Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Avant-propos

Avant-propos

La santé au prisme de la question environnementale : politiques publiques, mobilisations citoyennes
Isabelle Renaudet

Texte intégral

1Ce numéro d’AMNIS consacré aux rapports entre santé et environnement ne doit rien à l’actualité de la pandémie de la COVID 19 qui s’impose à nos sociétés depuis le début de l’année 2020. Annoncé par un appel à contribution lancé à l’automne 2019, le choix de la rédaction d’aborder cette question ne relève donc pas d’une attitude opportuniste prompte à se saisir des malheurs du temps, mais d’un constat. Ouverte sur les questions vives qui traversent le monde contemporain, la revue AMNIS se devait en effet d’apporter sa contribution à ce vaste chantier ouvert depuis des années par la communauté des chercheur.es, en particulier dans le champ des sciences humaines et sociales. Le fait que la programmation de ce numéro résonne avec les préoccupations du moment apporte confirmation, s’il en était besoin, de la pertinence qu’il y a à travailler sur cette thématique.

  • 1 On retiendra ici la définition donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé lors de la Conférence (...)
  • 2 Marie Gaille (dir.), Pathologies environnementales. Identifier, comprendre, agir, Paris, CNRS Editi (...)
  • 3 Comme dans le cas de la médecine néo hippocratique du XVIIIe siècle qui fait de la variable climati (...)
  • 4 Comme dans le cas des villes où l’assainissement du milieu en lien avec l’hygiénisme repose sur l’i (...)
  • 5 Jean-Pierre Peter, « Aux sources de la médicalisation, le regard et le mot : le travail des topogra (...)

2L’élaboration de ce numéro aura été ponctuée par une série d’événements qui interrogent la notion de santé environnementale1. L’appel à contribution de l’automne 2019 faisait référence à l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen survenu dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 ; la publication de ce dossier coïncide avec la pandémie de la COVID 19 qui confronte la population mondiale à la problématique des maladies émergentes. Ces deux épisodes témoignent des déclinaisons multiples que la notion de santé environnementale recouvre : catastrophe industrielle d’une part, circulation microbienne de l’autre. Cette dernière modalité de ce que l’on nomme les « pathologies environnementales » a une longue histoire, renvoyant « aux processus de transmission d’une maladie par un agent infectieux [...] ou transmis par certains animaux [...] aux êtres humains »2. Documentées à partir de la longue série des épidémies qui occupent une place centrale dans la vie des sociétés, les circulations microbiennes attestent de l’attention ancienne portée aux déterminants environnementaux. Des textes médicaux les plus anciens (corpus de textes hippocratiques dès la période antique) aux récits des crises sanitaires, les sources éclairent la relation que le corps entretient avec son environnement, que cette relation soit saisie à l’échelle du milieu naturel3 ou dans le cadre des milieux de vie forgés par l’action humaine4. Les déterminants individuels et sociaux dont les professionnels de santé tentent d’établir la généalogie dans l’anamnèse des patients se combinent, dans la pratique médicale, avec la prise en compte des contraintes extérieures, dont atteste l’essor d’un genre, la topographie médicale5, qui se développe fortement au XIXe siècle en étudiant l’influence sanitaire et morbide du milieu (sol, climat, qualité des eaux, etc, appréhendés dans le cadre d’un territoire) sur les populations.

  • 6 Ce recul est à l’origine de la phase de sécurité sanitaire que connaît l’Occident de la fin de la S (...)
  • 7 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, NRF, Gallimard, 1978, p. 37.
  • 8 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditio (...)
  • 9 On reprend ici la définition donnée par l’Organisation mondiale de la santé : « La santé est un éta (...)
  • 10 L’accélération du flux permanent de l’information que représente l’avènement des médias audiovisuel (...)
  • 11 Rachel Carson, Silent Spring, Boston- Houghton Mifflin/Cambridge-Riverside Press, 1962.
  • 12 Ibid., p. 10.
  • 13 Sandrine Revet, « Le monde international des catastrophes : des expertises et des cadrages en compé (...)
  • 14 Soraya Boudia, « Environnement et construction du global dans le tournant des années 1960-1970. Les (...)
  • 15 On renverra sur ce point à Patrick Zylberman, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécu (...)

3Le recul (en Occident du moins) du risque microbien au cours du XXe siècle6, plus particulièrement au lendemain du Second Conflit mondial, a concouru à inscrire les pathologies environnementales durant cette période dans une autre sphère liée à un autre type de risque : le risque chimique. De cette crainte, l’ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie paru en 1978, Le territoire de l’historien apportait témoignage lorsqu’il constatait que « les grands problèmes de l’environnement aujourd’hui sont davantage chimiques que microbiens »7. Lié particulièrement à l’industrialisation, ce risque n’est certes pas nouveau lorsque le livre de Le Roy Ladurie paraît. Sa perception par les populations est en effet ancienne tout comme les tentatives de régulation auxquelles il donne lieu de la part des pouvoirs publics, comme nombre de travaux l’attestent. A titre d’exemple, ceux de Geneviève Guilbaud et Thomas Le Roux8 pour la France ont permis d’interroger autrement le phénomène de l’industrialisation au prisme de la question environnementale et de la santé au travail. L’inquiétude liée à l’exposition des corps aux pollutions urbaines comme industrielles gagne toutefois du terrain durant le second XXe siècle. Cette évolution reflète le poids de nouvelles représentations collectives mettant en jeu une définition de la (bonne) santé entendue non plus comme l’absence de maladie mais comme un état de bien être complet tant physique que mental et social9. Cette conception du caractère universel de la santé (que le concept de santé globale traduit bien) s’est accompagnée d’un changement d’échelle dans la perception élargie10 du risque chimique à travers une série de catastrophes écologiques qui dépassent le cadre local et/ou national, soit par la menace potentielle qu’elles incarnent (l’ombre de la catastrophe de Seveso en 1976 plane sur l’analyse de Le Roy Ladurie) soit par leur extension dans l’espace au-delà des frontières des Etats (de la marée noire de Torrey Canyon en 1967 à l’explosion nucléaire de Tchernobyl en 1986). Particulièrement prégnant en milieu urbain qui concentre l’activité industrielle générant des pollutions de grande ampleur, ce risque n’épargne pas les campagnes comme en témoigne la publication en 1962 de l’ouvrage pionnier de Rachel Carson, Silent Spring11, dénonçant l’effet insidieux de l’usage des pesticides non seulement sur la santé des hommes, mais aussi sur les écosystèmes. Les premières pages de l’ouvrage décrivant une nature où aucun chant d’oiseau ne se fait plus entendre (« It was a spring without voices »12) restent prémonitoires de bien des écocides à venir. La structuration d’une action publique orientée vers la défense de l’environnement fait sens dans ce contexte, qu’elle se déploie à l’échelle internationale (première conférence mondiale sur l’environnement à Stockholm en 1972, mise en place du Programme de l’ONU pour l’environnement la même année (PNUE/UNEP) ou nationale (instauration du premier secrétaire d’État à l’Environnement en France en 1971). Le paradigme à l’aune duquel les pathologies environnementales sont envisagées à partir du dernier tiers du XXe siècle est donc élaboré dans un cadre planétaire, du « monde international des catastrophes »13 à « la construction du global »14. Le retour en force des circulations microbiennes sur les rivages de l’Occident à partir des années 198015 renforce ce phénomène. Le champ des pathologies environnementales liées à la toxicité des activités productives et à la pollution qu’elles engendrent s’élargit du fait de l’apparition des maladies émergentes et ré- émergentes. Témoignant de l’équilibre instable entre l’homme et des écosystèmes fragilisés, ces maladies sont devenues emblématiques de la crise environnementale à laquelle nos sociétés sont confrontées en ce début de XXIe dont l’épicentre est constitué par le réchauffement climatique. L’inventaire des impacts générés par la question environnementale sur la santé individuelle comme collective des acteurs est donc vaste à documenter : de la toxicité de l’air que l’on ingère, à celle de l’eau et des produits alimentaires que l’on consomme, du seuil de dangerosité des substances que l’on manipule dans le cadre du travail, jusqu’au phénomène de contagiosité propre aux maladies infectieuses.

4Si les articles réunis dans ce numéro n’ambitionnent pas de couvrir ce large panorama, ils donnent cependant une image de la richesse des pistes ouvertes par le traitement des questions relatives à la santé environnementale. La diversité des appartenances disciplinaires des auteur.es (historiens, économiste, spécialistes du travail social, linguiste, médecin) est l’un des premiers éléments à souligner, expliquant la pluralité des terrains depuis lesquels les contributeurs abordent le sujet.

  • 16 Thèse préparée en cotutelle internationale, sous la direction d’Isabelle Renaudet, Université d’Aix (...)

5L’article de Kevin Pometti, docteur en histoire de l’Université d’Aix-Marseille et d’Alicante, constitue un exemple des approches novatrices offerte aux historiens par l’étude des questions environnementales. Ouverte sur l’histoire du climat, de la santé, de l’environnement, sur la démographie historique, l’histoire sociale et politique, son analyse emprunte aux méthodes des géographes et des biologistes. Issu de sa thèse soutenue en 2019, intitulée Instabilité environnementale et santé publique dans une ville méditerranéenne de l’Ancien Régime. Barcelone entre le paludisme et la fièvre jaune (1780-1821)16, son travail étudie les interactions entre variable climatique, environnementale et société à Barcelone entre 1815 et 1818. Centrée sur les effets dans le bassin méditerranéen de l'Oscillation Maldà (1760-1800), épisode qui prend place dans le contexte du Petit Âge Glaciaire (PAG), l’auteur analyse les conséquences de la succession et de la simultanéité d'événements météorologiques extrêmes, marqués par des inondations et des phases de sécheresse de longue durée. L’instabilité environnementale induite par ces variations climatiques constitue un laboratoire privilégié pour mesurer l’équilibre fragile entre hommes et milieu. La rupture de cet équilibre reflète la vulnérabilité des populations confrontées notamment à l’effondrement des activités productives agricoles et à la recrudescence des fièvres. Comment survivre quand la disette menace et que la crise sanitaire s’installe, telle est la question portée par la réflexion de l’auteur. Entremêlant les échelles d’observation, de l’analyse des phénomènes météorologiques jusqu’à l’étude de terrain menée au niveau des quartiers et des paroisses de Barcelone, l’article éclaire la question de la gestion des ressources en eau, particulièrement sensible en milieu méditerranéen : raréfiée par les épisodes de sécheresse ou au contraire associée aux masses stagnantes favorable au développement des populations de moustique vecteurs du paludisme et des fièvres, l’eau est aussi source d’insalubrité en milieu urbain et à l’origine de nombreux conflits entre ceux qui en font usage à des fins productives.

  • 17 On renverra, entre autres, sur ce point à Pierre Charbonnier, Abondance et liberté : une histoire e (...)

6Si les déterminants environnementaux de la santé sont constitués dans la contribution de Kevin Pommeti par l’instabilité climatique et l’action anthropique sur le milieu, ils sont liés dans celle de Xavier Daumalin aux « dangers de l’industrialisation » évoqués à travers l’exemple de l’étang du Pourra, situé près de l’étang de Berre. Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille, l’auteur reconstitue les étapes de l’aménagement de cette zone humide transformant en profondeur son écosystème au fur et à mesure de l’industrialisation qu’elle subit ; assèchement des marais, création de salins, ouverture d’usines de soude à partir de 1809. Exemple de la mise en ordre de la nature par la science et la technique17, le développement des activités productives modifie radicalement le milieu et aggrave son insalubrité : aux fièvres endémiques de ces zones marécageuses s’ajoutent les effets de la pollution industrielle qui affectent la qualité de l’air (rejet des fumées chargées d’acide chlorhydrique) et de l’eau (rejets des salins et des eaux usées des usines). Trois points saillants se dégagent de son étude. L’intérêt d’une approche micro historique en premier lieu qui permet de se situer au plus près du terrain et des acteurs locaux. La mobilisation de ces derniers contre les intérêts privés constitue un autre des axes forts de cette contribution : l’analyse des conflits d’usage autour du milieu témoigne des combats que la population est prête à livrer au nom de la préservation de la santé publique tout en permettant d’appréhender les seuils de tolérance aux nuisances industrielles en vigueur à l’époque. L’effacement de ces luttes pourtant très vives dans la mémoire locale est évoqué enfin et mis en perspective sur la longue durée. A l’aune d’une industrialisation pluriséculaire et des migrations qu’elle engendre, les dommages environnementaux les plus anciens se trouvent enfouis dans la mémoire collective, recouverts par les strates les plus récentes. L’utilité de l’enquête historique est ainsi démontrée en révélant l’ancienneté de processus de mobilisation que nos sociétés contemporaines croient souvent avoir inventés. A l’heure où la question du changement climatique devient obsessionnelle, soulignons également l’intérêt d’analyser, comme l’a fait Kevin Pometti dans ses travaux, la mise en place de mécanismes régulateurs et les phénomènes de résilience opposées par les sociétés du passé aux modifications environnementales de leur époque.

  • 18 De l’action d’industriels aux agents non humains, mettant en cause la variable climatique ou des ph (...)

7Abordées avant tout dans les articles de Kevin Pometti et de Xavier Daumalin à partir des acteurs qui les déterminent et dont l’identité est diverse18, les transformations environnementales le sont aussi dans ce numéro à partir de ce qu’elles font concrètement aux sociétés de notre temps.

  • 19 Latté, Stéphane, « Victime », Emmanuel Henry éd., Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, trav (...)
  • 20 Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, Paris, EHESS (...)
  • 21 Erné-Heintz, Valentine, « Croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque », Revue d’Allema (...)

8La contribution de Valentine Erné-Heintz, maître de Conférences en Sciences Economiques à l’Université de Haute Alsace, explore les modalités de la mobilisation de citoyens victimes d’un problème de santé environnementale. La double difficulté à laquelle ces mobilisations sont confrontées est rappelée : difficulté à obtenir satisfaction à travers l’énonciation d’une réponse scientifiquement fondée (en établissant une relation causale entre une pathologie et l’environnement auquel les populations sont exposées) ; difficulté à imposer sa voix de victime face à « l’expertise comme mode dominant de légitimation de l’action publique ». Les logiques contradictoires motivant les acteurs sont donc au cœur de la réflexion de l’auteure Opposant les enjeux scientifiques et techniques de l’expertise, visant à évaluer le préjudice subi à partir de normes et seuils de tolérance, à une approche plus participative des citoyens, les processus décrits recouvrent des conflits de légitimité : légitimité experte d’un côté, « légitimité expérientielle, fondée sur le vécu direct de la catastrophe, de la contamination ou de l’exposition au risque19 » de l’autre. Quelles que soient leurs formes (associations de victimes, collectifs de malades ou de riverains), ces mobilisations relèvent en tout cas d’une « construction victimaire efficace »20. Comme l’auteure le montre toutefois, la pertinence qu’il y a d’étudier ces communautés d’intérêt constituées par les victimes réside moins dans une opposition binaire entre savoir profane, qu’elles représenteraient d’un côté, et savoirs experts de l’autre, que dans la capacité d’hybridation de ces deux types de savoirs. Attachée à une démarche visant à « croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque »21, Valentine Erné-Heintz situe son propos au niveau de ces experts militants , en montrant combien leur capacité à questionner les inégalités environnementales, les conduit à devenir des « acteurs sur leurs territoires et des producteurs de savoirs ».

  • 22 Castelli Tania, Thinel Myriam, Cantin Alex-Andrée, Patrick Cloos. Ce dernier est Professeur à l’Éco (...)
  • 23 Nancy C. Unger, Beyond Nature’s Housekeepers : American Women in Environnmental History, New York, (...)

9Interrogeant sous un autre angle la notion de justice environnementale, l’article écrit à plusieurs mains22 sur les femmes anishinaabeg fait écho aux travaux de Nancy Unger sur les femmes, « gardiennes de la nature » et sur leur activisme militant en faveur de la préservation de l’environnement23. Replacé dans une perspective anthropologique, le combat des femmes anishinaabeg est éclairé dans cette contribution collective comme étant indissociable d’un certain regard porté sur le monde par cette communauté, mettant en jeu ses mythes fondateurs, ses conceptions culturelles et ses savoirs spirituels. La place singulière qu’y occupent les femmes est mise en lumière : intermédiaires privilégiées entre les ressources naturelles (dont l’eau tout particulièrement) et les hommes, elles sont en même temps traditionnellement garantes de la santé du groupe. L’accès inéquitable des Anishinaabeg à une eau potable engage donc à divers titres le protectorat que ces femmes exercent sur l’eau : en tant que rupture identitaire radicale, par ses conséquences sur la santé de la communauté, comme exemple manifeste d’injustice environnementale. Dans sa double déclinaison de problème écologique et sanitaire, la question de l’accès à l’eau exprime le rapport de pouvoir commandant les relations de l’Etat canadien avec les Premières Nations. Héritée du passé colonial, cette asymétrie se prolonge à travers une position de sujétion maintenue des Anishinaabeg dans le temps présent. Envisagée au prisme des discriminations de race et du génocide culturel issus de la violence du fait colonial, l’analyse des auteurs s’inscrit aussi dans le sillage des travaux relevant de l’intersectionnalité à l’articulation des inégalités ethniques, de sexe, de genre, de classe. La valeur ajoutée de l’article tient également à la réflexivité sur leurs pratiques dont les contributeurs font preuve en tant que spécialistes issus des rangs du travail social. Deux pistes sont proposées à la réflexion en ce domaine : l’une vise à renouveler le champ d’action du travail social en l’envisageant davantage à la lumière des données environnementales ; l’autre plus programmatique postule une évolution de la discipline comme vecteur de transformation sociale et d’émancipation autochtone.

  • 24 Mathilde Guernut est linguiste, rattachée à l’Université de Lille, Antoine Baleige exerce au sein d (...)
  • 25 Cité dans « Comment le chaos climatique va impacter nos vies » : les 467 impacts du changement clim (...)

10Dans un autre registre, l’article de Mathilde Guernut et Antoine Baleige24 analyse la crise environnementale comme un défi imposant de repenser les savoirs et les pratiques dans le domaine de la santé. L’apport de cette contribution à ce numéro est d’autant plus important qu’elle aborde les effets de la crise environnementale dans un domaine trop souvent délaissé dans les débats publics, celui de la santé mentale. L’étude publiée par la revue Nature Climate Change, elle-même fondée sur 3300 analyses menées depuis 1980 sur le changement climatique25 le met pourtant bien en évidence. En tant que déclinaison majeure de la crise, les effets du « chaos climatique » sur la santé des populations ne sont censés épargner aucune strate de leurs vies : des conséquences alimentaires liées au changement global (malnutrition, famines, intoxications alimentaires) à la résurgence des épidémies, en passant par le bien être des individus impacté à l’échelle de leur parcours de vie à travers le risque accru de dépression, de suicides, de troubles mentaux. Faisant écho aux grandes peurs millénaristes du passé, la catastrophe qui s’annonce alimente même de nouvelles catégories nosologiques : angoisse climatique, éco-anxiété, solastalgie (terme désignant une détresse psychique ou existentielle liée aux changements environnementaux). Plus concrètement, on sait combien les répercussions psychologiques de la période de confinement imposée aux populations au cours de l’hiver et du printemps 2020 en lien avec la crise de la COVID 19 ont alimenté le débat public en posant la question du prix à payer pour préserver les corps de la contagion.

  • 26 United Nations, Resolution Adopted by the General Assembly on 25 September 2015 70/1. Transforming (...)
  • 27 Ces débats, que les travaux de Michel Foucault ont popularisés, mettent en jeu les rapports de pouv (...)

11L’impact sanitaire de la crise environnementale contemporaine est avant tout analysé dans l’article de Mathilde Guernut et Antoine Baleige à partir des objectifs fixés par l’ONU en 201526 de construire une société durable. Les auteurs explorent les défis impliqués par la promotion d’une approche durable de la santé mentale à partir du postulat selon lequel les pathologies mentales ne relèvent pas du biologique mais des » iniquités sociales et des traumatismes qui en découlent ». Leur hypothèse de travail repose donc sur le constat que la construction d’une société durable passe par des transformations sociales en profondeur visant à une organisation plus participative et plus juste. Il importe dans ce but de redéfinir les cadres idéologiques qui prévalent en matière de conception de la maladie mentale. Au regard des différentes contributions du numéro, l’intérêt de leur étude est d’offrir une autre variante de ce que la crise environnementale fait aux sociétés, en montrant comment cette problématique s’inscrit dans des débats de type épistémique et participe de la redéfinition des savoirs dans le champ de la santé mentale. Interrogeant tout particulièrement la place du patient dans la relation thérapeutique, les auteurs mettent en évidence l’apport de nouvelles théories liées à la notion de rétablissement en santé mentale (Recovery) privilégiant la prise en compte des savoirs expérientiels du malade et intégrant dans la relation de soins la notion de consentement. Dans cette perspective, le patient participe donc à la production des savoirs et des interprétations sur sa maladie, appréhendée en terme de handicap psycho-social. La santé mentale fonctionne donc comme une sorte de laboratoire quand on se fixe comme objectif, comme le font ici les auteurs, de participer à la construction d’une société durable conforme à la politique des ODD de l’ONU. Leur démarche illustre en effet comment en revenant sur de vieux débats27, on travaille à faire bouger les lignes. La fabrique de ces nouveaux savoirs passe par la nécessité de repenser les concepts de maladie ou de handicap à la lumière de nouveaux paradigmes tel « la reconnaissance politique de la différence » empruntée au mouvement de la Mad Pride, lui-même issu de la militance pour la défense des droits civiques américains et LGBTQI.

12Si ce numéro n’épuise pas la diversité des pistes ouvertes par le croisement de la variable sanitaire et environnementale, il constitue une invitation à pénétrer dans l’atelier des chercheur.es en sciences humaines et sociales travaillant sur ce vaste chantier, appelé à occuper une place de plus en plus prégnante dans les préoccupations de nos sociétés.

Haut de page

Notes

1 On retiendra ici la définition donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé lors de la Conférence d’Helsinki de 1994 : « La santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne aussi la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures ».

2 Marie Gaille (dir.), Pathologies environnementales. Identifier, comprendre, agir, Paris, CNRS Editions, 1018, p. 14.

3 Comme dans le cas de la médecine néo hippocratique du XVIIIe siècle qui fait de la variable climatique et météorologique une donnée importante influant sur la santé des patients.

4 Comme dans le cas des villes où l’assainissement du milieu en lien avec l’hygiénisme repose sur l’identification des agents pathogènes circulant dans l’air et l’eau, responsables de problèmes de santé publique.

5 Jean-Pierre Peter, « Aux sources de la médicalisation, le regard et le mot : le travail des topographies médicales », Populations et cultures. Etudes réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, Amis de François Lebrun, 1989, p. 103-111.

6 Ce recul est à l’origine de la phase de sécurité sanitaire que connaît l’Occident de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1980 du fait des avancées médicales liées à la généralisation des antibiotiques, aux progrès de la vaccination dont les campagnes s’inscrivent dans un horizon international avec la constitution de l’OMS.

7 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, NRF, Gallimard, 1978, p. 37.

8 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 ; Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, (1770-1830), Paris, Albin Michel, 2011.

9 On reprend ici la définition donnée par l’Organisation mondiale de la santé : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », World Health Organization. Constitution de l’Organisation Mondiale de La Santé.1946, p. 1. http://apps.who.int/gb/bd/PDF/bd47/FR/constitution-fr.pdf ?ua =1.

10 L’accélération du flux permanent de l’information que représente l’avènement des médias audiovisuels, en attendant l’essor d’internet, constitue un vecteur essentiel de cette nouvelle perception.

11 Rachel Carson, Silent Spring, Boston- Houghton Mifflin/Cambridge-Riverside Press, 1962.

12 Ibid., p. 10.

13 Sandrine Revet, « Le monde international des catastrophes : des expertises et des cadrages en compétition », in Soraya Boudia et Emmanuel Henry, La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, PUR, 2015, p. 77-89.

14 Soraya Boudia, « Environnement et construction du global dans le tournant des années 1960-1970. Les infrastructures globales d’observation et d’étude de l’environnement », in Soraya Boudia et Emmanuel Henry, op. cit., p. 61-76.

15 On renverra sur ce point à Patrick Zylberman, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique, Paris, Gallimard, 2013.

16 Thèse préparée en cotutelle internationale, sous la direction d’Isabelle Renaudet, Université d’Aix-Marseille et de Armando Alberola Romá, Université d’Alicante.

17 On renverra, entre autres, sur ce point à Pierre Charbonnier, Abondance et liberté : une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020.

18 De l’action d’industriels aux agents non humains, mettant en cause la variable climatique ou des phénomènes naturels tels des éruptions volcaniques.

19 Latté, Stéphane, « Victime », Emmanuel Henry éd., Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement. Presses de Sciences Po, 2015, pp. 322-328.

20 Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, Paris, EHESS, 2013.

21 Erné-Heintz, Valentine, « Croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 2018, tome 50, n° 2, pp. 345-354.

22 Castelli Tania, Thinel Myriam, Cantin Alex-Andrée, Patrick Cloos. Ce dernier est Professeur à l’École de Travail social et au Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique, Université de Montréal.

23 Nancy C. Unger, Beyond Nature’s Housekeepers : American Women in Environnmental History, New York, Oxford University Press, 2012.

24 Mathilde Guernut est linguiste, rattachée à l’Université de Lille, Antoine Baleige exerce au sein de l’Etablissement public de santé mentale de Lille métropole.

25 Cité dans « Comment le chaos climatique va impacter nos vies » : les 467 impacts du changement climatique, Le Monde, 21 novembre 2018, p. 12-13.

26 United Nations, Resolution Adopted by the General Assembly on 25 September 2015 70/1. Transforming Our World : The 2030 Agenda for Sustainable Development - A/RES/70/1. 2015.

27 Ces débats, que les travaux de Michel Foucault ont popularisés, mettent en jeu les rapports de pouvoir exercés par les médecins sur les malades dans le cadre des pratiques psychiatriques traditionnelles et le rôle de l’institution asilaire comme lieu d’exercice de cette autorité

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Avant-propos »Amnis [En ligne], 19 | 2020, mis en ligne le 16 novembre 2020, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/amnis/5037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amnis.5037

Haut de page

Auteur

Isabelle Renaudet

Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search