Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusTanja Itgenshorst et Philippe Le ...

Comptes rendus

Tanja Itgenshorst et Philippe Le Doze (dir.), La norme sous la République et le Haut-Empire romains. Élaboration, diffusion et contournements

Clément Bur
p. 242-244
Référence(s) :

Tanja Itgenshorst et Philippe Le Doze (dir.), La norme sous la République et le Haut-Empire romains. Élaboration, diffusion et contournements, Bordeaux, Ausonius, 2017, 681 p., 30 € / ISBN 9782356131805.

Texte intégral

1Dès la première phrase de l’Avant-propos, T. Itgenshorst et P. Le Doze rappellent que la norme « recouvre des réalités complexes et se révèle être une notion plurielle » (p. 11). Ils donnent ainsi ce qui fut le ton du colloque international de 2014 dont est issu cet ouvrage : une (trop ?) grande ouverture thématique, dans un arc chronologique assez ample. Sont ainsi envisagés la nature des normes (avec le choix de ne pas se limiter au droit), leur application, leur élaboration, leur rôle dans la construction de l’individu et du groupe, et leur évolution.

2Un objectif important du colloque était de relancer le dialogue franco-allemand en histoire romaine autour de la normativité. Ce thème est effectivement d’autant plus pertinent qu’il est au cœur des deux traditions historiographiques depuis plus d’un siècle. Loin d’être épuisée, cette question connaît même un renouveau comme en témoigne la récente élection de D. Mantovani à la chaire « Droit, culture et société de la Rome antique » du Collège de France. Notons qu’une entrave bien connue à cette collaboration, et qui ne fait pas gloire à la France, transparaît dans cette publication : seuls deux collègues allemands sur sept écrivent dans leur langue. On peut toutefois espérer que cela contribuera à diffuser, notamment auprès des étudiants, les travaux de chercheurs outre-Rhin de premier plan.

3Une des forces de cet ouvrage est ainsi de proposer une solide introduction théorique composée de trois articles. Le premier de C. Lundgreen offre un salutaire effort de définition, rappelant que la norme est d’abord une construction sociale que l’on peut transgresser et qui est plus ou moins institutionnalisée. Il défend ainsi deux distinctions heuristiques entre règles et principes (en prenant l’exemple du droit au triomphe) et entre collision de normes et concurrences de normes. L’exploration d’H. Bruhns offre une réflexion sur un aspect de la pensée webérienne, souvent utilisée en histoire ancienne. En revanche, le comparatisme proposé par D. Engels, quoique fondé sur une idée stimulante, est décevant car il se limite à un survol peu étayé sinon par de longues citations. La conclusion de C. Badel fait pendant à cette réflexion liminaire et insiste à bon escient sur le mos maiorum que l’on rencontre dans la plupart des contributions et sur le choix du terme contournement plutôt que transgression.

4Il est bien entendu impossible de résumer la trentaine d’articles répartis dans les huit parties qui feront le bonheur de chaque spécialiste (introduction, naissances des normes, religions, rôle des institutions et des élites, rôle du peuple, l’armée, la diffusion, conclusion). Nous nous contenterons donc d’attirer l’attention sur quelques contributions qui ont suscité notre intérêt.

5J.-M. David aborde la construction de la norme par le biais des déclamations. Ces exercices de rhétorique permettaient de discuter dans un cadre privé de la conduite à adopter, notamment lors des guerres civiles, avant de se cantonner à une dimension esthétique sous l’Empire. F. Hurlet part d’un épisode méconnu du début du Principat d’Auguste : sa tentative de passer à trois consuls. Il démontre ainsi la force de la règle de la dualité au sommet de l’État et l’impossibilité d’imposer une nouvelle norme malgré des transgressions préalables nombreuses. C. Moatti offre un avant-goût de son livre paru depuis (Res publica : histoire romaine de la chose publique, Paris, 2018) en étudiant comment la défense de la res publica émergea comme principe avant de devenir une norme légale et favorisa ainsi la conceptualisation même de la chose publique.

6É. Deniaux s’empare de la question de la concurrence entre les normes en montrant que les jeux, que les édiles se devaient d’offrir au peuple, rendaient les règles de l’amitié plus puissantes que celles du bon gouvernement, à l’instar de Cicéron se résignant à demander à ses amis de Cibyra de capturer des panthères pour les chasses que son ami M. Caelius Rufus allait donner. E. Flaig examine également la tension entre l’habitus sénatorial de la conciliation et l’intransigeance liée aux ambitions personnelles à travers le cas paroxystique des tribuns de la plèbe qui avaient les moyens de bloquer la vie politique romaine. Son analyse du veto tribunicien de 186 contre un triomphe montre comment l’explicitation des normes de conduite de la classe dirigeante déboucha in fine sur des transgressions. Le cas examiné des normes vestimentaires par J. Meister est également éclairant : la toge fut peu à peu abandonnée dans le cadre privé mais se maintint dans l’espace public, devenant le costume exigé pour les cérémonies officielles sous l’Empire.

7L’article collectif sur la religion pose d’intéressantes questions, notamment sur la transmission des normes par une personne et non un texte. Cette « humanisation » de la norme lui offre une capacité d’adaptation qui est d’autant plus efficace qu’elle encadre la pratique rituelle. L’importance de la pratique et des stratégies transparaît aussi dans l’étude que R. Baudry consacre aux témoins lors de la rédaction des sénatus-consultes, dossier souvent négligé et qui offre pourtant d’intéressantes pistes de réflexion : le choix se faisait-il selon la dignitas ? la spécialisation ? ou résultait-il des négociations entre sénateurs ?

8La question du rôle du peuple dans l’élaboration de la norme est abordée dans deux articles. T. Lanfranchi le limite aux contiones qui servaient de test aux rogationes permettant de les amender. Selon lui, les assemblées ne gagneraient en importance que quand la compétition aristocratique se dérèglait et que le Sénat ne parlait plus d’une voix unie. Le recours au peuple comme ultime arbitre découlerait de sa souveraineté et permettrait de dépasser la querelle historiographique autour de la nature de la République romaine. Quant aux comices curiates, étudiés par F. Van Haeperen, ils préservaient la pax deorum et le nouvel équilibre social et politique en actant des changements dans les familles (adoption, testament) et dans les collèges de prêtres et de magistrats.

9L’étude de la diffusion des normes fait l’objet d’une approche originale quant aux sources retenues. A. Suspène rappelle ainsi combien les monnaies étaient le produit de normes techniques contraignantes, et néanmoins fluctuantes (sans compter les transgressions servant à se distinguer), au point d’être un élément constitutif de la romanité. De la sorte il souligne aussi leur importance pour exprimer la mémoire de la cité et ainsi en véhiculer le système de valeurs, en particulier l’éthique aristocratique. Enfin la monnaie servait à organiser la communauté puisque les censeurs classaient les citoyens selon des critères censitaires et que la solde versée solennellement aux soldats attestait leur qualité de citoyen. M. Corbier se penche ensuite les graffitis, écriture qu’elle qualifie de libre et néanmoins normée quant au support, au contenu (les devinettes pour trouver le nom de la femme aimée) et à l’emplacement (ne pas écrire sur un décor ou sur un précédent graffiti) comme en témoigne leur caractère répétitif. U. Walter, contre D. Mantovani, retourne à une vision de la loi comme simple instrument de communication politique en raison des difficultés à l’appliquer et de son caractère souvent temporaire. Il souligne à juste titre que toutes les grandes lois réorganisatrices furent votées dans des contextes de violence ou de pouvoir personnel.

10Malgré l’effort initial de définition, les contributions ont chacune adopté une interprétation extensive de la norme, entravant ainsi les tentatives de confrontation. L’absence du droit pénal et privé, qui est pourtant un champ d’études fécond, est également dommageable pour une réflexion qui se voulait la plus large possible. Le volume offre ainsi une série d’études juxtaposées débouchant sur une sorte de tour d’horizon de la question, malgré la qualité des contributions, tout particulièrement des introduction et conclusion dont la lecture est très stimulante.

11Pour finir saluons la présence de deux index (sources et noms) et d’une abondante bibliographie générale, faisant de ce riche recueil une lecture et un outil nécessaires à tout historien de la République romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bur, « Tanja Itgenshorst et Philippe Le Doze (dir.), La norme sous la République et le Haut-Empire romains. Élaboration, diffusion et contournements »Anabases, 31 | 2020, 242-244.

Référence électronique

Clément Bur, « Tanja Itgenshorst et Philippe Le Doze (dir.), La norme sous la République et le Haut-Empire romains. Élaboration, diffusion et contournements »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11008

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search