Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Littérature

Annie L’Italien, Zut ! J’ai raté mon gâteau

Montréal, Druide, 2016
Yves Laberge
Référence(s) :

Annie L’Italien, J’ai raté mon gâteau, Montréal, Druide, 2016.

Entrées d’index

Géographique :

Québec
Haut de page

Texte intégral

1Ce cinquième roman d’Annie L’Italien propose de voyager dans le temps d’une manière inusitée : trois Québécoises vivant à des époques différentes (1937, 1967, 2016) préparent des repas dans des contextes spécifiques mais pour des raisons différentes, selon qu’on soit ménagère, pour gâter son entourage ou pour un jour faire commerce de sa cuisine à moyenne échelle. Ici, les questions alimentaires deviennent rapidement des points de convergence entre les trois univers exposés. Le titre du livre sert aussi d’incipit (mot latin pour désigner la première phrase du chapitre d’ouverture) et réapparaîtra à plusieurs endroits, comme une hantise quotidienne, au début des trois premiers chapitres (pp. 11, 21, 27). N’est pas chef qui veut !

2Le style fantaisiste d’Annie L’Italien ne devrait pas laisser l’impression d’une œuvre mal construite : au contraire, les chapitres s’organisent parallèlement selon chaque époque ; en outre, de véritables recettes reproduites intégralement (« macaroni au fromage et courge musquée », p, 62 ; « gâteau green lantern au chocolat », p. 63) s’ajoutent au récit, un peu comme des illustrations ou des compléments, apportant non seulement des idées culinaires mais également de petites leçons de vie. C’est ce qui fait l’originalité de ce roman juvénile qui plaira aux lecteurs de tous âges. Quelques québécismes (« Gâteau moffé », p. 11 ; « mitaine de four », p. 11 ; (« barbeau moffé », p. 11) sont employés judicieusement et feront parfois sourire. C’est une force. On reprochera cependant à Annie L’Italien l’abondance de mots anglais et d’anglicismes (« je suis super happy », p. 66 ; « je vous flusche », p. 191) qui affaiblissent grandement son style. En somme, si Zut ! J’ai raté mon gâteau peut décevoir comparativement aux livres précédents d’Annie L’Italien, on apprécie le fait qu’il s’agit d’un « roman avec concept » qui se permet des sauts entre le passé et le présent, mais qui oscille aussi et contre toute attente entre la fiction et le livre de recettes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Annie L’Italien, Zut ! J’ai raté mon gâteau  », Amerika [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8278

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals