Navigation – Plan du site
Varia

Les logiques sociales de l’iconographie contestataire : le cas du quartier d’El Príncipe à Ceuta

Alicia Fernández García

Résumés

A la recherche d’une propagande nationaliste, les autorités de Ceuta, ville espagnole enclavée au Maroc, ont procédé à une instrumentalisation de l’iconographie et de la toponymie urbaines. Contrairement à cet art public qui est celui des monuments officiels du centre-ville, dans le quartier périphérique d’El Príncipe, l’art urbain est né dans un contexte de déclassement social et il apparaît comme une pratique spontanée qui dépasse le désir d’embellir et cherche à subvertir le modèle social. À la manière des Muralistes mexicains qui revendiquaient une fonction sociale et idéologique de la création, l’espace public à Ceuta et notamment ses murs, se mettent au service d’une expression sociale communautaire dont les finalités sont multiples. Dans le cas du quartier El Príncipe, les mafias de la drogue ont tâché de marquer ce territoire de leur empreinte sociale et d’en disputer le monopole aux autorités locales. Mais les rues de ce quartier sont aussi devenues l’expression du malaise social et de la radicalité religieuse. Cette contribution se veut ainsi une étude des murs du quartier d’El Principe de Ceuta comme espaces de propagande djihadiste, comme lieux d’une contre-culture mafieuse et d’une iconographie contestataire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lire à ce propos l’ouvrage de Cohen, Ariella (dir.), The urbanist protester, Philadelphia, Next Cit (...)

1L’étude de l’iconographie contestataire dans le quartier périphérique d’El Principe de Ceuta se présente dans cet article comme une véritable grille de lecture afin de comprendre le monde social de cette ville-frontière. L’objectif est d’analyser le corpus iconographique existant dans les rues de ce quartier enclavé car quel que soient ses supports ou ses formats, ces images fixes, ces inscriptions murales et tags sont indissociables de l’existence d’une pratique contestataire dans son espace public. Sur le flanc du mont que l’on appelle Chico se dresse El Principe, un quartier en surplomb, périphérique, aux maisons multicolores et souvent délabrées dont le tracé urbain rappelle bien les favelas de Rio de Janeiro. S’il donne l’impression d’un nid d’aigle, son enclavement est aussi imaginaire car une ligne de démarcation mentale sépare ce quartier des autres districts de la ville. La sociologie d’El Principe où se concentre la plupart des étrangers et des habitants d’origine marocaine et de confession musulmane, où s’est développée une économie souterraine illégale liée au trafic de la drogue, où le chômage et la précarité font de ravages, et où les taux de déscolarisation mais aussi de délinquance sont très supérieurs à la moyenne locale, peut également expliquer le déclenchement d’un mouvement de révolte et l’existence de ce que l’on appelle un « urbain contestataire »1.

2Souvent peu étudiées, les images fixes se présentent dans cet article comme une source documentaire, comme un outil de recherche ainsi qu’un objet d’étude. Cette contribution se donne pour finalité de démontrer comment cette iconographie constitue un matériau de travail susceptible de contribuer à la connaissance des phénomènes contestataires et au marquage territorial des inégalités sociales. Cette recherche s’appuie finalement sur une expérience ethnographique menée sur plusieurs mois et à plusieurs reprises entre 2013 et 2017 à Ceuta, ville espagnole d’à peine 18,5 km2 et 85 000 habitants située au nord de l’Afrique. Mon intention étant non seulement de rendre compte de cette pratique iconographie ségrégée mais aussi de témoigner d’un phénomène en cours et de saisir son devenir. Pour y parvenir, je proposerai d’abord une étude des particularités du quartier d’El Principe afin de mieux comprendre la nature, le sens et la portée des revendications murales. Ensuite, je m’intéresserai plus précisément à l’activisme graphique et notamment aux registres de l’iconographie contestataire présente dans ce quartier.

1. El Principe ou l’art de vivre à la marge

  • 2 Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, « Iconographies rebelles », Cultures & Conflits [En ligne], 91/ (...)

3Dans le quartier d’El Principe à Ceuta, les inscriptions murales disséminées un peu partout traduisent un besoin de subvertir l’ordre établi et une volonté de protestation s’exprimant dans une pratique récurrente du « bombage » et du graffiti mural. L’espace public du quartier offre aux habitants rebelles une opportunité pour faire entendre leurs voix protestataires et un moyen pour exister dans une ville qui les marginalise. Si l’étude de cette iconographie contestataire présente des difficultés d’ordre méthodologique en raison de la difficulté de connaître l’identité et la motivation des acteurs, la temporalité des inscriptions voire même les rapports entre les images et leurs messages constituent un excellent thermomètre social2.

1. 1. Le quartier d’El Principe : contextualisation de l’action et dispositif d’enquête

  • 3 « El barrio más peligroso de España », El País, 28 mars 2003 ; « ‘Diario d’ se adentra en El Prínci (...)
  • 4 Fernandez Garcia, Alicia, « El Principe : de la fiction d’une série à la réalité d’un quartier », C (...)
  • 5 Données issues du rapport VII informe anual sobre el riesgo de pobreza y exclusión social 2017, réa (...)
  • 6 « La convivencia agoniza en el barrio ceutí de El Príncipe », ABC, 20 janvier 2015.
  • 7 « Ceuta, l’extrémisme enclavé », Libération, 26 avril 2015.

4Le quartier périphérique d’El Príncipe est souvent considéré dans les médias comme l’une des zones les plus dangereuses de l’Espagne mais aussi l’une des plus pauvres3. Si l’anarchie urbanistique qui y règne est la preuve de l’abandon chronique dont il fait l’objet de la part des autorités locales, la violence de la drogue, la menace du djihadisme et le besoin de survivre constituent le quotidien des habitants4. Situé à quelques mètres de la frontière avec le Maroc, El Principe concentre tous les mauvais indicateurs avec un taux de chômage qui frôle 70 % des actifs dont 85 % chez les jeunes, un échec scolaire qui embrasse 60 % des élèves et un risque de pauvreté et d’exclusion qui frappe 41,9 % des habitants de Ceuta et qui explose dans ce quartier5. De plus, la multiculturalité d’El Principe où cohabitaient jusqu’aux années 1980 des familles chrétiennes et musulmanes a disparu et dans l’actualité, seule une famille chrétienne y réside6. De même, le quartier pâtit d’une forte pression démographique car aux 12 000 habitants qui vivent entassés dans de petites maisons souvent délabrées et sans titre de propriété, sont venus se joindre plus de 3 000 Marocains ce qui lui a valu la considération de « ghetto musulman »7.

  • 8 El País, 26 octobre 2014.
  • 9 Amrani, Almanzor, El Príncipe. Entre el yihadismo y la marginación, Barcelona, Península, 2016, p.  (...)
  • 10 « Denuncian la presencia de plagas en Príncipe Alonso por falta de limpieza », El Faro de Ceuta, 15 (...)
  • 11 « La calle Este del Príncipe pide soluciones a cortes de agua, vertederos y plagas », El Faro de Ce (...)

5À la détresse socioéconomique de ces familles s’ajoute l’immobilisme des pouvoirs publics locaux qui ont négligé ce quartier dépourvu d’espaces verts, où l’éclairage public est déficient, le ramassage d’ordures irrégulier et les poubelles s’entassent souvent pendant des jours sur la minuscule place du Padre Salvador Cervès, en plein cœur du quartier8. Un abandon qui a enraciné le sentiment d’exclusion chez les habitants qui se considèrent comme « des citoyens de seconde zone »9. Les faillites dans les services de base font de l’insalubrité un problème de santé publique majeur dans El Principe : insectes, rats et cafards sont devenus un fléau dans les rues du quartier10. En plus, les coupures d’eau et d’électricité sont récurrentes tandis que l’absence de trottoirs et de barrières architecturales rendent difficile voire impossible la traversée de certaines rues11.

  • 12 Khosrokhavar, Farhad, « Un urbain ‘dhihadogène’« , Le Monde, 15 mai 2018.

6Si les autorités locales mènent actuellement une campagne afin de « récupérer » le quartier, pour certains habitants habitués à des promesses électorales non tenues, il ne s’agit que des mesures en trompe l’œil car dépourvues d’un véritable plan d’action pour le quartier. En empruntant la réflexion du sociologue Farhad Khosrokhavar, ce type de structure urbaine pose une nouvelle fois la question sociale « au sein de couches exclues et victimisées »12. Enfermés dans un quartier où les difficultés s’accumulent, marginalisés économiquement, considérés comme culturellement inférieurs et dont l’appartenance est constamment remise en cause, certains habitants d’El Principe semblent s’être séparés de la société. À leur tour, les inscriptions murales laissent deviner comment la déviance, la violence et la radicalisation témoignent du rapport antagonique de certains habitants à la société.

  • 13 « El Príncipe, un siglo de vida », El Faro de Ceuta, 23 avril 2017.

7Suite à des années marquées par les échanges de tirs, les arrestations de djihadistes et les meurtres en plein jour, le quartier semble connaître depuis quelques mois, un regain de tranquillité selon les mots d’Abdelkamil Mohamed, président de l’association des habitants d’El Principe13. C’est donc au contact des habitants et au milieu des rues labyrinthiques de ce quartier que j’ai mené mon enquête de terrain dans des conditions assez particulières. En effet, si se promener dans El Principe s’avère toujours une démarche hasardeuse qui relève souvent de l’exploit, mon dispositif d’enquête a confirmé ces restrictions dans la mesure où mes déplacements ont été limités, mon appareil photographique souvent mal perçu et ma présence source de mécontentement. Ainsi, lors de mes promenades, je me suis souvent faite accompagner par Reduam Mohamed Jalil, activiste, coordinateur d’ONGs et personnalité très connue et appréciée dans le quartier. Néanmoins, malgré l’assurance garantie par sa présence à mon côté, mes prises de photo ont été furtives et souvent faites à distance voire même à l’intérieur de sa voiture. Dans ce quartier où l’insécurité règne, la volonté de passer inaperçu s’impose afin de ne pas attirer l’attention et susciter le regard des « gardiens du temple », comme on pourrait appeler ces nombreux jeunes qui, plantés un peu partout dans le quartier, surveillent de près les mouvements des passants et notamment l’arrivée de la police.

8Des restrictions qui m’ont contrainte à réduire ma présence dans le quartier et qui ont rendu difficile l’acquisition d’un échantillon nombreux de tags et graffitis présents sur les murs et façades. Pour autant, bien qu’il ne soit pas possible de faire de ces prises photographiques la représentation fidèle de la révolte périphérique dans ce quartier, celles-ci permettent d’étudier comment les murs sont devenus dans El Principe, le support de messages multiformes et sauvagement exprimés.

1.2. L’activisme graphique : marquage territorial et communautarisation de l’espace

  • 14 Boëx, Cécile, « La grammaire iconographique de la révolte en Syrie : Usages, techniques et supports (...)

9Le recours au graffiti et au tag protestataires dans un contexte de révolte, même s’il n’entraîne pas une confrontation directe avec les forces de sécurité ou les autorités, demeure une pratique risquée. Les inscriptions sur les murs du quartier d’El Principe expriment des avis, des opinions qui défient aussi bien les institutions que l’ordre social établi tout en étant souvent des messages codés à l’égard des habitants, des mafieux et de leur cohorte. Ce marquage du territoire investit souvent le registre injurieux de telle manière que les étrangers se font traiter de « chotas » (mouchards), les personnalités politiques musulmanes de « traîtres », les habitants d’autres quartiers d’« antimaures » et les chrétiens d’« infidèles ». Le caractère linéaire de ces inscriptions, l’absence de dessins, le nombre réduits de mots mobilisés et écris brutalement témoignent d’un geste hâtif, furtif qui cherche à esquiver le regard des autres. De même, l’absence de références à l’auteur ou aux auteurs des tags montre comment cet activisme graphique vise non pas une individualisation des pratiques mais plutôt une vulgarisation et une mise en avant du message14. Ainsi, l’objectif premier des auteurs est d’inscrire leur empreinte dans différents endroits du quartier et d’agir ainsi sur la perception. Les terrains vides, les façades décrépies, les murs à l’abandon sont des éléments appartenant à l’environnement urbain qui se font porteurs de ces messages. Le tag interagit ainsi avec l’environnement et introduit une réappropriation physique et symbolique de l’espace public de manière non violente même si la violence est véhiculée dans les propos écrits.

  • 15 Siméant, Johanna et Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », Émotions (...)

10Les nombreuses inscriptions parfois difficilement compréhensibles rappellent, souvent en castillan mais aussi en arabe, afin de renforcer l’appartenance communautaire de l’espace public, la portée d’une parole informelle et contestataire dans ce quartier marginal et marginalisé. Elles fonctionnent également comme des « dispositifs de sensibilisation » capables d’agir sur les sentiments des habitants et de susciter toute sorte d’émotion, de la prise de conscience à l’activisme religieux voire même la peur15. L’usage dominant du castillan dans l’iconographie contestataire d’El Principe est symptomatique de l’intégration des Espagnols d’origine marocaine dans la communauté majoritaire. La communautarisation de l’espace se perçoit plutôt dans la sociologie du quartier où la situation est explosive. Les références culturelles et religieuses souvent provocatrices montrent également comment les habitants d’El Principe ont pris acte de la distance que la société leur impose tout en dévoilant la pérennité d’un vieil antagonisme historique qui oppose la communauté imaginaire des musulmans à celle également imaginaire des chrétiens

2. Registres de l’iconographie contestataire

11Les propos des tags et des inscriptions dans le quartier d’El Principe sont multiples, souvent ambigus et métaphoriques. Ainsi, si certains témoignent des ambitions activistes afin d’exister socialement en investissant l’espace public de la rue pour y inscrire des revendications de nature religieuse ou sociale, d’autres cherchent à mettre sur le devant de l’agenda médiatique des thématiques jusqu’alors négligées ou déjouées par les pouvoirs publics locaux. De plus, compte tenu que dans l’univers du quartier d’El Príncipe la présence de la drogue est incontournable, l’espace mural est souvent utilisé par les caïds et leurs petites mains afin d’émettre des menaces, des sentences et des avertissements destinés aux différents cartels locaux voire aux habitants. Les murs urbains d’El Principe sont devenus un support privilégié pour inscrire géographiquement une marque d’identité et s’approprier symboliquement l’espace territorial. Ainsi, lorsque l’on mène un état des lieux de l’iconographie contestataire dans ce quartier, quatre registre dominants émergent, étudiés ci-dessous.

2.1. Les tags de l’exclusion sociale et identitaire

  • 16 El Faro de Ceuta, 23 mai 2018.
  • 17 Khosrokhavar, Farhad, L’islam des jeunes, Paris, Flammarion, 1997, p. 89.

12Le premier registre, quoique minoritaire, relève d’une révolte populaire du quartier menée par certains habitants habités par un fort sentiment d’exclusion sociale. Ainsi, le recours aux tags est devenu un élément important du répertoire d’action collective des habitants pour protester contre l’abandon dont ils se sentent victimes. C’est ce que nous transmettent les tags exprimant le mécontentement en raison du manque d’éclairage public durant les soirées du Ramadan tel que l’on peut lire dans l’article « Principe Felipe ‘paga’ con pintadas la ausencia de alubrado »16. Le sentiment d’exclusion génère, comme le montrent les tags ci-dessous réalisés une volonté de dégradation urbaine et de destruction17.

Image 1 : Ceuta al dia, 15 février 2018.

Image 2 : Galerie personnelle.

  • 18 Expression empruntée à Fabien Truong, auteur de l’ouvrage Loyautés radicales. L’islam et les mauvai (...)
  • 19 Dubet, François et Lapeyronnie, Didier, Les quartiers d’exil, Paris, Seuil, 1992, p. 114.

13En reprenant la synopsis du film Enragés, un thriller qui raconte un vol qui tourne mal et une fuite des voleurs qui se transforme en une persécution sans merci, le tag ci-après esquisse l’ampleur de la révolte populaire des jeunes et sa routinisation. Les intimidations et les menaces se diffusent sur les murs tandis que la figure du combattant s’y matérialise dans la création de cette « unidad de perros rabiosos » (« unité de chiens enragés »), sorte de commando urbain qui représente des intérêts communs, incite à la lutte et prend la forme d’une opposition entre un « eux » et un « nous ». La société d’El Principe est biaisée, avec d’un côté l’univers hostile des autorités et de la communauté majoritaire et de l’autre, le groupe des combattants de cette Unité. Ce tag dévoile également l’existence d’un « chacun pour soi de classe » qui détermine le quotidien de pas mal de jeunes du quartier et conditionne la socialisation d’une jeunesse aux marges de la ville18. De simples tags rebelles qui expriment comment le sentiment d’exclusion des jeunes du quartier se manifeste avant tout et surtout à travers le mépris et la réputation19.

Image 3 : Galerie personnelle.

  • 20 Propos extraits de l’entretien du maire de Ceuta Juan J. Vivas à la chaine TVE/ CEDIDA, le 28 janvi (...)
  • 21 « Chaves y Vivas acuerdan para el barrio ceutí de Príncipe Alonso una colaboración como la del polí (...)
  • 22 Le terme « comanche » provient mot « kumantsi », que l’on peut traduire par ennemi.
  • 23 Wacquant, Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, Etat, Paris, La Découverte, 2007, p. 220
  • 24 Ibid., p. 239.

14Le quartier d’El Principe pâtit d’une image publique négative qui le rattache directement à la violence, à la misère et à l’insécurité. Loin des euphémismes des autorités qui nient son abandon20, préférant y voir un quartier avec des « problémes »21, les habitants eux-mêmes, malgré leur attachement au quartier, le qualifient communément de « ghetto », de « poudrière » ou de « territorio comanche »22, que l’on peut traduire par territoire ennemi tel que le montre le tag ci-dessous, à savoir un territoire hors la loi. Les habitants de ce quartier déplorent l’absence des institutions, le manque d’infrastructures et d’une manière générale, l’abdication de l’État. Faute d’équipements collectifs de base et de services publics, le quartier est devenu un lieu « vide »23. L’inscription murale ci-après ne fait qu’exprimer un territoire et une existence à la marge sur fond de malaise social, économique et identitaire. On est bien face à une marginalité urbaine mais aussi à une ethnicisation de la ville dans la mesure où le quartier d’El Principe est devenu un espace clos ethniquement ou culturellement homogène selon le terme préféré, où les habitants sont contraints de développer leurs propres institutions et mode de vie « en réaction au rejet de la société dominante »24.

Image 4 : Galerie personnelle.

15El Principe est donc devenu une enclave à forte concentration de minorités, Marocains d’un côté et Espagnols d’origine marocaine de l’autre. À cela s’ajoute un très fort stigmate social lié au fait de résider dans cet espace considéré comme un lieu de relégation, d’échec, de misère et de délinquance. L’inscription murale ci-dessous peut être interprétée comme des réactions et des actions permettant d’intensifier leur non-citoyenneté à travers l’agressivité et les menaces. Assignés quotidiennement à une différence insurmontable, certains habitants du quartier en prennent acte et s’emparent des murs pour dénoncer le racisme rampant dont ils sont la cible.

Image 5 : Ceuta actualidad, 15 janvier 2018.

16Dans la ville de Ceuta où cohabitent différentes cultures, le vivre ensemble est souvent source de tensions et la cohabitation respectueuse est toutefois menacée par l’existence d’un racisme ordinaire. Dans El Principe, les tags de révolte expriment aussi l’appartenance à une catégorie sociale reléguée et dominée, celle des « maures » et leur sémantique les oppose aux « caballas », gentilé désignant les habitants de Ceuta. De ce fait, la récupération du vieil antagonisme historique opposant les « maures » aux « chrétiens » témoigne d’une appartenance endogamique rigide et s’impose comme un mécanisme d’enfermement culturel et de repli communautaire. Le tag ci-dessus illustre le fait de repousser l’autre et façonne la volonté de rupture avec la communauté majoritaire, celle des caballas.

Image 6 : Ceuta actualidad, 15 janvier 2018.

  • 25 Khosrokhavar, Farhad, Nouveau Jihad en Occident, Paris, Robert Laffont, 2018.

17En accusant le dirigeant Mohamed Ali d’anti-maure en raison de son militantisme, le tag de l’image 6 cherche à exclure cet homme politique de sa communauté d’origine, celle des Espagnols d’origine marocaine. Racisme et contre-racisme se mélangent « dans un jeu de miroirs » pour reprendre l’expression de Farhad Khosrokhavar25. Des inscriptions murales qui marquent le territoire d’une logique de communautarisation et qui témoignent, de manière provocatrice et ostentatoire, de la fragmentation sociale à Ceuta.

Image 7 : Ceuta al dia, 15 octobre 2014.

Image 8 : Ceuta actualidad, 18 novembre 2018.

2.2. Les tags du prosélytisme religieux 

  • 26 Gonzalez, Carmen et Pérez, Angel, « Ceuta y Melilla : nuevos elementos en el escenario », ARI, Área (...)
  • 27 « Ceuta, base de operaciones del yihadismo », El País, 5 décembre 2015.
  • 28 Khosrokhavar, Farhad, op. cit., pp. 100-101.

18Dans la panoplie des tags contestataires d’El Principe, on cherche également à faire exister et à rendre visible une appartenance religieuse en la façonnant sur les murs. De la sorte, sous la forme d’expressions de soutien, la religion est devenue un référent identitaire. La promotion de l’État islamique par le biais de tags rapides et du traçage des trois lettres « ISIS » montre par ailleurs la portée du djihadisme dans le quartier ainsi que sa mainmise sur l’espace public. Depuis quelques années, les chiffres témoignent en effet de l’ampleur de l’extrémisme islamiste dans la ville : de cette manière, parmi les djihadistes espagnols qui combattent en Syrie, un sur trois est originaire d’El Príncipe et sur les 121 personnes arrêtées entre 2013 et 2015 dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique 76 % proviennent des enclaves de Ceuta et de Melilla26. De plus, la plupart des opérations anti-djihadistes menées dans la ville ont eu lieu dans le quartier27. Si ces chiffres dévoilent l’ampleur de la radicalité religieuse, les inscriptions murales inscrivent dans le quotidien des habitants une marque communautaire de nature religieuse. Dans le contexte de marginalisation des habitants d’El Príncipe, cet enfermement dans l’islam radical exprimé dans ces tags peut être également lu comme une manière d’accentuer leur déphasage et leur rejet. De même, revendiquer l’islam permet aussi aux habitants de donner un sens à l’exclusion dont ils se sentent victimes et de doter leur vie d’une signification universelle28.

Image 9 : Galerie personnelle.

Image 10 : Galerie personnelle.

19

20Dans le sillage de la nouvelle stratégie de communication menée par l’État islamique en Irak et en Syrie consistant à façonner les murs de dessins aux messages explicites et accessibles prônant son idéologie, l’espace urbain d’El Príncipe est devenu un terrain privilégié de propagande djihadiste. Deux jours après le démantèlement d’une cellule djihadiste dans la ville marocaine de Fnideq (plus connue comme Castillejos par les Espagnols), le tag ci-après inscrit grossièrement, propage la menace et l’esprit revanchard de Daesh.

Image 11 : Ceuta actualidad, 19 janvier 2015.

21Le tag devient ainsi un outil de prosélytisme religieux sous une sémantique belliqueuse. En effet, les inscriptions murales les plus fréquentes sont celles se rapportant à la violence et à la vengeance. La propagande djihadiste prend également la forme d’insultes et d’intimidations anti-chrétiens (« Infidèles de merde » ou « Notre prophète existe toujours ») tagués sur certains murs proches des Églises et de la confrérie de franciscains de la Croix rouge. Ces inscriptions en faveur de l’État islamique, en plus de terroriser la ville, mettent ses habitants sous tension. Elles ravivent les tensions communautaires et imposent une nouvelle grille de lecture, celle du « choc de civilisations », tout en contribuant à façonner une réalité fantasmée, à savoir celle d’un quartier voire même d’une ville en proie à une guerre de religions.

Image 12 : Galerie personnelle.

22La logique du « contre les autres » s’est renforcée dans la ville de Ceuta comme en témoignent ces inscriptions qui se dressent comme des exemples de l’intolérance « fondamentaliste » régnante. Le rejet de l’autre, cette fois-ci des musulmans, exprimé dans le tag ci-dessus montre comment derrière la revendication d’un engagement religieux se cache en réalité la portée du racisme ordinaire. À la lecture du tag « volver a vuestro país » ou « rentrez chez vous », qui relève d’une pensée profondément discriminatoire, on se rend compte de la persistance du sentiment antimusulman tout comme de l’exclusion des habitants d’origine marocaine d’une société qui les considère encore et toujours comme des « étrangers ».

2.3. Les tags et la mise en question des institutions

  • 29 Wacquant, Loïc, op. cit., p. 195

23Un autre registre iconographique bien affirmé témoigne de l’existence d’une mémoire conflictuelle et de rapports tendus avec l’autorité et les institutions. La colère et la rage ressenties par beaucoup d’habitants du fait d’être enfermés dans le quartier, relégués socialement par leurs origines et durablement écartés du monde du travail, ainsi que le « déni de dignité »29 individuelle conséquence du manque de ressources économiques, trouvent une issue, une catharsis, dans un discours nihiliste vantant la violence. La rupture de certains habitants avec la société de Ceuta est réactive : les policiers et l’autorité deviennent les principales cibles de leurs hostilités. Perçus comme les gardiens d’un système jugé autoritaire et méprisant envers les musulmans de Ceuta, la haine anti-flics est bien présente sur les murs du quartier. Le recours systématique à la conjonction négative « No » (« No queremos » ou « On ne veut pas ») de même que l’usage du champ sémantique du mépris et du refus avec des verbes tels que « fuera », « fuck », « me cago en » pour faire référence aux forces de l’ordre, sont autant de signes du rapport conflictuel entre la police et les habitants.

Image 13 : Galerie personnelle.

Image 14 : Galerie personnelle.

  • 30 « Pintadas en el Príncipe », 31 mars 2012.
  • 31 Truong, Fabien, op. cit., p. 101.

24Conçus comme une expression de l’insoumission, ces tags anonymes véhiculent une rébellion des « marges » contre l’institution policière, et en même temps, ils servent à souder une communauté rebelle à la parole des autorités. Ces tags contribuent également au maintien d’une culture d’opposition, d’une volonté subversive à l’égard de l’autorité. À ce propos, le tag paru dans un article du journal El Faro de Ceuta30 dévoile le refus des habitants de l’ordre social dans lequel ils ne se reconnaissent pas. Il exprime également une volonté de transgression, et de ce fait, la vulgarité et la grossièreté des mots reposent sur des formes choquantes et décalées en totale opposition aux codes sociaux établis. Une violence verbale inscrite sur les murs qui est symptomatique d’un mal-être social et qui rend visible une trilogie « haine, autorité, mort » qui dans El Príncipe, remplace « l’ennui par l’ennemi »31. Le mécontentement à l’égard des autorités se réactive dans l’image suivante dont les mots traduisent une culture de la corruption et l’ampleur de l’impunité.

  • 32 Novosegur est le nom de l’entreprise de sécurité pour laquelle travaillent les vigiles de l’hôpital (...)

Image 15 : Ceuta actualidad, 3 mars 201832.

2.4. Les » narco-graffitis »

  • 33 Robin, Corey, La peur. Histoire d’une idée politique, Paris, Amand Colin, 2006.
  • 34 Scott., James, La Domination ou les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, (...)
  • 35 Ibid., p. 160.

25Certains sigles, acronymes et références biographiques très présents sur les façades rebelles d’El Príncipe, ont pour finalité de renforcer l’ambiance mystérieuse qui règne dans le quartier où la présence des « capos » ou « petits chefs » est très répandue. Les tags contribuent ainsi à la pérennisation d’une « communauté de la peur », en matérialisant les conflits et rivalités entre capos et bandes rivales33. Ils participent également au maintien d’une culture de la mort dans un quartier où le crime et la violence s’imposent comme des éléments centraux de la société. Qui plus est, le mystère est aggravé par des inscriptions qui ne sont compréhensibles que par les habitants du quartier qui savent les lire. Ces références expriment ce que James Scott considère « les sens d’identité et d’affiliation » avec les proches, et qui visent à renforcer la communauté sociale des acteurs rebelles34. Le texte caché et le message implicite renforcent les normes en les invoquant afin de contribuer à l’enracinement dans la société du quartier de nouvelles normes d’action voulues par les mafias35. Les taggeurs ancrent la présence des capos en affichant leurs messages sur les murs et ils mettent en œuvre une sorte de gouvernance sociale, en imposant les interdits et en utilisant les façades de l’espace public pour avertir, menacer et punir. On peut donc suggérer que ces narco graffitis servent à réguler l’espace social en façonnant une contre-culture de substitution à la parole officielle pilotée par les mafias de la drogue.

  • 36 « Mas pintadas amenazantes al lado de la comisaria », El Faro de Ceuta, 4 mars 2012.
  • 37 Amrani, Almanzor, op. cit., p. 41.
  • 38 Fernández García, Alicia, op. cit., p. 15.

26Dans El Príncipe, les inscriptions telles que « Muerte a los chotas », « Chotas No », « Si hablas estàs muerto », ou « Xotas del Principe vais a caer uno a uno »36 (« si tu parles, tu es mort », « mort aux balances », « dehors les balances » ou « xotas d’El Principe vous allez tomber l’un après l’autre) rappellent que le silence constitue une règle de conduite, un principe essentiel que personne ne doit oublier faute de voir son existence menacée : « Ce qui se passe dans le quartier reste dans le quartier, ça a toujours été comme ça et ça restera comme ça »37. Des avertissements lancés à ceux qui veulent briser ce code de l’honneur qui impose le secret le plus absolu et la méfiance envers l’étranger38.

Image 16 : Galerie personnelle.

27La banalisation de la mort est omniprésente dans le quartier d’El Príncipe comme en témoignent les panneaux percés de balles ou les tags menaçants qui dévoilent l’explosion d’une guerre des gangs. Les inscriptions ci-après nous montrent en effet comment les murs sont devenus les portes paroles d’une bataille sans merci.

Image 17 : Galerie personnelle.

Image 18 : Galerie personnelle.

Image 19 : Galerie personnelle.

Image 20 : Galerie personnelle.

  • 39 Bourgois, Philippe, En quête de respect : le crack à New York, Paris, Seuil, 2001.
  • 40 Bourgois, Philippe, « In Search of Horatio Alger : Culture and Ideology in the Crack Economy », Con (...)

28L’ensemble de ces tags illustre la radicalisation d’une frange de la population, lassée et écœurée, tandis que la sémantique de la mort, de la trahison et des règlements de compte exprime la montée du discours de vengeance et d’incitation à la violence. Des tags qui tâchent d’imposer une « culture de la terreur »39 dans l’espace public d’El Príncipe, qui s’est développée avec le trafic de drogue et qui empoisonne les rapports dans le quartier tout « en légitimant la violence et en rendant la méfiance obligatoire »40.

  • 41 Voir à ce propos le tag publié dans l’article « El Fuerte del Sarchal, un bien de interés cultural (...)

29Survivre grâce au trafic de drogue est devenu une perspective désirable, parfois la seule pour une bonne partie de la population du quartier et de ce fait, les expressions murales narcos qui se sont peu à peu ancrées dans le paysage urbain, ne font que dévoiler une réalité socio-économique41. Enfin, la prolifération de tags incompréhensibles aux yeux du visiteur réalisés à la va-vite mais chargés de mystère où se succèdent des prénoms et des surnoms, des symboles et de formes d’expressions diverses et variées, s’avèrent être une autre variante de ce que l’on pourrait appeler le « narco-graffiti ».

Image 21 : Galerie personnelle.

Image 22 : Galerie personnelle.

Conclusion

  • 42 Le terme est emprunté au titre de l’ouvrage de Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, Murs rebelles, P (...)

30Une simple traversée du quartier d’El Príncipe dévoile assez rapidement les marques de l’abandon institutionnel, de la marginalité sociale des habitants mais aussi de leur communautarisation. L’anarchie des constructions et du trafic routier, la saleté des rues et la défiance de certains regards sont les signes d’une tension latente, d’une ambiance tendue et d’une existence morose. Ce qui trouble également le regard de l’observateur sont les nombreuses inscriptions murales parfois incompréhensibles, souvent sauvages, qui ornent les murs et les façades des immeubles et des terrains vagues. Cette contribution s’est intéressée à la portée de ces « murs rebelles »42, à leur production, à leur contexte de réalisation, à leurs usages, à leurs propos et à leur réception. Ces traces iconographiques m’ont également permis de mettre en avant l’importance des images et des inscriptions murales dans les revendications proférées par les marges.

31A ce propos, chacune de ces inscriptions rebelles, contestataires et à forte valeur émotionnelle permet la mise sur l’agenda public de sujets fortement controversés mais faiblement exposés tels que le prosélytisme religieux, la menace djihadiste, la défiance à l’égard des autorités voire même la portée du racisme ordinaire. La parole subversive dans El Príncipe se sert des murs en les rendant « bavards » afin de diffuser des messages à destination des habitants du quartier, des « capos » de la drogue, des autorités voire même de la population toute entière. L’existence de cette iconographie contestataire témoigne également de la volonté d’agir de certains habitants et plus précisément, de leur capacité à prendre le contrôle de l’espace public et à le marquer de leur empreinte rebelle. En ce sens, certains tags témoignent de l’abandon du quartier et de ses habitants par les autorités. Le bombage rapide, sauvage, anonyme, exprime la poussée de rage, l’envie de casser et le recours à la violence de jeunes en désarroi.

32Dans ce quartier au bord du gouffre, la défiance de certains habitants à l’égard des autorités et notamment de la police se lit dans les murs. De même, d’autres inscriptions murales dévoilent la fragmentation de la société de Ceuta. Elles se veulent l’expression de l’existence de deux collectifs, de deux communautés bien réelles et actives qui expriment en actes visibles le rejet de l’autre. Ces tags racistes et xénophobes traduisent l’existence dans la société de Ceuta, de deux catégories de citoyens, les habitants de « souche », à savoir les Espagnols d’origine péninsulaire et catholique, et les « autres », les Espagnols d’origine marocaine et de confession musulmane. Les murs du quartier mais aussi les répliques iconographiques trouvées ailleurs dans la ville, soulignent une ségrégation et une stigmatisation sociale qui vont à l’encontre du discours du « vivre ensemble » harmonieux vanté par les autorités locales. Malgré l’anonymat de ces tags, leur étude nous a permis d’accéder et de mieux comprendre une parole publique, souvent sauvage et désorganisée, mais qui trouve dans ces murs un espace privilégié d’expression.

Haut de page

Notes

1 Lire à ce propos l’ouvrage de Cohen, Ariella (dir.), The urbanist protester, Philadelphia, Next City, 2017 [En ligne], consulté le 20 avril 2019.

2 Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, « Iconographies rebelles », Cultures & Conflits [En ligne], 91/92, automne/hiver 2013.

3 « El barrio más peligroso de España », El País, 28 mars 2003 ; « ‘Diario d’ se adentra en El Príncipe, uno de los barrios más peligrosos de España », Cuatro.com [En ligne], 11 février 2014 ; « El barrio de El Príncipe, una pesadilla donde impera el omerta », Telecinco.es [En ligne], 16 octobre 2018.

4 Fernandez Garcia, Alicia, « El Principe : de la fiction d’une série à la réalité d’un quartier », Cahier de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], n° 21, 2018.

5 Données issues du rapport VII informe anual sobre el riesgo de pobreza y exclusión social 2017, réalisé par le réseau européen de lutte contra pauvreté (EAPN).

6 « La convivencia agoniza en el barrio ceutí de El Príncipe », ABC, 20 janvier 2015.

7 « Ceuta, l’extrémisme enclavé », Libération, 26 avril 2015.

8 El País, 26 octobre 2014.

9 Amrani, Almanzor, El Príncipe. Entre el yihadismo y la marginación, Barcelona, Península, 2016, p. 46.

10 « Denuncian la presencia de plagas en Príncipe Alonso por falta de limpieza », El Faro de Ceuta, 15 juin 2017.

11 « La calle Este del Príncipe pide soluciones a cortes de agua, vertederos y plagas », El Faro de Ceuta, 19 avril 2017.

12 Khosrokhavar, Farhad, « Un urbain ‘dhihadogène’« , Le Monde, 15 mai 2018.

13 « El Príncipe, un siglo de vida », El Faro de Ceuta, 23 avril 2017.

14 Boëx, Cécile, « La grammaire iconographique de la révolte en Syrie : Usages, techniques et supports », Cultures & Conflits [En ligne], n° 91/92, automne/hiver 2013.

15 Siméant, Johanna et Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », Émotions… mobilisation !, Traïni, Christophe (dir.), Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 13

16 El Faro de Ceuta, 23 mai 2018.

17 Khosrokhavar, Farhad, L’islam des jeunes, Paris, Flammarion, 1997, p. 89.

18 Expression empruntée à Fabien Truong, auteur de l’ouvrage Loyautés radicales. L’islam et les mauvais garçons de la nation, Paris, La Découverte, 2017, pp. 54-55.

19 Dubet, François et Lapeyronnie, Didier, Les quartiers d’exil, Paris, Seuil, 1992, p. 114.

20 Propos extraits de l’entretien du maire de Ceuta Juan J. Vivas à la chaine TVE/ CEDIDA, le 28 janvier 2015.

21 « Chaves y Vivas acuerdan para el barrio ceutí de Príncipe Alonso una colaboración como la del polígono sevillano », Europa press, 26 novembre 2010.

22 Le terme « comanche » provient mot « kumantsi », que l’on peut traduire par ennemi.

23 Wacquant, Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, Etat, Paris, La Découverte, 2007, p. 220

24 Ibid., p. 239.

25 Khosrokhavar, Farhad, Nouveau Jihad en Occident, Paris, Robert Laffont, 2018.

26 Gonzalez, Carmen et Pérez, Angel, « Ceuta y Melilla : nuevos elementos en el escenario », ARI, Área : Demografía y Población, nº 159/2008, Real Instituto Elcano.

27 « Ceuta, base de operaciones del yihadismo », El País, 5 décembre 2015.

28 Khosrokhavar, Farhad, op. cit., pp. 100-101.

29 Wacquant, Loïc, op. cit., p. 195

30 « Pintadas en el Príncipe », 31 mars 2012.

31 Truong, Fabien, op. cit., p. 101.

32 Novosegur est le nom de l’entreprise de sécurité pour laquelle travaillent les vigiles de l’hôpital militaire de la ville et le mot « Defensa » est utilisé comme synecdoque pour parler du ministère de la Défense.

33 Robin, Corey, La peur. Histoire d’une idée politique, Paris, Amand Colin, 2006.

34 Scott., James, La Domination ou les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p. 134.

35 Ibid., p. 160.

36 « Mas pintadas amenazantes al lado de la comisaria », El Faro de Ceuta, 4 mars 2012.

37 Amrani, Almanzor, op. cit., p. 41.

38 Fernández García, Alicia, op. cit., p. 15.

39 Bourgois, Philippe, En quête de respect : le crack à New York, Paris, Seuil, 2001.

40 Bourgois, Philippe, « In Search of Horatio Alger : Culture and Ideology in the Crack Economy », Contemporary Drug Problems, n° 16, vol. 4, 1989, p. 635.

41 Voir à ce propos le tag publié dans l’article « El Fuerte del Sarchal, un bien de interés cultural abandonad », El Faro de Ceuta, 25 mars 2013.

42 Le terme est emprunté au titre de l’ouvrage de Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, Murs rebelles, Paris, Karthala, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image 1 : Ceuta al dia, 15 février 2018.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Légende Image 2 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Légende Image 3 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-3.png
Fichier image/png, 127k
Légende Image 4 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-4.png
Fichier image/png, 151k
Légende Image 5 : Ceuta actualidad, 15 janvier 2018.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-5.png
Fichier image/png, 116k
Légende Image 6 : Ceuta actualidad, 15 janvier 2018.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Image 7 : Ceuta al dia, 15 octobre 2014.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-7.png
Fichier image/png, 86k
Légende Image 8 : Ceuta actualidad, 18 novembre 2018.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-8.png
Fichier image/png, 572k
Légende Image 9 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-9.png
Fichier image/png, 75k
Légende Image 10 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-10.png
Fichier image/png, 75k
Légende Image 11 : Ceuta actualidad, 19 janvier 2015.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Image 12 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-12.png
Fichier image/png, 114k
Légende Image 13 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-13.png
Fichier image/png, 92k
Légende Image 14 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-14.png
Fichier image/png, 116k
Légende Image 15 : Ceuta actualidad, 3 mars 201832.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Image 16 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-16.png
Fichier image/png, 91k
Légende Image 17 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-17.png
Fichier image/png, 73k
Légende Image 18 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-18.png
Fichier image/png, 72k
Légende Image 19 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-19.png
Fichier image/png, 67k
Légende Image 20 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-20.png
Fichier image/png, 69k
Légende Image 21 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-21.png
Fichier image/png, 74k
Légende Image 22 : Galerie personnelle.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/4885/img-22.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Fernández García, « Les logiques sociales de l’iconographie contestataire : le cas du quartier d’El Príncipe à Ceuta », Amnis [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 13 novembre 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/amnis/4885 ; DOI : 10.4000/amnis.4885

Haut de page

Auteur

Alicia Fernández García

Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, France, alis_carras@hotmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals