Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Présentation du numéro

Présentation du numéro

Anaïs Fabriol, Néstor Ponce et Comité de rédaction de la revue Amerika

Résumés

Ce vingt-troisième numéro de la revue s’intéressera à la représentation des limites dans les imaginaires des Amériques, et aux récits, conceptions sociales et créations artistiques qui en découlent. Il reprend une partie des communications présentées lors de deux Journées d’Études organisées par le CELLAM (EA 3206, Université de Rennes 2) à Rennes, en 2019 et 2021, ainsi que d’autres propositions qui nous sont parvenues pour prolonger cette thématique.

Nos lecteurs pourront également retrouver nos rubriques habituelles : Mélanges, Opinions/Varias et Comptes-rendus.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves:

Límites, Américas, relato, artes, cine, sociedad
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier du numéro 23 d’Amerika est le fruit de plusieurs années de réflexion, ayant abouti dans un premier temps à deux journées d’étude en novembre 2019 et mars 2021, organisées par le laboratoire CELLAM ( EA 3206, Université de Rennes 2), durant lesquelles la notion de limite a été débattue sous plusieurs angles, que ce soit au niveau des représentations narratives ou artistiques, ou bien des formes que prenaient ces mêmes frontières au niveau des usages des sociétés des Amériques. Les questionnements ont à la fois porté sur l’usage spatial et ségrégatif de ces limites, mais aussi sur la manière dont celles-ci se manifestaient dans la création moderne et contemporaine.

2Ces échanges, pour le moins fructueux, ont donné lieu à une série d’articles, qui sont publiés dans le présent numéro. D’autres communications, ayant répondu à l’appel posté en septembre 2021 sur le site de la revue, se sont greffées à ces travaux. Il convient de signaler que ce travail d’investigation s’est en partie réalisé durant la pandémie de COVID-19, ce qui a pu nous ramener à nous interroger sur les nouvelles limites que générait l’appel à communication d’origine, dont les grandes lignes sont les suivantes :

3À la fin du XXe siècle, avec l’avènement d’espaces de libre circulations comme Schengen, la matérialisation de la frontière semblait appartenir au passé, du moins dans les imaginaires collectifs et les représentations. En 1989, la chute du Mur de Berlin abolissait une frontière symbolique, la représentation d’une limite par antonomase. Mais alors que ce mur-là tombait, d’autres étaient en gestation et commençaient à se matérialiser, le plus connu et médiatique étant celui entre le Mexique et les États-Unis, dont les premiers pans apparaissent dès le plan Guardian en 1994.

4Ce renforcement n’a fait qu’aller crescendo depuis les attentats de New-York en 2001.

5Cette séparation, entre ce que l’on conçoit encore comme la première puissance mondiale et l’Amérique émergente, est devenue le symbole le plus courant de la limite entre deux territoires aux identités spécifiques, n’est qu’en fait la matérialisation d’une myriade de divisions territoriales et identitaires, et ce, sur toute une surface qui recouvrirait l’intégralité du sous-continent : communautés et quartiers fermés, espace public adapté à certains groupes de population en particulier, réserves indigènes, narco-cités, etc.

6À l’heure où la construction fictionnelle se banalise dans ses formes et que les contenus et supports sont de plus en plus transmédia, il semble judicieux de s’interroger sur les narrations qui peuvent découler de la mise en perspective de ces limites, frontières et espaces fermés. Que disent-ils du rapport à l’espace, à l’identité, à l’Autre ?

7Le dossier Imaginaires des Limites est subdivisé en cinq chapitres, chacun traitant d’un champ d’investigation : la littérature, le récit audiovisuel (cinéma, séries), la production d’images, la réflexion socio-politique et enfin, en dernier lieu, la parole de créateurs réalisant tout ou une partie de leur œuvre autour de ce concept. Les conceptions qui transparaissent dans ces chapitres s’entrecroisent et démontrent que, bien qu’étant un élément de ségrégation spatiale évident, la limite est également un point de friction, voire d’union. Elle peut également se matérialiser comme un point de non-retour protecteur ; elle présuppose passages et transferts. L’idée est de proposer une radiographie de ce qui se crée depuis près d’un siècle comme représentation des limites dans les Amériques et ce qu’impliquent ces mises en perspective.

8Les deux premiers chapitres interrogent le rôle joué par les limites au sein des dispositifs narratifs, que ce soit à travers un objet littéraire ou une création audiovisuelle, filmique ou sérielle. Les travaux chercheront avant tout à théoriser le rapport à l’altérité, à l’espace et à l’Histoire, que ce soit au sein de représentations littéraires de la guerre du Chaco (Alaïs Le Villain), de la vision archipiélique d’Édouard Glissant (Mohamed Lamine Rhimi) de la déconstruction du rôle du colonisateur (Alexis Yannopoulos), de la recherche des lieux ayant pu inspirer une œuvre capitale du cinéma hollywoodien (Miguel Lozano et Axel Nuñez) ou encore de la manière dont une série peut représenter les émeutes d’Octobre 1968 au Mexique (Anaïs Fabriol).

9Ensuite, le chapitre concernant les images aura pour objectif d’interroger les métaphores que celles-ci peuvent générer sur les limites, l’exil, les violences et la création artistique, dans un point de vue éminemment politique et mémoriel, que ce soit en Argentine (Néstor Ponce) ou en Colombie (Virginia de la Cruz), mais aussi sur le rapport entre corps migrant et regard spectatoriel (Ângela Marquês).

10Le chapitre social et politique aborde le rapport des limites à la manière souvent fermée et compartimentée dont les sociétés contemporaines sont coutumières, que ce soit à travers une interrogation sur le rapport à l’espace en pandémie de COVID-19 (Yeimis Palomino), la manière dont laquelle la propagande politique a été réalisée en Argentine sous Fernández de Kirchner (Valérie Gonzalez-Bled), des limites internes construites par l’Histoire brésilienne (Fernando Ferrão) ou, d’un point de vue plus général, comment s’envisagent les frontières en Amérique du Nord (Yves Laberge).

11La dernière partie du dossier laisse une tribune libre à l’auteur mexicain Gabriel Trujillo Muñoz, et entame une réflexion

12Nos lecteurs pourront également retrouver les rubriques habituelles : Mélanges, Opinions/Varia et Comptes-rendus, où seront également mises en perspective les questions d’hégémonie, d’altérité et de discours politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Fabriol, Néstor Ponce et Comité de rédaction de la revue Amerika, « Présentation du numéro »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 09 décembre 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/15262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.15262

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search