Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusJohn Boardman, Julia Kagan et Cla...

Comptes rendus

John Boardman, Julia Kagan et Claudia Wagner, avec la contribution de Catherine Phillips, Natter’s Museum Britannicum: British gem collection and collectors of the mid-eighteenth century

Thibault Girard
p. 223-224
Référence(s) :

John Boardman, Julia Kagan et Claudia Wagner, avec la contribution de Catherine Phillips, Natter’s Museum Britannicum: British gem collection and collectors of the mid-eighteenth century, Oxford, Archaeopress, 2017, iv+304 p., £55 / ISBN 9781784917272.

Texte intégral

1J. Boardman, J. Kagan, C. Wagner et C. Philips, en collaboration avec la maison d’éditions Archaeopress et le musée de l’Ermitage, proposent ici un beau livre, très richement illustré de nombreuses photographies en couleurs. Glissé à l’inté­rieur d’une élégante jaquette, l’ouvrage relié est agréable à lire, dans un style simple et fluide, comme les auteurs nous y ont habitués. Sauf exception, les illustrations sont de bonne qualité et de taille respec­table, dans une mise en page soignée bien qu’aléatoire par endroits (décalage entre le commentaire sur une page et les images sur l’autre ; juxtaposition des images parfois collées les unes aux autres, parfois non ; manque d’uniformité éditoriale). Mises à part ces quelques broutilles, c’est un bel objet qui honore la mémoire d’O. Neverov, à qui il est dédié.

2Onze chapitres organisés en deux parties sont nécessaires pour décortiquer le magnum opus de Lorenz Natter, mira­culeusement retrouvé dans les archives du musée de l’Ermitage dans les années 1970. La première partie retrace la biographie de Lorenz Natter, graveur, collectionneur de gemmes et d’intailles, fin historien de l’art, avec une attention particulière sur son parcours en Grande-Bretagne et en Russie (chapitres II, III et IV). La destinée de son manuscrit est mise en lumière dans les chapitres I, V et VI. En une trentaine de pages, tout est dit. Une bibliographie (p. 33-39) vient clore cette courte première partie, qui replace Lorenz Natter comme l’un des piliers des études sur la glyptique antique du xviiie siècle.

3Avec la seconde partie, on entre dans le vif du sujet. Pas moins de 250 pages la constituent (p. 40-294). Les auteurs ont décortiqué les manuscrits de Lorenz Natter pour identifier l’original de chaque dessin (chapitre VII). La description de Lorenz Natter (en ancien français) – lorsqu’elle existe – a été replacée en vis-à-vis du commentaire moderne (en anglais), suivi d’une bibliographie succincte, qui est réduite dans la plupart des cas à la référence fondamentale et au numéro d’inventaire. En tout, plus de 530 notices ont été établies. Ce travail est agrémenté de reproductions de pages entières d’index établis par Lorenz Natter lui-même (chapitre X) et une cinquantaine de planches de dessins à partir desquelles on peut juger de son extraordinaire talent de dessinateur (chapitre XI). Le volume se conclut par une série d’index et quelques références bibliographiques abrégées propres au catalogue.

4Outre le catalogue qui, en soi, ne laisse guère de place à une critique autre que formelle, ce sont les chapitres VIII et IX sur l’histoire des collections et des collectionneurs anglais qui ancrent le manuscrit dans son contexte. Après les gemmes du catalogue, ce sont donc les collectionneurs qui sont présentés dans le chapitre VIII. Pour chacun, une courte biographie est proposée, toujours en lien avec leurs goûts en matière d’antiques et le catalogue de Lorenz Natter. L’accent est aussi porté sur la propre collection de Lorenz Natter (chap. IX) : 137 pierres, datant du iie s. av. J.-C au xviie s., mêlées au catalogue, dont 49 ont aujourd’hui disparu. Riche, non par la quantité mais par la diversité et la qualité des gravures, sa collection est le reflet de sa passion pour la glyptique tant comme artisan-graveur que comme amateur éclairé, et les descriptions qu’il donne de chaque pierre, l’expression vivante de cette passion. On explore là la sensibilité du collectionneur. Grâce à ces deux chapitres qu’il convient de relier à la première partie, le catalogue – à première vue un peu aride – prend une véritable dimension historiographique ainsi qu’une teinte biographique insoupçonnée. In fine, l’ouvrage offre une large vue sur la réception de l’Antiquité en Angleterre au xviiie siècle par le truchement de la personnalité de Lorenz Natter.

5À ces qualités indéniables, quelques regrets tout au plus peuvent être formulés. En premier lieu, si l’on constate que Lorenz Natter avait bien compris que le sens de lecture des intailles est celui du moulage, on aurait souhaité que les moulages des intailles photographiées soient reproduits. Les dessins de Lorenz Natter, même si exécutés avec finesse et habileté, ne sont pas aussi fidèles qu’une photographie. De surcroît l’image en creux ne permet pas toujours de distinguer tous les détails. Le fastidieux travail d’identification des gemmes aurait mérité cet effort supplémentaire. La dimension des dessins – au minimum – aurait également été un plus. En second lieu, on aurait attendu, pour chaque entrée, une bibliographie plus complète que celle proposée. Chaque œuvre, depuis Lorenz Natter jusqu’à nos jours, aurait bénéficié de cette mise en perspective tant scientifique qu’historiographique. Pour ne prendre que les pierres figurant Diomède et le rapt du Palladion (cat. nos 236, 251 et 481), n’aurait-il pas été utile aux lecteurs de renvoyer à l’ouvrage de J.-M. Moret (Les pierres gravées représentant le rapt du Palladion) paru en 1997 ? Le commentaire complet et la bibliographie exhaustive proposés par J.-M. Moret pour la pierre du château d’Alnwick en particulier (cat no 251 de Natter ; cat. no 223 de Moret) auraient ouvert une porte sur l’iconographie du thème. Les références fondamentales – certes – mais anciennes à J. Tassie ou à L. de Gravelle sont plus hermétiques ; l’article d’O. Neverov et J. Kagan peut-être plus anecdotique que la monographie de Moret. La remarque est valable également pour les gemmes figurant Sérapis : la thèse de R. Veymiers est désormais incontournable…

6Tout cela n’enlève rien à ce beau livre. C’est une publication de premier ordre qui s’inscrit dans le sillage des travaux édités (papier et online) par le Classical Art Research Center de l’Université d’Oxford, à la croisée des chemins entre l’histoire de l’art antique, post-antique et la réception de ces images à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Girard, « John Boardman, Julia Kagan et Claudia Wagner, avec la contribution de Catherine Phillips, Natter’s Museum Britannicum: British gem collection and collectors of the mid-eighteenth century  »Anabases, 31 | 2020, 223-224.

Référence électronique

Thibault Girard, « John Boardman, Julia Kagan et Claudia Wagner, avec la contribution de Catherine Phillips, Natter’s Museum Britannicum: British gem collection and collectors of the mid-eighteenth century  »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10857

Haut de page

Auteur

Thibault Girard

École normale supérieure de Lyon
thibault.girard@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search