Navigation – Plan du site
Postmémoire

« La République des fils »1, mémoire en héritage. Pratiques mémorielles des descendants des Républicains espagnols

Olivia Salmon Monviola

Résumés

En France, les descendants de réfugiés républicains espagnols se réunissent en associations pour faire vivre la mémoire de leurs aînés, unis par un destin commun et une communauté de cause. L’héritage est conséquent : une mémoire collective marquée par le traumatisme de la guerre civile et de l’exil. Le passage de témoins entre la première génération et les suivantes s’est accompli. Aujourd’hui, entre mémoire et engagement, les descendants des républicains espagnols en France expriment leur filiation de multiple façon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons cette expression à Véronique Moulinié dans Moulinié, Véronique, « L'exode et les ca (...)

1En France, pour les réfugiés républicains espagnols et leurs descendants, l’année deux mille dix neuf est une année de commémoration puisqu’elle marque le quatre-vingtième anniversaire de la Retirada. L’exode et l’exil espagnol de l’hiver mille neuf cent trente neuf représentent le point d’orgue d’un épisode tragique de l’Histoire de l’Espagne mais aussi de la France. Un épisode marquant par sa portée nationale, internationale, collective mais aussi individuelle. La Retirada est donc un des marqueurs de l’Histoire de l’exil républicain espagnol mais aussi des mémoires si l’on veut bien, dans un premier temps ne pas singulariser la notion de mémoire. Trouver refuge ailleurs, s’exiler, fuir la violence de la guerre et de la répression s’inscrivent dans les trajectoires de vie de ces milliers de républicains espagnols, qui, pour la plupart, ont maintenu durant de longues années l’espoir d’un retour au pays. Ce qui devait être provisoire est finalement devenu durable voire définitif et à la douleur de la défaite et de l’exil s’est ajoutée l’épreuve de la nostalgie et de l’éloignement. Ce sont des blessures ontologiques qui irradient des familles entières de part et d’autre des Pyrénées. La diaspora républicaine espagnole s’est organisée en France. La première génération, celle qui a vécu la guerre en Espagne et l’exil, a eu à la fois le souci de l’intégration et la gestion du traumatisme donnant lieu selon les cas de figure, à la libération de la parole, à la poursuite de leurs engagements politiques, au maintien de leur patrimoine culturel pris au sens large ou alors au silence souvent assourdissant. La deuxième génération de la diaspora républicaine espagnole est donc dépositaire d’un héritage mémoriel fait d’une accumulation d’objets et de souvenirs dont la particularité est d’être restés longtemps sous séquestre de l’Histoire. En France, il faut attendre les années quatre vingt dix et les travaux pionniers de Geneviève Dreyfus Armand pour voir apparaitre des ouvrages sur l’exil républicain espagnol de la fin des années trente. Avant, la vague d’émigration massive des Espagnols fuyant la guerre était considérée comme une composante de l’Histoire de l’immigration et prenait essentiellement en compte des données chiffrées et statistiques. En Espagne, durant la dictature franquiste, l’épisode républicain et l’exil consécutif de la guerre ont été évacués au profit d’un récit national à la gloire de la cruzada. Au bénéfice d’une réconciliation nationale dont dépendait la marche vers une Espagne démocratique, le silence d’un passé traumatique s’est imposé dans l’espace public. Depuis la démocratie consolidée, on assiste à une relecture de l’Histoire contemporaine de l’Espagne. Les conséquences d’une mémoire confisquée sont massives sur l’identité non seulement nationale mais aussi sur une diaspora qui porte en elle une blessure collective. La vague mémorielle qui a déferlé en Espagne au début des années deux mille n’est pas asynchrone de celle qui sous-tend les nombreuses initiatives des descendants de républicains espagnols organisés en associations en France. Des initiatives, qui comme en Espagne émanent de la société civile et qui permettent à la (aux) mémoire(s) de rencontrer l’Histoire. Dans cette étude, nous nous sommes fixé deux objectifs. Le premier est de soumettre à l’analyse de la rencontre entre Histoire et mémoires la dynamique des héritiers d’un patrimoine mémoriel. Autrement dit, il nous importe de comprendre l’organisation et l’engagement des ‘fils de la République’. Le second est de porter un regard sur la manière dont ce patrimoine mémoriel s’inscrit dans des enjeux non seulement de survivance mais aussi de transmission.

Contextualisation 

  • 2 Furkenstein, Amos, « Collective memory and historical conscienciousness », History an Memory, vol.  (...)

2Dans le contexte que nous proposons d’étudier, c’est-à-dire la compréhension d’une part de la question de la survivance de la mémoire républicaine espagnole et d’autre part de sa mise en récit (de manière institutionnelle ou non), nous nous attachons à focaliser notre regard sur la gestion de la mémoire par la diaspora républicaine espagnole en France à travers les associations de descendants de réfugiés espagnols. La problématique de gestion d’un passé traumatique, dans le présent et que nous comprenons, dans le cas qui nous occupe, comme étant un passé transfrontalier, prend en compte ce qui relève de la mémoire (individuelle et collective), de la mise en récit du passé (le travail de l’historien) et ce qu’Amos Furkenstein2 considère comme étant la « conscience historique », c’est-à-dire, les points de contact et les interactions entre la mémoire et l’Histoire. Il convient dans un premier temps de situer les termes qui seront mobilisés et qui se trouvent au cœur des enjeux portés par la diaspora républicaine espagnole aujourd’hui mais également de comprendre le contexte dans lequel ces enjeux émergent.

Mémoire, temps, espace

  • 3 Traverso, Enzo, op.cit., p. 44.
  • 4 Lavabre, Marie-Claire, « La "mémoire collective" entre sociologie de la mémoire et sociologie des s (...)
  • 5 Bruneau, Michel, « Les territoires de l'identité et la mémoire collective en diaspora », L’Espace g (...)

3Si nous prenons en compte l’ensemble des dimensions que revêt la mémoire, il nous faut considérer, avec Pierre Nora, les lieux de la mémoire. Nous sommes en effet et dans un premier temps, face à des enjeux de mémoire et une Histoire nationale qui se jouent de part et d’autre des Pyrénées, traçant ainsi une frontière qui délimite une des fractures dans la mémoire collective d’un peuple. La deuxième dimension à prendre en compte est le temps de la mémoire tout en prenant en considération deux réalités unies dans une communauté de cause, celles des descendants de républicains et victimes du franquisme en Espagne et en France. En Espagne, depuis le début des années deux mille et à partir de la société civile, a émergé dans l’espace public ce que l’on nomme « une vague mémorielle ». Ce moment correspond au « temps de la mémoire » qui ne coïncide pas strictement et obligatoirement avec « le temps de l’Histoire ». Le temps de la mémoire se décompose en phases successives qui traversent les générations : le temps du traumatisme, le temps du refoulement et le temps de l’anamnèse3. En revanche, en France, le séquençage du temps de la mémoire est asynchrone-pour un grand nombre de témoins- par rapport à l’Espagne et ceci parce que les contextes politiques furent bien différents. Nous savons effectivement qu’il existe des initiatives de patrimonialisation des souvenirs de l’expérience vécue et des velléités de transmission aux générations futures dès le début de l’exil. Néanmoins, la diaspora en France accompagne de manière très active le mouvement mémoriel en Espagne depuis le début du XXI° siècle, ce qui lui permet de renouer un lien brisé dans le continuum de l’Histoire commune. Marie-Pierre Lavabre4 explique que la prise en charge de la mémoire d’une communauté prend en compte d’une part ce qui relève des traces du passé, inscrites dans tous les matériaux d’archives mais aussi dans la perpétuation des traditions ou encore des « passages de témoin » et d’autre part ce qui relève de l’évocation du passé, par les pratiques mémorielles lorsque l’on commémore, que l’on organise la mémoire en musée ou en monuments. Dans le cas espagnol et de manière transnationale, il existe, de surcroît, des revendications mémorielles consécutives aux amputations des traces et des évocations d’un passé que l’on entend aujourd’hui faire valoir au titre d’une récupération mémorielle et d’une réparation identitaire. Dès lors que la survie et la revendication de la mémoire dépendent de la manière dont on fait usage du passé, c’est-à-dire ce que l’on comprend comme la mémoire historique, le point de rencontre est inscrit dans la conscience historique évoquée par Furkenstein. De plus, la mémoire collective et la conscience historique de son propre collectif sont consubstantiels de l’identité diasporique5. Les diasporas, qui portent en elles le déracinement, mettent en place des stratégies de conservation, de patrimonialisation et de transmission de l’expérience vécue comme étant la matrice de leur identité.

Les cadres sociaux de la mémoire : associations mémorielles de descendants de républicains espagnols

  • 6 Martinez Maler, Odette, « Passeur de mémoire et figure du présent : El nieto de republicano (le pet (...)
  • 7 García Cañedo, Domingo, « Toulouse, ciudad de memoria », Hispanística XX, 2007, n° 25, pp. 79-89. M (...)
  • 8 Traverso, Enzo, op.cit. ; p. 12.

4En Espagne, la figure des Nietos de la República6 apparait au milieu des années quatre vingt dix lorsque le temps du refoulé s’éteint au profit d’un besoin de faire la lumière sur un passé et, par conséquent, sur une mémoire confisquée. C’est en premier lieu par la société civile que la demande de réhabilitation de la mémoire se manifeste. L’anamnèse en Espagne réveille sans aucun doute le puissant mouvement associatif que l’on voit (ré)apparaitre dans le même temps dans la diaspora républicaine espagnole en France et animé par les fils et filles de réfugiés qui ont vécu l’exil. Nous avons évoqué plus avant la différence dans le processus du temps de la mémoire entre l’expérience vécue en Espagne et l’expérience de l’exil. En exil, il existe en effet une continuité dans la gestion de ce qui relève de la mémoire collective, par les associations, par les partis politiques en exil, par les groupes culturels. L’exemple de Toulouse7 nous montre que les associations sont les lieux de sociabilité privilégiés dans lesquels va se structurer la mémoire collective, la préservation et la transmission de celle-ci. José Martinez Cobo nous indique à ce propos que « Les exilés sont maintenus par leur vie associative : groupes artistiques, ciné-clubs, sociétés solidaires, équipes de football, activités culturelles et récréatives diverses, allant de la création d’un Ateneo aux commémorations traditionnelles ou festives, […] mais chacune de leurs actions était pensée en termes politiques et de politique complexe. En effet, la lutte contre le franquisme était leur préoccupation première mais non exclusive ». L’exemple de Toulouse apparait comme le paradigme de l’organisation de la diaspora républicaine espagnole mais nous ne pouvons évidemment pas généraliser cette même structuration de la mémoire, par la première génération, à l’ensemble du territoire français. Par contre, depuis le début des années deux mille, les deuxième et troisième générations se sont organisées en associations de manière bien plus large en nombre et en implantation géographique. Nous voyons en effet nombre d’associations regroupant des descendants de réfugiés espagnols sur pratiquement l’ensemble du territoire français. Comment expliquer ce « réveil de la mémoire » maintenant ?. Enzo Traverso explique que « l’obsession mémorielle » tient en premier lieu à la crise de la transmission dans nos sociétés contemporaines8 qui repose sur la distinction que fait Walter Benjamin entre « l’expérience transmise » et « l’expérience vécue », cette dernière éprouvant la fragilité du temps qui passe et la disparition progressive des témoins. Quant à « l’expérience transmise », elle représente le fil tendu entre les générations qui tisse l’identité du groupe. Donc, si dans un premier temps, nous nous attachons à la dimension temporelle de la mémoire, nous pouvons dire que la dynamique mémorielle de la diaspora républicaine fait non seulement lien et écho avec le « retour du refoulé » des Nietos de la República en Espagne mais se fonde également sur ce qui fait sens dans son identité même, en investissant le rôle de passeur de mémoire. La situation du passé traumatique espagnol et ses zones d’ombres, pour ne pas dire d’éclipse, détermine le point de rencontre entre Histoire et mémoire lorsque les revendications mémorielles tendent vers une (re)mise en récit des représentations collectives du passé dans l’objectif de la légitimation (par l’Histoire) et de la réhabilitation des parties prenantes. Ce faisant, la prise en charge du passé, par la diaspora républicaine espagnole aujourd’hui, prend en compte plusieurs enjeux. Il s’agit en effet, pour les descendants de réfugiés d’une part de s’approprier ou de se réapproprier un espace mémoriel, fait de différents objets, allant de la commémoration jusqu’à la perpétuation de pratiques culturelles. Il s’agit par ailleurs de maintenir le lien avec la patrie originelle (ici entendue comme celle des victimes du franquisme). Maintenir ce lien passe par la co-construction et la co-revendication d’une mémoire et de sa mise en récit. Nous ne pouvons écarter l’enjeu politique qui se joue hors de l’espace national lorsque depuis la France, l’on revendique la légitimité de la IIème République. Enfin, l’enjeu identitaire est également au cœur de la dynamique mémorielle puisque l’identité du groupe puise à la source de sa mémoire.

Organisation de la mémoire républicaine espagnole aujourd’hui, bilan

  • 9 L’association FREEE (Filles et Fils de Républicains Espagnols et Enfants de l’Exode) située à Argel (...)

5La deuxième partie de l’analyse que nous proposons cherche à illustrer la manière dont la diaspora espagnole, organisée en associations, prend en charge la survivance de sa mémoire. Nous avons dit que l’année deux mille dix neuf est une année riche en évènements divers puisqu’elle marque un anniversaire de la Retirada et que ces évènements nous permettent d’observer un patrimoine mémoriel protéiforme. Nous avons pu catégoriser les pratiques mémorielles organisées par les nombreuses associations de descendants de réfugiés espagnols. Il ne s’agit plus dans cette partie de considérer le temps de la mémoire mais bien les lieux de la mémoire. Le déplacement vécu dans l’exil est intrinsèque de l’identité diasporique. Les célébrations de la mémoire en exil ne s’inscrivent que dans la terre d’accueil, marquant ce faisant la matérialisation du déracinement et symboliquement l’expérience vécue de l’exil. A partir de la recension, non exhaustive, des évènements organisés par plusieurs associations mémorielles9 à l’occasion des quatre-vingt ans de la Retirada, nous mettons en exergue trois modalités de pratiques mémorielles : les pratiques mémorielles qui présentéisent le passé, les pratiques mémorielles comme pratiques culturelles et les pratiques mémorielles comme consécration des lieux de mémoire. Nous sommes donc face à une diversité de pratiques mémorielles qui oscillent entre les champs de l’Histoire et les champs de la mémoire collective.

6Dans le champ de ce qui relève de la mémoire historique, les commémorations s’inscrivent dans des pratiques mémorielles qui présentéisent le passé. Il s’agit effectivement de se souvenir ensemble d’un évènement ou d’une personne qui ont marqué l’Histoire et dont on honore la ou les mémoires. Dans le cas de l’exil républicain espagnol, il s’agit d’une Histoire transfrontalière qui laisse une empreinte dans l’Histoire de l’Espagne mais aussi celle de la France ; au sein même de la diaspora mais aussi auprès des populations locales (nous pensons par exemple aux villages des Pyrénées Orientales). Les pratiques mémorielles qui réinvestissent le passé dans le présent sont par exemple les marches organisées sur les chemins de la Retirada et qui retracent le parcours de milliers d’Espagnols fuyant leur patrie à travers les Pyrénées Orientales. Ces marches permettent ainsi de s’engager physiquement et symboliquement dans la survivance de la mémoire d’un évènement inscrit dans l’Histoire des deux pays. Ces marches rassemblent des témoins de l’époque, ceux-là même qui ont vécu l’exode, leurs descendants, des témoins qui ont vu arriver par dizaine de milliers la longue colonne de réfugiés désœuvrés, mais aussi des personnes qui connaissent l’existence de l’évènement car celui-ci a été mis en récit et appartient à l’Histoire. Cette pratique mémorielle fait coïncider mémoire et Histoire en ce qu’elle présentéise un évènement passé et historique. Prenons également l’exemple de commémorations en l’honneur d’Antonio Machado sur sa tombe à Collioure le 24 février ou celle de Manuel Azaña à Montauban. Notons que cette année, c’est en présence du premier ministre espagnol Pedro Sanchez que ces deux commémorations ont eu lieu, mettant en exergue ainsi un usage politique fort du passé, du moins en Espagne. Les commémorations investissent à la fois le temps et le lieu de la mémoire et la sacralise en un acte de rémanence mémorielle.

  • 10 Armand Dreyfus, Geneviève, « cultures d'exil et exil des cultures l'activité culturelle des républi (...)

7Les descendants de réfugiés républicains espagnols sont dépositaires de tout un héritage qui couvre à la fois non seulement la persistance de la mémoire et la transmission de l’expérience vécue mais aussi tout un patrimoine culturel. A la croisée des enjeux de mémoire et d’identité de la diaspora, se trouvent des pratiques mémorielles en tant que pratiques culturelles transmises d’une génération à l’autre. En effet, dès le début de l’exil, les réfugiés espagnols se sont attachés à faire vivre tout un patrimoine culturel dans l’objectif de sauvegarder leur identité en terre étrangère, pour maintenir le lien social au sein de la diaspora et enfin en tant qu’actes revendicatifs au nom de ce que la IIème République avait forgé en matière de conception de la culture et de la vie sociale10. La conservation et la transmission de la culture sont au cœur des préoccupations de la première génération de républicains exilés. La lecture et la création littéraire, les représentations de théâtre, les récitals, les expositions, les publications de périodiques rythment ainsi les activités culturelles au sein des groupes (ou familles politiques) et des associations qui réunissent les primo-arrivants en France. Aujourd’hui, le trait d’union entre les générations est assuré puisqu’une très grande partie des activités et des pratiques mémorielles est consacrée à la perpétuation de la tradition culturelle républicaine dont nous ne donnerons que quelques exemples. Les spectacles vivants ont la part belle puisque de nombreuses représentations de théâtre (« La place du diamant » de Mercé Rodoreda,), concerts et récitals (Paco Ibañez, les Chœurs de l’exil et de l’espoir, ) sont organisés. Des expositions de photographies, d’affiches, de peintures (l’exposition de photographies intitulée « 1939, le camp en 365 images" et mise en scène par Grégory turban) sont installées, des projections de films (« Le silence des autres », « La langue des papillons », « Armonia, Franco et mon grand-père ») programmées. De surcroît, des colloques et conférences-débat sont également mis régulièrement à l’agenda des associations avec la collaboration d’universitaires spécialistes de la question, s’assurant par là même la caution scientifique et une mise en récit selon les canons de l’Histoire. Enfin, de nombreuses publications et créations littéraires voient le jour sous la forme de poésies, de témoignages, de romans….

8En dernier lieu, et parmi les pratiques mémorielles, il existe les matérialisations de la mémoire dans un territoire, par l’édification de monuments, de pose de stèles, de plaques commémoratives, de musée et mémoriaux, ou encore de noms de rue. La fonction du monument est d’interpeller la mémoire et est vécue par les associations commanditaires comme des « victoires contre l’oubli ». Inscrites dans l’espace public, ces matérialisations mémorielles ne sont pas destinées à être perçues comme un espace mémoriel exclusif par et pour la diaspora mais plus amplement pour l’ensemble de la société. En effet, si les pratiques mémorielles évoquées plus avant se réalisent, en grande partie, avec des groupes sociaux attachés et concernés de près ou de loin à la survivance de la mémoire républicaine espagnole, en revanche les installations ancrées dans un territoire sont lisibles par tous et portent un message qui se veut sans nul doute pédagogique et de reconnaissance de l’Histoire de l’exil républicain espagnol. Bien moins labile que les pratiques mémorielles commémoratives ou culturelles, les lieux de mémoire, pris au sens large du terme, impliquent par ailleurs la collaboration des autorités locales et vont dans le sens de l’appropriation historique de l’expérience vécue par un groupe social. Autrement dit, l’Histoire de l’exil espagnol est une Histoire transfrontalière qui implique l’Espagne et la France. Les différents évènements organisés à l’occasion des quatre-vingt ans de la Retirada montrent que l’implication de la France est toute relative sur le plan national. Les départements frontaliers ont participé activement à l’organisation des manifestations, des municipalités ont collaboré avec les associations mémorielles, des écoles ont accueilli de nombreux témoignages ou expositions, néanmoins, la représentation du corps politique sur le plan national reste, pour une grande part, absente des commémorations et inaugurations.

Conclusion

9La survivance de la mémoire, et a fortiori de la mémoire d’un peuple déraciné, est au cœur des enjeux de sa propre identité. La mémoire est une notion qui ne se conjugue pas obligatoirement avec l’Histoire, qui est la mise en récit du passé, selon des canons institutionnalisés. Pour autant, des groupes sociaux identifiés sont dépositaires d’un patrimoine mémoriel qu’il convient de faire survivre, de faire émerger selon les cas et de transmettre. La situation du passé espagnol est particulière puisqu’il se trouve à la fois face à des enjeux de récupération de ce que l’on nomme communément sa mémoire historique et d’autre part face à des limites qui dépassent l’espace national puisqu’il faut prendre en compte l’Histoire de l’exil. Le temps de la mémoire comprend des phases successives. Aujourd’hui, le temps de la revendication mémorielle est venu. Bien sûr, en France, chez les républicains espagnols en exil, il n’y a pas eu réellement de rupture de mémoire et l’on s’est attaché à maintenir vivant tout un patrimoine légué aux descendants. Ces derniers, même s’ils se heurtent à des zones d’ombre dans le passé de leurs aînés, se font les passeurs actifs et engagés de leur mémoire collective. Les pratiques mémorielles sont diverses. Elles s’enchâssent dans ce qui relève de l’Histoire, ou de la tradition perpétuée, ou encore elles interpellent le plus grand nombre lorsqu’elles occupent un espace public. En tout état de cause, quelles que soient les modalités des pratiques mémorielles, elles se veulent toutes revendicatives. Quelles revendications portent toutes ces pratiques mémorielles ? Certainement, une place dans l’Histoire.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons cette expression à Véronique Moulinié dans Moulinié, Véronique, « L'exode et les camps pour pays. Les descendants de républicains espagnols en France », Ethnologie française, vol. 43, n° 1, 2013, pp. 31-41.

2 Furkenstein, Amos, « Collective memory and historical conscienciousness », History an Memory, vol. 1, n° 1 (Spring - Summer, 1989), pp. 5-26, cité dans Traverso, Enzo, Le Passé : modes d'emploi, Histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique, 2005, p. 32.

3 Traverso, Enzo, op.cit., p. 44.

4 Lavabre, Marie-Claire, « La "mémoire collective" entre sociologie de la mémoire et sociologie des souvenirs ? », 2016, <halshs-01337854>.

5 Bruneau, Michel, « Les territoires de l'identité et la mémoire collective en diaspora », L’Espace géographique, n° 4, 2006 (Tome 35), pp. 328-333. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2006-4-page-328.htm [consulté le 04/02/19]

6 Martinez Maler, Odette, « Passeur de mémoire et figure du présent : El nieto de republicano (le petit-fils de républicain) » in Culture et mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Carola Hähnel-Mesnard, Marie Liénard-Yétérian et Cristina Marinas (dir.) Palaiseau, Éditions de l’École Polytechnique, 2008. pp. 43-52.

7 García Cañedo, Domingo, « Toulouse, ciudad de memoria », Hispanística XX, 2007, n° 25, pp. 79-89. Martínez Cobo, José, « Toulouse, cité de mémoire de l'exil républicain », Hispanística XX, 2007, n° 25, pp. 91-96.

8 Traverso, Enzo, op.cit. ; p. 12.

9 L’association FREEE (Filles et Fils de Républicains Espagnols et Enfants de l’Exode) située à Argelès sur Mer, L’association Ay Carmela à Bordeaux, le collectif Caminar qui rassemble plusieurs associations mémorielles réparties sur le territoire français), l’association ACOMERA (L'Association Commentryenne pour la Mémoire Espagnole de la IIème République et ses Amis), ASEREF (Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain en France)

10 Armand Dreyfus, Geneviève, « cultures d'exil et exil des cultures l'activité culturelle des républicains espagnols exilés en France », in Cultures de l’exil, art, pensée et écriture de l’exil républicain espagnol, culture de l’exil républicain espagnol, immigration et exil portugais en France, Dreyfus Armand, Genevieve, Duroux et Rose, Sicot, Bernard (dir.), Riveneuve Continents, n° 15, Exils et migrations politiques au XX° siècle, Nouvelle série, n° 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Salmon Monviola, « « La République des fils », mémoire en héritage. Pratiques mémorielles des descendants des Républicains espagnols », Amnis [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/amnis/4732 ; DOI : 10.4000/amnis.4732

Haut de page

Auteur

Olivia Salmon Monviola

Université Clermont Auvergne. France, Olivia.SALMON_MONVIOLA@uca.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals