Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20L’ambivalence du conformisme lang...

Résumés

Si on analyse les normes qui gouvernent le langage et la communication au sein de la société, ainsi que les conséquences de ces normes en matière de participation à la vie politique, on peut constater que le conformisme langagier et communicationnel est ambivalent. Facteur de contrôle social par la sélection qu’il implique, il constitue aussi un atout pour ceux qui parviennent à le traiter comme une arme dans une stratégie visant à l’intervention efficace au sein de l’espace public. Le développement des nouvelles technologies de communication a sans doute renouvelé les conditions de cette participation, mais dans quelle mesure ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit des textes rédigés pendant son emprisonnement par le régime fasciste. Édition de référenc (...)

1Les textes d’Antonio Gramsci (1891-1937) qui traitent du langage et de la communication ne font certainement pas partie de ceux qui ont été les plus commentés. On peut cependant remarquer qu’ils proposent un questionnement éminemment politique impliquant une représentation à la fois globale et très précise du peuple, ainsi que de ses moyens d’expression1. Gramsci met ainsi en lumière le rapport étroit entre la pratique d’une langue commune et l’universalité des intérêts qui peuvent s’y exprimer. Par ailleurs, il observe que, si une philosophie n’est vécue par les classes populaires que comme une foi, c’est qu’elles ne peuvent pas développer des discours équivalents, sur le plan argumentatif, à ceux qui sont tenus par leurs adversaires. Pour lui, la renonciation à l’enseignement des normes langagières constituerait une forme de libéralisme tendant à exclure ces classes du pouvoir offert par la maîtrise du langage cultivé que les classes dirigeantes se transmettent de génération en génération.

2De telles préoccupations se situent dans le prolongement de celles qui se sont manifestées en France chez les idéologues de la République et chez les socialistes tout au long du XIXe siècle. En effet, beaucoup d’entre eux se sont intéressés aux formes du combat politique au sein d’un espace public caractérisé par l’expansion d’une presse s’adressant à un large lectorat. Mais, surtout, ces préoccupations se sont retrouvées au fondement du débat sur le rôle du langage dans les divisions sociales, qui a été très vif au sein de la gauche britannique et française (mais aussi plus largement) à partir du milieu du XXe siècle. Ce débat a, notamment, attiré l’attention sur la question des limites rencontrées par les classes populaires dans leur participation à l’espace public. Envisagée déjà au XIXe siècle, réexaminée au XXe par Gramsci, puis par d’autres, cette question n’est probablement pas devenue obsolète. On peut penser que son examen a gardé toute sa pertinence jusqu’en cette première moitié du XXIe siècle, marquée par le développement de technologies de communication qui renouvellent – mais sans doute pas totalement – les conditions de participation à l’espace public.

1. Un conformisme bénéfique

3Il faut souligner, avec Gramsci, que les membres des classes populaires ont une position intellectuelle caractérisée par le fait qu’ils ont bien élaboré des opinions et des critères de jugement, ainsi que des normes de conduite, mais qu’ils peuvent se trouver en difficulté pour argumenter leurs points de vue lorsqu’ils sont confrontés à des personnes détentrices d’un niveau intellectuel supérieur. Celles-ci, en effet, vont être capables, d’une part, de les critiquer sévèrement et, d’autre part, de mieux défendre leur propre point de vue. Quoique inconfortable, cette situation n’engendre pas obligatoirement une instabilité dans les convictions. Loin de devoir se modifier en fonction de rencontres avec des adversaires idéologiques plus habiles à manier les raisonnements, les convictions populaires ont acquis une certaine fermeté, une fermeté qui tient à ce qu’il s’agit de convictions relevant plus de la foi que du raisonnement. Ce que Gramsci examine avec acuité, c’est précisément l’objet de cette foi. À cet égard, trois traits doivent être retenus, qui fournissent une explication supplémentaire à la stabilité, au moins relative, des convictions en milieu populaire. D’abord, l’homme du peuple pense que le nombre de ceux qui appartiennent au même groupe social que lui est suffisamment grand pour que ce groupe ne puisse pas se tromper. Ensuite, il considère que, si lui n’est pas capable d’argumenter aussi bien que son adversaire, il existe des membres de son groupe qui sont, eux, capables de le faire. Enfin, il se rappelle qu’il a été lui-même convaincu par les raisons exposées précisément dans un discours cohérent qui était tenu par l’un de ceux qui en sont capables. En même temps, cette stabilité présente un défaut majeur : celui de confirmer l’existence d’une coupure sociale dont l’un des effets les plus notables est la difficulté d’intervenir efficacement dans la lutte idéologique lorsque l’on ne possède pas les moyens culturels qui permettraient justement de contre-argumenter avec pertinence. C’est pourquoi la formation d’élites nouvelles apparaît, à la fois, comme indispensable et assez difficile à mettre en œuvre. Si l’on considère que, pour les rendre utiles, il faut faire émerger ces élites du sein des couches sociales populaires tout en leur donnant un bagage culturel de haut niveau, on pose, en fait, la question du contenu même de la culture que doivent acquérir ces élites et, au premier chef, celle du type de langage que les individus concernés doivent apprendre à maîtriser. La perspective qui est alors adoptée impose l’évaluation du rôle à accorder aux normes linguistiques gouvernant la communication et celui des modalités de leur enseignement.

4Gramsci montre que l’on rencontre continuellement des phénomènes de normativité émergeant de manière spontanée et pas nécessairement sous forme écrite, phénomènes qui correspondent à l’existence de grammaires que l’on peut qualifier de normatives. C’est ce qui apparaît, entre des interlocuteurs, au travers de la tendance au conformisme, au travers aussi du contrôle et de l’enseignement réciproques, et même de la censure réciproque. Ces actions sur le discours de l’autre font alors référence à des normes qui déterminent des jugements portant sur la correction ou l’incorrection des propos tenus. Gramsci observe que l’on pourrait dire qu’il y a autant de grammaires spontanées et de grammaires normatives qu’il y a d’individus, mais qu’il faut aussi envisager des mouvements unificateurs plus ou moins importants. D’une part, sous forme spontanée, une couche sociale dirigeante peut être capable d’unifier une grammaire normative ; d’autre part, sous forme organisée et écrite, une grammaire normative peut être suffisamment diffusée et prégnante pour imposer un conformisme linguistique national. Cela amène à estimer que toute grammaire normative écrite est aussi une grammaire qui correspond à un moment dans l’histoire : toute norme se définit, en effet, par rapport à d’autres usages qui ont existé ou qui existent concurremment. Ainsi, c’est le statut des grammaires normatives et la situation spécifique des membres des classes populaires par rapport à elles qui doivent faire l’objet de la plus grande attention. En particulier, il faut remarquer que l’action unificatrice qui porte sur le langage ne doit exclure aucun groupe social, afin d’être acceptable, mais qu’elle est nécessaire. Elle est le résultat de l’histoire de la société et, d’une certaine manière, elle conditionne l’avenir : c’est pourquoi il faut s’intéresser à l’apprentissage de la grammaire. Selon Gramsci, la reconnaissance des défauts de la grammaire normative traditionnelle ne peut en aucun cas entraîner la conclusion que l’enseignement de la grammaire à l’école est inutile. Il lui paraît, au contraire, indispensable de l’enseigner et, même, de faire en sorte que son apprentissage soit accéléré, étant donné que l’on est confronté à un double processus. D’un côté, l’absence d’enseignement serait préjudiciable aux membres des couches populaires. De l’autre, elle laisserait toute sa place à un apprentissage présent au sein du groupe social privilégié : un apprentissage non scolaire, mais très fructueux pour l’individu qui en bénéficie, et d’autant plus efficace sur le plan social et politique qu’il n’existe pas au sein des autres groupes.

2. L’approche sociologique du langage

  • 2 Bautier, Roger, « Langage et communication dans la représentation des publics populaires », in : À (...)
  • 3 Hoggart, Richard, The Uses of Literacy, Londres, Chatto and Windus, 1957.
  • 4 Williams, Raymond, Culture and Society, Londre, Chatto and Windus, 1959 ; Williams, Raymond, The Lo (...)

5La référence à Gramsci est l’une des caractéristiques majeures de tout un courant de la recherche en sociologie de la culture, du langage et de la communication qui a renoué, explicitement ou implicitement, avec les analyses gramsciennes à partir de la fin des années 50 du XXe siècle et, d’abord, en Grande-Bretagne, avant de s’affirmer aussi ailleurs, notamment en France2. Ainsi, en face d’une conception des classes populaires qui en fait les victimes d’un abrutissement engendré par la culture de masse diffusée par les médias, Richard Hoggart relativise alors fortement l’influence que ceux-ci sont censés exercer. Ce qui paraît essentiel dans cette réévaluation, c’est la mise en lumière de la capacité des membres des classes populaires à faire preuve d’une attention « oblique » à l’égard des produits médiatiques. Aussi bien à l’égard de la propagande politique que des feuilletons, ce qui est montré, c’est qu’ils expriment par là une attitude globale de consommation nonchalante et, souvent, de méfiance vis-à-vis de ceux qui sont les auteurs ou les héros de ces produits3. Mais cette attention « oblique » n’est pas nécessairement toujours bénéfique. Raymond Williams rappelle que ce qui passe pour relevant de la culture populaire est d’abord un ensemble de produits médiatiques qui ne sont pas l’émanation des classes populaires, même s’ils leur sont notamment destinés, et que les productions correspondantes issues de leur sein (certains journaux, certains pamphlets, les affiches syndicales...) possèdent des caractéristiques très différentes. Il montre que, très souvent, le contenu de la grande presse se trouve tout simplement rejeté par ceux qui, ne possédant pas les moyens d’une lecture discriminante, réagissent à ce qu’ils ressentent comme des tentatives de domination par la suspicion, l’inertie et le silence. D’où un jugement mitigé sur ce comportement4 : si l’on admet qu’une culture commune est nécessaire au fonctionnement correct de la société, il faut reconnaître qu’une telle attitude, parfois opportunément prophylactique, peut, à long terme, se révéler aussi très dangereuse pour les publics populaires.

  • 5 Hoggart, Richard, An English Temper, Londres, Chatto and Windus, 1982.
  • 6 Bernstein, Basil, Class, Codes and Control, vol. 1, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1971.

6La réflexion sur les médias et le langage qui se développe alors n’est d’ailleurs pas, en fait, séparable de la constitution, à partir des années 70, d’un large débat sur la théorie du handicap culturel, dont les formes extrêmes ont pu susciter de nombreuses réactions. Ces réactions, comme l’a relevé Hoggart5, peuvent renvoyer d’abord à une analyse politique. On peut considérer que les valeurs qui servent à repérer les insuffisances et à définir en conséquence les éventuels remèdes ne sont que les valeurs des fractions dominantes de la société, qui s’expriment évidemment dans l’enseignement proprement dit fourni par l’école, mais également dans le curriculum caché qu’elle propose sous la forme d’une valorisation de certaines manières de se comporter. Sur le plan social et culturel, les réactions tiennent à la description même des pratiques des groupes prétendument handicapés : on peut montrer que leur culture n’est pas inférieure, quant à la richesse et à la complexité, à celle des groupes dominants. Il en résulte une démarche nécessairement prudente : une fois que toutes les conceptions simplistes du handicap culturel ont été repoussées, il reste à ne pas verser dans un romantisme qui, exaltant les vertus de la culture des classes populaires, serait aveugle aux limites que nombre de leurs membres rencontrent, notamment dans leurs capacités langagières. Dans ce débat, la position de Basil Bernstein sera tout à fait remarquable : pour lui, on peut considérer qu’un système de significations particularistes est caractérisé par le fait qu’une grande partie du sens qu’il transmet est liée à une situation déterminée, alors qu’un système de significations universalistes, moins lié à une situation, implique que les principes et les opérations mis en jeu sont explicités par un discours. Dans le second cas, il y a la possibilité de pratiquer un code de la parole qu’on peut qualifier d’élaboré, caractérisé notamment par l’autonomie du discours, par l’usage de symboles analytiques et par sa référence à la rationalité, dans un environnement social où chacun est censé formuler un discours fortement individualisé, grammaticalement et lexicalement complexe6. La pratique d’un code restreint, plus étroitement lié à la structure sociale qui lui a donné naissance, faisant un plus grand usage de symboles condensés et de métaphores, oriente en revanche vers la mise en œuvre de significations fortement contextualisées, renforcées par des relations sociales fondées sur des rôles collectifs. La structure sociale est alors considérée comme déterminant un contrôle social par la répartition de ces pratiques : elle limite l’accès au code élaboré, dans la mesure où la socialisation des enfants des classes populaires est caractérisée par l’usage principal du code restreint.

  • 7 Baggioni, « Pour un point de vue relativisé et historicisé sur la norme », Cahiers de linguistique (...)
  • 8 Bourdieu, Pierre, avec Boltanski, Luc, « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sci (...)

7C’est la question délicate du rapport aux normes de la communication qui est par conséquent reposée. D’où l’importance de la mise en garde formulée par Daniel Baggioni, qui rappelait que « souligner les incohérences de l’attitude normative, son caractère idéologico-social, n’élimine pas la réalité de la norme » et que « l’idée d’une contre-norme à opposer d’une manière volontariste à la norme constituée et régnante relève de l’utopie »7. De ce point de vue, qui renvoie directement à Gramsci, la norme est envisagée en tant qu’outil fonctionnel, un outil fonctionnel permettant l’accès à une culture supérieure. Par là même, la mise en garde éclaire le débat initial, qui apparaît comme lié à deux contraintes fondamentales pour la réflexion. D’une part, celle qui se traduit par la nécessité d’accorder une place à la résistance dans une théorie de la domination, car les dominés, par leur appartenance à un champ, ont la capacité d’y produire des effets. D’autre part, celle qui se traduit par la nécessité d’éviter l’erreur consistant à surévaluer les capacités d’action : il s’agit de n’aboutir alors ni à un populisme spontanéiste, ni à une réhabilitation des cultures socialement inférieures éventuellement accompagnée d’une absence d’impact réel sur la hiérarchie culturelle. Dans le cas d’une analyse en termes de handicap culturel, le langage des classes populaires est rapporté à leurs conditions d’existence et ses propriétés, conçues comme handicap originel, ne sont pas mises en relation avec le travail d’imposition-dépossession que la société opère en consacrant l’usage dominant. Dans celui d’une analyse qui majore les capacités d’action, le langage des classes populaires est l’objet d’une réhabilitation généreuse qui inverse les jugements habituellement portés sur les productions linguistiques, mais le rapport de domination entre les classes sociales risque fort d’être ignoré. Une erreur d’appréciation de ce type repose largement sur une illusion : celle du « communisme linguistique », analysée par Pierre Bourdieu8. Sans doute difficile à repérer et à éviter, cette erreur remplace l’absolutisation de ce qui est objectivement relatif par une relativisation de ce qui est socialement absolu, à savoir l’usage dominant reconnu comme légitime. Du coup, le risque est d’oublier la mutilation que représente l’impossibilité d’accéder à l’usage légitime, alors même que son adoption, dans de nombreuses situations, serait un préalable à la possibilité d’intervenir effectivement dans l’espace public.

3. L’impact des techniques de communication

  • 9 Brecht, Bertolt, « Der Rundfunk als Kommunikationsapparat », Blätter des Hessischen Landestheaters, (...)
  • 10 Enzensberger, Hans Magnus, « Baukasten zu einer Theorie des Medien », Kursbuch, 20, 1970.

8Des auteurs comme Bertolt Brecht, dans la première moitié du XXe siècle, avaient mis l’accent sur les effets potentiels de l’essor de la radio en matière de développement d’une communication généralisée. Brecht envisageait, en fait, sa transformation : caractérisée habituellement par un fonctionnement unilatéral, elle pourrait aisément donner lieu à un fonctionnement bilatéral qui ferait d’elle non plus un simple moyen de distribution, mais un véritable moyen de communication9. Selon lui, les possibilités de la radio n’ont pas été exploitées et les résultats de son développement sont affligeants. Si l’on veut en faire un appareil de communication bénéficiant à la vie publique, il faut permettre aux auditeurs d’approvisionner eux-mêmes les programmes radiophoniques. Le même type de souci va se retrouver chez Hans Magnus Enzensberger à partir des années 60. Dans différents textes portant sur la communication, il met en lumière aussi bien les potentialités des moyens de communication que les limites de leur utilisation, qu’on peut observer au fil du temps. Parmi les questions qui se détachent au sein de sa réflexion, marquée par une dimension utopique à la fois revendiquée et mise à distance, une des plus importantes aux yeux d’Enzensberger est probablement celle de la participation interactive à l’espace public10. Les propositions formulées par Brecht, centrées sur la démocratisation de la communication et sur son pouvoir émancipateur, sont reprises afin d’être appliquées non seulement à la radio, mais aussi à la télévision : il s’agit d’utiliser les potentialités de ces médias pour aboutir à la suppression de l’opposition entre émetteur et récepteur. Du point de vue d’Enzensberger, les médias électroniques (radio et télévision) se différencient radicalement des médias écrits par le fait qu’ils ont une vocation égalitaire : tous les individus sont jugés capables de participer – par la parole – à la communication généralisée que ces médias autorisent. Les potentialités des médias électroniques apparaissent comme procurant le moyen de s’affranchir du monopole culturel des classes dominantes. D’où la promotion d’un recours au micro et à la caméra que des groupes de vidéastes peuvent faire accéder au stade de pratique médiatique décentralisée, avec un mode de production qui n’est plus socialement marqué. La raison en est qu’ils permettent d’abolir l’opposition entre émetteur et récepteur, qui est conçue comme une opposition attachée à l’usage de l’écrit et aux normes qui l’accompagnent. Ce qui apparaît ainsi, c’est que, de même que le livre a remplacé – il y a déjà longtemps – la littérature orale qui l’avait précédé, il est maintenant remplaçable par une nouvelle forme de communication fondée largement sur l’usage de la parole. Cette possibilité est censée impliquer très favorablement l’absence des caractéristiques socialement distinctives de l’écrit : à partir du moment où les échanges redeviennent oraux, ils ne seraient plus affectés par les exigences formelles qui avaient accordé un statut de caste aux producteurs professionnels d’écrits.

  • 11 Enzensberger, Hans Magnus, « Das digitale Evangelium » Der Spiegel, 2000 (2).

9Le développement de l’internet va susciter, chez Enzensberger, des critiques vives et nombreuses. Pourtant, il va considérer que celui-ci a rendu effective la réalisation de l’utopie qu’il avait imaginée : celle de la suppression de l’opposition entre émetteur et récepteur11. En effet, les médias numériques les plus récents lui apparaissent comme permettant l’établissement d’échanges sans domination, entre des participants égaux, avec pour corollaire le remplacement d’une participation à l’espace public vue comme un privilège par une participation vue comme un droit pour tous les êtres humains. Ce jugement rejoint celui de tous ceux qui estiment que les nouvelles technologies offrent des potentialités remarquables en faveur d’une participation généralisée à la vie politique : non seulement les réseaux socionumériques semblent multiplier les espaces de discussion, mais ils semblent aussi introduire la perspective de pouvoir concurrencer les médias traditionnels. Pourtant, le développement et la complexification de l’information depuis deux siècles doivent être considérés dans leur contribution, à la fois positive et négative, à une forte élévation du niveau d’exigence intellectuelle requis par son traitement. L’essor de la presse et des bibliothèques, puis celui des moyens de communication de masse a entraîné une augmentation très forte de l’information disponible, toujours envisagée en tant que fondement de la prise de position raisonnée du citoyen, mais de plus en plus difficilement maîtrisable. Cette évolution a contribué à la production des connaissances dans le champ scientifique, ainsi qu’à la diffusion, dans d’autres champs, de modes de communication privilégiant l’argumentation sur l’intimidation ou la séduction, tout en engendrant des résultats dont la discussion réclame un haut niveau de culture générale, la pratique de langues étrangères et de spécialité, l’usage expert des moyens d’information, etc. Elle a donc fourni tous les ingrédients d’une mise à distance du « profane », une mise à distance que l’arrivée de l’internet et d’une informatisation généralisée n’a probablement pas diminuée. On peut donc faire l’hypothèse que les nouveaux moyens d’information-communication sont souvent utilisés d’une manière très limitée par les individus les plus dépourvus de capital culturel et qu’une telle utilisation – comme celle des moyens plus anciens – est compatible avec des attitudes de scepticisme, de rejet ou, au contraire, d’acceptation crédule, notamment quand l’ensemble des informations détenues auparavant est trop faible ou trop peu structuré.

4. Intervenir dans un espace public connecté

  • 12 Habermas, Jürgen, « Hat die Demokratie noch eine epistemische Dimension ? », in : Habermas, Jürgen, (...)
  • 13 Granjon, Fabien, « Mouvements sociaux, espaces publics et usages d’Internet », Pouvoirs, 164, 2018.
  • 14 Colombo, Fausto, « Controllo, identità, parresia : Un approccio foucaltieno al Web 2.0 », Comunicaz (...)

10Pour Jürgen Habermas, le développement de l’internet a certes donné l’impression que, grâce à ce nouveau moyen de communication, les défauts de la communication de masse pouvaient être surmontés : à l’anonymat et à l’asymétrie qui caractérisent celle-ci succéderaient désormais l’interaction et la délibération, sur un mode assurant une forme d’égalité entre les interlocuteurs. Cependant, le jugement doit, selon lui, aller au-delà des vertus démocratiques indubitables qui tiennent à la possibilité que le réseau offre d’échapper, sous les régimes autoritaires, aux tentatives de censure exercées sur l’expression des opinions publiques12. En effet, lorsqu’il s’agit de régimes libéraux, on observe une fragmentation des grands publics de masse, qui entraîne une multitude de groupes dont chacun est uni par un intérêt particulier. Cela revient à détruire les espaces publics nationaux, étant donné que les structures habituelles capables de sélectionner et de synthétiser des messages décentralisés n’ont pas d’équivalent sur le web, sauf dans le cas de groupes de soutien à des partis politiques (ou de groupes comparables). Par ailleurs, il faut reconnaître que les modalités d’expression permises au sein des discussions ayant lieu sur le web traduisent un abaissement des normes de la prise de parole qui peut rendre celle-ci plus aisée, même si la plus grande facilité n’implique évidemment pas une plus grande maîtrise des enjeux proprement politiques par les participants13. Il est alors tentant d’évaluer l’intérêt du web pour la participation au débat public en fonction de la quantité des interventions qu’il permet. Cependant, si l’on ne s’intéresse pas seulement à la quantité, mais également à la qualité du débat tel qu’il peut se dérouler sur le web, il faut faire deux remarques, comme l’a montré Fausto Colombo14. La première est que l’examen des interventions montre qu’elles provoquent une centration de l’attention des participants sur les opinions et les informations mises en ligne par une minorité, en face d’une majorité d’entre eux qui tendent à n’avoir qu’un rôle de spectateurs plus ou moins intéressés. Dès lors, rien ne dit que les contributeurs forment une minorité qui serait particulièrement apte à faire avancer le débat grâce à ses compétences et son souci du bien public. La seconde remarque tient à une éventuelle augmentation du nombre de contributeurs (actuellement encore faible), qui viserait à l’universalisation du débat et à la réalisation d’une démocratie à la fois directe et continue : dans ce cas, il n’est non plus sûr, étant donné ce que l’on connaît déjà, que la qualité globale des échanges serait significativement améliorée.

  • 15 Salmon, Christian, L’Ère du clash, Paris, Fayard, 2019.
  • 16 Viennot, Bérengère, La langue de Trump, Paris, Les Arènes, 2019.

11Autrement dit, l’introduction du critère de la qualité amène à relativiser la spécificité du web quant à son impact sur le débat public et à penser que l’espace de discussion qu’il instaure risque fort de se révéler équivalent, à l’égard de ce critère, aux espaces plus anciens. Reste que le critère de qualité est rarement simple à manier. Ne serait-il pas souhaitable de dépasser l’opposition trop souvent rapidement affirmée entre la richesse de certains discours politiques et la pauvreté de certains autres ? Ainsi, la pauvreté de la grammaire et du vocabulaire de Donald Trump sur laquelle a insisté Christian Salmon15 est censée faire partie d’un ensemble de caractéristiques qui traduisent le passage à une logique de clash. Ne faudrait-il pas mettre en évidence d’autres propriétés, peut-être plus importantes pour la compréhension du type de communication établie avec l’auditoire ? Les discours présidentiels, des discours les plus solennels jusqu’aux tweets rageurs devenus célèbres, sont empreints d’une extrême violence et cette violence verbale est à même de rencontrer un assentiment auprès d’une partie de la population16. Si tel est le cas, Donald Trump a pu se présenter comme le porte-parole adéquat des Américains qui estimaient avoir été, auparavant, marginalisés par des élus habituellement sourds à leurs préoccupations. Aller dans ce sens permettrait sans doute de mieux comprendre pourquoi des mensonges peuvent être considérés par certains publics comme des vérités, mais peuvent, tout aussi bien, donner lieu à des réactions qui traduisent plutôt le sentiment que cela n’a pas d’importance, au regard du contenu des projets politiques et de leur réalisation. Mieux comprendre aussi pourquoi le pouvoir de dire non aux évidences, aux informations solides et aux jugements les plus assurés est le pouvoir de ceux qui se sentent, à tort ou à raison, socialement marginalisés ou maltraités par la société dans laquelle ils vivent. Mieux comprendre, également, pourquoi des électeurs de Donald Trump traités de « déplorables » par Hilary Clinton ont choisi de reprendre ce qualificatif à leur compte et de le revendiquer comme pertinent pour décrire leur situation. Mieux comprendre, enfin, pourquoi des discours au langage pauvre et aux idées simplistes peuvent toucher des groupes sociaux en position défavorable si ceux-ci, au moins dans certaines circonstances, peuvent voir la moindre bribe d’énoncé dans lequel ils reconnaissent un aspect de leur expérience comme un élément intégrable à l’argumentation qui est la leur, que celle-ci soit explicite ou, le plus souvent, implicite.

  • 17 Deumert, Ana, The Sociolinguistics of Mobile Communication, Edinbugh, Edinburgh University Press, 2 (...)
  • 18 Heyd, Theresa, Schneider, Britta, « The sociolinguistics of late modern publics », Journal of Socio (...)

12Dès lors, la communication en ligne serait-elle le lieu d’émergence d’une sphère publique « sauvage », comme le pense Ana Deumert ? Selon elle, le débat, lorsqu’il y a débat, peut s’allier au divertissement et la raison critique n’est pas nécessairement son moteur principal, puisque la parodie ou la satire y sont fréquemment présentes, ce qui traduit probablement une hétéroglossie croissante au sein des publics17. Une telle évolution semble correspondre aux résultats des travaux de sociolinguistique qui ont abordé l’étude de l’espace public connecté18. Il faut ajouter que les élites ne sont pas indifférentes à cette évolution et que certaines d’entre elles peuvent chercher à conserver leur statut de diverses manières, y compris en recourant à un repositionnement linguistique dans l’expression de leurs opinions (par exemple, en usant d’une expression plus affective). Certes, les discours tenus par des citoyens ordinaires ne constituent pas nécessairement un modèle d’argumentation, mais ces voix vernaculaires fournissent des éléments précieux pour l’analyse de la formation de l’opinion publique et l’examen des échanges sur le web confirme l’importance de ces voix dans l’exercice d’une meilleure participation à la vie politique. L’espace public connecté n’est pas toujours égalitaire et il peut diffuser des argumentations spécieuses, mais il permet aussi une réception d’informations, une transmission de prises de position et une mise en œuvre de discussions qui n’auraient jamais pu exister auparavant. On peut penser qu’une révision du concept d’espace public devrait passer par une plus grande prise en compte des mouvements sociaux, avec pour objectif d’intégrer, d’une manière ou d’une autre, les formes d’échange qui ne correspondent pas aux normes de l’échange rationnel.

5. Ouverture : un autre type de normes

  • 19 Maingueneau, Dominique, « Une inquiétante fracture discursive », Cadernos de Campo, 28, 2020.

13Doit-on parler, comme le fait Dominique Maingueneau19, de « fracture discursive » ? Il s’agirait d’une fracture qui se manifesterait, au sein de l’espace public, à la fois par une opposition entre deux régimes de discours – aux normes différentes – et par un rapport de pouvoir qui empêcherait l’un des deux d’investir les lieux où règne l’autre, c’est-à-dire les lieux où s’énonce l’autorité la plus grande. Si l’on adopte une telle perspective, il faut remarquer qu’une telle fracture ne repose pas seulement sur des phénomènes de sélection sociale plus ou moins arbitraire se traduisant par des orientations scolaires différenciées en termes de formation et de niveau puis, par l’impossibilité, de fait, pour certains citoyens, de peser réellement sur les choix politiques. Elle repose aussi sur une différenciation des modes d’acquisition d’information, des pratiques de raisonnement et des constructions intellectuelles en général, dont les caractéristiques ne peuvent pas être considérées comme strictement équivalentes. C’est pourquoi le conformisme langagier et communicationnel se révèle ambivalent : facteur de contrôle social par la sélection qu’il implique, il constitue aussi un atout pour ceux qui, bien que socialement défavorisés, parviennent à le traiter, à la fois, comme un outil de promotion sociale et comme une arme dans une stratégie visant à l’intervention efficace au sein de l’espace public.

14Cette ambivalence est restée relativement stable depuis le XIXe siècle, malgré l’évolution des moyens de communication : si les usages de la parole et de l’écrit ont été modifiés à chaque apparition d’un nouveau moyen de communication, ils n’ont pas subi de renouvellement radical. En revanche, ce qui apparaît comme totalement nouveau, ce sont les conditions dans lesquelles la communication s’effectue, à partir du moment où le milieu numérique, dont l’importance ne fait que croître, n’a pas pour seul effet de permettre une exposition plus large des discours, mais est capable d’imposer, en même temps, des normes techniques difficilement contournables. On doit souligner que ces normes techniques sont en grande partie déterminées par des acteurs qui détiennent des capacités intellectuelles ou économiques échappant à la plupart des usagers des médias informatisés : ce sont donc eux qui vont imposer à ces derniers les possibilités et les limites de leur mode de communication. Il en résulte que la forme des interventions au sein de l’espace public dépend, au moins en partie, de son rapport avec les exigences de l’informatisation, exigences qui tendent à privilégier justement ce qui convient au traitement automatisé. Même si les exigences de l’informatisation sont sans doute être plus ou moins prégnantes, on ne doit pas négliger le fait que le design des technologies constitue, lui aussi, un ensemble normatif qui régule le comportement des usagers, en introduisant de nouvelles contraintes, présentes dans le dispositif technique même. Reste à savoir si la problématique de l’ambivalence du conformisme langagier et communicationnel n’est pas bouleversée par cette situation et s’il ne devient pas nécessaire d’y intégrer, au-delà de la question de la maîtrise du langage naturel, une réflexion portant sur celle des langages informatiques.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des textes rédigés pendant son emprisonnement par le régime fasciste. Édition de référence : Gramsci, Antonio, Quaderni del carcere (éd. critique de Valentino Gerratana), Turin, Einaudi, 1975.

2 Bautier, Roger, « Langage et communication dans la représentation des publics populaires », in : À la recherche des publics populaires (1). Faire peuple (Dakhlia, Jamil, dir.), Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, 2015.

3 Hoggart, Richard, The Uses of Literacy, Londres, Chatto and Windus, 1957.

4 Williams, Raymond, Culture and Society, Londre, Chatto and Windus, 1959 ; Williams, Raymond, The Long Revolution, Londres, Chatto and Windus, 1961.

5 Hoggart, Richard, An English Temper, Londres, Chatto and Windus, 1982.

6 Bernstein, Basil, Class, Codes and Control, vol. 1, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1971.

7 Baggioni, « Pour un point de vue relativisé et historicisé sur la norme », Cahiers de linguistique sociale, 1, 1976.

8 Bourdieu, Pierre, avec Boltanski, Luc, « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sciences sociales, 4, 1975.

9 Brecht, Bertolt, « Der Rundfunk als Kommunikationsapparat », Blätter des Hessischen Landestheaters, 16, 1932.

10 Enzensberger, Hans Magnus, « Baukasten zu einer Theorie des Medien », Kursbuch, 20, 1970.

11 Enzensberger, Hans Magnus, « Das digitale Evangelium » Der Spiegel, 2000 (2).

12 Habermas, Jürgen, « Hat die Demokratie noch eine epistemische Dimension ? », in : Habermas, Jürgen, Ach, Europa, Francfort s. le Main, Suhrkamp, 2008.

13 Granjon, Fabien, « Mouvements sociaux, espaces publics et usages d’Internet », Pouvoirs, 164, 2018.

14 Colombo, Fausto, « Controllo, identità, parresia : Un approccio foucaltieno al Web 2.0 », Comunicazioni sociali, 2012 (2).

15 Salmon, Christian, L’Ère du clash, Paris, Fayard, 2019.

16 Viennot, Bérengère, La langue de Trump, Paris, Les Arènes, 2019.

17 Deumert, Ana, The Sociolinguistics of Mobile Communication, Edinbugh, Edinburgh University Press, 2014.

18 Heyd, Theresa, Schneider, Britta, « The sociolinguistics of late modern publics », Journal of Sociolinguistics, 23, 2019.

19 Maingueneau, Dominique, « Une inquiétante fracture discursive », Cadernos de Campo, 28, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bautier, « L’ambivalence du conformisme langagier et communicationnel »Amnis [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/amnis/6383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amnis.6383

Haut de page

Auteur

Roger Bautier

LabSIC, Université Sorbonne Paris Nord, France, roger.bautier@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search