Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusPatrick Gray, Shakespeare and the...

Comptes rendus

Patrick Gray, Shakespeare and the Fall of the Roman Republic. Selfhood, Stoicism and Civil War

Cyrielle Landrea
p. 270-272
Référence(s) :

Patrick Gray, Shakespeare and the Fall of the Roman Republic. Selfhood, Stoicism and Civil War, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2019, 308 p., £ 80 / ISBN 9781474427456.

Texte intégral

1L’ouvrage est la publication de la thèse de P. Gray. Si le titre laisse penser à une réflexion sur la fin de la République et les guerres civiles à travers l’œuvre shakespearienne, le sous-titre précise davantage le propos. L’enjeu principal est philosophique et porte tout particulièrement sur la conception de l’individualité des protagonistes. Cette dangereuse construction de soi entraîne généralement leur perte. Shakespeare concevait effectivement la fin de la République comme une tragédie. L’auteur expose clairement la position shakespearienne selon laquelle la poursuite de l’invulnérabilité individuelle serait la principale cause de la chute de la République.

2La conséquente et solide introduction (p. 1-46) replace l’étude des pièces Julius Caesar et Antony and Cleopatra dans une approche comparatiste et pluridisciplinaire qui caractérise l’ensemble de l’ouvrage. En effet, P. Gray utilise un vaste spectre philosophique, allant de l’Antiquité grecque au temps présent, et mobilise des sources classiques et les travaux d’historiens, penseurs, et théologiens, de toutes périodes. Selon l’auteur, Julius Caesar montrerait la République mourante, tandis qu’Antony and Cleopatra concernerait le début de l’Empire. Cette transition pourrait être rapprochée de la crise de l’aristocratie anglaise contemporaine de Shakespeare (p. 177). Les pièces seraient des miroirs pour la noblesse anglaise. Même si l’analyse se focalise sur ces deux pièces, P. Gray n’hésite pas à mentionner souvent Coriolanus.

3Deux parties équilibrées traitent chacune d’une pièce : d’abord de Julius Caesar, puis d’Antony and Cleopatra. Chaque partie dispose de deux chapitres et d’une conclusion. Les protagonistes montrent la volonté de transcender les limites humaines dans un contexte exacerbé de violence et de guerres civiles, sans pour autant atteindre une pleine souveraineté. L’individualité est étudiée à travers de multiples composantes, comme l’imperfection humaine, les passions… La différenciation exacerbée des personnages suscite des réflexions multiples, comme les manifestations du néostoïcisme dans les attitudes de protagonistes défaits, comme Brutus ou la quête insatiable du pouvoir. En outre, l’attitude outrancière d’Antoine prisonnier de ses passions rappelle l’ethos médiéval de la licence aristocratique et le monde contemporain du théâtre, selon P. Gray.

4Le premier chapitre “A beast without a heart” : pietas and pity in Julius Caesar (p. 49-94) traite notamment du personnage central du stoïcien Brutus érigé en incarnation du sapiens, une synthèse entre le philosophe Socrate et l’homme d’Etat Caton. Le contexte de la résurgence du néostoïcisme au xvie siècle doit être pris en compte, notamment pour la caractérisation de la pitié et l’idéal de pietas. L’analyse de Porcia permet notamment de concevoir si la constance est seulement liée à la masculinité. L’étude menée dans le premier chapitre prépare également la discussion menée dans le chapitre suivant (“The Northern star” : constancy and passibility in Julius Caesar, p. 95-144) sur le concept de passibility hérité de la théologie de Saint Augustin qui désigne une forme de sensibilité d’action différenciant l’homme du divin. La nature du pouvoir à la fin de la République met aussi en évidence l’intense compétition aristocratique qui aurait détruit le tissu social de la cité. Selon Shakespeare, des personnages comme César et Brutus auraient exalté un mauvais idéal, celui d’une impossible autonomie humaine par rapport au divin. En outre, le sens politique de Julius Caesar insiste sur le début de la dégénérescence de Rome, résultant d’un système de valeurs imparfait.

5La deuxième partie concerne Antony and Cleopatra. Le premier chapitre se focalise notamment sur le concept augustinien de libido dominandi et sur la honte, un autre aspect de la vulnérabilité humaine (“The high roman fashion” : suicide and stoicism in Antony and Cleopatra, p. 177-219). Diverses attitudes sont analysées, comme celles de Cléopâtre et Brutus. Pour la reine d’Égypte, le suicide serait une pratique culturelle spécifique aux yeux des Romains qu’elle qualifie de high roman fashion. C’est une façon de transformer une défaite en victoire, tout en évitant la honte et le jugement moral. Le but recherché est de dégager la cohérence du suicide de Cléopâtre avec sa propre nature. Le dernier chapitre (“A spacious mirror” : interpellation and the other in Antony and Cleopatra, p. 220-258) pose en préambule le problème central du jugement moral dans les tragédies. C’est évidemment le cas pour les protagonistes, mais aussi pour le public qui en fait l’expérience. La difficile question de la perception de soi est posée pour des aristocrates comme César et Brutus, ainsi que celle de la relation entre soi et les autres. La conclusion de la deuxième partie (The last interpellation) expose la symbolique chrétienne perçue par le public de la Renaissance. Par exemple, la vie après la mort est mise en avant pour Antoine et Cléopâtre qui pourraient à nouveau se rencontrer. La mort est alors perçue comme un sommeil temporaire. L’ignorance païenne de la révélation chrétienne semble oubliée lorsque Cléopâtre s’interroge sur la conception du suicide source de péché.

6La conclusion générale (Between humanism and antihumanism) renoue avec la préoccupation première de l’individualité, véritable fil conducteur de l’ensemble de l’ouvrage. Ensuite, le lecteur trouvera une bibliographie (p. 279-300) et un index (p. 301-308).

7Pour conclure, P. Gray offre une réflexion dense et érudite sur la vision shakespearienne de la fin de la République romaine et la romanitas à la Renaissance, tout en maniant culture classique, historique, philosophique et théologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Landrea, « Patrick Gray, Shakespeare and the Fall of the Roman Republic. Selfhood, Stoicism and Civil War »Anabases, 32 | 2020, 270-272.

Référence électronique

Cyrielle Landrea, « Patrick Gray, Shakespeare and the Fall of the Roman Republic. Selfhood, Stoicism and Civil War »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11503

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search