Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusDonna Zuckerberg, Not All Dead Wh...

Comptes rendus

Donna Zuckerberg, Not All Dead White Men. Classics and Misogyny in the Digital Age

Fabien Bièvre-Perrin
p. 287-289
Référence(s) :

Donna Zuckerberg, Not All Dead White Men. Classics and Misogyny in the Digital Age, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 2018, 288 p., $ 27,95 / ISBN 9780674975552.

Texte intégral

1En raison de sa quête identitaire, l’extrême droite a toujours instrumentalisé ses « racines » antiques. Dans Not All Dead White Men : Classics and Misogyny in the Digital Age, publié en 2018 par Harvard University Press, Donna Zuckerberg se penche sur un aspect contemporain de ce type de réception : la lecture et l’instrumentalisation de l’Antiquité, notamment des stoïciens et d’Ovide, sur les forums en ligne et dans les blogs masculinistes américains. Auteure d’une thèse sur Aristophane et Euripide soutenue à Stanford et directrice de la revue numérique Eidolon consacrée à la culture classique et ses rapports avec l’actualité, l’auteure connaît bien et le monde antique et le monde numérique contemporain. Elle explique avoir écrit son livre en réaction à la vague de misogynie sur internet et au harcèlement dont elle et d’autres féministes ont été l’objet par la « manosphère », néologisme qui désigne les communautés en ligne majoritairement composées d’hommes d’extrême droite misogynes. L’élection de Donald Trump peu après qu’elle a terminé la rédaction de son ouvrage donne à celui-ci un nouvel écho.

2L’auteure adopte une démarche péda­gogique pour s’adresser aussi bien aux féministes peu au fait de la culture classique qu’aux spécialistes de l’Antiquité pas nécessairement sensibilisés aux questions du féminisme. Tout en consacrant un utile développement aux supports des sphères numériques concernées, elle souligne la complexité et la diversité des discours qui y sont tenus, mais semble néanmoins faire un peu trop l’impasse sur les réseaux sociaux pour se consacrer aux blogs et aux forums ; dans l’index, Twitter apparaît trois fois, pour des mentions anecdotiques, Facebook pas du tout (sur la famille de Donna Zuckerberg et ses relations avec son frère Mark, PDG de Facebook, lire Nosheen Iqbal, « Donna Zuckerberg : ‘Social media has elevated misogyny to new levels of violence’« , The Guardian, 11/11/2018. En ligne : https://www.theguardian.com/​books/​2018/​nov/​11/​donna-zuckerberg-social-media-misoyny-violence-classical-antiquity-not-all-dead-white-men). Les manifestations de l’alt-right états-unienne étant sensiblement différentes de celles qu’on trouve dans le contexte français voire européen, ces précisions préliminaires permettent au lectorat français de se familiariser avec le contexte américain. L’essai se termine par un glossaire définissant les termes utilisés par la manosphere comme alpha male (un homme socialement dominant et attrayant), incel (involontairement célibataire) ou hypergamy (tendance féminine à rechercher comme partenaire les hommes au statut social le plus élevé, aussi appelée gold-digging).

3Le matériel analysé provient majori­tairement de la communauté numérique « The Red Pill » et d’articles publiés par ses membres. Hébergé sur la plateforme Reddit, qui rencontre un succès moindre en Europe qu’aux États-Unis, cet espace doit son nom à la pilule rouge avalée par le héros du film Matrix (1999), qui lui permet d’échapper à l’ignorance bienheureuse dans laquelle il baignait pour prendre conscience de la réalité de son monde. Les 230.000 membres de cette communauté en ligne (lors de la publication du volume), en majorité des hommes hétérosexuels blancs, considèrent que la société occidentale est en proie au féminisme et subit, en dépit des apparences, la domination féminine. Liés par leur haine des femmes et leur racisme, ils semblent issus de divers courants d’extrême droite. Que vient faire l’Antiquité classique dans ces discours misogynes ? Comme le démontre Donna Zuckerberg, le renvoi à celle-ci fonde une argumentation d’autorité susceptible d’être instrumentalisée aussi bien d’un point de vue humaniste et progressiste qu’à des fins conservatrices. En l’occurrence, la culture classique fournit aux membres de « The Red Pill » des exempla, des outils de réflexion et d’argumentation pour défendre le patriarcat. L’étude décrypte comment les philosophes antiques, Épictète et Marc Aurèle en tête, sont instrumentalisés pour alimenter une tension entre hommes et femmes et justifier aussi bien l’infériorité de ces dernières que leur viol.

4Le premier chapitre de l’ouvrage présente le contexte politique et rhétorique au sein duquel les classiques sont exploités, les raisons de cet usage et les problèmes que cela soulève. Les procédés de la manosphère pour convaincre son public et ses détracteurs sont décryptés en mettant notamment en avant la notion de frame control qui vise à déstabiliser une personne afin de lui faire adopter son point de vue. Les deux chapitres suivants s’arrêtent sur deux des thèmes classiques favoris des auteurs et membres de The Red Pill, montrant comment ceux-ci sélectionnent les textes qui les arrangent. Le chapitre 2 est consacré au stoïcisme envisagé comme un outil de développement personnel, une doctrine et un mode de vie pour former l’identité masculine. Le chapitre 3 concerne principalement L’art d’aimer d’Ovide, conçu comme un guide de séduction illustrant la permanence intemporelle des relations entre genres et justifiant une lecture flexible du concept de consentement féminin. En replaçant des extraits de The Red Pill dans une perspective historique, Donna Zuckerberg se livre à une analyse critique méthodique des interprétations que leurs auteurs proposent des sources antiques en argumentant scientifiquement. Tout en admettant les composantes misogynes de certains textes antiques mis en avant, elle les nuance et les réinscrit dans leur contexte, démontre les contradictions et la partialité de la lecture qui en est faite et en explique les tenants et aboutissants. De même qu’elle a expliqué à ses lecteurs, ou plutôt ses lectrices, les outils rhétoriques mis en œuvre par l’extrême droite, elle les arme d’arguments solides, dont l’efficacité dans le débat public n’est cependant pas assurée… En effet, comment renvoyer efficacement à la méthode historique pour répondre à un opposant faisant un usage idéologique assumé de l’histoire ?

5Le dernier chapitre, modestement intitulé How to Save Western Civilization, porte sur le patriarcat idéal nourri de philosophie antique revisitée tel que le rêvent les sous-cultures masculinistes d’extrême droite. En prétendant restaurer des modèles sociaux et familiaux anciens, la femme est envisagée comme une éternelle mineure privée de libre arbitre, dépendant des décisions d’un tuteur masculin plus éclairé. Il est longuement question des fausses accusations de viol et de l’ancienneté de ce mal à travers la figure de Phèdre, dont l’auteure souligne qu’elle est source de déchirements des milieux féministes et de prises de positions contradictoires sur l’étude des classiques : des modèles à connaître ou des repoussoirs à condamner ?

6Assumé comme un plaidoyer en faveur d’une approche féministe et progressiste de la culture classique, Not All Dead White Men est un ouvrage important sur la situation actuelle des classics aux États-Unis. La réflexion aurait gagné à se placer dans une perspective plus globale et internationale, en prenant notamment en compte les réseaux sociaux par le biais desquels les membres de The Red Pill recrutent et harcèlent. Donna Zuckerberg tire la sonnette d’alarme et invite les spécialistes de l’Antiquité à s’emparer de la problématique. Non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe où, selon des modalités un peu différentes, l’idéologie masculiniste est nourrie par les populismes et nationalismes ambiants.

7Plan du volume : Introduction (p.1) ; 1. Arms and the Manosphere (p. 11) ; 2. The Angriest Stoics (p. 45) ; 3. The Ovid Method (p. 89) ; 4. How to Save Western Civilization (p. 143) ; Conclusion (p. 185) ; Glossary of Red Pill Terms (p. 191) ; Notes (p. 195) ; References (p. 229) ; Acknowledgments (p. 253) ; Index (p. 255-270).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Bièvre-Perrin, « Donna Zuckerberg, Not All Dead White Men. Classics and Misogyny in the Digital Age »Anabases, 32 | 2020, 287-289.

Référence électronique

Fabien Bièvre-Perrin, « Donna Zuckerberg, Not All Dead White Men. Classics and Misogyny in the Digital Age »Anabases [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11603

Haut de page

Auteur

Fabien Bièvre-Perrin

Centre Jean Bérard (EfR, CNRS) 
fabienbp@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search