Skip to navigation – Site map

HomeNuméros30L'atelier de l'histoire : chantie...Les mots de l'Antiquité (coordon...L’Antiquité dans les toponymes de...

L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Les mots de l'Antiquité (coordonné par Magali Soulatges) (n°10)

L’Antiquité dans les toponymes de l’État de New York1

Jack Thomas
p. 202-213

Full text

  • 1 L’article s’appuie principalement sur deux études : Wilbur Zelinsky, “Classical Town Names in the (...)
  • 2 Voir, par exemple, Christian Montès, « La toponymie comme révélateur de la construction identitai (...)
  • 3 W. Zelinsky, « Classical Town Names », p. 475.

1L’étude des noms de lieux, la toponymie, a une longue histoire. Elle peut renvoyer à la chronologie des couches successives de peuplement dans des pays à l’histoire longue, des toponymes pouvant disparaître suite à de nouvelles vagues de peuplement. Dans des pays de création récente, comme aux États-Unis, par exemple, si certains toponymes amérindiens subsistent, beaucoup d’autres ont été remplacés par une multitude de noms de lieux inspirés des paysages, des héros nationaux ou régionaux, des pionniers et fondateurs, de la religion ou des vertus morales des colons et de leurs descendants2. L’attribution des noms par les colons euro-américains s’est étendue sur une large partie des quatre siècles entre 1600 et 2000, même si l’on peut estimer que la plupart datent d’avant 1900. Selon le géographe Wilbur Zelinsky, le nombre de bureaux de poste aux États-Unis a atteint son sommet en 1910, avec presque 60 000 bureaux. Il estime que plusieurs milliers d’autres lieux existaient ou avaient existé sans bureau3. Au sein de ces milliers de toponymes se trouve un ensemble assez surprenant à première vue, des noms de lieux empruntés à l’Antiquité classique gréco-romaine. Presque absents des colonies américaines de l’époque britannique ou française, ces noms apparaissent soudainement à la fin de la Révolution américaine, dans la partie centrale de l’État de New York.

  • 4 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 52-53.

2Emprunter le couloir central de l’État de New York entre Albany, à l’est, et Rochester et Buffalo, à l’ouest, produit un curieux effet de dépaysement toponymique. Capitale de l’État depuis le xixe siècle, Albany est d’abord une fondation hollandaise comme comptoir de la Compagnie des Indes occidentales avant de passer aux Anglais en 1664. Elle est alors nommée en l’honneur du duc d’Albany, frère du roi Charles II et futur Jacques II d’Angleterre. Des toponymes néerlandais et amérindiens abondent dans le voisinage (Rensselaer, Rotterdam, Amsterdam d’un côté, Schenectady, Niskayuna, Mohawk, Saratoga de l’autre). À quelques kilomètres d’Albany se trouve Troy, nommé ainsi en 1789 par un vote des habitants alors que la localité avait longtemps fait partie du manoir de Renssalaerwyck. Ce toponyme Troy, directement inspiré de la Grèce ancienne, trouve de nombreux échos un peu plus à l’ouest, avec des dizaines de villes et de villages : Ilion, Utica, Rome, Syracuse, Ithaca…. Ilion, autre nom pour Troie, s’est développée avec la construction du canal d’Érié à partir de 1815 et avec la manufacture des armes à feu d’Eliphalet Remington. En 1843, au moment de l’établissement d’un bureau de poste, il fallait attribuer un nom au village, Remington ayant refusé le sien. Les habitants, influencés sans doute par les autres noms classiques, ont choisi Ilion4.

3Comment comprendre cette vague de noms classiques attribués à des localités de l’État de New York entre 1789 et 1850 environ ? Deux travaux de nature assez différente permettent de mieux appréhender ce phénomène et de le placer dans un contexte plus large dans le temps et dans l’espace. Malgré la date de leurs parutions respectives (1967 et 2002), ils fournissent des informations susceptibles d’intéresser les lecteurs et lectrices de cette revue.

  • 5 W. Zelinsky, « Classical Town Names », p. 464-465. L’auteur y signale toutefois un petit ensemble (...)

4Wilbur Zelinsky fut professeur de géographie à la Pennsylvania State University ; il contribua notamment à établir un champ de recherche en géographie culturelle dont l’article sur les noms de lieux classiques fait partie. Cet article pose la question de la floraison de noms de lieux empruntés à l’Antiquité gréco-romaine aux États-Unis à partir de 1790 environ. Ces références culturelles seraient un des signes de la renaissance néo-classique qui marqua l’histoire culturelle américaine et européenne à la fin du xviiie et au début du xixe siècles. Zelinsky fait l’hypothèse que les Américains de cette époque se voyaient comme la réincarnation des anciens Grecs et Romains, notamment par leur adoption des idéaux démocratiques et républicains. Si le revivalisme classique affecta ce que l’on appelle le monde occidental, l’attribution des noms gréco-latins pour des villes et villages paraît, selon Zelinsky, comme une particularité états-unienne. Selon lui, seuls les États-Unis se sont donné une telle panoplie de toponymes qui n’apparaissent que rarement dans les autres nouveaux pays comme le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et les pays d’Amérique latine5.

5Zelinsky a collationné, à partir de nombreuses sources, les noms de lieux faisant référence au monde classique. Il les a cartographiés dans une série de cartes chronologiques qui permettent de constater la rareté de tels noms sur le territoire américain avant 1790 et leur floraison et leur diffusion après cette date (voir les cartes en annexe). Rares avant la Révolution, ces toponymes d’inspiration classique se multiplient dans les années immédiatement postérieures (à partir de la fin des années 1780 et les années 1790), notamment à partir d’un foyer dans le centre-ouest de l’État de New York. Cette région, connue à l’époque sous le nom de Tract Militaire (Military Tract), avait été réservée par la législature de l’État de New York pour accorder des concessions foncières aux anciens combattants de la Révolution américaine. Si Zelinsky ne chercha pas à connaître les motivations précises des autorités new-yorkaises, il proposa une explication générale :

  • 6 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 486.

… there was an abrupt crystallization of the classical idea in the young Republic’s newer settlements and the notion of a New Athens and a New Rome was becoming a lively one, supplementing the long immanent doctrine of a New Zion. The concurrent French Revolution, linking as it did the image of the classical world with republican principles, probably gave the new fad added impetus6.

  • 7 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 486.

6Selon Zelinsky, mais sans une réelle démonstration, cette région était aussi : the zone of maximum intensity for the early development of Greek Revival architecture and for the penetration of this style into vernacular buildings7. Il faudrait recourir aux ouvrages des historiens de l’art et de l’architecture pour savoir si la chronologie et la diffusion de ce style architectural ont une corrélation avec les toponymes classiques.

7À partir de ce foyer new-yorkais, les noms classiques des villes et villages se sont répandus à travers une large partie du territoire états-unien mais de façon inégale. Pour Zelinsky, leur diffusion suit les chemins des migrants originaires de la Nouvelle-Angleterre qui étaient ceux qui ont peuplé l’État de New York dans ces années 1780-1830. Ils ont apporté avec eux leur « bagage culturel » dans lequel les références classiques permettaient une continuité mentale malgré les distances parcourues. Zelinsky postule aussi un modèle de diffusion par le biais des élites sociales, économiques et politiques, souvent elles-mêmes formées dans des institutions éducatives où l’enseignement du latin et du grec et, plus généralement, de la culture classique constitua un des socles fondamentaux.

8Ce travail pionnier de Wilbur Zelinsky est riche en données (voir les annexes) et en hypothèses. Il brasse large à la fois dans la chronologie des noms de lieux et dans leur géographie. Il propose un cadre conceptuel absent dans l’ouvrage de William R. Farrell, publié 35 ans plus tard.

9Longtemps professeur de latin et d’histoire dans un lycée près de Syracuse (État de New York), William R. Farrell a été fasciné par la multitude de noms classiques des villes et villages de la région. Il s’est constitué un fichier de ces noms, le complétant afin d’assouvir sa propre curiosité et celle de ses élèves et amis. C’est à partir de ce fichier qu’il a construit son ouvrage, permettant ainsi aux lecteurs de découvrir un pan de l’histoire des États-Unis et de l’État de New York dans la période 1790-1850. Ces six décennies représentent l’expansion territoriale de la population d’origine européenne suite à la guerre d’indépendance et l’exclusion des tribus amérindiennes de la vaste majorité des territoires qu’elles avaient occupés jusqu’alors.

  • 8 Alexis de Tocqueville emploie le terme commun pour traduire les termes de town et de township, ce (...)

10Il n’est pas anodin que William Farrell ait enseigné dans un établissement regroupant des élèves des villages de Fayetteville et de Manlius, dans la banlieue de Syracuse. D’un côté, Fayetteville tire son nom du marquis de La Fayette, célèbre officier français qui s’est porté volontaire pour aider les Américains à lutter pour leur indépendance. De l’autre, le nom de Manlius a été attribué à une town vers 1790 dans cette partie centrale de l’État de New York8. Le personnage précis de Manlius n’est pas connu : était-ce Marcus Manlius Capitolinus, célèbre pour son rôle lors de l’épisode des oies du Capitole en 392 avant notre ère ; ou Titus Manlius Imperiosus Torquatus, fameux pour son combat singulier contre un Gaulois en 361 avant notre ère ? Ces deux localités se trouvent dans la banlieue de Syracuse, localité plus récente, dont le nom a été attribué vers 1820 par ses habitants dont un, John Wilkinson, avait lu des descriptions de l’antique Syracuse qui lui rappelaient les paysages locaux.

11Avec les toponymes de Manlius et de Syracuse, on retrouve un même univers classique, mais deux chronologies différentes dans le processus de dénomination des lieux. Manlius fait partie de la zone géographique où les toponymes classiques ont brusquement fait leur apparition vers 1790 : le Military Tract, la concession militaire, une vaste région comprenant environ 1,8 million d’acres, soit environ 728 000 hectares entre le lac Ontario au nord et le sud des Finger Lakes, du lac Oneida à l’est au lac Seneca à l’ouest (voir les cartes en annexes). Si un premier arpentage eut lieu en 1785, il fallut attendre 1789-1790 pour que toute la concession fût ouverte à la colonisation, car les tribus amérindiennes l’occupaient encore. Plusieurs traités, plus ou moins extorqués, mirent fin à la souveraineté amérindienne, sauf en ce qui concerne plusieurs petites réserves. Le 3 juillet 1790, le Bureau des Terres (Land Office) de l’État se réunit pour nommer les 25 premières towns. Il semblerait que l’initiative de leur nomination vint de Robert Harpur, le secrétaire du Bureau des Terres. Harpur naquit en Irlande, il fut éduqué à Glasgow et immigra en Amérique en 1761. Il enseigna le latin et le grec au King’s College de New York (l’ancêtre de l’Université de Columbia). Sa culture classique ne fait pas de doute. Voici la liste de ces 25 localités :

Noms des 25 premières towns, 1790 (selon le numéro de la town)

1) Lysander

6) Cicero

11) Romulus

16) Ovid

21) Hector

2) Hannibal

7) Manlius

12) Scipio

17) Milton

22) Ulysses

3) Cato

8) Aurelius

13) Sempronius

18) Locke

23) Dryden

4) Brutus

9) Marcellus

14) Tully

19) Homer

24) Virgil

5) Camillus

10) Pompey

15) Fabius

20) Solon

25) Cincinnatus

12Un peu plus tard, trois nouvelles communes furent ajoutées et nommées : Junius, Galen et Sterling (ou Stirling). Sur les vingt-huit communes, vingt-quatre reçurent des toponymes classiques, surtout des noms de personnages romains mais aussi des noms d’auteurs grecs (Homer) ou des héros de la mythologie (Hector). Trois reçurent des noms d’auteurs anglais célèbres du xviie siècle (Milton, Dryden et Locke) et une seule reçut le nom d’un général américain de la Révolution (William Alexander, Lord Stirling). Ce noyau dur de toponymes classiques, donnés par les autorités de l’État de New York, allait devenir un modèle pour d’autres dénominations gréco-romaines pour les habitants des localités qui cherchaient un nom et, peut-être, une identité.

  • 9 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 56.
  • 10 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 28.
  • 11 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 33.

13Assez rapidement, d’autres localités se sont donné des noms classiques. Si beaucoup d’entre elles sont restées très modestes, d’autres sont devenues de vraies villes. Les villes voisines d’Utica et de Rome ont reçu leur nom en 1798 et en 1796 respectivement. Dans le cas d’Utica, un tirage au sort avait été organisé pour l’attribution du nom. Un savant local connu pour ses connaissances classiques avait proposé Utica, ville proche de Carthage. Il l’aurait choisi en référence à la défense d’Utica par Caton l’ancien face à la dictature de Jules César ; il s’agirait donc d’incarner un modèle républicain9. La ville d’Ithaca a été créée à partir d’une partie de la commune d’Ulysses ; Simeon DeWitt, collègue de Robert Harpur au Bureau des Terres, avait acquis des terres au sud du lac Cayuga et avait proposé ce nom. Il fut officiellement attribué en 1821 lors de la création de la nouvelle town10. Enfin, Syracuse, dont on a déjà parlé plus haut, prit ce nom quand le receveur du bureau de poste dut choisir un nouveau nom car le précédent nom, Corinth, était déjà pris11. Comme on le voit et comme les cartes de Zelinsky le montrent, la diffusion de toponymes classiques se poursuivit bien après 1790 dans l’État de New York et ailleurs.

  • 12 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 33.

14L’ouvrage de William R. Farrell se présente comme une sorte de catalogue de presque 300 localités aux noms classiques avec leur localisation, leur population (1990), l’origine du nom avec sa date, puis une explication du nom en termes historiques. Par exemple, l’entrée Sparta parle d’une commune dans le comté de Livingston avec une population de 1 578 habitants. Elle reçut son nom en janvier 1789 (dans ce cas, Farrell ne fournit aucune information sur le processus de dénomination). L’entrée se poursuit avec un rappel de l’histoire de Sparte, cité grecque connue pour son organisation fortement militarisée. L’article s’achève avec la conquête de Sparte par les Romains en 146 avant notre ère12. Certains toponymes inclus par Farrell se rattachent assez mal aux civilisations classiques (Castorland, par exemple). Néanmoins, son livre permet une plongée passionnante dans l’histoire de l’État de New York vue par le prisme de plusieurs centaines de ses patronymes.

15Le préfacier de l’ouvrage, Donald H. Mills, professeur d’études classiques à l’Université de Syracuse, fournit une justification intellectuelle que les lecteurs et lectrices de cette revue reconnaîtront :

  • 13 Ibid., p. xi.

« Une des convictions que des enseignants de latin et des professeurs des études classiques portent à leur travail est que le monde ancien a eu et continue d’avoir une influence importante sur le monde moderne. L’étude de l’art, de l’histoire, de la littérature, de la philosophie et de la religion ancienne mène non seulement à une plus grande appréciation des accomplissements de l’Antiquité classique, elle mène aussi à une plus grande appréciation et compréhension des succès et des échecs des générations présentes. En bref, le monde ancien a toujours beaucoup de choses à nous apprendre13. »

16Les deux travaux présentés ici illustrent très bien cette justification car les toponymes sont des éléments-clés des identités locales. Ils nous incitent à les regarder de plus près et à essayer de comprendre comment, dans certaines contrées du Nouveau Monde, le Monde Ancien fit résonance auprès de leurs nouveaux habitants et les poussa à attribuer à leur localité des noms directement inspirés de l’Antiquité gréco-romaine. Et, dans un certain nombre de cas, ces noms s’érigeaient en modèles de comportement politique comme autant d’illustrations encore vivantes des idéaux démocratiques ou républicains.

17ANNEXES

Annexe 1. Cartes de la diffusion de toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 480.

Annexe 1. Cartes de la diffusion de toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 480.

Annexe 2. Tableau des occurrences des toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 471.

Annexe 2. Tableau des occurrences des toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 471.

Annexe 3. Carte de la Concession militaire de l’État de New York datant de 1790 environ.

Source : https://www.raremaps.com

Top of page

Notes

1 L’article s’appuie principalement sur deux études : Wilbur Zelinsky, “Classical Town Names in the United States, The Historical Geography of an American Idea”, Geographical Review 57/4 (1967), p. 463-495 ; William R. Farrell, Classical Place Names in New York State. Origins, Histories and Meanings, illustrations de Bettina B. Chapman et Carolyn I. Coit, Jamesville, New York, Pine Grove Press, 2002.

2 Voir, par exemple, Christian Montès, « La toponymie comme révélateur de la construction identitaire d’un empire : (re)nommer les capitales étatsuniennes », L’Espace géographique 37 (2008/2), p. 106-116.

3 W. Zelinsky, « Classical Town Names », p. 475.

4 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 52-53.

5 W. Zelinsky, « Classical Town Names », p. 464-465. L’auteur y signale toutefois un petit ensemble de noms d’inspiration classique au Brésil et en Colombie.

6 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 486.

7 W. R. Farrell, Classical Place Names in New York State, p. 486.

8 Alexis de Tocqueville emploie le terme commun pour traduire les termes de town et de township, cellules politiques de base dans beaucoup d’États américains. Voici comment il les définit : « La commune de la Nouvelle-Angleterre (Township) tient le milieu entre le canton et la commune de France. On y compte en général de deux à trois mille habitants ; elle n’est donc point assez étendue pour que tous ses habitants n’aient pas à peu près les mêmes intérêts, et, d’un autre côté, elle est assez peuplée pour qu’on soit toujours sûr de trouver dans son sein les éléments d’une bonne administration » (De la démocratie en Amérique, Les grands thèmes, édité par J-P. Mayer, Paris, Gallimard, 1968, p. 60-61).

9 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 56.

10 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 28.

11 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 33.

12 W. R. Farrell, Classical Place Names, p. 33.

13 Ibid., p. xi.

Top of page

List of illustrations

Title Annexe 1. Cartes de la diffusion de toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 480.
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-1.jpg
File image/jpeg, 500k
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-2.jpg
File image/jpeg, 480k
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-3.jpg
File image/jpeg, 480k
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-4.jpg
File image/jpeg, 572k
Title Annexe 2. Tableau des occurrences des toponymes classiques selon Wilbur Zelinsky, p. 471.
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-5.jpg
File image/jpeg, 444k
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/10082/img-6.jpg
File image/jpeg, 458k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jack Thomas, “L’Antiquité dans les toponymes de l’État de New York”Anabases, 30 | 2019, 202-213.

Electronic reference

Jack Thomas, “L’Antiquité dans les toponymes de l’État de New York”Anabases [Online], 30 | 2019, Online since 21 October 2021, connection on 14 April 2024. URL: http://journals.openedition.org/anabases/10082; DOI: https://doi.org/10.4000/anabases.10082

Top of page

About the author

Jack Thomas

(dont la mère naquit et vécut sa jeunesse à Homer)
FRAMESPA
Université Toulouse-Jean Jaurès (UT2J)
thomas@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search