Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusSandra Zanella, La caccia fu buon...

Comptes rendus

Sandra Zanella, La caccia fu buona : pour une histoire des fouilles à Pompéi de Titus à l’Europe

Vivien Barrière
p. 286-287
Référence(s) :

Sandra Zanella, La caccia fu buona : pour une histoire des fouilles à Pompéi de Titus à l’Europe, Naples, Centre Jean Bérard, 2019, 366 p., 42 € / ISBN 9782918887812.

Texte intégral

1Consacré à l’histoire des fouilles de Pompéi à travers les archives archéologiques, l’ouvrage de Sandra Zanella (SZ) trouve ses origines dans la première partie d’une thèse intitulée « Bâtiments privés sur sol public ? Les maisons en terrasse de Pompéi entre le forum et les murailles », soutenue en 2015. Le titre, inspiré d’un propos tenu en 1769 par Joseph II, rappelle au lecteur que l’exploration de Pompéi se résuma parfois à une chasse au bel objet. Si le sous-titre évoque une histoire de la redécouverte de la cité vésuvienne dans son ensemble, le propos tend en réalité rapidement à se concentrer sur l’îlot 2 de la regio VIII – une plateforme surplombant la plaine du Sarno, entre la basilique du forum et le temple de Vénus. Ce secteur situé sur l’une des principales routes d’accès au plateau à l’époque moderne se révèle, au fil des pages, particulièrement propice à l’écriture d’une histoire de la seconde vie de Pompéi, comme l’auteur le démontre de manière convaincante. Cette seconde vie regroupe à la fois la réoccupation du plateau de Civita et le long processus de redécouverte de la cité antique par les fouilles. SZ rassemble notamment la documentation archéologique liée à la découverte en 1936 dans la casa di Championnet I d’une structure témoignant de cette réoccupation post-éruptive : bien qu’il ne soit pas daté, ce four bâti à partir de matériaux antiques réemployés repose en effet au-dessus des niveaux liés à l’éruption d’octobre 79 ap. J.-C. Le choix de l’îlot VIII 2 permet également d’envisager l’histoire des fouilles : les pentes de ce secteur situé entre le centre monumental et une route au sud ont été alternativement recouvertes par les déblais de fouilles de zones plus prestigieuses (forum, casa del Fauno) et elles-mêmes objet de fouilles dans une succession de dégagements / ensevelissements métho­diquement reconstituée par SZ grâce à la documentation technique ancienne et à sa maîtrise de la bibliographie pompéienne la plus récente.

2Le principal mérite du travail de SZ est en effet de proposer pour la première fois la micro-histoire d’un secteur de Pompéi sur la longue durée, ce qui lui permet de renouveler notre connaissance globale de la ville. Pour n’en donner qu’un exemple, plusieurs indices amènent SZ à supposer que la partie située au sud du forum avait déjà servi à l’évacuation des matériaux lors de l’opération de récupération de blocs et de statues supervisée par deux anciens consuls sous le règne de Titus. Ce faisant, elle s’inscrit dans la lignée des travaux pionniers de F. Zevi, de G. Soricelli, V. Scarano Ussani ou A. Storchi Marino sur les curatores restituendae Campaniae mais cela l’amène, par ricochet, à fragiliser la vision imposée par les travaux d’A. Maiuri selon laquelle l’état de délabrement du centre monumental de Pompéi aurait résulté du tremblement de terre de 63.

3N’évitant pas toujours les redites, le plan de l’ouvrage souffre d’un déséquilibre qui ne nuit pas à l’intérêt de ses démonstrations et à l’importance de ses apports. L’auteur s’attache, dans la première partie (52 p.), à rassembler les éléments relatifs à la seconde vie de Pompéi de 79 jusqu’en 1799 avant d’exploiter ensuite les archives de fouilles pour écrire l’histoire de la redécouverte du secteur VIII 2 et contribuer ainsi à une histoire plurielle de Pompéi (89 p.). La dernière partie (32 p.), consacrée à l’historiographie des travaux sur les quatre maisons de l’îlot en question, s’intègre sans doute moins bien au propos général de l’ouvrage qu’à l’économie de la thèse qui l’a inspiré. On apprécie particulièrement l’ampleur donnée aux annexes (136 p.), véritables pièces justificatives qui retranscrivent très utilement des extraits de journaux de fouille manuscrits et de correspondance administrative (les références de la pièce 2 ont été omises). Précédé d’une liste des normes éditoriales de transcription adoptées, ce travail très précieux qui donne accès à la documentation primaire est illustré par la reproduction de plusieurs dessins et plans indiquant la dénomination des espaces employée par les fouilleurs, même si SZ les a par ailleurs convertis dans le système usuel de désignation des îlots mis en place par G. Fiorelli.

4D’une manière générale, la richesse et la qualité de l’illustration sont très appréciables avec 173 figures (en noir et blanc ou couleur) dont plusieurs dépliants à trois volets accompagnés de 3 planches dues à l’auteure. Le potentiel documentaire de ces illustrations est indéniable, qu’il s’agisse des plans anciens, de croquis de carnets de fouille, de relevés ou de photographies d’époque. Les documents les plus anciens sont particulièrement mis en lumière dans le propos comme dans la mise en page. En revanche, les clichés de fouille figurant entre les p. 257 et 271 sont très peu lisibles (certains ne dépassent pas 4 cm de largeur), de même que le nuancier de la légende de la planche III qui gêne la lecture de la chronologie du dégagement de Pompéi. Les scories de relecture sont très rares : les figures 33 et 125 (manifeste pour l’adjudication des fouilles de 1811) sont en doublon, on lira « point » au lieu de « signe ferme » (p. 198) et « hai trovato » au lieu de « ahi trovato » (p. 283). La bibliographie, très complète, rendra d’utiles services aux chercheurs peu familiers de la cité pompéienne. Deux ouvrages, mentionnés en note de bas de page, manquent toutefois à la bibliographie générale (Cazanove 2008 ; Ling 1997).

5Ces remarques de détail n’enlèvent rien à l’excellente tenue de l’ouvrage et à son intérêt scientifique qui tient notamment dans la volonté de SZ de fonder ses analyses sur l’étude la plus exhaustive et la plus approfondie possible de la documentation ancienne, plutôt que de se contenter d’une sélection de documents aisément consultables. Cette démarche prévient le risque de donner une vision biaisée des fouilles de Pompéi qui furent un modèle scruté par toute l’Europe antiquaire avant même la naissance d’une archéologie scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vivien Barrière, « Sandra Zanella, La caccia fu buona : pour une histoire des fouilles à Pompéi de Titus à l’Europe »Anabases, 32 | 2020, 286-287.

Référence électronique

Vivien Barrière, « Sandra Zanella, La caccia fu buona : pour une histoire des fouilles à Pompéi de Titus à l’Europe »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11597

Haut de page

Auteur

Vivien Barrière

Cergy Paris université
vivien.barriere@cyu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search