Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Comptes rendus de lectureLucile Arnoux-Farnoux et Polina K...

Comptes rendus de lecture

Lucile Arnoux-Farnoux et Polina Kosmadaki (dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919-1939)

Catherine Valenti
p. 225-226
Référence(s) :

Lucile Arnoux-Farnoux et Polina Kosmadaki (dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919-1939), Athènes, école française d’Athènes, 2018, 486 p., 45 € / ISBN 9782869582965.

Texte intégral

1Publié par l’École française d’Athènes, dans la collection « Mondes méditerranéens et balkaniques », le présent volume, qui traite des relations culturelles franco-helléniques pendant la période de l’entre-deux-guerres, réunit les actes d’un colloque organisé à Athènes en janvier 2012, lui-même précédé entre 2008 et 2010 par une série de journées d’études consacrées notamment aux voyages en Grèce dans les années 1930, à l’Antiquité grecque entre 1919 et 1939, ou encore aux « Fêtes delphiques » en tant que rencontres internationales des lettres et des arts. C’est donc le fruit d’une réflexion de longue haleine qui nous est proposé ici.

2Lucile Arnoux-Farnoux, qui a co-dirigé l’ouvrage et signe l’une des contributions – sur la traduction en français de l’œuvre du poète grec Costis Palamas (1859-1943) –, évoque en introduction « un sujet méconnu ». Or le thème de l’ouvrage en lui-même – l’influence réciproque que la France et la Grèce ont exercé l’une sur l’autre à l’époque contemporaine – n’est en réalité guère original : on connaît depuis longtemps la fascination pour la France de bon nombre d’intellectuels grecs, et ce depuis la Révolution française ; quant à la passion philhellène française, qui a débuté au moment de la guerre d’indépendance contre les Ottomans dans les années 1820, elle est également assez bien documentée.

3Parmi une bibliographie abondante sur la question, il suffit de citer les travaux de Sophie Basch – d’ailleurs présente dans le volume à travers une contribution sur « La Grèce romanesque de l’entre-deux-guerres » : après un essai sur Les écrivains français en Grèce au xxe siècle, paru en 1990, elle a publié en 1995 une somme qui fait toujours autorité sur Le mirage grec. La Grèce moderne devant l’opinion française (1846-1946), ouvrage dans lequel elle analyse sur un siècle, depuis la fondation de l’École française d’Athènes en 1846 jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, l’alternance du philhellénisme et du mishellénisme français. Enfin Sophie Basch a organisé en 2004 à l’École française d’Athènes, avec Alexandre Farnoux, un colloque autour de la revue Le voyage en Grèce, qui a amorcé une nouvelle façon d’envisager les relations culturelles entre la France et la Grèce, comme Lucile Arnoux-Farnoux le signale d’ailleurs elle-même dans l’introduction.

4Ce n’est donc pas dans le sujet de l’ouvrage que réside son originalité, mais bien plutôt dans la volonté d’envisager la période de l’entre-deux-guerres, cadre chronologique auquel se plient toutes les contributions, comme un moment particulier des relations franco-helléniques, une sorte d’apogée dans l’influence réciproque entre les deux pays. Car si la relation peut sembler inégale entre une capitale française qui est alors un foyer culturel d’envergure internationale, attirant des artistes du monde entier, et une capitale grecque dont le rayonnement semble moindre, c’est bien d’un échange entre Paris et Athènes qu’il s’agit ici, comme le souligne la problématique du « double voyage ». De même, le parti pris de s’en tenir aux seuls aspects culturels de la relation entre les deux pays ne se révèle pas restrictif, bien au contraire : au-delà des thèmes bien connus de la littérature, de l’architecture et de la peinture, il permet d’aborder des domaines qui le sont beaucoup moins dans ce contexte, comme les arts plastiques, la photographie, le cinéma, la musique ou bien encore les arts décoratifs.

5C’est d’ailleurs cette perspective théma­tique qui est adoptée comme plan de l’ouvrage : après deux contributions inau­gurales qui reviennent sur le contexte politico-diplomatique de l’époque, afin de poser le cadre dans lequel se sont déroulés les échanges culturels de la période 1919-1939, les contributions sont ensuite classées en fonction du champ culturel abordé. Si ce découpage a le mérite de la clarté, il nuit un peu au propos même de l’ouvrage, qui consistait à mettre en valeur un jeu de miroirs et d’influences réciproques : au lecteur de reconstituer, au fil de sa propre lecture, les fluctuations chronologiques de ce double voyage entre Paris et Athènes.

6Agrémenté d’illustrations relativement nombreuses, le volume est complété par un index ainsi qu’une bibliographie. On aurait aimé que cette dernière distingue entre les publications datant de la période étudiée – qui sont ici des sources –, et les ouvrages contemporains qui relèvent effectivement de la perspective bibliographique : ainsi aurait-on évité de voir se côtoyer Maurice Barrès et Roland Barthes. Enfin, il aurait fallu citer, et utiliser, l’importante thèse de Jean-Claude Montant sur La propagande extérieure de la France pendant la Première Guerre mondiale, en particulier la partie que Montant consacre à la Grèce : comme le rappellent certains des contributeurs eux-mêmes, le premier conflit mondial a en effet posé les jalons institutionnels des échanges culturels qui interviendront par la suite.

7Dans l’introduction, Lucile Arnoux-Farnoux rappelait l’ambition de l’œuvre entreprise : « devenir un ouvrage de réfé­rence pour un public très large, en France et en Grèce ». Si le volume, malgré quelques défauts, sera sans conteste utile au chercheur intéressé par ces thématiques, il n’est pas certain en revanche que son audience dépasse celle des spécialistes de la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Valenti, « Lucile Arnoux-Farnoux et Polina Kosmadaki (dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919-1939) »Anabases, 30 | 2019, 225-226.

Référence électronique

Catherine Valenti, « Lucile Arnoux-Farnoux et Polina Kosmadaki (dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919-1939) »Anabases [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 21 octobre 2019, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10105

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search