Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusAntonio Gonzales et Maria Teresa ...

Comptes rendus

Antonio Gonzales et Maria Teresa Schettino (dir.), Les sons du pouvoir des autres. Actes du troisième colloque SoPHiA, 27-28 mars 2014

Clément Bur
p. 238-240
Référence(s) :

Antonio Gonzales et Maria Teresa Schettino (dir.), Les sons du pouvoir des autres. Actes du troisième colloque SoPHiA, 27-28 mars 2014, Strasbourg, Institut des sciences et techniques de lAntiquité (ISTA), 2017, 146 p., 19 € / ISBN 9782848676005.

Texte intégral

1L’ouvrage constitue la publication des actes du troisième colloque SoPHiA tenu à Strasbourg en 2014. Le titre manifeste ainsi la volonté de poursuivre la réflexion engagée quelques années plus tôt lors du colloque de Besançon, publié depuis (M. T. Schettino et S. Pittia [dir.], Les sons du pouvoir dans les mondes anciens, Besançon, 2012). En préambule, A. Gonzales et M. T. Schettino expliquent ce qu’il faut entendre par « autres » : « les groupes d’individus organisés ou non, qui étaient étrangers au monde gréco-romain ou qui […] ont perturbé le bon fonctionnement des institutions » (p. 9). Ils défendent cependant un travail historique et non anthropologique, s’appuyant sur les sources classiques et ayant toujours en ligne de mire la culture gréco-romaine et le rapport entre pouvoir et bruits. Cette lecture « croisée » plutôt que « comparée » (p. 10) était inévitable en raison du faible nombre de contributions. Ainsi, les huit articles, écrits à parité en italien et en français, suivis chacun par une bibliographie, sont organisés en trois parties : I. Les dissonances populaires ; II. Bruits et représentations sonores du palais ; III. Clameurs aristocratiques et guerrières.

2Tout d’abord, J. Thornton montre que Polybe et Cicéron insistaient de manière caricaturale sur le vacarme des assemblées grecques et romaines et l’attribuaient à leur composition ethnique et sociale. Derrière cette clameur, ou même le silence imposé par la force, c’était l’incompétence des masses, leur irrationalité et les pressions qu’elles exerçaient que dénonçaient Cicéron et Polybe qui critiquaient la démocratie et les démagogues. Mais lorsque les cris ou leur absence étaient recherchés comme signe de respect ou d’approbation, la foule était désignée cette fois comme populus. L’interprétation des bruits de l’assemblée était donc un enjeu des débats politiques. A. Galimberti contextualise ensuite les complots contre Commode rapportés par Hérodien. Il s’intéresse au jeu entre le silence, des conjurés mais aussi de l’empereur lorsqu’il faisait disparaître ces derniers, et le tumulte et parfois même la théâtralité de l’attentat et de sa répression qui recherchaient l’un comme l’autre l’assentiment du peuple-témoin. A. Jacquemin nous fait ensuite visiter le sanctuaire de Delphes en relevant les bruits qui en troublaient la quiétude. Le paysage sonore était marqué par les cris des animaux qui vivaient là ou qui y étaient sacrifiés, mais aussi, selon l’heure, par les discours des guides pour ceux qu’on n’appelait pas encore « touristes », les conversations liées aux banquets et aux activités politiques (le Conseil et le synedrion étaient situés dans le sanctuaire), et les bruits des athlètes qui s’entraînaient. Même en dehors des concours, le sanctuaire était un lieu plein de vie dans lequel le calme était parfois dur à trouver.

3Dans la seconde partie, C. Mora tente de retrouver les intrigues et l’ambiance feutrée des palais du Proche-Orient à partir des serments, des édits et des correspondances puis L. Troiani se penche sur le monde hébraïque d’époque gréco-romaine, dans lequel les manifestations sonores servaient à rassurer ou à signifier l’éloignement et la stabilité du pouvoir, voire, pour les gouvernés, à inciter à la médiation.

4G. Traina inaugure la troisième partie par une étude des tambours parthes qui sonnent le glas de Crassus à la bataille de Carrhes. Ces instruments, qui s’opposent aux tuba romains, seraient issus d’une tradition chamanique évoquant le diony­sisme. Dans son récit, Plutarque inverse les rôles, présentant les Romains comme désordonnés et terrorisés par l’harmonie des percussions barbares. B. Pichon prolonge l’enquête en passant en revue les discours, les cris, les rires et les larmes, puis la musique et le chant chez les Gaulois avant la conquête. Ces « sons », qui servaient surtout aux auteurs gréco-romains à dramatiser leur récit, n’étaient pourtant pas si exotiques, et, codifiés, ils servaient à accroître le prestige des chefs. Le volume s’achève avec l’étude d’U. Roberto sur les cris, chants et danses de guerre que les Germains exécutaient pour se donner du courage, garantir la discipline, et qui pouvaient apparaître comme un présage pour l’issue de la bataille. Les chefs de guerre montraient l’exemple et retiraient du prestige de leurs talents. Si ces pratiques étaient largement partagées dans le monde archaïque, elles étaient devenues inconnues des légions impériales et ne s’y diffusèrent que durant l’Antiquité tardive à la suite du recrutement de barbares. Le cantator byzantin tirerait ainsi son origine du maître de chœurs germain.

5On peut regretter deux absences : celle d’un index, et, celle d’une conclusion. Cela est d’autant plus dommageable que les termes du titre demeurent relativement flous à l’issue de la lecture du volume : le peuple entre-t-il vraiment dans la catégorie des « autres » ? Les calomnies, les délations ou même les discours sont-ils des « sons » ? Par ailleurs, étant le second volume con­sacré à la thématique, le caractère novateur se trouve logiquement affadi et on s’étonne d’autant plus du refus d’une majorité des contributeurs de recourir non seulement à l’anthropologie, mais aussi à l’histoire des perceptions, des techniques ou même des émotions. Tout cela débouche sur une histoire (trop) classique, certes intéressante, mais dans laquelle la dimension sonore apparaît comme un angle d’attaque parfois un peu artificiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bur, « Antonio Gonzales et Maria Teresa Schettino (dir.), Les sons du pouvoir des autres. Actes du troisième colloque SoPHiA, 27-28 mars 2014 »Anabases, 31 | 2020, 238-240.

Référence électronique

Clément Bur, « Antonio Gonzales et Maria Teresa Schettino (dir.), Les sons du pouvoir des autres. Actes du troisième colloque SoPHiA, 27-28 mars 2014 »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/10972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.10972

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search