Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Comptes-rendusGratien Allaire, Peter Dorrington...

Comptes-rendus

Gratien Allaire, Peter Dorrington et Mathieu Wade (dir.), Résilience, résistance et alliances. Penser la francophonie canadienne différemment

Québec, Presses de l’Université Laval et CEFAN, collection « Culture française d’Amérique », 2017, x,283 p
Yves Laberge
Référence(s) :

Québec, Presses de l’Université Laval et CEFAN, collection « Culture française d’Amérique »

Texte intégral

1Résultant d’un colloque multidisciplinaire tenu à l’Université Concordia lors du congrès de l’ACFAS de 2014, ce livre collectif sous la direction des professeurs Gratien Allaire, Peter Dorrington et Mathieu Wade examine la situation — périlleuse, incertaine, contestée — des Francophones dans les milieux éducatifs, partout au Canada. Cet événement pancanadien a été organisé conjointement par le Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne (RRFC) et l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) ; la publication de ces Actes résulte d’un partenariat entre les Presses de l’Université Laval et la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN). Cet ouvrage méconnu est paru dans la collection « Culture française d’Amérique », qui compte déjà des dizaines de titres publiés.

2Selon les coresponsables de ce colloque, trois traits caractériseraient la situation et les attitudes des Francophones en milieu minoritaire dans le contexte canadien : la résilience, la résistance et les alliances ; ce sont les trois stratégies incontournables que les Francophones doivent désormais adopter pour éviter d’être avalés, ignorés, assimilés ou exclus. Beaucoup de Francophones canadiens sont devenus comme des étrangers dans leur propre pays, et ce problème s’aggrave constamment.

3L’ouvrage se subdivise en onze chapitres individuels. Dans la première partie, un chapitre cite une étude sur les écoles canadiennes réalisée en 2004 reconfirmant le fait « qu’enseigner en contexte francophone minoritaire comporte des défis associés au statut de minorité linguistique de la communauté francophone » (p. 48). Parmi les constats, on remarque — contre toute attente — que beaucoup d’élèves en milieu francophone minoritaire n’ont qu’une faible connaissance historique des acquis mais aussi des discriminations et des restrictions ayant marqué leur communauté depuis toujours : « les élèves, s’ils avaient l’occasion de connaître et d’apprécier des luttes juridiques menées en éducation depuis les années soixante seraient sans doute plus éveillés aux enjeux connexes qui les concernent, les questions de services bilingues et en santé et en éducation, par exemple » (Gilberte Godin, p. 49). Les conflits linguistiques collectifs et les traumatismes du passé (comme les lois provinciales interdisant le français dans les écoles en Ontario et au Manitoba) restent largement méconnus chez les jeunes Canadiens, peu importe leur langue d’origine. Or, peut-être au nom de la bonne entente, ou pour ne pas risquer de remuer des conflits anciens, ces sujets ne sont pas au programme des cours d’histoire dans les écoles canadiennes.

4Autre constat : les pires ennemis des Francophones en milieu minoritaire sont souvent les gouvernements provinciaux, qui eux aussi s’allient à des groupes de pression non-francophones afin de diminuer les pouvoirs, avantages, reconnaissances et acquis de la communauté francophone de chaque province. Les prétextes invoqués sont variés : le manque d’argent, les demandes des autres communautés culturelles, les luttes pour obtenir plus de visibilité ou de reconnaissance, ou encore le besoin de satisfaire les revendications de certains groupes autochtones plus engagés ou plus militants. Un rappel du Règlement XVII en Ontario, interdisant l’enseignement du français à partir de 1913 et durant plusieurs décennies, a contribué à éradiquer — aux yeux des décideurs anglophones — la présence et la spécificité de centaines de milliers d’Ontariens francophones en les assimilant de force à la langue anglaise. Les gouvernements canadiens ont aussi opéré de la sorte avec les Autochtones.

5Dans le chapitre le plus éclairant, le Professeur Wilfrid B. Denis résume les étapes successives du recul du français dans l’Ouest canadien : même avant sa fondation, une province comme le Manitoba se définissait comme étant bilingue et prétendait reconnaître l’identité métisse entre Francophones et Amérindiens ; mais la Confédération de 1867 allait cimenter le début de la fin pour les Francophones en milieu minoritaire : « À partir de la Confédération de 1867 et durant son premier siècle, le Canada s’engage dans un mouvement d’anglo-conformité caractérisé par l’extension du régime impérial britannique et la domination de sa langue et de ses institutions, malgré certaines concessions faites aux groupes subalternes dans un contexte de compromis politique » (p. 146).

6Le livre Résilience, résistance et alliances : penser la francophonie canadienne différemment n’est pas une Introduction à la francophonie canadienne et les coauteurs présument que le lecteur sera déjà au fait de leur situation périlleuse, de leur parcours historique contraignant et des humiliations subies, dans un contexte où chaque demande pour une reconnaissance des droits linguistiques des Francophones est souvent perçue, présentée, interprétée — par les autorités provinciales, les médias et une partie de l’opinion publique — comme une attaque contre l’ordre établi et un gaspillage de fonds publics. En revanche, pour le chercheur en Études canadiennes et pour les sociologues de l’éducation, les textes réunis ici reconfirmeront les défis constants auxquels doivent faire face les éducateurs en milieu minoritaire. Ce n’est pas pour dire qu’il n’y a rien de nouveau dans le présent ouvrage : on nous rappelle par exemple que certains Franco-Ontariens se sont opposés à l’augmentation des services en français. Ce n’est pas tout à fait un réflexe d’identification à l’agresseur (cette idée n’est même pas avancée dans le texte), mais plutôt une manière de ne pas en demander trop et de ne pas faire de vagues, dans un contexte où chaque revendication qui invoque la Loi fédérale sur le bilinguisme est perçue comme un caprice par beaucoup d’Anglophones. Pour l’observateur québécois (qui doit lui aussi faire face à l’envahissement du bilinguisme et l’anglicisation), ces tentatives subtiles et ces pièges institutionnels constitueront en soi un enseignement et une mise en garde.

7Ce livre en administration de l'éducation et en politiques de l'éducation (mais aussi en sociologie des minorités et touchant également la question des Droits linguistiques) pourrait intéresser les thésards en démographie, en sociologie de l’éducation, en études sur le bilinguisme, en sociologie de la Francophonie et bien sûr en Études canadiennes. Même les bibliothèques publiques devraient offrir à leurs lecteurs ce livre accessible et sans jargon. Comme toujours, le travail éditorial des Presses de l’Université Laval est impeccable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Gratien Allaire, Peter Dorrington et Mathieu Wade (dir.), Résilience, résistance et alliances. Penser la francophonie canadienne différemment  »Amerika [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/16289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.16289

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Centre ÉRE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search