Navigation – Plan du site

Résumés

Dans cet article, nous étudions la signification du populisme aux Etats-Unis dans une perspective historique. Nous montrons que si le populisme n’est pas une idéologie, il propose cependant une vision très spécifique du monde et de la politique. Dans la rhétorique populiste, l’histoire et les enjeux politiques sont réduits à une opposition agressive entre un peuple majoritaire, homogène et travailleur et une élite minoritaire, hétérogène et paresseuse. Cela étant dit, nous montrons que si le populisme n’est pas une idéologie, il se greffe sur des idéologies, de droite et de gauche, et parfois aux extrêmes. Nous illustrons notre propos avec des exemples aux Etats-Unis tels que People’s Party, Huey Long et Jesse Jackson à gauche, Arnold Schwarzenegger et Donald Trump à droite, et Pat Buchanan à l’extrême droite. Nous réalisons également une analyse des discours de Ross Perot et du Tea Party pour illustrer la spécificité du populisme fiscal. En conclusion, nous montrons que le populisme est profondément ancré dans la vie politique américaine depuis la naissance des Etats-Unis et le débat entre les Pères fondateurs sur la forme que le futur Etat fédéral allait prendre. Cela nous permettra de considérer que le populisme n’est pas systématiquement une menace pour la démocratie aux Etats-Unis, et qu’il ne se résume certainement pas à une de ses formes les plus connues : le populisme d’extrême droite.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la première section de la première partie de notre article, nous avons étudié le concept de populisme dans son rapport au concept d’idéologie. Ce travail nous a permis de montrer en quoi le populisme n’est pas une idéologie mais également en quoi ce concept porte une vision du monde qui oppose un « peuple » à une « élite » selon des caractéristiques spécifiques. Dans la section qui a suivi, nous nous sommes penché sur l’image du peuple propre au populisme avec un regard sur la littérature savante en Europe et outre-Atlantique, et une approche spécifique sur les Etats-Unis dans une perspective empirique (illustration par le discours, les manifestes, le programme, les communiqués de presse, etc.).

2Dans cette deuxième partie, la section consacrée aux élites offrira le même cheminement mais en se penchant cette fois sur le concept d’élite comme ennemi du peuple. Par ailleurs, nous proposerons une section, plus courte, sur la place et le profil du leader charismatique dans la rhétorique populiste. Dans la conclusion, pour élargir la réflexion, nous nous intéresserons au lien entre populisme et démocratie, notamment au niveau du rapport à la politique, aux médiations et au temps politique.

Les élites

  • 1 Voire le cœur conceptuel du populisme chez Stanley (Populism as a distinct ideology : The conceptua (...)
  • 2 Ibid., p. 104.
  • 3 Respectivement Nouvelle Démocratie, La Gauche démocrate, et Le mouvement socialiste panhellénique.
  • 4 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis, Giorgio, « Left-wing populism in the European periphery : the cas (...)

3La rhétorique populiste évoque deux groupes qui sont dans une relation antagoniste, et à la valorisation du peuple, elle oppose une diabolisation de l’élite1. Les défauts des élites correspondent aux qualités du peuple et celui-ci étant majoritaire, homogène et laborieux, l’élite représente une minorité hétérogène, paresseuse et cupide. L’élite ne représente jamais plus qu’une poignée d’individus dont le nombre, s’il peut varier dans des proportions importantes, est toujours passablement inférieur au groupe majoritaire. L’élite possède de multiples visages qui chacun à leur manière renforce cette idée fondamentale de minorité. En Europe, dans le discours d’Andrzej Zbigniew Lepper, Président du parti populiste polonais Samoobrona (« Autodéfense »), l’élite est composée de gens « dominants » qui possèdent le pouvoir de façon illégitime et qui conservent jalousement leur statut face aux tentatives du peuple pour récupérer ce qui leur appartient, c’est-à-dire le « droit de prendre des décisions »2. En Grèce, dans le discours du parti populiste de gauche Syriza en 2012, l’élite est à un premier niveau les « forces politiques à l’intérieur du pays » (les trois partis de la coalition gouvernementale ND, PASOK, DIMAR3), et à un deuxième niveau le « néo-libéralisme et ses avocats » que sont les institutions financières comme le Fond monétaire international, la banque centrale européenne et l’Union européenne4. Ces deux niveaux sont d’ailleurs parfois délibérément confondus. Le « populisme à la française », pour sa part, exprime « un mépris pour la propension des partis dominants à chasser en bande puis à exercer le pouvoir à leur seul profit ».

  • 5 Rioux, Jean-Pierre, « La tentation populiste », Cités, n° 49, 2012, p. 67.

Il lance un cri d’angoisse des appauvris et des victimes d’un ‘système’. Il formule un espoir pour revanchards, un rejet des ‘pourris’ et des ‘ripoux’, des ‘impuissants’, des ‘gros’, un déni des élites politiques et médiatiques, des technocrates, de ‘l’énarchie’, des ‘agents du fisc’, des ‘profiteurs’, des ‘intellos’ : tous comploteurs, tous ‘vendus’, tous suspectés de ‘conflits d’intérêts’, tous dénoncés comme tels.5

  • 6 D’après l’Union démocratique pour le respect du travail (UDRT) en Belgique à la fin des années 80 a (...)

4En Europe, depuis Maastricht, les populistes parlent de Bruxelles à l’échelle européenne (menace d’un gouvernement supranational), des financiers de Londres (menace de la haute finance) ou encore de « l’établissement » parisien (Jean-Marie Le Pen contre la « bande des 4 »). A chaque fois, les ennemis sont des experts, des politiciens professionnels, des consultants, des conseillers, des appareils de partis (et leurs organisations satellites), ou encore des banquiers, des financiers et des spéculateurs en tous genres. Quels que soient les individus de « pouvoir » évoqués, ceux-ci sont systématiquement décrits comme une minorité secrète, « des menteurs professionnels », des profiteurs qui « se partagent le gâteau »6 et qui sont inspirés par des objectifs peu avouables.

  • 7 Hauter, François, « Le Tea Party, ou le malaise de l’’Amérique profonde’« , Le Débat, n° 163, 2011, (...)
  • 8 Ancien membre du Ku Klux Klan, plusieurs fois candidat à différents niveaux de pouvoir pour le part (...)
  • 9 Singh, Robert, The Farrakhan Phenomenon, Washington DC, Georgetown University Press, 1997, p. 183 e (...)
  • 10 Extraits cités par Canovan, Margaret, op. cit., pp. 33-34 et p. 51. Sur cette citation et son conte (...)

5Aux Etats-Unis, en périodes troubles » les angoisses des populations fragilisées aboutissent aux mêmes rengaines : les ‘élites’ concentrent trop de pouvoir, les politiques d’immigration sont laxistes, la classe politique est inféodée aux intérêts particuliers, qu’ils se nichent à Wall Street ou au cœur de la bureaucratie non élue de Bruxelles »7. Robert Singh insiste sur l’antipathie qu’inspire le gouvernement fédéral américain à des leaders populistes aussi différents que David Duke (extrême droite suprémaciste8), Pat Buchanan et Louis Farrakhan (leader de Nation of Islam). A chaque fois précise-t-il, c’est « nous contre eux »9, le peuple contre les élites de Washington, la majorité des Américains contre le gouvernement fédéral livré aux mains d’une poignée d’individus. A la fin du 19ème siècle déjà, un leader du People’s party, Mary Elizabeth Lease, affirmait que « Wall street possède le pays », et que ce « n’est plus un gouvernement de, par et pour le peuple, mais de, par et pour Wall Street", que les gens de ce pays ‘sont des esclaves’, et que ‘le monopole est le maître’« 10. On distingue dans ce discours la majorité populaire, « les gens » d’une part, et de l’autre, la poignée d’individus qui exploitent le peuple, « d’un côté les magnats et les financiers de Wall Street et de l’autre le peuple », d’un côté « les ploutocrates, les aristocrates et autres rats », et de l’autre les gens honnêtes.

  • 11 Brown, Gwen, « Deliberation and its Discontents : H. Ross Perot’s Antipolitical Populism », Schedle (...)
  • 12 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Per (...)
  • 13 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Per (...)

6Chez Ross Perot, l’élite est composée de « politiciens de carrière qui ont perdu le contact avec les problèmes du citoyen moyen »11, c’est le microcosme intellectuel, politique et économique de Washington qui a trompé le peuple, notamment en développant les prérogatives de Washington à grand frais pour subvenir à ses besoins (augmentation des salaires et des avantages, croissance du gouvernement, etc.), et en parallèle en augmentant considérablement la dette fédérale sans jamais vraiment avoir consulté le peuple ni même pris la peine de lui en parler. L’élite politique est cupide et se laisse facilement influencée par les lobbyistes, ces « gens avec des costumes à mille dollars et des chaussures en crocodile qui circulent dans les couloirs du Congrès et qui pèsent sur les politiques publiques aujourd’hui [...] »12. L’élite, d’après Perot, ne produit rien contrairement aux industriels et aux hommes d’affaires, elle est obsédée par l’argent, pour elle-même d’abord, mais aussi pour financer ses campagnes électorales, elle est devenue immorale, et de surcroît, elle se reproduit et se protège comme une aristocratie. L’élite, c’est le système, c’est « un village où la Maison blanche dit, c’est le Congrès qui l’a fait ; et le Congrès dit, c’est la Maison blanche qui est responsable »13.

  • 14 Perot, Ross, op. cit., p. 13.

7Dans une section de son ouvrage United We Stand intitulée « La trahison des élites », Perot précise que les élites sont « les gens qui vont à Washington pour faire du bien et qui reste pour faire du bien à leurs propres intérêts. Ils prennent des emplois au gouvernement pour obtenir de l’expertise et enrichir leur cv. Ensuite ils utilisent l’expérience et le savoir qu’ils ont obtenu en tant que personnes payées par l’Etat pour lever des contrats de consultance à 500 000 dollars avec des gouvernements étrangers et les « gros intérêts ». C’est la fameuse « porte coulissante »14. Et cette élite survit à travers le temps, elle se reproduit et transforme les nouveaux venus. Perot explique :

  • 15 Ibid., p. 23.

La vague de nouveaux membres du Congrès qui étaient élus en 1974 en tant que réformateurs après le scandale du Watergate étaient une élite brillante et sincère que le Congrès n’avait jamais vu de toute son histoire. 18 ans plus tard, ceux qui sont restés en place font encore plus partie du ‘système’ que ceux qu’ils ont remplacé.15

  • 16 Parmi les groupes d’intérêts dans le collimateur de Schwarzenegger, il y a notamment les structures (...)

8Chez le candidat et le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger - enjeux locaux et californiens obligent -, ce sont moins Washington et l’Etat fédéral que les « intérêts spéciaux »16 qui incarnent l’élite, c’est-à-dire la connivence qui existe entre une classe politique californienne bien installée depuis longtemps, les syndicats, certains lobbyistes et différents acteurs qui s’enrichissent en faisant tout « pour que rien ne change ».

  • 17 Discours d’investiture le 17 novembre 2003.

9Lors de son discours d’investiture, Schwarzenegger a précisé à plusieurs reprises qu’il allait prendre ses fonctions en « n’appartenant à personne à l’exception du peuple », et qu’il allait engager son action dans l’intérêt du peuple, et par pour les intérêts spéciaux17. Rappelant que la souveraineté vient des gens et ne vient pas du gouvernement, Schwarzenegger explique que système ne fonctionne plus, qu’il faut le changer en profondeur, qu’il faut le réformer :

  • 18 « This election was not about replacing one man. It was not about replacing one party. It was about (...)

Cette élection ne concernait pas le remplacement d'un homme. Cela ne concernait pas la substitution d'un parti. Il s'agissait d'un changement dans la politique climatique de ce pays. Partout où je suis allé durant ma campagne, je pouvais sentir l'appétit des citoyens pour un travail collectif des élus, pour travailler ouvertement et pour travailler pour le bien commun. Cette élection était le véto citoyen contre la politique et les pratiques d’avant.18

10Lors de son discours de « l’Etat de l’Etat » le 5 janvier 2005, Schwarzenegger insiste : « Mes collègues, je vous le dis, le courage politique n’est pas un suicide politique. Ignorez les lobbyistes. Ignorez les politiques. Faites confiance au peuple ». Et dans le même discours, il ajoute « on doit reprendre notre responsabilité sur le budget. On doit avoir une nouvelle approche qui dépasse les intérêts spéciaux et les pressions qui ont transformés certains législateurs en vendeurs ».

  • 19 State of the State Address, 5 janvier 2005.

11De nombreuses caractéristiques du discours populiste apparaissent dans les interventions du Gouverneur pendant sa première campagne mais aussi pendant ses deux mandats et sa deuxième campagne. Schwarzenegger revient souvent sur l’idéal démocratique où le peuple devrait contrôler son destin et où le système ne devrait pas être soumis aux « intérêts » et/ou aux partis politiques : « Let the People decide » expliquait le gouverneur à la presse dès le lancement de ses nouvelles initiatives, notamment sur le budget, juste après son élection. Il évoque aussi la multiplication des intermédiaires entre le peuple et le pouvoir qui diminue la vivacité de la démocratie. Evoquant le gaspillage de l’argent public, il indique qu’il souhaite supprimer près de « 100 commissions et comités qui ne sont pas nécessaires », ce qui permettra « d’abolir près de 1000 mandats politiques dans la foulée » : aucune personne payée par l’Etat « ne devrait gagner 100 000 dollars par an pour seulement se rencontrer 2 fois par an »19.

  • 20 Voir Skocpol, Theda, Williamson, Vanessa, The Tea Party and the Remaking of American Conservatism, (...)
  • 21 Hauter, François, op. cit., p. 41.
  • 22 Naves, Marie-Cécile, op. cit., pp. 35-36.

12L’élite, en 2009, dans le discours du Tea Party20, c’est Obama, un « intellectuel entouré d’universitaires, un homme éloigné des préoccupations de la Middle America (l’Amérique moyenne), un personnage emblématique de tout ce qu’ils détestent, un dirigeant incapable de parler au cœur de ses concitoyens »21. Ce mouvement, indique Marie-Cécile Naves, s’inscrit « dans la longue tradition du populisme américain », il a « fait du président sa bête noire et lui a opposé un agenda extrémiste sur la baisse de la dette et du déficit fédéral, la diminution des impôts et des dépenses publiques, le rejet du multiculturalisme et des élites (grandes entreprises, intellectuels) », et il se targue ajoute Naves de « s’appuyer sur un savoir-faire dit ‘grassroots’« 22, c’est-à-dire de terrain, d’en bas, du peuple, des hommes et des femmes ordinaires. L’élite dans le discours du Tea Party, c’est le gouvernement fédéral qui dépense de l’argent qui ne lui appartient pas. Ce sont les élus qui puisent dans l’argent du contribuable pour assurer leur train de vie et pour être réélus via des programmes sociaux qui leur garantissent le soutien d’une partie de la population (les pauvres, les assistés, etc.). Le Tea Party considère que l’élite s’approprie un pouvoir que la constitution lui refuse, il lui reproche de vouloir réguler tous les aspects de la vie quotidienne pour justifier la levée de nouveaux impôts, et surtout d’instrumentaliser l’éducation, les médias et l’Université pour asseoir sa domination culturelle. Au Tea Party, au nom de la démocratie, on considère que l’élite est contre la liberté individuelle et contre le libre marché.

13La dichotomie peuple/élite s’installe au Tea Party dès 2009. D’après Godet, les « Tea Partiers croient sincèrement dans l’innocence et dans la vertu des masses. Le mal ne devrait son existence qu’à la dégradation du système représentatif et à l’action d’élites corrompues. La solution : lutter contre toute forme d’autorité et ridiculiser les prétentions de l’establishment à gouverner les esprits. [...] ». Soulignons cependant, précise Godet :

  • 23 Godet, Aurélie, Le Tea Party – Portrait d’une Amérique désorientée, Paris, Editions Vendémiaire, 20 (...)

Contrairement à ce qui s’est passé en 1890 ou en 1936, devant la révélation des excès de la bulle spéculative, les manifestants ne formulent aucune demande de protection ou de réparation auprès du gouvernement. Ils exigent au contraire moins d’Etat, moins de régulation, plus de liberté individuelle et plus d’autonomie pour des institutions locales à taille humaine.23

  • 24 L’American Civil Liberties Union est une des principales associations américaines de défense des dr (...)
  • 25 Hertzke, Allen, op. cit., p. 4.

14Les individus qui incarnent l’élite varient d’un discours à l’autre. Dans sa comparaison de Jesse Jackson et Pat Robertson, Hertzke montre la différence entre les « élites économiques » qui exploitent les pauvres selon Jackson et les « élites culturelles » qui sapent les valeurs morales selon Robertson. Le premier s’en prend aux multinationales, aux financiers, aux banquiers et aux détenteurs du grand capital qui dominent Wall Street et Washington. Le second stigmatise les éducateurs, les professeurs laïques, les propriétaires de médias, les « artistes prétentieux », les « académiques libéraux », les bureaucrates du gouvernement, les féministes, les avocats de l’ACLU24, etc25, c’est-à-dire toutes les composantes d’une élite athée et corrompue sans valeurs morales ou religieuses. Dans les deux cas, malgré de grosses différences, l’objectif de leur discours est de stigmatiser une poignée d’individus qui est toujours numériquement inférieure et qui ont seulement des intérêts communs.

  • 26 Extrait cité par Canovan, Margaret, op. cit., pp. 52-54.
  • 27 Betz, Hans-Georg, op. cit., p. 5.
  • 28 Propos de Jean-Marie Le Pen cité par Chebel d’Appollonia, Ariane, L’extrême droite en France, De Ma (...)
  • 29 Canovan, Margaret, op. cit., p. 33.

15Enfin, au peuple laborieux qui travaille dans les campagnes, le populisme lui oppose les élites paresseuses, souvent issues de la ville, qui vivent sur le travail d’autrui et qui, de cette manière, n’ont aucun mérite : « Il est impossible de gagner honnêtement la fortune d’un ploutocrate » disait-on au People’s Party à la fin du 19ème siècle26. Le discours populiste représente les élites comme des parasites au sein « d’une société qui oppose la majorité productive et payeuse de taxes à une minorité de politiciens, de bureaucrates et à leurs clients » qui consomment les fruits issus de leur labeur27. L’élite est présente et active dans les grandes capitales occidentales où s’exerce le pouvoir politique et où se prennent les décisions économiques qui concernent les « petits » et le peuple en général. Les discours populistes stigmatisent les élites, les « technocrates » et les « fédérastes »28 de Bruxelles et de Washington, ou les banquiers et les spéculateurs de Wall Street et de New York29. A chaque fois, il est question de grandes métropoles où les élites « cosmopolites » et « mondialistes » manipulent la volonté du peuple et utilisent les fruits de son labeur pour satisfaire leurs intérêts personnels et privés.

  • 30 Godin, Christian, op. cit., p. 18.

16A l’analyse, on constate que le populisme est également très souvent « anti-intellectualiste », il « se méfie du savoir et de la pensée comme de la peste ». Il est « méfiant vis-à-vis de la science parce que celle-ci émane des puissants et qu’elle sert leurs intérêts. Le populisme croit que tous les chiffres (à gauche ceux du chômage, à droite ceux de l’immigration) sont faux »30. C’est cette défiance vis-à-vis du savoir produit par les élites, les grandes écoles et les universités qui permettent à une partie des militants du Tea Party de rejeter les théories sur le dérèglement climatique perçues comme des mensonges ou des stratégies pour contrôler le peuple. C’est également cette défiance qui a progressivement amené Donald Trump à discréditer les analyses techniques de la candidate Hillary Clinton en campagne électorale durant l’année 2016, et plus tard, après être rentré à la Maison blanche, les commentaires des journalistes issus des grands médias dont CNN.

  • 31 Hermet, Guy, op. cit., p. 78.

17Les populistes et les démocrates se disputent le peuple et grâce à l’idée de minorité, la rhétorique populiste déduit le principe de l’illégitimité. L’élite qui se dit « démocrate » est illégitime, son caractère minoritaire rend son discours injustifié et par extension injuste au sens où ce qu’elle dit n’est ni juste ni justifié. C’est l’illégitimité qu’implique l’idée de minorité qui donne corps à l’argumentaire populiste et à son appel au peuple légitime. Ainsi, à l’instar de la légitimité populaire qui renvoie à la démocratie et au discours du plus grand nombre se substitue, dans le discours populiste sur les élites, l’idée d’un groupe « non-démocratique » animé par ses seuls intérêts privés, un groupe d’individus anonymes qui auraient « confisqué le pouvoir » tout en prétendant être les « vrais démocrates ». Si le bon sens populaire, le sens commun apparaît en première position dans l’ordre des revendications politiques dans le discours populiste et que les dirigeants doivent s’aligner sur celui-ci31, le discours « élitiste » doit être ignoré, méprisé et écarté du débat politique.

  • 32 Godin, Christian, op. cit., p. 16.
  • 33 Hermet, Guy, op. cit., p. 77.
  • 34 Ibid., p. 78.

18L’élite - la minorité illégitime - « dissimule »32, elle ment sur ce qui est bon pour le peuple, et elle finit par incarner le mal et la malhonnêteté. Les élites sont mauvaises, « impures », mal intentionnées, vicieuses, sournoises et malicieuses, elles incarnent le « mépris de la vertu populaire » et « la décadence morale »33. « Que suggère en effet l’idéologie populiste ? » se demande Hermet, « que la solution aux problèmes qui se posent est des plus faciles, et même toute trouvée, puisque seule la malignité d’un groupe de politiciens hypocrites et de plumitifs serviles a empêché jusqu’alors qu’elle ne s’applique dans sa clarté méridienne »34.

  • 35 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis Giorgos, « Left-wing populism in the European periphery : the case (...)
  • 36 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.
  • 37 Godin, Christian, op. cit., p. 17.

19Le populisme s’appuie sur une dimension duale, dichotomique35 et divisée du combat social et politique et propose « une relation antagoniste entre le peuple et l’élite »36. Il traite le « monde compliqué avec des idées simples », il croit « encore à l’opposition univoque du vrai et du faux »37, et partant, il a aussi, souvent, un caractère fondamentalement polémiste. Dans sa narration, les luttes sociales, les inégalités, la crise économique, l’insécurité, le chômage et bien d’autres thèmes politiques majeurs sont évoqués par le biais d’un prisme réducteur qui oppose dans le cadre d’une relation extrêmement tendue deux acteurs uniques l’un vis-à-vis de l’autre. La réduction de l’histoire politique à la lutte entre les élites d’une part et le peuple d’autre part s’inscrit dans une vision férocement polémique du combat politique. D’après Taguieff, le « polémisme » qui caractérise la rhétorique populiste trouve ses origines dans l’affaiblissement des clivages au sein de l’espace politique.

  • 38 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 16-17.

Lorsque (ce dernier) se ferme sur lui-même et s’indifférencie à l’intérieur, la bipolarisation perd son caractère fonctionnel, et l’idée progresse que le clivage droite/gauche est irrémédiablement ‘dépassé’[...]. La confiscation techno-bureaucratique du pouvoir produit de l’apathie civique, en refoulant aux marges les débats et les controverses, bref, en disqualifiant la confrontation des orientations divergentes et des projets antagonistes. La dimension du polemos, chassée du système, se reconstitue entre le système et ses ennemis. D’où l’entrée par effraction des contradicteurs dans le parc politique réservé.38

  • 39 Ibid., p. 103.

20Le populisme est un polémisme : « son appel au peuple est toujours un appel contre certains ‘autres’« 39.

Le chef charismatique

  • 40 Naves, Marie-Cécile, op. cit., p. 55.

21La rhétorique populiste n’aurait pas le succès que l’on connaît en Europe et aux Etats-Unis si elle n’ajoutait à son interprétation de la politique et de l’histoire l’image de l’homme providentiel qui voit les choses avec plus de lucidité que ses concitoyens, et qui sait (qui prétend savoir) exactement ce qu’il faut faire, et dans quel sens il faut aller pour lutter contre les menaces que les élites font peser sur le peuple. Le leader est alors présenté comme un homme qui fait partie du peuple ou qui tire ses origines des milieux populaires et laborieux. Il ne doit pas son succès politique, sa fortune et ses qualités personnelles à l’élite ou à une quelconque protection ou rente de situation, il s’est fait tout seul, et il a lui-même réussi à s’extraire d’une situation difficile, sans l’aide de l’élite. Ce type d’auto-présentation explique pourquoi des gens aussi riches et aussi puissants que Silvio Berlusconi, Donald Trump ou Arnold Schwarzenegger parviennent à parler au nom du peuple sans ressentir aucune contradiction, et sans être perçu comme membre de l’élite par leurs électeurs. Dans son ouvrage consacré à Donald Trump, Marie-Cécile Naves insiste sur l’obsession du futur Président pour donner l’image d’un homme déterminé, « qui a réussi dans les affaires tout en demeurant éloigné des puissants, qu’il s’agisse des financiers de Wall Street, des intellectuels ou des responsables du Parti républicain ». Et Naves d’ajouter : « il veut apparaître à la fois comme celui qui incarne le rêve américain de la réussite sociale par le travail acharné, et comme quelqu’un resté proche du peuple et de ses aspirations ». Pout Trump, les élites « ont trahi les valeurs de l’Amérique pour profiter du système et ont donc piétiné la démocratie »40.

22Lors de sa campagne pour les primaires Démocrates de 1988, le Révérend Jesse Jackson prend lui-même les devants lorsqu’il explique à ses électeurs potentiels que ce n’est pas parce qu’il passe à la télévision, et qu’il n’a pas plus de souci à se faire sur le plan financier, qu’il n’est pas du peuple et qu’il ne comprend pas le peuple.

  • 41 Discours du Révérend Jesse Louis Jackson, le 19 1988. Texte intégral disponible sur le site Interne (...)

Pourquoi ne puis-je pas vous confronter de cette manière ? "Jesse Jackson, vous ne comprenez pas ma situation. Vous êtes à télévision. Vous ne comprenez pas. Je vous vois avec les riches, avec les stars. Vous ne comprenez pas ma situation." Je vous comprends. Vous me voyez à la télévision, mais vous ne connaissez pas ce dont je suis fait. [...] J'ai une histoire. Je n'étais pas toujours à la télévision. Des éditeurs n'étaient pas toujours devant ma porte. Lorsque je suis né, lors d'une fin d'après-midi le 8 octobre à Greenville, en Caroline du Sud, aucun rédacteur n'a demandé son nom à ma mère. [...] Ma mère n'était pas supposée s’en sortir, et je n'étais pas supposé m’en sortir. Vous voyez, je suis née d'une mère adolescente, qui fut née d'une mère adolescente. [...] Je ne suis pas né à l'hôpital. Maman n'avait pas d'assurance. Je suis né dans un lit à la maison. Né dans une maison de trois chambres, salle-de-bains dans la cour-arrière, vase à côté du lit, pas d'eau courante chaude ou froide. Je comprends. Du papier-peint pour la décoration ? Non. Pour couper le vent. Je suis une personne comme une autre. C'est pourquoi je vous comprends, que vous soyez noir ou blanc. Je comprends le travail. Je ne suis pas né avec une cuillère en argent dans la bouche, j'avais une pelle dans la main. Je suis né dans les bidonvilles, mais le bidonville n'est pas né en moi. (Applaudissements). Et s'il n'est pas né en vous, vous pouvez le faire.41

  • 42 Surel, Yves, « Populism in the French Party System », Meny, Yves, Surel, Yves, Democracies and the (...)

23Dans une contribution sur le populisme à l’extrême droite au sein du système des partis français, Yves Surel montre comment Jean-Marie Le Pen s’appuie sur sa trajectoire personnelle, ou en tous les cas sur la façon dont il présente celle-ci, pour démontrer en quoi il est issu des classes populaires et qu’à ce titre il est un représentant idéal pour le peuple. Citant ce dernier lors d’un discours à la fête de Jeanne d’Arc organisée par le Front National le 1er mai 1997, on peut lire que Jean-Marie Le Pen est le « petit fils de paysans et de marins » qui travaillaient dur dans des conditions très difficiles mais aussi le fils « d’un père qui est mort pour la France » pendant la Deuxième Guerre mondiale42. Les origines populaires du leader populiste, son parcours courageux, ses éventuelles souffrances et les défis qu’il a relevés font de ce dernier quelqu’un qui ne peut en aucun cas être accusé d’appartenir aux élites même si financièrement il est plus proche des « riches » que du peuple. En conséquence, les leaders populistes les plus fortunés qui par leurs moyens financiers peuvent être accusés de connivence avec le « monde de l’argent et des puissants » présentent cette caractéristique étrange : ils incarnent une sorte d’élite « financière », une élite d’entrepreneur qui s’est faite toute seule à la sueur de son front, et qui, fidèle à ses origines modestes, est contre les élites « traditionnelles », des élites qui pour leur part sont nées dans de très bonnes conditions et qui n’ont donc aucun mérite pour leur ascension sociale et professionnelle. Pierre-André Taguieff rappelle :

  • 43 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 130-131.

Dans la plupart des cas, une légende rose et édifiante (au sujet du leader) est indéfiniment diffusée : la vie exemplaire et la virilité enviable du leader, sa réussite sociale, voire son ‘honnêteté’ ou sa ‘sincérité’, sont mises en évidence [...]. L’on met aussi en exergue la capacité exemplaire de contact ou de communication du leader avec le peuple, ce qui le montre proche de ‘ceux d’en bas’, et le distingue de tous les autres hommes politiques, traités comme exemplaires d’une seule et même caste, coupée du ‘peuple’.43

Conclusion

  • 44 Shogan, Colleen, « Anti-Intellectualism in the Modern Presidency : A Republican Populism », Perspec (...)

24En rédigeant cet article, nous nous sommes appropriés la thèse selon laquelle c’est surtout l’opposition du peuple aux élites qui anime et structure, historiquement, les diverses manifestations du populisme. Nous avions l’intuition qu’il était associé abusivement à l’extrême droite, alors que l’expérience concrète lui permet de se greffer sur toutes les idéologies. Et nous pensions que les Etats-Unis étaient un terrain idéal pour le démontrer. Si des figures variées et originales de la vie politique américaine confirment l’intérêt d’une telle approche, il serait réducteur de ne pas se demander si la structure même du pouvoir aux Etats-Unis implique une vie politique inévitablement populiste, notamment en raison de la relation entre l’Etat fédéral et les Etats fédérés, dès les origines. En effet, au-delà des acteurs étudiés, la littérature témoigne d’un populisme à la Maison blanche qui concerne autant les Démocrates que les Républicains. Colleen Shogan indique que la présidence américaine a un côté naturellement anti-intellectuel44, elle parle de « populisme républicain » (Republican populism), et cite comme exemple Ronald Reagan ou Bush fils, notamment en raison de leur mépris vis-à-vis des intellectuels au nom du bon sens populaire.

  • 45 Mélandri, Pierre, Histoire des Etats-Unis II. Le déclin ? Depuis 1974, Paris, Perrin, 2008, p. 350.
  • 46 Cité par Mélandri, Pierre, « La rhétorique populiste aux Etats-Unis », op. cit., p. 199.
  • 47 Cité par Leca, Jean, op. cit., pp. 85-95.
  • 48 Clinton, Bill, Gore, Albert, Putting People First : How We Can All Change America, Times Book, 1992
  • 49 http://www.theguardian.com/world/2012/jan/25/state-of-the-union-obama-fairer.

25Bill Clinton n’hésitera pas « non plus à recourir à un certain populisme dénonçant dans les Républicains le parti des ‘riches et des intérêts particuliers’« 45, d’après Pierre Mélandri. Arrachant la cause de « l’Américain oublié » aux Républicains qui, « depuis la fin des années 1960, l’avaient monopolisée, (Bill Clinton) affirma se présenter ‘au nom de tous ceux qui font le boulot, qui élèvent leurs enfants et respectent les règles, au nom des Américains travaillant dur qui forment notre classe moyenne oubliée ». Je suis le produit de cette classe moyenne ajoutait-il, « et quand je serai président, vous ne serez plus oubliés »46. Al Gore, le colistier de Bill Clinton qui allait devenir Vice-Président indiquait pour sa part, au sujet de ses adversaires : « Ils sont pour les puissants, nous sommes pour le peuple »47. Clinton et Gore étaient aussi en 1992 les auteurs d’un ouvrage au titre évocateur : « Putting People First : How We Can All Change America »48 (« Mettre les gens d’abord. Comment on peut tous changer l’Amérique »). Récemment, Barack Obama a été accusé par les Républicains et une partie de la presse de jouer la carte populiste. Ainsi en 2012, le correspondant du Guardian indiquait qu’Obama « avait utilisé son discours de l’Etat de l’Union pour lancer sa campagne de réélection en 2012, avec un discours populiste le présentant comme le champion de la classe moyenne américaine contre la petite élite, très riche, protégée, affirmait-il, par les Républicains »49. Plus récemment, Donald Trump, d’abord en campagne et ensuite comme occupant de la Maison blanche, a eu de nombreuses occasions pour illustrer son choix d’un discours populiste.

  • 50 Hauter, François, op. cit., p. 40.

26Si le populisme est au cœur de la vie politique américaine et que finalement tout le monde, y compris à la Maison blanche, cherche à rejouer en permanence, chacun à sa façon, la « Tea Party de Boston »50, il faut distinguer les acteurs qui empruntent occasionnellement un registre populiste des acteurs qui eux fondent l’entièreté de leur programme, de leurs discours et de leurs propositions dans une opposition peuple/élite structurante. Et à bien des égards, les acteurs étudiés dans cet article sont particulièrement différents des Présidents qui ont pu occuper la Maison blanche. Il y a en effet au People’s Party et au Tea Party, chez Jackson, Long, Perot, Buchanan et Schwarzenegger une différence importante qui se situe au niveau du degré d’enfoncement dans l’usage spécifique des concepts de peuple et d’élite, et au niveau de la récurrence de cet usage.

27Au-delà de ce qui précède, si quelques-uns sont des « professionnels », des spécialistes de ce type de discours, et si tous peuvent avoir un « moment populiste », tous, sans exception, mobilisent un appel à la démocratie. Parce que le populisme affiche un appel fondamental à une démocratie « plus directe », où les citoyens pourraient exprimer plus facilement leurs volontés sans devoir passer par les partis, les élus, les chambres, les conseils, etc. Le populisme est un appel à une sorte de « démocratie radicale » où le pouvoir effectif serait dans les mains du peuple. Une démocratie authentique, réelle, « pure », qui correspondrait parfaitement à sa définition étymologique grecque (et sa traduction littérale : dêmos et cratos). Le projet populiste propose le retour du pouvoir « usurpé » dans les mains du peuple. Il est dans le discours populiste l’incarnation de la démocratie directe par excellence car il offre à la fois la possibilité pour chacun de proposer une politique spécifique sur un sujet déterminé mais aussi de faire éventuellement appliquer cette dernière, si d’aventure elle était approuvée par le biais d’une consultation populaire.

28Le projet populiste fait l’éloge du modèle politique suisse, modèle qui illustre par excellence les possibilités concrètes du referendum dans l’organisation de la vie politique et de la société. Il a un attrait pour le principe du « recall » qui permet dans certains pays ou régions de remettre en question l’investiture d’un élu si un nombre suffisant de citoyens se mobilise dans ce sens. Le projet populiste produit des discours laudatifs sur les gouvernements et les pouvoirs locaux, les seuls à être capables de comprendre les problèmes et les aspirations du peuple. Le referendum d’initiative populaire, le système politique suisse, le principe du « recall » et les gouvernements locaux sont autant de « méthodes de gouvernement » et de procédures qui permettent de réduire l’écart entre ceux qui décident, les élites, et ceux qui sont gouvernés, le peuple.

29Il n’est pas exagéré de dire que le projet populiste vise à réduire la distance entre le « peuple opprimé » et le pouvoir des élites, pouvoir qui selon lui obéit à des intérêts privés et particuliers sans lien avec la volonté populaire. La réduction de la distance entre le peuple et le pouvoir, entre les « hommes ordinaires » et la politique, entre la société au quotidien et son organisation politique, est au cœur de l’idéal populiste. Et pour parvenir à réaliser ce vaste projet, le populisme entretient un discours relativement hostile aux nombreuses institutions intermédiaires qui « occupent le terrain » (la distance en l’occurrence) entre le peuple et le pouvoir.

  • 51 Van Kessel, Stijn, op. cit., p. 101.

30La place consacrée au dénigrement des « intermédiaires » dans le discours populiste peut être interprétée comme une volonté de supprimer dans le champ politique toutes formes de médiations entre la volonté du peuple d’une part, et la réalisation effective de cette dernière d’autre part. En effet, ce qui est visé dans les attaques nombreuses des populistes à l’encontre des bureaucraties, des appareils de l’Etat, des partis et des syndicats, c’est la médiation qu’ils opèrent entre les aspirations du peuple, formulées de différentes manières dans les programmes politiques des partis dominants, et leur traduction concrète dans la réalité quotidienne. C’est la médiation qu’ils incarnent entre la volonté populaire et la réalisation de cette dernière au quotidien. Le populiste glorifie l’idéal d’une « représentation sans médiations »51.

31Le discours populiste stigmatise les élus politiques et syndicaux et les médiations institutionnelles avec beaucoup d’acharnement. Et on peut dès lors se demander si le projet populiste d’abolition de la distance entre le peuple et le pouvoir ne cacherait pas un projet plus radical d’abolition du temps en politique, le temps nécessaire à l’élaboration d’une volonté collective, à la prise d’une décision appropriée et à la mise en œuvre de son application effective. En effet, c’est le temps nécessaire au fonctionnement des démocraties représentatives qui semble le plus souvent visé par le discours populiste, un peu comme si ce temps politique - le temps des élites - était une « perte de temps » et que la vérité - la vérité populaire - n’avait pas à devoir attendre. Ce « temps politique » est considéré comme responsable du décalage entre le moment de la volonté populaire exprimée et l’application de celle-ci. Il est stigmatisé comme le principal responsable de l’écart grandissant entre la volonté populaire et l’organisation effective de la société. Le « temps politique » inhérent à la démocratie, aux médiations et à la négociation est dans la ligne de mire du populisme qui voudrait le voir disparaître au profit d’une démocratie directe idéale où la volonté populaire et son exécution effective se confondraient.

32Si tout ce qui précède peut apparaître comme du simplisme et de la démagogie, rien n’exclut cependant que dans certains cas, un discours populiste dénonce un « temps politique » abusivement long, « faussement long », ce qui renvoie à nouveau à la fois à la question de la sincérité du propos évoquée dans l’introduction du présent article, mais aussi au degré d’enfoncement dans une analyse réduisant la complexité politique à la seule opposition entre le peuple et les élites. L’apparition de « Bruxelles » dans l’imaginaire collectif européen depuis plus de 20 ans n’est en effet pas sans lien avec l’image de Washington qui accompagne les Américains depuis la révolution. Dans les deux cas, on sent à la fois un abus dans la simplification, et en parallèle des discours parfois sincères pour plus de démocratie.

Haut de page

Notes

1 Voire le cœur conceptuel du populisme chez Stanley (Populism as a distinct ideology : The conceptual core), Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

2 Ibid., p. 104.

3 Respectivement Nouvelle Démocratie, La Gauche démocrate, et Le mouvement socialiste panhellénique.

4 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis, Giorgio, « Left-wing populism in the European periphery : the case of Syriza », op. cit., pp. 130-131.

5 Rioux, Jean-Pierre, « La tentation populiste », Cités, n° 49, 2012, p. 67.

6 D’après l’Union démocratique pour le respect du travail (UDRT) en Belgique à la fin des années 80 au sujet des dirigeants politiques et syndicaux. L’UDRT est un parti qui a vu le jour en Belgique francophone en 1978 et qui a obtenu certains résultats électoraux significatifs pendant une petite dizaine d’années. Voir Delwit, Pascal, De Waele, Jean-Michel, Rea, Andrea, L’extrême droite en France et en Belgique, Bruxelles, Complexe, 1998, p. 61. Lire également Van Eesbeeck, Patrick, L’U.D.R.T. De la révolte anti-fiscale des indépendants au libéralisme économique radical, Bruxelles, M.L.D. Publisher Paul Didier, 1985.

7 Hauter, François, « Le Tea Party, ou le malaise de l’’Amérique profonde’« , Le Débat, n° 163, 2011, p. 44.

8 Ancien membre du Ku Klux Klan, plusieurs fois candidat à différents niveaux de pouvoir pour le parti républicain, David Duke défend des positions ouvertement en faveur de la suprématie de la race blanche aux Etats-Unis. Sur David Duke, voir notamment Rose, Douglas, The Emergence of David Duke and the Politics of Class, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1992.

9 Singh, Robert, The Farrakhan Phenomenon, Washington DC, Georgetown University Press, 1997, p. 183 et 184.

10 Extraits cités par Canovan, Margaret, op. cit., pp. 33-34 et p. 51. Sur cette citation et son contexte, voir Müller, Jean-Werner, op. cit., pp. 87-88.

11 Brown, Gwen, « Deliberation and its Discontents : H. Ross Perot’s Antipolitical Populism », Schedler, Andreas, The End of Politics ?, Mac Millan Press Ltd, 1997, p. 122.

12 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Perot le 11 octobre 1992 Commission on Presidential Debates :

http://www.debates.org/index.php ?page =october-11-1992-first-half-debate-transcript.

13 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Perot le 11 octobre 1992 Commission on Presidential Debates :

http://www.debates.org/index.php ?page =october-11-1992-first-half-debate-transcript.

14 Perot, Ross, op. cit., p. 13.

15 Ibid., p. 23.

16 Parmi les groupes d’intérêts dans le collimateur de Schwarzenegger, il y a notamment les structures qui défendent les contrats des employés de l’Etat et l’industrie du jeu détenue en bonne partie par les Indiens. Voir à ce sujet Andrade, Ronald, « True Lies. Governor Schwarzenegger and Other political Leaders’ Response to Tribal Issues », American Behavioral Scientist, vol. 50, n° 3, 2006. Et aussi le New York Times du 2 octobre 2003.

17 Discours d’investiture le 17 novembre 2003.

18 « This election was not about replacing one man. It was not about replacing one party. It was about changing the entire political climate of this state. Everywhere I went during my campaign, I could feel the public hunger for our elected officials to work together, to work openly and to work for the greater good. This election was the people's veto for politics as usual » (discours d’investiture le 17 novembre 2003).

19 State of the State Address, 5 janvier 2005.

20 Voir Skocpol, Theda, Williamson, Vanessa, The Tea Party and the Remaking of American Conservatism, Oxford, Oxford University Press, 2012 ; et la partie consacrée au Tea Party dans Judis, John, op. cit., pp. 53-59.

21 Hauter, François, op. cit., p. 41.

22 Naves, Marie-Cécile, op. cit., pp. 35-36.

23 Godet, Aurélie, Le Tea Party – Portrait d’une Amérique désorientée, Paris, Editions Vendémiaire, 2012, pp. 53-54.

24 L’American Civil Liberties Union est une des principales associations américaines de défense des droits fondamentaux tels que la liberté d’expression, l’égalité des chances, le droit des minorités, etc.

25 Hertzke, Allen, op. cit., p. 4.

26 Extrait cité par Canovan, Margaret, op. cit., pp. 52-54.

27 Betz, Hans-Georg, op. cit., p. 5.

28 Propos de Jean-Marie Le Pen cité par Chebel d’Appollonia, Ariane, L’extrême droite en France, De Maurras à Le Pen, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 379.

29 Canovan, Margaret, op. cit., p. 33.

30 Godin, Christian, op. cit., p. 18.

31 Hermet, Guy, op. cit., p. 78.

32 Godin, Christian, op. cit., p. 16.

33 Hermet, Guy, op. cit., p. 77.

34 Ibid., p. 78.

35 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis Giorgos, « Left-wing populism in the European periphery : the case of Syriza », op. cit., pp. 123-128.

36 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

37 Godin, Christian, op. cit., p. 17.

38 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 16-17.

39 Ibid., p. 103.

40 Naves, Marie-Cécile, op. cit., p. 55.

41 Discours du Révérend Jesse Louis Jackson, le 19 1988. Texte intégral disponible sur le site Internet de Public Broadcasting Service : http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/jesse/speeches/jesse88speech.html. « Why I cannot challenge you this way ? ‘Jesse Jackson, you don't understand my situation. You be on television. You don't understand. I see you with the big people. You don't understand my situation’. I understand. You see me on TV, but you don't know the me that makes me, me. [...] I have a story. I wasn't always on television. Writers were not always outside my door. When I was born late one afternoon, October 8th, in Greenville, South Carolina, no writers asked my mother her name [...]. My mama was not supposed to make it, and I was not supposed to make it. You see, I was born of a teen-age mother, who was born of a teen-age mother. [...] I understand. I wasn't born in the hospital. Mama didn't have insurance. I was born in the bed at [the] house. I really do understand. Born in a three-room house, bathroom in the backyard, slop jar by the bed, no hot and cold running water. I understand. Wallpaper used for decoration ? No. For a windbreaker. I understand. I'm a working person's person. That's why I understand you whether you're Black or White. I understand work. I was not born with a silver spoon in my mouth. I had a shovel programmed for my hand. [...] I was born in the slum, but the slum was not born in me. (Applause) And it wasn't born in you, and you can make it »

42 Surel, Yves, « Populism in the French Party System », Meny, Yves, Surel, Yves, Democracies and the populist challenge, New York, Palgrave, 2002, p. 148. Voir également la contribution plus récente Surel, Yves, « Populisme et démocratie », Taguieff, Pierre-André, Le retour du populisme. Un défi pour les démocraties européennes, Paris, Encyclopaedia Universalis, 2004, p. 107. Dans le même ouvrage collectif mais cette fois-ci sur Jörg Haider « l’outsider » proche du peuple, le « Robin des bois », lire Betz, Hans-Georg, « Une mobilisation politique de la droite radicale : le cas autrichien », p. 39 et suivantes.

43 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 130-131.

44 Shogan, Colleen, « Anti-Intellectualism in the Modern Presidency : A Republican Populism », Perspectives on Politics, vol. 5, n° 2, 2007.

45 Mélandri, Pierre, Histoire des Etats-Unis II. Le déclin ? Depuis 1974, Paris, Perrin, 2008, p. 350.

46 Cité par Mélandri, Pierre, « La rhétorique populiste aux Etats-Unis », op. cit., p. 199.

47 Cité par Leca, Jean, op. cit., pp. 85-95.

48 Clinton, Bill, Gore, Albert, Putting People First : How We Can All Change America, Times Book, 1992.

49 http://www.theguardian.com/world/2012/jan/25/state-of-the-union-obama-fairer.

50 Hauter, François, op. cit., p. 40.

51 Van Kessel, Stijn, op. cit., p. 101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Jamin, « Le populisme aux Etats-Unis : le rejet de l’élite », Amnis [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amnis/3935 ; DOI : 10.4000/amnis.3935

Haut de page

Auteur

Jérôme Jamin

Université de Liège, Belgique, Jerome.jamin@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals