Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Sciences sociales

Farid Ameur, Le Ku Klux Klan

Paris, Éditions Pluriel/Fayard, 2016
Yves Laberge
Référence(s) :

Farid Ameur, Le Ku Klux Klan, Paris, Éditions Pluriel/Fayard, 2016.

Entrées d’index

Mots-clés :

Ku Klux Klan, racisme

Géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Certaines des études de Stetson Kennedy ont été traduites en France. Signalons, de Stetson Kennedy, (...)
  • 2 Une première édition, épuisée, était parue sept ans plus tôt : Farid Ameur, Le Ku Klux Klan, Paris, (...)
  • 3 Tibet [pseudonyme de Gilbert Gascard], Ko-Klox-Klan [Les Aventures de Chick Bill], Bruxelles, Le Lo (...)

1S’il existe de nombreuses études en anglais sur le Ku Klux Klan, et notamment celles — percutantes — de Stetson Kennedy (1916-2011), qui avait réussi à infiltrer cette organisation1, on en trouve relativement peu en langue française. De ce fait, la réédition de cette monographie de l’historien Farid Ameur tombe à point nommé2. Mouvement social d’extrême-droite prônant le racisme et la suprématie blanche, le KKK a une histoire secrète qui est de ce fait difficile à raconter de manière exhaustive ; ses adhérents sont identifiables par leur aube blanche et leur capuchons pointus, mais surtout par leur discours extrémiste et antisémite (p. 63). D’ailleurs, l’imagerie liée au KKK a donné lieu à une foule de représentations plus ou moins adoucies dans la culture populaire, par exemple dans le film de D.W. Griffith, Naissance d’une nation (1915), et même dans la bande dessinée belge des années 1950 : un des premiers albums illustrés des « Aventures de Chick Bill» déformait le nom de l’organisation clandestine pour s’intituler Ko-Klox-Klan3.

2Les sept chapitres de Ku Klux Klan décrivent à la fois l’historique et les actions de cette société secrète depuis ses origines autour de 1866, au lendemain de la Guerre de Sécession, jusqu’à ses manifestations au début du 21e siècle. Puisqu’il s’agit d’un groupe clandestin, il serait hasardeux d’avancer des statistiques quant au nombre actuel d’adhérents ; cependant, selon des chiffres publiés en 2007 par l’Anti-Defamation League, on compterait « 5000 membres et 44 groupes affiliés» du KKK (p. 118). D’autres sources avanceraient un nombre de 8000 membres actifs pour cette même période (p. 119).

3Farid Ameur réussit habilement à décrire l’idéologie et les justifications du KKK, identifiant certains de ses slogans xénophobes (« L’Amérique aux Américains», p. 137) et les diverses stratégies d’exclusion de l’Autre, à la fois par la propagande mais aussi par des tentatives d’infiltration de groupes influents et/ou para gouvernementaux comme le FBI (p. 212). La dernière moitié du livre couvre les cinquante dernières années jusqu’au début de l’ère Barack Obama. Pour Farid Ameur, les partisans du Ku Klux Klan se voient comme des justiciers (la figure du chevalier reste encore très forte) voulant rétablir un ordre moral révolu, et les publications issues de ces sous-groupes (magazines mensuels, blogues et sites Internet) en sont des exemples éloquents (p. 213). Bien que Farid Ameur aborde peu la dimension religieuse, on pourrait par certains aspects rapprocher le fonctionnement du Ku Klux Klan de celui d’une secte avec sa hiérarchie, son idéologie stricte et ses mécanismes d’exclusion ; mais cette dimension n’est pas étudiée dans le présent ouvrage.

  • 4 Voir le livre de l’historien James M. Pitsula, Keeping Canada British : The Ku Klux Klan in 1920s S (...)

4Comme le montre Farid Ameur, le Ku Klux Klan existe toujours : il se renouvelle et se prolonge par son recrutement, ses ramifications et ses alliances ; celles-ci furent nombreuses et très diversifiées au fil des ans, que ce soit avec les partisans du nazisme ou ceux d’autres groupes extrémistes. En fait, « l’empire invisible» se nourrit des angoisses et des inquiétudes d’une Amérique qui ressent un malaise, surtout durant les périodes de perte de repères. Mais le Ku Klux Klan ne saurait être considéré uniquement comme un mouvement isolé ou limité aux États-Unis (en dépit de sa xénophobie) : bien que moins documentées, des ramifications du Klan ont momentanément existé dans l’Ouest canadien durant les années 1920 et visaient à angliciser le Canada en assimilant les non-anglophones, et notamment les Francophones4.

  • 5 Umberto Eco, Reconnaître le fascisme. Paris, Éditions Grasset 2017.

5Abordant un sujet délicat pouvant parfois être pénible compte tenu du climat de violence inhérent à ce sujet, Farid Ameur fait néanmoins preuve d’un style vivant et exempt d’un ton moralisateur, livrant un texte factuel et circonstancié. Toutefois, le principal reproche que l’on pourrait formuler envers l’auteur — et il est de taille — serait l’absence complète de notes en bas de page et de références bibliographiques, ce qui est difficilement acceptable pour un ouvrage d’histoire ; on suppose que l’éditeur aura sans doute préféré regrouper en fin de volume les deux pages de bibliographie (pp. 219-220). L’ouvrage n’en conserve pas moins sa pertinence et réaffirme l’exigence de la vigilance face aux dérives, comme l’écrivait Umberto Eco5.

Haut de page

Notes

1 Certaines des études de Stetson Kennedy ont été traduites en France. Signalons, de Stetson Kennedy, J’ai appartenu au Ku Klux Klan. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1996. A ce propos, les archives de Stetson Kennedy sont déposées à la New York Public Library, http://archives.nypl.org/scm/20724

2 Une première édition, épuisée, était parue sept ans plus tôt : Farid Ameur, Le Ku Klux Klan, Paris, Éditions Larousse, collection « Mystères», 2009.

3 Tibet [pseudonyme de Gilbert Gascard], Ko-Klox-Klan [Les Aventures de Chick Bill], Bruxelles, Le Lombard, 1957.

4 Voir le livre de l’historien James M. Pitsula, Keeping Canada British : The Ku Klux Klan in 1920s Saskatchewan, Vancouver, UBC Press, 2013.

5 Umberto Eco, Reconnaître le fascisme. Paris, Éditions Grasset 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Farid Ameur, Le Ku Klux Klan », Amerika [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8273

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals