Navigation – Plan du site
Compte-rendus
Sciences sociales

Laurent Maréchaux, Hors la loi : Anarchistes, illégalistes, as de la gâchette… Ils ont choisi la liberté

Paris, Arthaud, 2018
Yves Laberge
Référence(s) :

Laurent Maréchaux, Hors la loi : Anarchistes, illégalistes, as de la gâchette… Ils ont choisi la liberté, Paris, Arthaud, 2018.

Entrées d’index

Mots-clés :

Hors la loi, Héros

Géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une version en anglais, avec une couverture différente, est parue sous le titre Outlaws ! Adventure (...)

1Les Ce livre réédité en format de poche juxtapose des portraits de rebelles et de proscrits qui ont désobéi toute leur vie mais qui sont néanmoins devenus des héros, soit par la littérature ou le cinéma1. Si ces personnages (pour la plupart réels, mais quelques-uns sont romancés) ont marqué l’imaginaire et ont été imposés par la culture de masse américaine, ils n’en demeuraient pas moins des criminels et pour la plupart des assassins. En outre, si leurs origines sont diverses, la majorité d’entre eux proviennent du monde anglo-saxon, de Robin des Bois jusqu’à Laurence d’Arabie. Chaque portrait occupe environ quatre pages.

2Plusieurs portraits évoqués par Laurent Maréchaux montrent diverses figures légendaires de l’Ouest américain : l’apôtre de la désobéissance civile Henri David Thoreau, les tireurs Billy the Kid et Jesse James, les quatre frères Dalton, le couple Bonnie et Clyde, ou encore Calamity Jane, qui se vantait d’avoir raconté un tissu de mensonges à son biographe (p. 149). Quiconque a lu les histoires de Lucky Luke en bande dessinée aura sans doute l’impression de connaître certains de ces personnages historiques, également popularisés au cinéma hollywoodien durant la grande époque du western (de la fin du muet aux années 1950). Mais en fait, beaucoup d’entre nous connaissent les personnages fictifs ou transposés qui ne sont que des dérivés, et non leurs authentiques modèles, parfois moins reluisants ou peu exemplaires.

3Présentés thématiquement et individuellement, ces « délinquants » auraient souvent eu un parcours similaire les uns aux autres, comme le souligne l’auteur dans les premières pages de sa présentation : « Dès leur plus jeune âge, presque tous ont été frappés par des drames familiaux ayant provoqué des fractures irréversibles, accéléré leur maturité, exacerbé leur lucidité et éveillé un instinct de survie quasi animal (…) » (p. 20). Devant une telle justification d’une vie criminelle résultant d’une jeunesse difficile, on serait tenté de citer cette phrase éloquente d’un personnage interprété par Dani dans le film La Nuit américaine (1973), de François Truffaut : « Ce n’est pas parce qu’on a eu une enfance difficile qu’il faut le faire payer à tout le monde » (je cite de mémoire la réplique de Dani à propos du personnage joué par Jean-Pierre Léaud). En plus des personnages américains, on trouve quelques hors-la-loi français comme Pierrot le fou et la bande à Bonnot, qui ont aussi fait l’objet de films et de récits en France.

  • 2 Emmanuel de Waresquiel (dir.), Le Siècle rebelle : Dictionnaire de la contestation au XXe siècle, P (...)
  • 3 (Traduction libre). Dans : Tim Dant, Television and the Moral Imaginary : Society Through the Small (...)

4Bien que l’ouvrage n’aborde pas de front ces thèmes, certaines analyses ultérieures pourraient être faites sur les rapports entre les imaginaires, la littérature et le mal ; comment, à travers le prisme de la romancisation (les chercheurs anglo-saxons privilégient le terme « romancising »), avec le recours à la nostalgie ou par le truchement de l’identification du spectateur, a-t-on pu magnifier, héroïciser — au nom d’un idéal ou d’une utopie — ces criminels d’autrefois qui avaient tous, par moments, des comportements relativement ordinaires ? Comment la mise en récit de ces vies a-t-elle permis d’excuser, de justifier, de légitimer la déviance, ou de passer sous silence les crimes et d’oublier les victimes de ces bourreaux ? Ces questions fondamentales restent entières et pourront être reprises dans d’autres ouvrages. Les rebelles et les révoltés ont toujours fasciné les romanciers, les chroniqueurs et les créateurs, comme le prouve la splendide anthologie publiée par Larousse à la fin du siècle dernier sous le titre Le Siècle rebelle2. Pour le lecteur impénitent comme pour le spectateur incorrigible, la littérature et le cinéma ne sont que des manières alternatives et momentanées de vivre impunément — par procuration — des vies différentes de la nôtre, des parcours déviants, des destins interdits. Que ce soit dans les livres, à la télévision ou dans les nouveaux médias, force est de constater que « l’imagination ne se confond pas avec la raison »3.

Haut de page

Notes

1 Une version en anglais, avec une couverture différente, est parue sous le titre Outlaws ! Adventures Of Pirates, Scoundrels, And Other Rebels, Paris, Flammarion, 2016.

2 Emmanuel de Waresquiel (dir.), Le Siècle rebelle : Dictionnaire de la contestation au XXe siècle, Paris, Larousse, 1999.

3 (Traduction libre). Dans : Tim Dant, Television and the Moral Imaginary : Society Through the Small Screen. Basingstoke : Palgrave, 2012, p. 179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Laurent Maréchaux, Hors la loi : Anarchistes, illégalistes, as de la gâchette… Ils ont choisi la liberté », Amerika [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8566

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals