Navigation – Plan du site
La guerre, clé de lecture du politique

Violence politique et légitimisme pendant la Première guerre carliste : une occasion manquée

Laetitia Blanchard

Résumés

A partir de 1833, pour l’Europe entière et en particulier pour la France, la Première guerre carliste représente le combat des deux grands principes qui gouvernent l’ensemble des nations européennes. Les légitimistes s’appuient sur cette guerre pour revendiquer leur place sur la scène politique européenne. La Première guerre carliste est un facteur d’amplification de la violence politique à l’extérieur des frontières espagnoles. Comment ce conflit armé a-t-il pu raviver les tensions entre les défenseurs des régimes absolutistes et les libéraux en dehors de l’Espagne ? Comment a-t-il pu redonner de l’espoir à une communauté légitimiste en perte de vitesse et comment a-t-il également réussi à générer des appels à l’action violente ? Il s’agit d’une tentative de brutalisation de la politique qui vise à inverser un rapport de force en usant du parallélisme avec une partie du peuple espagnol qui a opté pour la conquête du pouvoir par les armes. Les carlistes espagnols deviennent un modèle à imiter dans toute l’Europe. En effet, pour les légitimistes, la lutte n’est jamais achevée. Il s’agit de préparer la Restauration absolutiste partout où cela est encore possible. Cette guerre civile espagnole est ainsi considérée comme un épisode supplémentaire d’un combat qui doit aboutir à la victoire définitive du légitimisme européen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le légitimisme est une culture politique qui surgit en Europe en opposition aux idées révolutionnai (...)

1Depuis la Révolution française, un mouvement contre-révolutionnaire s’est fait jour en Europe. Face à l’avènement de la nouvelle culture libérale qui s’installe au pouvoir de façon durable malgré quelques tentatives de restauration, se constitue une communauté politique qui transcende les frontières et qui se charge de défendre l’ordre ancien : il s’agit de la communauté légitimiste1. Le légitimisme européen est un projet idéal de restauration des régimes absolutistes partout où se sont installés des systèmes de gouvernement libéraux. Ses partisans craignent que les diverses tentatives de modernisation entreprises par les libéraux ne produisent une culture universelle qui éliminerait tout ce qui avait défini les peuples jusqu’alors : la lignée, la religion, les valeurs traditionnelles et les coutumes. Cet antagonisme fondamental, hérité de la Révolution française, subsiste pendant tout le XIXe siècle.

  • 2 Le complot de la rue des Prouvaires à Paris en 1832.
  • 3 Sous le nom d'Henri V.

2 L’un des principaux problèmes de ce mouvement contre-révolutionnaire est de se rassembler et de s’organiser pour venir à bout de ses adversaires. En France, minoritaires dès le départ à l’Assemblée nationale, et sans négliger l’action parlementaire et la propagande légale, les légitimistes s’orientent vers d’autres méthodes de lutte plus ou moins violentes : l’organisation de complots avortés2 ou l’appel au soulèvement contre le roi usurpateur, mais aussi le retrait de la vie publique. En 1832, l’insurrection contre-révolutionnaire vendéenne, qui avait pris naissance en 1793 dans la population paysanne et qui était soutenue et dirigée par des nobles et de nombreux prêtres réfractaires, menace de réapparaître sous la houlette de la duchesse de Berry, mère du duc de Bordeaux, dernier prétendant légitimiste au trône de France3 depuis l'abdication de Charles X. Cette tentative de violence politique s’avère être un échec cuisant. Cependant, un an plus tard, la question espagnole ravive les espoirs de la communauté légitimiste et lui permet de continuer le combat en France comme dans le reste de l’Europe. L’affrontement par les armes en Espagne de deux visions du monde irréconciliables provoque dans la France de la Monarchie de Juillet un appel à la violence politique qu’il s’agit d’étudier.

Des intérêts et des objectifs communs avec les carlistes espagnols : un moment privilégié

3 Lorsque débute la Première guerre carliste en 1833 qui oppose les partisans de la future reine Isabelle II à ceux de son oncle, le prétendant don Carlos, c’est là-bas que paraît se jouer le sort du légitimisme européen aux prises avec le libéralisme conquérant. La nature particulière de cette guerre tient au fait que ses enjeux ne sont pas simplement nationaux. Les acteurs de ce conflit ainsi que l’écho de certaines batailles sont relayés dans l’opinion publique européenne, essentiellement par la presse, mais aussi au travers de nombreux ouvrages de circonstance.

4Les légitimistes français ne tardent pas à faire le rapprochement entre l'avènement de Louis-Philippe, l’usurpateur, le roi-citoyen, qui monte sur le trône de France au détriment de Charles X après les journées de Juillet 1830, et l’avènement d'Isabelle II qui, appuyée par des généraux libéraux, écarte du pouvoir don Carlos, le candidat malheureux des absolutistes (devenu Charles V pour ses partisans). Pendant les sept années que va durer cette guerre civile (de 1833 à 1839), ils soutiennent sans faiblir la cause du Prétendant lésé, mettant à nouveau tous leurs espoirs dans un conflit dont ils espèrent qu'il les vengera, en quelque sorte, des déceptions et de l'affront qu'ils subissent chaque jour dans leur pays acquis à la cause libérale. Ce qui se passe en Espagne doit être un enseignement pour les autres monarchies européennes. La Mode déclare en juillet 1837 : « Le peuple espagnol est le modèle des peuples, comme le roi Charles V est le modèle des rois ».

5 Cette tentative entreprise par les carlistes espagnols de renverser un régime libéral en Europe à partir de 1833 est vue par les légitimistes français comme une opportunité d’instaurer un roi absolutiste à leur frontière, ce qui pourrait, dans un deuxième temps, constituer un point de départ pour la reconquête du pouvoir en France. Ainsi, pour La Quotidienne, ce qui se joue en Espagne concerne l'Europe toute entière, et l'issue de cette guerre civile pourrait avoir un impact hors de ses frontières :

  • 4 La Quotidienne, 12 mars 1834.

... car ces hommes qui combattent et qui meurent en Espagne, combattent et meurent pour le principe qui est la base de toutes les monarchies européennes. Leurs efforts profitent à tous les trônes. Dans la personne de Charles V, ils maintiennent le droit de tous les rois légitimes.4

  • 5 En tâchant de définir qui étaient les carlistes, le grand historien espagnol Josep Fontana explique (...)
  • 6 La Quotidienne, 5 août 1834.

6 Les légitimistes récupèrent l'insurrection par les armes des couches populaires espagnoles en faveur de l'ordre établi5 pour la présenter comme une lutte pour les intérêts légitimistes. Il s’agit de mettre un terme à la déliquescence dont souffrirait la société européenne par la violence armée, et pas simplement par le combat politique. Il s’agit de soutenir et d’encourager ceux qui « combattent pour la légitimité et la civilisation contre l'usurpation et la barbarie révolutionnaire »6. La défense de la civilisation apparaît comme le seul choix possible et justifie ainsi l'emploi de la violence politique. Les libéraux sont présentés comme des révolutionnaires et des ennemis de la civilisation, avec toute la connotation historique de violence que ces deux termes présupposent. La Première guerre carliste est donc une occasion à saisir. Les légitimistes français vont y chercher un modèle d’action violente et tâcher de l’importer. Ils comptent sur une éventuelle contamination qui relancerait la violence politique en France. Leur objectif est de déplacer un rapport de force qui leur serait ainsi à nouveau favorable.

L’appel aux armes pour le combat de la dernière chance

7 La presse légitimiste s’engage dès le début aux côtés de don Carlos et soutient sans faiblir les absolutistes espagnols. Ses journaux s'enflamment pour cette cause étrangère si favorable à leur vision des choses et à leur parti. Si d'un côté, la presse devient combative et instrument d’agitation, d'un autre, certains militaires légitimistes européens vont également prendre fait et cause pour don Carlos. Lorsqu’ils ne se trouvent directement engagés sur le champ de bataille, ils participent au combat à travers leurs récits et leurs mémoires en préconisant l'usage de l’action directe, c'est l'alliance de l'épée et de la plume.

