Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Sciences sociales

Charles Wright Mills, L’imagination sociologique

Paris, Éditions La Découverte, 2015
Yves Laberge
Référence(s) :

Charles Wright Mills, L’imagination sociologique, Paris, Éditions La Découverte, 2015.

Entrées d’index

Mots-clés :

sociologie

Géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La première traduction en français de L'imagination sociologique remonte à 1967, chez Maspero.
  • 2 Pensons par exemple à Listen, Yankee ! : Why Cuba Matters (2017), réédité du livre Listen, Yankee : (...)
  • 3 Max Weber, L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Paris, Gallimard. 2004 [1920].
  • 4 Ian Jarvie, Movies and Society. New York, Basic Books, 1970.
  • 5 Norbert Elias, Qu'est-ce que la sociologie ? Paris, Pocket, Collection « Pocket Agora», 1993.
  • 6 Zygmunt Bauman et Tim May [pour l'édition augmentée], Thinking Sociologically (2e éd.). Oxford, Bla (...)
  • 7 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique : Un espace non-poppérien de l'argumentation. Pa (...)

1À l’occasion du centenaire de Charles Wright Mills (1916–1962), les éditions La Découverte ont eu la bonne idée de relancer son ouvrage le plus connu, L’imagination sociologique, devenu un classique de la sociologie américaine et dont on célébrera les soixante ans en 20191. Pendant longtemps, certaines traductions françaises des travaux de ce sociologue texan (parues initialement chez Maspero, mais épuisées pendant les années 1970) étaient difficiles à trouver en librairie et certains de ses livres n’ont toujours pas été traduits dans notre langue2. Ouvrage vif et engagé, L’imagination sociologique est une excellente illustration de ce que signifie « penser sociologiquement». D’autres penseurs européens ont par la suite tenté ce même exercice, au départ inspiré de pionniers comme Max Weber3 : parmi ses continuateurs, mentionnons Ian Jarvie4, Norbert Elias5, Zygmunt Bauman6, Jean-Claude Passeron7, qui ont tous proposé d’expliquer les rouages de la pensée sociologique. Dans le présent ouvrage, C. W. Mills propose plusieurs définitions de L’imagination sociologique ; retenons celle-ci, tirée d’un texte sur « Le métier d’intellectuel», ici placé en appendice :

« L’imagination sociologique, je vous le rappelle, consiste essentiellement à changer de perspective à volonté et à représenter fidèlement la société et ses parties». Charles Wright Mills, L’imagination sociologique, p. 216.

2Pour l’expliquer autrement, le concept d’imagination sociologique permet au chercheur de se mettre provisoirement à la place de « l’Autre», de celui que l’on veut étudier dans ses motivations sans risquer de se perdre dans un dédale de jugements moraux : que ce soit la personne de sexe opposée, l’enfant ou le vieillard, l’immigrant, le criminel, ou tout ce que l’on n’est pas, mais sans pour autant adopter de manière définitive ses points de vue ou ses croyances. Selon Charles Wright Mills, c’est en devenant momentanément un autre que l’on peut saisir de l’intérieur ses motivations, ses réflexes, ses manières de penser et de voir le monde.

  • 8 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 2 tomes, Paris, Flammarion, coll. « GF», 2010 (...)

3Tout au long de L’imagination sociologique, Charles Wright Mills conteste une tradition sociologique solidement ancrée aux États-Unis, qu’il désigne de différentes manières : « les sociologues de l’empirisme abstrait» (pp. 53, 58 59 et 106), ou encore « les intellectuels administrateurs et les directeurs d’études» (p. 108) : ceux dont la « réputation repose sur leur pouvoir» (p. 108). Mais Mills va plus loin : il accuse l’empirisme abstrait de conduire à une bureaucratisation de la recherche, voire à une « sociologie bureaucratique» (p. 132), qui deviendrait inévitablement « à la remorque des autorités régnantes» (p. 132). Tout ce livre dénonce, pour paraphraser le jeune François Truffaut dans un tout autre contexte, une « certaine tendance» dans la sociologie américaine qui lui semble trop axée sur l’empirisme, les statistiques et les méthodes quantitatives. En outre, L’imagination sociologique fournit une description précise des États-Unis de l’après-guerre (et par conséquent de la Guerre froide) puisque son propos déborde rarement des frontières américaines ; on le constate en considérant les penseurs convoqués ici, même les non-sociologues (comme Adam Smith, Thomas Jefferson, Walt Whitman, p. 97) sont pratiquement tous des compatriotes de Mills, qui ne néglige pas pour autant les écrits de Tocqueville sur l’Amérique (p. 48)8. Tout le dernier chapitre (« De la politique») porte implicitement sur la mission du sociologue de demain, c’est-à-dire d’aujourd’hui.

  • 9 Voir notre recension brève d'un collectif réunissant des chercheurs de plusieurs pays et qui actual (...)

4On relit L’imagination sociologique avec intérêt et le propos déborde souvent le cadre strict de la sociologie. Ainsi, tout le huitième chapitre porte sur les rapports et les rapprochements possibles entre l’histoire et la sociologie. Selon C. Wright Mills, « Toute sociologie qui se respecte est ’historique’, ou, selon l’excellente formule de Paul Sweezy, une tentative d’écriture du ’présent comme histoire’«  (p. 149). En outre, et c’est une des grandes qualités de ce livre, C. Wright Mills fournit d’abondantes définitions des concepts qu’il utilise. Ainsi, à propos de la propagande, il la décrit en affirmant que celle-ci « consiste essentiellement (…) à répandre les définitions officielles de la réalité (p. 196). Et si Mills demeure critique face aux sociologues patentés qui œuvrent dans le secteur privé, il n’est pas moins cinglant envers les institutions universitaires (p. 112). L’imagination sociologique est un livre clair, que l’on devrait trouver dans les bibliothèques publiques et universitaires. La traduction de Pierre Clinquart est vivante et précise, facilitant la lecture de ce livre stimulant et inspirant qui fait encore l’objet d’études et de prolongements au-delà du continent américain9.

Haut de page

Notes

1 La première traduction en français de L'imagination sociologique remonte à 1967, chez Maspero.

2 Pensons par exemple à Listen, Yankee ! : Why Cuba Matters (2017), réédité du livre Listen, Yankee : The Revolution in Cuba (New York : Ballantine Books, 1960), coécrit par Charles Wright Mills et Ricardo Alarcón. Ce livre polémique a souvent été republié sous différents titres aux États-Unis, mais n'a jamais été traduit en français.

3 Max Weber, L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Paris, Gallimard. 2004 [1920].

4 Ian Jarvie, Movies and Society. New York, Basic Books, 1970.

5 Norbert Elias, Qu'est-ce que la sociologie ? Paris, Pocket, Collection « Pocket Agora», 1993.

6 Zygmunt Bauman et Tim May [pour l'édition augmentée], Thinking Sociologically (2e éd.). Oxford, Blackwell, 2001 [1990].

7 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique : Un espace non-poppérien de l'argumentation. Paris, Albin Michel, édition revue et augmentée, Collection « Bibliothèque de l'évolution de l'humanité», 2006.

8 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 2 tomes, Paris, Flammarion, coll. « GF», 2010 [1835 et 1840].

9 Voir notre recension brève d'un collectif réunissant des chercheurs de plusieurs pays et qui actualise la pensée toujours pertinente de Charles Wright Mills : Yves Laberge, « John Scott, Ann Nielsen (dirs.), C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 2 novembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/15693

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Charles Wright Mills, L’imagination sociologique  », Amerika [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8265

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals