Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusBrett M. Rogers et Benjamin Eldon...

Comptes rendus

Brett M. Rogers et Benjamin Eldon Stevens (ed.), Once and Future Antiquities in Science Fiction and Fantasy

Clément Bur
p. 280-282
Référence(s) :

Brett M. Rogers et Benjamin Eldon Stevens (ed.), Once and Future Antiquities in Science Fiction and Fantasy, Londres et New York, Bloomsbury Academic, 2019, 248 p., £ 65 / ISBN 9781350068940 (hardback), £ 19,99 / ISBN 9781350074880 (paperback).

Texte intégral

1L’ouvrage est le fruit des travaux entamés lors d’une conférence à l’University of Puget Sound, Tacoma, en mars 2015. Son point de départ est la conviction que l’on retrouve une forme épistémologique similaire de displacement (ou estrangement) dans la Science-Fiction et Fantasy (SF&F) et dans les études classiques : reconstructing the past is similar to imagining alternative worlds, requiring interpretive paradigms that differ from lived experience and from contemporary truth-claims about the “real” (p. 91).

2T. Keen commence par une réflexion théorique en revenant sur son article pionnier de 2006 « Models and Metho­dologies of Classical Reception in Science Fiction ». Il inventoriait sept degrés d’emprunt (appropriation, interaction, borrowing, stealing, retellings, allusion et ghosting) auxquels s’ajoutent désormais les cinq catégories de C. W. Marshall (cosmetic reference, indirect reference, envisioning, revisioning et engagement) se rapportant aux attentes de l’audience et à sa capacité à apprécier la réception. Puis J. Weiner s’appuie sur Gradiva de W. Jensen (1903) pour souligner la proximité entre l’archéologie et la fantasy puisqu’en (re)créant un monde, l’une et l’autre reflètent leur époque tout en opérant un displacement. Pour L. Zientek, dans The Engine of Gods (1994), dans lequel des exo-archéologues partent à la recherche d’une civilisation extraterrestre perdue (dont la langue est appelée linéaire C) à bord du vaisseau Winckelmann, J. McDevitt invigorates, then re-examines, the desire to re-enact the past that was so prevalent in the early practice of classical archaeology, especially for Schliemann (p. 57). V. Tomasso montre, lui, comment la présence des dieux dans Soldier of the Mist de G. Wolfe (1986) brouille les frontières entre fiction historique et fantasy. De la sorte il entend to flesh out his conception of the ancient Greek world (p. 178), dans lequel les dieux apparaissaient parfois aux mortels. Ces jeux d’emprunts livrent une réflexion épistémologique originale sur les études classiques.

3L’Odyssée est à l’honneur puisque O. Knorr et S. Lye considèrent respective­ment que His Dark Materials (1995-2000) de P. Pullman et Le Voyage de Chihiro de H. Miyazaki (2001) en sont des adaptations tandis que F. Foster examine les emprunts aux rituels nécromantiques de l’Odyssée dans Time of the Ghost de D. W. Jones (1981). C. Kenward explore la réception d’Homère dans la culture populaire et la rationalisation des mythes dans la SF&F à travers la série Dr. Who Myth Makers (1965) et le comics Thor Annual (1979) qui mêlent voyages temporels et guerre de Troie. B. E. Stevens dévoile enfin les emprunts aux mythes classiques (Icare, Orphée, Eurydice…) dans les œuvres d’H. Oyeyemi.

4Dans la seule (et très intéressante) analyse liant l’œuvre au contexte social, S. B. Moses et B. M. Rogers interprètent la figure d’Atlas dans le Rocky Horror Picture Show (1975) comme une manière to respond to and critique modern norms of hegemonic masculinity embodied and promulgated by Charles Atlas et par les péplums (p. 109), et donc comme une défense de la culture queer. J. C. Rank compare, elle, la figure de Cassandre, considered by Karin Beeler as a “mythic prototype” for “women of vision” in postmodern science-fiction (p. 135), dans l’Agamemnon d’Eschyle avec la policière Kiera, l’héroïne de la série télévisée Continuum (2012-2015). Bien que cette proximité ne semble pas voulue (elle est l’une des rares à poser la question, p. 136-137), le rapprochement est éclairant, notamment sur les figures féminines de la SF&F.

5C. W. Marshall étudie la présentation (et naturalisation !) des monstres antiques dans les différentes éditions du bestiaire de Donjons & Dragons, et y observe une réception indirecte façonnée par les contraintes ludiques. Après avoir montré combien l’univers de Warhammer 40K s’inspire de l’Empire romain, notamment la figure de l’empereur dans la série de romans Horus Heresy qui rappelle celle d’Auguste dans l’Énéide, A. McAuley se penche sur la biographie des premiers auteurs de 40K, familiers des études classiques, et sur le processus collaboratif d’écriture afin de mieux comprendre une réception complexe et consciente.

6T. Keen concluait le premier article en indiquant cinq défis à relever : l’impossibilité d’embrasser toute la SF&F, le danger de surinterpréter, le manque de théorisation et de prise en compte de la littérature SF&F et scientifique non anglophone, la nécessaire formation à la critique SF&F. Qu’en est-il pour ce volume ? Le principal défaut me semble être le manque quantitatif. Nous avons une juxtaposition d’études de cas (pas toujours d’œuvres les plus connues), dans lesquelles l’accent est généralement mis sur une analyse de la structure du récit et un commentaire artistique impliquant un résumé substantiel et parfois une surinterprétation. De telles études ne sont guère profitables à ceux qui ne connaissent pas l’œuvre choisie, notamment parce qu’elles ne permettent pas une montée en généralité. La réflexion sur le displacement est parfois un peu artificielle, tout comme le plan du livre, et on regrette que les auteurs n’aient pas tiré davantage profit des catégories de T. Keen ou de C. W. Marshall exposées dans le chapitre 1. Ainsi la formation et le parcours de l’auteur expliquant de tels emprunts, leur réception par le public, le contexte de l’œuvre pouvant expliquer tel ou tel choix, toutes ces questions sont trop souvent ignorées. Enfin, les travaux se limitent presque exclusivement au monde anglo-saxon, ce que regrettait déjà T. Keen: I know of no other field of classical studies in which writing in German, French, and Italian is so completely ignored (p. 14). Cet ouvrage confirme néanmoins la richesse de la SF&F pour les études réceptionnistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bur, « Brett M. Rogers et Benjamin Eldon Stevens (ed.), Once and Future Antiquities in Science Fiction and Fantasy »Anabases, 32 | 2020, 280-282.

Référence électronique

Clément Bur, « Brett M. Rogers et Benjamin Eldon Stevens (ed.), Once and Future Antiquities in Science Fiction and Fantasy »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11556 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11556

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search