Navigation – Plan du site
Mémoire et identité collective

Autour du centenaire d’Octobre 1917. Réflexions sur la transmission mémorielle, l’engagement politique et la fabrique du sujet communiste révolutionnaire à Lutte ouvrière

Benjamin Flammand

Résumés

Le concept de mémoire historique se révèle particulièrement fécond pour la sociologie de l’engagement. Envisagé du point de vue de sa transmission et du champ d’interactions dans lequel il s’inscrit, il permet d’interroger concrètement les mécanismes d’alignement entre la mémoire historique et les vécus individuels. Dans le processus de recrutement de l’organisation trotskyste Lutte ouvrière (présenté comme une étude de cas) les mécanismes de transmission mémorielle font apparaître, avant même l’acte formel d’engagement, comment se construit le sujet communiste révolutionnaire au contact des dispositifs militants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lénine, Que faire ?, Montreuil-sous-Bois, Éditions Sciences Marxistes, 2004, pp. 155-171.

1Des trois grandes tendances du trotskysme français, la tendance « Lutte ouvrière » est la seule à afficher encore pleinement sa filiation trotskyste. Le Parti ouvrier indépendant n’a plus qu’un seul courant trotskyste issu de la tendance « lambertiste », et le Nouveau parti anticapitaliste, en partie issu du trotskysme « franckiste », revêt désormais une orientation « anticapitaliste ». L’«  Union communiste (trotskyste) », vrai nom de l’organisation qu’on désigne généralement par Lutte ouvrière (LO), est désormais la seule à assumer un combat explicitement communiste révolutionnaire. Ses militants professionnels1 partagent et mettent en œuvre des valeurs résolument trotskystes : il s’agit de gagner des éléments révolutionnaires aux idées communistes dans le but de construire un Parti prolétarien, instrument essentiel pour la direction d’une révolution communiste internationale.

  • 2 « Aux ouvriers révolutionnaires », La Vérité : organe de l’opposition communiste, n° 1, 1929.
  • 3 Lavabre, Marie-Claire, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la fond (...)
  • 4 Ibid., p. 20.
  • 5 Lavabre, Marie-Claire, « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales, n° 5, 2007. Accès : http:/ (...)
  • 6 Tarragoni, Federico, « Du rapport de la subjectivation politique au monde social. Les raisons d’une (...)

2La chute de l’URSS a nécessairement fait entrer en crise les trotskysmes français. Être trotskyste au milieu du XXème siècle c’était adhérer à une « cure de vérité »2 contre la stalinisation des Partis communistes. Qu’est-ce être trotskyste au XXIème siècle quand les repères d’opposition qui fondaient cette tradition ont disparu ? Il subsiste encore un repère positif d’identification à l’expérience soviétique, précisément celui pour lequel les trotskysmes s’élevaient contre Staline, pour la sauvegarde d’un héritage : la révolution d’Octobre 1917. Le centenaire de cette révolution a alors donné lieu à un ensemble de publications de LO dans son hebdomadaire, son mensuel et dans le cadre du Cercle Léon Trotsky, traduisant l’expression d’une « mémoire historique », entendue au sens d’une « historiographie partisane »3, usage politique du passé « en tant qu’elle résiste à la réalité du passé pour nourrir la vérité du présent »4. La question « qu’est-ce qu’être trotskyste aujourd’hui ? » pousse à interroger les modes concrets de transmission de cette mémoire historique aux individus qui composent l’organisation. Comment LO, organisation octogénaire, reconduit-elle une certaine mémoire de la révolution d’Octobre à travers des générations militantes de plus en plus étrangères à cet événement historique ? Comment inspire-t-elle, et entretient-elle, la vocation trotskyste à travers cette mémoire ? Après avoir exposé rapidement de quoi se compose cette mémoire historique du centenaire de la révolution d’Octobre, il s’agit dans cet article d’explorer « la boîte noire, de penser les interactions entre usage du passé et souvenirs »5, d’ébaucher quelques pistes de réflexion sur le processus de transmission mémorielle à travers l’étude d’un cas, celui d’un parti communiste révolutionnaire. La transmission mémorielle à LO s’effectue en premier lieu pendant la période de recrutement des jeunes individus, durant laquelle le vécu individuel de la recrue se connecte à la mémoire historique de l’organisation. Ce processus s’achève avec la transformation intérieure de la recrue ; elle s’engage dans l’organisation trotskyste, adhère à sa mémoire historique, à l’issue d’un long travail de « subjectivation politique », au sens d’« un processus de reconfiguration du rapport à soi qui engage une liberté ou une autonomie vis-à-vis des normes, des assignations, des ancrages sociaux, et qui suppose la genèse d’un collectif porteur d’un conflit »6. La transmission mémorielle, à travers le processus de recrutement qui agit comme une ingénierie de la subjectivation politique, participe à la fabrique du sujet communiste révolutionnaire. Le concept de mémoire historique, envisagé du point de vue de sa transmission, se révèle alors essentiel pour une sociologie de l’engagement communiste car il permet d’éviter le formalisme – cristallisé autour de la figure du militant ou de la structure institutionnelle – généralement à l’œuvre dans l’étude du phénomène : en plaçant la focale sur les modalités concrètes de transmission mémorielle, on est capable d’interroger les logiques individuelles de l’engagement en train de se faire.

  • 7 Arthaud, Nathalie, « 1917-2017 : la révolution russe : pour changer le monde, les travailleurs au p (...)

3Le 25 octobre 2017, dans un exposé du Cercle Léon Trotsky, Nathalie Arthaud clamait la force et l’exemplarité de la pratique politique bolchevique. De février à octobre 1917, toute la Russie fut traversée d’un élan révolutionnaire sans lequel l’intervention du Parti bolchevique n’aurait pu révéler toute sa puissance. En effet LO refuse de qualifier les événements d’octobre 1917 de « coup d’État du Parti bolchevique ou [de] coup de force de Lénine, comme le disent les détracteurs de la révolution »7. C’était plutôt « l’apogée d’un formidable élan de libération des ouvriers et des paysans » durant lequel « sans le Parti bolchevique dirigé par Lénine, les travailleurs ne se seraient pas emparés du pouvoir ». Autrement dit, l’action des bolcheviks de février jusqu’à octobre 1917 n’aurait pas été de nature putschiste mais bien un instrument au service de la classe ouvrière, ayant assuré son accession au pouvoir. Le mot d’ordre « tout le pouvoir aux soviets » qu’ont défendu les bolcheviks pendant huit mois visait non pas, pour LO, à prendre le pouvoir mais à « expliquer patiemment », à « aider les travailleurs à tirer les conclusions politiques » pour qu’ils « comprennent la nécessité de renverser le gouvernement provisoire et de prendre tout le pouvoir au travers des soviets ». La légitimité à qualifier de révolution l’insurrection bolchevique du 25 octobre viendrait de son assise dans les soviets : « Voter bolchevique, c’était voter pour l’insurrection. Et […] les soviets votèrent massivement pour les bolcheviks ».

  • 8 Ibid.

4L’autre point essentiel abordé par Nathalie Arthaud dans son exposé visait à dégager le Parti bolchevique de toute responsabilité dans la montée du stalinisme. Il ne s’agissait pas pour autant d’affirmer que « les bolcheviks [n’ont] pas fait d’erreurs », mais la réduction « de la vie démocratique à sa plus simple expression », la « dictature sur le plan politique », le « communisme de guerre sur le plan économique » auraient été uniquement « mus par la volonté de tenir et de défendre la révolution le temps que celle-ci se déclenche dans d’autres pays »8. En somme, ces « erreurs » ne seraient pas intrinsèques au bolchevisme mais issues de facteurs exogènes, dues à un « contexte de tentatives contre-révolutionnaires, de pénurie matérielle et de guerre civile ». Aussi, « le parti stalinien et son monolithisme, ses méthodes dictatoriales, le goulag » et la construction du « socialisme dans un seul pays étaient à l’exact opposé de ce qu’avaient toujours défendu les révolutionnaires ». Nathalie Arthaud n’a donc aucun mal à déclarer : » Nous nous réclamons de la politique que le Parti bolchevique a menée jusque dans les années 1923-1924 ».

  • 9 Noiriel, Gérard, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes & migrations, n° 1247, 2004, p.  (...)
  • 10 Lutte ouvrière, « La révolution d’Octobre 1917 : des leçons toujours d’actualité », Lutte de classe(...)
  • 11 Arthaud, Nathalie, op. cit.
  • 12 Hobsbawm, Eric, « Inventer des traditions », L’invention de la tradition, Hobsbawm, Eric et Ranger, (...)
  • 13 Laguiller, Arlette, « 1917-2017 : la révolution russe : pour changer le monde, les travailleurs au (...)
  • 14 Arthaud, Nathalie, op. cit.
  • 15 Trotsky, Léon, Programme de transition, Pantin, Les bons caractères, 2005, p. 54.

5Cet ensemble de discours a bien « le souci de » sauver de l’oubli », ou de réhabiliter, les individus ou les groupes qui ont [sa] faveur »9. Contre cet oubli, l’organisation dénonce les « détracteurs de la révolution » et les « falsificateurs », la « prétention d’historiens et d’intellectuels à faire le procès de tous les régimes »10. Du côté d’Inprecor, revue du bureau exécutif de la IVe Internationale, LO comprend comme du « verbiage » la nécessité d’un « devoir communiste d’inventaire » avancée par Catherine Samary. Du côté du NPA, LO déplore sa « volonté de se libérer de l’étiquette communiste » ainsi qu’une tendance chez ses porte-paroles à « tracer une ligne non pas de continuité mais bien de partage avec la politique menée par les bolcheviks ». Il est à ce titre reproché à Olivier Besançenot de défendre un point de vue beaucoup plus inspiré « par les œuvres d’historiens, par les critiques des libertaires [que] par la lecture de Lénine et Trotsky ». C’est bien la peur de l’oubli de l’expérience soviétique, et plus largement des figures symboliques qui lui donnent sens, que défend ce discours mémoriel. La porte-parole de LO rappelait ainsi l’« anticipation intellectuelle » de Karl Marx et Friedrich Engels à l’origine du combat communiste dont la « Révolution russe de 1917 donna corps à cette perspective »11, et que Trotsky, face à l’usurpation stalinienne, assura la transmission de cette continuité. De Marx et Engels à Lénine jusqu’à Trotsky, ce n’est pas seulement la mémoire d’un événement historique qu’il s’agit de sauver de l’oubli, mais bien son interprétation politique qui confère à cette « tradition inventée »12 la légitimité de sa pratique politique. Il s’agissait alors, à travers la mémoire historique d’Octobre 1917, de recréer le lien brisé entre les générations révolutionnaires passées, présentes et futures. Arlette Laguiller rassurait l’auditoire dans son discours d’introduction : les interrogations qui peuvent entourer aujourd’hui la possibilité d’un événement révolutionnaire « bien des femmes et des hommes devaient se les poser aussi en 1917 en Russie »13 et Nathalie Arthaud de rappeler que, malgré le siècle qui s’est écoulé, ces événements « nous parlent, car cette lutte de classe, nous la vivons toujours »14. Non seulement l’actualisation du passé qui traverse ces énonciations a pour but de réaffirmer la nécessité des pratiques qui composent la doctrine marxiste-léniniste dans le temps présent, d’asseoir LO comme la digne héritière de cette tradition révolutionnaire, mais également d’insister sur l’importance de la transformation individuelle qui précède, traverse et caractérise les épisodes révolutionnaires – transformation individuelle qui, si elle est surtout déclenchée par l’éclatement d’un contexte révolutionnaire, reste la tâche essentielle du Parti prolétarien puisque « la crise actuelle de la civilisation humaine est la crise de la direction du prolétariat »15, c’est-à-dire la crise de sa capacité à orienter comme il faut les consciences individuelles.

  • 16 Lagroye, Jacques, « Le processus de politisation », La politisation, Lagroye, Jacques (dir.), Paris (...)
  • 17 Lutte ouvrière, « Construire un parti communiste révolutionnaire », Lutte de Classe, n° 188, 2017, (...)
  • 18 Lazar, Marc, « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », Vingtième siècle : revue (...)
  • 19 Selon l’un des textes fondateurs de Lutte ouvrière. Voir Barta, Rapport sur l’organisation, Archive (...)

6La question du recrutement est alors fondamentale pour comprendre concrètement comment la mémoire historique de LO continue d’exister parmi les « ordres d’activité distincts et perçus comme tels »16. L’organisation pense que « transmettre fidèlement les idées marxistes aux nouvelles générations et principalement à la nouvelle génération de la classe ouvrière reste la tâche essentielle »17. Les pratiques de recrutement de LO agissent effectivement comme un dispositif de subjectivation politique, où le vécu individuel de la recrue est aligné sur la mémoire historique de l’organisation. Elles répondent à une « fonction d’homogénéisation » au niveau national dans le but de « mettre en œuvre la stratégie politique, diffuser l’idéologie, modeler les représentations imaginaires et mythologiques, définir les croyances collectives »18. Cette logique d’uniformisation des pratiques de recrutement apparaît dès la fin des années 1960, se transforme dans les années 1980 avec la mise en place de « l’accroche-lycée » qui consiste à entrer en contact avec « les meilleurs élèves des meilleurs lycées » : 1. En entamant la conversation devant un lycée avec un jeune sensible aux questions politiques. 2. En établissant un contact régulier – au mieux une fois par semaine – lors de « rencards-cafés » pour continuer les discussions politiques et l’initier aux valeurs trotskystes. 3. En intégrant la recrue en cellule, après vérification de la force de son engagement. Après plusieurs années d’initiation, la recrue intégrée en cellule devient un militant professionnel vouant sa vie à la construction du Parti et « n'attend de son activité qu'une seule récompense, c'est la reconnaissance tôt ou tard que celle-ci a été conforme aux intérêts véritables de l'humanité »19.

  • 20 Les données présentées dans cet article ont été récoltées d’octobre 2016 à juin 2018 dans le cadre (...)
  • 21 Ce sont des petites réunions organisées régulièrement dans le milieu de la recrue dans le but de dé (...)

7J’ai été l’objet d’une tentative de recrutement20 par la militante Irène pendant près de deux ans, durant laquelle j’ai participé à l’organisation d’un « topo »21 autour d’Octobre 1917. Trois topos se sont ainsi tenus de novembre 2017 à mars 2018 sur l’avènement de la révolution d’Octobre, l’origine de la dégénérescence stalinienne et les conséquences de cette révolution sur les luttes contemporaines. L’argumentaire des militants était en tout point similaire à la mémoire historique d’Octobre 1917 présentée plus haut (jusque dans la répétition quasiment à l’identique du vocabulaire, des expressions, etc.) : il s’agissait d’exposer comment, grâce à la direction du Parti bolchevique, cette révolution a démontré la légitimité de la classe ouvrière à diriger la société, et comment le stalinisme n’épuise en rien le recours aux pratiques du marxisme-léninisme pour diriger les révolutions à venir. Si les recrues ne sortent pas convaincues de ces topos, les rencards-cafés seront la matrice essentielle de la transmission mémorielle et du travail de subjectivation qui l’accompagne.

  • 22 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 19.
  • 23 Besançon, Alain, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Gallimard, 1977, p. 20.

8Ainsi, à la suite du premier topo que nous avons organisé ensemble, Irène s’est empressée d’apprécier mon ressenti personnel sur le thème présenté : « Et sinon toi par rapport au sujet, aux questions qui ont été abordées, personnellement, ça t’a posé d’autres questions ? Comment tu te positionnes par rapport à cette révolution ? Comment tu te vois là-dedans ? ». Soucieux de ne pas trop engager mes valeurs politiques dans mon enquête sociologique, mais forcé de les exposer quelque peu, en ma qualité de recrue, je me cantonnai à une interprétation sociologique de la révolution d’Octobre, certainement proche de celle de l’historien qui cherche à « mieux comprendre, voire expliquer, le passé »22. Cette réponse précautionneuse, distante, ne satisfit pas Irène qui revint à la charge à l’issue du deuxième topo : « Tu te situes comment par rapport à ce qu’on pense ? Je sais que toi c’est le présent qui t’intéresse. Mais nous, on pense que les valeurs marxistes ont encore leur place dans la société actuelle. Bien sûr la classe ouvrière n’est pas la même aujourd’hui que pendant la révolution bolchevique mais c’est toujours le cœur du renversement du capitalisme ». Ce besoin de sonder la pensée politique de la recrue, d’interroger son analyse des événements, n’est pas un cas isolé et joue un rôle fondamental dans l’initiation de la recrue. Un enquêté, jeune lycéen à l’époque où il a été « accroché » par LO, notait : « Tu sais que tu dois dire quelque chose et qu’à la première chose que tu vas dire de côté, c’est parti. Pour moi c’est toujours un peu le même procédé : te laisser parler au tout début, exploiter les failles et une fois qu’ils sont rentrés dans la faille, c’est eux qui expliquent ». Semaine après semaine, la subjectivité de la jeune recrue se mesurant à un « savoir unifié [à] vocation encyclopédique »23 (le marxisme-léninisme) permet au militant d’évaluer l’« évolution » de son contact : son degré d’intériorisation des thèses matérialistes, leurs intrications à l’histoire du prolétariat, et finalement son adhésion aux valeurs et pratiques de LO. L’identification de ces failles – c’est-à-dire les signes d’une rationalité individuelle encore trop indexée à une expérience subjective et non encore objective, matérialiste – permet au militant d’orienter, d’adapter les discussions vers une destination où seule la transformation de la recrue (son « évolution ») est espérée : vers sa subjectivation politique.

  • 24 Birnbaum, Jean, « Fragments d’un discours révolutionnaire. À l’école des trotskysmes français », Fr (...)
  • 25 Barcia, Robert, op. cit., p. 75.

9Mohamed Marangabi, militant LO, déclarait dans un épisode radiophonique des Fragments d’un discours révolutionnaire de Jean Birnbaum : « Je n’ai jamais autant lu de ma vie que depuis que j’ai rencontré les copains de LO »24. Ces Fragments font écho à mon expérience (et celles de mes enquêtés) : Irène me prêta, dès le premier rencard, La véritable histoire de Lutte ouvrière de Robert Barcia. Puis m’invita très vite à lire L’établi de Robert Linhart, La conception matérialiste de l’histoire de Gueorgui Plekhanov, Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda, et à regarder les documentaires « Les nouveaux chiens de garde », « Asie. Le réveil ouvrier », « Comme des lions », « Les lip. L’imagination au pouvoir ». Concernant le centenaire de la révolution bolchevique Irène ne me laissa pas en reste de lectures. À la résistance que j’exprimais face aux discours militants des topos, elle m’invitait à me plonger dans Dix jours qui ébranlèrent le monde de John Reed et me renvoyait aux « deux gros pavés » de l’Histoire de la révolution russe de Trotsky et à son autobiographie, Ma vie. Il s’agissait, à travers la « démonstration » du Vieux, de me « faire voir », me « faire piger » et corriger mon erreur. La lecture a essentiellement cette fonction de « faire évoluer » la réflexion de la recrue en la confrontant aux « auteurs indiscutables »25. La lecture est une obligation. La recrue ne saurait être intégrée en cellule sans être venue à bout d’une liste de lectures fournie. Au programme, les grands classiques du marxisme, bien sûr, mais aussi et surtout un grand nombre de romans. Pour s’imprégner de la misère ouvrière on conseillera Germinal de Zola, Les raisins de la colère de Steinbeck ou La révolte des pendus de Traven. Pour inspirer l’engagement politique, on s’attardera sur La mère de Gorki ou Spartacus d’Howard Fast. Pour être vacciné définitivement des nuances de l’autoritarisme, on s’indignera à travers L’affaire Toulaév de Victor Serge, Fontamara d’Ignazio Silone ou Le zéro et l’infini d’Arthur Koestler.

  • 26 « Apports et écueils pour l’émancipation d’une expérience militante : dialogue réflexif sur Lutte o (...)
  • 27 Lavabre, Marie-Claire, « Cadres de la mémoire communiste et mémoires du communisme », Autobiographi (...)
  • 28 Lavabre, Marie-Caire, op. cit., 1994, p. 18.

10Les romans sont largement discutés en rencard-café pour s’assurer que la recrue en a compris le sens, identifié les ressources mais également les limites (des récits ou des auteurs). Une étudiante en sociologie rapporte qu’un de ses enquêtés a été sorti des circuits de recrutement de LO « parce qu’il ne s’était pas identifié aux bons personnages lors des formations de lectures obligatoires »26. Il s’agit précisément de s’identifier, de connecter, à travers l’expérience fictive des romans, son vécu individuel à un devenir commun, universel : celui du prolétariat. Il s’agit de faire siens, constitutifs de son cheminement politique individuel, les récits révolutionnaires des communards ou ceux des bolcheviks, le soulèvement des dépossédés mexicains, russes, français, allemands… en lutte contre les propriétaires terriens, la noblesse d’État, les grands comme les petits patrons, contre les colonisateurs, les bourreaux, les passeurs de frontières, les dictateurs, bref contre un seul visage aux multiples facettes : l’exploitation. « C’était, m’explique José Chatroussat, ancien membre dirigeant de LO, une manière d’intérioriser une expérience historique et humaine dans différents pays. C’était comment, en quelques sortes, s’assimiler la lutte des classes même au travers des siècles et des problèmes sociaux, avec des fictions ». Le roman agit finalement comme le support privilégié de la subjectivation politique de la recrue. Il offre, avec le dispositif rencard-café, à la mémoire historique de LO un cadre social à travers lequel s’exprimer et se connecter aux aspérités du vécu individuel de la recrue. Il participe, mieux que les essais théoriques, « à générer des représentations du monde et interprétations du passé, lentement transformées, qui donnent sens aux souvenirs individuels »27. Cette mémoire historique se confond en « mémoire vive »28 quand elle rencontre, recouvre, s’accroche, quand elle se mêle à l’expérience vécue de la recrue, quand elle touche son quant-à-soi sans pour autant le dénaturer totalement.

11Le processus de recrutement de LO est en quelque sorte une ingénierie de la subjectivation communiste révolutionnaire. Il capte et cherche à sublimer, les premiers engagements politiques de la recrue, à les dériver vers un engagement plus général, plus universel, qui les comprend en son sein : le combat communiste révolutionnaire canalisé autour de la construction du Parti. Irène, lorsque j’évoque en rencard l’actualité des questions féministe et écologique, n’a donc aucun mal à déclarer : « on est féministe et écologiste parce qu’on est communiste ». Et lorsqu’elle évoque son propre recrutement, l’on sent à son ton distancié comment ses premiers engagements politiques sont désormais lointains. Alors lycéenne, la militante commence ses discussions régulières avec LO sur fond de révolte contre les discriminations racistes : « On n’a pas été recrutés sur “À bas le racisme”. Enfin, on a pu commencer à discuter là-dessus, ça dépend des révoltes de chacun. Tu commences à discuter de ça mais après, au bout du bout, pour résoudre ces problèmes-là, il faut renverser le capitalisme. Donc pour ça il faut un parti. […] On est recrutés sur une base commune : s’implanter dans la classe ouvrière et défendre les valeurs communistes ». De l’antiracisme à la construction du Parti, à force de lectures et de discussions, le processus de recrutement d’Irène a connecté son vécu individuel à la mémoire historique de l’organisation, il les a rendu compatibles, il a fait accoucher la subjectivité communiste révolutionnaire de la militante.

  • 29 Pudal, Bernard et Pennetier, Claude, Le souffle d’octobre. Pourquoi ont-ils cru au communisme ?, Iv (...)
  • 30 Pudal, Bernard et Pennetier, Claude, « Écrire son autobiographie (les autobiographies communistes d (...)
  • 31 Strauss, Anselm, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié, 1992.
  • 32 Tarragoni, Federico, op. cit., p. 115.

12Si le processus de recrutement de LO peut être considéré comme une ingénierie de la subjectivation révolutionnaire, il ne s’agit pourtant pas de l’envisager d’emblée comme un dispositif d’endoctrinement, et de suggérer que les jeunes qui s’engagent à LO sont manipulés, victimes d’une illusion. Pour comprendre réellement comment l’expérience de la révolution bolchevique, transmise à travers cette mémoire historique, continue d’embraser le cœur des nouvelles générations, il convient de prendre au sérieux ce type d’engagement politique, d’étudier le « composite des raisons légitimes de croire (ou plutôt de s’engager) et d’«  aveuglements » situés (socialement et historiquement) », et faire une « sociologie des modalités de croire et de ne pas croire »29. Le sujet communiste qui résulte de ce processus de recrutement n’est jamais acquis, jamais stable, il est toujours en « transaction avec l’institution »30 et menace à tout moment de s’en distancier à cause de l’émergence d’« accidents biographiques31 » et de l’évolution du contexte macrosocial. Ce sujet communiste « n’est rien d’autre qu’une matrice permettant d’agencer, de manière pérenne et non essentialisable, des rapports à soi, des formes de réflexivité ou d’expérience, qu’aucune identité stable ne permet de subsumer »32.

  • 33 Sawicki, Frédéric et Siméant, Johanna, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note (...)

13Finalement, l’on voit comment la compréhension d’une mémoire historique – ici une mémoire trotskyste partisane – c’est-à-dire sa persistance, donc sa transmission, ne peut faire l’économie d’une sociologie de l’engagement forte des acquis de l’approche interactionniste33. À l’inverse, une sociologie de l’engagement communiste révolutionnaire ne peut se passer d’un concept aussi important que celui de la mémoire car il permet d’une part d’embrasser d’un même regard les niveaux micro, méso et macro qui président, explicitement ou en en filigrane, à la logique de cet engagement et d’autre part parce qu’il permet d’explorer judicieusement l’une des caractéristiques spécifiques de l’engagement communiste : sa dimension eschatologique. Lorsqu’on s’engage dans une organisation communiste révolutionnaire, en particulier à Lutte ouvrière, on s’engage avec le sens historique. Le militant Jean rappelait ainsi en topo que le soulèvement avorté d’Etienne Marcel de 1358 avait trouvé la réalisation finale de son utopie bourgeoise dans la Révolution française. C’est que « le temps travaillait pour elle [et] en dépit des apparences le temps a joué et joue encore pour la classe ouvrière et contre la société capitaliste ». Le passé mémoriel de LO non seulement se conjugue au présent, mais aussi au futur : celui, final, d’une humanité communiste que, de toute manière, le temps fera advenir.

Haut de page

Notes

1 Lénine, Que faire ?, Montreuil-sous-Bois, Éditions Sciences Marxistes, 2004, pp. 155-171.

2 « Aux ouvriers révolutionnaires », La Vérité : organe de l’opposition communiste, n° 1, 1929.

3 Lavabre, Marie-Claire, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1994, p. 18.

4 Ibid., p. 20.

5 Lavabre, Marie-Claire, « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales, n° 5, 2007. Accès : http://journals.openedition.org/ transcontinentales/756

6 Tarragoni, Federico, « Du rapport de la subjectivation politique au monde social. Les raisons d’une mésentente entre sociologie et philosophie politique », Raisons pratiques, n° 62, 2016, p. 127.

7 Arthaud, Nathalie, « 1917-2017 : la révolution russe : pour changer le monde, les travailleurs au pouvoir », Cercle Léon Trotsky, n° 150, 2017.

8 Ibid.

9 Noiriel, Gérard, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes & migrations, n° 1247, 2004, p. 19.

10 Lutte ouvrière, « La révolution d’Octobre 1917 : des leçons toujours d’actualité », Lutte de classe, n° 187, 2017.

11 Arthaud, Nathalie, op. cit.

12 Hobsbawm, Eric, « Inventer des traditions », L’invention de la tradition, Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence (dir.), Paris, Éditions Amsterdam, 2012, p. 28.

13 Laguiller, Arlette, « 1917-2017 : la révolution russe : pour changer le monde, les travailleurs au pouvoir », Cercle Léon Trotsky, n° 150, 2017.

14 Arthaud, Nathalie, op. cit.

15 Trotsky, Léon, Programme de transition, Pantin, Les bons caractères, 2005, p. 54.

16 Lagroye, Jacques, « Le processus de politisation », La politisation, Lagroye, Jacques (dir.), Paris, Belin, 2003, p. 363.

17 Lutte ouvrière, « Construire un parti communiste révolutionnaire », Lutte de Classe, n° 188, 2017, p. 22.

18 Lazar, Marc, « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », Vingtième siècle : revue d’histoire, n° 44, 1994, p. 16.

19 Selon l’un des textes fondateurs de Lutte ouvrière. Voir Barta, Rapport sur l’organisation, Archives internet des marxistes, 1943. Accès : https://www.marxists.org/francais/barta/1943/07/barta_rapp43.htm

20 Les données présentées dans cet article ont été récoltées d’octobre 2016 à juin 2018 dans le cadre d’une enquête de terrain comprenant une observation participante auprès d’une cellule parisienne et une dizaine d’entretiens semi-directifs avec des individus ayant expérimenté, sans toujours l’avoir achevé, le processus de recrutement de LO.

21 Ce sont des petites réunions organisées régulièrement dans le milieu de la recrue dans le but de débattre autour d’un thème : histoire politique et sociale, histoire du mouvement ouvrier, cours de théorie marxiste etc. Les topos font partie intégrante de l’initiation d’une recrue, et sont obligatoires en vue de l’intégration.

22 Noiriel, Gérard, op. cit., p. 19.

23 Besançon, Alain, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Gallimard, 1977, p. 20.

24 Birnbaum, Jean, « Fragments d’un discours révolutionnaire. À l’école des trotskysmes français », France Culture, n° 18, 2002.

25 Barcia, Robert, op. cit., p. 75.

26 « Apports et écueils pour l’émancipation d’une expérience militante : dialogue réflexif sur Lutte ouvrière », Séminaire ETAPE, n° 24, 2017, Corcuff, Philippe (dir.). Accès : http://www.grand-angle-libertaire.net/lutte-ouvriere-emancipation-et-domination-dans-une-organisation-politique-elements-dauto-analyse-cooperative-et-critique/

27 Lavabre, Marie-Claire, « Cadres de la mémoire communiste et mémoires du communisme », Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Pudal, Bernard et Pennetier, Claude (Dir.), Belin, 2002, p. 307.

28 Lavabre, Marie-Caire, op. cit., 1994, p. 18.

29 Pudal, Bernard et Pennetier, Claude, Le souffle d’octobre. Pourquoi ont-ils cru au communisme ?, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2017, p. 32.

30 Pudal, Bernard et Pennetier, Claude, « Écrire son autobiographie (les autobiographies communistes d’institution, 1931-1939) », Genèses. Sciences sociales et histoire, Bensa, Alban et Wittersheim, Éric (Dir.), n° 24, 1996, p. 61.

31 Strauss, Anselm, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié, 1992.

32 Tarragoni, Federico, op. cit., p. 115.

33 Sawicki, Frédéric et Siméant, Johanna, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, n° 51, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Flammand, « Autour du centenaire d’Octobre 1917. Réflexions sur la transmission mémorielle, l’engagement politique et la fabrique du sujet communiste révolutionnaire à Lutte ouvrière », Amnis [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/amnis/4213 ; DOI : 10.4000/amnis.4213

Haut de page

Auteur

Benjamin Flammand

Université Paris Diderot, France, flammand.benjamin@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals