Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Comptes-rendusA. Javier Treviño et Helmut Staub...

Comptes-rendus

A. Javier Treviño et Helmut Staubmann (dirs.), The Routledge International Handbook of Talcott Parsons Studies

 Abingdon, Routledge, collection “Routledge International Handbooks”, 2021, 355 p
Yves Laberge
Référence(s) :

 Abingdon, Routledge, collection “Routledge International Handbooks”

Texte intégral

  • 1 A. Javier Treviño (dir.), Talcott Parsons Today: His Theory and Legacy in Contemporary Sociology. N (...)
  • 2 Peu de ses ouvrages ont été traduits intégralement en français, sauf cette édition devenue introuva (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action. Paris, Seuil, 1994.

1En 4e de couverture, Talcott Parsons (1902-1979) est présenté élogieusement : non pas l'un des plus grands penseurs de la sociologie américaine, ce qui serait une manière maladroite de diluer son importance dans son domaine (il ne serait alors que « l’un parmi bien d’autres ») ; mais ici, il apparaît bien comme étant « le plus influent théoricien de la sociologie au monde » (p. i). Ce superlatif, qui le placerait en tête du classement international des sociologues est repris à maints endroits (voir p. 281) dans ce nouveau recueil d’études récentes qui lui sont consacrées, publiées par l’éditeur britannique Routledge, qui se spécialise dans les ouvrages et les anthologies à la fine pointe des sciences humaines et sociales. Le présent collectif réunit 26 textes substantiels et récents sous l’égide des professeurs A. Javier Treviño (dont c’est le quatrième ouvrage à être consacré à Talcott Parsons) et Helmut Staubmann1. Le présent recueil ne contient pas d’extraits de livres rédigés par Talcott Parsons ; il s’agit davantage de prolongements, de mises en évidence d’une dimension de sa pensée et surtout de plusieurs études comparatives faisant intervenir des disciplines (économie, psychanalyse), des concepts sociologiques (déviance, race) et d’autres penseurs contemporains de Talcott Parsons (comme Robert King Merton, Harold Garfinkel, Simmel, Geertz) ayant subi son influence. Moins célébré dans le monde francophone des sciences sociales, sans doute en raison du peu de ses ouvrages traduits en français, la figure de Talcott Parsons n’en demeure pas moins respectée, mais relativement méconnue dans la Francophonie2. De plus, si la théorie de l'action selon Talcott Parsons a eu ses adeptes et ses défenseurs, elle a aussi été critiquée en France, notamment par Pierre Bourdieu dans son livre Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action3.

2Cet imposant Routledge International Handbook of Talcott Parsons Studies se subdivise en cinq parties thématiques. Après une première section centrée sur les dimensions méthodologiques, le deuxième regroupement comprend quatre chapitres assez inattendus — mais néanmoins excellents — sur l’apport de la psychanalyse et de Freud dans la pensée de Talcott Parsons. Beaucoup plus abondante, la portion centrale met en évidence les liens entre la sociologie et les sciences économiques, Talcott Parsons étant économiste de formation. L’avant-dernière série de textes présente les témoignages d’un certain nombre d’anciens étudiants et de continuateurs de l’œuvre de Talcott Parsons (dont Habermas et Luhmann). Enfin, les derniers chapitres proposent des survols régionaux montrant l’influence posthume de Talcott Parsons dans certains pays comme l’Allemagne, la Tchécoslovaquie (à l’époque communiste), le Brésil et l’Italie.

3L’introduction générale proposée par A. Javier Treviño et Helmut Staubmann ne devrait pas être évitée et contient une étonnante bibliographie d’études récentes consacrées à Talcott Parsons ; on comprend que le domaine des recherches sur ce penseur est en progression constante, autant par le nombre de monographies consacrées à sa production que par la diversité des approches proposées. Plusieurs sociologues contemporains ont voulu critiquer — bienveillamment — pour ensuite actualiser, rectifier et/ou clarifier la théorie de l’action parsonienne, dont les formulations initiales n’étaient pas toujours d’une grande clarté. Ces nouveaux éclaircissements sont souvent nécessaires afin de contextualiser, prolonger ou préciser une pensée toujours en mouvement, parfois fragmentaire ou intuitive, ancrée dans les contradictions de la société américaine du milieu du 20e siècle.

4Possiblement le plus intéressant de tout l’ouvrage, le quatrième chapitre portant sur la conception de la culture de Talcott Parsons permet de redéfinir ce concept évanescent mais fondamental, considéré par Victor Lidz comme « une constellation hautement complexe d’éléments » (p. 48), et qui consisterait selon Parsons en des « systèmes d’idées ou de croyances, systèmes de symboles expressifs, systèmes de valeurs orientées (‘Value-orientations’) répondant à des orientations à la fois cognitive, cachectique (‘cathectique’) et évaluative » (p. 48).

5Certains chapitres recadrent la pensée parsonienne selon une conceptualisation plus proche de nos cadres habituels, en tenant compte par exemple des effets de la mondialisation. Ainsi, le cinquième chapitre rédigé par A. Javier Treviño et Victor Lidz reprend et élargit la critique que Talcott Parsons et Gerald Platt formulaient en 1973 à propos des universités américaines devenues trop influençables par le corporatisme propre aux États-Unis et par les groupes de pression voulant infléchir la « moralité » des institutions du savoir (p. 77).

6Le neuvième chapitre portant sur la codification dans la théorie parsonienne de la psychopathologie postfreudienne permet au professeur A. Javier Treviño de déborder audacieusement les cadres de la sociologie pour comprendre les processus de « socialisation normale », en particulier chez l’enfant (p. 121). C’est un exemple éloquent (et stimulant) des prolongements interdisciplinaires rendus possibles à partir des intuitions initiales de Talcott Parsons ; le présent volume regroupe plusieurs contributions de ce type. D’autres textes s’apparentent à des articulations ou des comparaisons axées sur un thème ou un auteur.

7Au passage, les remarques les plus anodines peuvent parfois devenir révélatrices pour le chercheur en études américaines ou en histoire de la sociologie. Ainsi, au chapitre 17, Giuseppe Sciortino rappelle comment, lors des hommages ayant suivi le décès de Talcott Parsons, un éditeur américain comme Alwin Gouldner écrivait dans son éloge funèbre à quel point Talcott Parsons « avait aidé la sociologie américaine à surmonter son provincialisme » (p. 218). Cette remarque inattendue, doublée d’une critique plus générale, est historiquement exacte, mais elle permet en outre de comprendre que les sociologues provenant des États-Unis n’ont pas toujours été influents ou dominants au-delà de leurs frontières.

8En somme, cet excellent Routledge International Handbook of Talcott Parsons Studies s’avère être une inspiration pour les chercheurs en sociologie de l’action, en sociologie de l’enfance, en théories sociales. Il n’est indispensable d’être familier avec les travaux de Talcott Parsons pour pouvoir le suivre ou l’apprécier. L’ouvrage n’est évidemment pas destiné aux étudiants de deuxième cycle universitaire, mais les doctorants pourront certainement l’apprécier. On pourra se procurer ce collectif directement sur le site de l’éditeur.

Haut de page

Notes

1 A. Javier Treviño (dir.), Talcott Parsons Today: His Theory and Legacy in Contemporary Sociology. New York, Rowman & Littlefield Publishers, 2001.

2 Peu de ses ouvrages ont été traduits intégralement en français, sauf cette édition devenue introuvable : Talcott Parsons, Le Système des sociétés modernes. Paris, Dunod, 1973.

3 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action. Paris, Seuil, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « A. Javier Treviño et Helmut Staubmann (dirs.), The Routledge International Handbook of Talcott Parsons Studies »Amerika [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/16314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.16314

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search