  • 7 La Gazette de France, 11 octobre 1833.

8 La propagande pro-carliste que l’on retrouve dans la presse est une façon indirecte de prôner la violence partout où le légitimisme est en danger. On trouve à cette époque un style vengeur et une violence des propos concernant le libéralisme. Usant de parallélisme avec le cas espagnol, les journaux légitimistes appellent de leurs vœux des solutions de force et souhaitent opter pour la conquête du pouvoir par les armes. Lorsque La Gazette de France espère dès les premiers jours du conflit que don Carlos « fera reculer et trembler cette politique égoïste et cruelle, parée d'un masque hypocrite, et qui, sous le nom de libéralisme, n'est qu'une dure tyrannie et une triviale usurpation »7, elle utilise un ton particulièrement menaçant et calomnieux. Ici, la violence verbale de la rhétorique anti-libérale souligne une disposition favorable à la violence armée.

  • 8 La France, 26 septembre 1835.

9 Pour le journal La France, cette guerre constitue « une lutte des principes religieux et monarchiques avec l’athéisme le plus stupide et l’anarchie la plus barbare »8. La lutte des carlistes espagnols est présentée comme une nouvelle Croisade en faveur de la religion et de la civilisation et le caractère sacré de cette cause renforce la conviction morale d'un parti qui légitime la violence et le combat armé. Ce même périodique évoque ainsi les actes d'anticléricalisme des libéraux madrilènes (qui accusent les moines d'être les responsables de l'épidémie de choléra qui faisait des ravages en 1834) afin de souligner dans quel camp se trouvent le Bien et le Mal :

  • 9 Ibid.

C'est le combat livré par l'Espagnol ami de l'ordre contre l'Espagnol vandale qui dévaste les asiles des ministères de la religion, égorge ceux qui ne peuvent pas échapper à sa férocité, réduit en cendres les monuments sacrés de la piété des autres siècles, et, dans sa fureur frénétique, méconnaît ou brave la voix de ceux qui le guident dans la carrière de la révolution.9

10 La guerre, telle qu’elle est menée en Espagne, est clairement désignée comme le meilleur moyen de vaincre l’ennemi idéologique et de façon indirecte, les légitimistes se montrent favorable à une culture de la confrontation et suscitent une attitude combative.

  • 10 Le Rénovateur, Courrier de l'Europe, 20 octobre 1833.

L'Espagne réalise par sa noble conduite le système de politique que nous ne cessons d'expliquer, et elle montre la différence qu'il faut faire entre la liberté et le libéralisme, la liberté fidèle aux rois, et le libéralisme ennemi des peuples, la liberté venue de Dieu, et le libéralisme rebelle à la religion.10

11 Sans y faire directement allusion, ce discours est une apologie de la violence puisqu'ici la « noble conduite » à laquelle on se réfère est bien la lutte armée qui se déroule dans le pays. L’action violente est justifiée par la légitimité de la cause et l’argument de continuité historique. Les carlistes sont les représentants d’une Espagne catholique et mythique, habituée depuis toujours à faire la guerre contre les infidèles. Leur passé glorieux justifie ainsi leurs actions présentes et, selon La Gazette de France, leur combat doit se lire dans un esprit de continuité historique :

  • 11 La Gazette de France, 10 octobre 1833.

La voilà encore sur la scène du monde, cette Espagne mâle et fière qui, après avoir lutté contre la domination romaine, chassé les Mores, défendu son sol contre le protestantisme, vaincu la tyrannie de Napoléon, se présente à un nouveau combat contre le principe révolutionnaire et l’usurpation.11

  • 12 Mosse, George, Fallen Soldiers : Reshaping the Memory of the World Wars, Oxford, Oxford University (...)

12 Le combat politique mené en France « contre le principe révolutionnaire et l'usurpation » est transposé alors qu'il s'agit bien d'un véritable combat armé en Espagne. Dans la lignée de George Mosse qui affirme que « la continuation des attitudes guerrières en période de paix a contribué à une certaine brutalisation de la politique »12, on peut constater pendant la Première guerre carliste l'utilisation constante d'un vocabulaire de bataille politique et un désir de destruction totale de l'ennemi politique.

L’Espagne carliste : un exemple guerrier à suivre

  • 13 Ibid., p. 161.

13 Si, dans leurs écrits, les légitimistes français célèbrent les Basques et les Navarrais, c'est parce que ces deux peuples sont des modèles à suivre en tant qu’ardents défenseurs d’un régime politique et d’un type de société qu’ils souhaitent pour la France et l’Europe en général. Ce sont les fameux « héritiers de l'expérience de guerre » décrits par George Mosse13. Violence guerrière et résistance à la modernité sont devenus des facteurs d’identité et ces caractéristiques concordent parfaitement avec le projet des légitimistes. L’image romantique de ces deux peuples prêts à se soulever et à sacrifier leur vie pour leurs convictions politiques ou religieuses est celle qui revient le plus souvent comme ici sous la plume du vicomte Barrès du Molard :

  • 14 Barrès du Molard, Alphonse de, Mémoires sur la guerre de Navarre et des provinces basques, Paris, D (...)

Le Navarrais, naturellement brave, a la prétention de se croire le meilleur soldat de l’Europe, et pousse jusqu’au fanatisme l’amour des armes et de la gloire.14

14 Il fait de ce peuple un peuple de légitimistes exemplaires qui défendent leurs idées les armes à la main ce qui suggère un état d'esprit rebelle qui devrait être celui des légitimistes européens. Barrès du Molard encense ses qualités de combattant et glorifie son sens de l’honneur et son intransigeance, une attitude qui contraste avec la politique inoffensive d'un parti qui a choisi la voie de l'action légale :

  • 15 Ibid., p. 2.

Dans cette contrée, les écussons armoriés placés sur la cabane du pauvre paysan, comme sur la maison du riche, témoignent de la gloire et des hauts faits des ancêtres de ce peuple courageux, dont les titres de noblesse furent conquis à la pointe de l’épée dans les guerres contre les Maures, qui tentèrent en vain de les subjuguer.15

15 Les légitimistes admirent chez eux à la fois un refus du compromis et un héroïsme guerrier qui ici suscite une certaine nostalgie.

16 Le fait de présenter le peuple espagnol comme préservé des méfaits du libéralisme constitue une attaque indirecte contre la France de la Monarchie de Juillet que l'on peut reconnaître en tant que « grand Etat ». Celui-ci peut se défendre grâce à sa forte identité nationale constituée de valeurs traditionnelles et séculaires :

  • 16 La France, 23 juillet 1836.

L'Espagne n'est pas encore un peuple mûr pour l'usurpation sociale, cette maladie des grands Etats qui naît de l'excès de la civilisation même, et qui constate la vieillesse des nations et la décrépitude des peuples. En Espagne, il y a encore trop de sentiment religieux, trop de sève publique, trop d'abnégation privée, trop de passions nationales et trop d'orgueil commun pour que l'esprit révolutionnaire ait entièrement prise sur le caractère et les mœurs de l'Espagnol.16

  • 17 Le Rénovateur, 11 octobre 1833.

17 On peut constater que l'ennemi à abattre, « l'esprit révolutionnaire » dont il est ici question, est toujours présent dans leur discours depuis 1793. De nombreuses attaques contre les libéraux espagnols, qualifiés d'« exécuteurs testamentaires des constituants et des conventionnels »17, sont des réactions violentes contre les valeurs matérialistes prônées par la bourgeoisie libérale au pouvoir en France ou en Espagne. Le ton insultant adopté par L'Europe monarchiste montre la persistance d'un mépris et d'une haine pour l'ennemi politique dont on souhaite la défaite non seulement sur le terrain politique mais aussi sur le champ de bataille :

  • 18 L'Europe monarchique, 28 janvier 1839.

Les partis sont bien dessinés dans la Péninsule. Les partisans de Christine sont les hommes le plus antinationaux. L'amour de la patrie ne fut jamais leur premier, leur unique mobile : l'intérêt, la cupidité, le besoin incessant de satisfaire aux exigences dune vie de luxe et d'aventures, les rendent indifférents à leur cause et les jettent en esclaves sous la main de l'étranger. C'est un parti sans foi, sans dévouement, sans la moindre étincelle de patriotisme ; l'or est le seul dieu auquel il sacrifie ; l'Espagne une vaste exploitation abandonnée à l'industrie du vice et de la trahison, pour servir les passions individuelles.18

La nostalgie d'un véritable combat armé : la guerre de Vendée

  • 19 La France, 7 juin 1835.
  • 20 Du Casse, Hermann, Echos de la Navarre. Paris, Maison, 1840, p. 7.

18Le soulèvement des populations dans les provinces basco-navarraises est une occasion pour les légitimistes français de rêver à une nouvelle Vendée, partie intégrante et point de repère dans la mémoire du légitimisme. Dans les années 1830, le souvenir de la guerre de Vendée est encore très vif. L'échec cuisant de la tentative d'insurrection de 1832 n'empêche pas les rapprochements flatteurs entre Basques, Navarrais et Vendéens. Tout d'abord, la guerre de Vendée avait été une sorte de guérilla favorisée par les haies et les chemins creux du bocage. Les Basques et les Navarrais, eux, sont également des guérilleros favorisés par la connaissance leur région montagneuse. Tout comme l’armée carliste, les troupes vendéennes avaient été dirigées par des généraux autochtones dont certains étaient issus du peuple (ainsi que l'armée de soldats-paysans qui la composait). Le prestigieux général carliste qui incarne si bien le type du héros vendéen se nomme Thomas Zumalacarregui, il est d’origine modeste et, dans la presse, on le qualifie volontiers de « Vendéen Navarrois »19. Le capitaine Du Casse, dans ses souvenirs de guerre, n’hésite pas à faire un parallèle entre les exploits des camps vendéens et carlistes : « Des montagnes de la Navarre nous venaient de merveilleux récits, des combats de géants comme ceux de notre pauvre Vendée »20. Dans le quotidien La France, on insiste surtout sur l'esprit de sacrifice et de dévouement des Navarrais et l'appellation de Vendéens pour les désigner fait référence à ces qualités communes aux deux peuples :

  • 21 La France, 13 janvier 1838.

L'enthousiasme actuel des Navarrais est toujours le même ; ils donnent à cette noble cause leur or, leur sang et leurs fils. Quand un de ces braves et nouveaux Vendéens est tombé au champ d'honneur, la famille se rassemble, le père se lève et dit : « Qu'un autre meure pour Dieu et le Roi ! » et le plus âgé part, joyeux et résolu ; il arrive et comble le vide laissé par la mort de son frère.21

  • 22 Sabatier, Alexis, « Tio Tomas » Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836. Alexis (...)
  • 23 M.A.T., Campagnes et aventures d’un volontaire royaliste en Espagne, Le Mans, Monnoyer, 1869, p. 33

19 Ici, le journal enjoint, quoique de façon détournée, les légitimistes français de participer à l’effort de guerre espagnol avec « leur or, leur sang et leurs fils ». Et effectivement, ce sera le cas pour le capitaine Du Casse ou pour le lieutenant-colonel Alexis Sabatier que l’on va retrouver, comme d’autres soldats vendéens, dans les troupes de l’armée de don Carlos et qui écrira un ouvrage de propagande pro-carliste22 à son retour. La présence de nombreux légitimistes français s’étant engagés dans l’aventure vendéenne de la duchesse de Berry avant de venir combattre dans l’armée carliste contribue à renforcer cet amalgame entre le Vendéen et le carliste. Un autre officier français, uniquement connu par les initiales M. A. T., et qui proclame au début de son ouvrage ses origines vendéennes, envisage sa décision de s’engager aux côtés de don Carlos comme une simple continuation de son combat en tant que Vendéen pour la défense de la légitimité : « On se battait au-delà des Pyrénées, et la cause qui enflammait le cœur de ces loyaux Espagnols, était celle de la légitimité dans tous les pays. Dès lors, tout mon désir fut de passer la frontière et de me joindre à eux »23. Enfin, cette même idée de continuation d'un même mouvement de résistance contre-révolutionnaire est développée dans La Gazette de France qui nous explique que :

  • 24 La Gazette de France, 11 octobre 1833.

En Espagne, l'ordre naît de la plus grande perturbation. Les juntes s'organisent, les pouvoirs généraux et locaux se forment sans efforts ; s'il faut une tête à mille bras armés, on la trouve dans un couvent, dans un château, dans une boutique ou une chaumière, et on obéit parce que le dévouement à la patrie est le premier titre au commandement. C'est l'esprit vendéen si mal compris par nos hommes d'Etat à courte vue ; esprit d'égalité, parce que c'est là une des bases du christianisme, esprit d'abnégation et de sacrifice, qui a valu à cette nation le titre d'Héroïque.24

Une tentative avortée de « brutalisation de la politique »

  • 25 Rémond, René, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982, p. 74.
  • 26 René Rémond souligne que le fait que ce parti n'ait jamais réussi à ébranler la stabilité du régime (...)
  • 27 Lévêque, Pierre, Histoire des forces politiques en France, Tome 1, Paris, Armand Colin, 1992, pp. 1 (...)
  • 28 Rémond, op. cit.

20 Ces légitimistes qui prônent l’engagement dans la Péninsule pensent que la victoire des carlistes espagnols sera décisive pour l’avenir de leur cause, mais, après 1832, il n'existe pas de véritables préparatifs d’insurrection ou de conspiration absolutiste en France. Dans les faits, il n'y aura aucune action de violence politique fomentée par le mouvement légitimiste français25. Malgré la radicalisation de leur discours durant la Première guerre carliste, les légitimistes sont restés dans la légalité. Le régime de Juillet ne s’est jamais senti menacé par le légitimisme qui constitue une idéologie en perte de vitesse. Ils ne parviennent pas à susciter une atmosphère de guerre civile comme leurs voisins espagnols26. Le parti s’oriente alors de manière à peu près exclusive vers l’action légale. Celle-ci, comme nous l’avons montré, est favorisée par l’existence d’une presse relativement nombreuse, agressive et souvent brillante. Parallèlement à l’existence de ces discours enflammés, la tactique politique choisie par la majorité des partisans de l’ordre ancien est celle de l'abstention et du retrait de la vie politique. Beaucoup sacrifient leur carrière à la fidélité dynastique. Ils attendent le retour du roi légitime en prenant le chemin de la province et se retirent sur leurs terres, c'est l'« émigration de l'intérieur »27. Cet isolement des notables ne favorise pas leur compréhension des enjeux de leur temps. Pas plus que les tentatives insurrectionnelles, l'action légale du parti n'est parvenue à inquiéter sérieusement la monarchie orléaniste. A partir de 1834, pour le régime de Juillet, la violence politique provient principalement du républicanisme insurrectionnel28.

  • 29 Bullón de Mendoza, Alfonso, La Primera guerra carlista, Madrid, Actas, 1992, p. 437.
  • 30 Du Casse, Hermann, op. cit., p. 3.

21 Sur quoi débouche cette propagande pro carliste ? A partir de 1834, don Carlos a besoin d’une aide militaire et financière pour étendre l'insurrection et il va notamment la solliciter à l’étranger. Afin d’encourager les appuis provenant de l’extérieur, la presse légitimiste française va s’attacher à démontrer que la popularité de la cause carliste est sans limites en Espagne et inciter ainsi certains militaires français à aller combattre de l'autre côté des Pyrénées. La publicité qu’elle donne au conflit contribue à la formation d’une internationale blanche composée de soldats étrangers qui vont aller s’engager dans l’armée carliste pour défendre leurs idéaux29. Ces hommes avaient la sensation que sur le champ de bataille espagnol étaient en jeu les grands principes de la civilisation européenne. Cette stratégie qui porte sur la communication est payante et c'est ainsi que quelques militaires français s'en vont défendre le trône de don Carlos comme c'est le cas d'Hermann Du Casse qui n'hésite pas à la proclamer haut et fort le but de son entreprise : « Royaliste français, j’avais juré, en allant offrir mon épée à Charles V, de défendre en Espagne, tant qu’il serait debout, le drapeau de la légitimité, lors même qu’il n’en resterait plus qu’un lambeau »30.

22Par ailleurs, grâce à des articles faisant état des difficultés financières du camp carliste, une partie du lectorat va également se convertir en mécène de la cause carliste ; La Gazette de France ou La Mode vont lancer des souscriptions pour venir en aide au Prétendant. Certaines dames de l’aristocratie française enverront même leurs bijoux à la Cour de don Carlos.

  • 31 Dans Les enjeux de l’histoire culturelle, Philippe Poirrier démontre qu’« Il y a coïncidence entre (...)

23 La Première guerre carliste est la cause à la fois d’un déchaînement des passions qui surgit en France dès le début du conflit et d’une tentative avortée de brutalisation de la politique de la part du parti légitimiste. Tout au long de ce conflit, la communauté légitimiste se mobilise pour agiter le spectre de la violence et tenter d'intensifier son influence politique31. Les légitimistes font la guerre par procuration, mais leur stratégie qui se fonde sur une contamination progressive du combat de l'Espagne vers la France ne débouche sur aucune tentative concrète de fomenter la violence politique.

  • 32 Maffesoli, Michel, Essais sur la violence banale et fondatrice, Paris, CNRS, 2009, p. 14.

24 En revanche, la construction d’un discours de l’affrontement par une communauté en perte de vitesse permet la constitution d'une mémoire spécifique de l'imaginaire du collectif légitimiste. Cette mémoire est prête à être réactivée par les générations futures puisque, pour les légitimistes, la lutte n’est jamais achevée. Leur projet sur le long terme est de préparer la Restauration, et cette guerre civile espagnole est considérée comme un épisode supplémentaire d’un combat qui doit aboutir au renversement des régimes libéraux partout en Europe. Par la suite, de nombreux auteurs participant à cette même entreprise iront puiser dans ce discours de légitimation de la violence. L'idéal traditionaliste, lié à un catholicisme de combat, va connaître encore une longue histoire. Dans tous ces écrits, la violence politique apparaît comme un élément unificateur. Comme l'a observé Michel Maffesoli32 qui lui-même se réfère une analyse de Georg Simmel, d'un point de vue sociologique, la violence peut être un facteur non négligeable d'adhésion intracommunautaire et de sociabilité politique.

Haut de page

Notes

1 Le légitimisme est une culture politique qui surgit en Europe en opposition aux idées révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle. Cette idéologie proclame l'illégitimité des nouvelles monarchies représentatives en se fondant sur la conception théocratique de cette institution sur laquelle s'appuient les anciens régimes absolutistes.

2 Le complot de la rue des Prouvaires à Paris en 1832.

3 Sous le nom d'Henri V.

4 La Quotidienne, 12 mars 1834.

5 En tâchant de définir qui étaient les carlistes, le grand historien espagnol Josep Fontana explique que les masses paysannes et prolétaires qui soutenaient le Prétendant s'étaient senties lésées par la permanence des charges d'origine féodale auxquelles venaient maintenant s'ajouter les inconvénients qui dérivaient des nouvelles règles de la propriété capitaliste. Les carlistes se méfiaient des innovations car la politique agraire des libéraux avait été jusqu'alors contraire à leurs intérêts. La conservation des valeurs traditionnelles proclamée par l'église paraissait ainsi s'associer à la défense de leurs coutumes et de leur économie morale. Fontana, Josep, Historia de España, Barcelona, Crítica/Marcial Pons, vol. 6, 2007, pp. 142-143.

6 La Quotidienne, 5 août 1834.

7 La Gazette de France, 11 octobre 1833.

8 La France, 26 septembre 1835.

9 Ibid.

10 Le Rénovateur, Courrier de l'Europe, 20 octobre 1833.

11 La Gazette de France, 10 octobre 1833.

12 Mosse, George, Fallen Soldiers : Reshaping the Memory of the World Wars, Oxford, Oxford University Press, 1990, p 159.

13 Ibid., p. 161.

14 Barrès du Molard, Alphonse de, Mémoires sur la guerre de Navarre et des provinces basques, Paris, Dentu, 1842, p. 4.

15 Ibid., p. 2.

16 La France, 23 juillet 1836.

17 Le Rénovateur, 11 octobre 1833.

18 L'Europe monarchique, 28 janvier 1839.

19 La France, 7 juin 1835.

20 Du Casse, Hermann, Echos de la Navarre. Paris, Maison, 1840, p. 7.

21 La France, 13 janvier 1838.

22 Sabatier, Alexis, « Tio Tomas » Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836. Alexis Sabatier était lieutenant-colonel d'infanterie dans l'armée de don Carlos.

23 M.A.T., Campagnes et aventures d’un volontaire royaliste en Espagne, Le Mans, Monnoyer, 1869, p. 33.

24 La Gazette de France, 11 octobre 1833.

25 Rémond, René, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982, p. 74.

26 René Rémond souligne que le fait que ce parti n'ait jamais réussi à ébranler la stabilité du régime est une énigme et il remarque que : « L'explication de cette surprenante inefficacité tient à la fois à la psychologie et à la composition sociale du parti. L'histoire de l'opposition légitimiste est l'histoire d'une pensée sûre de son bon droit, mais impuissante à découvrir des moyens d'expression appropriés à don temps, et d'une société dont l'influence décline, battue en brèche par l'évolution des mœurs, et qui, gagnée par le découragement, renonce à lutter pied à pied ». Ibid.

27 Lévêque, Pierre, Histoire des forces politiques en France, Tome 1, Paris, Armand Colin, 1992, pp. 186 à 189.

28 Rémond, op. cit.

29 Bullón de Mendoza, Alfonso, La Primera guerra carlista, Madrid, Actas, 1992, p. 437.

30 Du Casse, Hermann, op. cit., p. 3.

31 Dans Les enjeux de l’histoire culturelle, Philippe Poirrier démontre qu’« Il y a coïncidence entre la diffusion d’un certain type de culture et la formation d’une certaine catégorie sociale, consciente d’elle-même et apparaissant dans sa cohésion, son homogénéité aux autres groupes sociaux ». Poirrier, Philippe, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Editions du Seuil, 2004. Barrès du Molard, quant à lui, cite dans une note contenue dans son ouvrage les noms d’autres compagnons d’armes ayant écrit, eux aussi, leurs Mémoires (le Baron de los Valles, Henningsen, Sabatier et Zaratiegui). Ce faisant, il est conscient que ces Mémoires l’intègrent à un groupe social particulier avec ses codes et ses idées toutes faites auquel il est fier d’appartenir et il montre qu’il n’est pas le seul à entreprendre une telle entreprise.

32 Maffesoli, Michel, Essais sur la violence banale et fondatrice, Paris, CNRS, 2009, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Blanchard, « Violence politique et légitimisme pendant la Première guerre carliste : une occasion manquée », Amnis [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 14 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amnis/3552 ; DOI : 10.4000/amnis.3552

Haut de page

Auteur

Laetitia Blanchard

Université de Paris-Sorbonne, France, l_blanchard_rubio@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals