Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusJean-Noël Castorio, Rome réinvent...

Comptes rendus

Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini

Philippe Foro
p. 230-231
Référence(s) :

Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini, Paris, Vendémiaire, 2019, 439 p., 24 € / ISBN 9782363583284.

Texte intégral

1Maître de conférences en histoire antique à l’université du Havre, remarqué pour ses biographies de Caligula et Messaline au cours desquelles il s’intéressait déjà à la réception de la mémoire de ces deux personnages, Jean-Noël Castorio nous propose un ouvrage qui s’inscrit pleinement dans les thématiques chères à la revue Anabases. De l’époque du Titien à la filmographie de Federico Fellini, l’auteur propose onze contributions qui s’organisent à la fois avec une présentation du dossier antique et une analyse de la réception dont le sujet a bénéficié. Du viol de Lucrèce par Sextus Tarquin à la fin du monde romain, en passant par la révolte des mercenaires de Carthage, Spartacus, l’assassinat de César, les proscriptions des guerres civiles, les larmes d’Hadrien, Héliogabale et la Rome antique de Fellini, Jean-Noël Castorio nous emmène dans un voyage culturel extrêmement divers, au contact d’œuvres majeures que sont Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain de Gibbon, le tableau Les Romains de la décadence de Thomas Couture, Salammbô de Flaubert, les tragédies de Shakespeare Le jeune roi et Titus Andronicus, Les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, le film de Fellini Satyricon. Le livre est conçu comme un ensemble d’études indépendantes qui peuvent être lues au gré des envies du lecteur et l’auteur du présent compte-rendu a abordé le livre par « La Rome antique de Fellini » et « La fin d’un monde ». Dans chaque contribution, Jean-Noël Castorio présente l’état des connaissances afin d’éclairer le sujet antique. Ainsi, pour le Satyricon de Fellini projeté sur les écrans en 1969, si l’auteur ne tranche pas sur la période néronienne, flavienne et du début du iie siècle de la rédaction, il présente le contenu des extraits conservés de l’œuvre et décortique la manière dont Fellini en a tiré son film avec pour principe que « le monde antique n’a jamais existé, nous l’avons rêvé », renouant avec des pratiques du néo-réalisme italien en prenant ses acteurs parmi des « gens de la rue » tel Mario Romagnoli, patron d’une trattoria romaine et qui incarne Trimalcion ou des acteurs sans passé notable à l’image de l’Américain Hiram Keller dont le « principal fait d’armes était d’avoir participé au chœur des hippies dans la comédie musicale Hair » (une exception notable cependant avec la participation d’Alain Cuny). De même dans la contribution intitulée « Les larmes d’Hadrien » et consacrée à la relation amoureuse entre l’empereur Hadrien et Antinoüs, Jean-Noël Castorio analyse la genèse des Mémoires d’Hadrien, ouvrage que Marguerite Yourcenar publie en 1951 et présente les diverses sources antiques qui nous permettent de connaître cette idylle qui fit d’Antinoüs, à la suite de sa noyade accidentelle dans le Nil, un dieu. Mais il présente également les prises de position des sources antiques du sévère Dion Cassius aux auteurs chrétiens tels Symmaque, Tertullien, Clément d’Alexandrie, Aurelius Victor. « Si certains apologistes chrétiens regardaient donc Antinoüs comme une victime de la lubricité d’Hadrien, tandis que d’autres le jugeaient coupable d’en avoir été le complice actif, ils étaient en revanche unanimes à considérer sa divinisation comme l’un des meilleurs témoignages de la perversion du paganisme » (p. 272). Dernier exemple, « Le règne scandaleux du Roi-Soleil » c’est-à-dire la figure de l’empereur Héliogabale (218-222). Ce règne jugé hautement sulfureux a inspiré le tableau de Lawrence Alma-Tadema, présenté à la Royal Academy of Arts de Londres en 1888. Jean-Noël Castorio offre une analyse précise du contexte et de l’œuvre elle-même, puis présente l’image d’Héliogabale dans les écrits des historiens antiques qui « apportent une réponse unanime et sans nuance : il fut un monstre comme les Romains, pourtant prompts à remettre leur destin entre les mains de tyrans sanguinaires, n’en avaient jamais connu » (p. 337).

2Riche en références littéraires et artis­tiques, le livre de Jean-Noël Castorio participe pleinement à l’approfondissement de la question de la réception et de la construction des perceptions de l’Antiquité qui a trouvé désormais sa place dans le paysage historiographique de la période ancienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini  »Anabases, 31 | 2020, 230-231.

Référence électronique

Philippe Foro, « Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini  »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10917

Haut de page

Auteur

Philippe Foro

Université de Toulouse - Jean Jaurès
philippe.foro@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search