Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Comptes rendus de lectureRabun Taylor, Katherine W. Rinne ...

Comptes rendus de lecture

Rabun Taylor, Katherine W. Rinne et S. Kostof, Rome. An Urban History from Antiquity to the Present

Cyrielle Landrea
p. 255-256
Référence(s) :

Rabun Taylor, Katherine W. Rinne et S. Kostof, Rome. An Urban History from Antiquity to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, 432 p., £ 85.00 / ISBN 9781107601499.

Texte intégral

1L’ouvrage propose une synthèse ambi­tieuse sur l’évolution de l’Vrbs, de l’âge du fer à l’époque contemporaine. Trois mille ans sont passés au crible, afin de dégager les grands traits de l’urbanisme romain, ses permanences et ses mutations. Le projet éditorial est en fait intrinsèquement lié à l’œuvre de S. Kostof (1936-1991), spécialiste d’histoire urbaine romaine. Ses travaux inédits et légèrement remaniés constituent ainsi la trame principale de l’ouvrage (chapitres 15-23 et 25).

2Une très brève introduction (p. 1-3) et trente-cinq chapitres structurent la réflexion. Même si l’étude est diachronique, la moitié des chapitres concerne néanmoins l’Antiquité. L’introduction met en avant l’originalité du projet ayant pour but de livrer une « urban biography » dans une perspective globale. Toutefois il est regrettable que l’introduction ne dresse pas un bilan historiographique et se contente d’un paragraphe, sans référence précise au moindre ouvrage. En fait c’est un parti pris qui se retrouve dans l’ensemble du livre, car le but est d’offrir un manuel facile d’accès, notamment pour les étudiants et leurs enseignants. Il n’y a d’ailleurs pas de notes de bas de page, les références sont très réduites et il n’est guère fait état de controverses archéologiques ou historiographiques.

3Les premiers chapitres très brefs de K. Rinne concernent l’Antiquité et alternent entre une approche tantôt chronologique tantôt thématique, en brouillant quelque peu la compréhension générale. Les chapitres thématiques intègrent des exemples républicains et impériaux. D’abord le chapitre « A bend in the river » s’intéresse au site et à la situation de l’Vrbs (p. 4-9). Après l’approche géographique, l’auteur s’intéresse rapidement aux premiers développements urbains jusqu’au ier s. av. J.-C. (« A storybook beginning » et « Ideological crossfire », p. 10-31). Les transformations tardo-républicaines et augustéennes font l’objet des chapitres suivants (« Big men on the Campus » et « Res publica restituta » p. 32-51). Les chapitres sont ensuite plus thématiques, notamment sur les funérailles, les festivités, les processions pour « Memorials in motion : spectacle in the city » (p. 52-59) et l’architecture (« The concrete style » p. 60-71). Les chapitres suivants (« Remaking Rome’s public core 1-2 », « Crisis and Continuity ») renouent avec la chronologie pour s’intéresser à l’activité édilitaire des Flaviens aux Sévères, avec un élargissement vers le reste du iiie s. (p. 72-102). « Rus in urbe : a garden city » s’intéresse à la ceinture verte de Rome et à des constructions, comme les portiques (p. 102-113). Les chapitres « Administration, infrastructure, and disposal of the dead » (p. 114-121) et « Mapping, zoning, and sequestration » (p. 122-131) abordent la rationalisation de la gestion d’une ville millionnaire à l’époque impériale. Le quatorzième chapitre (« Tetrarchic and constantinian Rome », p. 132-141) traite aussi de la réception de cette période charnière à travers la maquette de la Rome constantinienne réalisée par I. Gismondi dans les années 1930.

4Le travail posthume de S. Kostof débute par deux chapitres sur la christianisation de l’Vrbs Trophies and tituli : christian infrastructure before Constantine » et « Walls make christians : from fourth to fifth century », p. 142-159). Les chapitres suivants oscillent entre l’époque tardive et le Moyen Âge, en s’intéressant au processus de « médiévalisation » de Rome (« A tale of two Romes », p. 160-169) et à l’évolution chronologique (« The Rome of Goths and Byzantines » et « Christian foundations » p. 170-187), tout en insistant sur les mutations du paysage urbain antique à l’époque médiévale (« From domus Laterani to romanum palatium », « The leonine city : St. Peter’s and the Borgo », « Via papalis, the christian decumanus » et « The urban theaters of imperium and SPQR » p. 188-221). Puis l’intérêt se porte sur la vie quotidienne à travers l’habitat et la réutilisation des édifices antiques, voire leur fortification et leur occupation par des grandes familles (« Housing daily life » et « Chaos in the fortified city », p. 222-240).

5Dans le vingt-sixième chapitre, R. Taylor étudie le caractère essentiel du Tibre, de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine (« The Tiber river », p. 241-250), puis on retrouve des chapitres chronologiques (« Humanist Rome, absolutist Rome (1420-1527) » et « Planning counter reformation Rome », p. 251-270). La mise en scène des festivités et des processions dans l’espace urbain est étudiée (« Processions and populations » p. 271-280), avant de voir les évolutions du paysage à travers l’étude des monuments emblématiques et des courants artistiques (« Magnificent palaces and rhetorical churches », « Neoclassical Rome » et « Picturing Rome », p. 281-312). Le propos redevient chronologique dans les chapitres « Revolution and Risorgimento » et « Italian nationalism and romanità » (p. 313-335). Enfin le dernier chapitre « A city turned inside out » (p. 336-347) a pour cadre une vaste période allant de l’époque fasciste à 2016.

6Pour conclure, cette synthèse constitue une première approche plaisante et richement illustrée (228 illustrations en noir et blanc). Les nombreuses cartes et plans originaux ou repris d’autres ouvrages sont particulièrement utiles. Toutefois on peut regretter l’absence de grandes cartes à différentes périodes. Tout est mis en œuvre pour simplifier le propos. Par commodité chaque chapitre est assorti par exemple d’une bibliographie sélective. Cependant la simplification trouve parfois ses limites. Ainsi les sources littéraires sont certes données en traduction (conformément à l’optique d’un manuel), mais les références précises sont absentes. Il y a juste le nom de l’auteur (p. 53), voire de l’ouvrage (p. 113), ce qui complique la tâche du lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Landrea, « Rabun Taylor, Katherine W. Rinne et S. Kostof, Rome. An Urban History from Antiquity to the Present »Anabases, 30 | 2019, 255-256.

Référence électronique

Cyrielle Landrea, « Rabun Taylor, Katherine W. Rinne et S. Kostof, Rome. An Urban History from Antiquity to the Present »Anabases [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 21 octobre 2019, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10265 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10265

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search