Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvie Rougier-Blanc (éd.), Athénée de Naucratis. Le banquet des savants, livre XIV : Spectacles, chansons, danses, musiques et desserts (texte, traduction et notes - études et travaux)

Arnaud Saura-Ziegelmeyer
p. 254-256
Référence(s) :

Sylvie Rougier-Blanc (éd.), Athénée de Naucratis. Le banquet des savants, livre XIV : Spectacles, chansons, danses, musiques et desserts (texte, traduction et notes - études et travaux), Bordeaux, Ausonius, 2018, 812 p. (2 vol.), 45 € / ISBN 9782356132369.

Texte intégral

1L’avant-propos du premier volume revient sur l’origine, le parcours du projet et le choix du livre XIV. Une notice présente les choix éditoriaux. Le texte grec est présenté dans une forme proche de sa version manuscrite, accompagné d’un apparat critique complet, tandis que la traduction propose une typographie ergonomique facilitant l’identification des citations et des différents niveaux de lecture. Le texte français est présenté au regard du contenu par un découpage moderne : Vin et folie ; Bouffons amateurs de plaisanteries ; Auloi et chansons ; Rhapsodes et artistes de banquet ou de scène ; la musique et son rôle ; Les danses ; Retour à la musique ; Les instruments de musique ; Les deuxièmes tables ; Catalogue des gâteaux ; Les fruits ; Viandes et volailles ; Les fromages ; Propose d’un cuisinier sur les mageiroi et sur le myma ; Recherche sur la mattyê. Les notes complémentaires sur la traduction sont renvoyées, lorsqu’elles sont denses, en fin de texte, occupant près de la moitié du volume (p. 217-387). Elles sont suivies d’une liste des auteurs cités par Athénée et d’un dossier iconographique sur les instruments de musique.

2Le second volume consacré aux études s’articule en trois parties : tout d’abord un important travail de Jean-Claude Carrière autour d’Athénée et de son œuvre. Un premier temps est consacré au portrait de l’auteur, à son origine, à sa formation et son fonctionnement vis-à-vis de ses contemporains. Les personnages du cercle de Larensios sont passés en revue, entre éléments d’historicité et constructions littéraires. Ce sont ensuite les indices de nature mémorielle ou historique qui sont jaugés avec prudence, en rappelant la fragilité de toute hypothèse construite à partir de ces éléments. Les mentions d’empereurs romains sont examinées avec attention tout comme les éléments faisant l’éloge de Rome, puis l’œuvre d’Athénée est contextualisée au regard des mouvements intellectuels, politiques et culturels qui ont cours dans l’empire aux iie et iiie siècles. Le positionnement d’Athénée vis-à-vis des auteurs anciens mais aussi de ses contemporains, jamais mentionnés explicitement, est également analysé afin d’éclairer son projet et son ton d’écriture. En dernier lieu, le parcours personnel d’Athénée et sa trajectoire depuis Naucratis et Alexandrie vers Rome sont envisagés, ainsi que l’image qu’il donne de ces trois cités. Deux appendices clôturent cette partie. Le premier liste les mentions de Séleucides dans l’œuvre. Le second évoque les problèmes de composition de l’ouvrage et questionne notamment les différents niveaux et temporalités de lecture possibles.

3La deuxième partie du tome 2 interroge la méthodologie athénéenne dans le livre XIV. Sylvie Rougier-Blanc compare l’usage d’Homère et des poètes archaïques (Archiloque, Alcée, Pindare, Alcman, Anacréon, Stésichore, Bacchyle, Solon, Hipponax, Simonide, Sappho, Hésiode) dans les citations d’Athénée. Malgré son statut, Homère subit les mêmes défor­mations et manipulations que les autres auteurs qui servent eux tantôt de caution chronologique, d’élément d'autorité ou de ressource lexicologique. Sa relecture par Athénée, qui pourrait sembler plus respectueuse, n’est pourtant pas dénuée d’ironie. Benoît Louyest analyse ensuite le choix formel d'Athénée qui imite la construction scientifique des lexika de son temps tout en les tournant en ridicule. Il identifie ainsi plusieurs mécanismes permettant de voir dans l’architecture athénéenne une écriture parodique. In fine le Naucratite développe une écriture acrobatique et réflexive jonglant entre imitation et dérision.

4La troisième partie, intitulée « morceaux choisis », regroupe quatre analyses thé­matiques. Valérie Visa-Ondarçuhu montre que l’association de la pyrrhique aux Lacédémoniens relève d’un choix de la part d’Athénée, tout comme son récit de l’origine et de l’évolution de cette danse guerrière. Confrontant l’auteur aux autres sources disponibles elle met en lumière la subjectivité de l’auteur et sa volonté de dépeindre une Sparte guerrière et traditionnelle par opposition au reste de la Grèce. Alain Ballabriga aborde la question de la représentation des défilés phalliques et des railleries rituelles chez Athénée, notamment à travers la citation de Sémos de Délos. Le Naucratite propose une digression historique montrant l’hos­tilité à l’égard de ces railleries qu’il lie au destin politique des libertés. In fine il cherche à donner au lecteur une vision bariolée des comédies hellénistiques, entre pièces assagies et reliquats archaïques moqueurs, entre Ancienne et Nouvelle Comédie. Luciana Romeri revient, à travers la fonction du mageiros et le commentaire d’Athénion, sur la question de l’origine et des vertus civilisatrices de l’art culinaire. Athénée fait dialoguer à ce sujet Platon, Athénion et Aristophane, présentant des points de vue opposés sur la signification de la présence dans les cités du cuisinier, personnage cultivé mais non doté d’un métier spécialisé dans la cité idéale. Jean-Marc Luce propose un relevé lexical de 82 entrées, pour seulement 3 recettes, des gâteaux chez Athénée. Il compare ensuite cette mise en scène du savoir aux autres projets lexicographiques de l’époque avant de dresser le cadre chronologique et géo­graphique de ces citations démontrant un grand effet de variatio. En dernier lieu, l’auteur interroge la question de l’im­moralité fondamentale de la pâtisserie proposée par Athénée. Une bibliographie générale clôt le volume, distinguant sources anciennes (p. 751-776) et études modernes (p. 777-806).

5Cette publication, fruit d’un travail de longue haleine, remplit son double objectif. D’une part elle fournit un texte grec du livre XIV qui respecte toute la scientificité qu’on peut attendre d’une édition critique tout en livrant une traduction en français originale et accessible. Le second volet, débordant largement du seul livre XIV, atteint son but de montrer Athénée et son œuvre sous un autre jour, infiniment plus complexe que celui de simple compilateur qui prévaut parfois encore. Les études thématiques n’épuisent pas les angles d’approche mais ouvrent la voie à de nouveaux travaux et offrent de nouvelles clefs de lectures enthousiasmantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Saura-Ziegelmeyer, « Sylvie Rougier-Blanc (éd.), Athénée de Naucratis. Le banquet des savants, livre XIV : Spectacles, chansons, danses, musiques et desserts (texte, traduction et notes - études et travaux) »Anabases, 31 | 2020, 254-256.

Référence électronique

Arnaud Saura-Ziegelmeyer, « Sylvie Rougier-Blanc (éd.), Athénée de Naucratis. Le banquet des savants, livre XIV : Spectacles, chansons, danses, musiques et desserts (texte, traduction et notes - études et travaux) »Anabases [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11071

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals