Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Comptes-rendusÉviter les généralisations abusiv...

Comptes-rendus

Éviter les généralisations abusives en faisant des études américanistes

Yves Laberge
Référence(s) :

Caroline Fourest, Génération offensée : De la police de la culture à la police de la pensée, Paris, Grasset, 2020, 156 p. 

Texte intégral

  • 1 Sur la bien-pensance, voir le livre du sociologue Claude Javeau, La Bienpensance, Thème et variatio (...)
  • 2 Sur les effets pervers de l’omniprésence des réseaux sociaux, voir l’excellent chapitre d’ouverture (...)
  • 3 Pensons au livre The Rise of Victimhood Culture : Microaggressions, Safe Spaces, and the New Cultur (...)
  • 4 En dépit de la sincérité et de la bonne foi de leurs adhérents, on retrouve dans beaucoup de mouvem (...)

1On entend parler, de temps à autres, dans les universités et les médias les plus fiables de deux phénomènes apparemment émergents : d’abord, les « micro-agressions » et par ailleurs de personnes qui se disent outrées, « choquées » au plus profond d’elles-mêmes par des déclarations, des opinions, des reportages, des situations ambiguës, des événements de l’actualité1. Ce phénomène semble nouveau et intense. Ce n’est pas vraiment un retour du puritanisme du 19e siècle ni une dérive sectaire ; il s’agirait plutôt d’une nouvelle forme de révolte, de contestation, voire d’extrémisme rendu possible par la bien-pensance et l’influence grandissante des réseaux sociaux qui permettent de colporter une infinité de discours sans aucune censure, mais également sans aucun processus de vérification ou de validation2. Or, ce phénomène permettant la justification de l’intolérance n’est pas moins menaçant pour la démocratie, la liberté d’expression, mais aussi envers notre conception même de la citoyenneté et du vivre-ensemble3. Ce quinzième livre de la très prolifique Caroline Fourest, Génération offensée, diagnostique cette tendance et survient à point nommé, au cœur d’un débat plus large auquel nous assistons autant dans les milieux universitaires francophones et anglophones que dans certains médias traditionnels4. C’est pour dénoncer cette « tyrannie de l’offense » (p. 13), cette « compétition victimaire » (p. 110) que cet essai a été écrit.

2Le plus récent essai de Caroline Fourest, Génération offensée (2020), se subdivise en une quinzaine de chapitres qui font comprendre comment, à partir d’un bon sentiment, on en arrive parfois à reproduire et à perpétuer des discriminations et d’autres inégalités. Les sujets réunis ici sont à la fois graves et aisément reconnaissables (car souvent relayés dans certains médias généralistes et d’une manière désordonnée dans les médias sociaux). Tous semblent appeler à une indignation généralisée : dénonciation de harceleurs ou de violeurs impunis, actes de racisme symptomatiques d’un soi-disant « racisme systématisé », crimes visant particulièrement les femmes et les groupes minoritaires, attaques aux croyances religieuses, etc. Il s’agit de questions délicates et complexes, impossibles à départager en un tour de main. Le livre Génération offensée montre comment ces événements (« micro-agressions » et autres) sont capturés, remis en scène, parfois instrumentalisés, interprétés et commentés dans les médias sociaux puis dans les médias généralistes. Il est d’ailleurs révélateur que souvent, les médias généralistes reprennent sans filtrage, sans analyse et sans distance certains débats ayant d’abord circulé dans les médias sociaux.

  • 5 Mais, pourrait-on ajouter, déjà présent durant les années 1920, à l’époque du Surréalisme, sans êtr (...)

3Tout le livre rassemble une série d’observations souvent très justes qui, prises ensemble, pourraient s’apparenter à un diagnostic sur le monde universitaire et sur la vie intellectuelle en France. Ainsi, au premier chapitre, on oppose le slogan « Interdit d’interdire » émanant de l’époque de Mai 685 aux appels récents à la censure et au boycott face à certaines conférences ou publications jugées « inacceptables » par quelques groupes de pression (p. 7). Deux clans sont identifiés et mis en opposition : « D’un côté, le commerce de l’incitation à la haine, du mensonge et de la désinformation, prospère comme jamais, protégé au nom de la liberté d’expression, grâce au laxisme et à la dérégulation. De l’autre, il suffit d’un petit groupe d’inquisiteurs se disant « offensés » pour obtenir des excuses d’une star, le retrait d’un dessin, d’un produit, ou d’une pièce de théâtre » (p. 9).

4L’analyse autour de ces réflexes est éminemment pertinente et se situe au cœur du fonctionnement des réseaux sociaux. Plusieurs recherchistes et journalistes pigistes œuvrant au sein des médias traditionnels sont branchés sur les blogues et s’attardent aux nombres de clics et à la visibilité des messages les plus lus, qui obtiennent injustement un haut niveau d’attention et d’intérêt ; ces messages sont surévalués au lieu d’être triés et validés, et lorsqu’un groupe, quel qu’il soit, se dit « offensé », les répercussions créent l’événement ou l’amplifient démesurément (p. 17). Pratiquement tous les grands thèmes de débats récents sont revus et critiqués dans Génération offensée : l’appropriation culturelle, les nouvelles formes d’antiracisme, les différentes manifestations des politiques identitaires, la fameuse pièce Kanata de Robert Lepage (p. 81), la défense du patrimoine culturel, la « compétition victimaire » (p. 110), les micro-agressions dans les universités nord-américaines et bien d’autres controverses.

  • 6 Allan Bloom, L'âme désarmée : essai sur le déclin de la culture générale (Traduit de The Closing of (...)

5La conclusion fait preuve de deux forces : d’abord, on revoit quatre décennies de réflexion critique sur ce phénomène qui n’est pas tout à fait nouveau, à travers le prisme de différents penseurs comme le philosophe américain Allan Bloom (1930-1992)6qui se sont interrogés sur le déclin des idées et la faillite des élites intellectuelles. En outre, toute la dernière moitié élabore sinon des réponses, du moins des pistes de solutions réalistes et constructives. C’est le point fort de ce livre qui va au-delà du simple constat et de la dénonciation.

  • 7 Cette préoccupation rejoint d’ailleurs le thème de l’excellent dossier du magazine Sciences humaine (...)

6Pour les éducateurs, les éthiciens et les universitaires, ce livre sera doublement utile. D’abord, il se centre sur les universités (principalement en France et aux États-Unis) et montre comment certains débats sont devenus impossibles parce que certains points de vue sont presque disqualifiés d’avance au lieu d’être argumentés7. En outre, on voit comment certains débats d’idées peuvent être faussés par l’émotivité, la partialité, la mauvaise conscience et même la mauvaise foi (au sens de Sartre).

7En outre, il faut apprendre comment ne pas reproduire en classe ces exclusions, ces jugements à l’emporte-pièce, ces « excommunions » et ces « excommunications », afin d’éviter les dérives sectaires ou tout réflexe pouvant s’y apparenter. Car dans un monde rempli de groupes de pression de toutes sortes, l’éducation citoyenne exige plus que jamais une grande capacité de nuancer et de contextualiser les propos rapportés ; l’éducation aux valeurs est tout aussi délicate et demande aux enseignants la capacité d’éviter la surdramatisation et le manichéisme.

  • 8 Lou Fritel, « De peur de paraître islamophobes, des écoles canadiennes annulent une rencontre avec (...)

8Génération offensée est très bien écrit, avec un sens inné de la formule. Naturellement, on ne se sera pas toujours d’accord avec toutes opinions exprimées ; le but premier de ce livre est probablement de faire réfléchir, et non de faire adhérer et encore moins de convaincre. On pourrait bien sûr sourire en coin en lisant ce passage sur une affaire un peu oubliée, « Au Canada, ils boycottent même le yoga ! » (p. 74 et sq.) pour rétorquer que le Canada est très vaste et ce cas assez isolé… Mais au-delà de ce manque occasionnel de nuance et cette tentation de la généralisation abusive, certaines des observations faites par Caroline Fourest pourraient être transposées ou revérifiées dans le contexte canadien, avec quelques ajustements et plusieurs bémols. En revanche, le cas récent de censure de Mona Murad dans une école de Toronto peut faire réfléchir sur la persistance du sentiment d’être offusqué et de ses conséquences sur la liberté de penser et de critiquer dans une démocratie8. Cet événement reconfirme la pertinence du livre Génération offensée, un an après sa parution.

Haut de page

Bibliographie

Caroline Fourest, Génération offensée : De la police de la culture à la police de la pensée, Paris, Grasset, 2020, 156 p. 

Haut de page

Notes

1 Sur la bien-pensance, voir le livre du sociologue Claude Javeau, La Bienpensance, Thème et variations, Critique de la raison cosmétique, Bruxelles, Éditions Labor, 2005. Dans son essai incisif, Claude Javeau (1940-2021) fait remonter aux années 1930 les origines françaises de la bien-pensance (voir p. 6).

2 Sur les effets pervers de l’omniprésence des réseaux sociaux, voir l’excellent chapitre d’ouverture du livre dirigé par Jean Burgess, Alice Marwick, Thomas Poell, SAGE Handbook of Social Media, Londres, SAGE, 2017, pp. 1-10.

3 Pensons au livre The Rise of Victimhood Culture : Microaggressions, Safe Spaces, and the New Culture Wars, de Bradley Campbell et Jason Manning, Londres, Palgrave Macmillan, 2018. Caroline Fourest mentionne ce livre dans une note (p. 111). Sur le même sujet, la vénérable Revue des deux Mondes a fait paraître en mai 2019 un excellent dossier intitulé « Terrorisme intellectuel — Après Sartre, Foucault, Bourdieu… l’idéologie indigéniste entre à l’université ».

4 En dépit de la sincérité et de la bonne foi de leurs adhérents, on retrouve dans beaucoup de mouvements sociaux — y compris dans l’écologisme profond — une sorte d’émulation et de bien-pensance, bien décrite dans le livre La banalité du conformisme : Rester libre dans ses idées. Choisir son engagement (Le Mans, GERESO Édition, 2019), de Jean Grimaldi d'Esdra.

5 Mais, pourrait-on ajouter, déjà présent durant les années 1920, à l’époque du Surréalisme, sans être aussi répandu.

6 Allan Bloom, L'âme désarmée : essai sur le déclin de la culture générale (Traduit de The Closing of the American Mind), Montréal : Guérin, 1987.

7 Cette préoccupation rejoint d’ailleurs le thème de l’excellent dossier du magazine Sciences humaines de septembre 2021.

8 Lou Fritel, « De peur de paraître islamophobes, des écoles canadiennes annulent une rencontre avec Nadia Murad », Le Figaro, « De peur d'offenser leurs élèves, des écoles canadiennes censurent Nadia Murad, prix Nobel de la paix 2018 », 18 novembre 2021.

https://www.lefigaro.fr/culture/de-peur-d-offenser-leurs-eleves-des-ecoles-canadiennes-censurent-nadia-murad-nobel-de-la-paix-2018-20211118

(Consulté le 16 janvier 2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Éviter les généralisations abusives en faisant des études américanistes »Amerika [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 25 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/15339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.15339

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Centre ÉRE, Canada, Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search