Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusMélanie Lozat et Sara Petrella (d...

Comptes rendus

Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains »

Clément Bur
p. 272-274
Référence(s) :

Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », Paris, Classiques Garnier, 2019, 293 p., 22 € / ISBN 9782406087984.

Texte intégral

1L’ouvrage, richement illustré, est issu d’un colloque interdisciplinaire tenu à Genève en juin 2016 qui s’est accompagné d’expositions ethnographiques et artis­tiques. Les onze contributions sont réparties en trois parties (sur le contexte d’écriture, sur son « Système de religion » et sur les illustrations) auxquelles s’ajoutent deux annexes, une bibliographie, des résumés et index.

2En introduction, M. Lozat et S. Petrella rappellent que Lafitau est considéré depuis plus d’un siècle comme un précurseur de l’ethno-anthropologie et, plus récemment, de l’histoire comparée des religions. Elles montrent aussi l’ambiguïté de son travail : les Autochtones, dont la voix est en réalité quasi absente, ne servent qu’à valider la thèse de l’universalisme chrétien. Son utilisation des illustrations rejoint certes l’antiquarisme, mais contribua aussi à façonner un imaginaire du Nouveau Monde qui confortait le sentiment de supériorité des Européens.

3P. Borgeaud retrace tout d’abord le parcours littéraire de Lafitau, signalant la naissance de sa méthode comparative dans le Mémoire sur le Ginseng publié six ans avant les Mœurs. A. Motsch revient ensuite sur l’opinion commune faisant de Lafitau un homme du xviie siècle mais rattachant ses livres aux Lumières. Toute son œuvre tend à prouver l’origine commune des peuples et l’existence d’une unique religion révélée par Dieu. Pour cela il utilise la méthode comparatiste dont l’originalité réside dans le fait que « les temps anciens » sont le résultat de cette comparaison, ce qui conduit à ensauvager les Anciens et à civiliser les habitants du Nouveau Monde. A. Motsch renverse donc la réception habituelle de Lafitau, mettant au centre la dimension religieuse qui avait fait débat lors de sa publication, et soulignant que « Lafitau instrumentalise l’ethnographie justement à des fins apologétiques. » (p. 61). J.-P. Rubiès poursuit cette entreprise de déconstruction en replaçant les Mœurs dans la tradition apologétique de l’histoire universelle. La comparaison avec Cérémonies et coutumes de J.-F. Bernard publié la même année dans une perspective opposée montre combien Lafitau était « un réactionnaire qui cherchait à rassembler les preuves du consensus gentium à l’aide de l’érudition antiquaire » (p. 71). Pour « réévaluer la nature apologétique des Mœurs » (p. 84), M. A. Kolakowski examine le traitement de la théorie des Moïses et plus généralement le rapport de Lafitau à la Demonstratio evangelica de P.-D. Huet, ce qui le conduit à le rapprocher du figurisme. Cette proximité expliquerait « la réception mitigée » (p. 93) des Mœurs dans la France des Lumières et sa disparition au xixe siècle.

4M. Lozat étudie la place dans les Mœurs de la Géographie de Strabon, dont elle rappelle d’abord la redécouverte puis le succès depuis la Renaissance. En effet, Lafitau puise dans la digression sur l’origine des Courètes chez Strabon, qui défend l’unicité de la fonction rituelle chez les différents ministres des dieux, une inspiration pour sa méthode comparatiste et pour son « système de religion ». Dans ce but, « Lafitau accorde une place centrale à la “Pyrolâtrie” ou “Culte du Feu sacré”, dénominateur commun, à l’en croire, de toutes les religions » (p. 114) selon F. Lestringant. Lafitau rapproche ainsi Vestales romaines, cultes solaires américains, mais aussi sacrifices et rituels cannibales afin de défendre sa thèse d’une Révélation universelle. L’analyse synchronique et même anachronique que fait Lafitau de l’Égypte pharaonique et en particulier du hiéroglyphe, sa « théologie symbolique », s’inscrit dans ce même système de religion ainsi que le montrent S. D. Brämer et A. Paschoud. L’étude de la représentation figurée des femmes sauvages est l’occasion pour S. Petrella de revenir sur la prétendue ingénuité de la littérature de voyage. Parmi les nombreuses figures de femmes, toujours stéréotypées, on distingue les planches comparatives, dans lesquelles les femmes sauvages évoquent les statues grecques, et les scènes narratives où les figures sont héritées de la tradition médiévale chrétienne censurée par Lafitau afin de réfuter la bestialité des Autochtones. En « neutralisant » les corps, Lafitau met en avant les objets qui seuls caractérisent les Autochtones et les distinguent des Anciens. Pour soutenir ses théories, Lafitau a recours à l’image qui « met l’analogie sous les yeux du lecteur, faisant implicitement passer la ressemblance pour une parenté, voire une identité. » (p. 154), quitte à la manipuler parfois. Ce sont ces arrangements qu’étudie M. Bernhardt à travers les fréquents emplois des gravures tirées des œuvres de Théodore de Bry et de Jean de Léry. Puis P. von Wyss-Giacosa se penche sur les trois planches présentant des « idoles » asiatiques afin d’éclairer le « principe des images synoptiques » à l’œuvre chez Lafitau : en analysant les planches, les lecteurs « seraient conduits à percevoir, de manière sensible, les stades et les développements de l’idolâtrie […] et à les lire, aidés par les légendes de Lafitau, à un niveau symbolique permettant invariablement de remonter aux vestiges de la vraie religion. » (p. 177). Enfin, M. Marrache-Gouraud réfute l’idée répandue à la suite de M. de Certeau selon laquelle dans les Mœurs Lafitau exposait un catalogue de curiosités tout en reconnaissant qu’il entendait « se faire passer pour un “curieux” » (p. 185).

5Loin d’être hagiographique, cette relecture des Mœurs de Lafitau, le réinsérant dans son contexte, lui redonnant une épaisseur et replaçant l’histoire religieuse au cœur de son travail, est stimulante. Cette plongée dans les controverses qui précèdent les Lumières nous offre une réflexion épistémologique salutaire. Un bel ouvrage en somme, très clair, qui mérite d’être lu en attendant l’édition critique française des Mœurs que préparent A. Motsch, G. Tissot et R. Melançon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bur, « Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains » »Anabases, 32 | 2020, 272-274.

Référence électronique

Clément Bur, « Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains » »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11512 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11512

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search