Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusVasiliki Zachari, Élise Lehoux et...

Comptes rendus

Vasiliki Zachari, Élise Lehoux et Noémie Hosoi (dir.), La cité des regards. Autour de François Lissarrague

Clarisse Evrard
p. 284-286
Référence(s) :

Vasiliki Zachari, Élise Lehoux et Noémie Hosoi (dir.), La cité des regards. Autour de François Lissarrague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 306 p., 30 € / ISBN 9782753576094.

Texte intégral

1C’est un précieux ouvrage qu’ont dirigé Vasiliki Zachari, Élise Lehoux et Noémie Hosoi en hommage à leur professeur François Lissarrague, dont les travaux menés depuis plus de trente-cinq ans en font une figure tutélaire pour tout chercheur qui s’intéresse à l’iconographie et la culture grecques. C’est ainsi qu’après un court avant-propos, le livre s’ouvre sur une bibliographie complète du spécialiste de l’anthropologie des images et sur une introduction de V. Azoulay et de Fl. Gherchanoc qui retrace le « parcours en images » du directeur de l’EHESS justifiant le titre même qui paraphrase le catalogue collectif La cité des images : religion et société en Grèce antique, préfacé par J.-P. Vernant (Paris et Lausanne, Fernand Nathan et L.E.P., 1984) dont un passage majeur est rappelé : « Lire une des images implique aussi qu’on se soit fait le regard grec en s’efforçant de pénétrer le code visuel qui conférait aux multiples figures, pour les yeux d’un contemporain, leur immédiate lisibilité » (p. 28). Cette introduction revient sur l’historiographie de la lecture anthropologique de l’image dans la Grèce antique et permet de rappeler les axes de recherche de Fr. Lissarague et son approche de l’iconographique antique, à savoir les questions de la polysémie et de la spécificité du langage des images, de leur contextualisation et de leurs fonctions, de la mise en œuvre de jeux visuels et des rapports entre les images et leurs supports, autant de thématiques qui donnent à voir l’homme dans son rapport au monde, à la société, à la culture et à l’imaginaire qui s’y rattache.

2Le rappel de ces problématiques donne son articulation à l’étude organisée en cinq parties en écho au propos introductif. La première « De l’objet à son dessin au xixe siècle » comprend deux articles. Le premier, d’É. Lehoux, présente les Kunstmythologie conservées à l’Institut Winckelmann et leur rôle dans l’enseignement et les méthodes d’analyse des images de l’archéologie au xixe siècle, tandis que M.-A. Bernard analyse, dans le second, trois dessins de deux vases antiques de manière à interroger la pertinence et l’intérêt de cette documentation graphique pour l’étude matérielle des objets. La deuxième partie est consacrée aux « rituels au filtre de l’image » dans la lignée des travaux de Fr. Lissarrague sur les figures du guerrier et du satyre notamment. G. Deschodt, à travers l’exemple de scènes de mariage, établit l’importance de la mise en séries des images et de la nécessité de les regarder dans leurs relations au support et à l’ensemble du décor pour en comprendre les significations. B. Perriello étudie le personnage mythologique de Parthénopée, fils d’Atalante, afin d’envisager la polysémie de cette figure de l’entre-deux qu’est l’éphèbe dans la société grecque. F. Mazari compare l’iconographie de la purification des Proïtides et d’Oreste et en analyse le rituel social, ce qui l’amène à conclure sur un langage visuel paradigmatique, permettant une identification immédiate par le public de ce rétablissement de l’ordre social. L’article de M. Pedrina est dédié à un cratère paestan représentant la supplication d’Alcmène lue comme rituel de passage par sa mise en série à d’autres céramiques italiotes et aux sources textuelles. La troisième partie interroge la polysémie des figures mythologiques. Ainsi I. Sforza interroge-t-elle les attributs d’Apollon Hyperpontios sur l’hydrie du Vatican 16568 dans leur spécificité symbolique par rapport aux autres des­criptions textuelles ou figurées, alors que Ph. Arnaud interprète une amphore de Vulci connue par un seul dessin comme lecture synchronique des âges de la vie du guerrier, dont les représentations de Diomède triomphant, Ajax blessé et Achille mort sont emblématiques. A. Callaud questionne, quant à elle, l’iconographie des déesses ailées dans la céramique attique à figures noires pour en souligner la place intermédiaire et la dimension presque héraldique qui signifie la présence et l’intervention du divin dans la sphère des humains. H. Collard prolonge cette problématique de la représentation des relations entre dieux et hommes par l’analyse des scènes de sacrifice sur l’autel peintes sur des pinakes de Locres. Celles-ci s’expliquent par la fonction votive de l’objet et montrent en même temps un décalage ludique par la présence du satyre, qui confère une dimension métaphorique et spirituelle à l’image en associant sacrifice et mariage. Après l’approche polysémique des images, celle de leur contexte est abordée dans la quatrième partie. N. Strawczynski étudie le motif de la poursuite amoureuse et plus précisément les objets qui chutent au cours de ces épisodes comme formes symboliques du « Temps d’Éros », temps éphémère et furtif du désir et de la beauté de la jeunesse. N. Kéi envisage, quant à elle, à partir d’une analogie avec le décor végétal, le poulpe comme motif ornemental polyvalent et polysémique, dont la forme polymorphe est la traduction visuelle de la mêtis, ses « mille plis » devenant le signe des « mille ruses ». M. Baggio propose ensuite une lecture inédite d’un cratère du Museo Nazionale de Tarente représentant Polynice et Ériphyle, en observant le rôle des objets figurés, un coffret, un collier et un métier à tisser, comme vecteurs de sens en tant qu’instruments de séduction et de tromperie. Un dernier article d’E. Reshetnikova questionne les contradictions interprétatives du type de l’amant solitaire avec un lièvre vu tantôt comme éromène tantôt comme éraste, ce qui implique une étude minutieuse du contexte et l’hypothèse d’un statut ambivalent de cette figure intermédiaire. Enfin, la cinquième partie est dédiée aux images fragmentées. V. Zachari interroge l’espace vide comme potentiel degré zéro de l’image à travers l’exemple d’un corpus de vases à motif cultuel sans présence humaine, pour conclure que ce degré zéro n’existe pas et que le sens de l’image se construit par l’association de l’objet à d’autres éléments – végétaux, architecturaux ou ornementaux – pour dire implicitement le rituel par les empreintes humaines. N. Dietrich prolonge ces réflexions heuristiques en se consacrant à la notion de fragmentarité à partir de l’analyse d’un tesson d’une coupe de Douris figurant les plis d’un chiton et d’un himation et les pieds d’un personnage, afin de souligner la valeur heuristique de ce fragment dans la façon de regarder les objets, puisqu’il implique de prendre en considération les détails et de se focaliser sur un élément partiel, ce qui suscite de nouvelles interrogations à mettre en regard des objets complets et contextes mieux connus.

3Enfin, une conclusion rappelle l’objectif du livre, pleinement atteint, de donner « l’envie de poursuivre les pistes initiées par F. Lissarrague » (p. 291) grâce à ses contributions axées sur la notion de l’entre-deux de l’image, ses jeux et ses significations. C’est donc un ouvrage d’une grande richesse qui donne matière à penser, à regarder et à revoir aux historiens, historiens de l’art, archéologues, anthro­pologues et sémiologues de l’image, qu’ils soient spécialistes de l’Antiquité ou d’une autre période, tant par les problématiques abordées que par les cas d’étude traités qui peuvent ouvrir de nombreuses perspectives quant à l’anthropologie et la sémiologie de ces « images-objets » que sont les céramiques grecques (sur la notion d’« images-objets, cf. J. Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008, p. 33-34 et p. 60-61).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Evrard, « Vasiliki Zachari, Élise Lehoux et Noémie Hosoi (dir.), La cité des regards. Autour de François Lissarrague »Anabases, 32 | 2020, 284-286.

Référence électronique

Clarisse Evrard, « Vasiliki Zachari, Élise Lehoux et Noémie Hosoi (dir.), La cité des regards. Autour de François Lissarrague »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11582

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search