Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Sciences sociales

Huascar Rodríguez García, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero boliviano (1912-1965)

Buenos Aires, Libros de Anarres, 2010
Joël Delhom
Référence(s) :

Huascar Rodríguez García, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero boliviano (1912-1965), Buenos Aires, Libros de Anarres, 2010.

Entrées d’index

Mots-clés :

anarcho-syndicalisme

Géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre vise à synthétiser et actualiser les travaux publiés depuis les années 1980 auxquels nous nous sommes intéressés dans un autre compte-rendu. L’auteur a pu avoir accès à des archives privées et à des sources hémérographiques qui lui ont permis d’apporter de nouveaux éléments. Bien que le titre pose l’année 1912 comme point de départ, l’étude remonte aux origines du mouvement anarchiste six ans auparavant et suit une logique chronologique au fil de ses cinq chapitres qui proposent une périodisation.

2Après avoir présenté quelques caractéristiques générales de la société bolivienne, ce sont d’abord les années « d’incubation » (1906-1927) qui sont évoquées. Huascar Rodríguez souligne le rôle qu’ont pu jouer, dans l’organisation des premières fédérations ouvrières et la prise de conscience de classe, les travailleurs boliviens employés dans les exploitations de salpêtre au Chili et ayant participé aux grèves organisées par les syndicats locaux. Huit mille d’entre eux étaient retournés au pays en 1914 et quatre mille en 1919-1920, riches de leur expérience. L’arrivée dans les mines d’étain de travailleurs chiliens et l’activisme de quelques militants venus d’Argentine sont aussi mentionnés, bien que sur cette question des origines les sources semblent manquer. Plus tard, en 1926, 1927 et 1928, le soutien d’anarchistes du Río de la Plata ou d’exilés péruviens joua encore un rôle. Il apparaît toutefois qu’il faut mettre au crédit des artisans radicalisés des villes les fondements de l’anarcho-syndicalisme bolivien.

3Ce sont eux qui créent à La Paz la Fédération ouvrière internationale en 1912 – année de la première célébration du 1er mai dans ce pays andin–, qui change de nom en 1918 pour devenir la Fédération ouvrière du travail (FOT) et faire entrer le mouvement dans une phase d’expansion. L’année suivante, une section de la FOT est aussi fondée à Oruro, dans laquelle on observe une influence anarchiste. Dans ces années, marxistes et libertaires cohabitaient dans les mêmes organisations : la FOT de La Paz prit plus tard (à partir de 1925) une orientation clairement marxiste, tandis qu’en 1930 celle d’Oruro se revendiquait toujours libertaire.

4Un premier Congrès ouvrier fut organisé à Oruro en 1921, mais n’eut que peu de retombées. En 1923, divers groupes d’études sociales et de propagande anarchistes étaient actifs, notamment le groupe La Antorcha dans lequel se distinguaient le mécanicien-tourneur Luis Cusicanqui et la couturière Domitila Pareja auxquels l’auteur consacre quelques pages. Des contacts avec des Indiens des hauts-plateaux qui s’organisaient pour récupérer leurs terres ont aussi été établis, dessinant un axe de luttes solidaires entre paysans et artisans. Ces derniers fondaient leurs syndicats : maçons en 1924, menuisiers et mécaniciens en 1925, tailleurs en 1927, sur lesquels allait bientôt reposer la Fédération ouvrière locale (FOL). Ces années sont aussi celles de quelques répressions sanglantes, la plus connue étant celle de juin 1923 à Uncía, et des premières déportations de militants vers les régions tropicales. Lors du deuxième Congrès ouvrier tenu à La Paz en 1925, sur quinze organisations ouvrières représentées six étaient de tendance libertaire. L’alphabétisation des indigènes et le travail des femmes et des enfants y furent discutés, mais il y eut aussi des polémiques idéologiques. Grâce aux liens établis avec des responsables indiens de Potosí et Sucre, des délégués paysans assistèrent au troisième Congrès organisé à Oruro en 1927 où la question de la récupération des terres fut débattue. Malgré les divisions entre anarchistes et marxistes, il se dégagea, selon Huascar Rodríguez, un consensus autour de certaines propositions des premiers telles que l’action directe comme moyen (p. 65).

5Le deuxième chapitre est consacré à la période d’apogée du mouvement (1927-1932), qui commence par la féroce répression du soulèvement indigène de Chayanta (Potosí) en juillet-août 1927, trois mois après le Congrès ouvrier, qui affecta quatre des neuf départements de la Bolivie. Malgré les persécutions contre les militants ouvriers qui soutenaient les Indiens, une FOL anarcho-syndicaliste fut fondée à La Paz en août, qui rejetait à cette époque la collaboration d’intellectuels des classes moyennes, ce qui pour l’auteur fut parfois une source de faiblesse de l’organisation (p. 71). À notre avis, il y a là une particularité bolivienne puisqu’autant au Pérou qu’en Argentine ou au Chili, la participation d’étudiants et de jeunes écrivains ou journalistes fut acceptée par les travailleurs libertaires et on se souviendra du célèbre discours de Manuel González Prada à Lima le 1er mai 1905, sur invitation de la Fédération des ouvriers boulangers, définissant les relations entre « l’intellectuel et l’ouvrier ».

6Deux dimensions importantes, parmi d’autres, du positionnement de la FOL, animée par des hommes tels que Luciano Vértiz Blanco, Modesto Escóbar, Jacinto Centellas, José Clavijo et Desiderio Osuna, furent la reconnaissance de l’organisation autonome des femmes et l’appui aux luttes indigènes. Le Syndicat féminin des métiers divers, qui prit rapidement le nom de Fédération ouvrière féminine (FOF), fut fondé la même année par la fleuriste d’origine aymara Catalina Mendoza et d’autres militantes cholas (Catalina Mendoza, Susana Rada…) laveuses de linge, laitières, marchandes de légumes, cuisinières, etc. Les contacts avec les Indiens de l’altiplano se poursuivirent à la fin de la décennie, notamment avec le chef Santos Marka Tula. La grande affaire de cette période, marquée par la crise mondiale et les tensions militaires croissantes entre la Bolivie et le Paraguay, fut la lutte pour imposer dans les faits la journée de huit heures sans perte de salaire. Entamée dès 1926, elle s’intensifia en 1929 et 1930. La création en 1928 du journal Humanidad comme moyen de communication de la FOL contribua aux mobilisations. La grève générale de février 1930 décrétée par la FOL, qui regroupait alors 18 organisations, fut un succès.

7Parallèlement, la réorganisation de la FOT d’Oruro, fondée en 1919 mais rapidement devenue inopérante, fut entreprise avec succès par quelques anarcho-syndicalistes, parmi lesquels se distinguèrent les frères Jorge et Gabriel Moisés ; elle étendit son influence au-delà des artisans aux mineurs et cheminots de la région. Un syndicat féminin de vendeuses de fruits et légumes en fit aussi partie. Elle se dota d’un journal, El Proletario, devenu plus tard La Protesta.

8L’agitation sociale et le climat insurrectionnel justifièrent de nouvelles répressions gouvernementales et les déportations des militants les plus engagés, mais cela n’empêcha pas la croissance du mouvement ouvrier libertaire, y compris vers la région de Cochabamba, et l’organisation d’un quatrième Congrès à Oruro en 1930, au cours duquel leurs thèses s’imposèrent parmi les délégations venues de Potosí, Beni, La Paz, Sucre, Santa Cruz et Tarija. La Confédération ouvrière bolivienne, d’orientation anarcho-communiste, y fut fondée ; elle comprenait des syndicats de huit des neuf départements du pays. La situation inquiéta le pouvoir qui déclencha une nouvelle vague d’arrestations et de déportations, obligeant les organisations à agir dans la clandestinité et poussant certains groupes de La Paz à utiliser la dynamite en 1931 dans l’espoir vain de déclencher une insurrection révolutionnaire. L’agitation sociale contre le gouvernement déboucha début octobre de cette année-là sur une importante mobilisation qui dégénéra en émeute avec pillages. La FOL exigeait entre autres la baisse des prix des produits de base et des loyers, des allocations de chômage, la libération des militants emprisonnés et l’abolition du pongueaje. La désastreuse guerre du Chaco (1932-1935), à laquelle s’opposèrent logiquement les anarcho-syndicalistes et qui fut peut-être voulue par le pouvoir pour faire taire la contestation sociale, fut un grand tournant. Les militants qui ne furent pas arrêtés ou envoyés au front entrèrent en clandestinité ou s’exilèrent.

9La décennie suivante fait l’objet du troisième chapitre intitulé « Cooptación, lasitud y luchas femeninas (1935-1946) ». La FOL, qui s’était réorganisée en 1935, se divisa entre les partisans de l’autonomie totale et ceux, majoritaires, qui souhaitaient une alliance avec les organisations marxistes. Une grève générale co-organisée par la FOT marxiste et la FOL anarchiste de La Paz en mai 1936 fit tomber le gouvernement et les militaires prirent le pouvoir, instaurant un régime corporatiste et nommant à la tête du ministère du Travail le dirigeant de la FOT, Waldo Álvarez. Certains leaders de la FOL, comme Osuna et les frères Moisés, rejoignirent le syndicalisme étatique ; Luis Cusicanqui restait intransigeant ; d’autres, les plus nombreux, notamment Petronila Infantes et Rosa Rodríguez du Syndicat des cuisinières, adoptèrent une attitude pragmatique.

10Un nouveau Congrès fut organisé à La Paz à la fin de l’année, parrainé par le gouvernement, d’où naquit la Confédération syndicale des travailleurs de Bolivie (CSTB). La FOL – ou du moins certains de ses syndicats – se maintint à l’écart de la Confédération pour préserver son autonomie d’action, mais elle était très affaiblie et ne put retrouver une certaine vigueur momentanée qu’en 1940-1941 sous la houlette de Cusicanqui et Infantes, avant que de nouvelles divisions n’inversent la dynamique. Ce furent alors les femmes, dont le rôle social s’était accru depuis la guerre, qui tinrent le flambeau anarcho-syndicaliste. Le Syndicat des cuisinières, réorganisé en 1935 par P. Infantes, et l’Union féminine des fleuristes, fondée en 1936 par C. Mendoza, furent les plus actifs dans la refondation de la Fédération féminine (FOF) cinq ans plus tard. Le marché était devenu le lieu privilégié de la propagande syndicale, de sorte que d’autres organisations de commerçantes furent créées. On parle d’une soixantaine d’organisations et de cinq mille adhérentes à la fin de 1940. Membres de la FOL, elles surent conserver leur autonomie et en furent même une sorte d’avant-garde pendant le reflux des syndicats masculins la première moitié de la décennie, qui ne fut pas exempte de massacres de travailleurs, comme à Catavi en décembre 1942. Les pages que H. Rodríguez consacre à leurs luttes (accès au transport public et à des lieux de travail, droit au divorce, reconnaissance des enfants naturels, rejet de la violence des agents municipaux, refus des cartes d’identité et des contrôles sanitaires humiliants, baisse des prix des produits alimentaires, etc.) et à leur choledad comme moteur de leur solidarité sont parmi les plus passionnantes de ce livre. « Fue precisamente la identidad chola – écrit-il –, atravesadas por dimensiones de etnia, clase y género, la que imprimió a las luchas de estas mujeres el sello único que las caracterizó y las diferenció de otros movimientos » (p. 201).

  • 1 Voir sur ce sujet Marcelo Maldonado Rocha, Las guaridas sindicales anarco-labriegas y la repentina (...)

11Le quatrième chapitre s’intéresse aux années 1946-1947 caractérisées par un « nouvel activisme rural ». Après le premier Congrès national indigène de 1945 organisé par le gouvernement de Villarroel pour mettre en scène ses décrets d’abolition du pongueaje et du mitanaje, les conflits ruraux se généralisèrent dans le pays en raison du refus des grands propriétaires terriens d’appliquer la nouvelle loi. Le renversement du gouvernement en 1946 permit aux anarcho-syndicalistes de se renforcer et la FOL (tout particulièrement Modesto Escóbar, Francisco Castro et Santiago Ordóñez) entreprit une énergique campagne d’organisation de syndicats agricoles autour de La Paz. Un Syndicat de paysans adhéra à la FOL dès octobre 1946 et en décembre fut fondée la Fédération agraire départementale (FAD), liée à le FOL par un pacte de solidarité, dont le secrétaire fut Marcelino Quispe Yucra, peu après arrêté par les autorités. Un très important soulèvement indigène eut lieu en 1947 et dura près d’un an dans les départements de La Paz, Oruro, Cochabamba, Sucre, Potosí et Tarija, l’armée devant recourir à des bombardements pour y mettre fin. La FOL, outre l’aide à la création de syndicats, soutenait les Indiens par la fourniture de matériel scolaire et l’envoi de maître pour ces écoles syndicales, l’instruction ayant été jugée prioritaire1. D’après la presse, quelque trois mille indigènes défilèrent à La Paz lors du 1er mai 1947. L’alliance entre les travailleurs urbains et ruraux alarma le pouvoir qui s’empressa donc de mener une nouvelle action répressive qui dura jusqu’en 1949, accusant la FOL d’être responsable des violences indigènes contre les propriétaires d’haciendas. Des dizaines de dirigeants, dont M. Quispe, moururent en zone tropicale dans des camps de travail, de faim, de maladie et d’épuisement. L’anarcho-syndicalisme, décapité, ne parvint jamais à s’en remettre.

12Le dernier chapitre concerne les années 1947 à 1965 d’« agonie » du mouvement ouvrier libertaire. Après la révolution de 1952 qui porta au pouvoir le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) fut créée la Centrale ouvrière bolivienne (COB) à laquelle tous les syndicats devaient obligatoirement adhérer, ce qui provoqua la mort de la FOL. Les quelques organisations libertaires qui subsistaient finirent par disparaître ou se désintégrer dans la COB. Quant à la FAD, elle connut le même sort, diluée dans la Confédération nationale des travailleurs paysans de Bolivie, également créée par le nouveau pouvoir. Selon l’auteur, la dévalorisation du travail artisanal dans un contexte d’essor de l’industrie, de concurrence par la main d’œuvre d’origine rurale et de perte de privilèges de l’oligarchie contribua aussi à l’extinction de l’anarcho-syndicalisme, majoritairement composé d’artisans et de prestataires de services pour les classes dominantes. Chacun de ces trois facteurs mériterait une analyse bien plus développée que celle qui figure dans cet ouvrage pour être pleinement convaincante, notamment le troisième car on ne peut douter qu’un groupe dominant soit immédiatement remplacé par un autre. L’explication généraliste évoquée plus loin, celle de la consolidation de l’État et, ajouterons-nous, sa mainmise sur le mouvement ouvrier est bien plus solide et en accord avec le récit historique fait dans ce livre :

« […] la vulnerabilidad más evidente del anarquismo provino de haber designado como enemigo principal al Estado-nación en el preciso momento histórico en que éste se desarrollaba y consolidaba como centro y principio de organización social. En el caso boliviano, fue justamente el surgimiento de ese Estado nacional lo que vino a echar por tierra a los folistas y a sus sueños de manumisión colectiva […] » (p. 268).

13Une affirmation de l’« épilogue » surprend également le lecteur, en ce qu’elle tend à contredire tout ce que le livre a mis en évidence, raison pour laquelle elle aurait mérité une démonstration :

[…] hay que decir que los anarquistas asumieron sus postulados doctrinarios de forma contradictoria, dogmática y devota, lo que evidentemente limitó las posibilidades de ensanchar sus horizontes estratégicos quedándose estancados en un activismo militante y relativamente estéril. En efecto, el discurso y la praxis anarcosindicalista se distinguieron, entre otras cosas, por una especie de culto al martirio, al sacrificio y al sufrimiento obrero, exaltación martirológica que se expresaba en la convicción de que el cambio social sólo podía darse mediante los esfuerzos sin medida de grandes masas de trabajadores que tenían que sacrificar sus vidas –con su tiempo y con su activismo– a la realización de un ideal “sagrado”, “verdadero” y universal que incluían la justicia, la igualdad, la abolición del Estado, etc. (p. 267).

14On pourrait, au contraire, argumenter que l’exemplarité de l’engagement individuel intransigeant et sans limite pour la plus noble des causes – celle de l’émancipation – fut un des facteurs de l’adhésion populaire suscitée par les mouvements anarcho-syndicalistes qui, par la célébration des martyrs de la lutte sociale, forgèrent une culture ouvrière ancrée dans l’histoire. D’autant que H. Rodríguez reconnaît quelques lignes plus loin, de manière quelque peu contradictoire (repentir sur le repentir ?), que :

[…] el anarcosindicalismo boliviano también tuvo sus luces e incluso fue capaz de poner en jaque a la oligarquía de la época, como por ejemplo en 1930 y 1931, gracias a una impresionante mezcla de tenacidad, audacia y voluntad. Además, los autodenominados libertarios crearon una auténtica cultura obrera vernácula –que podría denominarse “anarquismo cholo”–, e hicieron de sus sindicatos irradiantes focos de una sociabilidad alternativa basada en la solidaridad y en el antiautoritarismo […] (p. 268).

15L’auteur évoque d’ailleurs dans son livre les activités culturelles organisées par les syndicats.

16Trois annexes enrichissent l’ouvrage, outre une quinzaine de reproductions photographiques des acteurs de cette histoire sociale. La première inclut une réflexion très intéressante d’une quarantaine de pages sur l’identité chola et l’anarchisme, qui justifie le titre du livre. La thèse défendue par H. Rodríguez est la suivante : « […] durante la primera mitad del siglo XX, Bolivia fue sacudida, entre tantas cosas, por un reemergencia de lo mestizo –o más cabría decir de lo cholo […]–, y esta nueva emergencia posibilitó y dio forma, precisamente, a la versión boliviana del anarquismo » (p. 272). L’auteur, toutefois, nuance son propos en précisant que ce furent surtout les femmes qui revendiquèrent la choledad. Suivent une dizaine de pages sur la question de l’éthique du travail chez ces artisans anarchistes et encore quelques remarques sur leur rapport sui generis à la religion et à l’anticléricalisme. La deuxième annexe est consacrée à un personnage de Cochabamba que l’auteur qualifie, à notre avis de manière assez contestable, d’anarchiste individualiste : Cesáreo Capriles López, fondateur de la revue Arte y trabajo en 1921. La troisième, enfin, est une mise en perspective de l’historiographie sur le mouvement ouvrier en Bolivie.

17Il s’agit donc d’une bonne synthèse sur un sujet sur lequel il en existe peu et qui fait le point sur la connaissance historique actuelle. Il montre clairement l’importance des femmes dans le mouvement social et les relations tissées par les travailleurs urbains avec les indigènes paysans et mineurs de l’altiplano. Il reproduit de nombreux extraits de manifestes et de témoignages oraux qui éclairent utilement le propos. Regrettons, cependant, l’absence d’une liste des sigles, fort nombreux dans le livre, et quelques oublis – rares, fort heureusement – d’indication des sources, notamment lorsque H. Rodríguez semble pallier l’absence de celles-ci par des reconstructions subjectives et même lyriques plus proches de la littérature que de l’histoire (p. 41, 112-113, 126, 133).

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce sujet Marcelo Maldonado Rocha, Las guaridas sindicales anarco-labriegas y la repentina eclosión de “Uniones Sindicales” en provincias del altiplano paceño entre 1946 y 1947, tesis para optar el Título en Ciencia Política, Universidad Mayor de San Simón, Cochabamba, 2014, et l’article du même auteur “"Katari irrumpiendo La Paz". La escuela de Quilluma, el sueño catastrófico de la Federación Agraria Departamental (huelgas de coerción anarquista y escuelas rurales)”, Integra Educativa, La Paz, 2015, vol. VIII, n° 1, p. 11-32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « Huascar Rodríguez García, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero boliviano (1912-1965) », Amerika [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 04 décembre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8254

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals