Navigation – Plan du site
Opinion / Varia

Comment Faut-il sauver Northrop Frye ? Hommages et critiques autour d’un penseur canadien1

Yves Laberge

Texte intégral

  • 1 Cette note critique sera consacrée à ces deux livres parus aux États-Unis :
    Robert D. Denham (dir.) (...)

1La place de Northrop Frye (1912-1991) dans les études littéraires, dans les études anglaises et dans les études canadiennes n’est plus à démontrer, que ce soit par ses livres ou par la quantité impressionnante d’études et de monographies lui étant consacrées, encore de nos jours. Pourtant, certaines critiques émergent au sein de cette célébration presque unanime qui s’apparente parfois à un culte de la personnalité. Autant les admirateurs s’étonnent de l’enthousiasme des disciples de Frye, autant ses détracteurs ne parviennent pas à comprendre comment et pourquoi ce penseur a été si influent et si célébré. A partir de deux ouvrages récents lui étant consacrés, la présente note critique veut explorer sommairement les deux pans de sa pensée et de sa postérité. Plus largement, on trouvera ici et en filigrane une interrogation fondamentale sur l’identité canadienne : indéfinie et évanescente, faite de dénis et de refoulements, si souvent confondue avec le lourd héritage colonial britannique des siècles précédents et trop facilement intégrée à la culture de masse venue des États-Unis. Pour le lecteur non-initié, ce texte pourra situer un penseur qui laisse peu de chercheurs indifférents.

  • 2 Northrop Frye, [sous la direction de] Robert D. Denham, The Diaries of Northrop Frye, 1942-1955, To (...)

2Considéré comme une sommité sur l’œuvre et les travaux de Northrop Frye (1912-1991), le professeur Robert D. Denham (du Roanoke College, en Virginie) a consacré une dizaine de livres et d’éditions critiques à ce penseur et critique littéraire canadien. En outre, Denham avait même annoté une édition critique du journal de Northrop Frye2. Peut-être afin de souligner ce qui aurait été le centenaire de l’auteur du livre Anatomie de la critique, le professeur Denham a fait paraître — à un an d’intervalle et chez le même éditeur — deux ouvrages de référence assez différents qui sont passés inaperçus dans les revues savantes, du moins en Europe : l’un collige des souvenirs d’anciens étudiants et collègues du professeur Northrop Frye tandis que l’autre se veut un guide de références bibliographiques et d’outils de recherche sur son œuvre ainsi qu’un répertoire des travaux lui ayant été consacré. On comprendra qu’aucun de ces deux titres ne contient de textes de Northrop Frye lui-même. Ces deux publications seront recensées successivement dans la note critique qui suit.

Hommage à Northrop Frye

3Préparé comme un hommage, le livre Remembering Northrop Frye offre un portrait personnalisé du pédagogue par ceux qui l’ont côtoyé, pour la plupart comme professeur, sur une période allant des années 1940 jusqu’à ses dernières classes données à Toronto. Il ne s’agit pas d’une biographie mais plutôt d’un ensemble de réponses à des questions écrites posées par Robert Denham à d’anciens proches et étudiants de Northrop Frye. Les répondants appartiennent à plusieurs générations et leurs impressions sont, dans l’ensemble, éminemment élogieuses. Une bonne partie du livre contient la transcription intégrale (ou presque) des témoignages reçus par le professeur Denham à propos de Northrop Frye. Chaque réponse est précédée d’un court extrait du journal de Frye, dans lequel un passage obscur ou le surnom d’une personne est mentionné ; la lettre qui suit fournit des éclaircissements ou identifie certaines personnes nommées. Généreusement, certains répondants ont même accepté de partager de petits secrets ou des anecdotes inédites qui précisent ou prolongent certaines pages des journaux intimes de l’écrivain canadien, par exemple ce témoignage d’un universitaire retraité qui, à près d’un demi-siècle de distance, avoue être ce « Pitt », mentionné dans le journal de Northrop Frye datant de 1949 : « Yes, I have to admit that I am the person referred to in Frye’s diary for 20 January 1949 », écrit M. David Pitt dans une lettre personnelle et privée datée de 1994 adressée au professeur Denham (p. 47). Une autre ancienne étudiante confesse sans trop d’embarras qu’elle est la « barker girl » mentionnée dans le journal : Frye lui a répété neuf cours dans son bureau, dans ce qu’il a qualifié de « journée hystérique » lui ayant causé un mal de tête ! (p. 50). Comme on peut s’en douter, le style de Remembering Northrop Frye s’apparente à la correspondance croisée entre plusieurs collègues, et ressemble parfois à une série d’extraits de journaux intimes. Dans son Introduction, Robert Denham énumère même la destinée et le choix de carrière des anciens étudiants de Frye, qui sont devenus pour la plupart enseignants, ministres au gouvernement ou missionnaires (p. 9). La très grande majorité des répondants admettent une sorte de culte voué envers la personne de Frye, au fil des ans, durant tout leur parcours académique, selon un cheminement plusieurs fois raconté en des termes assez semblables, selon une subdivision en quatre étapes : en entrant au collège, ils croyaient encore en Dieu ; l’année suivante, ils ne croyaient plus en Dieu ; par la suite, ils croyaient uniquement en Northrop Frye, et enfin, ils croyaient que Northrop Frye était dieu ! Cette boutade inventée par certains étudiants illustre éloquemment le charisme que pouvait avoir cet enseignant au milieu du 20e siècle, à une époque et dans une atmosphère que l’on pourrait presque comparer à celle évoquée dans le film Le Cercle des poètes disparus (Dead Poets Society, de Peter Weir, 1989). Bien d’autres souvenirs, anecdotes et témoignages étoffent le livre Remembering Northrop Frye sur ses manières d’enseigner sans utiliser de notes et en faisant continuellement référence à une multitude d’ouvrages sacrés et littéraires, pour le plus grand plaisir de ses étudiants fascinés (pp. 6 et 128).

Northrop Frye vu par ses commentateurs

  • 3 Voir par exemple le Biographical Dictionary of Literary Influences : The Twentieth Century, de John (...)
  • 4 Pour une mise en contexte de ce débat sur le manque d’attachement de Frye envers la culture canadie (...)

4Ouvrage de consultation plus que de lecture continue, le Northrop Frye Handbook s’apparente à une sorte d’annuaire ou de répertoire (et se distingue d’un simple recueil de textes, contrairement à ce que laisserait peut-être entendre son titre de « Handbook »). C’est un livre de listes commentées en quatorze sections : chronologie détaillée, bibliographie annotée, répertoire d’articles, livres et thèses consacrés à Northrop Frye, thèses dirigées par Northrop Frye, poésies consacrées à Northrop Frye et présence de Northrop Frye dans différentes disciplines, allant de la philosophie au droit. Parmi les sections les plus originales, on retrouve la transcription des annotations faites par Northrop Frye dans certains des 2000 livres qu’il possédait, un peu à la manière de ce qui avait été fait ailleurs par une autre équipe pour Samuel Beckett, ou encore pour la gigantesque compilation d’archives faite par John Powell, qui répertoriait et synthétisait toutes les annotations faites par les grands écrivains du 20e siècle dans les livres qu’ils possédaient3. Dans cette pléthore de commentaires laudatifs qui constituent l’essentiel de ce Northrop Frye Handbook, quelques coups de griffe sont cités et reproduits, ne serait-ce que pour rééquilibrer ce portrait qui autrement aurait manqué de nuances ; le professeur Denham cite les remarques acerbes de Robin Mathews qui, dans différents textes, aurait réaffirmé son agacement face à la vénération, voire la divinisation de Northrop Frye dans une portion du monde académique canadien (p. 245). Les positions anti-nationalistes de Northrop Frye sont particulièrement soulignées, et cette attitude critique semblera peut-être difficile à comprendre pour beaucoup de non-Canadiens. Selon Robin Mathews, Northrop Frye était conscient de sa position et de son influence auprès de ses jeunes étudiants et il en aurait usé d’une manière égocentrique, sans toutefois en laisser l’impression : « (…) using a genuine critical genius in the service of his own self-aggrandizement (…) » (p. 245)4.

5Ouvrage généreusement annoté, le Northrop Frye Handbook fournit de très utiles commentaires à la multitude d’études et articles ici répertoriés, ce qui le distingue d’une simple liste bibliographique. Méticuleusement, Robert Denham résume et situe une infinité de textes critiques (laudatifs ou défavorables), ce qui évitera bien des pas aux chercheurs et thésards. Ce portrait d’ensemble établi par Robert Denham force l’admiration et peut prétendre à l’exhaustivité.

6Ce Northrop Frye Handbook sera instructif et stimulant pour les chercheurs en études canadiennes et en histoire littéraire car il montre éloquemment les possibilités intertextuelles et les prolongements offerts par l’œuvre éclectique d’un des rares penseurs canadiens à avoir été célébrés ; pour étoffer ce panthéon, on pourrait aussi penser à Harold Innis, Marshall McLuhan, George Grant, le Frère Marie-Victorin, Fernand Dumont, Guy Frégault, André Laurendeau, et quelques autres intellectuels canadiens au 20e siècle. Mais en filigrane, on voit implicitement chez Frye (et chez ses disciplines et certains continuateurs) une vision post-coloniale et transcontinentale du Canada dont les caractéristiques sautent aux yeux et qui dénotent (avec le recul) une vision marquée par trois traits principaux : d’abord, un lourd héritage britannique en tant que référence et modèle de société ; ensuite, une perméabilité de la culture et de l’identité canadienne qui peut désormais se confondre sans cesse et impunément avec la culture (de masse et savante) provenant des États-Unis ; et, enfin, une ignorance (ou une indifférence) absolue et symptomatique de la dimension francophone du Canada, dimension qui est totalement exempte de la plupart des travaux de Frye. C’est en partie pour ces raisons que l’univers de Northrop Frye, indéniablement diversifié, éclaté, fertile et vénéré, semblera toujours surestimé et assez peu représentatif de ce en quoi beaucoup de Canadiens se reconnaissent collectivement, et surtout au Québec. Le fait que les travaux de Frye soient davantage célébrés aux États-Unis plutôt qu’au Québec ne constitue qu’une autre preuve de cette déconnection flagrante d’un auteur érudit mais qui, comme bien d’autres penseurs de sa génération, n’a jamais été sensible à la culture de langue française dans son propre pays (si l’on excepte ses quelques allusions à des romans québécois comme Maria Chapdelaine). Naturellement, ces remarques ne diminuent en rien la qualité de l’analyse de Frye sur le monde anglo-saxon.

Conclusion

  • 5 Le lecteur pourra lire avec profit le recueil de Northrop Frye, The Educated Imagination and Other (...)
  • 6 Je remercie le Conseil des Arts du Canada (CAC) d’avoir rendu possible une partie de cette recherch (...)

7Il faut déjà être familier avec l’énorme production de Northrop Frye pour apprécier pleinement ces deux livres de Robert Denham, qui en dépit de leurs qualités, ne constituent pas des portes d’entrée idéales à l’œuvre de Frye ; les ouvrages sous sa propre signature constitueront la voie royale pour appréhender sa pensée plurielle et protéiforme5. Car avant de critiquer, il faut d’abord connaître et mettre en contexte6.

Haut de page

Notes

1 Cette note critique sera consacrée à ces deux livres parus aux États-Unis :
Robert D. Denham (dir.), Remembering Northrop Frye. Recollections by His Students and Others in the 1940s and 1950s, Jefferson, NC, and London : McFarland and Co., 2011, 229p.
+
Robert D. Denham, The Northrop Frye Handbook. A Biographical and Bibliographic Guide, Jefferson, NC, and London : McFarland and Co., 2012, 326p.

2 Northrop Frye, [sous la direction de] Robert D. Denham, The Diaries of Northrop Frye, 1942-1955, Toronto, University of Toronto Press, collection « Collected works of Northrop Frye », vol. 8, 2001.

3 Voir par exemple le Biographical Dictionary of Literary Influences : The Twentieth Century, de John Powell (dir.), Westport (CT), Greenwood Press, 2004.

4 Pour une mise en contexte de ce débat sur le manque d’attachement de Frye envers la culture canadienne ou son insensibilité envers l’identité canadienne, on trouvera ce texte vindicatif de Robin Mathews, paru en 2005, sur le site Internet vivelecanada.ca sous l’article « Canadian Culture And Its Colonial Leaders : Northrop Frye And Anti-Nationalism ». Posted on Wednesday, January 26 at 08 :00 by Robin Mathews.

http://www.vivelecanada.ca/article/123456935-canadian-culture-and-its-colonial-leaders-northrop-frye-and-antinationalism

5 Le lecteur pourra lire avec profit le recueil de Northrop Frye, The Educated Imagination and Other Writings on Critical Theory 1933-1963, Toronto, University of Toronto Press, « Collected Works of Northrop Frye », 2006.

6 Je remercie le Conseil des Arts du Canada (CAC) d’avoir rendu possible une partie de cette recherche depuis 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Comment Faut-il sauver Northrop Frye ? Hommages et critiques autour d’un penseur canadien », Amerika [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 22 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/amerika/9080 ; DOI : 10.4000/amerika.9080

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Otawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals