Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Comptes-rendusMarxisme, indigénisme et religion...

Comptes-rendus

Marxisme, indigénisme et religion : la modernité au prisme de la décolonialité

Jean-Jacques Cadet
Référence(s) :

Paris, L’Harmattan, 2023, 187 pages

Texte intégral

1Le sociologue Luis Martinez Andrade nous livre de véritables réflexions sur la modernité dans une étude intitulée Dialectique de la modernité et socialisme indo-américain. Préfacé par Michael Lowy, cet essai d’histoire intellectuelle saisit au prisme du monde latino-américain les controverses idéologiques liées à l’émergence des projets de la modernité. Une attention particulière est accordée aux œuvres de Jose Carlos Mariategui qui développe dans les Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne (1928) un socialisme indo-américain qui arrive à lier le problème indigène et celui de la terre pour saisir les modes de fonctionnement de l’économie coloniale. La pertinence de l’étude de Luis se trouve au niveau des dialogues entamés entre des figures importantes de la théorie critique et des penseurs latino-américains. Luis arrive à élargir les bornes de la théorie critique afin qu’elle sorte des entraves de l’Europe pour aller à la rencontre des régions postcoloniales. Cette étude a le mérite de combiner dans une diversité unique des auteurs marqués par la démarche interdisciplinaire. Le rôle du marxisme humaniste dans le développement de la pensée critique reste l’un des files conducteurs des argumentations de Luis.

2L’ouvrage s’ouvre sur les originalités conceptuelles du marxisme indo-américain largement dominé par les travaux de Jose Carlos Mariategui qui est considéré, par Michael Lowy, comme le « penseur marxiste le plus original de l’Amérique latine ». Selon Luis Martinez Andrade, Mariategui aurait opéré un tournant décolonial dans ses perspectives du socialisme. Sa notion de socialisme indo-américain explique sa volonté de traduction du marxisme eurocentré de la Deuxième Internationale. Le tournant décolonial de Mariategui s’est effectué sous l’effet de son retour au Pérou en mars 1923, période durant laquelle il accorde dans ses réflexions une place particulière à la question indigène. La rupture avec l’idéologie du prolétariat comme principal sujet révolutionnaire s’esquisse dans son article « Le problème principal du Pérou ». Luis écrit : « L’indigène y est non seulement présenté comme la principale victime du régime colonial et de la République, mais aussi comme véritable sujet politique, puisque la solution au problème de l’indien soit être une solution sociale. Ses exécutants doivent être les indiens eux-mêmes. »

3L’auteur revient sur le dialogue entre Walter Benjamin et certaines figures de la théologie de la libération latino-américaine. Selon Walter Benjamin dans son livre Le capitalisme comme religion (1921), le capitalisme n’est pas seulement une forme conditionnée par la religion, mais un phénomène essentiellement religieux. Benjamin nous livre une critique romantique révolutionnaire de la modernité capitaliste en insistant sur ses manifestations culturelles. Luis conclut que la « perspective marxiste romantique de Benjamin nous permet de reconnaitre le caractère antagoniste de la réalité puisqu’elle révèle à la fois le caractère fétichiste de la marchandise et la temporalité homogène et vide. » Malgré la référence des romantiques aux valeurs prémodernes, le romantisme présente des courants révolutionnaires représentés par Ernst Bloch, Walter Benjamin et Jose Carlos Mariategui. Luis relève le tournant conservateur et l’eurocentrisme de l’Ecole de Francfort qui n’arrive pas à saisir la puissance conceptuelle des peuples indigènes. Luis explique ce tournant conservateur au regard de l’exil aux Etats-Unis qui arrive à transformer idéologiquement les penseurs de cette école.

4Cet ouvrage du sociologue Luis vise à combler un manque lié aux apports du monde non européen dans les nouvelles théories critiques. L’auteur nous invite à relire l’eurocentrisme de l’Ecole de Francfort pour pouvoir instruire une décolonisation de la géopolitique de la connaissance. Tout projet d’émancipation de la théorie critique doit revaloriser la reconnaissance au prisme d’un marxisme hétérogène ayant ses empreintes dans le monde postcolonial. Une pensée indisciplinée devrait instaurer les conditions d’un marxisme hybride pour politiser les jonctions de la politique avec le savoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Cadet, « Marxisme, indigénisme et religion : la modernité au prisme de la décolonialité »Amerika [En ligne], 27 | 2024, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/amerika/18790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.18790

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Cadet

UEH/UniQ/Université des Antilles

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search