Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31L’atelier de l’histoire : les cha...Droit et réception de l'Antiquité...Lettre ouverte aux juristes désir...

L’atelier de l’histoire : les chantiers historiographiques
Droit et réception de l'Antiquité (n° 7)

Lettre ouverte aux juristes désirant étudier la causalité et la responsabilité dans l’Antiquité grecque. Autour du dossier « Aitia, causalité juridique, causalité philosophique »

Marielle de Béchillon
p. 205-209

Texte intégral

  • 1 Ce dossier contient certaines des contributions du colloque du même nom qui s’est déroulé les 7-8 (...)
  • 2 Loc. cit.

1Le dossier intitulé Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, paru dans la revue Mètis en 20151 « constitue une étape d’un plus ample projet concernant la naissance de la notion de causalité dans le monde antique, abordé selon différents contextes2 ». Il renferme sept articles de spécialistes italiens et français qui l’ont étudiée à partir de textes allant de l’épopée homérique jusqu’à la période hellénistique et romaine.

  • 3 C. Natali, « Quelques considérations finales », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causal (...)

2D’emblée, la question de la polysémie des termes aitia et aitios durant l’antiquité se pose. D’Homère jusqu’au ve siècle av. J.-C., aitios désigne « aussi bien celui qui est physiquement à l’origine de l’action que celui qui, dans un sens plus restreint, en est le responsable ». Ultérieurement, « l’idée principale liée à aitia semble être plutôt celle d’explication. Une aitia est ce qui explique pourquoi on intente un procès ou pourquoi un accusé a agi d’une certaine manière. Ainsi elle peut être évoquée autant par l’accusation que par la défense3. »

3Nul doute, le dossier offre de la matière. Trop pour en faire le tour en quelques pages. Limitons notre attention au thème de la causalité et de la responsabilité. L’enjeu est majeur. Il est question, au fond, du rapport de l’homme à ses actes, de la conscience qu’il a de son implication dans le monde qui l’entoure et du point de savoir dans quelle mesure il doit supporter les conséquences de ce qu’il fait, en tout ou en partie. Rien de moins !

4En juriste pénaliste du xxie siècle, nous avons cherché, dans tous ces articles, à identifier la causalité à la mode grecque et les grandes lignes de l’avènement de la responsabilité. Nous sommes allée de surprises en révélations, bien au-delà de nos espérances. Ce sont les clés pour accéder à l’univers mental des Hellènes que ces différents auteurs proposent, chacun à sa manière. Accéder, ou plus précisément trouver un moyen scientifiquement sûr d’y accéder… Gardons-nous de toute forme d’hubris ! Des clés que le juriste soucieux de comprendre, un peu, l’âme grecque devraient toujours avoir sur lui. Trois pour être précise.

5La première ouvre le passage : il faut étudier la causalité et la responsabilité dans la langue grecque, investir les mots, lire et relire les textes. Aitia, mais aussi les mots qui gravitent dans son orbe (aitios, panaitios, par exemple), ou ceux qui précisent les conditions de la responsabilité comme pronoia, hekousios, akousios.

6La deuxième indique l’itinéraire à suivre. Le corpus couvre l’ensemble du patrimoine littéraire des Grecs, dans les registres les plus variés : ceux de l’épopée, de la tragédie, ou encore de la philosophie.

7La troisième permet de dégager la vue. Elle éloigne le risque d’anachronisme dans l’emploi de nos catégories juridiques, souvent héritées du droit romain, lorsqu’il s’agit de transposer les mots grecs dans une autre langue. L’espace mental des Grecs se dévoile par là. Au pied de la langue, on entrevoit mieux les sédiments de leur pensée, on met au jour leur univers conceptuel et les catégories qu’ils ont élaborées pas à pas. Autrement dit, on jette une meilleure lumière sur ce qui forme la ou les conceptions grecques de la causalité et de la responsabilité. Suivant cet itinéraire tracé pour un juriste gâté, partons à la découverte des catégories grecques perdues.

Itinéraire pour un juriste gâté

8Faisons simple : lorsqu’il aborde la causalité et la responsabilité juridiques, le juriste manie des sources juridiques : les textes d’abord (Constitution, lois, etc.), la jurisprudence ensuite. La littérature est bannie comme incongrue. Rien de tel dans l’univers grec, peuplé d’hommes et de dieux, comme le montre très bien le dossier Aitia.

Causalité et responsabilité dans la littérature

  • 4 C. Darbo-peschanski, C. Viano, « Introduction », p. 7.

9Au détour d’une phrase, Catherine Darbo Peschanski et Cristina Viano font une remarque essentielle : « Deux domaines ont été particulièrement retenus ici : d’un part celui des choses de la justice, les dikaia, qu’on ne saurait appeler sans réserve droit, et d’autre part celui de la philosophie4. » On parle par commodité du droit dans l’Antiquité, et l’on fait de même pour les Grecs. C’est souvent plus par convention de langage que par conviction. Ici, l’appellation est nuisible et stérilise la recherche. Rappelons qu’il n’y a pas de juristes professionnels chez les Grecs. Certes, ils ont posé des règles, nommées thesmoi puis nomoi, dont au demeurant très peu nous sont parvenues. Ils ont créé des juridictions pour trancher les différends. L’Aréopage est resté célèbre. Mais rien ne nous autorise à pousser plus en avant la comparaison. Les dikaia sont un produit grec, le droit un label transposé.

  • 5 L. Pepe, « Some remarks on homicide and criminal responsability in ancient Greece », Mètis, Dossi (...)
  • 6 C. Darbo-Peschanski, « De l’aitios juridique à l’aitia Platonicienne. Quelques sug­gestions », (...)
  • 7 C. viano, « Causalité et responsabilité chez Lysias et Aristote », Mètis, Dossier Aitia, causalit (...)

10Nos auteurs ne se sont pas arrêtés à l’exploitation des textes normatifs comme la loi de Dracon. Ils ont repéré les termes du champ lexical d’aitia dans des registres littéraires disparates et sur une longue période, et puisé dans l’ensemble du patrimoine littéraire grec. Laura Pepe s’est intéressée à la poésie homérique, puis à la loi de Dracon5. Catherine Darbo-Peschanski a introduit l’épopée et la tragédie entre des inscriptions de toutes périodes et certains aspects de la cause platonicienne6. Cristina Viano a choisi de rapprocher les plaidoyers de Lysias des travaux d’Aristote sur la théorie de l’action et celle de l’action responsable7.

Des corpus littéraires vertueux

11Que nous apprennent ces textes ? D’abord, l’ancienneté de la réflexion sur la causalité et la responsabilité. Très tôt, les Grecs se sont interrogés sur la possibilité pour l’homme d’être la cause de ce qui lui arrive dans un monde où les dieux ne sont jamais très loin ni très neutres. C’est dans l’épopée, avec l’Iliade, que l’on peut trouver les premiers exemples, puis dans la loi de Dracon, enfin dans la tragédie et chez les philosophes. C’est dire la prégnance et la constance d’une telle réflexion.

  • 8 Ibid., p. 84 et 85.

12Au fil des textes on prend la mesure de l’évolution du mot aitia et du vocabulaire qui en découle. Catherine Darbo-Peschanski l’a fort bien mis en évidence. Partant de l’idée que l’adjectif aitios « est le premier né dans l’orbe de l’aisa (la part, le lot) », l’auteur note que, plus tard, la tragédie fut la première à utiliser des formes préfixées d’aitios et d’aitia « en envisageant divers types de participation conjointe des dieux et des hommes dans les grands désastres ». On peut enfin suivre le cheminement d’une pensée d’un auteur à un autre. Cristina Viano a étudié l’influence de Lysias sur Aristote. L’auteur note que : « Aristote ne nomme jamais Lysias » mais que « Lysias constitue un modèle privilégié, un chaînon, une étape fondamentale de la réflexion et de la constitution des principes éthiques et juridiques auxquels Aristote donnera une systématisation définitive dans son ouvrage d’éthique8 ».

À la recherche des catégories grecques perdues

13Par habitude, et peut-être confort, les mots grecs sont transposés dans nos catégories juridiques elles-mêmes élaborées à partir de mots latins. On traduit aitia par « imputation, cause », aitios par « auteur » ou « responsable ». De même pronoia est fréquemment rendu par « préméditation » et hekousios et akousios respectivement par « volontaire » et « involontaire ». Il faut prendre la mesure de l’anachronisme de ce procédé et identifier le sens des mots grecs dans le contexte de leur emploi, pour faire émerger la pensée des Grecs de manière plus authentique. On s’aperçoit là que les Grecs ne se sont pas contentés de réfléchir aux grands principes juridico-moraux : ils ont, eux aussi, déployé tout leur talent dans des domaines beaucoup plus techniques.

  • 9 L. Pepe, « Some remarks on homicide and criminal responsability in ancient Greece », p. 49.
  • 10 Ibid., p. 50.

14Pour déciller, considérons l’exemple proposé par L. Pepe. Il concerne un célèbre passage de l’Iliade qui figure « la source principale pour connaître le traitement de l’homicide dans le poème9 » : Patrocle a tué le fils d’Amphidamas οκ θέλων, « ne le voulant pas ». L. Pepe relie οκ θέλων au participe qui suit, χολωθείς, « en colère ». Selon elle, Patrocle a commis un homicide non intentionnel parce qu’il a agi sous le coup de la colère. Telle ne serait pas la qualification retenue de nos jours : une action commise dans un état de colère est bel et bien intentionnelle. Tout au plus dirions-nous qu’elle n’est pas préméditée10.

15Il faut nous détacher des catégories contemporaines. Ce faisant, on a le champ libre pour penser celles des Grecs. Prenons quelques exemples tirés du traitement des crimes de sang.

  • 11 C. viano, « Causalité et responsabilité chez Lysias et Aristote », p. 73.

16- Considérons d’abord le mot aitia, la causalité. Les Grecs ont envisagé deux sortes de causalité. Une causalité purement mécanique d’abord  celle qui suppose simplement un lien de cause à effet entre un acte accompli par un homme et une conséquence. Une causalité plus subjective, ensuite, qui exige de s’interroger sur l’état d’esprit de l’homme qui agit. Chez Lysias, on trouve l’idée selon laquelle « la loi ne punit pas l’acte mais l’intention et la préméditation. L’intention exprime l’état psychologique qui accompagne l’acte et qui le détermine en tant que crime11. »

17- Jetons aussi le regard du côté des modes de participation à l’acte injuste chez les Grecs. Les formes préfixées d’aitia utilisées par les Tragiques sont souvent traduites par le mot « complice ». Mais c’est assez abusif si l’on en juge à la lumière de la définition actuelle de la complicité posée par l’article L 121-7 du code pénal : « est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en facilite la préparation ou la consommation. Est également complice la personne qui par don, promesse, menace, ordre, abus d’autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des ordres pour la commettre ». L’acception contemporaine de la complicité suppose avant tout l’emploi de moyens pour aider ou convaincre l’auteur principal d’agir. Les Grecs ne semblent pas l’avoir pensé de la sorte. Reprenons les différents mots relevés par Catherine Darbo Peschanski : metaitios (qui contribue à, complice de), sunaitios (qui est cause de quelque chose avec un autre, complice), paraitios (qui est en partie cause ou auteur), panaitios (qui est la cause et le principe de tout). Nous partageons l’avis de Catherine Darbo Peschanski qui met ces termes en perspective avec la notion « d’acte reparti » dans le schéma iliadique. C’est dans cette direction qu’il faut enquêter pour comprendre comment les Grecs ont considéré et traité les différents participants à un acte injuste.

18- La préméditation, pronoia. C’est, pour finir, le mot grec qui nous intéresse. La consultation du dictionnaire Bailly renseigne sur ses différents sens et emplois. On y lit : 1) prévision, préscience, 2) action de pronostiquer, 3) prescience d’un oracle, d’où oracle, 4) acte réfléchi, ce qu’on fait par suite d’une décision arrêtée d’avance : ek pronoias en parlant de crimes préméditation, 5) Providence, hè theia pronoia ou hè Pronoia, la Providence divine, Athéna pronoia, Athéna providence, épiclèse d’Athéna à Delphes.

19Le mot pronoia est à la fois un nom commun et celui d’une divinité. Il présente, ce faisant, une proximité avec dikè, « justice », qui appartient à la langue commune et désigne aussi une des Hôrai, les filles de Thèmis et de Zeus : Dikè est sœur d’Eunomia et d’Eiréné. Pronoia et Dikè sont des concepts propres à la civilisation des Hellènes qui s’enracinent dans un passé fort lointain : celui des mythes et de la pensée religieuse. Avant d’entrer dans le langage courant, ces mots ont nommé des figures divines. Il y a là matière à enquêter sur les liens entre le monde des dieux et les dikaia, choses de la justice, des hommes, au travers des mots et des représentations qu’ils véhiculent.

20Les Grecs ont pensé la causalité et la responsabilité différemment de nous. Et ils l’ont fait sur la durée, avec une grande subtilité. Mais leur pensée ne nous est pas directement accessible, parce qu’elle est diffuse et dispersée dans des écrits de tous genres. Cela nous écarte beaucoup de ce que les Romains nous ont transmis, parce qu’ils avaient des juristes professionnels, et qu’ils rédigeaient des travaux de synthèse. Il est temps, pour nous juristes, d’investir ce patrimoine avec méthode. Il est temps de le déchiffrer et de mettre à jour la spécificité grecque.

Haut de page

Notes

1 Ce dossier contient certaines des contributions du colloque du même nom qui s’est déroulé les 7-8 décembre 2012 à Paris, à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il était organisé par le Centre Léon Robin (UMR 8061), dans le cadre du PICS France/Italie/Brésil Aitia/Aitiai. Dépendance causale, responsabilité et nécessité dans la pensée antique (2011-2013). Il participe d’un projet plus ample sur la notion de causalité dans le monde antique. Pour plus de précisions sur ce projet, voir : C. Darbo-Peschanski, C. Viano, « Introduction », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, N.S. 2015, p. 7.

2 Loc. cit.

3 C. Natali, « Quelques considérations finales », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, N.S. 2015, p. 101 et 103.

4 C. Darbo-peschanski, C. Viano, « Introduction », p. 7.

5 L. Pepe, « Some remarks on homicide and criminal responsability in ancient Greece », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, N.S. 2015, p. 45 et s.

6 C. Darbo-Peschanski, « De l’aitios juridique à l’aitia Platonicienne. Quelques sug­gestions », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, N.S. 2015, p. 23 et s.

7 C. viano, « Causalité et responsabilité chez Lysias et Aristote », Mètis, Dossier Aitia, causalité juridique, causalité philosophique, N.S. 2015, p. 69 et s.

8 Ibid., p. 84 et 85.

9 L. Pepe, « Some remarks on homicide and criminal responsability in ancient Greece », p. 49.

10 Ibid., p. 50.

11 C. viano, « Causalité et responsabilité chez Lysias et Aristote », p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marielle de Béchillon, « Lettre ouverte aux juristes désirant étudier la causalité et la responsabilité dans l’Antiquité grecque. Autour du dossier « Aitia, causalité juridique, causalité philosophique » »Anabases, 31 | 2020, 205-209.

Référence électronique

Marielle de Béchillon, « Lettre ouverte aux juristes désirant étudier la causalité et la responsabilité dans l’Antiquité grecque. Autour du dossier « Aitia, causalité juridique, causalité philosophique » »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10847

Haut de page

Auteur

Marielle de Béchillon

Maître de conférences de droit privé
Université de Pau
PH-ERASE (EA4 601)
Pavillon de la recherche
5, Allée Antonio Machado
31058, Toulouse Cedex 9
marielle.debechillon@neuf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search