser l’intérêt exclusif du lecteur-spectateur sur le castor, de ne pas le gêner avec des détails superflus. Le dessin se transforme ainsi en une œuvre d’art supplémentaire au service de la description. François-Marc Gagnon considère cette illustration du Castor, figure dans les Nouveaux voyages de Lahontan comme un moyen auquel recourt l’auteur pour créer une scénographie à la fois fictive et réaliste.

  • 32 Ibid.

Semblable à un acteur sur le théâtre du monde, le castor est donné à voir pour la première fois dans une représentation. Bien plus, il regarde le spectateur d’un œil étrangement humain. Qui dit représentation dit présence et quel meilleur indice de la présence que cet œil qui, comme dans les tableaux de Rembrandt, suit le spectateur dans tous ses déplacements.32

  • 33 « Nous suivions quelque fois une lieue ou deux ces mêmes pistes ensuite nous trouvions cinq, dix q (...)

41Pareillement, dans sa dixième lettre33, le Baron consacre un long passage à la description des élans, appelés également « orignaux » chez les Amérindiens. Premièrement, il évoque la rapidité de ces animaux et mentionne qu’il a été obligé de les poursuivre durant de longs jours parce qu’ils sont toujours en mouvement. Ils courent et se déplacent d’un coin à un autre fuyant les chasseurs et cherchant le pâturage. Toutefois, l’illustration ajoutée au passage descriptif montre des élans en repos entourés de chasseurs à l’arc.

34

42L’image recouvre ainsi une multiplicité de fonctions ; elle décrit, atteste, exprime et incite.

43Sa fonction descriptive consiste en une représentation réaliste d’une action. Dans notre cas, il s’agit d’offrir à un lecteur étranger une scène de chasse qui se passe loin de chez lui et de s’efforcer à reproduire méticuleusement les détails qu’une description par les mots peut ne pas les transmettre fidèlement.

44L’image occupe également une fonction attestatrice ; à travers quoi l’auteur cherche à accorder plus de crédibilité à son témoignage et ce en offrant au regard du lecteur un morceau vivant d’une réalité vécue loin de chez lui. Cela peut être expliqué par le fait qu’ « une image vaut mille mots ».

45D’autant plus, l’illustration joue également un rôle expressif procédant à exprimer le point de vue du dessinateur. Comme la description, elle n’est nullement neutre. Si Lahontan se focalise sur des critères spécifiques d’un animal donné comme la bonne qualité de sa fourrure ou de sa chair, c’est qu’il cherche à expliquer le bien-fondé de ses réflexions. Ainsi dans le cas du castor ou de l’élan, l’auteur recourt à la gravure accompagnant la description pour mettre en exergue les parts bénéfiques de ces deux animaux.

46L’image occupe finalement une fonction incitative ; elle incite le lecteur à adopter le point de vue que lui offre l’auteur. Tout comme la description, l’image œuvre à influencer l’opinion du récepteur et attirer son attention sur une réalité initialement vue uniquement par le destinateur.

47Ceci s’explique par un objectif sous-entendu de l’auteur qui cherche principalement à mettre en scène ces gibiers, à les valoriser, les identifier et surtout à montrer la grandeur de leur taille et les bénéfices qu’un chasseur peut en tirer. De façon implicite, il pousse le lecteur à peser leur masse musculaire et à se focaliser sur leur fourrure, à calculer la somme d’argent qu’il pourrait en les vendant.

48Dans le cas du deuxième tableau, il s’agit aussi de mettre en avant la facilité de se déplacer et de bouger sur la neige en portant les toboggans nécessaires à une telle action. Le dessin fonctionne à ce niveau pour étayer et expliquer le passage descriptif qu’il précède. Le lecteur n’a donc qu’à jeter un œil sur la gravure pour se mettre dans le cadre des différents détails évoqués dans le passage descriptif. Il pourra aussi se renseigner sur la manière de coudre et d’utiliser ces toboggans.

49De plus, après avoir dessiné une variété d’animaux à fourrures et les techniques relatives à leur chasse, l’auteur s’est intéressé aux lieux de chasse. La description invoque l’emplacement géographique de ces recoins féconds de gibiers à poil, les voies d’accès et les voies de sortie. Ces endroits sont en fait le Lac Huron, le Lac Erié, l’île du Bois Blanc, l’île de Missimimakinac, l’embouchure du lac des Illinois etc. L’auteur décrit de façon détaillée tous ces recoins de telle sorte que le colonisateur pourra s’y insérer sans difficulté à force de suivre cette documentation.

Conclusion

50Dans l’ensemble, la description de la nature canadienne est imprégnée d’une charge idéologique implicite. Le souci du baron de Lahontan d’inventorier les richesses naturelles locales s’exprime évidemment par sa prise de conscience que la première étape essentielle pour coloniser et profiter de ce sol étranger consiste à décrire, hiérarchiser, comparer, classer les éléments de la riche nature nord-américaine. Il s’agit donc d’une étape primordiale préparant et légitimant la conquête coloniale militaire directe pour s’approprier et exploiter ces trésors. Cette relation de voyage fournit aux politiciens français de nouvelles techniques d’étude fondée notamment sur les illustrations fauniques et botaniques, les listes d’animaux et de plantes et les nomenclatures variées. Cette méthode permet de faire voir aux métropolitains coloniaux que des ressources comme le bois, les grains, les peaux, les viandes sont nécessaires pour développer aussi bien l’économie de la Nouvelle-France que celle de la métropole.

Haut de page

Bibliographie

Les œuvres de Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan (*Nouveaux voyages de Mr le Baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale et *Les Mémoires de l’Amérique septentrionale ou la Suite des voyages de M. le Baron de La Hontan) ont été recueillies en volume et éditées par :

Réal Ouellet et Alain Beaulieu, Œuvres complètes I, Les Presses de l’Université de Montréal, C. P. 6128, succ. « A », Montréal (Québec), 1990.

Réal Ouellet et Alain Beaulieu, Œuvres complètes II, Les Presses de l’Université de Montréal, C. P. 6128, succ. « A », Montréal (Québec), 1990.

Adam Francine, Des noms et des lieux, la médiation toponymique de Québec en Acadie du Nouveau-Brunswick, thèse présentée par Francine Adam et dirigée par Paul Claval, Université de Paris IV, 14 mai 2008.

Corbin Alain, L’Homme dans le paysage, les éditions Textuel, Paris, 2001.

Côté-Lachapelle Aline, « Le discours du récit et ses effets chez Lahontan », Sur la Nouvelle-France : documents et questionnements, volume 10, N 11/2 avril-août 1977.

Damier Véronique, « Politiques indigènes en France et en Grande-Bretagne dans les années 1930 : aux origines coloniales des politiques de développement », dans Politique et sociétés, volume 24, N01, 2005.

de Sainte-Marie Alice Bairoch, « Les Colonies françaises et le droit : une approche globale, 1600-1750 », Etudes canadiennes, .N. 82, 2017.

Gagnon François-Marc, Images du castor canadien, XVI, XVIII siècles, édition du Septentrion, en collaboration avec le CELAT, Québec, 1994.

Havard Gilles, « ’’Les forcer à devenir citoyens’’, Etat, sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (XVII et XVIII siècles) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2009, 5/64 e année.

Hazard Paul, La crise de la conscience européenne, un document en version numérique par Pierre Palpant, une collection développée en collaboration de l’Université du Québec à Chicoutimi, site web : http://bibliotheque.uquac.ca.

Ouellet Réal, La Relation de voyage en Amérique (XVI-XVII siècles) au carrefour des genres, les collections de la République des Lettres, éditions du CIERL, dirigées par Thierry Belleguic, Eric Van der Schueren et Sabrina Vervache, Paris, 2015.

Reynaud Denys, « Pour une théorie de la description au 18 siècle », in Dix-huitième Siècle, N. 22, 1990.

Turgeon Laurier, Une Histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVI siècle, Belin Editeur, Paris, 2019.

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, les éditions Textuel, Paris, 2001. p. 14.

2 Ibid. p. 13.

3 Ibid. p. 85.

4 Aline Côté-Lachapelle, Le Discours du récit et ses effets chez Lahontan, Sur la Nouvelle-France : documents et questionnements, volume 10, N 11/2 avril-août 1977, p. 195.

5 Les œuvres de Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan (*Nouveaux voyages de Mr le Baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale et *Les Mémoires de l’Amérique septentrionale ou la Suite des voyages de M. le Baron de La Hontan) ont été recueillies en volume et éditées par : -Réal Ouellet et Alain Beaulieu, Œuvres complètes I, Les Presses de l’Université de Montréal, C. P. 6128, succ. « A », Montréal (Québec), 1990.- Réal Ouellet et Alain Beaulieu, Œuvres complètes II, Les Presses de l’Université de Montréal, C. P. 6128, succ. « A », Montréal (Québec), 1990.

6 Lahontan, Nouveaux voyages dans l’Amérique septentrionale, op.cit. pages: 265/267/395/396.

7 Ibid. p.395.

8 Ibid.

9 Ibid. p.396.

10 Alice Bairoch de Sainte-Marie, «Les colonies françaises et le droit : une approche globale, 1600-1750 », Etudes canadiennes, N 82, 2017. p. 110.

11 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p. 395.

12 Ibid. p. 402.

13 Véronique Damier, « Politiques indigènes en France et en Grande-Bretagne dans les années 1930 : aux origines coloniales des politiques de développement », dans Politique et sociétés, volume 24, N01, 2005, p.81

14 Ibid.

15 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p.430.

16 Lahontan, les Mémoires de l’Amérique septentrionale, op.cit. p.546.

17 Op.cit. p. 546.

18 Lahontan, Nouveaux voyages, op.cit. p. 361.

19 Francine Adam, Des noms et des lieux, la médiation toponymique d Québec en Acadie du Nouveau-Brunswick, thèse présentée par Francine Adam et dirigée par Paul Claval, Université de Paris IV, 14 mai 2008. p. 87.

20 Alice Bairoch de Sainte-Marie, op.cit. p. 91

21 Ibid.

22 Laurier Turgeon, Une Histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVI siècle, Belin Editeur, Paris, 2019.

23 Lahontan, Mémoires de l’Amérique septentrionale, op.cit. p. 640.

24 Gilles Havard, « les forcer à devenir citoyens », Etat, sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (XVII et XVIII siècles), Annales. Histoire, Sciences sociales 2009, 5/64 e année. p. 993.

25 Lahontan, Op.cit. p.298.

26 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, un document en version numérique par Pierre Palpant, une collection développée en collaboration de l’Université du Québec à Chicoutimi, site web : http://bibliotheque.uquac.ca. p. 254.

27 Denys Reynaud, « Pour une théorie de la description au 18 siècle », in Dix-huitième Siècle, N. 22, 1990, p. 352.

28 Réal Ouellet, La Relation de voyage en Amérique (XVI-XVII siècles) au carrefour des genres, Les collections de la République des Lettres, éditions du CIERL, dirigées par Thierry Belleguic, Eric Van der Schueren et Sabrina Vervache, Paris, 2015. p. 15.

29 Avec la montée de la bourgeoisie, les fourrures étaient en vogue en Europe, car elles sont utilisées pour coudre les chapeaux de feutre. Devant la forte demande européenne, beaucoup d’animaux sauvages notamment les castors commencent à disparaître en Europe. Dans ce contexte, les grandes puissances européennes telles que l’Espagne, le Royaume-Uni, la Hollande et la France entament une course coloniale à l’extérieur notamment vers le Nouveau Monde afin de s’approvisionner des fourrures et surtout du castor canadien. Effectivement, les fourrures canadiennes sont célèbres par leur beauté, leur délicatesse, leur souplesse, car elles sont influencées par le climat hivernal qui protège leur qualité: ce sont des poils denses et touffus, idéales pour le feutrage et la fabrication des chapeaux.

30 Lahontan, les Nouveaux voyages, op.cit. p. 387.

31 François-Marc Gagnon, Images du castor canadien, XVI, XVIII siècles, édition du Septentrion, en collaboration avec le CELAT, Québec, 1994, p. 52

32 Ibid.

33 « Nous suivions quelque fois une lieue ou deux ces mêmes pistes ensuite nous trouvions cinq, dix quinze, ou vingt orignaux, qui conjointement ou séparément prenoient la fuite et s’enfonçoient dans la nége, jusqu’à poitral. Si la nége étoit dure et condensée (...) nous les joignions après un quart de lieue de poursuite, mais si elle étoit molle ou fraichement tombée, nous étions obligez de les poursuivre trois ou quatre lieues sans les attraper ». Nouveaux voyages, p. 328.

34 Cette gravure est figurée dans les Nouveaux voyages de Lahontan, lettre 10, p. 336.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naouel Khleifi , « La description de la nature nord-américaine : une technique au service de la colonisation ? »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 06 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/14977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.14977

Haut de page

Auteur

Naouel Khleifi 

Doctorante en littérature française Institut Supérieur des Sciences Humaines de TunisE-mail : nawelkhleifi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search