Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusMark A. Ralkowski, Plato’s Trial ...

Comptes rendus

Mark A. Ralkowski, Plato’s Trial of Athens

Jean Zaganiaris
p. 278-280
Référence(s) :

Mark A. Ralkowski, Plato’s Trial of Athens, Londres et New York, Bloomsbury Academic, 2019, 248 p., £ 90 / ISBN 9781474227247 (hardback), £ 28,99 / ISBN 9781350163942 (paperback).

Texte intégral

1Quelle est la relation que Socrate entre­tenait avec la démocratie athénienne ? Peut-on comprendre les raisons de son procès et sa condamnation à mort en étudiant la place qui a été la sienne au sein de la cité ? Son accusation a-t-elle été avant tout politique ou religieuse ?

2Pour répondre à ces questions, Mark Ralkowski utilise différents textes de Platon, depuis l’Apologie de Socrate au Banquet en passant par la République ou le Gorgias, et montre de quelle façon les figures de Socrate permettent de faire le procès de la démocratie athénienne. Si l’ouvrage semble démarrer avec le ton du roman policier, notamment en interrogeant le mobile de la condamnation du philosophe, le suspense est très rapidement levé. Dès le départ, on sait que Socrate a payé de sa vie la volonté d’amener l’âme des citoyens athéniens vers la sagesse, notamment en attaquant les sophistes et en condamnant les excès d’une cité soumises aux tentations impérialistes.

3Tout en prenant au sérieux les réflexions nietzschéennes sur Socrate, Mark Ralkowski montre néanmoins que ce dernier ne voulait pas mourir. Il a été condamné par un régime qui n’appréciait guère son mode de vie philosophique et son refus de rallier la pensée dominante. Cette condamnation ne signifie pas une quelconque attirance de Socrate pour l’oligarchie ou bien une attitude impie dont il se serait rendu coupable, et dont la démocratie athénienne de son époque ne se souciait guère. À partir d’une fine restitution de la littérature scientifique existante, le premier chapitre remet en cause la thèse de la condamnation pour impiété sans pour autant donner raison à ceux qui plaident en faveur de la dimension politique de la condamnation.

4Mark Ralkowski pense qu’il faut aller voir dans d’autres textes que l’Apologie pour saisir de quoi est-ce que l’on accusait Socrate. La réponse de l’énigme est non pas dans un mais plusieurs textes. L’Apologie de Socrate rend compte du procès et des paroles de Socrate mais d’autres textes de Platon éclairent d’une lumière nouvelle ce qui se jouait à ce moment-là entre les différents acteurs de la cité. Dans Le banquet, les dialogues entre Alcibiade et Socrate permettent de saisir l’un des reproches adressés au philosophe. En confrontant les désirs d’Alcibiade, dont la vie fut constituée d’excès en tout genre, et la modération de Socrate quant aux plaisirs du corps, Platon souligne l’opposition de deux modes de vie antagonistes. Celui du philosophe ne peut être compatible avec celui du jouisseur, omniprésent dans une démocratie athénienne minée de l’intérieur par ses ambitions de conquête. À un Alcibiade lui faisant explicitement des avances, en soulignant toutes ses qualités intellectuelles, Socrate fait comprendre qu’il ne peut pas désirer en même temps le philosophe et la philosophie. Socrate lui dit qu’il doit choisir entre deux modes de vie distincts (celui du philosophe ou celui du jouisseur), quand bien même ce choix est tragique ; et s’il choisit le mode de vie philosophique, il doit mener une vie bonne et modérée, cherchant à s’affranchir de la tyrannie des sens pour aller vers le monde de l’intellect. Le discours de Diotime à la fin du Banquet au sujet de la voie à suivre pour aller de l’attirance pour les beaux corps jusqu’à l’attirance pour les belles connaissances, notamment celles relatives à l’idée du beau, prend tout son sens en relation avec les deux modes de vie antagonistes décrit au cours des échanges entre Socrate et Alcibiade.

5Ce point réapparait dans le Gorgias où la « vie philosophique » de Socrate est opposée à la « vie politique » du sophiste Calliclès. Le premier poursuit la vérité et la sagesse alors que le second cherche les honneurs et le pouvoir. Selon Mark Ralkowski, Socrate ne peut être accusé de corrompre la jeunesse. Toute sa vie, il a tenté de convertir celle-ci au mode de vie philosophique et de s’opposer au relativisme moral et au scepticisme régnant sous l’ère de Périclès (p. 92). Pour Platon, le véritable corrupteur de la jeunesse n’est pas Socrate mais la démocratie athénienne. Et c’est cette « thérapeutie philosophique » qui a été condamnée lors du procès. L’Apologie, Le banquet et Gorgias ont posé le diagnostic du mal et La République a proposé le remède, notamment en évoquant le gouvernement de la cité par les philosophes capables de percevoir ce qu’est la justice grâce à leur intellect. En lisant certains passages du livre de Mark Ralkowski, on ne peut s’empêcher de penser aux pages lumineuses de Henri Bergson consacrées à Socrate dans Les deux sources de la morale et de la religion (Paris, PUF, 1984, p. 59-63 [1932]). Si le philosophe athénien semble accorder une place importante à la raison, Bergson pense que son enseignement relève davantage de la posture mystique. Cette vie philosophique serait-elle à la frontière entre rationalisme exigeant et spiritualité ? Si c’était le cas, il ne s’agirait dès lors non plus d’opposer les modes de vie de Socrate et de Calliclès mais de regarder aussi ce qui peut les rapprocher, notamment du point de vue du désir et du souci de soi.

6L’une des qualités de l’ouvrage de Mark Ralkowski est au niveau de l’intertextualité sans cesse mobilisée. Celle-ci a le mérite à la fois de contextualiser le procès de Socrate tout en conceptualisant autour du mode de vie philosophique défendu par Platon face à la corruption de la cité. Si l’on réduit bien souvent la pensée de Platon à son essentialisme ou à sa dimension pseudo-totalitaire soulignée de manière caricaturale par Karl Popper dans La société ouverte et ses ennemis (1945), le livre de Mark Ralkowski montre l’apport heuristique du philosophe grec à la fois au niveau de son aspiration à atteindre la sagesse et dans son refus du relativisme des points de vue exprimés par les sophistes. Dans le contexte actuel de la pandémie Covid 19, où n’importe qui peut donner publiquement son avis sur la Chloroquine, prévoir à partir de modélisations mathématiques la fin de la pandémie ou bien proclamer la nécessité ou pas du confinement, les sirènes d’alarme lancées par Platon sur les apories de la rhétorique – à ne pas confondre avec la rigueur de l’argumentation intellectuelle – sont d’une grande actualité. Ses propos à l’égard de la rivalité entre les prétendants à la vérité sont également d’une grande utilité dans un monde où la multiplication de discours scientifiques sur le Covid 19 est omniprésente au sein de ce que l’on pourrait appeler avec Pierre Bourdieu « le champ scientifique ». Sans en faire non plus la solution miracle, la figure du philosophe-roi, capable de gouverner la cité non pas en fonction de ses désirs ou de son courage mais à partir de son intellect, n’est peut-être pas si obsolète qu’elle en a l’air à un moment où il est nécessaire de s’interroger sur la place de la justice dans la cité et sur les mesures visant au bien commun des citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Zaganiaris, « Mark A. Ralkowski, Plato’s Trial of Athens »Anabases, 32 | 2020, 278-280.

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Mark A. Ralkowski, Plato’s Trial of Athens »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11547

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search