Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Traditions du patrimoine antiqueDossier Sénèque coordonné par Syl...En haine de Sénèque le tragique :...

Traditions du patrimoine antique
Dossier Sénèque coordonné par Sylvie Humbert-Mougin

En haine de Sénèque le tragique : formes, enjeux et limites d’un discrédit, de la fin de l’âge classique au romantisme

Sylvie Humbert-Mougin
p. 27-40

Résumés

Cette introduction propose un panorama de la réception européenne de Seneca tragicus, depuis le dernier quart du dix-septième siècle jusqu’à la première moitié du xixe siècle. Alors que le Tragique latin avait représenté un modèle privilégié pour les théoriciens comme pour les poètes tragiques de la première modernité, les deux siècles ici envisagés marquent au contraire un spectaculaire effacement de Sénèque le tragique, que manifestent la décrue du nombre de traductions ainsi que la sévérité du discours critique. Le Théâtre des Grecs du père Brumoy (1730), le Cours de littérature dramatique (1811) d’A.-W. Schlegel, les Études sur les poètes latins de la Décadence (1834) de Désiré Nisard ont joué un rôle décisif dans ce discrédit. La virulence de ces trois textes critiques révèle combien l’appréciation de Sénèque le tragique devient un enjeu sensible, qui mobilise la question passionnelle des « racines » de la culture européenne. Ce discrédit n’empêche pas cependant une forme de résistance plus ou moins souterraine du tragique latin au cours de ces deux siècles de traversée du désert, voire une fascination persistante qui continue de s’exercer jusque sur les détracteurs les plus acharnés. Ce mixte d’attraction et de répulsion forme l’objet des contributions réunies dans ce dossier, qui éclaire une phase mal connue de la longue et complexe histoire de la fortune du tragique latin.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Aperçu du texte

Peu d’œuvres de l’Antiquité classique auront connu une courbe de fortune aussi contrastée que le corpus des tragédies de Sénèque. Cet ensemble de huit tragédies romaines à sujet grec – ou neuf, selon que l’on considère ou non comme authentique Hercule sur l’Œta, le débat divisa longtemps les spécialistes – fut un exemplum majeur dans l’Europe de la Renaissance et encore pendant une bonne partie du xviie siècle. Sénèque incarne alors une autorité aussi prestigieuse que son compatriote Ovide et assure, comme lui, une sorte de trait d’union entre antiquité et modernité. À la suite du jugement enthousiaste de Scaliger qui n’hésite pas dans sa Poétique (1561) à placer les pièces de Sénèque au-dessus de leurs modèles grecs, on voit se multiplier partout en Europe éditions, traductions et adaptations des tragédies de Sénèque : la Troade de Robert Garnier (1579), le recueil des Tenne Tragedies de Thomas Newton (1581), Die Troerinnen de Martin Opitz (1625) sont les plus fameuses de ces manif...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Humbert-Mougin, « En haine de Sénèque le tragique : formes, enjeux et limites d’un discrédit, de la fin de l’âge classique au romantisme »Anabases, 33 | 2021, 27-40.

Référence électronique

Sylvie Humbert-Mougin, « En haine de Sénèque le tragique : formes, enjeux et limites d’un discrédit, de la fin de l’âge classique au romantisme »Anabases [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 10 avril 2023, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11674

Haut de page

Auteur

Sylvie Humbert-Mougin

Université de Tours
EA 6297 Interactions culturelles et discursives
UFR lettres et langues
3, rue des Tanneurs
37000 TOURS
sylvie.mougin@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search