Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Traditions du patrimoine antiqueDossier Sénèque coordonné par Syl...Le modèle de Sénèque et la dramat...

Traditions du patrimoine antique
Dossier Sénèque coordonné par Sylvie Humbert-Mougin

Le modèle de Sénèque et la dramaturgie de la fureur dans le théâtre allemand des Lumières : Gotter et Klinger

Sylvie Le Moël
p. 97-113

Résumés

Le théâtre allemand des Lumières promeut une littérarisation de la scène aux dépens de la dimension spectaculaire. Il préconise la représentation de caractères mixtes et récuse celle de figures monstrueuses. Si Lessing s’intéresse à Sénèque dans le contexte de sa critique du classicisme, il faut attendre les années 1770 et la revendication d’une écriture dramatique anti-aristotélicienne par le Sturm und Drang pour que se concrétise un recours à la dramaturgie sénéquienne. A l’exemple de deux réécritures de Médée, le mélodrame de Gotter et la première tragédie de Klinger sur le sujet, toutes deux fondées principalement sur le texte de Sénèque et non pas sur celui d’Euripide, cet article examine les enjeux anthropologiques et esthétiques de cette réception productive selon deux axes : la combinaison paradoxale d’une psychologie moderne et de la reprise des paramètres sénéquiens de furor et de nefas ainsi que l’importance dévolue au langage non-verbal.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Médée grecque et Médée romaine
Traces sénéquiennes dans le réagencement de la fable par Gotter et Klinger
La question du caractère monstrueux
Représenter le nefas ?
Une remythisation sous le signe du spectaculaire
« L’éloquence du corps »

Aperçu du texte

On considère généralement que le théâtre allemand du xviiie siècle est porté par la conviction de détenir une mission tout à la fois éthique, sociale et esthétique : celle-ci se déploie tout d’abord à partir du projet d’éducation civique et morale de la Frühaufklärung qui amène Johann Christoph Gottsched à concevoir la scène comme une « chaire profane » et trouve un accomplissement ultime dans l’utopie schillérienne de l’éducation esthétique de l’humanité par le théâtre. Pour Schiller, les mécanismes psychiques et esthétiques de la représentation conçue comme un jeu entraînent le spectateur à l’exercice de la liberté et préfigurent l’avènement d’une société nouvelle d’individus-citoyens, affranchis de l’asservissement aux despotismes politiques et religieux et de la crainte de la mort. Si la dimension anthropologique de ce programme élargit considérablement la mission éducative assignée au théâtre par les générations antérieures des Lumières allemandes, Schiller n’en reste pas moins...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Le Moël, « Le modèle de Sénèque et la dramaturgie de la fureur dans le théâtre allemand des Lumières : Gotter et Klinger »Anabases, 33 | 2021, 97-113.

Référence électronique

Sylvie Le Moël, « Le modèle de Sénèque et la dramaturgie de la fureur dans le théâtre allemand des Lumières : Gotter et Klinger »Anabases [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 10 avril 2023, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/11697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.11697

Haut de page

Auteur

Sylvie Le Moël

UR 3556 REIGENN
Sorbonne Université
Centre universitaire Malesherbes
108 Bd Malesherbes
75 850 Paris Cedex 17
sylvie.lemoel@sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search