Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Sciences sociales

Silvia Rivera Cusicanqui, Zulema Lehm Ardaya, Lxs artesanxs libertarixs y la ética del trabajo

Buenos Aires, Tinta Limón y Madre Selva, 2013
Joël Delhom
Référence(s) :

Silvia Rivera Cusicanqui, Zulema Lehm Ardaya, Lxs artesanxs libertarixs y la ética del trabajo, Buenos Aires, Tinta Limón y Madre Selva, 2013.

Entrées d’index

Palabras claves :

anarcho-syndicalisme

Géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1L’historiographie du mouvement ouvrier en Bolivie a beaucoup déformé, pour des raisons de parti-pris idéologique, le rôle joué par les anarchistes. Il a fallu attendre la décennie 1980 pour qu’une nouvelle génération de chercheurs interroge la mémoire des militants encore vivants et commence à proposer une vision alternative de l’histoire des luttes de la première moitié du XXe siècle. Il y eut d’abord Los constructores de la ciudad. Tradiciones de lucha y trabajo del Sindicato Central de Constructores y Albañiles (1908-1980) du Taller de Historia Oral Andina (La Paz, 1986) et Los artesanos libertarios y la ética del trabajo (La Paz, 1988) de Zulema Lehm et Silvia Rivera, membres de ce même Atelier. Puis vinrent Polleras libertarias. Federación Obrera Femenina (1927-1965) (La Paz, 1989) de Ineke Dibbits, Ruth Volgger, Elizabeth Peredo et al., et enfin Agitadoras de buen gusto. Historia del Sindicato de Culinarias (1935-1958) (La Paz, 1989) de Ana Cecilia Wadsworth et Ineke Dibbits.

2Le livre que nous allons présenter n’est donc pas une nouveauté, mais trop peu nombreux étaient ceux qui connaissaient ce travail remarquable d’histoire orale sur le mouvement anarcho-syndicaliste en Bolivie, que la nouvelle édition argentine vient remettre en lumière en y incorporant en annexe une analyse de Silvia Rivera intitulée « La identidad ch’ixi de un mestizo : en torno a un manifiesto anarquista de 1929 » et le texte intégral dudit manifeste écrit par le mécanicien-tourneur Luis Cusicanqui. Les éditeurs, en modifiant la graphie du titre original pour en neutraliser le genre, on voulu rendre hommage aux nombreuses femmes des milieux populaires métis et indiens qui ont courageusement défendu leurs droits dans des organisations libertaires. Après 250 pages de témoignages, figure une série de documents photographiques représentant les acteurs individuels et collectifs de cette histoire ensevelie dans l’oubli ou déformée. C’est la raison pour laquelle un premier chapitre de 80 pages revisite de manière claire et synthétique l’histoire de l’anarchisme en Bolivie du début du XXe siècle à 1952 (année de l’insurrection révolutionnaire qui a porté au pouvoir le Mouvement nationaliste révolutionnaire) et fournit au lecteur les principaux éléments contextuels permettant de comprendre et situer les souvenirs des protagonistes. Ceux-ci sont ensuite organisés en quatre chapitres thématiques portant sur la vie et l’organisation des artisans, la lutte syndicale des femmes de La Paz, la Fédération ouvrière locale (FOL) et l’utopie anarchiste vue par ces travailleurs. Un épilogue d’une quinzaine de pages analyse les chapitres précédents et en tire les principaux enseignements, notamment l’idée d’une éthique du travail « comme axe d’élaboration doctrinale de l’anarchisme bolivien ».

3Dans les années 1980, les auteurs ont interrogé 24 militants, dont neuf femmes, actifs à partir des années 1920 et ont choisi de centrer leur ouvrage sur les expériences et les vécus individuels plutôt que sur des aspects très factuels accessibles par les documents d’archives. Dans un pays quasiment sans ouvriers, exception faite des mineurs, et très marqué par le mépris colonial à l’égard du travail manuel et des non-blancs, ce sont les artisans métis ou indiens qui furent les initiateurs de l’organisation syndicale sur des bases libertaires. S’expriment dans ce livre des maçons, des peintres, des menuisiers, des tailleurs, des mécaniciens, mais aussi des fleuristes, des cuisinières, des vendeuses itinérantes qui ont organisé la Fédération ouvrière féminine en 1927. Le mouvement atteint son apogée durant les années 1920, mais la guerre du Chaco contre le Paraguay (1932-35) en brise l’essor. Les années 1940 sont des années de crise pour les syndicats masculins, confrontés à la déqualification du travail artisanal et à la modernisation économique, tandis que les syndicats féminins reprennent le flambeau et réorganisent la FOL jusqu’à la fin du syndicalisme autonome du pouvoir politique en 1952. Ce n’est pas la moindre des qualités de ce livre que de mettre à l’honneur l’importance de l’implication féminine dans les luttes sociales au cours de la première moitié du siècle.

4Les relations entre petits maîtres, ouvriers et apprentis des ateliers artisanaux, l’apprentissage du métier et la prise d’indépendance, la confrontation aux évolutions économiques, l’arrivée massive de migrants ruraux et les nouvelles techniques de production qui ont contribué à la dévalorisation des métiers sont évoqués dans le chapitre 2, qui met en évidence la diversité socio-économique du monde artisanal, mais aussi son caractère ethniquement et culturellement pluriel, et qui pose la question de son identité collective. Dans le suivant, tout entier consacré aux femmes, ce sont les relations dans les couples, les questions de genres et les rapports des travailleuses avec les autorités locales et la bourgeoisie qui sont passés en revue. L’assimilation des principes doctrinaux anarchistes, la combativité des femmes et leur autonomie d’action sont mises en exergue, de même que le rôle du marché comme espace de relation sociale et de coordination dans la lutte. Le quatrième chapitre, qui développe certains thèmes précédents, présente le rôle joué par la FOL sous l’impulsion des artisans dont la liberté dans l’organisation du travail et l’irrégularité de celui-ci favorisaient la réflexion et l’engagement social ; la formation des militants, les rapports de ces métis urbains avec les ouvriers et les paysans indigènes, la répression et la résistance, la politisation du mouvement syndical et sa mise sous tutelle progressive sont successivement abordés. L’éthique du travail, perçue par les auteurs comme un « alambic idéologique », met en œuvre des valeurs anticapitalistes de solidarité, dignité, communication, qualité, éloignées du productivisme et elle met l’accent sur la créativité et l’autonomie individuelles. Le dernier chapitre, très bref, s’intéresse à la société idéale à laquelle aspirent ces acteurs du mouvement social à partir de leur expérience.

5On pourra regretter, peut-être, que certains discours des protagonistes soient reconstruits et même fusionnés par les auteurs pour créer un sujet collectif, mais il faut reconnaître que cela facilite la lecture de ce livre qui rend un bel hommage à l’action sociale des travailleurs indépendants des classes populaires :

(…) el artesanado que se puso a la cabeza de la lucha por la jornada de ocho horas se enfrentó al capitalismo desde fuera del sistema y, en el proceso, arrastró tras de sí a los sectores asalariados, a diferencia de lo que corrientemente se sostiene. En contraste con el proletariado, que elabora sus métodos de organización y lucha desde el seno del capitalismo, el artesanado convocado por la FOL combinó la lucha reivindicativa económica con una amplia demanda de reconocimiento a la ciudadanía y dignidad humana de los trabajadores y del pueblo en general, sintetizando ambas dimensiones en una mezcla explosiva, que encontró adecuada expresión en el anti-estatalismo y el anti-autoritarismo de la doctrina anarquista, y en sus métodos de lucha basados en la acción directa de los trabajadores (p. 227).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « Silvia Rivera Cusicanqui, Zulema Lehm Ardaya, Lxs artesanxs libertarixs y la ética del trabajo  », Amerika [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 04 décembre 2017, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8249

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals