Navigation – Plan du site
Mémoire et identité collective

Histoires et mémoires de l’exil et du retour des réfugiés Chiliens, des enjeux pour la société chilienne à travers l’exemple de la diaspora en France

Nicolas Prognon

Résumés

Le Chili est devenu un paradigme de la complexité des rapports entre le passé et le présent, et entre les mémoires et l’histoire. Après le coup d’Etat du 11 septembre 1973, un million de personnes environ ont quitté le Chili. Les parcours des exilés et des retornados s’entremêlent dans les méandres de cette histoire. Ces liens distendus entre le passé et le présent sont un défi pour la société chilienne. Cette diaspora fait partie intégrante de la mémoire collective nationale construite par la dictature et de l’imaginaire consubstantiel à la solidarité internationale. La récupération de leurs histoires, la reconnaissance de leurs mémoires et de leurs identités sont des sujets d’actualité pour ces victimes de la dictature puis de la transition.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Chile, exilio, retornados, dictadura, memoria.
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rousso Henry, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, 1987, p. 382.
  • 2 Compagnon Olivier, Gaudichaud Franck, « Chili : un passé trop vite passé », Hermès, n° 52, p. 83-89
  • 3 Ricoeur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, Paris, 2000, pp. 543-588.
  • 4 Nom donné communément aux Chiliens rentrés d’exil.

1Le Chili est devenu un paradigme de la complexité des rapports entre le passé et le présent, entre les mémoires et l’histoire depuis le 11 septembre 1973. Les plaies ouvertes par la dictature n’ont jamais été refermées plus de quarante ans après les évènements, signes d’un passé « qui ne passe pas »1 ou d’un « passé trop vite passé »2. En ce sens, l’exil et le retour sont des traces3, des marqueurs toujours présents dans les débats politiques actuels où les mémoires s’affrontent et se déchirent. Les parcours des exilés et des retornados4 s’entremêlent dans les méandres de cette histoire du temps présent où les liens distendus entre le passé et le présent sont un défi pour la société chilienne qui a préféré une sélection des souvenirs.

  • 5 Ricoeur Paul, op.cit, p. 585.
  • 6 Ricoeur Paul, La hantise du passé, Conversations pour demain, Paris, 1998, p. 143
  • 7 Ricoeur Paul. La mémoire, op.cit, p. 588.

2Ces traces sont des enjeux culturels et politiques dont la reconnaissance conduirait à une réelle réconciliation globale. L’ignorance ou l’oubli des mémoires de ces flux migratoires « prolonge sous certains aspects le déni et l’oubli commandé »5 par une « hantise du passé »6. Aussi, les mémoires privées des acteurs permettent de sortir de l’amnésie collective et leur expression encourage une « réappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique »7.

3Nous nous proposons en nous appuyant sur une contextualisation de l’exil et du retour augmentée de témoignages d’exilés et retornados de retracer les rapports fluctuants entre le passé des années 1970-1980 et le présent des années 2000 qui ont conduit des centaines de milliers de Chiliens à fuir leur pays pour se reconstruire en France puis à revenir dans un pays métamorphosé par la dictature du général Pinochet. Nous étendrons cette approche par une présentation des multiples contributions culturelles et historiques de l’exil à la compréhension de l’histoire immédiate chilienne. La reconnaissance de cette violation des droits de l’homme est un outil essentiel pour réaliser un véritable travail de mémoire et exorciser un passé traumatisant.

Histoire et mémoires de l’exil chilien : propagande, bannissement, intégration

4Dès le 11 septembre 1973, les injonctions socioculturelles martiales, relayées par un système médiatique visant à l’uniformisation de l’information basée sur la piètre qualité de son contenu, vont orienter les perceptions des exilés par la société civile. L’exil devient une trahison à la patrie et une incapacité à assumer ses responsabilités. Les exilés sont transformés en dangereux rebus de la société.

  • 8 Prognon Nicolas, Les exilés chiliens en France, entre exil et retour (1973-1994), EUE, 2011, p. 240

 Le 11 septembre j’ai été arrêté puis détenu pendant un mois et demi au Stade Chile puis au Stade National. J’ai été libéré et mis en résidence surveillée.8

  • 9 Lazar Judith, Sociologie de la communication de masse, Ed. Armand Colin, Paris, 1991, pp. 34-35.

5Les médias influencent leur relégation sociale car « ils renforcent le contrôle social et complètent d’autres méthodes formelles et informelles pour contrôler les comportements déviants »9. De ce fait, la propagande officielle légitime la politique de bannissement mais elle oublie de mentionner deux arguments juridiques en totale contradiction avec les velléités pseudo-démocratiques qu’elle répand. En effet, la condamnation à une peine d'exil et toute forme de bannissement infligée à un individu constituent une violation de l’article 9 de la déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée par le Chili, et de la Constitution de 1925, en vertu de laquelle le président de la République n’a pas la faculté d’expulser un Chilien ou de lui interdire l’accès au territoire national.

  • 10 ECOS-Depto. de Historia, « Exilio y Retorno. Chile 1973 – 1994 ». Memoria para un nuevo siglo. Chil (...)

6Pour contourner ces écueils législatifs, la Junte promulgue des décrets qui lui octroient des prérogatives arbitraires. Elle peut alors expulser tout individu du Chili en accordant des sauf-conduits ou des visas de « courtoisie » aux opposants. Le décret loi n° 81, du 11 octobre 1973, autorise l’expulsion et interdit l’entrée de toute personne mettant en danger la sécurité de l’Etat. Le décret n° 604, du 10 août 1974, interdit le retour des Chiliens qui diffament le gouvernement. Le décret-suprême n° 504, de mai 1975 du ministère de la Justice, commue les condamnations infligées par les tribunaux militaires en peine d’exil et il interdit toute possibilité aux personnes concernées par ce texte de retour sans l’accord du ministère de l’Intérieur10. Ces trois lois légalisent l’exil.

  • 11 Bolzman Claudio, Sociologie de l’exil : une approche dynamique, l’exemple des réfugiés chiliens en (...)

 Je suis sorti directement de la prison à l’aéroport de Santiago, une minute d’adieu à la famille et ensuite l’avion .11

  • 12 Tapia Jorge, Alvarez Marcos, Hales Alejandro, Castillo Jaime, Teitelboim Sergio, Aylmeda Clodomiro, (...)

7La Constitution de 1980 va renforcer les pouvoirs coercitifs du président Augusto Pinochet. Désormais, « il peut interdire le retour d’un exilé par décret, interdire l’entrée sur le territoire national, ou expulser, les personnes qui propagent des doctrines opposées au régime »12.

  • 13 Lire Le Chili entre le oui et le non : histoire et représentations du plébiscite de 1988, Babel, n° (...)
  • 14 Hazan Pierre, Juger la guerre, juger l'histoire, Paris, PUF, 2007, p. 252.
  • 15 Ricoeur Paul, La mémoire, op.cit, p. 589.

8Cette violation des droits de l’homme est prolongée par un déni de justice et de reconnaissance après le référendum de 198813. Dès 1990, les gouvernements imposent une justice transitionnelle14. Elle va instiller une amnésie qui conduit à « une forme d’oubli (qui) pourra alors être légitimement évoquée (…) (pour ne pas) taire le mal mais le dire sur un mode apaisé »15. De plus, il fallait rapidement comptabiliser les exactions pour répondre à une demande sociétale de justice. Entre 1990 et 2004, les rapports des diverses commissions de vérité et de réconciliation (Rettig), du comité national de réparation et de réconciliation, de la commission nationale sur la prison politique et la torture, recensent les types de violations des droits de l’homme, trente mille cas de victimes de la torture et d’emprisonnement politique sont ainsi reconnus.

  • 16 Codepu, Persona, Estado, Poder, (1990-1995), Volumen II, Santiago, 1996, p. 121-143. Maravall Yague (...)

9Mais cette justice ne reconnaît pas la peine d'exil comme une violation des droits de l'homme. Actuellement, tout décompte précis du nombre de Chiliens ayant quitté leur pays reste aléatoire. Pourtant, les séquelles du terrorisme d’Etat sont réelles sur les exilés. L’objectif initial de détruire l’opposition politique et de brider tout élan de résistance les concerne directement, même si la répression s’adresse à l’ensemble de la société. Cachée ou visible, elle est une mécanique de déshumanisation par un recours méthodique à la cruauté qui garantit simultanément une totale impunité aux tortionnaires16.

  • 17 Yannek E. Smith, Una perspectiva institucional del proceso de asilo para los refugiados y perseguid (...)

10L'exil et le retour sont intégrés à ce système répressif. Le départ est un choix imposé par les circonstances qui interdisent toute possibilité de résistance au Chili. Il externalise les formes de résistance pour les rendre invisibles à la population. De plus, comme il s’agit d’un acte volontaire, il est perçu comme le résultat d’une concession altruiste de la Junte qui, par l’octroi de sauf-conduits, permet à des Chiliens de quitter le pays17.

  • 18 Boscher-Gontier, Marianne et Vicens, Mathieu, Paroles d’exil, treize auteurs latino-américains témo (...)

Lorsque le coup d’Etat militaire chilien a éclaté, le 11 septembre 1973, je militais au sein de la Jota (les jeunesses communistes). Le risque d’être arrêté, emprisonné, et sans doute torturé était important. Mon entourage me recommanda de quitter le pays. 18

11De ce fait, le bannissement perd tous ses aspects coercitifs au regard de la société chilienne. Dès lors, vivre en exil devient une forme de bienveillance instrumentalisée. Cette représentation va s’inscrire durablement dans les mentalités et elle va annihiler toute perception objective des stigmates de l'exil. Ces derniers sont invisibles, ils ne sont que les conséquences des concessions humanitaires accordées par le gouvernement militaire à des privilégiés qui vont pouvoir bénéficier d’un exil doré en France. La réalité est alors censurée puis ignorée.

12Pourtant, l’intégration des exilés dans les pays d’accueil a été une expérience douloureuse et taboue au Chili. L’arrivée dans un pays étranger a imposé l’acquisition d’un nouveau statut et d’une nouvelle identité. Les premiers temps ont été les plus sensibles. Le syndrome de l’exil a entraîné souvent un refus de la situation qui a retardé le processus d’intégration des exilés, persuadés de son caractère transitoire.

  • 19 Ibid, p. 17.

 Nous pensions que la dictature au Chili où il existe une longue tradition démocratique ne durerait pas.19

13Vivre « avec les valises sous le lit » est symptomatique de cette période. En outre, la lente acceptation de sa pérennisation entraîne une forte désillusion.

  • 20 Nouss Alexis, La condition de l’exilé, Clamecy, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015 (...)
  • 21 Neves, Eugenia, En Paris de fantasma, Santiago, Serie Ensayo Testimonios, Ed.Cantalao, 1987, p. 23.

14Elle induit un rejet de leur condition exilique20 et du pays d’accueil ainsi qu’un repli communautaire. Le Chili est idéalisé et les exilés surinvestissent des objets et les pratiques culturellement marquées comme la nourriture avec les empañadas ou la casuella. « Le changement de statut social en France, la déqualification, l’ignorance de la langue et des habitudes françaises, provoquent chez l’adulte une dépendance accrue. En lui refusant la possibilité d’exercer sa profession, le pays d’accueil place l’exilé dans une situation d’échec, qui renforce son sentiment d’incompétence et d’insécurité quant à son avenir21 ».

  • 22 « Réfugiés, chiliens, partir… revenir », Accueillir, Dossier réfugiés chiliens, Paris, n° 183, p. 2 (...)

 On a dû tout quitter. On était forcé d’être ici. Notre vie était brisée. Nous n’étions plus qu’une partie de nous-mêmes, de ce qui constituait l’ensemble de notre identité individuelle et professionnelle au Chili. Nous étions dans une réalité étrangère, nous n’étions même plus des professionnels valables, pas même reconnus. 22

  • 23 De Brito, Xavier et Vasquez, Ana, « L'intégration... mais qu'est-ce donc ? Analyse fondée sur une r (...)

15Progressivement, les exilés commencent à s’intégrer et ils entament un processus de transculturation23. Ils peuvent ouvrir leurs valises. Leur situation socio-économique se stabilise même s’ils conservent une attitude critique vis à vis des codes culturels français.

  • 24 Prognon Nicolas, op.cit, p. 120.

Les Français sont ponctuels et ont tout planifié. En hiver, les Français savent où ils vont passer leurs vacances d’été. La spontanéité n’existe pas.24

  • 25 Barudy, Jorge et Paez, Dario, Salud mental y exilio politico : la busqueda de une terapia liberador (...)

16A la temporalité des événements, des pathologies inhérentes aux contextes de violence fragilisent les exilés25. Les symptômes post-traumatiques peuvent dégénérer en crises d’angoisses et en dépression. Elles se traduisent par un sentiment d’isolement, d’apathie, de fatigue, des difficultés de concentration, d’expression et des phases d’amnésie. Ils doivent faire preuve de résilience pour élaborer des mécanismes de défense et surmonter ces difficultés.

  • 26 Prognon Nicolas, op.cit, p. 123.

L’accueil avait été extraordinaire mais je ne m’en rendais pas compte car j’étais névrosée et en pleine dépression. C’était psychologiquement difficile.26

  • 27 Mokounkolo, René et Pasquier, Daniel, « Stratégies d'acculturation : cause ou effet des caractérist (...)
  • 28 Ricoeur Paul, op.cit, p. 536-589.
  • 29 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 295.

17Ces expériences de vie sont encore méconnues par les Chiliens alors que de nombreuses familles ont été affectées par l’exil. Généralement, les exilés se sont intégrés dans la société française dont ils vont valoriser les apports. Ils ont maintenu leur héritage culturel et leur identité tout en maintenant des échanges avec la société française. Mais ce processus d’acculturation a été nuancé par leur forte conviction idéologique et par l’exil27. Ainsi, il interagit sur le projet de retour que lorsque celui-ci a été longuement réfléchi. Pour le préparer, les exilés se sont régulièrement informés de l’évolution de la conjoncture chilienne. Pour ce faire, ils ont réalisé des voyages préparatoires pour se prémunir des ennuis éventuels et obtenir l’adhésion de l’ensemble de la famille. Toutefois, l’intensité et les formes de violence endurées ne peuvent être oubliées28. Ces marques sont ancrées dans leurs mémoires individuelles et collectives29. Ces empreintes persistent au-delà du retour.

Histoires et mémoires de retornados : retour, insertion, redécouvertes

18Malgré la pérennité de la dictature, une minorité d'exilés militants rentre dès la fin des années 70.

  • 30 Prognon Nicolas, op.cit, p. 214.

 Je me suis séparée de mon mari qui est resté en exil, et j’ai décidé de rentrer lorsque j’ai pu le faire. J’ai fait mon devoir.30

  • 31 Le 25 octobre 1982, le président Pinochet annonce que le gouvernement va revoir la situation des ex (...)
  • 32 Gaillard, Anne Marie, Paris, Exils et retours, itinéraires chiliens, Paris, L’harmattan, 1997, pp.  (...)

19La publication de listes à partir de 1982 déclenche une première vague de retours31. La plus significative a lieu après le 1er septembre 1988 pour se poursuivre durant les années 90. Sur la période de l’exil, en nous référant aux travaux d’Anne Marie Gaillard32, on peut établir une typologie des retours.

20Les retours idéologiques propres aux réfugiés politiques où l’aspect idéologique est souvent prédominant même s’il relève aussi de facteurs émotionnels. Ces individus ont connu une bonne adaptation professionnelle en France où ils ont poursuivi des actions militantes. Ils ont généralement quitté le Chili entre 1973 et 1976 car ils étaient interdits de séjour. La décision de rentrer a été le fruit d’une décision unanime de la famille. Le degré d’intégration de la seconde génération a pesé progressivement sur la perception parentale de l’exil et il a motivé la matérialisation du projet de retour. Les retours stratégiques résultent d’une planification rationnelle. Ils ne découlent pas d’un divorce avec le pays d’accueil mais de l’aboutissement d’une longue réflexion avant de concrétiser un projet cohérent susceptible d’entrevoir un avenir décent au Chili et de préserver son statut social. Enfin, les retours nostalgiques sont conditionnés par des éléments purement affectifs et personnels cimentés par un insupportable mal du pays.

21De façon inéluctable, le retour s’accompagne de fortes illusions et appréhensions. Il faut accepter puis intégrer les nouveaux codes sociaux et culturels immanents à un contexte autoritaire. De ce fait, les conditions d'adaptation sont délicates. Entendre parler d’une dictature, s’informer à son sujet, ne suffit pas toujours pour avoir une idée précise et objective de la situation. Le Chili avait changé ; cela les retornados le savaient mais ils n’envisageaient pas l’ampleur des cicatrices de la répression. Les effets de la révolution néolibérale pinochetiste ont été des freins à leur intégration et à leur insertion sur le marché du travail.

  • 33 Prognon Nicolas, op.cit, p. 240.

 Pour la première fois j’ai vécu le sentiment de peur. Le Chili était un pays occupé par l’armée.33

22Ils ont eu du mal à accepter d’être considérés comme des étrangers dans leur propre pays. La société chilienne leurs est apparue hostile, incompréhensible et étrangère car leurs référents socioculturels étaient encore français. Cette perception du retour est unanime au sein de la seconde génération. Néanmoins, une forte implication politique des parents a atténué la pénibilité du retour et facilité l’intégration, bien que nombre de retornados aient été surveillés en raison de leur passé de militant.

23Après une période de réadaptation, ils ont pu retrouver un statut social équivalent à celui qu’ils avaient en exil. Mais leur insertion compliquée sur le marché du travail leur a fait prendre conscience de l’écart qui existait entre la réalité économique du Chili et les opportunités professionnelles existantes.

  • 34 Ibid, p. 248.

Les gens me haïssaient, ils me reprochaient d’être là car j’étais exilée et que mon salaire était en francs.34

24Ils ont été méprisés par une société désintéressée par leur formation et leurs compétences acquises en France. Ils étaient perçus comme des opportunistes et des immigrés qui prenaient le travail des Chiliens. C’est pourquoi l’acceptation de la temporalité du retour a été un facteur capital pour l’insertion professionnelle –qui dépendait principalement de la rapidité avec laquelle les parents ont retrouvé un emploi– et éviter d’être marginalisés socialement

25En outre, ils n’avaient pas envisagé la pérennisation des mutations socio-culturelles héritées de la dictature sur les mentalités au-delà du référendum du 5 octobre 1988. Le désenchantement a été d’autant plus grand qu’ils avaient magnifié la défaite du général Pinochet. Cet événement devait inaugurer une nouvelle étape pour le pays. Toutefois, la société chilienne est restée muselée par les enclaves autoritaires et l’effervescence sociale des dernières années du régime militaire a laissé la place à une forte apathie. Le climat politique s’était apaisé et les témoins pouvaient s’exprimer sans risque. Mais l’oubli ou le silence, sous la forme d’une « fatigue sociale », ont été des composantes troublantes de la transition. La reconduction des différents gouvernements a ouvert de nouvelles perspectives pour la population sur le plan social et des droits de l’homme. Mais les espoirs et la réalité ne convergent pas pour les retornados.

  • 35 Ibid, p. 319 .

 Ils ont fait de la « realpolitik » en avançant pas à pas. Ils ont ignoré les problèmes, mais rien n’est réglé. La transition sera très longue.35

26Dans ce contexte, pour inciter les exilés à rentrer et tenter de refermer symboliquement cette parenthèse, le gouvernement a mis en place, entre 1990 et 1994, une politique de retour sous les auspices de l’Office National du Retour. Pour autant, le problème de l’exil n’a pas été résolu et sa gestion va demeurer le résultat de l’application d’une justice transitionnelle. Les responsables n’ont pas été condamnés. L’Etat a seulement décidé d’assumer certains actes commis par les fonctionnaires et militaires sans réel volontarisme politique. Il a imposé un pardon et la réconciliation nationale mais il a accru le scepticisme, l’anomie, la frustration et le désespoir chez les anciens exilés.

  • 36 Ibid, p. 319.

On a utilisé la négation comme mécanisme d’autodéfense. Le Chili ne veut pas se regarder en face. Les violations des droits de l’homme sont des thèmes qui intéressent peu. La jeunesse actuelle n’a pas d’opinion sur le passé. Les parents ont protégé leurs enfants de l’horreur. 36

27Ils forment un groupe exclu par l’exil ; une violence dénigrée qui leur a évité de subir le quotidien de la dictature. Ils rejettent le néolibéralisme sauvage du régime militaire tant les clivages sociaux inhérents à l’effacement de l’Etat leur paraissent insupportables. Alors que l’expérience de l’exil en France les a éduqués à la social-démocratie, à l’économie de marché régulée et à l’Etat providence.

  • 37 Ibid, p. 329.

Aujourd’hui, les différenciations sociales sont grandes ; la seule chose qui intéresse est l’économie, et son agent régulateur le marché. Cela est dû à la dictature, mais aussi aux gouvernements de transition. Le marché doit tout résoudre, cet engouement contre-nature s’inscrit dans la mondialisation à laquelle le Chili n’échappe pas. Le poids du crédit au quotidien est fort. La société infantilise les Chiliens, tout est contrôlé. Les séries télévisées ont un grand poids sur la population.37

28Dotés de ce capital culturel, ils ont enduré les premières années du retour. Avec le recul, au regard de leur niveau de formation, de leur insertion professionnelle, de leurs quartiers d’habitation, leur intégration matérielle et économique a été réussie. Cependant, cette réalité est critiquée et dénoncée par la société chilienne qui se sent flouée par ces individus considérés comme des victimes alors que leurs conditions de vie sont meilleures que celles du reste de la population. Par conséquent, ils restent en décalage avec ce pays à la fois mythifié et insolite.

  • 38 Halbwachs, Maurice, op.cit, p. 140.
  • 39 Joutard, Philippe, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 2 (...)
  • 40 Halbwachs, Maurice, op.cit La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 115.

29Par leurs trajectoires et l’exil, ils sont les héritiers d’un passé refoulé et les dépositaires d’une » mémoire collective propre »38. Elle est construite à partir de l’« adoption d’une nouvelle vision historique qui ne dépend pas uniquement de la valeur de ses créateurs mais du climat d’une époque, des divers groupes sociaux et culturels qui l’acceptent et aussi des événements présents qui donnent un sens différent du passé »39. Néanmoins elle est en dissonance avec celle de la population chilienne. Le passé douloureux des exilés a laissé des traces que nombre de Chiliens ont oubliées avec la dictature comme « l’expression des figures, l’aspect des lieux, les façons de penser et de sentir [qui sont] le cadre vivant et naturel sur lequel se fonde leur mémoire »40. Ils peuvent alors conserver et retrouver une image de l’expérience idéalisée de l’Unité populaire que les années de plomb ont longtemps cachée.

  • 41 Ibid, p. 129.

30Malgré l’exil, ils n’ont pas oublié cette période et leur mémoire s’est enrichie des apports de la société d’accueil pour former un ensemble mnémonique construit autour de ces repères communs41. Désormais, ils sont des retornados, des citoyens insolites, héritiers d’une histoire nationale révolue et fantasmée. De son côté, la société chilienne demeure marquée par la violence de la dictature et elle est divisée au sujet de son histoire depuis 1970. Aussi, deux mémoires collectives antagonistes cohabitent avec des symboles communs comme la date du 11 septembre, l’image du bombardement du palais présidentiel de la Moneda, Salvador Allende et le général Pinochet.

  • 42 Prognon Nicolas, op.cit, p. 321.

Ce pays a perdu son histoire, on ne peut pas se réconcilier ; il a perdu sa mémoire et est atteint de schizophrénie. La société est traumatisée.42

Les apports culturels et historiques de l’exil, des enjeux pour le Chili actuel

31Si les influences des exilés et des retornados soulèvent des interrogations dans les sphères politiques et sociales, il en est autrement dans le domaine culturel. Leurs apports et leurs réalisations ont fixé une narration de l’Unité populaire et de la dictature construite sur les bases des mémoires individuelles et collectives liées à l’exil. Il fallait maintenir vivants les souvenirs de ces blessures pour démystifier les cadres sociaux imposés par les gouvernements de transition. L’implication culturelle au Chili a été un véritable outil de résilience et de résistance face à l’apathie de la société chilienne dans les domaines intellectuels et artistiques.

  • 43 Sandrine Lefranc, Après le conflit, la réconcialiation, Paris, Michel Houdriard, 2006, p. 217-218.
  • 44 Grez Sergio, Salazar Gabriel, Manifiesto de historiadores, Santiago, LOM, 1999, p. 117.

32Les universités du Chili, de Santiago, de Concepcíon et de Temuvo et de Valparaisos ont réintégré des enseignants déchus de leurs fonctions à partir de 1973 dans les sciences humaines et sociales, comme Eugenia Neves, Eugenia Horwitz ou Augusto Samaniego. Certains participent aux débats historiographiques initiés après la publication du rapport Rettig.43. Nombre d’entre eux souscrivent au Manifestio de historiadores44 qui conteste la vision officielle de l’histoire immédiate chilienne. En août 2011, ils ont publié un second ouvrage intitulé Révolution antinéolibérale, sociale et étudiante au Chili mettant en parallèle le mouvement étudiant et la conjoncture économique et sociale du pays. Ils proposent la tenue d'une assemblée constituante pour sortir de l’impasse imposée en 1980 par le général Pinochet.

  • 45 Welsh Henry, « Cinéma chilien : entre le pardon et l’oubli », Ciné-bulles, vol. 16, n° 4, 1998 p.10

33A partir de 1991, le cinéma de l’exil commence à être vu au Chili et le travail de réalisateurs de la diaspora reconnu. Les générations trop jeunes pour avoir vécu le 11 septembre 1973 découvrent la réalité de l’Unité populaire à travers des documentaires et des longs métrages conçus à l’extérieur. Des réalisateurs de retour d'exil participent à cette introspection et sont officiellement reconnus par la critique. Le film de Raoul Ruiz, « Palomita Blanca » de 1973, jamais terminé dont les négatifs furent « perdus » pendant 15 ans est présenté au public chilien en 1992 au festival de Viña del Mar45. En 1994, Miguel Litin rentre d'exil avec un nouveau film Los náufragos sur le retour d'un exilé dont le père est mort et le frère détenu a disparu.

34Les thèmes se rapportant à la dictature font l'objet de documentaires comme La memoria obstinada de Patricio Guzman en 1996. Exilé à Madrid et internationalement reconnu pour sa fresque anthropologique sur l’Unité populaire, La Batalla de Chile, il explique aux jeunes générations le coup d’Etat et ses contingences.

35Les non-dits de l’histoire et le décalage du discours officiel sur la situation économique sont des thèmes récurrents pour des artistes qui ont connu l’exil. Le même Patricio Guzman réalise, en 2001, El caso Pinochet et, en 2004, Salvador Allende. Marco-Henriquez Ominami, issu de la seconde génération de l’exil, porte un regard critique sur les années de transition en dirigeant pour Arte, en 2002, le documentaire Los héroes están fatigados. Carmen Castillo, écrivaine, journaliste et compagne de Miguel Henriquez, se replonge dans sa propre histoire avec Calle Santa Fe (2007) où elle dénonce l'amnésie collective.

36Dans la lignée de ces productions, le cinéma chilien actuel voit émerger de nouvelles figures influencées par le travail des retornados. Andres Wood réalise Machuca, sur le quotidien d'enfants de catégories sociales opposées que l'effervescence des années Allende réunit puis sépare. Pablo Larrain produit de nombreux films récompensés, dont Tony Manero en 2008 qui met en scène un John Travolta chilien qui rêve de remporter un concours télévisuel et recherche la reconnaissance sociale dans la futilité des paillettes du petit écran. En 2010, avec Post mortem, il jette un regard critique et dérangeant sur l'histoire chilienne de l’Unité populaire et des années de plomb. En 2012, No connaît un succès retentissant. Avec humour, il désacralise ce que furent les combats politiques de cette période en exposant les dérives néolibérales de la communication en politique. Marcela Said produit des documentaires cinématographiques sur l'histoire chilienne en se positionnant sur le côté controversé des pinochétistes, avec I love Pinochet en 2001 et El mocito en 2010. Si l’influence de l’exil sur les productions et les réalisations n’est plus directe, personne ne peut contester ses apports pédagogiques et historiques actuels pour stimuler l’intérêt des nouvelles générations pour des pans obscurs du passé.

37Les contributions de l'exil sont également sensibles dans les domaines de la peinture, du théâtre et de la musique. La troupe Aleph mène une activité artistique continue plusieurs décennies entre la France et le Chili. Elle inscrit ses pièces dans le respect d’un certain universalisme qui côtoie l’Histoire et l’exil à l’instar du 11 septembre de Salvador Allende, en 2003, Pablo Neruda : ainsi la poésie n’aura pas chanté en vain, en 2004 ou Hasta la vida siempre, en 2007. La parodie et l’humour sont des vecteurs pour la compréhension du Chili actuel.

  • 46 Guilamon Julia, Literaturas del exilio, Barcelona, CCCB, Institut d’Edicions de la Diputació de Bar (...)

38Des expositions d’œuvres de Roberto Matta, de José Balmes et de Gracia Barrios ont été organisées46. La maison d’édition LOM fondée en 1990 par des retornados concrétise un projet culturel pluridisciplinaire visant à susciter l’envie de connaissance dans des matières fustigées par le régime militaire avec la publication d’ouvrages et la traduction de textes auparavant inaccessibles.

  • 47 Angel Parra est décédé en 2017.
  • 48 Tous ces groupes disposent d'un site officiel au Chili.

39La fin de la dictature et le retour de la démocratie sont des étapes charnières dans les domaines de la musique populaire et traditionnelle. Le régime militaire a chassé les artistes précurseurs de la nueva cancion chilena. Tous ont mis à profit l'exil pour participer à la solidarité internationale, enrichir leurs répertoires musicaux et s'adapter aux normes occidentales. Dès 1988, Illapu et Inti Illimani rentrent. Ils sont suivis, dans les années 90 et 2000, par les autres groupes phares des années 60 et 70, Quilapayun, Los Jaivas ou Patricio Manns. D'autres musiciens demeurent dans les pays d'accueil mais ils nourrissent les réseaux transnationaux à l'instar d'Angel Parra47. Ces musiciens engagés, thuriféraires de l'Unité populaire, étaient peu écoutés, bannis des ondes et inconnus pour les nouvelles générations. Leur retour est un tournant. Ils poursuivent leurs carrières au Chili, réalisent des concerts, participent aux festivals nationaux, et internationaux et enregistrant des albums48. Ils obtiennent une reconnaissance nationale et peuvent transmettre un nouvel idéal musical se démarquant de la musique commerciale privilégiée par les radios et chaines de télévision chiliennes. Ils ont réveillé une mémoire musicale et donnent une image harmonieuse de l'exil.

Conclusion

40Les exilés par leur absence et les retornados par leur présence pèsent sur la perception de l’histoire immédiate nationale par la population. Aborder cette période est un exercice délicat car cette problématique est encore en proie à des débats épistémologiques. Elle reste à écrire pour une partie de la société chilienne. Pour se faire, la connaissance et la mémoire de l’exil manquent de supports accessibles pour les futures générations. Le travail de mémoire a commencé et des réalisations concrètes ont été faîtes principalement dans le domaine des études relatives aux violations des droits de l’homme sous la dictature. Néanmoins, l’exil demeure un élément dissocié de cette histoire. Les motivations sont probablement politiques et économiques car la majorité des acteurs de cette histoire sont encore vivants voire en fonction dans ces sphères. La société chilienne pâtit de cette ignorance qui concerne, si l’on englobe l’ensemble de la diaspora chilienne et ses descendantes et descendants, des millions de personnes.

41Pour autant, des réseaux transnationaux influents se sont structurés avec les pays d’accueil. Les mobilisations pendant et après l’arrestation du général Pinochet à Londres en 1998 ont permis de constater que la mémoire du 11 septembre n’est pas éteinte malgré des décennies. Des milliers de Chiliens issus de l’exil se sont rassemblés devant des journalistes face à la fenêtre de sa chambre puis de sa résidence pour optimiser ce travail de mémoire. Il fallait dénoncer, à nouveau, les violations des droits de l’homme et l’oubli dans lequel est enfermé l’exil au Chili. Cette dénonciation de portée internationale a réveillé les mémoires. Des artistes et des intellectuels chiliens qui ont émergé dans l’orbite de cette tragédie font aujourd’hui partie intégrante du patrimoine culturel chilien. De ce fait, une relecture de l’histoire de l’exil chilien et un travail sur les mémoires des différents acteurs sont devenus indispensables pour que la reconnaissance de ces expériences traumatiques permette de lutter contre l’oubli dans lequel est en train de les dissoudre la façon dont la société chilienne perçoit actuellement cette histoire.

Haut de page

Notes

1 Rousso Henry, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, 1987, p. 382.

2 Compagnon Olivier, Gaudichaud Franck, « Chili : un passé trop vite passé », Hermès, n° 52, p. 83-89.

3 Ricoeur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, Paris, 2000, pp. 543-588.

4 Nom donné communément aux Chiliens rentrés d’exil.

5 Ricoeur Paul, op.cit, p. 585.

6 Ricoeur Paul, La hantise du passé, Conversations pour demain, Paris, 1998, p. 143

7 Ricoeur Paul. La mémoire, op.cit, p. 588.

8 Prognon Nicolas, Les exilés chiliens en France, entre exil et retour (1973-1994), EUE, 2011, p. 240.

9 Lazar Judith, Sociologie de la communication de masse, Ed. Armand Colin, Paris, 1991, pp. 34-35.

10 ECOS-Depto. de Historia, « Exilio y Retorno. Chile 1973 – 1994 ». Memoria para un nuevo siglo. Chile, miradas a la segunda mitad del siglo XX. Santiago, LOM Ediciones. 2000. p. 175.

11 Bolzman Claudio, Sociologie de l’exil : une approche dynamique, l’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Seismo, Zûrich, 1996, p. 126.

12 Tapia Jorge, Alvarez Marcos, Hales Alejandro, Castillo Jaime, Teitelboim Sergio, Aylmeda Clodomiro, Chili : la force contre le droit, critique de la légalité du système chilien, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 158.

13 Lire Le Chili entre le oui et le non : histoire et représentations du plébiscite de 1988, Babel, n° 15, Université de Toulon, 2018, p. 172.

14 Hazan Pierre, Juger la guerre, juger l'histoire, Paris, PUF, 2007, p. 252.

15 Ricoeur Paul, La mémoire, op.cit, p. 589.

16 Codepu, Persona, Estado, Poder, (1990-1995), Volumen II, Santiago, 1996, p. 121-143. Maravall Yaguez Javier, Las mujeres en la izquierda chilena durante la Unidad Popular y la dictadura militar (1970-1990), Madrid, UA Ediciones, 2014, pp. 211-300.

17 Yannek E. Smith, Una perspectiva institucional del proceso de asilo para los refugiados y perseguidos políticos en Chile después del Golpe de Estado, Santiago, Museo de la memoria y los derechos humanos, noviembre 2013, p. 21.

18 Boscher-Gontier, Marianne et Vicens, Mathieu, Paroles d’exil, treize auteurs latino-américains témoignent, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 35.

19 Ibid, p. 17.

20 Nouss Alexis, La condition de l’exilé, Clamecy, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015, pp. 9-19.

21 Neves, Eugenia, En Paris de fantasma, Santiago, Serie Ensayo Testimonios, Ed.Cantalao, 1987, p. 23.

22 « Réfugiés, chiliens, partir… revenir », Accueillir, Dossier réfugiés chiliens, Paris, n° 183, p. 21.

23 De Brito, Xavier et Vasquez, Ana, « L'intégration... mais qu'est-ce donc ? Analyse fondée sur une recherche ethnographique au niveau du collège », Revue française de pédagogie, Paris, 1996, n° 117, pp. 29-37.

24 Prognon Nicolas, op.cit, p. 120.

25 Barudy, Jorge et Paez, Dario, Salud mental y exilio politico : la busqueda de une terapia liberadore, Bruxelles, Colectivo latino americano de trabajo psico-social (COLAT), Seminario, 19 p.

26 Prognon Nicolas, op.cit, p. 123.

27 Mokounkolo, René et Pasquier, Daniel, « Stratégies d'acculturation : cause ou effet des caractéristiques psychosociales ? L'exemple de migrants d'origine algérienne », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, Paris, n° 79, pp. 57-67.

28 Ricoeur Paul, op.cit, p. 536-589.

29 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 295.

30 Prognon Nicolas, op.cit, p. 214.

31 Le 25 octobre 1982, le président Pinochet annonce que le gouvernement va revoir la situation des exilés. Pour la première fois, la Junte se décide à reconnaître la réalité de l’exil et des problèmes liés à cette situation. Entre 1982 et septembre 1988, le Ministre de l’Intérieur fournira 37 listes contenant les - 9313- noms des personnes autorisées à rentrer.

32 Gaillard, Anne Marie, Paris, Exils et retours, itinéraires chiliens, Paris, L’harmattan, 1997, pp. 175 à 193.

33 Prognon Nicolas, op.cit, p. 240.

34 Ibid, p. 248.

35 Ibid, p. 319 .

36 Ibid, p. 319.

37 Ibid, p. 329.

38 Halbwachs, Maurice, op.cit, p. 140.

39 Joutard, Philippe, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 266.

40 Halbwachs, Maurice, op.cit La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 115.

41 Ibid, p. 129.

42 Prognon Nicolas, op.cit, p. 321.

43 Sandrine Lefranc, Après le conflit, la réconcialiation, Paris, Michel Houdriard, 2006, p. 217-218.

44 Grez Sergio, Salazar Gabriel, Manifiesto de historiadores, Santiago, LOM, 1999, p. 117.

45 Welsh Henry, « Cinéma chilien : entre le pardon et l’oubli », Ciné-bulles, vol. 16, n° 4, 1998 p.10.

46 Guilamon Julia, Literaturas del exilio, Barcelona, CCCB, Institut d’Edicions de la Diputació de Barcelona 2005, p. 20-21.

47 Angel Parra est décédé en 2017.

48 Tous ces groupes disposent d'un site officiel au Chili.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Prognon, « Histoires et mémoires de l’exil et du retour des réfugiés Chiliens, des enjeux pour la société chilienne à travers l’exemple de la diaspora en France », Amnis [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/amnis/4189 ; DOI : 10.4000/amnis.4189

Haut de page

Auteur

Nicolas Prognon

Université Jean Jaurès, Framespa, France, n.prognon@laposte.net.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals