Navigation – Plan du site
Mémoire, histoire et mythe

La mémoire du conflit carliste et ses enjeux : entre usage politique et mise en ordre du passé

Laetitia Blanchard Rubio

Résumés

Lors de la Première guerre carliste, un grand nombre de Mémoires de militaires ont été publiés dans toute l'Europe par une lignée de « soldats-conteurs » engagés dans le camp des carlistes. Ces ouvrages, qui s'inscrivent dans un mouvement ample de parution au XIXe siècle d'une littérature centrée sur l'Espagne, deviennent très vite des succès éditoriaux. Nous allons démontrer que ces « entrepreneurs de mémoire » ont une forte identité collective et analyser leurs motivations concernant la conservation programmée du souvenir. Ces militaires portent différents projets de mémoire. Tout d'abord, leurs écrits cherchent à susciter un intérêt immédiat à propos de ce conflit. Des officiers, tout juste revenus du front, racontent l'épopée carliste afin de mobiliser des soutiens pour gagner la guerre. Ces auteurs s'attachent également à la construction et à la conservation de la mémoire collective de la communauté légitimiste à laquelle ils appartiennent afin de l'engager à poursuivre le combat partout où il se présentera. Lors de cette entreprise de mise en récit du passé, ils confondent souvent leur rôle de mémorialiste avec celui de l'historien. Enfin, certains se sentent investis d'une mission à plus long terme en tant que gardiens de la mémoire des vaincus. Ils sont mus par la volonté d'instruire les générations futures et de sauver l'oubli leur propre version de l'Histoire.

Haut de page

Texte intégral

L'enjeu de la mémoire n'est pas l'événement comme tel, mais le sens qu'il contient pour la collectivité, sa cohésion, son identité présente.

Laurence van Ypersele

  • 1 C'est par ce terme que ce militaire carliste a choisi de se désigner dans ses Mémoires. Du Casse, H (...)
  • 2 Terme que Gérard Noiriel emprunte aux sociologues dans son article « Histoire, mémoire, engagement (...)

1Lors de la Première guerre carliste, durant laquelle s'affrontent Isabelle et don Carlos, les deux prétendants au trône d'Espagne, un grand nombre de Mémoires de militaires ont été publiés dans toute l'Europe par une lignée de « soldats-conteurs »1 engagés dans le camp des carlistes. Ces ouvrages, qui s'inscrivent dans un mouvement ample de parution au XIXe siècle d'une littérature centrée sur l'Espagne, deviennent très vite des succès éditoriaux. Nous allons analyser les motivations de ces « entrepreneurs de mémoire »2 qui ont une forte identité collective en soulignant les stratégies mémorielles qu'ils mettent en place et en analysant leur discours concernant l'usage politique de la mémoire et la conservation programmée du souvenir.

  • 3 Noiriel, Gérard, A quoi sert « l'identité nationale », Marseille, Agone, 2007, pp. 8-9.

2Les différents types d'usages de la mémoire et donc de mise en récit du passé qui se mettent en place à cette époque correspondent à l'existence d'une histoire-mémoire qui était la seule façon d'envisager le discours sur le passé jusqu'au XIXe siècle3. Il s'agit de faire de l'histoire avec la mémoire, et c'est ainsi que durant la Première guerre carliste une équipe de spécialistes se constitue afin d'élaborer, de rassembler et d'organiser des récits mémorables. La mémoire étant un enjeu de luttes entre les partis en compétition, et les militaires légitimistes ayant conscience d'appartenir au camp des perdants, ceux-ci se donnent pour mission de défendre et transmettre la mémoire de ce combat historique qui s'avère être clé pour l'avenir de leur collectif. Ils revendiquent ainsi un droit au souvenir qu'est susceptible de leur interdire l'histoire officielle envisagée d'un point de vue des vainqueurs, ceux-ci appartenant au parti libéral qui est celui chargé de mentionner, à ce moment de l'histoire espagnole, ce qui est digne de mémoire.

La mémoire mobilisatrice

3La Première guerre carliste a été l'occasion pour l'opinion publique de l'époque de voir se résoudre par la lutte armée en Espagne le combat idéologique que se livrent les deux partis en présence dans toute l'Europe, le libéralisme et l'absolutisme. Un grand nombre d'ouvrages écrits à la gloire du carlisme sont diffusés en Europe très tôt durant les premières années de la guerre afin de susciter des campagnes d'opinion favorables aux acteurs de ce conflit. Dans cette optique, une partie importante des publications carlistes se présentant comme des souvenirs de guerre interviennent comme un outil de propagande politique.

4A travers ces nombreux écrits transparaît un enthousiasme suscité par la possibilité offerte à de nombreux partisans de la cause légitimiste de pouvoir combattre en Espagne contre le libéralisme dominant. Voici comment l'officier anonyme M.A.T. justifie sa décision de s’engager aux côtés de don Carlos :

  • 4 M.A.T., Campagnes et aventures d'un volontaire royaliste en Espagne, Le Mans, Monnoyer, 1869, p. 33

On se battait au-delà des Pyrénées, et la cause qui enflammait le cœur de ces loyaux Espagnols, était celle de la légitimité dans tous les pays. Dès lors, tout mon désir fut de passer la frontière et de me joindre à eux.4

5Certains militaires, dont le devoir premier est de servir leur pays ou une cause par les armes en temps de guerre, choisissent donc, dans ce même esprit de devoir, d'écrire leurs Mémoires dès leur retour du front. Il s'agit tout simplement pour eux d'une autre façon de servir une cause pour laquelle ils ont été prêts à sacrifier leur vie. Le colonel d'infanterie Alexis Sabatier informe son lecteur que :

  • 5 Sabatier, Alexis, « Tio Tomas ». Souvenirs d'un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III

La cause de la légitimité, comme toute autre cause politique, peut et doit être défendue de bien des manières : par le sabre, la plume, la parole et la bourse ; et c’est ainsi que tout homme dont le dévouement n’est point mensonge ou pusillanimité, peut contribuer à son triomphe.5

6Un militaire qui n’est plus en campagne peut encore être acteur d’un mouvement d’opinion favorable à sa cause. C’est ainsi que Sabatier en vient à penser que même, lorsqu'il est démobilisé, il peut encore servir la cause légitimiste comme écrivain. Il y a un rapport évident entre ce groupe social particulier et la forme d’expression que sont les Mémoires. Ces Mémoires sont leur façon de réactiver une dernière fois leurs idéaux et leur combat. Le capitaine d'infanterie Hermann Du Casse affirme que :

  • 6 Du Casse, op. cit., p. 1.

Nos seuls bénéfices de nombreux travaux, à nous autres militaires, lorsque l’âge ou les blessures nous retirent d’une carrière ingrate arrosée de nos sueurs et de notre sang, ce sont nos souvenirs.6

  • 7 Vocaltha, M., Zumalacarreguy et l'Espagne ou Précis des événements militaires qui se sont passés da (...)
  • 8 Henningsen, Charles Frederick, Mémoires sur Zumalacarregui et sur les premières campagnes de la Nav (...)

7Dans ces écrits, qui rendent comptent d'une mémoire récente des événements, les grands personnages et les héros de guerre occupent une place privilégiée. Ils symbolisent ainsi, de par leur comportement courageux et leur exemplarité, la bannière à laquelle il faut se rallier. A travers le général carliste Zumalacarregui, les Mémoires exaltent la figure du grand stratège, comme avait pu l'être Napoléon à qui il est très souvent comparé. Pour M. Vocaltha, il est clair que « Après Napoléon, Zumalacarreguy est, sans contredit, la plus grande figure guerrière du siècle »7. Zumalacarregui, devenu rapidement une légende suite à sa mort prématurée en pleine gloire militaire en 1835, constitue le sujet principal de plusieurs de ces Mémoires. En revenant du front, le capitaine de lanciers Charles Frederick Henningsen8, un officier écossais, publie en 1836 un ouvrage intitulé Mémoires sur Zumalacarregui et les premières campagnes de Navarre.

  • 9 Auguet de Saint-Sylvain, baron de Los Valles, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu, (...)

8Ces Mémoires, qui rendent des hommages répétés à ce général populaire et victorieux, répondent à un objectif de propagande à court terme puisque ces ouvrages paraissent au milieu de la guerre de 1834 à 1836, au moment où don Carlos a besoin du soutien des puissances légitimistes européennes pour continuer le combat. Les récits qu'ils contiennent sont de véritables entreprises de séduction. Par la mise en valeur des qualités et des exploits de l’un des leurs, ces auteurs espèrent créer dans toute l'Europe un mouvement d’opinion favorable à leur cause. Le culte du héros fait de l'imitation de celui-ci un devoir collectif. Zumalacarregui étant le meilleur atout publicitaire des carlistes, on comprend les raisons qui poussent un personnage tel que Auguet de Saint-Sylvain, un maréchal de camp fait baron de los Valles en 1835 par don Carlos9, à composer le portrait le plus élogieux et le plus détaillé du général que nous ayons trouvé :

  • 10 Los Valles, op. cit., pp. 202-203.

Je voyais pour la première fois le général Zumalacarreguy, et je fus frappé de l’impression qu’il produisit sur moi. Il y avait dans la manière noble, franche et respectueuse à la fois, avec laquelle il aborda le roi, quelque chose d’imposant qui rappelait le type du caractère espagnol des anciens temps. Le général Zumalacarreguy est petit, mais d’une organisation forte et robuste ; ses yeux gris sont vifs et animés, ils décèlent de l’esprit et de l’imagination ; son front large signale l’homme capable de grandes résolutions ; on teint est coloré, il y a de la réflexion et du courage sur cette mâle figure ; comme le grand Frédéric, il a une épaule un peu plus haute que l’autre, et comme lui il incline légèrement la tête sur le côté, et cette attitude habituelle donne à l’ensemble de sa personne un mélange de fierté et d’audace très analogues à son caractère. En le voyant, on devine en lui toutes les grandes qualités qui le distinguent, et dans tous ses mouvements se révèle ce caractère impétueux et passionné qui règle toutes les grandes actions de sa vie.10

9Le rôle et l’engagement de ces militaires dans la mise en récit d'un passé récent est primordial, car tout au long de la guerre don Carlos a besoin d’une aide militaire et financière, et il va notamment la solliciter à l’étranger. Afin d’encourager les appuis provenant de l’extérieur, ces Mémoires, publiés par des auteurs de nationalités diverses, quoique tous défenseurs de la légitimité, vont s'attacher à démontrer que la popularité de la cause carliste est sans limites en Espagne et que le bon droit se trouve dans leur camp. La publicité qu’ils donnent au conflit contribue à attirer des fonds et mais aussi de nouveaux combattants, et elle permet notamment la formation d’une "internationale blanche" composée de soldats étrangers qui vont aller s’engager dans l’armée carliste pour défendre leurs idéaux. Ces hommes avaient la sensation que sur le champ de bataille espagnol était en jeu les grands principes de la civilisation européenne et certains d'entre eux entreprendront également de transmettre la mémoire du conflit.

La mémoire communautaire

  • 11 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 8.
  • 12 Nora, Pierre, « Présentation » in Les Lieux de mémoire, op. cit., p. 25.
  • 13 Du Casse, op. cit., p. 12.

10Comme l'a souligné Gérard Noiriel, « la plupart des discours qui ont été tenus sur le passé, depuis l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle, peuvent être classés dans le registre mémoriel. Les auteurs de ces récits se donnaient pour mission de juger les acteurs de l'histoire. En dénonçant les uns, en réhabilitant les autres, ils se plaçaient au service de leur communauté, de leur classe sociale ou des pouvoirs (Eglise ou Etat) dont ils dépendaient »11. Ici, ces militaires sont les représentants d’un collectif légitimiste engagé dans le camp des carlistes. La mémoire qu'ils convoquent insiste par conséquent sur des jugements et des valeurs partagés par la communauté légitimiste comme l’honneur, la défense de la religion, la fidélité au roi ou le respect des traditions. Dans ce sens, Pierre Nora oppose la mémoire « affective et magique » qui « sourd d’un groupe qu’elle soude » à l’histoire qui « au contraire appartient à tous et à personne, ce qui lui donne vocation à l’universel »12. En donnant des points de repères à la mémoire du légitimisme, il s’agit pour les partisans du carlisme de transmettre un héritage mémoriel qui pourra être exploité par les générations suivantes. Ce type d'écrits exige une interprétation forcément favorable de certains faits et une vision élogieuse de certains personnages. Par exemple, tout partisan de don Carlos se doit d’inclure quelques passages obligés sur les figures mythiques du camp carliste que sont le prétendant don Carlos qui est plus souvent désigné avec le titre de Charles V et le victorieux général Zumalacarregui. Le baron Hermann Du Casse dans ses Souvenirs magnifie ces deux personnages historiques ; il fait de l’un « la représentation sacrée de la légitimité » et de l’autre « le type radieux de la gloire »13. Ces ouvrages hagiographiques, écrits dans les années qui suivent le conflit, participent de la construction d'un imaginaire collectif uniquement destiné à exalter la cause carliste et non pas à la comprendre ou à l'expliquer comme le ferait un historien.

  • 14 Ici, le traducteur des Mémoires sur Zumalacarregui d'Henningsen, de par sa déclaration préliminaire (...)

11Par ailleurs, la traduction en français de certains de ces ouvrages (ceux de Lichnowsky, de Zaratiegui ou de Henningsen) démontre que cette mémoire collective est soutenue et organisée par un réseau cohérent d'« entrepreneurs de mémoire » groupés en un courant politique encore vivace14. Après la Première guerre carliste, ces Mémoires participent à toute une vague d’écrits destinés à faire briller (ou simplement survivre) la flamme du légitimisme le plus longtemps possible en France mais aussi dans le reste de l’Europe.

12Cependant, cette mise en valeur du passé ne se fait pas seulement pour répondre aux besoins d’un lecteur contemporain, mais aussi dans un but de transmission de la mémoire du conflit aux générations suivantes. C’est pourquoi le général espagnol Juan Antonio de Zaratiegui fonde de grandes espérances sur la publication de son ouvrage en 1845 :

  • 15 Zaratiegui, Juan Antonio de, Vie de Zumalacarregui, Paris, Impr. De Lacour et Cie, 1845, pp. 1-2.

Les renseignements que nous allons mettre au jour sont tellement importants que, dès à présent, nous nourrissons l’espoir d’un résultat d’autant plus favorable au héros carliste que sa réputation sera assise sur une base solide, et que nous procurons ici aux écrivains qui voudraient entreprendre le travail difficile de transmettre aux générations futures les événements de notre malheureuse guerre civile, un guide sûr pour traiter avec toute l’extension possible ce qui est relatif à ce sujet.15

13Grâce à leur position privilégiée, les militaires prétendent vouloir faciliter la tâche des historiens en laissant une trace pour la postérité. Sabatier devine ainsi qu’il fait partie d’un tout et qu’il n’est que l’un des vecteurs d’une œuvre et d’une mémoire collectives en train de se constituer :

  • 16 Sabatier, op. cit., p. III.

[…] à l’historien d’une guerre, il faut des faits que le soldat seul peut fournir. Soldat de Charles V, je dis une partie de ce que j’ai vu sur les champs de bataille que deux fois j’ai arrosés de mon sang ; d’autres diront aussi ce qu’ils ont vu, et l’ensemble de ces témoignages fournira des pages impérissables aux annales militaires du monde.16

14Ces auteurs se présentent avant tout comme des personnes dignes de foi puisqu’ils ont tous été les témoins des événements qu’ils retranscrivent. Souvent, leur position privilégiée d’officiers gradés leur permettait de fréquenter les plus hauts personnages et d’être dans le secret des puissants, ce qui leur confère encore plus d’autorité. On peut donc trouver de nombreuses protestations de bonne foi chez nos auteurs. Zaratiegui assure que :

  • 17 Zaratiegui, op. cit., p. 2.

Nul parmi ceux qui nous connaissent ne doutera de l’authenticité de ce que nous dirons sur Zumalacarregui, nous qui avons été honorés de son amitié, dépositaire de son entière confiance, témoin oculaire de tous ses actes publics et privés.17

15Henningsen affirme pour sa part que :

  • 18 Henningsen, op. cit., p. XII.

Quel que soit enfin le jugement qu’on portera de cet ouvrage, ce que je garantis seulement c’est la parfaite vérité et la complète exactitude de ce qu’il contient.18

16Certains mettent ainsi en avant la démarche quasi scientifique de leurs ouvrages et se présentent comme les experts de la vérité non seulement au nom de l’expérience vécue mais parce qu’ils sont dans la possibilité de fournir de nombreuses pièces justificatives faites de proclamations, de correspondances, c’est-à dire-des documents de première main auxquels ils ont eu accès. Le colonel Barrès du Molard par exemple réunit tout un ensemble de pièces annexes à la fin de ses Mémoires, et dans son avant-propos il précise :

  • 19 Barrès du Molard, Alphonse de (vicomte), Mémoires sur la guerre de la Navarre et des provinces basq (...)

Il est cependant nécessaire, pour montrer le degré de confiance qui est dû à ces récits, de dire que par sa position d’officier supérieur d’état-major, placé successivement en cette qualité auprès des généraux Zumalacarregui, Eraso, Iturralde, Sagastibelza, Elio, Moreno, comte de Casa-Eguia, Villareal, Zaratiegui, Guergué et Maroto, il a été un des témoins permanents de cette guerre, en mesure de voir tout l’ensemble des faits militaires, et de rassembler tous les documents officiels nécessaires pour l’intelligence et la description des événements qu’il raconte.19

  • 20 Van Ypersele, Laurence et Raxhon, Philippe, Questions d'histoire contemporaine : conflits, mémoires (...)

17Il est évident que cette obsession démonstrative manque de la distance critique et du détachement nécessaires à tout historien, mais elle ne doit pas empêcher l’historien de s’y arrêter car elle témoigne d’une volonté de fixer une certaine histoire à un moment donné, une histoire qui serait en fait la vision historique idéale transmise par un certain courant de pensée ou un certain groupe social. En étudiant ce qui est digne de mémoire pour une communauté donnée (ici le collectif carliste) dont le discours, qui prétend à la vérité historique, tend plutôt à occulter certains faits et à en idéaliser d'autres, l'historien peut dégager « une composante des représentations collectives d'un groupe et par là de son identité »20.

18D’ailleurs de nombreuses remarques nous éloignent de l’impartialité nécessaire au travail d’historien et nous plongent de façon non équivoque dans le camp de partisans de don Carlos et du légitimisme. Ainsi le vicomte Barrès du Molard, qui pourtant souhaite démontrer à son lecteur « le degré de confiance qui est dû à ces récits », dans le même ouvrage, fait des vœux d’avenir favorables à don Carlos et à la cause légitimiste :

  • 21 Barrès du Molard, op. cit., p. 364. Son livre de Mémoires se vendait « au bénéfice des soldats de S (...)

Espérons donc que le vertueux Charles V et son auguste famille sortiront glorieux de l’adversité. Que le doigt de Dieu le protège, et nous verrons un jour le triomphe éclatant de l’autel et du trône dans son royaume trop longtemps déchiré !21

  • 22 Van Ypersele, Laurence, op. cit., p. 191.
  • 23 Citation de Pascal Ory par Lavabre, Marie-Claire, « La nation entre mémoire vive et mémoire morte » (...)

19« La mémoire, au contraire de l'histoire, se joue dans l'émotion partagée, la participation collective et la fidélité au passé dans un éternel présent »22, affirme Laurence van Ypersele. Comme nous l'avons vu, il existe en effet toujours un lien affectif des auteurs de ces Mémoires avec la cause carliste, et ce sentiment d'appartenance est inséparable de l'écriture de leurs ouvrages. Cette rigueur et cette objectivité proclamées ne sont donc qu’apparentes puisqu'ils ne sont en fait que des témoins partiaux des événements qu'ils retracent. Pour eux, il ne s'agit pas seulement de raconter « une histoire, mais une belle histoire »23. Alors que les partisans du carlisme revendiquent une mémoire et une identité, les historiens au contraire construisent une histoire et une vérité.

La mémoire des vaincus

  • 24 Cet usage de la mémoire propre aux au camp des perdants est souligné par Gérard Noiriel qui affirme (...)

20Les militaires que nous avons choisis d’étudier se retrouvent tous dans le camp des perdants. Or, il y a un usage différent de la mémoire par les vaincus ou les vainqueurs. En tant que vaincus, ils ont conscience de faire partie d’un groupe social que l’on veut détruire et le devoir de mémoire vient alors s’opposer à une volonté d’oubli et à une entreprise mémorielle concurrente du côté des vainqueurs24. Ils craignent une déformation partisane des faits qui se ferait à leurs dépens et ils ont peur d’être exclus de l’histoire officielle qui bien souvent est (ou n’est que, devrait-on dire) l’histoire des vainqueurs. C’est pourquoi, dans leurs écrits, ils sont constamment sur la défensive et ressentent la nécessité de plaider leur cause. Leur but est en fait d’empêcher la postérité de transmettre une interprétation univoque de leur histoire. Ils cherchent donc à impressionner le plus possible les esprits pour qu’on ne les oublie pas. Ils préfèrent ne pas laisser au temps le soin de juger de ce qu’il est important de divulguer aux générations futures. Eux seuls sont à même de comprendre et de décrire ce qui a de l’importance pour l’histoire du légitimisme. La conservation programmée du souvenir strictement sélectionné est alors confiée à l’écrit qui est censé pouvoir être un jour réactivé pour écrire l’histoire. C’est ainsi que la comtesse Ida de Bocarmé qui entreprend de traduire de l'allemand les Mémoires du brigadier général Félix Lichnowsky, tout en s’en remettant à la postérité, pense que :

  • 25 Lichnowsky, Félix (prince), Souvenirs de la guerre civile d'Espagne (1837 à 1839), traduction franç (...)

[…] les souvenirs d’un témoin impartial de ce grand débat [seront] de quelque importance aux yeux des historiens qui, plus tard, s’occuperont de la Péninsule au XIXe siècle.25

21On comprend alors pourquoi ces Mémoires n’ont presque rien d’autobiographique, il s’agit d’une mémoire essentiellement tournée vers le public. Le projet de ces mémorialistes est celui d’une réhabilitation. Ils sont conscients du fait qu’il n’y a pas d’histoire innocente car il n’y a pas de mémoire innocente. Mais, si l’histoire est conçue comme une construction de la mémoire de la collectivité nationale, ces Mémoires peuvent revendiquer, comme le font certains de leurs auteurs, leur place dans cet édifice.

  • 26 C’est le cas d’Henningsen qui conteste certains propos défavorables à son camp colportés par quelqu (...)

22Ces partisans du légitimisme ont un besoin désespéré de reconnaissance dans un monde qui ne correspond plus aux valeurs qui sont les leurs. Dans leurs Mémoires, il s’agit avant tout de susciter un élan populaire en faveur de leur cause en rassemblant les éléments nécessaires pour convaincre un public a priori incrédule ou indifférent puisqu’exposé à la version officielle des faits. Certains tiennent à montrer que le courage et la noblesse d’âme ont également existé dans leur camp, même si c’est celui des vaincus. D’autres sentent la nécessité de rectifier certaines interprétations qu’ils jugent erronées26 et tous vont au-devant d’une mémoire collective qui leur contesterait le droit d’exister. Ils se font ainsi les gardiens de la mémoire du légitimisme en construisant une histoire spécifique de l’imaginaire du collectif légitimiste. C’est ainsi que la comtesse de Bocarmé justifie sa volonté de traduire le livre du prince Félix Lichnowsky, elle explique clairement que son but est d’aller à l’encontre et de prévenir les mensonges de l’autre camp. Selon elle :

  • 27 Lichnowsky, op. cit., p. 4.

Ceux qui repoussent la légitimité par la légalité [il faut entendre les libéraux], comme si ce dernier mot pouvait se passer de l’autre, ont essayé pendant longtemps d’altérer l’histoire par des récits mensongers ; mais ce livre démontrera que ces sortes d’entreprises sur la justice sont toujours vaines. Tous les cœurs nobles et droits vont d’eux-mêmes à la vérité quand un cri généreux la leur découvre.27

  • 28 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 19.

23Ces auteurs ont en commun une forte conscience de soi et un fort sentiment d'appartenance à une communauté donnée et ils ont décidé de parler au nom de leur groupe d'appartenance, en cela ils sont donc bien des « entrepreneurs de mémoire ». « Grâce à eux », nous explique Gérard Noiriel, « les souvenirs disparates, souvent flous, voire confus, […] acquièrent une visibilité dans l'espace public »28. Comme nous l'avons démontré, dans leurs ouvrages, ils entreprennent un travail destiné à répondre soit à des préoccupations partisanes en rapport direct avec les enjeux politiques de leur temps, soit à conforter l'identité collective du groupe, soit à sauver de l'oubli les individus et les groupes qui ont leur faveur, le plus souvent contre des entreprises mémorielles concurrentes.

  • 29 Cette guerre est appelée aussi la Guerra dels matiners était un conflit mineur et circonscrit à la (...)
  • 30 Canal, Jordi, El carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000, pp. 24-25.
  • 31 « Desde la anécdota a la frase, desde el romance al himno, desde el retrato al grupo, todos estos p (...)

24La publication de Mémoires produits par les défenseurs de la cause carliste est l’occasion de mettre en place deux types de stratégies mémorielles répondant elles-mêmes à deux objectifs : il s'agit dans un premier temps d'une stratégie offensive dans laquelle la mémoire est d'une part mobilisatrice et sert à galvaniser les énergies partisanes et d'autre part chargée de construire et de fixer dans les mémoires un imaginaire collectif spécifique fait de héros et de valeurs partagées. Dans un deuxième temps, ils adoptent une stratégie défensive, basée sur la conservation programmée du souvenir, qui permet d’entretenir la mémoire du carlisme. Cette dernière stratégie ouvre la voie à de futurs combats. C’est ainsi que, quelques années plus tard, cette même communauté, grâce à la transmission d’un imaginaire forgé entre 1833 et 1839, parvient encore à mobiliser des milliers d’hommes lors de la Deuxième guerre carliste entre 1846 et 184929, puis de la Troisième guerre carliste entre 1872 et 1876. Si le mouvement carliste est parvenu à survivre entre ces différentes guerres et à être la seule droite légitimiste européenne à avoir survécu au XXe siècle, bien qu’en occupant une position secondaire sur la scène politique espagnole (puisqu’en 1936 les carlistes étaient encore là pour appuyer le soulèvement franquiste avec la formation paramilitaire du Requeté), et si aujourd’hui les carlistes espagnols sont encore présents à travers le parti Comunión Tradicionalista Carlista, ce n’est pas un hasard. Selon l’historien espagnol Jordi Canal, la longévité du carlisme, « la persistance d'un sentiment carliste »30 s’explique par son fort pouvoir d’adaptation, mais aussi par les caractéristiques particulières de la transmission de sa mémoire qui met en œuvre « des mécanismes de reproduction culturelle », tels ces ouvrages écrits à la gloire du carlisme, mais également tout un arsenal de productions orales, écrites, visuelles ou musicales. L’écrivain et journaliste carliste Julio Nombela se référait déjà à cet aspect du carlisme dans son ouvrage Detrás de las trincheras publié en 1876 : « De l'anecdote à la phrase, du romance à l'hymne, du portrait au groupe, tous ces procédés, d'une très grande efficacité, qui frappent le plus les esprits, qui parlent au sentiment et à l'imagination, ont été employés, et je n'ai moi-même pas été l'un des moindres à travailler de cette façon »31. Cette longévité illustre à merveille l’efficacité de l’appel à une mémoire toujours entretenue, toujours vivante, qui suppose la transmission d'une forte conscience de soi, d'une forte identité, afin de faire survivre l’adhésion à une cause plusieurs fois perdue à travers les siècles.

Haut de page

Notes

1 C'est par ce terme que ce militaire carliste a choisi de se désigner dans ses Mémoires. Du Casse, Hermann (baron), Echos de la Navarre. Quelques souvenirs d'un officier de Charles V, Paris, Maison, 1834, pp. 1-2. L'historien Paul Ricoeur nous somme quant à lui de ne pas oublier que « avant de devenir l'objet de la connaissance historique, l'événement est objet de récit ; en particulier, les récits des contemporains occupent une place de choix parmi les sources documentaires ». Ricoeur, Paul, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Editions du Seuil, 2000, p. 308.

2 Terme que Gérard Noiriel emprunte aux sociologues dans son article « Histoire, mémoire, engagement civique » in Hommes et migrations, n° 1247, Janvier-février 2004, p. 19.

3 Noiriel, Gérard, A quoi sert « l'identité nationale », Marseille, Agone, 2007, pp. 8-9.

4 M.A.T., Campagnes et aventures d'un volontaire royaliste en Espagne, Le Mans, Monnoyer, 1869, p. 33.

5 Sabatier, Alexis, « Tio Tomas ». Souvenirs d'un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III.

6 Du Casse, op. cit., p. 1.

7 Vocaltha, M., Zumalacarreguy et l'Espagne ou Précis des événements militaires qui se sont passés dans les provinces basques depuis 1831, Nancy, Hinzelin, 1835, vol. 4, p. 22.

8 Henningsen, Charles Frederick, Mémoires sur Zumalacarregui et sur les premières campagnes de la Navarre, Paris, H. Fournier, 1836.

9 Auguet de Saint-Sylvain, baron de Los Valles, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu, 1835, XVI-327 p. Il fut celui qui aida don Carlos à passer en Espagne en 1834 depuis son exil à Londres, qui ensuite fut nommé secrétaire particulier, brigadier et aide de Camp du prétendant et qui réalisa un voyage en Angleterre afin de demander un soutien financier.

10 Los Valles, op. cit., pp. 202-203.

11 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 8.

12 Nora, Pierre, « Présentation » in Les Lieux de mémoire, op. cit., p. 25.

13 Du Casse, op. cit., p. 12.

14 Ici, le traducteur des Mémoires sur Zumalacarregui d'Henningsen, de par sa déclaration préliminaire, s'inscrit bien dans ce réseau d'entrepreneurs lorsqu’il évoque les motifs qui l’ont poussé à traduire cet ouvrage : « Peut-être aussi (et nous sommes bien loin de le dissimuler) avons-nous été vivement intéressé par la sympathie de nos sentiments avec ceux de ce brave et loyal officier en faveur d’une cause qu’il a voulu soutenir de sa plume comme il l’avait soutenue de son épée ». Henningsen, op. cit., p. XIII.

15 Zaratiegui, Juan Antonio de, Vie de Zumalacarregui, Paris, Impr. De Lacour et Cie, 1845, pp. 1-2.

16 Sabatier, op. cit., p. III.

17 Zaratiegui, op. cit., p. 2.

18 Henningsen, op. cit., p. XII.

19 Barrès du Molard, Alphonse de (vicomte), Mémoires sur la guerre de la Navarre et des provinces basques, depuis ses origines en 1833 jusqu'au traité de Bergara en 1839, Paris, Dentu, 1842, pp. VI-VII.

20 Van Ypersele, Laurence et Raxhon, Philippe, Questions d'histoire contemporaine : conflits, mémoires et identités, Paris, PUF, 2006, p. 25.

21 Barrès du Molard, op. cit., p. 364. Son livre de Mémoires se vendait « au bénéfice des soldats de S.M. Charles V réfugiés en France ».

22 Van Ypersele, Laurence, op. cit., p. 191.

23 Citation de Pascal Ory par Lavabre, Marie-Claire, « La nation entre mémoire vive et mémoire morte » in Les nations européennes entre histoire et mémoire, XIXe-XXe siècles, sous la direction de Francis Démier et Elena Musiani, Paris, Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2017, p. 331.

24 Cet usage de la mémoire propre aux au camp des perdants est souligné par Gérard Noiriel qui affirme que : « La différence majeure entre l'histoire et la mémoire ne réside pas dans la méthode ou dans le rapport aux archives. Elle se situe dans le type de questionnement adressé au passé. Les producteurs de mémoire sont surtout le souci de « sauver de l'oubli », ou de réhabiliter, les individus et les groupes qui ont leur faveur ». Noiriel, Gérard, op. cit., p. 19.

25 Lichnowsky, Félix (prince), Souvenirs de la guerre civile d'Espagne (1837 à 1839), traduction française par la comtesse de Bocarmé, Paris, J. Dumaine, 1844, p. 3.

26 C’est le cas d’Henningsen qui conteste certains propos défavorables à son camp colportés par quelques-uns de ses contemporains : « Depuis mon retour en Angleterre, j’y ai souvent entendu dire que les engagements dans cette guerre civile n’étaient que de légères escarmouches, où il n’y avait ni dangers à braver, ni lauriers à cueillir. Le progrès des carlistes, ajoutait-on, n’étaient dus qu’à la lâcheté de leurs adversaires, et les premiers ne s’avançaient que parce que les autres se retiraient sans combattre. Rien n’est plus faux que ces assertions, et les avantages des carlistes, au contraire, n’étaient que trop souvent gagnés, et gagnés très chèrement au prix de leur sang. Je croirais manquer en même temps à la vérité et à l’honneur, si je laissais sans réponse d’aussi odieuses calomnies contre tant de braves compagnons d’armes, que j’ai vus tomber dans les champs de la Navarre et des provinces et dont la mort glorieuse ne doit pas rester dans l’oubli. » Henningsen, op. cit., pp. 174-175.

27 Lichnowsky, op. cit., p. 4.

28 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 19.

29 Cette guerre est appelée aussi la Guerra dels matiners était un conflit mineur et circonscrit à la Catalogne. Julio Aróstegui signale qu’elle avait : « un claro fondo socioeconómico coyuntural », Aróstegui, Julio, « El carlismo y la guerra civil » in Historia de España de Menéndez Pidal, Madrid, Espasa-Calpe, 1981, tome 34, p. 135.

30 Canal, Jordi, El carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000, pp. 24-25.

31 « Desde la anécdota a la frase, desde el romance al himno, desde el retrato al grupo, todos estos procedimientos, de mayor eficacia, que impresionan más, que hablan al sentimiento y a la imaginación, se emplearon, y no fui yo seguramente quien menos trabajé de esta manera ». Nombela, Julio, Detrás de las trincheras, 1876 in Canal, Jordi, op. cit., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Blanchard Rubio, « La mémoire du conflit carliste et ses enjeux : entre usage politique et mise en ordre du passé », Amnis [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/amnis/4068 ; DOI : 10.4000/amnis.4068

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals