Navigation – Plan du site

Stéréotypes et solidification des imaginaires nationaux : regards croisés

Géraldine Galeote et Maitane Ostolaza

Texte intégral

1Loin d’être un sujet dépassé ou démodé, la question des stéréotypes émerge de nouveau, de forme dynamique, en tant qu’objet d’étude, dans les recherches en sciences humaines et sociales. Dans un contexte caractérisé par la popularité grandissante des discours essentialistes de tout type, la nécessité de mettre en œuvre des outils de déconstruction de ceux-ci devient plus urgente que jamais.

  • 1 Beller, Manfred et Leerssen Joep, Imagology. The cultural construction and literary representation (...)

2Parmi les perspectives les plus prometteuses dans l’analyse des stéréotypes en lien avec les identités nationales, l’on peut citer l’approche imagologique ou l’Imagologie, dans le domaine des études littéraires1. Il ne s’agit pas de l’unique voie d’analyse possible, tel que nous aurons l’occasion de le démontrer dans cette publication, nonobstant elle met en exergue les potentialités heuristiques d’une problématique - le rôle des stéréotypes relatifs à la nation ou ethnotypes dans la construction des identités nationales - qui n’a pas été suffisamment prise en compte par les spécialistes des processus identitaires. Quel rôle jouent les ethnotypes dans la construction de « l’autre », consubstantiel à la construction des imaginaires nationaux ? Comment peut-on analyser les jeux d’opposition entre le « nous » et « les autres » depuis la perspective des stéréotypes ? Dans quels contextes et dans quelles circonstances a-t-on recours aux stéréotypes qui sont en latence en chacun de nous ? Quel est le poids des stéréotypes dans la construction et la transmission des mémoires collectives associées aux communautés nationales ? Il s’agit là de quelques-unes des questions qui n’ont toujours pas trouvé de réponse et que nous analysons dans le présent travail.

3Lorsque l’on évoque les processus identitaires, il ne s’agit pas seulement de les réduire aux seules « nations classiques », c’est-à-dire aux différents cadres étatiques. Ce terme doit également inclure les autres types d’identités, qu’elles s’articulent autour de la sphère régionale et locale ou de celle de collectifs divers : les intellectuels, les femmes, les groupes politiques, les groupes sociaux, etc. Il convient d’ailleurs de souligner que les stéréotypes en lien avec les caractères « nationaux » fonctionnent toujours articulés avec d’autres variables (genre, religion, classe, âge).

4Outre le rôle clé qu’ils sont amenés à jouer dans la construction de « l’autre », en tant que complément nécessaire du « nous » fondant les identités nationales, les stéréotypes sont aussi au cœur de la construction de « l’auto-image » qui sert de support à toute identité collective, qu’elle soit nationale ou d’une autre nature. La relation entre stéréotypes et identités nationales emprunte, de ce fait, des chemins multidirectionnels : du groupe vers l’extérieur ou du groupe vers d’autres groupes mais aussi du groupe vers l’intérieur par un processus d’intériorisation d’un collectif donné d’images ou de visions qui ont été élaborées par d’autres. Cette dernière hypothèse correspondrait à la plupart des identités nationales infra-étatiques ou postcoloniales, qui finissent par intérioriser les stéréotypes construits par les idéologies hégémoniques.

  • 2 Barthes, Roland, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975, p. 63.
  • 3 Galeote, Géraldine (coord.), Les stéréotypes dans la construction des identités nationales depuis u (...)

5Roland Barthes écrit, dans son ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes : « La vérité est dans la consistance, dit Poe (Eurêka). Donc, celui qui ne supporte pas la consistance se ferme à une éthique de la vérité ; il lâche le mot, la proposition, l’idée, dès qu’ils prennent et passent à l’état de solide, de stéréotype (stéréos veut dire solide) »2. Le stéréotype est-il alors une solidification de la pensée, dans le sens d’immobilisation, tel que l’affirme Roland Barthes ? N’est-il finalement qu’un élément de confort identitaire pour les membres du groupe ou de la communauté qui l’utilisent ? Peut-il devenir un symbole identitaire et/ou participer à la construction d’une « communauté imaginée », pour reprendre la formule de Benedict Anderson ? Quelle est l’articulation entre stéréotypes et identité nationale ? il s’agit d’un questionnement initié lors d’une journée d’études organisée à l’Université Paris-Sorbonne, en 2015, qui s’est prolongé, en premier lieu, par une publication monographique, en 2016 dans la revue Iberic@l3consacrée à la problématique des stéréotypes dans la construction des identités nationales depuis une perspective transnationale et, en second lieu, par un colloque international les 16 et 17 mars 2017 à l’Université Paris-Sorbonne, intitulé « Stéréotypes et processus de stéréotypisation dans la formation et la consolidation des identités nationales aux XIXe-XXIe siècles ». Ce numéro de la revue Amnis propose donc de poursuivre cette réflexion autour de trois axes : la construction et la circulation des discours, les canaux d’expression et de communication et, enfin, les espaces et pratiques.

Construction et circulation des discours

6Ce volume présente, en premier lieu, depuis la perspective du discours, un ensemble de travaux qui rend compte des modes de configuration et de consolidation des stéréotypes en lien avec les processus de construction des identités nationales. A partir de l’analyse de sources diverses (législation, manifestes politiques, guides de voyage, littérature sociologique, moyens de communication de masses, etc.) les auteurs couvrent toute la période contemporaine, depuis le premier tiers du XIXe siècle (Xavier Andreu) jusqu’à la période actuelle (Javier de Lucas, Benjamín Tejerina et Joseba García Martín).

7Ainsi, Javier de Lucas offre une analyse extrêmement intéressante et novatrice sur la contribution de la science juridique au processus d’élaboration et de consolidation des stéréotypes nationaux (ou ethnotypes). Il montre comment la force du droit, basée essentiellement sur son pouvoir de contrainte, permet d’imposer des visions de « l’autre » (phototypes), tout en soulignant l’importance de ces catégories dans la construction des identités nationales. Depuis une perspective transnationale, il analyse ainsi les phobotypes qui émergent des lois en lien avec la citoyenneté et la « naturalisation », en vigueur dans les pays de l’Union européenne, en tant que dialectique asymétrique qui sert de justification au traitement discriminatoire des personnes immigrées et des réfugiés. Mais les stéréotypes peuvent aussi trouver leur source dans des périodes lointaines. C’est ce que tend à démontrer Xavier Andreu-Miralles, qui revisite le mythe de l’Espagne romantique à la lumière des apports théoriques de la philosophie du langage de Bakhtin et des contributions récentes de l’Imagologie. Il insiste sur la nécessité d’analyser la relation stéréotype-identité nationale dans toute sa complexité, en prenant en compte quelques facteurs jusque-là délaissés, telles que les relations de pouvoir qui conditionnent l’élaboration et la circulation des stéréotypes dans les différents contextes historiques, la capacité d’évolution du stéréotype, la dimension dialogique et relationnelle entre l’auto-image et l’hétéro-image ou l’insertion de ces processus dans des dichotomies plus larges, comme celle de l’Occident-Orient ou du Nord-Sud. Le travail présenté par Ferran Archilés Cardona vient compléter celui de Xavier Andreu-Miralles dans la mesure où il analyse les facteurs politiques et culturels qui expliquent la persistance du mythe romantique de l’Espagne, élaboré lors du premier tiers du XIXe siècle. Ainsi, par exemple, il met en exergue la fonctionnalité de ce mythe-stéréotype romantique qui va servir de contrepoint nécessaire au renforcement de l’identité nationale française des premières décennies du XXe siècle. L’auteur démontre aussi la capacité de persistance du mythe, tel que cela ressort des discours élaborés autour du Dying nation, lors de la période de 1898, ou du Spain is different du régime franquiste, même si les significations originelles ont été enrichies par d’autres nouvelles, telle que la variété régionale espagnole. Les processus de stéréotypisation sont également à l’œuvre dans les guides touristique, comme le montre Coro Rubio Pobes, dans son travail sur la présence du stéréotype basque dans les guides touristiques français et espagnols édités au XIXe siècle. En exploitant une source peu utilisée jusqu’à présent par les historiens, elle analyse le rôle que joue cette catégorie de littérature dans la fixation d’une vision idéalisée et stéréotypée du peuple basque. Depuis la perspective sociologique, Benjamín Tejerina et Joseba García Martín, se sont également intéressés au cas basque comme étude de cas afin de mener à bien une réflexion sur la capacité des stéréotypes à fixer les identités collectives. A travers une analyse des discours sociaux, véhiculés fondamentalement par les moyens de communication de masses (cinéma, séries de télévision), ils démontrent que les stéréotypes, qui offrent une image univoque et invariable que les discours identitaires tendent à essentialiser, varient malgré tout avec le temps et revêtent des significations nouvelles en fonction des différents contextes historiques. Ainsi, par exemple, le stéréotype basque fondé sur le mythe de la singularité accentue le caractère romantique et ruralisant de la société basque en coïncidant avec le processus d’industrialisation ou avec l’image de peuple résistant dans les années de la dictature franquiste, pour acquérir un caractère davantage pluriel et polymorphe lors de ces dernières années. En définitive, ces travaux mettent en évidence l’importance de la convergence des discours dans le processus d’élaboration et de solidification des stéréotypes, permettant ainsi leur ancrage dans les imaginaires nationaux.

Canaux d’expression et de communication

8Les potentialités du stéréotype pour configurer des collectifs identitaires dépendent en grande partie de sa diffusion à travers des canaux d’expression et des moyens de communication destinés au grand public. Les travaux que nous avons regroupés dans cette deuxième partie proposent une analyse de ceux-ci.

9Ainsi, Diego Farnié aborde la question du flamenco comme expression artistique en lien avec la culture populaire andalouse, et en particulier, avec la culture gitane. Tel que le souligne l’auteur, depuis son apparition au XIXe siècle, le flamenco est devenu une formidable machine de production et de persistance des stéréotypes. C’est précisément cela qui explique son succès dans la mesure où le public l’identifie avec « l’authentique » andalou mais aussi espagnol. Ce n’est qu’à partir des années 1970 que le flamenco a pu se débarrasser d’une partie de ces stéréotypes en devenant une expression de moins en moins identitaire et plus strictement artistique. Juan Arturo Rubio Arostegui et Patricia Bonnin-Arias proposent eux aussi une analyse dans le domaine artistique en étudiant la force du stéréotype national dans un domaine supposément universel, celui du ballet académique. Les compagnies de ballet, institutionnalisées dans le cadre des Etats-nations, ont fini par incorporer et reproduire des traits ethnotypés associés aux identités nationales correspondantes (tant d’un point de vue chorégraphique que des expressions corporelles ou des images du danseur-type cultivées). Les auteurs se sont centrés sur le cas espagnol, en se situant dans la longue durée (du XVIIIème siècle jusqu’à l’heure actuelle), et analysent les facteurs ayant conduit à l’inexistence d’une véritable école nationale de ballet dans ce pays. Un échec - soulignent-ils - qui n’est pas incompatible avec la présence de traits stéréotypés qui octroient une identité spécifique au danseur espagnol. Tout comme dans la musique et la danse, le stéréotype s’invite dans la création cinématographique, tel que l’analyse Santiago de Pablo. Abordant la question de la persistance du stéréotype traditionnel basque, également traité dans le présent volume monographique depuis d’autres perspectives, l’auteur réalise une relecture des principales productions filmiques, depuis les années 1920, ayant trait au Pays basque (qu’il s’agisse de documentaires ou d’œuvres de fiction, réalisés par des auteurs basques, nationaux ou étrangers). L’image stéréotypée de ce qui est basque apparaît toujours sous les mêmes traits : des collines vertes, une mer déchainée, des caseríos, des bœufs, des paysans avec la txapela (béret), l’arbre de Gernika, les danses traditionnelles ou le jeu de la pelote basque, tout ceci complété dans le cinéma sonore par des sons de irrintzis, l’euskera ou la musique traditionnelle basque. Ces symboles types et paysages se répètent dans pratiquement tous les films ayant trait au Pays basque, avec à peine quelques variations et indépendamment de l’origine du film ou de l’orientation politique ou idéologique de leurs auteurs. La seule variation du stéréotype se produit dans le cinéma proche du nationalisme basque, avec une politisation marquée de la « différence », et dans le cinéma postérieur des années 1960 dans lesquels vient s’ajouter aux symboles traditionnels l’image du peuple basque en tant que peuple « résistant » face à la dictature, avec une présence croissante de la question de la violence de l’ETA. En définitive, l’auteur montre la grande capacité du cinéma à modeler et à diffuser des stéréotypes (dans ce cas en lien avec l’ethnotype basque), du fait de « la grande force des images en mouvement » mais aussi de la faculté « d’atteindre plus facilement l’acceptation du public » grâce au stéréotype. Toujours dans le langage audiovisuel, Enrique Santos Unamuno propose une analyse pointue de la présence des stéréotypes dans les séries télévisées, et plus concrètement dans la série El Ministerio del tiempo (MdT), diffusée par la Radio Télévision Espagnole pendant les années 2015-2016. Sur la base théorique et conceptuelle de l’Imagologie et en prenant en compte les travaux réalisés par Michael Billig sur le « nationalisme banal », Enrique Santos Unamuno étudie les stéréotypes présents dans cette série relativement aux personnages étrangers. L’auteur nous rappelle que les genres fictionnels représentent un canal privilégié pour véhiculer « des mécanismes cognitifs et sociaux basés sur la stéréotypie et destinés à donner forme à une identité nationale ». Un processus qui ne se développe pas vraiment depuis l’identité vers l’image (le stéréotype) mais plutôt en sens contraire, de l’image ou stéréotype vers l’identité, comprise comme l’identification avec ces images ou stéréotypes. En d’autres termes, « les images ne représentent pas les identités mais elles représentent la base de possibles identifications ». En ce sens, les stéréotypes, du fait de leur « banalité » et de leur capacité à entrer en connexion avec le grand public, semblent jouer un rôle clé dans la consolidation des identités nationales. Et cela à double titre, de la construction d’hétéro-images mais aussi d’auto-images, toutes deux parfaitement imbriquées dans cette série, avec pour objectif ultime de démontrer la pérennité et l’immuabilité de la Nation espagnole.

Contextes, espaces, pratiques

10Les travaux présents dans la troisième et dernière partie de ce volume visent à répondre aux questions suivantes : dans quels contextes les stéréotypes émergent-ils avec le plus de facilité et quels sont ceux qui sont finalement les plus effectifs ? A quelles catégories de pratiques individuelles ou collectives peuvent-ils donner lieu ?

11Severiano Rojo Hernández analyse avec finesse le monde complexe qui se cache derrière la pratique sociale de la délation, en la situant dans le contexte de la Guerre civile espagnole et de la première période franquiste. Ce phénomène, abordé sous le prisme de la « banalité du mal », notion conceptualisée par Hannah Arendt, permet une incursion dans la réalité de la société franquiste. Une réalité que l’on peut difficilement appréhender dans toute sa complexité lorsque l’on adopte des visions binaires et stéréotypées, tel que cela est souvent le cas. En réduisant l’échelle de l’analyse, l’auteur étudie les effets de la violence de la guerre et de la répression franquiste dans la province de Salamanque. Ainsi, il montre la centralité des pratiques de délation dans les dispositifs de répression et de contrôle social, développées par les rebelles. Il apparaît clairement que le stéréotype joue un rôle clé dans les processus de stigmatisation et de dénigrement de l’ennemi en facilitant la « banalisation » de la violence qui, sous des formes et des expressions différentes, sont dirigés contre lui. Le stéréotype joue également un rôle dialectique dans le renforcement des groupes humains et l’ostracisation de l’étranger, tel que l’analyse Joël Brémond. Après des réflexions sur le concept de stéréotype, l’auteur aborde, en particulier, les stéréotypes réciproques entre Français et Espagnols. Il démontre que les visions stéréotypées de « l’autre », qui demeurent latentes dans les imaginaires nationaux respectifs, sont réactivées dans certaines circonstances, comme en périodes de guerre ou de conflits diplomatiques. Ainsi, par exemple, les stéréotypes qui existaient en Espagne sur les Français sont réapparus dans les années 1980, du fait des obstacles élaborés par la France pour l’adhésion de l’Espagne à la Communauté européenne. Concernant les stéréotypes français sur les Espagnols, l’auteur met en exergue le rôle du tourisme, et plus spécifiquement du tourisme de masses, qui s’est développé à partir des années 1960, comme catalyseur et reproducteur de visions stéréotypées de « ce qui est espagnol ». D’autre part, l’industrie touristique réussit à transformer les produits stéréotypés en produits économiques et commerciaux, très souvent rentables et capables de participer dans des économies d’échelle. Toutefois, tel que le démontre Jordi Roca, les stéréotypes ne s’appliquent pas seulement pour caractériser des collectifs sociaux ou des communautés nationales puisqu’ils peuvent également s’appliquer à certains espaces (quartiers, villes, régions, etc.). Dans son travail il étudie le processus historique qui mène à la stéréotypisation de Barcelone, par un croisement dialectique permanent entre auto-images, élaborées depuis la Catalogne, et hétéro-images, provenant des centres de pouvoir espagnols mais aussi des observateurs étrangers (voyageurs, écrivains, etc.). Le stéréotype résulte finalement d’une superposition d’images et de significations qui vont se former lors des différentes étapes historiques, en prenant pour cadre de référence le processus de construction de l’Etat-nation et le degré d’implication de la Catalogne dans ce processus. Ainsi, au cours de la Révolution libérale a persisté une image de Barcelone, et de la Catalogne en général, basée sur sa rébellion, méfiance à l’égard de la monarchie et son esprit commercial. Plus on avance dans le XIXe siècle plus l’image de la ville révolutionnaire, industrialisée et non solidaire, est ancrée dans le stéréotype de la ville moderne et pacifique voulant s’ériger en représentation de la Catalogne compatible avec la monarchie d’Isabelle II d’Espagne. Finalement, la Renaixença allait permettre l’amalgame de l’image de la ville moderne, commerciale et industrialisée avec la ville catholique, pacifique et moteur du régionalisme nationalisateur. La diffusion d’une image rattachée à des stéréotypes est également abordée dans ce volume par Jorge Villaverde, qui étudie l’archéologie du national branding, en analysant les tentatives de divers pays émergents visant à créer et à diffuser leur « marque-pays » à travers des expositions binationales, qui eurent lieu à Londres, lors de la première décennie du XXe siècle. Dans un contexte marqué par le développement des expositions, de la pratique populaire des loisirs et de la consommation ainsi que des moyens de communication de masses, lesdits pays eurent recours aux expositions binationales pour « vendre du pays » dans la capitale de la première puissance mondiale. Les gouvernements renégocièrent leur image en montrant simultanément leur idiosyncrasie culturelle et leur développement économique, leur richesse combinant la tradition et la modernité, dans le but de capter des investissements étrangers, créer des alliances politiques et améliorer leur image internationale. Tel fut le cas de l’exposition anglo-espagnole, qui eut lieu à Londres lors de l’été 1914, avec le slogan Sunny Spain. Celle-ci devait permettre de lutter contre la légende noire et l’image amplement diffusée de l’Espagne comme dying nation. Depuis une perspective également historique, Toni Morant Ariño propose une analyse d’une pratique habituelle dans l’Europe de l’entre-guerre, le tourisme politique, qui avait pour destination principale les épicentres des régimes fascistes européens (Rome et Berlin), d’un côté, et la capitale du communisme (URSS), de l’autre. Dans ce contexte, il analyse les visites croisées que firent les cadres féminins du fascisme espagnol et du nazisme allemand entre 1936 et 1945, dans le but de se connaître mutuellement et de créer des liens entre les deux organisations, mais surtout de collaborer à la construction d’un Nouvel Ordre européen qui devait émerger après la victoire de l’Axe, durant la Seconde Guerre mondiale. L’auteur porte une attention particulière aux regards réciproques de ces femmes. Des regards basés, dans une grande mesure, sur les stéréotypes traditionnels relatifs aux deux pays, bien que passés au filtre de l’idéologie du fascisme. Enfin, ce volume comprend aussi une analyse des stéréotypes depuis la perspective de la sociolinguistique. Mercè Pujol Berché et Noemí Rámila Díaz analysent la présence des stéréotypes nationaux associés à l’Espagne dans le paysage linguistique de Paris (utilisation de la langue espagnole dans des cafés, des restaurants et des magasins « espagnols »). En prenant en compte la triple dimension sur laquelle s’appuient les sociologues pour analyser les stéréotypes (composante cognitive, émotionnelle et comportementale) les auteures rappellent que les potentialités du stéréotype pour caractériser les identités collectives sont plus importantes lorsque l’on unit le texte et l’image. Ainsi, elles soulignent que la relation entre stéréotype et paysage linguistique dépend de la hiérarchie et de la relation de pouvoir entre les différentes langues présentes dans l’espace public. L’on peut également remarquer la force du stéréotype traditionnel associé à l’Espagne dans le paysage linguistique. Ainsi, l’utilisation de certaines couleurs ou images mais aussi de certains symboles, etc., met en évidence la persistance du mythe romantique de l’Espagne et sa viabilité à des fins publicitaires et commerciales.

12Les articles du présent volume monographique font clairement apparaître la pertinence de poursuivre les travaux de recherche sur les stéréotypes en les mettant en perspective avec les processus de construction identitaire. Dans cette publication, nous avons choisi de nous centrer plus spécifiquement sur les identités nationales. Toutefois, les virtualités du stéréotype, en tant que mécanisme producteur d’auto-images et d’hétéro-images peuvent également être appliquées à d’autres types d’identités collectives, qu’elles soient de genre, religieuses, de classe, etc. De fait, il semble que la stéréotypisation parcourt diverses facettes identitaires de l’individu et doit être abordée comme une question transversale. Les stéréotypes ont des incidences sur la construction des identités nationales par des processus à double sens : de l’extérieur vers l’intérieur et de l’intérieur vers l’extérieur. Les collectifs identitaires renforcent souvent leurs liens de solidarité en se distinguant de celui qui n’appartient pas au groupe. Dans cette caractérisation de « l’autre », tel que nous l’avons vu, les visions stéréotypées jouent un rôle clé. Nonobstant, les stéréotypes élaborés depuis l’extérieur finissent, dans un grand nombre de cas, par être intégrés par le collectif identitaire de référence en prenant la forme, dans une plus ou moins grande mesure, de traits particularisants.

13Les questions en lien avec les relations de pouvoir sont consubstantielles de l’étude des stéréotypes. L’association de stéréotypes avec certains collectifs est généralement exempte de neutralité d’un point de vue moral. Elle contient souvent des schémas de valeurs qui se reflètent dans les relations sociales mais aussi dans l’ordonnancement juridique. Déconstruire ces associations est sans nul doute l’un des objectifs essentiel à atteindre par l’étude des stéréotypes, dans la ligne interprétative initiée par des perspectives analytiques comme l’Imagologie.

14Les recherches sur les stéréotypes doivent être menées dans un cadre transnational parce que les visions stéréotypées se sont construites et ont circulé par-delà les frontières politiques nationales. Toutefois, les mécanismes de stéréotypisation, ses expressions et les pratiques individuelles et collectives se perçoivent mieux depuis l’échelle micro, dans des contextes locaux précis.

15La problématique des stéréotypes peut et doit être abordée depuis des perspectives disciplinaires croisées, par le recours à des sources de diverses natures, tel que cela apparaît dans le présent volume monographique. Les langages plus « informels », que ne prennent pas toujours en compte les historiens, les juristes, les sociologues ou les politologues, peuvent aussi offrir des analyses extrêmement pertinentes des visions stéréotypées - la danse ou les arts figuratifs, par exemple – et fournir des données extrêmement intéressantes.

16Il existe de multiples voies pour poursuivre l’exploration de la question des stéréotypes : celle empruntée par l’histoire des émotions, le lien entre stéréotypes et symboles nationaux ou encore les dimensions spatiales et mémorielles du stéréotype. L’idée directrice de ce volume est que le stéréotype est au cœur des identités nationales et en tant que tel il offre de nombreuses pistes pour enrichir le travail de recherche sur les processus identitaires.

Haut de page

Notes

1 Beller, Manfred et Leerssen Joep, Imagology. The cultural construction and literary representation of national characters, Amsterdam, Editions Rodopi, 2007.

2 Barthes, Roland, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975, p. 63.

3 Galeote, Géraldine (coord.), Les stéréotypes dans la construction des identités nationales depuis une perspective transnationale, Paris, Iberic@l, n°10, Automne 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Galeote et Maitane Ostolaza, « Stéréotypes et solidification des imaginaires nationaux : regards croisés », Amnis [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 10 mars 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amnis/3242

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals