Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Le contrôle social des mineurs pa...

Le contrôle social des mineurs par le logement dans les bassins houiller européens est-il un mythe ?

Guy Baudelle

Résumés

Le logement des mineurs par l’exploitant dans les bassins houillers ouest-européens a été le plus souvent vu comme l’expression d’une volonté de contrôle social. Une lecture moins idéologique montre que le logement patronal visait avant tout à accroître la force de travail. Son éventuelle instrumentalisation à des fins de contrôle social ne fut qu’une résultante, secondaire, de sa fonction technique. Y voir un outil de répression est incompatible avec l’impératif productif. Plus généralement, le paternalisme fut un dispositif à vocation essentiellement industrielle. On illustre cette interprétation principalement à partir du cas de l’ancien bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais (1720-1990).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Centre historique minier de Lewarde (CHM), archives départementales du Nord, Ecoles des Mines de Pa (...)

1La construction de vastes programmes de logements en Europe occidentale du XVIIIe au XXe s. fut généralement interprétée comme le signe d’une volonté de contrôle social dans le cadre d’un système paternaliste plus global (coopératives, écoles, hôpitaux, maternités, pharmacies, églises, patronages, foyers, crèches, équipements sportifs, jardins, centres de loisirs, salles des fêtes ou de musique, gendarmeries…). On propose ici une lecture s’inscrivant en faux par rapport à cette interprétation dominante en montrant que l’édification de cités minières a répondu avant tout au manque structurel de mineurs de fond, le plus difficile à recruter. L’offre de logement fut un outil de production répondant aux impératifs de l’extraction. Sa possible instrumentalisation comme moyen de contrôle politique et social doit donc être relativisée : ce ne fut jamais l’objectif principal. L’idée plus audacieuse encore d’une cité panoptique est totalement inconciliable avec cette vocation productive. Cette théorie s’appuie sur l’analyse de la littérature historique, géographique et sociologique internationale et sur une étude de cas approfondie, l’ancien bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais, à partir de sources de première main1.

1. Une pénurie structurelle de main-d’œuvre

1.1 Un manque constant de travailleurs du fond

  • 2 Verrier Paul, C-R de réunions de directeurs de sièges, 1955-1967, HBPNC, Groupe de Douai, CHM 9W 15 (...)
  • 3 Plessy Bernard, Challet, Louis, La vie quotidienne des mineurs au temps de Germinal, Paris, Hachett (...)

2L’exploitation souterraine du charbon s’est heurtée en Europe occidentale à une pénurie chronique de bras, à la seule exception des puits automatisés de la Ruhr finissante (2018). Les progrès de la productivité furent si lents jusqu’à l’après-guerre que l’industrie extractive est restée étroitement dépendante de sa force de travail : « on ne fait pas de tonnes sans ouvriers » résume un ingénieur2. Cette « levée en masse »3 a toujours frappé les observateurs : qu’on songe aux 4000 employés de la Compagnie des mines d’Anzin dès 1791 ou aux 14 000 mineurs que comptaient encore les Houillères de Lorraine en 1991, alors troisième établissement industriel de France. Le couplage entre production et effectifs a été maintes fois relevé.

Variation de la production et de la main-d’oeuvre dans les mines d’Aniche (Nord) (1845-1913)

Variation de la production et de la main-d’oeuvre dans les mines d’Aniche (Nord) (1845-1913)

Source : Chœur, J., « Évolution démographique de la région de Douai depuis l'exploitation du bassin minier », Revue du Nord, 1954, vol. 143, n° 3, pp. 1-19.

  • 4 Michel, Joël, Le mouvement ouvrier chez les mineurs d’Europe occidentale (Grande-Bretagne, Belgique (...)
  • 5 Rouff, Michel, Les mines de charbon en France au XVIIIe siècle (1744-1791). Etude d’histoire économ (...)

3Or, face à ce besoin impérieux, l’offre a toujours été insuffisante sauf rares accidents conjoncturels. La rareté, à des degrés divers, n’a cessé d’être la règle dans les charbonnages d’Europe de l’Ouest, faisant de « l’obsession patronale de l’insuffisance de main-d’œuvre [...] un trait permanent »4. Cette carence chronique, préoccupation constante des industriels, observée dès l’origine5, s’explique par le caractère répulsif du travail au fond, en particulier le métier d’abatteur, pour de multiples raisons aisément compréhensibles.

  • 6 Singer, Jean-Michel, Problèmes de la mine, Thèse de droit, Paris, I.E.P., 1949, p. 67.
  • 7 La Tribune des Mineurs, 23 janvier 1934, citée par Gillet, Marcel, « La bataille du charbon », L’Hi (...)
  • 8 Baudelle, Guy, Le système spatial de la mine. L’exemple du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, T (...)
  • 9 Singer, Jean-Michel, op. cit.

4La difficulté de trouver « les damnés volontaires »6 acceptant « l’esclavage moderne »7 est si grande qu’en apparence tout est bon pour le fond : condamnés à mort, vagabonds, indigents, enfants de l’assistance publique, pupilles de la nation, femmes (avant leur interdiction), marins bretons, réfugiés, affectés spéciaux, prisonniers, appelés du contingent, réfractaires, déserteurs8. Le turn-over peut être effarant : en 1948, l’embauche de 25 000 ouvriers par les Houillères du Nord et du Pas-de-Calais (HBNPC) se solde que par une hausse réelle de 335 travailleurs9.

  • 10 Cauvin, Danielle, La production de logement dans le Denaisis (1800-1977), Thèse, Université de Lill (...)

5Face à ce défaut perpétuel, l’impératif de l’exploitant est évident : fixer dans la profession et l’entreprise une main-d’œuvre stable. De nombreux avantages lui furent progressivement octroyés : salaire supérieur, caisses de secours et de retraite, chauffage gratuit, durée du travail moindre, etc. Mais la solution décisive universellement adoptée fut de la capter par une offre de toit (quasi) gratuit dans un contexte de crise permanente du logement10.

1.2 L’ampleur du parc immobilier patronal dans les charbonnages

  • 11 Del Biondo, Lucas, Edelblutte, Simon, « Le paysage des anciennes villes-usines européennes : un nou (...)
  • 12 Martin, Hannah Elizabeth, « Local spaces of labour control or platforms for agency ? The North East (...)
  • 13 Kastorff-Viehmann, Renate, Wohnung, Wohnhaus und Siedlung für Arbeiterbevölkerung im Ruhrgebiet von (...)
  • 14 Michel, Joël, op. cit. ; WATELET, Hubert, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mo (...)
  • 15 Kourchid, Olivier, Kuhnmunch, Annie, Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais, photograp (...)

6Si presque toutes les industries ont recouru à ce stratagème dans les régions anciennement industrialisées, donnant naissance à de multiples formes de « villes-usines » et autres company towns11, c’est la mine qui a donné lieu à l’édification des plus importants parcs immobiliers propres, que ce soit au Royaume-Uni12, en Allemagne13, en Belgique14 ou en France15. Le parc des HBNPC comptait ainsi près de 128 000 unités (soit l’équivalent d’une ville d’un demi-million d’h.) réparties sur plus de 700 cités. Ainsi s’explique le lien direct établi entre production, main-d’œuvre et logements.

Le parallélisme des courbes : extraction, main-d’œuvre et logements à la Compagnie des Mines de Lens de 1855 à 1903

Le parallélisme des courbes : extraction, main-d’œuvre et logements à la Compagnie des Mines de Lens de 1855 à 1903

Source : Compagnie des Mines de Lens, Notice sur la Société, Exposition du Nord de la France, Arras, 1905, Lille, L. Danel, 41 p.

  • 16 Hardy-Hémery, Odette, De la croissance à la désindustrialisation : un siècle dans le Valenciennois, (...)

7L’habitat minier se réplique en masse à mesure que l’exploitation s’étend, par « liaison étroite entre l’augmentation de l’extraction et les disponibilités en logement »16.

Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) : cités Saint-Pierre et Saint Théodore vers 1930

Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) : cités Saint-Pierre et Saint Théodore vers 1930

Source : HBNPC, in Kourchid, Olivier, Kuhnmunch, Annie, Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais, photographies aériennes de 1920 à nos jours, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990, 476 p.

8En 1971, malgré les premières démolitions des baraquements et corons les plus vétustes, plus du tiers du parc immobilier des 162 communes de l’ancien bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais appartenait aux HBPNC. La carte montre l’étendue considérable des propriétés des Houillères au cœur du bassin.

Le domaine des Houillères au cœur du bassin du Nord-Pas-de-Calais en 1961 : cités ouvrières (en rouge), terrains industriels (en jaune) et voies ferrées (traits rouges)

Le domaine des Houillères au cœur du bassin du Nord-Pas-de-Calais en 1961 : cités ouvrières (en rouge), terrains industriels (en jaune) et voies ferrées (traits rouges)

Source : HBPNC.

1.3 Le contrôle politique et social, interprétation dominante de l’offre de logement 

  • 17 Gaillard Jean-Michel, Un exemple français de "ville-usine" : la Grand-Combe, Gard et sa "compagnie (...)
  • 18 Cf. par exemple les récriminations ouvrières in Dron, Gustave, Procès-verbaux de la Commission des (...)
  • 19 Grauwin, Charles, Les institutions patronales des Compagnies houillères du Pas-de-Calais, Thèse, Un (...)
  • 20 Cie des Mines de Béthune, Notice, Draeger, 1911, 15 p.

9Cet impressionnant programme de construction de logements est censé avoir eu pour finalité principale le contrôle social de la population ouvrière17. Une telle interprétation est recevable dans la mesure où chaque cité patronale était soumise à l’autorité d’un garde surveillant les agissements des mineurs18 et visant à inculquer aux ménagères des habitudes d’hygiène. Des grilles pouvaient peut-être interdire l’accès à certaines cités d’une compagnie particulièrement réactionnaire en cas de grève19. Mais il n’est pas exclu, vu la qualité urbanistique, que le splendide portail ait répondu à un désir d’ostentation de la part d’une compagnie ayant entrepris la construction de cités-jardins dès 191020.

Cité de la Compagnie des Mines de Béthune

Cité de la Compagnie des Mines de Béthune

Source : Ancien fonds HBNPC.

  • 21 Vilain A., « Une visite à la Cité d’Aremberg », Le Réveil du Nord, 2 juin 1911.
  • 22 Lettre du maître-garde à l’inspecteur des maîtres-gardes, 20 avr. 1923, Cie d’Anzin, Logements, 187 (...)
  • 23 Lebon, André, La vie quotidienne du mineur en 1900, Escaudain, Association des Amis des Musées d’Es (...)
  • 24 Dron Gustave., op. cit.

10Cette compagnie dont certaines cités étaient ceintes de murs est une exception. Un article d’un journal socialiste signale cependant des grilles faisant des mineurs des « casernés, [...], des emprisonnés [...] condamnés à l’exil [...] au milieu des bois » et attachés à leur « bagne industriel »21 mais cette description est en telle contradiction avec l’ensemble des autres sources qu’elle laisse sceptique. Ce sont au contraire les mères de famille qui réclament qu’on établisse des barrières fermant leurs corons pour protéger leurs enfants de la circulation22. Ce fut parfois fait au moyen de simples chaînes fixées sur des piquets… en bois comme le montrent certaines cartes postales anciennes, sûrement pas pour enfermer les mineurs comme le reconnait un ancien mineur peu soupçonnable de sympathie pour le patronat23. Les compagnies durent sans cesse rappeler le caractère privé de leurs propriétés non délimitées24.

  • 25 Foucault, Michel, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.
  • 26 Faillenet, Patrick, Les effets de la récession minière sur la politique urbaine dans le Bassin Mini (...)
  • 27 Convert, Bernard, Jakubowski et Pierre, Pinet, Michel, Mobilité et processus de mutation. Le cas du (...)
  • 28 Gilbert, David, Class, community, and collective action. Social change in two British coalfields, 1 (...)
  • 29 Frey, Jean-Pierre, La ville industrielle et ses urbanités, La distinction ouvriers/employés. Le Cre (...)
  • 30 Quilliot M., in Revue Socialiste, 1947, n° 9, p. 352, cité par Singer, Jean-Michel, op. cit., p. 9.

11Sous l’influence de Michel Foucault25, on a pourtant été jusqu’à faire des cités patronales des « cités-casernes »26 et « un dispositif de captivité »27. Ce stéréotype d’enfermement carcéral a été précocement dénoncé par la sociologie anglo-saxonne28. De même, plusieurs travaux ont mis l’accent sur l’autonomisation des populations via leur libre appropriation de l’espace malgré le moule patronal29. La vie dominicale dans la cité serait perçue par le mineur comme un affranchissement à l’égard du travail, il se promène « chez lui » « par bandes sans aucun souci des coups de trompe, avec la tranquille désinvolture de gens qui, ce jour-là, reprennent possession du sol de la cité »30.

  • 31 Dennis, Norman, Henriques, Fernando, Slaughter, Clifford, Coal is our life. An analysis of a Yorksh (...)
  • 32 Ariès, Philippe, « Au Pays noir », in ibidem, Histoire des populations françaises et de leurs attit (...)
  • 33 Malva, Constant, Un mineur vous parle, Lausanne, La Concorde, 1948, p. 65.
  • 34 Centre d’Analyse du Développement, Classe ouvrière et espace social, analyse sociologique d’un quar (...)
  • 35 Jaurès, Jean, « La condition ouvrière », La Dépêche du Midi, 10 avril 1895, cité par Rebérioux, Mad (...)
  • 36  ; Zweig, Ferdynand, Men in the pits, Londres, Victor Gollantcz, 1949, 177 p.
  • 37 Condevaux, Joël, Le mineur du Nord et du Pas-de-Calais. Sa psychologie. Ses rapports avec le patron (...)
  • 38 Michel, Joël, op. cit., p. 227.

12On ne nie pas les effets induits d’une forme d’enfermement psychologique, professionnel et social abondamment décrit par la sociologie anglo-saxonne qui a véhiculé le stéréotype d’un groupe social clos, isolé et dominé31, parce que l’inertie communautaire et l’horizon borné créent une « inéluctable mécanique »32 qui tue l’énergie nécessaire pour s’extraire de l’univers minier : « je suis un lâche » lance un mineur33. Glissement « de l’isolement spatial à l’enfermement corporatif », vraisemblablement34. Solitude et isolement extrêmes de ces familles du Pas-de-Calais « comme perdues dans une forêt profonde »35 : sans doute. Les ingénieurs des mines britanniques préfèrent les cités minières (colliery villages) aux centres plus diversifiés (mixed villages) en raison de l’émulation entre mineurs et d’une moindre échappatoire à l’embauche36. Un observateur oppose pour sa part le mineur de la ville désoeuvré et tenté par le cabaret à celui des cités, plus stable37. Le logement a pu être un outil de pression de sorte qu’il est peut-être « absurde de vouloir faire une distinction tranchée entre [...] des choix rationnels dictés par le marché et une volonté de contrôle social »38. Il est sûr que le mineur hésite à quitter un logement quasi gratuit dont il peut être chassé immédiatement en cas de conduite répréhensible : c’est là que s’exerce de manière la plus manifeste le contrôle sur les mineurs de fond, dépendants de leur employeur pour se loger. Ce lien de dépendance via le logement a permis d’exercer une emprise très forte sur la trajectoire professionnelle des mineurs. De ce point de vue, on peut admettre qu’il y eut contrôle social.

2. Le logement, instrument technique

2.1 La fonction productive de l’offre de logements

  • 39 Cauvin, Danielle, op. cit., p. 256.
  • 40 Bonin, H., La reconstitution des Houillères du Nord de la France, Université de Paris. Fac. de droi (...)
  • 41 Champy, Louis, Note sur la construction de maisons ouvrières, Cie des Mines d’Anzin, 3 octobre 1921 (...)

13Il n’en reste pas moins que l’offre de logement calquée sur les besoins de la production en a fait un « habitat-outil »39 à finalité économique, car « dans l’aménagement d’une mine [...], les logements ne sont plus l’accessoire, mais le principal »40. « On ne peut [...] développer les effectifs qu’en logeant les ouvriers »41.

  • 42 Pétition au gouvernement des Cies de Dourges, Noeux et Lens, citée par Vuillemin, Emile, Le Bassin (...)

14On ne peut en effet soutenir à la fois que le logement d’entreprise sert à attirer l’ouvrier et à le surveiller. Si le mineur compétent et expérimenté est une valeur rare qu’il faut à tout prix conserver, à quoi bon lui rendre la vie insoutenable par des pratiques inquisitoriales et policières ? « On n’improvise pas les populations ouvrières, il faut les attirer, bien loin de les opprimer ; [...] ce sera là une des grandes difficultés des mines du Pas-de-Calais » estimait-on dès 185342. Tel ancien ingénieur interrogé explique simplement la présence d’un service de garde par la nature privée des cités échappant de ce fait à la police ordinaire.

  • 43 Benson, John, British coalminers in the nineteenth Century : a social history, Dublin, Gill & Macmi (...)

15La valeur du mineur de fond est telle qu’en cas de velléité de répression il ira vite vendre sa force de travail ailleurs, car malgré son livret, il est libre de partir. Le mineur apprécie l’avantage qui lui est octroyé, sa fonction première n'est donc pas répressive. On en veut pour preuve que l’exploitant n’a jamais logé qu’un tiers à la moitié de son personnel avant 191443 car les maisons étaient destinées presqu'exclusivement aux abatteurs qui constituaient la moitié de l'effectif. Dans le Pas-de-Calais, plusieurs sources indiquent un nombre d'ouvriers par logement patronal de 1,75. Avec une moyenne de 400 logements par cité, cela donne 700 mineurs, soit exactement le nombre de mineurs de fond occupés à chaque puits. La proportion de mineurs logés s'est ensuite élevée à mesure que le recrutement s’avérait plus difficile : en 1925, 62 % dans le Nord et 68 % dans le Pas-de-Calais où elle a atteint 75 % en 1929 au plus fort de la crise de recrutement.

16Les règles d’attribution toujours très détaillées répondaient à des critères d’exploitation : priorité aux ouvriers du fond et parmi eux aux « piqueurs », aux familles comportant plusieurs ouvriers du fond, aux plus anciens du fond, etc. Veuves et orphelins des mineurs décédés étaient expulsés pour laisser la place à de nouveaux travailleurs du fond. Malgré d'incontestables abus, l’avis du garde n'intervenait qu’à la marge.

2.2 Autres preuves : l’élévation des standards et la recherche des meilleurs sites

  • 44 Michel, Joël, op. cit., p. 222.
  • 45 Cie des mines d’Anzin, Rapport du dir. des travaux du jour, 4 mai 1835, CHM 5378.
  • 46 Baudelle, Guy, op. cit. ; Le Maner, Yves, Du coron à la cité. Un siècle d’habitat minier dans le No (...)
  • 47 Sauvageot, Dominique, « Les cités ouvrières du Creusot et de Montceau-les-Mines, du collectif au pa (...)
  • 48 Michel, Joël, op. cit., p. 239.
  • 49 Desbois, Evelyne, Jeanneau, Yves, Mattéi, Bruno, La foi des charbonniers. Les mineurs dans la Batai (...)

17La fonction de captation des mineurs est confirmée par la constante élévation des standards du logement patronal, inexplicable par l’éventuel rôle répressif qui leur aurait été assigné. On estime même que « le logement patronal essaie d’être le plus attrayant possible en fonction des besoins à couvrir »44 car « pour retenir les hommes, il faut outre les moyens d’existence les attirer par le confort de la vie »45. L’amélioration constante du confort et de la salubrité des modèles d’habitation, toujours supérieurs au parc privé urbain spéculatif ou à l’habitat rural, trahit la rareté persistante sinon croissante du vivier de main-d’œuvre46. Ainsi a-t-on pu évoquer la construction d’un « modèle d’habitat pour ouvriers modèles »47 doublée du « paysage irréel des jardins petits-bourgeois »48. Même avec le statut du mineur (1946) octroyant le droit au logement gratuit à tous les mineurs actifs, du fond et du jour, « il est clair que la cité [...] joue un rôle central. [...] Le logement ouvrier c’est, d’abord, un hameçon, un appât à main-d’œuvre »49. Inversement, dès lors que les besoins de main-d’œuvre baissèrent avec le déclin des mines, le parc commença à se dégrader.

  • 50 Evrard, Alfred, Traité pratique de l’exploitation des mines, Mons, E. Dacquin, T. 2, 1888, pp. 524- (...)
  • 51 Walch, J., « De la condition prolétarienne », Revue de l’Industrie Minérale, 1950, cité par Desbois (...)
  • 52 Kerr Clark., Siegel Abraham, « The interindustry propensity to strike – an international comparison (...)

18Enfin, on a couramment avancé que les industriels cherchaient à isoler le mineur à la campagne, loin de l’agitation malsaine des villes. Or, aucun manuel d’exploitation des mines ne fait cette recommandation. Au contraire, tel ouvrage d’un directeur de compagnie du Pas-de-Calais, citant un ingénieur allemand, dissuade de procéder au regroupement des ouvriers en quartiers isolés, ces « ghettos modernes » néfastes à la paix sociale50. De même, un ingénieur des HBNPC estime que dans la cité isolée, chacun « ne voit que les inconvénients de sa profession sans en voir les avantages » de sorte « que si les patrons avaient cherché à se créer une opposition nourrie, ils n’auraient pas agi autrement »51. Une théorie célèbre a d’ailleurs soutenu que la propension à la grève était d’autant plus prononcée que les travailleurs formaient un groupe homogène, capable de cohésion et isolé socialement et géographiquement du reste de la société, donc chez les mineurs52.

  • 53 Vuillemin, Emile, « Enquête sur les habitations, les écoles et le degré d’instruction de la populat (...)
  • 54 Cie d’Anzin, Fosse d’Arenberg, 1890-1900, CHM 5031.

19Aussi se réjouit-on, à l’instar de tel directeur, de l’abondance des villages proches des puits qui dispense de construire trop d’habitations53 et de pouvoir placer les puits à « un endroit où le recrutement du personnel sera facile pour éviter à la compagnie de construire des maisons »54. Une simple lecture de carte montre que la localisation préférentielle de l’habitat minier est la plus proche du village ou de la ville.

Haillicourt (Pas-de-Calais), cité n° 26 : localisation classique entre le centre villageois et la fosse (bâtiment en croix)

Haillicourt (Pas-de-Calais), cité n° 26 : localisation classique entre le centre villageois et la fosse (bâtiment en croix)

Source : HBNPC, Service Foncier (Douai).

20Dès 1828 en effet, la Compagnie d’Anzin versait une indemnité de déplacement à ses ouvriers et cherchait à s’en affranchir par des constructions proches de ses fosses55. La proximité du lieu de travail fut la principale qualité de la cité, car le mineur perdait sa journée en cas de retard et celle-ci était longue et souvent éprouvante. La plupart des mineurs de fond habitaient dans un rayon de 4 km autour de leur puits56 car l’employeur, cyniquement attaché à la loi du moindre effort, calculait que l’accroissement des rendements était proportionnel à la diminution de la distance parcourue par l’abatteur à pied ou à bicyclette pour se rendre au puits57. Après-guerre, la règle est restée valide car au-delà d’un trajet de 4 km, le mineur avait droit au transport gratuit ou à une indemnité jugée coûteuse.

  • 58 Grauwin, Charles, op. cit.
  • 59 Rapports à la régie de la Cie d’Anzin, 1896 et 1897, CHM 11 W 8 et 9.
  • 60 Baudelle, Guy, T.E. citée ; Baudelle, Guy, Géographie du peuplement, Paris, Armand Colin, 2016, 256 (...)

21Si l’on redoute quelque chose, c’est bien plutôt le cabaret où s’attarde le mineur entre la fosse et la maison, thème cher à la morale bourgeoise58. L’agitation, la grève bien sûr figurent aussi parmi les préoccupations des actionnaires et des directeurs mais c’est pour cela qu’on redoute le train ouvrier propice aux discours de meneurs hors de tout contrôle auxquels la cité proche de la fosse permet de remédier59. On peut démontrer que la localisation idéale de la cité minière est celle qui optimise l’accès au siège d’extraction et au pôle de services le plus proche60 car l’exploitant, même paternaliste, a toujours regardé à la dépense.

2.3 Un paternalisme contraint

  • 61 Reumaux, Marcel, Discours prononcé à la Société des Ingénieurs civils de France, Annales de la Soci (...)
  • 62 Flamand, Jean-Paul, Loger le peuple. Essai sur l’histoire du logement social, Paris, La Découverte, (...)
  • 63 Michel, Joël, op. cit., p. 240
  • 64 Murard, Lion, Zylberman, Patrick, op. cit., p. 12
  • 65 Hardy-Hemery, Odette, op. cit.

22Les équipements collectifs paternalistes ont en effet toujours été réalisés avec réticence. Notre interprétation vaut aussi pour eux. Leur motivation fut d’abord technique : c’est « pour attirer la main-d’œuvre et la retenir » que les exploitants du Pas-de-Calais « ont créé de vastes et confortables cités ouvrières, complétées par des écoles, des dispensaires, des bâtiments coopératifs »61 (carte 35). Aussi s’en est-on tenu aux équipements de base. C’est un contre-sens que d’y voir une « volonté d’autarcie » et d’« hégémonie patronale »62. Sous couvert de philanthropie, il s’agissait surtout d’accroître la main-d’œuvre potentielle en encourageant la démultiplication d’une « race de mineurs »63 par la mise en œuvre d’un « véritable élevage d’ouvriers »64, faisant des équipements sanitaires les plus spontanés65.

  • 66 Obalski, Jules, Journal de voyage, Ecole des Mines de Paris, déc. 1873, C-R 1873 (118).

23Mais dès que le service n’est plus d’un profit direct, il faut solliciter l’entreprise : même pour les écoles, elle prend rarement l’initiative, rechigne, cherche subventions et subsides et recourt à des expédients. Si elle s’appuie le plus souvent sur l’enseignement religieux qu’elle subventionne, elle y renonce dès qu’ouvre une école publique ou leur cède ses propres établissements. On ne saurait donc y voir une stratégie délibérée de contrôle sinon comme « des moyens très ingénieux pour s’attacher les ouvriers »66.

  • 67 Savary, Yves, La condition du mineur et les conflits sociaux dans le Bassin Houiller du Nord de 185 (...)
  • 68 Conus, Marie-France, « Une entreprise face à la gestion de « risques majeurs » : la compagnie des m (...)
  • 69 Cie d’Anzin, Assemblées de Régie, PV, 1892-1901, CHM 5294.
  • 70 Beaubernard, Robert, Montceau-les-Mines : un « laboratoire social » au XIXème siècle, Avallon, Ed. (...)
  • 71 Michel, Joël, op. cit., pp. 234-235.

24De même les compagnies du Nord et du Pas-de-Calais n’ont construit qu’une cinquantaine de lieux de culte pour plus de 170 communes, surtout de modestes chapelles, par pur intérêt : « sous peine d’entraver le développement de la population ouvrière en mettant obstacle aux exercices de piété »67. A Bruay-en-Artois, la compagnie minière, républicaine, qui a édifié plus des trois quarts des logements que compte la commune en 1911, a attendu 1880 pour construire une première église –pour 5300 h.– et 1922 pour la seconde, pour plus de 29 000 h.. Autre signe de la subordination de toute stratégie à la production : le non-respect du repos dominical et le travail féminin au fond avant son interdiction, qui choque le clergé. Le fameux conditionnement de l’embauche par la Compagnie de Courrières à une lettre de recommandation du curé qu’auraient contestée les grévistes de 1906 n’est nullement avéré68 : ce mythe est à replacer dans le contexte des débats sur la laïcité. Quant aux casernes de gendarmerie installées dans les cités, elles présentaient toutes sortes d’inconvénients aux yeux du patronat69. Au moins assurer soi-même ces services (habitation au loyer modique, prise en charge médicale et scolaire, économat, potager) permet-il de limiter le salaire70. Mais au final c’est « un minimum de paternalisme passif ou induit » qui n’engendre que « l’autosatisfaction de philanthropes forcés »71.

Conclusion 

  • 72 Ibidem, p. 217.
  • 73 Porteous, J.D., « The nature of the company town », Transactions of the Institute of British Geogra (...)
  • 74 Deboudt, Jacky et Mons, Dominique, Mémoire de l'habitat du Nord -Pas-de-Calais​, Urbanisme et Archi (...)

25Ainsi donc, la pénurie quasi constante de travailleurs du fond dans les charbonnages ouest-européens montre à quel point le déploiement d’un habitat patronal à grande échelle a fondamentalement répondu à cette hantise en l’absence de progrès significatifs de la productivité avant le milieu du XXe s. Ce logement quasi gratuit était si attractif qu’il a permis aux employeurs d’exercer un efficace contrôle sur la trajectoire professionnelle des mineurs de fond car c'était là un moyen puissant de les fixer dans l'entreprise. La dimension idéologique de ce contrôle fut toutefois accessoire. Nous rejoignons donc Joël Michel pour qui « le point essentiel est en fait la nécessité de loger ou non la main-d’œuvre. Tout concourt à prouver que le logement patronal dans les mines est le fruit d’une nécessité économique plus que d’une volonté de contrôle social qui ne peut que s’y greffer secondairement »72. « Simple nécessité économique » abondent des auteurs britanniques73. « Intervention « faute de mieux » avant d’être une pratique systématique, l’habitat patronal n’émergea que « devant l’incapacité des noyaux villageois existants à faire face à l’afflux de population »74. Ainsi espérons-nous avoir démontré à partir de sources originales que ce qui a été présenté comme un instrument de contrôle social et politique voire comme un outil d’enfermement carcéral et de répression a en réalité toujours obéi à des considérations foncièrement pratiques : recruter et s’attacher une main-d’œuvre précieuse mais rétive par une offre de logement attractive doublée d’un encadrement minimal par des œuvres sociales dont les plus spontanées furent celles destinées à assurer la reproduction et la santé de la main-d’œuvre.

Haut de page

Notes

1 Centre historique minier de Lewarde (CHM), archives départementales du Nord, Ecoles des Mines de Paris (EMP).

2 Verrier Paul, C-R de réunions de directeurs de sièges, 1955-1967, HBPNC, Groupe de Douai, CHM 9W 157, 25 septembre 1958

3 Plessy Bernard, Challet, Louis, La vie quotidienne des mineurs au temps de Germinal, Paris, Hachette, 1984, p. 84.

4 Michel, Joël, Le mouvement ouvrier chez les mineurs d’Europe occidentale (Grande-Bretagne, Belgique, France, Allemagne) : étude comparative des années 1880 à 1914, Thèse d’Etat, Université de Lyon III, 1989, 2800 p., Lille, ANRT.

5 Rouff, Michel, Les mines de charbon en France au XVIIIe siècle (1744-1791). Etude d’histoire économique et sociale, Thèse, Université de Paris, Paris, F. Rieder, 1922, 624 p.

6 Singer, Jean-Michel, Problèmes de la mine, Thèse de droit, Paris, I.E.P., 1949, p. 67.

7 La Tribune des Mineurs, 23 janvier 1934, citée par Gillet, Marcel, « La bataille du charbon », L’Histoire, 1987, n° 99, p. 45.

8 Baudelle, Guy, Le système spatial de la mine. L’exemple du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, Thèse d’Etat, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1994, 1228 p.

9 Singer, Jean-Michel, op. cit.

10 Cauvin, Danielle, La production de logement dans le Denaisis (1800-1977), Thèse, Université de Lille I, 1977, 356 et 175 p.

11 Del Biondo, Lucas, Edelblutte, Simon, « Le paysage des anciennes villes-usines européennes : un nouveau patrimoine entre négation, alibi, reconnaissance et complexité des jeux d’acteurs », Annales de Géographie, 2016, vol. 5, n° 711, pp. 466-489 ; Dorel-Ferré, Gracia (dir.), Villages ouvriers et villes-usines à travers le monde, Chambéry, Université de Savoie Mont Blanc, 2016, 288 p. ; Picon, Michaël, « Villes-usines et company towns en Europe de l’ouest et en Amérique du Nord : caractéristiques, synthèse, potentiel postindustriel », Revue Géographique de l'Est [En ligne], 2018, vol. 58, n° 3-4 ; Dorel-Ferré, Gracia ,» Genèse et diversité des villes-usines européennes (XVIIIe-XXe siècles), une approche patrimoniale », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 58, n° 3-4.

12 Martin, Hannah Elizabeth, « Local spaces of labour control or platforms for agency ? The North East Durham Coalfield, 1820–1890 », Geoforum, 2021, vol. 119, pp. 72-82.

13 Kastorff-Viehmann, Renate, Wohnung, Wohnhaus und Siedlung für Arbeiterbevölkerung im Ruhrgebiet von der Mitte des 19. Jahrhunderts bis zum Beginn des 1. Weltkrieges, Thèse, Technische Hochschule, Aix-La-Chapelle, 1980, 226 p.

14 Michel, Joël, op. cit. ; WATELET, Hubert, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le charbonnage du Grand-Hornu du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe s., Thèse, Univ. de Louvain-la-Neuve et d’Ottawa, Louvain, Nauwelaerts, 1980, 538 p.

15 Kourchid, Olivier, Kuhnmunch, Annie, Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais, photographies aériennes de 1920 à nos jours, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990, 476 p.

16 Hardy-Hémery, Odette, De la croissance à la désindustrialisation : un siècle dans le Valenciennois, Thèse, Université de Lille III, 1985, 4528 p.

17 Gaillard Jean-Michel, Un exemple français de "ville-usine" : la Grand-Combe, Gard et sa "compagnie des mines", 1836-1921, Thèse, Nanterre, Université de Paris X, 1974, 345 p. ; Hardy-Hémery, Odette, « Des quartiers et cités aux villes-usines dans les mines et la sidérurgie du Denaisis aux XIXe et XXe siècles »,

L’archéologie industrielle en France, n° 24-25, 1994, pp. 1-23 ; Picon, Michaël, op. cit. ; Murard, Lion, Zylberman, Patrick, Le petit travailleur infatigable. Villes-usines, habitat et intimités au XIXe siècle, Paris, Recherches Editions, 2003 (2e éd.), 288 p. ; Devaux, Noémie, Les cités minières : habitat et mémoire vivante de l’histoire du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Jeunes Chercheurs dans la Cité, 9e édition, Novembre 2020, Lille, en ligne.

18 Cf. par exemple les récriminations ouvrières in Dron, Gustave, Procès-verbaux de la Commission des Mines, n° 878, Imp. de la Ch. Des Députés, Motteroz, 1903, 5 vol. 

19 Grauwin, Charles, Les institutions patronales des Compagnies houillères du Pas-de-Calais, Thèse, Université de Lille. Faculté de droit, Lille, Camille Robbe, 1909, 134 p.

20 Cie des Mines de Béthune, Notice, Draeger, 1911, 15 p.

21 Vilain A., « Une visite à la Cité d’Aremberg », Le Réveil du Nord, 2 juin 1911.

22 Lettre du maître-garde à l’inspecteur des maîtres-gardes, 20 avr. 1923, Cie d’Anzin, Logements, 1878-1931, CHM 6378.

23 Lebon, André, La vie quotidienne du mineur en 1900, Escaudain, Association des Amis des Musées d’Escaudain, 1975, 109 p.

24 Dron Gustave., op. cit.

25 Foucault, Michel, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

26 Faillenet, Patrick, Les effets de la récession minière sur la politique urbaine dans le Bassin Minier du Pas-de-Calais, mémoire de maitrise, Univ. Paris VII, 1981, 128 p.

27 Convert, Bernard, Jakubowski et Pierre, Pinet, Michel, Mobilité et processus de mutation. Le cas du Bassin Minier Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, IDN, 1976, p. 82.

28 Gilbert, David, Class, community, and collective action. Social change in two British coalfields, 1850-1926, Oxford, Clarendon P., 1992, 293 p.

29 Frey, Jean-Pierre, La ville industrielle et ses urbanités, La distinction ouvriers/employés. Le Creusot 1870-1930, Bruxelles, Mardaga, 1986, 386 p. ; Michel, Joël, op. cit. ; Sugier, Fabrice, « La Première Guerre mondiale et le déclin du contrôle social dans les mines du Gard (1914-1922) », Annales du Midi, 1991, vol. 103, n° 194, pp. 215-230 ; Burrell, Gibson, « The role of coal mining towns in social theory : Past, present and future », Workshop on Participatory Research, Newcastle, 2017.

30 Quilliot M., in Revue Socialiste, 1947, n° 9, p. 352, cité par Singer, Jean-Michel, op. cit., p. 9.

31 Dennis, Norman, Henriques, Fernando, Slaughter, Clifford, Coal is our life. An analysis of a Yorkshire community, Londres, Tavistock, 1969 (2e éd.), 255 p.

32 Ariès, Philippe, « Au Pays noir », in ibidem, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1971 (2e éd.), pp. 69-118, p. 102.

33 Malva, Constant, Un mineur vous parle, Lausanne, La Concorde, 1948, p. 65.

34 Centre d’Analyse du Développement, Classe ouvrière et espace social, analyse sociologique d’un quartier ouvrier textile et d’une commune minière, Villeneuve d’Ascq, 1970, 80 p.

35 Jaurès, Jean, « La condition ouvrière », La Dépêche du Midi, 10 avril 1895, cité par Rebérioux, Madeleine, Jaurès et la classe ouvrière, 1981, Paris, Les Editions Ouvrières, p. 14.

36  ; Zweig, Ferdynand, Men in the pits, Londres, Victor Gollantcz, 1949, 177 p.

37 Condevaux, Joël, Le mineur du Nord et du Pas-de-Calais. Sa psychologie. Ses rapports avec le patronat, Thèse, Fac. de Droit, Université de Paris, Lille, Imp. L. Danel, 1928, 104 p.

38 Michel, Joël, op. cit., p. 227.

39 Cauvin, Danielle, op. cit., p. 256.

40 Bonin, H., La reconstitution des Houillères du Nord de la France, Université de Paris. Fac. de droit et des sciences économiques, Paris, Jouve & Cie, 1926, p. 118.

41 Champy, Louis, Note sur la construction de maisons ouvrières, Cie des Mines d’Anzin, 3 octobre 1921, cité par Hardy-Hémery, op. cit. p. 6.

42 Pétition au gouvernement des Cies de Dourges, Noeux et Lens, citée par Vuillemin, Emile, Le Bassin houiller du Pas-de-Calais, Lille, L. Danel, 1880-1884, 3 vol. , p. 139.

43 Benson, John, British coalminers in the nineteenth Century : a social history, Dublin, Gill & Macmillan, 1980, 276 p. ; Hickey, S.H.F, Workers in imperial Germany : the miners of the Ruhr, Oxford, Clarendon P., 1986, 340 p. ; Michel, Joël, op. cit.

44 Michel, Joël, op. cit., p. 222.

45 Cie des mines d’Anzin, Rapport du dir. des travaux du jour, 4 mai 1835, CHM 5378.

46 Baudelle, Guy, op. cit. ; Le Maner, Yves, Du coron à la cité. Un siècle d’habitat minier dans le Nord/Pas-de-Calais (1850-1950), Lewarde, CHM, 1995, 120 p. ; Breitman, Nada et Marc, Les maisons des mines dans le Nord et le Pas-de-Calais, Liège, Mardaga, 1996, 127 p. ; D’Hau Decuypère, Yves, L’habitat minier en région Nord-Pas-de-Calais. Histoire et évolution, 1825-1970, Cahier Technique, T. 1, Oignies, Mission Bassin Minier, 56 p.

47 Sauvageot, Dominique, « Les cités ouvrières du Creusot et de Montceau-les-Mines, du collectif au pavillonnaire », Milieux, 1980, n° 2, p. 31.

48 Michel, Joël, op. cit., p. 239.

49 Desbois, Evelyne, Jeanneau, Yves, Mattéi, Bruno, La foi des charbonniers. Les mineurs dans la Bataille du charbon 1945-1947, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986, p. 161.

50 Evrard, Alfred, Traité pratique de l’exploitation des mines, Mons, E. Dacquin, T. 2, 1888, pp. 524-525.

51 Walch, J., « De la condition prolétarienne », Revue de l’Industrie Minérale, 1950, cité par Desbois, Evelyne et al., op. cit., p. 161.

52 Kerr Clark., Siegel Abraham, « The interindustry propensity to strike – an international comparison », in Kornhauser, Arthur, Dubin, Robert et Ross, Arthur (dir.), Industrial conflict, New-York, Mc-Graw Hill, 1954, pp. 189-212 ; Feldman, Marshall, « A contribution to the critique of urban political economy », Antipode, 1977, n° 9, pp. 30-50 ; discussion du thème in : Pratt, Geraldine, « Reproduction, class, and the spatial structure of the city », in Peet, Richard et Thrift, Nigel (dir.), New models in geography, Londres, Unwin Hyman, vol. 2, pp. 84-108.

53 Vuillemin, Emile, « Enquête sur les habitations, les écoles et le degré d’instruction de la population ouvrière des mines de houille des bassins du Nord et du Pas-de-Calais », Revue de l’Industrie Minérale, 1872, T. 1, pp. 279-313.

54 Cie d’Anzin, Fosse d’Arenberg, 1890-1900, CHM 5031.

55 CHM 5378.

56 Percheron Michel, Etude des types de cités minières (Houillères du Nord et du Pas-de-Calais), D.E.S., Université de Lille, 1961, 230 p.

57 Baudelle, Guy, « La carte, outil de réflexion géographique de l'ingénieur des mines », Mappemonde, 1990, n° 2, pp. 2-5.

58 Grauwin, Charles, op. cit.

59 Rapports à la régie de la Cie d’Anzin, 1896 et 1897, CHM 11 W 8 et 9.

60 Baudelle, Guy, T.E. citée ; Baudelle, Guy, Géographie du peuplement, Paris, Armand Colin, 2016, 256 p.

61 Reumaux, Marcel, Discours prononcé à la Société des Ingénieurs civils de France, Annales de la Société Géologique du Nord, 1907, vol. 36, pp. 405-429, p. 425.

62 Flamand, Jean-Paul, Loger le peuple. Essai sur l’histoire du logement social, Paris, La Découverte, 1989, p. 69.

63 Michel, Joël, op. cit., p. 240

64 Murard, Lion, Zylberman, Patrick, op. cit., p. 12

65 Hardy-Hemery, Odette, op. cit.

66 Obalski, Jules, Journal de voyage, Ecole des Mines de Paris, déc. 1873, C-R 1873 (118).

67 Savary, Yves, La condition du mineur et les conflits sociaux dans le Bassin Houiller du Nord de 1852 à 1873, D.E.S., Université de Lille, 1956, p. 94.

68 Conus, Marie-France, « Une entreprise face à la gestion de « risques majeurs » : la compagnie des mines de Courrières (1852-1944) », Histoire, Economie & Société, 2006, vol. 25, n° 4, pp. 61-78.

69 Cie d’Anzin, Assemblées de Régie, PV, 1892-1901, CHM 5294.

70 Beaubernard, Robert, Montceau-les-Mines : un « laboratoire social » au XIXème siècle, Avallon, Ed. de Civry, 1981, 316 p.

71 Michel, Joël, op. cit., pp. 234-235.

72 Ibidem, p. 217.

73 Porteous, J.D., « The nature of the company town », Transactions of the Institute of British Geographers, 1970, vol. 51, pp. 127-142 ; POLLARD, Sidney, « The factory village in the industrial revolution », English Historical Review, 1964, n° 79, pp. 513-529.

74 Deboudt, Jacky et Mons, Dominique, Mémoire de l'habitat du Nord -Pas-de-Calais​, Urbanisme et Architecture, n° spécial, s.d., pp. 55-64.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Variation de la production et de la main-d’oeuvre dans les mines d’Aniche (Nord) (1845-1913)
Légende Source : Chœur, J., « Évolution démographique de la région de Douai depuis l'exploitation du bassin minier », Revue du Nord, 1954, vol. 143, n° 3, pp. 1-19.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Titre Le parallélisme des courbes : extraction, main-d’œuvre et logements à la Compagnie des Mines de Lens de 1855 à 1903
Légende Source : Compagnie des Mines de Lens, Notice sur la Société, Exposition du Nord de la France, Arras, 1905, Lille, L. Danel, 41 p.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-2.png
Fichier image/png, 203k
Titre Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) : cités Saint-Pierre et Saint Théodore vers 1930
Légende Source : HBNPC, in Kourchid, Olivier, Kuhnmunch, Annie, Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais, photographies aériennes de 1920 à nos jours, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990, 476 p.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-3.png
Fichier image/png, 231k
Titre Le domaine des Houillères au cœur du bassin du Nord-Pas-de-Calais en 1961 : cités ouvrières (en rouge), terrains industriels (en jaune) et voies ferrées (traits rouges)
Légende Source : HBPNC.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-4.png
Fichier image/png, 470k
Titre Cité de la Compagnie des Mines de Béthune
Légende Source : Ancien fonds HBNPC.
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-5.png
Fichier image/png, 215k
Titre Haillicourt (Pas-de-Calais), cité n° 26 : localisation classique entre le centre villageois et la fosse (bâtiment en croix)
Légende Source : HBNPC, Service Foncier (Douai).
URL http://journals.openedition.org/amnis/docannexe/image/6665/img-6.png
Fichier image/png, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Baudelle, « Le contrôle social des mineurs par le logement dans les bassins houiller européens est-il un mythe ? »Amnis [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/amnis/6665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amnis.6665

Haut de page

Auteur

Guy Baudelle

Professeur d’aménagement de l’espace-Urbanisme, UMR ESO CNRS, Université Rennes 2, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search