Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusTiphaine Annabelle Besnard et Mat...

Comptes rendus

Tiphaine Annabelle Besnard et Mathieu Scapin (dir.), Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop. Catalogue de l’exposition présentée au Musée Saint-Raymond, Musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019

Élodie Guillon
p. 260-262
Référence(s) :

Tiphaine Annabelle Besnard et Mathieu Scapin (dir.), Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop. Catalogue de l’exposition présentée au Musée Saint-Raymond, Musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2019, 219 p., 25 € / ISBN 9782909454436.

Texte intégral

1Tiphaine Annabelle Besnard et Mathieu Scapin, commissaires de l’exposition Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop, nous proposent un catalogue associé de plus de 200 pages, richement illustré. Le catalogue se compose de sept parties thématiques, d’une explication de la scénographie de l’exposition, d’un cahier d’illustrations et d’une bibliographie sélective. Le lecteur peut ainsi suivre un parcours, de la définition de la réception de l’Antiquité, dans une première introduction de Pascal Payen, jusqu’à sa « mise en scène » au musée. Après la définition de l’objet scientifique Réception, Sabine Forero Mendoza propose une seconde introduction sur l’Antiquité au prisme de l’art contemporain, en soulignant combien les formes antiques sont présentes encore aujourd’hui dans l’art, dépassant même les frontières du monde dit occidental.

2S’ouvre ensuite la première partie du catalogue, sur l’Antiquité cinéma­tographique. Matthieu Soler commence par traiter le péplum, autour de huit questions permettant d’avoir une bonne idée des thèmes, des périodes et des aires représentées, mais également des producteurs et des publics. L’Antiquité, à la fois « terrain de jeu » et objet exotique, permet de traiter bien des sujets, grâce à son éloignement dans le temps, qui fonctionne comme une mise à distance. Puis Fabien Bièvre-Perrin propose d’analyser le vidéo-clip à travers quelques exemples particuliers. Il montre combien les références classiques sont partagées, sans être pour autant maîtrisées, et qu’elles sont investies par les artistes et réalisateurs qui proposent ainsi, en la revisitant, une version actualisée de la matière classique.

3La deuxième partie du catalogue est consacrée aux jeux vidéo. Romain Vincent commence par remarquer que l’Antiquité se prête très bien – par son réservoir inépuisable de récits, de héros et de créatures – à la ludoformation, autrement dit le processus de transformation du réel en jeu. Autour de cas particuliers, il aborde les thèmes de l’utilisation des savoirs, de l’accès pour le joueur au contenu culturel et du défi de la reconstitution du réel, tout en resituant chaque jeu dans son contexte propre. C’est ensuite Jean-Claude Golvin qui prend la main. Scientifique et auteur de nombreuses restitutions, il nous livre une contribution éclairante sur les méthodes possibles, par ordinateur ou tout simplement à la main, pour reconstituer le passé, en détaillant les enjeux et les problématiques, scientifiques et de trans­mission aux publics, de chacune.

4L’Antiquité mise en bulles est la partie suivante, consacrée à la bande dessinée francophone. Julie Gallego nous offre pour démarrer un panorama efficace des créations depuis Jacques Martin et son célèbre héros Alix. À partir des années 2000 en particulier, on assiste à une diversification des thèmes, montrant encore une fois que l’Antiquité est une source d’inspiration intarissable pour bien des médiums de la culture populaire. C’est ensuite Valérie Mangin qui retrace son parcours et son rapport à l’Antiquité depuis sa découverte d’Alix jusqu’à sa carrière de scénariste de bandes dessinées. Elle dévoile ainsi au lecteur les questions des auteurs, les libertés volontairement prises avec la véracité historique mais également le rôle du lecteur qui reçoit ces histoires.

5Après la bande dessinée, la quatrième partie est consacrée aux comics américains. Danièle André plante le contexte en revenant sur la société américaine au moment de la fondation des États-Unis jusqu’à aujourd’hui : l’Antiquité y est une référence essentielle et forte qui accompagne l’histoire tant politique qu’architecturale et artistique de ce pays. Mathieu Scapin en vient ensuite aux références antiques utilisées dans les comics. Des références explicites comme Hercule ou les dieux du panthéon olympien, les auteurs sont ensuite passés à des éléments plus implicites comme les attributs, les capacités, les histoires, ancrant désormais les super-héros dans une réalité du quotidien nord-américain, mais qui possède toujours de nombreux parallèles avec les mythologies classiques.

6La partie suivante s’intéresse au manga. Mathieu Scapin propose un aperçu général, du point de vue d’un lecteur « occidental » qui introduit utilement la contribution suivante de Sawako Morita et Yasuo Ikuta sur l’utilisation des classiques d’Occident dans les mangas. L’acceptation de plus en plus grande de la culture classique au Japon ces dernières années a permis de renouveler les thèmes et les approches, même si certains thèmes restent privilégiés, comme la mythologie grecque, Alexandre le Grand et les guerres puniques. L’Antiquité entre en dialogue avec la culture nippone dans ces mangas, sans le manichéisme des comics.

7Vient ensuite la littérature populaire, présentée par Catherine Psilakis. Elle analyse l’utilisation de l’Antiquité dans des romans à succès pendant trois périodes, la fin du xixe siècle, 1900-1950 et de 1950 à nos jours. Alors que les études classiques sont actuellement moins prisées, l’Antiquité semble au contraire d’une grande vivacité dans ce type de littérature. Sandya Sistac présente ensuite quelques exemples de la littérature dite de jeunesse et y montre les usages qui y sont faits de l’Antiquité, en particulier l’usage des langues anciennes pour penser la différence, et les ressorts de la narration mettant en lumière le rôle du destin comme pour les héros antiques.

8La dernière partie aborde la présence de l’Antiquité dans l’art contemporain. Tiphaine Annabelle Besnard propose une réflexion sur la pratique hyperartistique, ainsi que les notions de kitsch, d’inauthentique et de pop. Elle démontre ainsi que l’Antiquité est moderne, au gré des modifications qu’elle subit sur les plans formels et sémantiques dans les œuvres. Dans une deuxième contribution, l’auteure revient sur le but de l’exposition : montrer l’Antiquité dans l’art – ce que font davantage les galeries ou les fondations habituellement, pas les musées – et participer à la visibilité des artistes néo néo qui utilisent la réminiscence ou le travestissement des références classiques dans leurs œuvres. La partie se conclut avec les entrevues de Léo Caillard et de Pierre et Gilles dont plusieurs œuvres sont exposées. Les artistes livrent ainsi leur point de vue sur leur propre utilisation de la matière antique. Vient enfin une entrevue du designer de l’exposition, Guillaume Lamarque, qui explique la scénographie de l’exposition.

9L’ouvrage est réussi et original, à la fois ludique et agréable, et solide sur le plan scientifique. L’ensemble des contri­butions, claires et concises, présente une bibliographie représentative du thème. Surtout, il s’agit ici d’un vrai travail de réception de l’Antiquité qui doit être salué, avec une attention identique portée à l’objet Antiquité et aux supports qui l’accueillent, la transforment et au final continuent de la faire vivre encore aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Guillon, « Tiphaine Annabelle Besnard et Mathieu Scapin (dir.), Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop. Catalogue de l’exposition présentée au Musée Saint-Raymond, Musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019 »Anabases, 32 | 2020, 260-262.

Référence électronique

Élodie Guillon, « Tiphaine Annabelle Besnard et Mathieu Scapin (dir.), Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop. Catalogue de l’exposition présentée au Musée Saint-Raymond, Musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019 »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11418

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search