Navigation – Plan du site
Contextes, espaces, pratiques

Regards croisés France-Espagne : réflexions sur les stéréotypes réciproques

Joël Brémond

Résumés

Cet article tente d’abord de préciser quelques caractéristiques génériques du stéréotype. S’agit-il d’une fossilisation de la pensée, d’un prêt-à-penser favorisant un confort mental individuel et collectif ? Joue-t-il un rôle dialectique entre renforcement des groupes humains et ostracisation de l’étranger ? A-t-il un caractère universel ? Au moyen d’une étude qualitative, on aborde ensuite les stéréotypes réciproques entre Français et Espagnols. Les Français sont souvent perçus par les Espagnols comme des ennemis héréditaires, dont on stigmatise volontiers le maniérisme, la malhonnêteté, l’arrogance et même parfois les tendances sexuelles. En sens inverse, les stéréotypes développés par les Français sur l’Espagne et les Espagnols dénotent avant tout, à propos du pays voisin, une profonde ignorance, facilement assortie d’un regard condescendant.

Haut de page

Texte intégral

1. Quelques pistes à propos du concept de stéréotype

1Les coordinatrices de cette publication évoquent une possible « solidification de la pensée, dans le sens d’immobilisation », en se référant à Roland Barthes. Je propose d’y adjoindre les notions de « rigidification » ou de « fossilisation », termes assez proches mais plus péjoratifs, et qui correspondent sans doute davantage à la vision négative généralement attachée au stéréotype, en ayant également à l’esprit l’expression populaire « idée toute faite », assez proche du poncif ou du stéréotype.

2Le stéréotype pourrait ainsi être défini comme un « prêt-à-penser », comme il existe, dans le domaine de l’habillement, un « prêt-à-porter », par opposition à la « couture », ou a fortiori à la « haute couture ». Ces derniers secteurs sont censés créer, produire de la nouveauté, avec parfois une dimension artistique, alors que le prêt-à-porter relève de la logique industrielle et que son rôle consiste à produire en quantité, et par conséquent à re-produire, à l’identique et en respectant un modèle préétabli. Le prêt-à-penser se transforme aisément, ou s’accompagne aisément de prêt-à-haïr, ou de prêt-à-mépriser, ou bien, à l’inverse, de prêt-à-admirer, à valoriser sans réserve, et souvent sans distance ni mesure.

3Le stéréotype est également un élément de confort pour l’intellect, une sorte de béquille de la pensée, qui aide à émettre quelque chose que l’on perçoit et que l’on présente comme des idées ou comme des opinions. On marche mal avec des béquilles, mais on marche. De même, on pense mal, ou de façon assez frustre et rudimentaire, avec des stéréotypes, mais on pense, ou l’on croit penser : on peut prétendre émettre des opinions sur des sujets divers, même complexes.

4Si l’on examine le stéréotype comme élément de confort intellectuel dans sa dimension collective, qu’elle soit sociale ou politique, on peut considérer le stéréotype comme un élément de confort identitaire, et/ou communautaire, la communauté pouvant là être considérée au niveau politique (national/régional, gauche/droite…) social (dominant/dominé ; riche/pauvre ; patron/prolétaire) ou encore racial, au sens où l’entend l’homme de la rue (Européen/ non Européen, par exemple).

5Au risque d’énoncer des truismes, on pourrait aussi dire que la pensée stéréotypée va de soi. En effet, pour qui la pratique, le bon sens populaire (mais aussi bourgeois…) est censé résoudre en quelques mots, en quelques instants, tout problème, même celui qui semblera le plus ardu à des spécialistes. Dans une pensée populiste, qui se fonde en grande partie sur ces fonctionnements simplistes, cette pensée stéréotypée s’oppose à tout raisonnement élaboré, complexe et nuancé, présenté comme des ratiocinations, des élucubrations incongrues. Celles-ci seraient le fait d’intellectuels décadents, accusés au mieux de vivre sans prise directe avec la vie réelle, et au pire de tromper sciemment le bon peuple, à force de rendre volontairement embrouillé ce qui, en réalité, ne serait pas si compliqué et pourrait aisément être ramené à quelques idées simples.

6Comme le remarque Christophe Campos, ces fonctionnements sont encore renforcés par le fait que le stéréotype persiste malgré les faits. Il cite l’exemple du smog, le légendaire brouillard londonien, que Goscinny et Uderzo introduisent évidemment dans leur album Astérix chez les Bretons, paru en 1963.

  • 1 Campos, Christophe, « Ils sont fous ces étrangers ! Astérix, Obélix, et quelques voisins en Europe  (...)

7Ce stéréotype, qui existe toujours, était déjà, en 1963, en retard d’une guerre, puisque les brouillards denses (surtout londoniens) étaient dus à la pollution par le charbon domestique et industriel, contrôlée par des textes depuis 1956, date du dernier épisode de ce type. Mais les stéréotypes, une fois établis, ne sont pas infirmés par la réalité : l’étranger se félicitera simplement de ce qu’il n’y ait pas eu de brouillard le jour de sa visite.1

8Les adeptes de ce que je nommerai la « pensée simple » pratiquent, sans le nommer (évidemment, ce serait se trahir…), une sorte d’essentialisme. Pour eux, les choses sont ce qu’elles sont et, par conséquent, la façon de les faire, de les voir, de les dire, est universelle, ou devrait l’être, en niant les variations diatopiques, diachroniques ou diastratiques. En bonne logique, ce qui se révèle non conforme à ce modèle simpliste, ou simplement différent, est supposé anormal, déviant et potentiellement fautif.

9Ce qui vaut pour des éléments matériels ou factuels vaut également pour les hommes. L’autre, celui qui est différent, ou celui qui ne partage pas les idées ou points de vue posés comme évidents et non discutables, qu’il s’agisse d’un étranger (au groupe, à la nation, à la race dominante locale) ou d’un opposant, est considéré au moins comme suspect, et rapidement comme fautif, en tout cas comme anormal et souvent inférieur. Il est donc voué au rejet, et fait l’objet de jugements caricaturaux, de stéréotypes négatifs. Les plaisanteries, souvent méprisantes, qui en résultent servent à la fois à stigmatiser cet étranger (de l’extérieur ou de l’intérieur) et à souder, à unifier, à sédimenter la communauté, le groupe où ont cours ces plaisanteries ciblées.

  • 2 Brémond, Joël, Le sentiment anti-français dans l’Espagne post-franquiste, Villeneuve d’Ascq, Editio (...)

10Autre remarque : le stéréotype n’est pas universel, en ce sens qu’il n’est pas consensuel dans une communauté donnée. Par exemple, nous avons eu l’occasion de relever, dans notre thèse2 sur le sentiment anti-français en Espagne, que la gallophobie espagnole dans les années 1980 était assortie d’une francophilie non négligeable dans certaines catégories de la population espagnole, et ce depuis de nombreuses décennies. Le stéréotype a même comme corollaire des clivages, des oppositions, des conflits. On constate qu’il est interactif ; un stéréotype peut induire un stéréotype inverse chez les tenants d’opinions opposées : c’est le cas pour l’exemple que nous venons de citer, mais on pourrait également parler du rapport à la police, ou aux immigrés, en France ou dans divers pays d’Europe actuellement.

11Le stéréotype n’est donc pas universel, mais l’existence de stéréotypes sur les voisins semble bien être universelle, qu’il s’agisse des pays voisins et de leurs citoyens, ou de la région voisine et de ses habitants, généralement réduits, au moins dans les histoires drôles, au rôle de crétins ou de délinquants. Dans ce registre, tout Français connait au moins une histoire belge ; tout Anglais peut citer une histoire irlandaise ; tout Espagnol connait « un chiste de Lepe », et nous avons appris récemment que les « têtes de Turcs » des Costariciens sont… les Nicaraguayens.

12Après ce catalogue, évidemment non exhaustif et largement intuitif, et dans la logique de cette rencontre entre spécialistes du monde hispanique, venons-en maintenant aux regards réciproques entre Français et Espagnols. Les données concernant les regards espagnols sur la France et les Français remontent à quelques décennies, mais elles restent valides, seule l’intensité des ressentis et des énoncés a évolué, à la baisse en l’occurrence. La présentation des stéréotypes développés par les Français sur l’Espagne repose sur des observations plus récentes, mais nous sommes persuadé qu’elles auraient pu être formulées d’une façon très comparable à la fin du siècle dernier : on l’a vu, une des caractéristiques de ces idées reçues est de se maintenir dans la durée.

2. Stéréotypes espagnols sur la France et les Français.

13Les années 1980 ont vu fleurir des manifestations d’hostilité et même souvent de haine anti-française qui ont pu surprendre (en particulier les Français qui en étaient l’objet) par leur existence même, mais également par leur virulence. Nous avons rapidement pu vérifier, lors de nos travaux de thèse, qu’il ne s’agissait pas là d’un phénomène spontané ou fortuit, mais bien du produit d’une longue accumulation de conflits et de rancœurs au cours des siècles passés. Les contentieux en cours dans les années 1980 provoquaient en effet chez de nombreux Espagnols une animosité d’autant plus vive que l’ensemble de la population locale avait appris à l’école que les ennemis historiques de leur pays étaient, certes, les Maures, mais aussi, et beaucoup plus récemment, les Français, unanimement affublés dans la langue populaire du sobriquet de « gabachos ».

14Quelques dessins humoristiques parus dans la presse de l’époque viendront illustrer, parfois de façon quelque peu brutale, les différentes caractéristiques spécifiques supposées des Français aux yeux des Espagnols. Nous verrons que certains stéréotypes de ces années 1980 (et souvent encore actifs aujourd’hui) avaient des bases anciennes, fondées sur l’Histoire telle qu’elle était enseignée au niveau le plus élémentaire. Il s’agissait, le plus souvent, de la réactivation de stéréotypes négatifs anciens, ancrés dans une relation bilatérale perçue de façon dominante en Espagne comme presque systématiquement conflictuelle et humiliante.

15Spontanément, de nombreux Français mettent en doute la réalité même de cette gallophobie espagnole. Si le lecteur du présent article partage ce scepticisme, les deux images suivantes aideront peut-être à le convaincre.

16La première a été publiée par El Alcázar, le 11 mars 1984. Les auteurs de ce calicot, accroché à un pont surplombant la voie rapide menant de l’aéroport de Barajas à Madrid, souhaitaient accueillir à leur manière Pierre Mauroy, alors Premier Ministre de la France, et à qui l’on reprochait une politique jugée très antiespagnole :

El Alcázar, 11 mars 1984.

17La seconde (Diario 16, 10/03/1984) montre l’ampleur des dégâts et la profondeur du ressentiment. Visiblement, pour Forges, son auteur, être français est déjà une posture condamnable, mais le faire de façon quotidienne et par conséquent répétitive marque bien une obstination inexcusable.

  • 3 « - Mon père, je m’accuse d’être français

Diario 16, 10 mars 1984, p. 2.3

  • 4 Curieusement, à l’évocation de la bataille de Marignan, tout Français saura répondre : « 1515 ». Ma (...)
  • 5 Brémond, Joël, Le sentiment anti-français dans l’Espagne post-franquiste, op.cit. p. 142.

18Le premier stéréotype relevé concernant la France la montre comme l’ennemie héréditaire par excellence. Les conflits armés ont été nombreux depuis les batailles de Marignan et de Pavie4 entre Charles Quint et François 1er, mais c’est clairement l’époque napoléonienne qui est prise comme référence dominante, comme le montre, à titre d’exemple, ce détournement du Tres de mayo, tableau de Goya universellement connu. Un bateau de pêche basque espagnol, le Valle de Atxondo (en infraction dans les eaux européennes et multirécidiviste) a subi un tir d’obus de la part de la Marine de Guerre française5. Sur le tableau, l’homme qui va être fusillé est un pêcheur (basque) espagnol, et l’officier ordonnant le tir est François Mitterrand, coiffé du chapeau napoléonien, et perché sur un escabeau portant l’emblème du Parti Socialiste.

El Alcázar, 13/03/1984, p. 9.

19Les Français sont également perçus comme maniérés, à l’image de Valéry Giscard d’Estaing, qui vient alors de décréter « la pause » dans le processus d’adhésion de l’Espagne (05/06/1980), ce qui déclenche une vague d’indignation dans une Espagne très impatiente.

20On notera que la caricature de Giscard présente là (Cambio 16, 22/06/1980) divers attributs permettant de l’identifier immédiatement : le visage et la stature svelte sont bien conformes au modèle, mais, pour bien marquer son appartenance à la France, il est affublé du képi du général de Gaule et d’une tenue grand siècle (y compris les souliers…) rappelant Louis XIV. Le titre, relevant d’un pittoresque sabir franco-espagnol, ajoute à la dérision, et accessoirement montre que l’essentiel du lectorat espagnol de l’époque avait un vernis français, lui rendant accessible ce trait d’humeur.

Cambio 16, 22 juin 1980, Page de couverture.

21Un autre stéréotype sur les Français concerne leur malhonnêteté, présentée comme récurrente et quasi consubstantielle, ce qui, pour certains commentateurs de l’époque, explique d’ailleurs leur aptitude à réussir dans le monde du commerce, alors que les Espagnols, réputés trop honnêtes et trop purs, du moins à leurs propres yeux, auraient été condamnés à vivre dans un pays moins dynamique et donc plus pauvre…

  • 6 La guerra del pepino.

22Le dessin ci-dessous, publié par Diario 16, le 28 juin 1984, à la fin d’une période très tendue entre les deux pays, marque peut-être le paroxysme de l’indignation espagnole. En effet, la France a alors exaspéré l’Espagne sur de multiples dossiers : adhésion constamment retardée à l’Europe, non extradition des membres de l’ETA, « Guerre du concombre6 », tir d’obus sur un bateau de pêche espagnol. Mais l’Espagne est alors au moins dominante dans la sphère du football, alors que la France y obtient de médiocres résultats. Or, le 27 juin 1984, la France bat l’Espagne en finale du Championnat d’Europe des Nations, à Paris, à la suite d’un coup franc discutable, et que les Espagnols jugent unanimement scandaleux. Un commentateur espagnol écrit alors que c’était comme si chaque Français avait battu injustement chaque Espagnol et le quotidien sportif espagnol Marca accusera l’arbitre d’avoir été acheté. Le savoureux dessin de Forges résume efficacement la situation. Savoureux également ce joli refrán, extrait d’une longue liste publiée par Cambio 16 quelques jours auparavant, le 19 mars 1984 : « San Luis, aunque francés, santo es ».

  • 7 « L’arbitre tchèque sortant un carton y compris au chauffeur de l’autobus de l’équipe espagnole ».

Diario 16, le 28 juin 1984, p. 40.7

23Partageant ainsi une vision très répandue dans le monde, les Espagnols jugent les Français arrogants, et les accusent d’avoir développé un fort « complexe de supériorité », en particulier vis-à-vis de l’Espagne. Fernando Morán, Ministre des Affaires Étrangères de Felipe González, est chargé de négocier l’adhésion du pays à la Communauté Européenne. Les négociations sont ardues, et la France est présentée comme le principal obstacle à une adhésion rapide et avantageuse. Morán accepte-t-il de traiter le dossier avec son homologue français ? Il est immédiatement accusé d’être afrancesado (son cavalier ci-dessous le désigne d’ailleurs comme « Monsieur Morán ») et implicitement traître à la patrie. Le dessin qui suit montre crument à la fois la hiérarchie perçue entre les deux négociateurs et les rôles respectifs. Notons au passage la tenue vestimentaire de l’interlocuteur français de Morán et le titre inscrit sur son cavalier : « Les Françaises », qui renvoient pesamment à la dernière rubrique (ci-dessous) de cette deuxième partie.

Diario 16, 11/01/1983, p. 9.

24Enfin, on ne peut faire le catalogue des stéréotypes s’appliquant aux Français en Espagne dans les années 1980 sans citer les mœurs sexuelles particulières qui leur sont prêtées, en notant au passage que les plaisanteries ou les dessins désobligeants à l’égard des homosexuels étaient alors monnaie courante, et seraient aujourd’hui mal perçus ou proscrits. On voit ci-dessous que deux emblèmes français, Astérix et La vache qui rit, sont sévèrement « taclés », pour reprendre le vocabulaire footballistique, par La Gamba Justiciera (04/1984), éphémère revue espagnole ayant repris l’esprit et le ton provocateur des revues françaises Hara Kiri et Charlie Hebdo.

La Gamba Justiciera, avril 1984, p. 3.

La Gamba Justiciera, avril 1984, p. 12.

25Répétons que ces divers dessins datent de la décennie 1980, période où les relations franco-espagnoles étaient fort tendues, induisant une montée en puissance des manifestations de sentiment anti-français. Cette hostilité est beaucoup moins perceptible aujourd’hui. La première cause est sans doute le soin apporté, depuis lors, par les gouvernements successifs des deux pays pour désamorcer les principaux conflits et les régler à l’amiable. Mais il ne fait guère de doute que l’hostilité vers « l’autre », en Espagne, a été en grande partie transférée vers des « ennemis intérieurs », dans le cadre des contentieux entre centralistes espagnols et nationalistes régionaux, Catalans ou Basques le plus souvent.

  • 8 Brémond, Joël, « Regards espagnols sur la France et les Français », in C. Campos et G. László (éds. (...)

26Cela dit, diverses études montrent que la gallophobie n’a pas pour autant totalement disparu et qu’elle reste une composante historique de la psychologie collective espagnole8.

3. Stéréotypes français sur l’Espagne et les Espagnols

27Il s’agit là d’une étude que nous qualifierons de qualitative, basée sur des observations personnelles ponctuelles, mais récurrentes et finalement assez homogènes. Les universitaires que nous sommes, spécialistes de nos domaines respectifs, et en l’occurrence de l’Espagne, ont tendance à surestimer le niveau de connaissances et de culture de leurs concitoyens. Il suffit d’ailleurs de tester des étudiants arrivant en première année (et malheureusement souvent de niveaux supérieurs) et d’entendre des conversations de voyageurs dans la rue ou dorénavant dans les aéroports, pour s’en convaincre.

28Je distinguerai deux catégories de population, les Français n’ayant pas appris l’espagnol, d’une part, et ceux ayant eu accès à la culture espagnole, d’autre part. Nous verrons que tous développent des stéréotypes, mais pas les mêmes.

3.1 Français n’ayant pas suivi d’enseignements en espagnol

29Ces Français découvrent souvent l’Espagne en tant que touristes, et presque toujours des touristes qui « font » l’Espagne, c’est-à-dire qui la consomment, comme ils « font » ensuite ou ont déjà fait le Maroc, la Crète, la Turquie, le Portugal, la Croatie (ils cessent en ce moment de faire la Tunisie ou l’Égypte, pour les raisons géopolitiques que l’on sait). Dans le cas de l’Espagne, il s’agit presque exclusivement de la côte méditerranéenne, de la Costa Brava à la Costa del Sol, en y ajoutant les Iles Baléares et les Canaries. C’est essentiellement cette partie de la population française, la plus propice à souscrire à une vision stéréotypée des lieux où elle séjourne, qui sera ciblée dans cette section.

30Cette Espagne-là constitue véritablement un produit touristique. Ces lieux sont en effet tout à fait internationaux, et tout y est conçu pour que ce type de touriste se sente chez lui, ou plus exactement dans un lieu où il n’est pas chez lui, mais où le dépaysement ne le stresse pas. De sorte que son séjour sera du même type, dans ces diverses zones de l’Espagne, qu’au Portugal, en Croatie, au Maroc, en Tunisie, à Malte, aux Antilles françaises… ou ailleurs, selon ses moyens financiers. C’est-à-dire avec une alimentation internationale, qui ne lui donne pas la turista (il aura au moins appris un mot espagnol, vendable de surcroit à l’échelle de la planète), avec une chambre d’hôtel, de resort, ou de club de vacances (type Jet Tours, FRAM ou autre) qui le renvoie à des références standard et connues. Il y rencontre des locaux, mais qui parlent (ou bredouillent) sa langue, puisque s’il s’agit essentiellement d’interlocuteurs institutionnels ou professionnels, qui sont mobilisés pour baliser son séjour. Il visite, en groupe constitué, des spots touristiques, parfois des monuments historiques, qu’on lui explique avec des mots et des concepts simples, et souvent simplistes et fortement imprégnés de nationalisme local.

31Á Dubrovnik, le « méchant » est le Serbe, qui a bombardé et détruit la ville, où vivaient de « gentils » Croates. En Grèce, le mauvais est le Turc, qui a longtemps dominé la Grèce, ce qui lui semblera étonnant, puisque, d’ordinaire, à ses yeux, ce sont les Chrétiens qui ont dominé et colonisé les populations musulmanes… Et, accessoirement, en Catalogne, les méchants sont les Castillans, présentés comme prétendant s’opposer aux légitimes revendications des Catalans à l’indépendance.

32Dans un tel contexte, ils déchiffrent ce qui leur est donné à voir de l’Espagne, avec les grilles de lecture de leur propre culture, et avec les béquilles qui leur sont fournies par leurs interlocuteurs locaux. L’Espagne devient donc, dans ces conditions, un lieu de vacances « hors du monde », sorti de tout contexte national (comme aux plus beaux jours du « Club Med », où les « GM » vivaient pratiquement en vase clos), mais avec quelques touches bien choisies (par le tour opérateur) de l’Espagne éternelle. Dans le sud, l’architecture du club ou du resort est définie comme « hispano-mauresque », aux Iles Canaries, comme coloniale ; on l’a dit, on veille à ce que la nourriture ne choque pas les habitudes de la clientèle (et donc, pour l’exprimer autrement, à ce que la nourriture soit perçue comme « normale »…), sans oublier cependant une paella au menu lors du séjour, pour « manger espagnol » ; ne pas proposer une soirée flamenco serait considéré comme une faute, même si le séjour se passe à deux pas de la frontière française. Pour éviter tout choc culturel inutile, les visites de quelques monuments ou lieux historiques emblématiques locaux sont proposées en option et le retour qui en est fait ne manque pas d’intérêt : on peut y apprendre par exemple que, selon certains, les Arabes ont quitté l’Espagne aux environs de l’an 800, ou, à l’inverse, que l’essentiel du réseau d’irrigation espagnol actuel leur est dû.

33Si toutefois il est donné à ce type de touriste de constater que les horaires de service au restaurant ou d’ouverture dans les commerces, les banques ou les administrations diffèrent notablement des horaires français, il trouvera cela au mieux bizarre, au pire scandaleux : quel besoin ont donc ces Espagnols de ne pas respecter les horaires « normaux » ? Fort heureusement, ce choc culturel supplémentaire est évité à la majorité d’entre eux, qui ne sortent de leurs villages de vacances que pour fréquenter des lieux qui ont adopté depuis longtemps des horaires permettant de satisfaire une clientèle d’origine géographique variée. Certains restaurants sont ainsi ouverts « non stop », de sorte qu’ils servent par exemple à dîner aux Européens du nord dès que les Espagnols ont terminé leur déjeuner. Vient ensuite l’horaire des Français, qui libèrent les tables pour l’heure où les Espagnols commencent à prendre l’apéritif.

34En dehors de l’emblématique et souvent caricaturale paella déjà citée, de nombreux Français qui séjournent en Espagne ignorent tout ou presque de la gastronomie espagnole et de ses produits phares comme ses jambons ibériques, ses produits de la mer, ses viandes d’agneau de lait ou de porcelet rôties et ses vins fins. S’ils s’y aventurent, faute de lire convenablement les codes, ils font aisément de mauvais choix, et trouvent alors l’alimentation et les vins espagnols décevants. Par chance, ils trouvent aisément à consommer hamburgers, pizzas industrielles, frites, donuts et crêpes, ce qui mettra fin à leur malaise.

35Concernant les vins espagnols, leur perception par de nombreux touristes français est globalement médiocre, faute pour eux, là encore, de détenir les bons codes de lecture, à la fois pour les choisir et pour les déguster. Mais, pour montrer que ces phénomènes d’incompréhension sont universels, je citerai ici un contre-exemple. De même que la majorité des Français cherchent des références françaises quand ils goutent un vin espagnol, certains vins français sont spontanément inaccessibles à de nombreux néophytes espagnols. Il m’a été donné d’assister à la réaction de collègues espagnoles lors de la dégustation d’un (grand) vin de Bourgogne, tout en finesse : mi scandalisées, mi triomphantes, elles lui reprochèrent d’emblée son manque de puissance et l’absence de « gout de barrique ». En un mot, leur grief était que ce vin ne correspondait pas aux critères de qualité des vins de Rioja ou de Ribera del Duero…

36Pour beaucoup de Français, et peut-être en particulier pour les baby-boomers, l’Espagne est un pays pauvre et ne peut donc que le rester, par un effet mécanique de l’essentialisme dont il a été question plus haut. Les lectures du pays, de sa population, du paysage et en particulier de l’habitat se font en vertu de ce postulat. Si l’Espagne est pauvre, alors tous ses habitants le sont, de sorte que ce type de visiteur se demande qui habite certains quartiers visiblement chics des grandes villes, si toutefois il y a accès : il postule donc qu’il s’agit d’étrangers. Toutefois certains équipements urbains ou routiers sont de qualité, parfois luxueux : ils auront alors forcément été financés par l’Union Européenne, et donc indirectement par ses propres impôts, et il en concevra quelque aigreur. Par contre, pour certains (jeunes) supporters de football, vu le standing des grands clubs espagnols et les salaires versés aux stars locales ou importées, l’Espagne ne peut être qu’un pays extrêmement riche…

37Grâce aux stéréotypes qu’ils véhiculent d’emblée et à ceux qu’on leur a fournis clefs en main, et sur mesure pour éviter chez le client toute déception, ces Français, touristes ou non du reste, rentreront chez eux satisfaits, en ayant « vu » l’Espagne. Ils auront compris l’Espagne (l’expression « faire l’Espagne » incluant vraisemblablement cette prétendue compréhension). En la racontant aux gens de leur entourage, ils contribueront à rendre encore plus vraie, encore plus réelle cette Espagne de pacotille qui n’est plus seulement la España de pandereta d’antan, mais sans aucun doute le fruit de stéréotypes tout aussi puissants, et d’autant plus efficaces qu’ils sont cultivés sciemment par les grands acteurs de l’industrie touristique. Nous y reviendrons.

3.2 Français ayant eu accès à la culture espagnole

38On pourrait supposer que les Français ayant bénéficié d’un enseignement de la langue et de la culture espagnoles ont de l’Espagne une vision exempte de stéréotypes. Nous allons voir qu’il n’en est rien, l’une des causes étant probablement leur transmission par le système scolaire lui-même. Á la décharge des enseignants du second degré, il convient de souligner la difficulté à transmettre des visions complexes et nuancées à un auditoire de non-spécialistes et dont l’intérêt et la capacité d’attention sont limités. Toujours est-il que bon nombre de clichés concernant l’Espagne sont transmis, volontairement ou non, par l’institution scolaire et repris et diffusés par les élèves et par la population en général.

39En préambule, notons que, pour un étudiant en espagnol frais émoulu du lycée, la carte (virtuelle, car il serait bien en peine de la dessiner) de l’Espagne se réduit à sa partie orientale et méridionale : elle ne comporte pas de nord, et a fortiori pas de nord-ouest. Cette vision est d’ailleurs partagée par l’essentiel des Français, qui tombent des nues quand on leur affirme que la côte cantabrique se prolonge plein ouest sur plus de 700 km à partir d’Irún. Á l’évidence, cela a des répercussions sur la perception de la géographie, du climat et de la réalité économique du pays.

40Au plan politique, l’idée dominante est que le démarrage économique de l’Espagne se serait produit après la mort de Franco. Le mécanisme en est simple : puisque Franco est un dictateur, qui a imposé au pays un régime autoritaire, répressif et réactionnaire, rien de positif n’a pu se produire en Espagne sous sa domination. Cette perception est largement dominante dans la partie progressiste de la population, et logiquement chez les enseignants. Or, il se trouve que, à la suite des Plans de développement mis en œuvre à partir des années 1960, l’Espagne était, déjà en 1975, année de la mort du dictateur, la dixième puissance économique mondiale.

41Une variante, tout aussi répandue, est un décollage économique de l’Espagne datant de l’adhésion à l’Union Européenne, en 1986, et par conséquent, dû à des causes exogènes, en particulier les subventions de Bruxelles. Certes, les financements européens ont été considérables, mais ils ont été efficaces en grande partie grâce à un terrain favorable, préparé par les plans cités plus haut et par l’action des premiers gouvernements démocratiques à partir de 1977. Au passage, notons le caractère méprisant et même foncièrement raciste de telles conceptions : implicitement, dans cette hypothèse, l’Espagne n’aurait pu sortir du sous-développement qui était encore le sien dans les années 1950 que grâce à l’intervention étrangère.

42De nombreux visiteurs, qu’ils soient touristes ou étudiants (y compris en mobilité Erasmus) rentrent de leur séjour en Espagne en ayant adopté les idées dominantes, au motif qu’elles leur ont été transmises par des interlocuteurs locaux. S’ils ont séjourné à Madrid ou dans des zones non affectées par les nationalistes locaux, ils ont souvent intégré la pensée centraliste, et par conséquent la récusation des nationalismes régionaux, catalan et basque surtout, décrits comme extrémistes et irrationnels. Par contre, s’ils reviennent de Barcelone (ou plus rarement du Pays Basque, pour diverses raisons), nombreux sont ceux qui souscrivent à la doxa nationaliste locale, c’est-à-dire une Catalogne opprimée par Madrid, reprenant ainsi le discours transmis par le système scolaire local et par les medias porteurs de cette idéologie.

43Á mes yeux, ces visions simplifiées de réalités infiniment complexes relèvent clairement du stéréotype. Cela dit sans délégitimer les discours militants, de quelque bord qu’ils soient, car, pour être efficaces et porteurs, pour convaincre et agglomérer des partisans, ils doivent procéder par proclamations, par slogans et par conséquent avoir recours à des stéréotypes, de façon volontaire ou non.

Conclusion

44En guise de conclusion, tentons quelques remarques.

45Le stéréotype a pour effet de rendre simple ce qui est complexe, et donc de rendre accessible ce qui, sans lui, est ou serait inaccessible. Il permet donc à une large frange de la population d’énoncer des opinions ou des jugements sur ce qu’elle voit, de s’approprier, certes de façon relativement frelatée, les réalités avec lesquelles elle est en contact.

46En caractérisant l’autre, le stéréotype permet de le définir, et, par contraste, de se définir soi-même, en tant que membre d’un groupe ou d’une communauté, comme participant à une identité nationale, régionale ou locale, par opposition à celle de l’autre, de l’étranger. La stéréotypisation de l’étranger contribue ainsi à l’autodéfinition, par le locuteur, de sa propre identité.

47Nous avons beaucoup raillé les stéréotypes. Sous forme de clin d’œil, nous allons procéder maintenant à leur réhabilitation, et à leur vengeance, ainsi qu’au triomphe de la paella et du flamenco.

48Le consommateur lambda, et a fortiori le touriste lambda, a besoin de repères simples. La paella a été pendant longtemps une spécialité valencienne, fruit de la rencontre entre le riz cultivé dans la Albufera, le safran et une culture gastronomique de l’aire catalano-valencienne qui n’hésite pas à avoir recours, dans un même plat, aux produits de la mer et de la basse-cour. Associée à l’image et au souvenir de vacances ensoleillées, et accessibles, elle a conquis un large public, bien au-delà de la région du Levant, et au-delà même des frontières espagnoles. Face à ce succès, et à une demande massive des touristes de toutes provenances, les Espagnols en ont fait « le » plat espagnol par excellence, et ce, sur l’ensemble du territoire.

49De même, la notoriété du flamenco est mondiale. Quel Français, quel touriste international n’en a jamais entendu parler ? Il s’agit traditionnellement d’une musique et d’une danse pratiquées par des Gitans andalous. C’est maintenant un produit touristique espagnol emblématique, qui est proposé et servi aux touristes sur l’ensemble du pays, ou du moins de ses territoires à vocation touristique internationale. Á tel point qu’un voyagiste français connu intégrait, il y a quelques années, « une soirée flamenco, bien sûr ! » dans un paquet touristique d’une semaine en hôtel-club,… sur la Costa Brava. On suppose que, sans cette soirée flamenco, une partie de la clientèle se serait sentie flouée, au motif qu’elle aurait été privée d’un élément essentiel de ce qui pour elle constitue l’Espagne.

50Au-delà du caractère dérisoire et plaisant de telles observations, on peut en constater certaines retombées économiques. Les acteurs du monde des affaires, à commencer par les professionnels du tourisme, ont fait en sorte de transformer des produits stéréotypés en produits économiques et commerciaux à part entière. Ceux-ci sont efficaces, de par leur lisibilité et leur caractère attractif et fédérateur. Ils sont également très rentables, car ils génèrent du consensus et de la satisfaction chez les clients, en même temps qu’ils permettent des économies d’échelle.

51De par leur généralisation et leur instrumentalisation, ces produits, et donc ces stéréotypes, sont ainsi devenus, aux yeux de ce public, qui est massif, on ne doit pas s’y tromper, la véritable réalité et la véritable identité de l’Espagne.

Haut de page

Bibliographie

- Brémond, Joël, Le sentiment anti-français dans l’Espagne post-franquiste, Villeneuve d’Ascq, Editions du Septentrion, 2001.

- Brémond, Joël, « L’affaire Masson de Morvilliers ou la confrontation de deux visions du monde », in G. Volz (éd.), Individu et autorités : positions de la Presse des Lumières, Actes du colloque organisé en septembre 2001, Nantes, CRINI, 2004, pp. 103-118.

- Brémond, Joël, « Regards espagnols sur la France et les Français », in C. Campos et G. László (éds.), Stéréotypes et prototypes nationaux en Europe, Actes du colloque organisé par le Forum des Langues européennes, 4 et 5 novembre 2005, Institut hongrois de Paris, Paris, Forum des Langues, 2007, pp. 73-89.

- Brémond, Joël, Vignobles et vins de Rioja. Rencontre entre l’Ancien Monde et le Nouveau Monde ? 237 p. + cahier 18 pages photos, Editions Universitaires de Dijon, 2011. (« Inédit » de HDR).

- Busturia, Daniel, (director), Del reencuentro a la convergencia, Historia de las relaciones bilaterales hispano-francesas, Madrid, Ciencias de la dirección, 1994 (Diálogo).

- Capmany, Antonio de, Centinela contra franceses, (édition critique de Françoise Etienvre), Londres, Támesis books, 1988.

- Campos, Christophe, « Ils sont fous ces étrangers ! Astérix, Obélix, et quelques voisins en Europe », in Stéréotypes et prototypes nationaux en Europe, sous la direction de Campos, Christophe, Paris, Forum des langues européennes, 2007, p. 119.

- Denina, abbé Charles, Jean-Marie, Réponse à la question : Que doit-on à l'Espagne ? Discours lu à l'Académie de Berlin dans l'assemblée publique du 26 janvier 1786, Madrid, Imprimerie royale, 1786 (joint à Oración apologética de Forner).

- Morel-Fatio, Alfred, " La gallophobie espagnole ", in Bibliothèque universelle et Revue suisse, tome LXXX, Lausanne, 1915, pp. 471 à 488.

- Thiesse, A-M, La création des identités nationales. Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Editions du Seuil, 1999.

Haut de page

Notes

1 Campos, Christophe, « Ils sont fous ces étrangers ! Astérix, Obélix, et quelques voisins en Europe », in C. Campos et G. László (éds.), Stéréotypes et prototypes nationaux en Europe, Paris, Forum des langues européennes, 2007, p. 119.

2 Brémond, Joël, Le sentiment anti-français dans l’Espagne post-franquiste, Villeneuve d’Ascq, Editions du Septentrion, 2001.

3 « - Mon père, je m’accuse d’être français

- Combien de fois ?

- Tous les jours.

- Putain ! Oh pardon »

4 Curieusement, à l’évocation de la bataille de Marignan, tout Français saura répondre : « 1515 ». Mais seuls des historiens spécialistes sauront citer la date de la… défaite de Pavie (1525), où François 1er fut capturé et emmené prisonnier à Madrid.

5 Brémond, Joël, Le sentiment anti-français dans l’Espagne post-franquiste, op.cit. p. 142.

6 La guerra del pepino.

7 « L’arbitre tchèque sortant un carton y compris au chauffeur de l’autobus de l’équipe espagnole ».

8 Brémond, Joël, « Regards espagnols sur la France et les Français », in C. Campos et G. László (éds.), Stéréotypes et prototypes nationaux en Europe, Actes du colloque organisé par le Forum des Langues européennes, 4 et 5 novembre 2005, Institut hongrois de Paris, Paris, Forum des Langues, 2007, p. 73-89.

Haut de page

Table des illustrations

Légende El Alcázar, 11 mars 1984.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Légende Diario 16, 10 mars 1984, p. 2.3
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-2.png
Fichier image/png, 166k
Légende El Alcázar, 13/03/1984, p. 9.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-3.png
Fichier image/png, 249k
Légende Cambio 16, 22 juin 1980, Page de couverture.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-4.png
Fichier image/png, 131k
Légende Diario 16, le 28 juin 1984, p. 40.7
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-5.png
Fichier image/png, 184k
Légende Diario 16, 11/01/1983, p. 9.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-6.png
Fichier image/png, 193k
Légende La Gamba Justiciera, avril 1984, p. 12.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/3359/img-7.png
Fichier image/png, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Brémond, « Regards croisés France-Espagne : réflexions sur les stéréotypes réciproques », Amnis [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 10 mars 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amnis/3359 ; DOI : 10.4000/amnis.3359

Haut de page

Auteur

Joël Brémond

CRINI, Université de Nantes, France, bremond.joel@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals