Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Voyageurs réels et imag...Entre deux mondes : Sarmiento en ...

Dossier : Voyageurs réels et imaginaires latino-américains dans le monde arabe (XIX-XXe siècles)

Entre deux mondes : Sarmiento en Algérie

Diego Jarak

Résumés

Domingo Faustino Sarmiento, éminent intellectuel du XIXe siècle, a exploré l'Algérie en 1846, révélant sa perspective eurocentriste et sa relation avec le monde arabe. Ce « détour » africain, bien qu'apparemment hors de son programme, a offert un chapitre fascinant dans la construction de sa vision coloniale et de ses idées préconçues. La connexion entre le colonialisme et la vision eurocentriste en Algérie met en évidence les tensions entre assimilation et résistance locale. De plus, dans ses relations complexes avec le monde arabe, Sarmiento présente une dualité entre admiration et perspective civilisationniste, nuançant ainsi sa vision de l'identité arabe.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Domingo Faustino Sarmiento, figure éminente du XIXe siècle dans le paysage intellectuel latino-américain, a laissé une empreinte indélébile dans l'histoire de la pensée de la région à travers des œuvres telles que Facundo (Sarmiento, 1896:a), Recuerdos de provincia (Sarmiento, 1909:a), Campaña del ejército grande (Sarmiento, 1896:b), et Arjiropolis (Sarmiento, 1896:c).

  • 1 Pour une étude sur l’influence des Etats-Unis dans le parcours intellectuel et politique de Sarmien (...)

2Bien que l'ampleur de l'œuvre de Sarmiento soit considérable, sa relation avec le continent africain, en particulier avec l'Algérie, reste largement méconnue. Son voyage, vers la fin de l’année 1846, bien que hors du programme apparent, révèle des aspects éclairants sur sa perspective eurocentriste avant sa « conversion » nord-américaine1.

  • 2 Il s'agit précisément de la lettre dans laquelle Sarmiento retrace les étapes et les expériences du (...)

3Dans Facundo, Sarmiento a tissé les fondements de la célèbre dichotomie entre « civilisation et barbarie ». Une narration percutante qui a imprégné l'interprétation de l'identité latino-américaine et a servi de toile de fond à sa propre production. Cette formule témoigne du conflit entre les forces modernisatrices et les résistances au changement imposé par les classes dirigeantes. Un conflit qui, comme il l’exprimé dans la lettre à Thompson depuis Oran en janvier 1847 (Sarmiento, 1909:b) ;2 et que nous allons analyser dans ce travail, transcende les frontières de l'Amérique latine.

4En examinant la réalité algérienne, Sarmiento projette ses propres conceptions politiques, préalables au voyage, évidentes dans ses descriptions détaillées et ses jugements de valeur. Dans Recuerdos de Provincia, Sarmiento écrivait déjà, et ceci des années après son retour, sur l’influence de la culture espagnole. L'empreinte de ses idées se révèle ainsi encore plus de forte.

5Le texte dont il sera question ici, plonge dans la période du voyage de Sarmiento en Algérie, dévoilant des continuités thématiques et rhétoriques pour contribuer à la compréhension des relations et de l'influence entre Sarmiento et l'Afrique du Nord. On explorera l'eurocentrisme dans le contexte de l'Amérique latine du XIXe siècle, dans une période marquée par les luttes indépendantistes et la formation d'identités nationales.

Algérie : un « étrange » détour

6Le parcours de Sarmiento en Algérie ne trace pas seulement une route géographique, mais éclaire également un chapitre fascinant dans la construction de sa perspective eurocentriste dans le contexte colonial du XIXe siècle. Alors que les puissances européennes consolidaient leur domination sur de vastes territoires, l'Algérie se trouvait parmi les territoires colonisés, offrant à Sarmiento une fenêtre unique pour exprimer sa perception, où les dualités de civilisation et de barbarie s'entremêlent avec les complexités du colonialisme.

7C'est peut-être ici que nous pouvons trouver l'explication de cet étrange « détour ». Étrange parce que, comme le souligne Paul Verdevoye (Verdevoye, 1964), le périple africain ne semble pas avoir fait partie du programme. Il est frappant de constater, par ailleurs, que Sarmiento ressente précisément le besoin de justifier cette étape, étant la seule justification de ce type tout au long du périple. Au début de sa lettre à Thompson, il écrit : « J'étais donc à Alger, qui, depuis le Chili, faisait partie très notable de mon programme de voyage. » (Sarmiento, 1909:b :202) Cette mention nous intrigue. « Depuis le Chili », « très notable », « programme de voyage », trois expressions qui ne justifient rien dans le développement ou l'organisation du voyage.

  • 3 Pour une étude détaillée du carnet de dépenses de Sarmiento, le lecteur pourra consulter le travail (...)

8Si le périple en Algérie avait été programmé avant le départ, les registres de dépenses ou les notes de voyage nous donneraient des indices, mais nous ne trouvons aucune preuve de cela. Paul Verdevoye, spécialiste de l'œuvre de Sarmiento, explore l'organisation des dépenses à partir du carnet3 que tenait Sarmiento et conclut, tout comme nous, que les dépenses de cette étape ne faisaient pas partie du programme. De plus, Verdevoye se demande d'où proviennent les fonds (Verdevoye, 1964:19) qui ont permis à Sarmiento de couvrir les dépenses, suscitant des doutes sur les motifs et le financement. Un autre élément qui s'ajoute à la question est le « très notable ». La lecture détaillée des pages qui constituent le récit de l'étape en Algérie ne soutient pas l'affirmation de Sarmiento selon laquelle c'était une étape importante ou notable.

  • 4 Après la publication de Facundo, l’opposition libérale à la gestion du conservateur Manuel Montt s’ (...)

9Rappelons-le aussi, Sarmiento se trouve dans cette situation « privilégiée » de voyage, pour deux raisons. Premièrement, la publication de Facundo avait généré des réactions significatives chez les opposants au gouvernement chilien, certaines étant plus intenses que ce qu'il pouvait imaginer. Les échanges de plus en plus agressifs4 avec quelques figures, comme Godoy, ont conduit des membres du gouvernement chilien, en particulier Manuel Mont, à suggérer à Sarmiento de s'éloigner de la scène publique, au risque de mettre en péril sa vie, et son poste. La deuxième raison, qui a servi de paravent pour organiser, financer et justifier le voyage, était un ancien projet que Sarmiento aurait discuté avec son ami et allié Lastarria. Ce projet consistait à étudier sur le terrain les systèmes éducatifs les plus avancés en Europe et aux Etats-Unis.

10Sarmiento voyageait avec des lettres et des recommandations qui lui ouvriraient des portes et lui donneraient accès à des personnalités illustres, tant dans le champ politique que culturel ou éducatif. Ce voyage d'étude de plus de deux ans porterait ses fruits dans une publication qui reste une référence incontournable des lors qu’on veut étudier les origines de l'éducation populaire en Amérique Latine. Il s’agit du volume numéro quatre des œuvres complètes de Sarmiento, intitulé De la educación popular (Sarmiento, 1896:d).

11Quoi qu'il en soit, Sarmiento était en voyage pour une raison, celle qui le finançait, à savoir, connaître en détail les systèmes éducatifs les plus avancés du monde, comme inspiration pour les transposer sur le continent latino-américain, et en particulier au Chili. Par conséquent, et sans grande difficulté, l'étape algérienne ne peut pas être justifiée comme faisant partie de ce que Sarmiento appelle « programme de voyage ». Cela s'explique d'abord par le fait que le système éducatif algérien ne se caractérisait pas comme étant « l'un des plus avancés et développés de l'époque ». Deuxièmement, à aucun moment du voyage, Sarmiento n'a pris le temps de prendre contact avec les autorités locales ou les forces coloniales pour étudier ou visiter ces établissements.

12L'étape en Afrique du Nord est un « étrange » détour, mais non moins importante ou intéressante pour autant. Au contraire, la nature « détournée » peut, à notre avis, expliquer et fournir une clé de lecture pour comprendre et pénétrer ce territoire inhospitalier, en particulier la plaine de la Mitidja. En changeant de perspective, en essayant de lire le voyage depuis cet angle, certains éléments peuvent acquérir un sens différent. C'est l'un des objectifs de la présente étude.

Colonialisme et eurocentriste, invisibiliser l’Algérie

13Sur la scène de la colonisation algérienne, Sarmiento projette ses idées, discernables dans ses observations méticuleuses mais mécaniques. Une fois de plus, c'est Paul Verdevoye (Verdevoye, 1964 : 215) qui nous fournit les éléments nécessaires pour entrer dans le texte. En effet, l’exégète français a réalisé un travail d'archives qui lui a permis d'identifier et de reconstruire les lectures de Sarmiento opérant dans cette partie du voyage.

14Verdevoye montre qu'une partie non négligeable des descriptions, commentaires et éléments historiques présents dans la lettre à Thompson sont pris, pour ne pas dire copiés, lettre par lettre, des textes que Sarmiento a lus avant et pendant le voyage. Ces sources se composent de deux courants temporels. D'une part, les lectures précoces présentes dans les articles que Sarmiento écrivait pour la presse chilienne. Ces articles préfigurent déjà certaines des idées que Sarmiento construisait sur la culture arabe, son influence sur la culture espagnole et comment cela serait transposé en Argentine. D'autre part, Verdevoye identifie les lectures actuelles, celles effectuées pendant le voyage, dans les trajets et les escales.

  • 5 Pour les stratégies de Sarmiento le lecteur consultera Altamirano et Sarlo, 1983.
  • 6 Romano a publié plusieurs articles sur les influences et la manière dont Sarmiento se « nourrit » d (...)
  • 7 L’intuition joue un rôle important dans la strategie de Sarmiento, notamment lors de ses années de (...)

15Ce phénomène, qui s'était déjà produit avec Facundo, fait partie de la stratégie littéraire de l'auteur autodidacte5. Malgré les influences et les transcriptions littérales de sources consultées6, l'intuition7 s'impose comme un élément clé dans la construction du discours. Le regard de Sarmiento est un prisme à travers lequel il interprète la réalité locale, tissant des évaluations qui reflètent la hiérarchie inhérente à sa perception et qui, souvent, l'emportent sur la réalité elle-même. Les lunettes avec lesquelles le sanjuanino observe et juge l'expérience de son voyage restent les mêmes du début à la fin. La réalité étrange qui l'entoure ne modifie en rien son évaluation, malgré la radicalité de la situation (Sarmiento, 1909 :b : 216-219). Comme il le souligne dans Facundo, le « civilisateur » se dresse sur le « barbare », et ces dynamiques, présentes également dans ses réflexions sur l'Algérie, restent inchangées.

  • 8 Il est bien connu que Juan Baustista Alberdi s’est longtemps servi de la métaphore botaniste et bio (...)

16En décrivant les villes et la société algériennes, Sarmiento ne documente pas son expérience, mais le fait à partir d'un plan qui semble tracé d'avance. Avant de mettre les pieds en Amérique du Nord, la lentille eurocentriste de Sarmiento semble ne connaître aucune limite. Tout au long du périple algérien, dans sa plume, les constructions européennes s'érigent comme des symboles de progrès, tandis que les manifestations de la culture arabe locale sont évaluées de manière ambivalente et, pour la plupart, négative. Cette vision, une extension des idées déjà avancées et détaillées dans Facundo, illustre la persistance de son regard. Ce qui l’intéresse désormais est la possibilité même, tout comme les effets, d’une telle transposition. Autrement dit, c’est l'idée selon laquelle la culture est un bien exportable, ou, comme le dirait Alberdi8, une semence contenant en elle le germe de ce qu'il y a de plus élevé dans l'esprit humain.

17La connexion entre le colonialisme et la vision eurocentriste de Sarmiento en Algérie, qui selon Verdevoye serait le motif central du « détour », c'est-à-dire la possibilité d’observer par ses propres moyens comment le transfert de la culture, ici de main propre du colonisateur, se déroule dans un territoire aussi éloigné qui proche géographiquement de l’Europe, tel que le continent africain, devient pertinente. Il n’y a plus ici de jugement, le pas a été franchi. Les colons français progressent depuis quinze ans dans l'implantation sur le sol algérien, et c'est là que Sarmiento fixe son regard. Il veut voir comment cette implantation se manifeste dans les tensions entre l'assimilation et la résistance locale, soulignant la complexité des relations coloniales et la construction d'une identité qui serait imprégnée d'eurocentrisme. « La estrella polar es el faro del navegante, y Europa lo es de la América », déclarait Sarmiento dans Recuerdos de Provincia, révélant une fois de plus son adhésion à un idéal plus grand, supérieur, celui de la civilisation européenne. Cette affirmation, appliquée à l'Algérie, illustre comment, de son point de vue, l'idéal de progrès se projette au-delà des frontières latino-américaines, imprégnant ainsi tout son analyse.

Le monde arabe au-delà des frontières de Facundo

Arjel suffit, en effet, pour nous donner une idée des coutumes et des modes de vie orientaux ; mais en ce qui concerne l'Orient, qui a tant de prestige pour l'Européen, ses antiquités et traditions sont lettre morte pour l'Américain, le cadet de la famille chrétienne. Notre Orient est l'Europe, et si une lumière brille au-delà, nos yeux ne sont pas préparés à la recevoir, sauf à travers le prisme européen. (Sarmiento, 1909 :b :202)

18Dans l'examen des relations complexes entre Sarmiento et le monde arabe, il est important de les situer dans le contexte de Facundo, œuvre qu’il publie seulement un an avant le voyage, et centrées principalement sur la figure du gaucho et sa proximité avec le gaucho arabe. Nous devons aussi nous plonger dans une analyse plus large qui englobe les différentes dimensions de cette interaction. Les expériences et observations de Sarmiento en Algérie servent ainsi de point de départ pour comprendre la manière dont le voyageur se positionne face à une réalité qu'il pense et assimile à sa propre expérience.

19Il y a ici une dualité, composée d'une confrontation entre son admiration, et son rejet le plus total. Une dichotomie qui rappel en tout point celle qui avait était identifié comme étant l’élément constitutif de l’œuvre de Sarmiento par Ricardo Piglia (Piglia, 1980). Ce dont il est question ici, cette dualité, que comme nous l’avons déjà démontré dans un travail antérieur (Jarak, 2008), se trouve au cœur de toute la stratégie littéraire et politique de l’auteur ; quelque chose qui le traverse comme le fleuve son territoire ou le sang l’ensemble de son corps.

  • 9 Martínez Estrada, dans son célèbre Sarmiento parle aussi de la coexistence de deux forces chez Sarm (...)
  • 10 Il est évident, même si Piglia ne le dit pas, qu’il pense à la « citation » comme une entité fermée (...)

20L’hypothèse de Piglia est que Facundo, comme d’ailleurs le reste de la production de Sarmiento, est pris entre deux forces9 : la force de la civilisation et la force de la barbarie. Ces deux forces, dont Sarmiento n’a pas le contrôle, coexistent à l’intérieur de ses idées, se battent et se disputent pour faire surface. Facundo en est le résultat. La citation en français (Piglia, 1980), la référence erronée (Piglia, 1980), ou les déplacements dans le texte en sont les preuves10.

  • 11 “embrión de grande hombre, tenía el talento de embellecer con la palabra sus formas casi de gaucho” (...)
  • 12 Parmi les divers surnoms que circulaient tant du côté chilien que du côté argentin ceux proposés pa (...)
  • 13 “Era en el periodismo el gaucho bravucón o el montonero que curado de sus heridas vuelve a la carga (...)
  • 14 “Ha dicho don Domingo Godoy que recien me estoy civilizando […] es la pura verdad” (Sarmiento, 1948 (...)
  • 15 Le concept d’inadéquation appliqué à la lecture de l’œuvre de Sarmiento entre 1839 et 1850 est au c (...)

21La posture érudite, écrit Piglia, est corrompue de l’intérieur, parce que Sarmiento ne peut pas s’empêcher de manifester ou extérioriser les deux forces. Ainsi, sa production bascule entre le sens et le non-sens. L’auteur de la formule « civilisation et barbarie » est, dans les termes de Piglia, pris dans la disjonction même qu’il dénonce ; il est en même temps un civilisé et un barbare. Or, cette idée de Piglia n’est pas tout à fait originale. Des idées semblables avaient déjà vu le jour au Chili, peu de temps après l’arrivée de l’Argentin. Par exemple, chez José Victorino Lastarria, qui dans une lettre de 1842, décrit son homologue argentin en ces termes : « embryon de grand homme il a le talent d’embellir par la parole ses manières de gaucho »11 ; dans cette lettre il baptise aussi l’Argentin du surnom de montonero intellectuel. Mais, Lastarria n’est pas non plus le seul à s’amuser avec les surnoms de Sarmiento12. Ricardo Rojas, plus proche de nous, écrit dans un passage de son livre que Sarmiento « en tant que journaliste était un gaucho bravucón, ou un montonero qui sauvé de ses blessures revenait à la charge avec ténacité […]. Il était un gaucho au service de la civilisation »13. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les commentateurs ne sont pas les seuls à divulguer cette idée. Sarmiento, lui-même écrit dans sa première autobiographie : « M. Domingo Godoy a dit que je commence à peine à me civiliser […] c’est la pure vérité »14. Force est donc de constater que derrière les déclarations de V. Lastarria, R. Rojas, R. Piglia ou encore celles de Sarmiento en personne il y a un aspect qui reste invariable. Ils parlent tous d’une même inadéquation15 dans les formes du sanjuanino et dans ses écrits. Tous constatent que l’auteur de Facundo est un barbare camouflé sous des coutumes de civilisé.

22Le voyage en Algérie éveille chez Sarmiento la conscience de la complexité des relations, ici culturelles, là-bas constitutives de sa propre expérience. Cependant, un élément les distingue, ou en tout cas, pour le cas algérien, la dualité semble transcender la dichotomie entre civilisation et barbarie, et fait face à une mosaïque d'identités, où les traditions arabes coexistent et défient la narration hégémonique.

23L'affirmation de Sarmiento, exprimée dans la citation « l'Arabe est le prisonnier de son idée, mais il est aussi le créateur libre de celle-ci » (Sarmiento, 1909:b: 203), dévoile justement une vision plus complexe et nuancée de l'identité arabe, et à travers elle, celle des gauchos. Cette analyse est nécessaire pour comprendre la tension qui existe à l’intérieur de la formule la plus célèbre de l’œuvre de Sarmiento.

24Tout d'abord, en qualifiant l'Arabe de « prisonnier de son idée », Sarmiento suggère la connexion entre l'identité et les convictions enracinées dans sa culture. Cette « idée » peut prendre différents aspects, des croyances religieuses aux traditions culturelles et philosophies de vie. Il est bon de rappeler ici les descriptions que Sarmiento nous offre dans Facundo des quatre personnage clé de la culture champêtre argentine. La notion de « prisonnier » indique que l'Arabe est intrinsèquement lié à ces idées, peut-être en résultat d'une histoire riche et complexe. Nous pouvons lire dans ces expressions l’américanisme qui est si présent dans l’histoire raconté de l’argentine.

25Cependant, en décrivant aussi l'Arabe comme « le créateur libre de celle-ci », Sarmiento reconnaît la capacité créative et dynamique de cette identité culturelle. Cette liberté créative implique que, malgré son enracinement dans des traditions profondes, l'Arabe a la capacité de réinterpréter et de façonner son identité au fil du temps. Cette nuance suggère une résistance intrinsèque à la rigidité et à l'immuabilité dans la compréhension de l'identité arabe, tel qu’il l’avait exprimé en ouverture de la lettre.

26En effet, ces idées sont nuancées dès les premiers paragraphes de la lettre à Thompson, où Sarmiento part de l'affirmation que la mentalité arabe rend le changement impossible. Sa déclaration « Je ne sais quel sentiment mêlé d'effroi et d'admiration me cause la vue de ce peuple arabe […] » (Sarmiento, 1909:b: 202) révèle une partie de l’intention, dans laquelle Sarmiento expose une admiration pour la capacité de préservation de l'identité arabe à travers l'histoire.

27Dans ce contexte, la citation qui souligne la persistance de l'Arabe sous son « albornoz », même face à l'avancée coloniale, prend une nouvelle importance. La résistance se manifeste non seulement dans la préservation de la tenue traditionnelle, mais aussi dans la résistance spirituelle face aux impositions étrangères. Cette dualité entre changement et résistance devient ainsi un thème récurrent du voyage.

28Dans le périple en Algérie, Sarmiento a exploré non seulement une terre lointaine mais aussi un terrain intellectuel et culturel complexe. Le récit s'enrichit en intégrant ces expériences, fournissant une base pour aborder les relations complexes entre Sarmiento et le monde arabe, dépassant les limites de Facundo et s'insérant dans le cadre plus large de la construction d'identités en Amérique latine.

29Ainsi nous le constatons dans la suite de la citation qui, telle une force antinomique, ou un vent né en plein milieu du désert vient raser les certitudes, une sentence sans appel. Sarmiento y affirme, à propos de ces mêmes Arabes « […] dont le cerveau granitique n'a pas été entamé par quarante siècles » (Sarmiento, 1909:b: 202). Force est de constater, les impressions d’Alger sont traversées par les mêmes forces que Piglia soulignait pour Sarmiento.

30Ici, le gaucho a été remplacé par l’arabe qui, lui-même est l’effet composite d’une tradition ancienne, et pourtant très présente, et d’un présent très concret, et pourtant si éloigné. Un ensemble qui ne parait pas dialoguer si ce n’est par le démembrement d’un espace qui, comme lui, se débat entre deux traditions. Au travers de ces descriptions Sarmiento confirme ce qu’il sait déjà, comme une intuition profonde, dans laquelle, ce vent puissant né dans les entrailles de la terre, tel Zonda, bouscule tout ce qui est dans son passage. C’est le vent d’une modernité, d’autres diront progrès, qui n’accepte autre qu’elle-même, se renouvelant chaque fois, telle la peau d’un lézard. L’ancien sera toujours remplacé pour le mieux par le nouveau, tel est in fine le mot d’ordre de cette génération de penseurs latino-américains, qui baignent dans la source de ce moteur infernal qui est l’Europe.

31Regardant ces cavaliers arabes, habillés d’un passé immémorial, Sarmiento se partage entre l’admiration esthétique et le constat politique. Entre la résistance culturelle, décrite comme un « cerveau granitique », et son eurocentrisme, civilisationniste qui, malgré toutes les tensions, persiste comme le prisme à travers lequel il interprète le monde. C'est dans cette dualité liée aussi à son expérience algérienne qui se trouve le problème de fond, qui intéresse Sarmiento, la problématique plus vaste mais aussi essentielle pour comprendre l’Argentine, qui est celle de l'influence arabe sur la culture espagnole et son arrière-plan dans la construction de l'identité latino-américaine.

Conclusion

32L'eurocentrisme de Sarmiento, évident dans ses descriptions méticuleuses et ses jugements de valeur, projette une hiérarchie culturelle qui imprègne son expérience en Algérie. Sa préférence pour la civilisation européenne sur les cultures autochtones, exprimée dans des affirmations telles que "L'étoile polaire est le phare du navigateur, et l'Europe l'est de l'Amérique", souligne son attachement profond à la supériorité de la culture occidentale. Cette perspective eurocentriste s'intensifie dans son analyse de la société algérienne, où les constructions européennes sont des symboles de progrès, tandis que les expressions de la culture locale sont évaluées avec ambivalence, principalement de manière négative.

33Le « détour » africain met également en évidence la stratégie littéraire de Sarmiento, qui, malgré le fait de baser ses observations sur des sources consultées, intègre l'intuition comme élément clé dans la construction de son discours. Cette intuition, évidente dans son regard, agit comme un prisme qui filtre la réalité locale à travers ses préconceptions eurocentristes, donnant cohérence à sa perception tout au long du voyage.

34La dualité présente dans les relations de Sarmiento avec le monde arabe, en particulier dans son admiration pour la résistance culturelle et son enracinement dans la perspective civilisationniste, expose la complexité de sa vision. Cette analyse va au-delà des limites de Facundo, enrichissant la compréhension de Sarmiento et de sa contribution à la construction des identités en Amérique latine. Le voyage en Algérie devient ainsi un témoignage précieux de la complexité des relations culturelles et des tensions coloniales au XIXe siècle. La connexion entre son eurocentrisme, la vision coloniale en Algérie et la dualité dans ses relations avec le monde arabe met en relief la richesse et la profondeur de sa perspective, contribuant ainsi au dialogue sur la formation des identités dans le contexte latino-américain.

Haut de page

Bibliographie

Carlos Altamirano et Beatriz Sarlo, Ensayos Argentinos. De Sarmiento a la vanguardia, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, coll. “Capítulo, las nuevas propuestas”, 1983, 171 p.

Emilio Carilla, El embajador Sarmiento (Sarmiento y los Estados Unidos), Santa Fé, Universidad Nacional del Litoral, Facultad de Filosofía y Letras, Instituto de Letras, 1961, 182 p. ;

Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Éditions du Seuil, 1979, 415 p.

Diego Jarak, “L’ascendance de la culture française sur l’intellectuel argentin : Domingo F. Sarmiento” in Cahiers d’études romaines n°14/2. Traduction et plurilinguisme, Aix-en-Provence, Université de Provence (Aix-Marseille 1), Equipe d’accueil Études Romaines, 2005. Responsables de l’atelier : Estelle Variot et Gérard Gómez, pp. 313-322.

Diego Jarak, “L’auto construction de l’image d’un “père”, de la nation dans l’œuvre de Domingo F. Sarmiento” in La mémoire historique : interroger, construire, transmettre, Angers, Presses Universitaires d’Angers, Roselyne Mogin-Martin, Raúl Caplán, Christophe Dumas, Erich Fisbach (coords.), 2006. Actes du colloque du mai 2005 organisé par le Groupe de Recherche Inter-Langues de l’Université d’Angers, pp. 111-117.

Diego Jarak, « Sarmiento s’arrête à Paris. Entre hôtels et salons mondains », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 405-413.

Diego Jarak, Oralité et écriture dans la réflexion de l’argentin Domingo F. Sarmiento (1839-1850), Lille, ANRT, 2008.

Ezequiel Martinez Estrada, Sarmiento. Meditaciones sarmientinas. Los invariantes históricos en el Facundo, Buenos Aires, Beatriz Viterbo, coll. “Ensayos críticos”, 2000, p. 34.

Jose de Onis, Los Estados Unidos vistos por escritores hispanoamericanos, Madrid, Édition Cultura Hispánica, 1956, 376 p. ;

Ricardo Piglia, “Notas sobre Facundo” in Punto de Vista, Buenos Aires, 2° année, n° 8, août 1980, pp. 15-18.

Ricardo Rojas, El profeta de la pampa, Buenos Aires, Guillermo Kraft, 1964, p. 170.

Ernesto Romano, “Sarmiento y el libro del inquisidor” in Sociedad de Estudios Bibliográficos Argentinos, n° 12, Buenos Aires, 2003, pp. 113-121.

Ernesto Romano, “Sarmiento y Vico” in Revista Confines, Buenos Aires, n° 15, décembre, 2004, pp. 7-22.

Domingo F. Sarmiento, Civilización y Barbarie in Obras de D. F. Sarmiento vol. VII, Buenos Aires, Belín Hermanos editores, Imprenta y Litografía “Mariano Moreno”, 1896, 400 p.

Domingo F. Sarmiento, Recuerdos de Provincia. Biografías in Obras de D. F. Sarmiento, vol. III, Paris, Saint-Cloud, Belín Hermanos editores, 1909, 320 p.

Domingo F. Sarmiento, Campaña en el Ejército Grande in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XIV, Imprenta y Litografía “Mariano Moreno”, Belín Hermanos editores, 1896, 335 p.

Domingo F. Sarmiento, Argirópolis o la capital de los Estados confederados in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XIII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía “Mariano Moreno”, Belín Hermanos editores, 1896, 325 p.

Domingo F. Sarmiento, “Mi defensa”, Mi defensa. Recuerdos de provincia. Necrologías y biografías, vol. III., Obras Completas de Sarmiento, deuxième édition, Buenos Aires, Editorial Luz del día, 1948, p. 11.

Domingo F. Sarmiento, Las escuelas, base de la prosperidad y de la República de los Estados Unidos. Bibliotecas Populares in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XXX, Buenos Aires, Imprenta Litografía “Mariano Moreno”, Belín Hermanos editores, 1899, 398 p.

Domingo F. Sarmiento, Viajes por Europa, África y América (1845-1847) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. V, Paris, Saint-Cloud, Belín Hermanos editores, 1909:b, 480 p.

Domingo F. Sarmiento, De la Educación popular in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XI, Buenos Aires, Imprenta y Litografía “Mariano Moreno”, Belín Hermanos editores, 1896, 429 p.

Paul Verdevoye, Domingo Faustino Sarmiento, éducateur et publiciste, Paris, Centre de Recherches de l’Institut d’Etudes Hispaniques, coll. “Thèses, Mémoires et Travaux”, dirigée par Charles V. Aubrun, Université de la Sorbonne, 1964, 651 p.

Haut de page

Notes

1 Pour une étude sur l’influence des Etats-Unis dans le parcours intellectuel et politique de Sarmiento le lecteur consultera (de Onis, 1956), (Carilla, 1961), (Sarmiento, 1899)

2 Il s'agit précisément de la lettre dans laquelle Sarmiento retrace les étapes et les expériences du voyage en Afrique du Nord, et qui est publiée dans le tome 5 des œuvres complètes.

3 Pour une étude détaillée du carnet de dépenses de Sarmiento, le lecteur pourra consulter le travail érudit de Paul Verdevoye. Quant à une analyse de l'utilisation de ce carnet, notamment pendant l'étape parisienne, le lecteur est invité à se référer à notre article (Jarak, 2007).

4 Après la publication de Facundo, l’opposition libérale à la gestion du conservateur Manuel Montt s’était acharnée et sur l’œuvre et sur l’auteur. Sarmiento était devenu la cible de toutes les attaques, dont une grande partie personnelles. Ces attaques, de plus en plus violentes, avaient commencé à nuire aux vrais débats.

5 Pour les stratégies de Sarmiento le lecteur consultera Altamirano et Sarlo, 1983.

6 Romano a publié plusieurs articles sur les influences et la manière dont Sarmiento se « nourrit » de ces lectures cf. (Romano, 2003) et (Romano, 2004)

7 L’intuition joue un rôle important dans la strategie de Sarmiento, notamment lors de ses années de formation. A ce sujet, le lecteur consultera notre (Jarak, 2005) et (Jarak, 2006).

8 Il est bien connu que Juan Baustista Alberdi s’est longtemps servi de la métaphore botaniste et biologique pour parler de la politique, de l’immigration et de la culture.

9 Martínez Estrada, dans son célèbre Sarmiento parle aussi de la coexistence de deux forces chez Sarmiento : « luchan en Sarmiento dos sentimientos e ideas distintos sobre la niñez y sobre la educación, como en él mismo su formación colonial y su instrucción por lecturas de las obras más excelsas de las letras y las ciencias políticas de Europa y de los Estados Unidos de Norteamérica » (Martinez Estrada, 2000).

10 Il est évident, même si Piglia ne le dit pas, qu’il pense à la « citation » comme une entité fermée. Il y a donc, dans son analyse un sous-entendu vis-à-vis de la citation qui fait que l’appropriation et la retranscription de Sarmiento puissent être interprétées comme un déplacement inopiné. Cependant, dès l’instant où l’on change la définition de la citation, l’analyse de l’auteur de Respiración Artificial peut être contestée. Pour une étude de la citation comme un élément flexible et mutable, (Compagnon, 1979).

11 “embrión de grande hombre, tenía el talento de embellecer con la palabra sus formas casi de gaucho”, (Rojas, 1964 : 170)

12 Parmi les divers surnoms que circulaient tant du côté chilien que du côté argentin ceux proposés par Marcelino Menéndez Pelayo qui avait appelé Sarmiento gaucho des lettres, et par Paul Grousac selon lequel, Sarmiento était le plus osé parmi les baqueanos intellectuels sont les plus représentatifs dans la ligne de Lastarria. (Rojas, 1964: 103).

13 “Era en el periodismo el gaucho bravucón o el montonero que curado de sus heridas vuelve a la carga con tenacidad […] un gaucho al servicio de la civilización”, (Rojas, 1964 : 171).

14 “Ha dicho don Domingo Godoy que recien me estoy civilizando […] es la pura verdad” (Sarmiento, 1948:11), Note explicative : La série de six écrits journalistiques publiés de façon distincte, comme Mi defensa, n’a pas été compilé, comme tel, du vivant de son auteur. La première édition a été réalisée par Luis Montt en 1885, volume III des Obras de D. F. Sarmiento. Alors que le livre était déjà imprimé, l’éditeur découvre qu’il manquait des textes (il ignorait qu’ils devaient faire partie du volume). La première réimpression du même volume, en 1909, par son deuxième éditeur, Belín Sarmiento, retire Mi defensa (malgré le fait qu’il l’avait déjà fait publier dans sa version élargie en 1896). Ce n’est qu’avec la deuxième réimpression (1913) du volume III, établie par le même Belín, qu’il ajoute à l'édition de Montt les trois écrits manquants qui complètent l’œuvre : El Escritor en Chile, Vaya un freso…, et El Libelo. Pour une Edition complète et ordonnée du texte, Cf., Sarmiento, Mi defensa, dans la version électronique www.proyectosarmiento.com.ar.

15 Le concept d’inadéquation appliqué à la lecture de l’œuvre de Sarmiento entre 1839 et 1850 est au cœur de notre travail (Jarak, 2008)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Jarak, « Entre deux mondes : Sarmiento en Algérie »Amerika [En ligne], 27 | 2024, mis en ligne le 29 mars 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/amerika/19174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.19174

Haut de page

Auteur

Diego Jarak

Policémies/La Rochelle Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search