Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier: Imaginaires de la LimiteLimites, sociétés et politiqueImaginaires politiques et frontiè...

Dossier: Imaginaires de la Limite
Limites, sociétés et politique

Imaginaires politiques et frontières. Exemples de représentations du peuple en Argentine pendant les présidences de Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015)

Valérie Gonzalez-Bled

Résumés

Nous souhaitons ouvrir ici une réflexion sur la représentation de la limite dans les imaginaires politiques.

Les discours présidentiels de Cristina Fernández de Kirchner offrent un rôle prépondérant au récit historique. Cela contribue à la définition des jeux d’alliances et d’oppositions dans les imaginaires argentins et nous permet d´expliquer la particularité de la construction de la frontière entre un « nous », collectif d’identification de la présidente et un « eux », extérieur à ce premier.

Alors que l’opposition politique et médiatique au kichnerisme s’employait à diffuser la représentation d’une frontière sous la forme d’une « grieta », une « brèche », le dispositif kirchneriste élabore une communauté politique délimitée par des limites fluctuantes et poreuses selon deux objectifs principaux : le renforcement du collectif d’identification après la période de crise des représentations héritées de la crise économique, institutionnelle et sociale de 2001, et l’ambition d’intégrer dans le « nous communautaire », des « adversaires conjoncturels ».

Premièrement, nous présentons brièvement les représentations de la métaphore de la « grieta », puis nous nous intéresserons à l’espace de la communauté politique défini par CFK pour interroger la conception de la frontière comme la délimitation d’un espace fermé.

Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Nous entendons par « dispositif kirchneriste », l’ensemble des discours émis par le couple Kirchn (...)

2Alors que l’opposition politique et médiatique au kichnerisme s’employait à diffuser la représentation d’une frontière sous la forme d’une « grieta », nous avons pu démontrer que le dispositif kirchneriste1 élabore une communauté politique délimitée par des limites fluctuantes et poreuses. Cette dynamique répond à deux objectifs principaux. Le premier est le renforcement du collectif d’identification après la période de crise des représentations héritées de la crise économique, institutionnelle et sociale de 2001. Le second est l’ambition d’intégrer dans le « nous communautaire », ceux que nous avons désignés comme les « adversaires conjoncturels », collectifs dont l’identité peut fluctuer. Nous souhaitons donc ouvrir ici une réflexion sur la représentation de la limite dans l’imaginaire politique.

3Dans un premier temps, nous allons brièvement présenter quelques représentations de la métaphore de la « grieta », la brèche, puis nous nous intéresserons à l’espace de la communauté politique défini par CFK pour essayer d’apporter des éléments de réponse sur la conception de la frontière comme la délimitation d’un espace éventuellement fermé.

4Notre travail de recherche sur les antagonismes répond, comme nous l’avons évoqué, à une situation conjoncturelle. Cependant, il s’inscrit également dans les réflexions menées ces dernières années sur les relations antagoniques dans les démocraties modernes (Chantal Mouffe, 2010). Ainsi, en ce qui concerne l’Argentine, le débat créé autour de l’existence d’une brèche dans la population a fait de l’antagonisme un sujet d’actualité. Les discours politiques et médiatiques ont contribué à inscrire dans l’imaginaire argentin la représentation d’une fracture sociale dans un cycle qui s'auto-alimente entre vécu, ressenti et reçu.

  • 2 Nous pensons, par exemple, à la couverture de Russo Carlos, Zunino Edi, Cerrar la grieta, Sudame (...)
  • 3 Real Academia Española: https://dle.rae.es/?w=grieta , « faille allongée qui se forme dans la ter (...)

5Si nous reprenons l'utilisation de cette représentation, telle qu’elle apparaît dans des illustrations d'ouvrages2 ou de premières pages de journaux, nous remarquons qu’elle apparaît dans son sens propre et physique de « hendidura alargada que se hace en la tierra o en cualquier cuerpo sólido3 », telle que la définit la Real Academia española. Par conséquent, cette représentation graphique contribue à construire, dans l'imaginaire argentin, l'image d'une situation statique d'une séparation entre deux groupes au milieu duquel seul, le vide existe.

  • 4 « Difficulté ou désaccord qui menace la solidité ou l'unité de quelque chose » (je traduis)

6En revanche, le sens figuré de la « grieta » proposé par cette même source décrit davantage un processus : « Dificultad o desacuerdo que amenaza la solidez o unidad de algo4 ». Dans ce sens, la brèche n'est pas un état de fait radical sinon un processus qui met en péril l'unité dans laquelle s'insère une difficulté. Se souvenir de cette acception nous invite à concevoir la brèche comme une situation en mouvement, transitoire et non figée.

7Rappelons également, avec Emilio de De Ípola, que la diffusion de la menace est « una de las piezas esenciales en la lógica que preside la constitución de las identidades colectivas.» ( De Ípola Emilio, 1994 ) Par conséquent, encourager dans les imaginaires populaires, la diffusion de la représentation d’une brèche contribue soit à redessiner, soit à renforcer les identités collectives.

  • 5 « l'importance d'initier dans la société argentine un processus de rééducation de certaines norme (...)

8De plus, certains discours conservateurs se sont focalisés sur une situation irrémédiable et radicale. Ainsi, à ce sujet, le sociologue Alejandro Fargosi souligne « la importancia de iniciar en la sociedad argentina un proceso re-educativo de ciertas normas de convivencia perdidas con la finalidad de restablecer el orden social y lograr una mayor cohesión social. »5 (CARI, 2008) Nous comprenons que cet imaginaire conçoit une fracture qui serait venue interrompre un passé unifié. En effet, cette intervention base la cohésion sociale sur le rétablissement d'un ordre passé, vers lequel il faudrait retourner en « rééduquant » la population, pour un retour vers des normes « perdues ».

  • 6 « contient l'espoir d'un prompt retour à la préalable unité nationale une fois terminée l'expérie (...)

9Hernán Tapia, Jorge Castro Rubel et Matías Artese considèrent que la métaphore de la brèche a donné lieu à un schéma interprétatif qui contiene además la esperanza de un pronto retorno a la previa unidad nacional una vez finalizada la experiencia de gobierno kirchnerista; desconociéndose así las contradicciones sociales más importantes de la historia argentina.6 (Artese, Rubel, Tapia; 2017, 2)

  • 7 « le conflit fait partie de l'évolution historique nationale. » (je traduis)

10Ces auteurs remarquent une orientation conjoncturelle de caractère politique dans l'utilisation de cette métaphore. Pour les journalistes et les opposants au kirchnérisme, il s'agit d'un axe de critique, qui synthétise en un mot l'idée de désunion des Argentins séparés par une façon de faire de la politique K, stratégie qui permettrait au gouvernement d'occulter ses actions concrètes. D'autre part, le regard péjoratif et naïf de certains soutiens du kirchnérisme entretient cette métaphore sans mesurer que « el conflicto es parte del devenir histórico nacional.» 7(Artese, Rubel, Tapia; 2017, 2)

  • 8 « la possibilité de l'interpréter comme la forme politique qui assume une structure sociale contr (...)

11Penser un schéma interprétatif de la brèche comme une construction des gouvernants et de leur façon d'agir en politique permet d'exclure « la posibilidad de interpretarlo como la forma política que asumió una estructura social contradictoria.»8 La métaphore véhicule la représentation d’une situation disruptive qui menace l'ordre établi. Dès lors, qui d'autre que les bénéficiaires de cet ordre pourraient lutter pour en garantir sa pérennité. Qui d'autre ? Les rapports entre dominants et dominés se maintiennent grâce au discours dominant qui entretient sa position hégémonique, c'est-à-dire lorsque les dominés adhèrent à l'ordre établi par les dominants.

12Sur ce point, les auteurs précédemment cités nous rappellent en faisant référence à Gramsci :

  • 9 « Le système de domination diffuse constamment -depuis son 'état-major intellectuel' et ses orga (...)

El sistema de dominación difunde constantemente -desde su 'estado mayor intelectual' (Gramsci; 2010) y sus órganos subsidiarios- discursos que le permiten mantenerse exento de críticas, haciendo las veces de cordón de seguridad a su alrededor9. (Artese, Rubel, Tapia; 2017, 5)

13Nous comprenons donc aisément l'enjeu qui s'installe autour de la métaphore de la brèche : pour les bénéficiaires de l'ordre établi, il s'agit de convaincre les dominés que la brèche menace leur bien-être commun. Pour les forces disruptives, il s'agit de construire une nouvelle hégémonie et de resignifier la brèche en une opportunité de surmonter la difficulté qui menace l'unité. Il est également pertinent de se demander s’il est possible voire souhaitable de rechercher un état permanent de société unie et stable. Se poser la question est, en soi, déjà une réponse.

14Nous pouvons donc retenir que la période étudiée (2007-2015) voit se développer un axe de communication sous le terme de la « grieta ». La collusion d'influences médiatiques et politiques d'opposition au gouvernement, principalement, associe cette scission à l'action politique des dirigeants kirchnéristes. Ce phénomène entraîne des conséquences non seulement politiques mais également sociétales et idéologiques. Sur ce second point, les discours politiques et diverses publications d'exaltation du consensus conduisent à ancrer dans l'imaginaire argentin, la représentation du conflit social comme une menace qui met en péril la société. Par opposition, reconnaître qu'il existe des conflits et des différences politiques permet d'envisager que les intérêts des secteurs qui entretiennent l'idée d'une brèche ne sont pas représentatifs du reste de la population. La confrontation des imaginaires politiques conditionne la façon dont chacun envisage la limite.

  • 10 Nous pensons à la « Ley 125 », relative aux retentions sur les exportations de la production agr (...)

15Nous considérons que l’imaginaire politique élaboré par Cristina Fernández de Kirchner présente une configuration différente. Les analyses consacrées aux épisodes les plus conflictuels des mandats de la présidente10 nous ont permis de démontrer que, dans le discours de CFK, les opposants sont très présents. Après avoir élargi notre cadre d’observation, nous pouvons même dire qu’ils sont constamment sollicités. Ceci peut expliquer les accusations d'exhacerbation des antagonismes. Néanmoins, il nous semble qu'il ne s'agit pas tant de l’approfondissement d'une fracture ou de fractures dans la société qui, de toutes façons, sont inhérentes à toute communauté, qu'une organisation particulière de la logique des antagonismes. La dynamique de construction de l'imaginaire kirchnériste poursuit la réalisation du modèle qui comporte deux versants complémentaires. D'une part, ce modèle envisage une société intégrée à un fonctionnement politique stable et efficace, dans lequel les débats d'idées conduisent à une dynamique constructive. Dans le même temps, cette société est envisagée comme une plénitude harmonieuse dans laquelle les individus sont unis par les mêmes objectifs. La poursuite de cet objectif, difficilement atteignable dans son intégralité mais, non pour autant inenvisageable, justifie la réactivation constante de l'adhésion des individus au collectif et, de manière concomitante, la visibilisation des forces antagoniques qui le menacent. En effet, pour que le modèle se réalise avec succès, en tant que construction politique, les échanges avec des adversaires identifiés sont indispensables.

16L'étude de la construction de l'adversaire dans le discours de CFK nous invite à questionner la représentation traditionnelle de l’antagonisme. En effet, celle-ci véhicule l’image d’une construction linéaire où le « nous » se trouve frontalement opposé au « eux », séparé par une frontière, voire une brèche et où les indécis doivent prendre une décision faute de se retrouver dans l'abîme. Chez CFK, nous pouvons substituer ce schéma par une représentation plus dynamique de redéfinition et conquête des identités plurielles.

17Dans une représentation concentrique de l'imaginaire kirchneriste, le noyau est le collectif d'identification de la présidente autour duquel se dessinent plusieurs cercles concentriques qui représentent les autres. Celui-ci forme avec certains adversaires la communauté politique, c'est-à-dire un « nous » dans lequel l'opposant est légitime. Au-delà de ce second cercle, se situent les ennemis qui entretiennent la véritable relation antagonique. Cependant, les frontières sont poreuses et instables car, comme nous l'avons expliqué, la réalisation du modèle suppose l'expansion du cercle. Celui-ci est conçu comme une organisation politique qui inclut et convainc les adversaires. Dans le même temps, une pression depuis l'extérieur est exercée pour conquérir l'imaginaire du collectif d'identification entretenu par le discours de CFK.

18La dynamique virulente de la présidente répond donc à ces pressions centrifuges et centripètes. Pour survivre, le collectif d'identité doit entrer dans une activité défensive mais également expansive car il poursuit un idéal de plénitude alors que les adversaires souhaitent conquérir ce même espace.

19Cette tension entre la volonté d'affirmation et de renforcement du collectif d'identification face aux forces antagoniques et le processus d'intégration des adversaires conjoncturels illustre, selon Gerardo Aboy Carlès, les opositions bipolaires des mouvements populistes. Il l’explique en ces termes:

  • 11 « (...) les mouvements populistes présentent des oppositions binaires. L'une en fonction de leur (...)

(...) los movimientos populistas presentan oposiciones bipolares. La una en función de su dimensión rupturista de fuerzas reformistas; la otra en función de su dimensión de partidos de orden que intentan asimilar, en su pretensión hegemónica de representar al conjunto de la comunidad política, a un adversario que se les escapa11. (Aboy Carlés, 2005:126)

20 Dans le contexte décrit, le discours de CFK s'emploie à déplacer les frontières de façon contingente, avec la préoccupation constante de protéger la cohésion du noyau de base de son collectif d'identification. Ces stratégies se reflètent par le protagonisme accordé au peuple comme entité transhistorique dans le récit national. En effet, dans une approche mémorielle, la présidente redessine les limites du champ populaire au gré des oppositions qui le menacent. La frontière qui sépare le champ populaire du champ opposé aux intérêts populaires évolue en fonction de la tension que nous venons de décrire alors que les frontières qui délimitent au niveau diachronique ce champ populaire disparaissent au profit d’un seul acteur transhistorique.

Haut de page

Bibliographie

Aboy Carlés Gerardo, Las dos fronteras de la democracia argentina. La reformulación de las identidades de Alfonsín a Menem. Rosario, Santa Fe: HomoSapiens Ediciones, 2001,333p. 

Aboy Carlés Gerardo, «Populismo y democracia en la Argentina contemporánea. Entre el hegemonismo y la refundación», Estudios Sociales, n°28, premier semestre 2005, p125 – 150, consulté en ligne le 27 janvier 2020: https://bibliotecavirtual.unl.edu.ar/publicaciones/index.php/EstudiosSociales/article/view/2553

Agamben Giorgio, Qu'est-ce qu'un dispositif ?, Rivages Poches, 2014, 80p.

Amadeo Belén, «Los valores del Bicentenario en el discurso de Cristina Fernández de Kirchner». V Congreso Latinoamericano de Ciencia Política. Asociación Latinoamericana de Ciencia Política, Buenos Aires, 2010

Artese Matías, Rubel Jorge Castro, Tapia Hernán, Límites y profundidades de "la grieta". Una exploración sobre las nociones división y cohesión social en trabajadores asalariados de la AMBA, p2,2017, en ligne: http://alas2017.easyplanners.info/opc/tl/1207_matias_artese.pdf

Assmann Aleida, «Re-framing memory. Between individual and collective forms of constructing the past», in Karin Tilmans, Frank van Vree, Jay Winter (eds.), Performing the Past. Memory, History, and Identity in Modern Europe, Amsterdam University Press, 2010, chapitre 2, pp.35-50

Castoriadis Cornelius, La institución imaginaria de la sociedad, Traduction de Antoni Vicens et Marco Aurelio Galmarini, México, Tusquets Editores, 2003, 578p.

CARI, La grieta. ¿Qué es, por qué existe y cómo cerrarla ?, Mesa-debate con la participación de Rosendo Fraga, Eduardi Fidanza y Alejandro Fargosi; modérateur,Mariano Obarrio, 24/04/2008, consultable en ligne : https://www.cari.org.ar/recursos/cronicas/grieta24-04-18.html

De Ípola., Emilio, Las cosas del creer.(creencia, amenaza, identidad), participation présentée au Segundo Coloquio de Bariloche de Filosofía, (Fundación Bariloche/LOGOS), juin-juillet 1994, Bariloche, Argentina, Revista Sociedad de la Facultad de Ciencias sociales (UBA), consulté en ligne le 1/07/2020 : http://www.estudiosecologistas.org/documentos/reflexion/ecologiapolitica/cosas_del_creer.pdf

Gramsci, Antonio, Notas sobre Maquiavelo. Sobre la política y sobre el Estado moderno, Buenos Aires, Nueva visión., 2010, 340p.

Halbwachs Maurice, La mémoire collective, édition électronique 2001 à partir du livre de 1950, consulté en ligne le 30/08/ 2020 : https://www.psychaanalyse.com/pdf/memoire_collective.pdf

Halbwachs Maurice, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994, 374p.

Hartog François, Régime d'historicité. Présentismes et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2012, pp. 11-40

Khiari Sadri, « Le peuple et le Tiers-peuple », Qu’est-ce qu’un peuple, Paris, La Fabrique éditions, 2013, p.115-136.

Laclau Ernesto, La razón populista, 1ere ed. 7ème reimp., Buenos Aires, Fondo Cultura Económica, 2013, 312p.

Laclau Ernesto, Mouffe Chantal, Hegemonía y estrategia socialista: hacia una radicalización de la democracia, 3ème ed. 2ème reimp., Ciudad Autónoma de Buenos Aires: Fondo de Cultura Económica, 2015, 248p.

Mouffe Chantal, « Politique et agonisme », cairn.info, revue « Rue Descartes », 2010/1, N°67, pp.18-24

Scavino Dardo, Narraciones de la independencia. Arqueología de un fervor contradictorio, Buenos Aires, Eterna Cadencia Editora, 2010, 304p.

Scavino Dardo, Rebeldes y confabulados. Narraciones de la política argentina, 1ªed., Buenos Aires, Eterna Cadencia Editora, 2012, 256p.

Sigal Silvia et Verón Eliseo, Perón o muerte: los fundamentos discursivos del fenómeno peronista, Buenos Aires, 1ªed. 3ªreimp., Eudeba, 2010, 272p.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons par « dispositif kirchneriste », l’ensemble des discours émis par le couple Kirchner et en particulier par CFK, c'est- à- dire « tout ce qui a, d'une manière ou une autre, la capacité de capturer, d'orienter, de déterminer, d'intercepter, de modeler, de contrôler et d'assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres » selon la définition proposée par Giorgio Agamben. (Giorgio Agamben, 2014)

2 Nous pensons, par exemple, à la couverture de Russo Carlos, Zunino Edi, Cerrar la grieta, Sudamericana, 2015.

3 Real Academia Española: https://dle.rae.es/?w=grieta , « faille allongée qui se forme dans la terre ou dans un corps solide » (Je traduis)

4 « Difficulté ou désaccord qui menace la solidité ou l'unité de quelque chose » (je traduis)

5 « l'importance d'initier dans la société argentine un processus de rééducation de certaines normes de cohabitation perdues dans le but de rétablir l'ordre social et d'obtenir une plus grande cohésion sociale. » (je traduis)

6 « contient l'espoir d'un prompt retour à la préalable unité nationale une fois terminée l'expérience du gouvernement kirchnériste ; ignorant ainsi les plus importantes contradictions sociales de l'Histoire argentine.» (je traduis)

7 « le conflit fait partie de l'évolution historique nationale. » (je traduis)

8 « la possibilité de l'interpréter comme la forme politique qui assume une structure sociale contradictoire. » (je traduis)

9 « Le système de domination diffuse constamment -depuis son 'état-major intellectuel' et ses organes subsidiaires- des discours qui lui permettent de se maintenir à l'abri des critiques, en jouant le rôle de cordon de sécurité autour de lui.» (je traduis)

10 Nous pensons à la « Ley 125 », relative aux retentions sur les exportations de la production agricole, suivi d’un mouvement d’opposition qui paralysa le pays en 2009. Nous pouvons citer, également l’application de la «Ley de Medios», dont l’objectif était de lutter contre les monopoles médiatiques et de remplacer la loi sur la communication établie pendant la dictature, et les conflits avec le groupe de presse Clarín. Pour finir, des mesures destinées à l’inclusion sociale comme la « ley de matrimonio igualitario » o « la asignación universal por hijos » ont soulevé des debats publics et privés et alimenter des préjugés envers certaines minorités ou envers des populations vulnérables.

11 « (...) les mouvements populistes présentent des oppositions binaires. L'une en fonction de leur volonté de rupture en tant que force réformiste ; l'autre en fonction de leur dimension de partis de l'ordre qui tentent d'assimiler, dans leur prétention hégémonique de représenter la communauté politique, à un adversaire qui leur échappe. » (Je traduis)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Gonzalez-Bled, « Imaginaires politiques et frontières. Exemples de représentations du peuple en Argentine pendant les présidences de Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015) »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/15068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.15068

Haut de page

Auteur

Valérie Gonzalez-Bled

AMERIBER, Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search