Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusMaurizio Campanelli et Frances Mu...

Comptes rendus

Maurizio Campanelli et Frances Muecke (éds.), The Invention of Rome: Biondo Flavio’s Roma Triumphans and Its Worlds

Cyrielle Landrea
p. 228-229
Référence(s) :

Maurizio Campanelli et Frances Muecke (éds.), The Invention of Rome: Biondo Flavio’s Roma Triumphans and Its Worlds, Genève, Librairie Droz, 2017, 292 p., 48 CHF / ISBN 9782600047890.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication des actes d’une rencontre scientifique ayant eu lieu à la British School de Rome en 2014. Son but est de réévaluer la nature, le contenu, les idées principales et la réception de la Roma triumphans de Flavio Biondo (1392-1463), le dernier ouvrage majeur de l’humaniste italien, écrit en 1459, et considéré comme une œuvre essentielle de l’humanisme et comme le fondement de l’antiquarisme. La brève introduction (p. 9-15) rappelle l’importance de l’œuvre, tout en soulignant sa postérité actuelle limitée. L’ouvrage souhaite à la fois comprendre la réception de la Rome antique au xve s., tout en améliorant la connaissance du contexte d’écriture.

2Le livre est divisé en trois parties : « Context, Genre, and Purpose » (p. 19-73), « Mores et instituta » (p. 77-195) et « Reception » (p. 199-273). La première partie s’intéresse plus spécifiquement à la contextualisation de la rédaction de l’ouvrage, en le replaçant dans son contexte culturel, historique, littéraire et politico-religieux. L’article d’A. Raffarin a déjà été publié et a subi de légères modifications (« La célébration des triomphes de Rome par Flavio Biondo dans la Roma instaurata et la Roma triumphans »). Les références à l’Antiquité doivent servir le projet de réinstauration de la primauté romaine et de restitution de l’« aura antique » (p. 20). Biondo a en effet été secrétaire à la curie pontificale (1435-1460) ; de fait il montre le triomphe d’une Rome chrétienne restaurée par l’autorité papale et s’inscrit dans l’ancienne tradition des éloges des cités. Puis F. Muecke s’interroge sur la complexité de l’ouvrage et sa catégorisation, car il est difficile de déterminer s’il s’agit d’une laus Romae, une histoire ou une œuvre antiquaire (« The Genre(s) and the Making of Roma triumphans »). Plus qu’une compilation, c’est une immersion dans la culture romaine à l’époque humaniste. La conclusion de l’ouvrage établit un lien entre la République romaine et la Rome chrétienne. A. Mazzocco propose de revenir sur ce passage très étudié et sur la comparaison en la replaçant dans le contexte d’écriture, y compris géopolitique avec la menace turque (« The Rapport between the Respublica Romana and the Respublica Christiana in Biondo Flavio’s Roma triumphans »).

3La deuxième partie « Mores et instituta » est plus conséquente avec six contributions qui explorent les principales thématiques de la Roma triumphans : la religion, la politique, l’armée, l’espace public, les monuments de la Ville éternelle... La première contribution, « Gentiles nostri : Roman Religion and Roman Identity in Biondo Flavio’s Roma triumphans », a déjà été publiée. Les deux premiers livres consacrés à la religion romaine ont peu suscité l’intérêt. F. Muecke en propose une relecture passant par les sources utilisées par Biondo, notamment Eusèbe de Césarée, avant de s’intéresser aux similitudes entre cultes païens et chrétiens grâce à la survivance de certains aspects ou pratiques. Ensuite J. Hankins s’intéresse à la teneur de la res publica pour Biondo, en la replaçant dans la conception de la constitution mixte romaine (« Biondo Flavio on the Roman Republic »). Selon Biondo, la puissance romaine ne relevait pas de son système politique ou de la liberté, mais du respect d’un certain nombre de vertus. La littérature antique est au cœur de l’article de G. Marcellino (« Un excursus umanistico sulle letterature dell’antichità : Biondo Flavio e i classici (Roma triumphans IV, pp. 96-100) ». Biondo a utilisé de nombreuses sources dans un contexte de redécouverte humaniste d’une Rome antique valorisée. Puis les aspects militaires sont abordés par I. G. Mastrorosa Roman Military Discipline in Biondo Flavio’s Roma triumphans : Punishments and Rewards »). Elle montre le cheminement intellectuel de l’auteur utilisant les sources antiques pour donner des exemples précis. Pour Biondo la discipline est un point central du système militaire romain et a grandement contribué aux victoires. M. Campanelli analyse ensuite une controverse opposant Biondo et Francesco Barbaro sur fond de vestiges antiques à Rome (« Il libro IX della Roma triumphans : una querelle umanistica degli antichi e dei moderni »). Cela révèle l’écart entre les attitudes humanistes et médiévales face à cette monumentalité antique. Selon Biondo, l’architecture antique représente une forme de perfection quasiment inatteignable à son époque. Ces réflexions doivent être replacées dans celles du Quattrocento, notamment avec l’œuvre de Léon Battista Alberti (De re aedificatoria). L’architecture est aussi au cœur de l’article suivant. P. Fane-Saunders montre que Biondo reprend trois catégories antiques : la domus, le rogus (le bûcher funéraire des empereurs permettant de parler des funérailles impériales) et la villa Pyres, Villas, and Mansions: Architectural Fragments in Biondo Flavio’s Roma triumphans »).

4Enfin la dernière partie s’intéresse à la réception de la Roma triumphans grâce à quatre contributions. D’abord les manuscrits conservés sont étudiés par M. A. Pincelli (« “Librariis certatim transcribere contendentibus” : la tradizione manoscritta e la prima ricezione della Roma triumphans di Biondo Flavio »). Quelques pages sont même reproduites (p. 209-212). P. Gwynne revient ensuite sur la volonté de Biondo d’appeler à une nouvelle croisade et la comparaison avec un « triomphe romain » en 1472 et la figure de Jules II présenté comme un triomphateur (« Triumphs and Triumphators in the Wake of the Roma triumphans »). La postérité est également étudiée à travers l’exemple d’A. Fulvio (Antiquitates urbis, 1527) par A. Raffarin (« Fulvio lecteur de Biondo : questions religieuses dans la Roma triumphans et les Antiquitates urbis »). Même si de prime abord l’ouvrage est consacré à la topographie de l’Vrbs, il a pu s’inspirer de Biondo dans plusieurs domaines comme la religion. L’article insiste aussi sur les sources antiques mobilisées. Enfin W. Stenhouse s’intéresse à la réception de la Roma triumphans au xvie s. (« Flavio Biondo and Later Renaissance Antiquarianism »). Même si la dernière édition latine a été imprimée en 1559, les antiquaires continuèrent à la lire et à la citer.

5Pour conclure, l’approche diachronique incluant l’analyse de l’antiquité romaine, le contexte d’écriture de la Roma triumphans et sa postérité permet d’offrir aux lecteurs, à travers des études de cas précises, un panorama important du dernier ouvrage de Flavio Biondo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Landrea, « Maurizio Campanelli et Frances Muecke (éds.), The Invention of Rome: Biondo Flavio’s Roma Triumphans and Its Worlds »Anabases, 31 | 2020, 228-229.

Référence électronique

Cyrielle Landrea, « Maurizio Campanelli et Frances Muecke (éds.), The Invention of Rome: Biondo Flavio’s Roma Triumphans and Its Worlds »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10903

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search